Pourquoi et comment photographier la guerre ? Rencontre avec Yan Morvan

Annonce d’une rencontre à l’ENS de Lyon avec le photographe Yan Morvan.

PREFERENCE PHOTOGRAPHIE #28 : Yan Morvan

jeudi 28 février 2019

18h, salle D2-101 / site Descartes / ENS de Lyon

entrée libre

Pourquoi et comment photographier la guerre ?

Volonté d’informer, de participer au mouvement de l’histoire ? Comment raconter l’inracontable – les images d’horreur succèdent aux images d’horreur. La spectacularisation du monde par la télévision, la presse, Internet et l’information en temps réel ont entamé notre capital d’empathie et notre faculté à nous émouvoir du malheur des autres.

En 2004, avec une chambre photographique Deardorff 20 × 25, je commençais une série sur les lieux de batailles. Ces lieux racontaient-ils encore l’histoire ? Sans céder à l’émotion brute, je voulais m’adresser à la conscience, montrer par des paysages parfois anodins une “géographie” de la démence humaine. Je recherchais une autre manière de témoigner d’une réflexion sur l’image et de la réalité de la guerre. J’ai commencé à photographier les champs de bataille de France, les plages du débarquement, puis ceux de l’Europe, notre famille qui s’est si souvent déchirée. Certains sites sont dûment répertoriés, balisés, d’autres méritent un travail minutieux d’enquête et de localisation – certains États ne semblent pas désireux de commémorer les défaites ou bien sont amnésiques… ».

"La bataille de Morvan" – Film de Marc Roussel – Éditions Photosynthèses, Arles from Marco Zappone on Vimeo.

Yan Morvan est né en 1954. Il est photographe indépendant depuis 1988 et est reconnu comme l’un des plus grands spécialistes de la photographie de guerre. Il a publié Champs de bataille aux éditions Photosynthèses en 2015.

Sommet Corée de Nord – États-Unis : Pyongyang espère connaître l’embellie économie d’Hanoï (Video France 24)

A l’occasion du IIe Sommet Etats-Unis / Corée du Nord, le modèle capitaliste vietnamien sous la direction d’un Etat-Parti communiste est mis en avant.

Corée du Nord: pour un transfuge du régime, “Donald Trump fait une lourde erreur”, L’Express, 27/02/2019. Ex-diplomate de Pyongyang, Thae Yong-ho décrit les coulisses du régime. Ayant fait défection en 2016, il craint pour sa vie. Propos recueillis par Clément Daniez, envoyé spécial à Séoul.

Les combattants oubliés de la Corée du Nord au Vietnam

L’engagement des deux Corées pendant la guerre du Viêt-Nam, un rappel historique succinct par l’AFP le 22 février 2019.

Non loin de Hanoï, quatorze pierres tombales rendent hommage aux soldats nord-coréens tombés lors de la guerre du Vietnam contre les “impérialistes” américains. Un gardien tente d’entretenir le souvenir de cette contribution peu connue de Pyongyang à son allié communiste.

Aujourd’hui le Vietnam, Etat communiste ayant embrassé le capitalisme, apparaît comme une terre de compromis, au point d’avoir été choisi par le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour leur deuxième sommet dans quelques jours.

Mais le fait que la Corée du Nord avait soutenu le Nord communiste lors de la guerre du Vietnam, envoyant des soldats de l’armée de l’air en renfort, reste un aspect peu connu de l’histoire vietnamo-coréenne.

Lire la suite : Orange, 22/02/2019.

Contre ses citoyens, le Vietnam tisse sa Toile

Un article d’Arnaud Vaulerin qui fait le point sur la dégradation des droits d’expression des citoyens vietnamiens et la répression contre toute forme de dissidence politique, paru dans Libération le 25 février 2019. Accès en ligne.

Depuis deux ans, la répression de Hanoi contre les voix dissidentes sur Internet s’est accentuée. Une tendance qui risque de se confirmer en 2019 avec l’entrée en vigueur d’une loi qui verrouille l’activité sur les réseaux sociaux, prisés par la population.

Les uns sont convoqués et questionnés. Les autres sont arrêtés. Les derniers sont condamnés. Quand ils ne sont pas portés disparus. Ils sont blogueur, ouvrier, militant, journaliste, étudiant, vétéran de guerre, chauffeur, parfois même simple internaute ou utilisateur de Facebook… et tous sont dans le viseur des autorités vietnamiennes. Le Parti communiste n’a jamais molli dans le harcèlement à l’encontre des voix dissidentes et critiques, mais ces deux dernières années, la répression s’est intensifiée. Selon le réseau des droits de l’homme du Vietnam basé en Californie, le régime de Hanoi détient plus de 200 prisonniers politiques dans ses geôles.

Lire la suite : Libération, 25/02/2019.

