Archives de catégorie : Textes sources

Gérard Tongas : J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam [1960]

Tongas, Gérard, J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam, Paris, Les Nouvelles Editions Debresse, 1960, 463 p. La couverture porte en plus la mention : “et j’ai choisi la liberté”.

Quelques appréciations succinctes de lecture.

L’auteur, proviseur du Lycée Balzac de Hanoi, fait partie des rares Français qui ont fait le pari de rester au nord du 17e parallèle après l’arrivée des autorités Viêt-Minh. Il a donc vu la mise en place d’un système, qu’il dénonce. Il évoque une “atmosphère de terreur permanente” (p. 139) et une mise en condition de la population par une technique éprouvée de manipulation : “Comment le nationalisme et le désir d’indépendance sont exploités par les communistes et servent leurs propres progrès” (p. 116). Il n’est pas pour cela tendre avec la France. Il dénonce par exemple l’exode massif des Français d’Indochine, incapables de comprendre et a fortiori d’accepter la situation nouvelle. Gérard Tongas montre d’autre part que les autorités gouvernementales  n’ont pas su saisir la chance pour la France de rester présente dans cette partie du monde (voir le récit de la mission ratée de Sainteny). Qui dit que tous les dirigeants Viêt Minh étaient pour le départ de la France ? En agissant ainsi, on a encouragé les cadres les plus anti-français et donc favorisé Pékin et Moscou. (cf. Alain Ruscio (dir.), La guerre “francaise” d’Indochine (1945-1954). les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, p. 902).

 * * *

Témoignage de Gérard Tongas qui fut, à partir de 1953, proviseur du Lycée Français “Honoré de Balzac” à Hanoï. Celui-ci relate comment les autorités administratives françaises ont tout laissé tomber à partir du moment où les accords de Genève furent appliqués sur le terrain. Témoignage édifiant sur les pratiques et la mainmise communistes sur tout un peuple que l’Occident a lâchement abandonné. Ceci préfigurera ce qui se passera moins de dix ans plus tard dans les départements français d’Algérie. Ouvrage courageux et peu courant qui fut mal diffusé à l’époque, faisant montre d’un anticommunisme politiquement incorrect. (Librairie Impériale, Maison Madelain).

* * *

Malgré un titre très « guerre froide » l’auteur un des rares français à être resté au Nord Viêt Nam après 1954 retrace les premières années de la RDVN. Au delà de sa déception vis à vis du régime, une foule d’anecdotes et d’informations rendent cet ouvrage indispensable pour comprendre cette période. (Carnets du Viêt-Nam).

* * *

Dominé par le souci