NGUYÊN BINH PHUONG, HANOI TOUT AUTOUR DE L’ÉTHER

Chronique littéraire de Arnaud Vaulerin sur le roman de Nguyen Binh Phuong, Un autre ciel, traduit par Emmanuel Poisson aux éditions Riveneuve. A lire sur le site de Libération.

L’écrivain et colonel publie un roman aérien sur une jeune femme partagée entre deux amours.

Voilà un colonel. Un vrai. Et un écrivain, pas moins vrai. Les deux ne font qu’un. Un auteur curieux pour un roman qui s’échappe étrangement du réel. Sans le dire et presque sans l’écrire. Dans Un autre ciel, Nguyên Binh Phuong raconte l’histoire d’une jeune femme de 26 ans, de Hanoi, qui porte en elle la «complexité de la ville et, parfois, inévitables, les moments de rêve et d’illusion de [son] passé d’étudiante». A première vue, histoire simple, banal récit d’apprentissage d’une invisible dans une métropole d’Asie en ébullition. Puis, d’abord imperceptible, la dérive démarre vers des paysages aux horizons nébuleux et aériens. Cet Autre ciel devient le réceptacle de solitudes urbaines et l’écho des incertitudes humaines. A coups d’éclats visuels, de cristallisations poétiques, de condensés existentiels. La jeune fille tient sa «voix du ciel, sa peau du ciel, ses yeux du ciel. […] Tu n’as pas de nostalgie en ce moment, malgré le vent au sommet des arbres». Le roman se dérobe en voulant se raconter. «C’est très difficile de faire des résumés de mes ouvrages, dit Nguyên Binh Phuong en tentant de définir Un autre cielCe sont les états d’âme d’une jeune fille qui vit à Hanoi et doit faire face à des changements dans sa vie.» Il sourit de cette surprise, de cette impossibilité à pleinement saisir son deuxième roman traduit en France. Ce n’est pas un calcul. «Les idées, les images viennent comme ça, seules. Je réfléchis. Elles sont dans ma tête, elles jaillissent de façon naturelle sans que je fasse de plan, sans que je me l’explique. Je m’assois et j’écris, c’est tout.»

Lire la suite : Libération, 15/02/2019.

Thuy Dinh : Good Scholarship, Bold Scholarship and Bad Scholarship: A Conversation with Professor Liam Kelley

Un entretien intéressant (récent mais non daté) avec Liam Kelley sur la pratique historienne à lire en ligne sur Da Mau Magazine. Nous remercions le Professeur Nguyen The Anh pour le signalement de ce texte.

In his posthumous writing, the Vietnamese historian Ta Chi Dai Truong discussed the ups and downs of his career as well as many issues pertaining to the current state of historical scholarship in Vietnam. He mentioned Liam Kelley, an American professor of history at the University of Hawaii at Manoa, as part of the debate surrounding Kim Định, a French-trained, Vietnamese philosopher-historian who posited the idea that Chinese civilization evolved from ancient Vietnamese agriculturalists, not the other way around. We were able to contact Mr. Kelley and asked his permission for an interview. The following exchange was conducted originally in English and took place over three weeks via email. Professor Kelley, whose Vietnamese pen name is Lê Minh Khải, has graciously provided us with many unique insights in his responses to our questions.

Professor Liam Kelley Liam Kelley received his B.A. in Russian Language and Literature from Dartmouth College, 1989, and M.A. and Ph.D in Chinese history from the University of Hawaii at Manoa, 1996 and 2001. He is co-editor-in-chief of the Journal of Vietnamese Studies. His research and teaching focus on mainland Southeast Asian history and premodern Vietnamese history. He has published a book on envoy poetry (thơ đi sứ), co-edited a book on China’s
Southern frontiers, published articles and book chapters on the invention of traditions in medieval Vietnam, and the emergence of Vietnamese nationalism and spirit writing (giáng bút) in early twentieth century Vietnam. He has also completed English translations of the outer annals (ngoại kỷ) of the Đại Việt sử ký toàn thư and the Khâm định Việt sử thông giám cương mục.

Professor Kelley has also created a website for translations of materials for early Vietnamese history called Viet Texts and he maintains a blog on Southeast Asian history called Le Minh Khai’s SEAsian History Blog. Since 2011, he has been co-developing the Engaging with Vietnam initiative with Professor Phan Lê Hà, also at the University of Hawaii.

Texte complet en docx :

Arrivée de Kim Jong Un à Hanoi en Images

Précédant le président américain Donal Trump dont la venue à Hanoi est prévue demain, le dictateur nord-coréen est arrivé à Hanoi pour cette seconde rencontre au sommet pour la dénucléarisation. Images de Euronews, de l’AFP, VTC News.

Créant le buzz sur la toile, les sosies des deux leaders ont inquiété les services de sécurité vietnamiens et le sosie de Kim Jong Un a été prié de quitter le Viêt-Nam avant la venue du vrai dictateur. Le faux Donal Trump pourra rester “sans apparitions publiques en costume” (AFP).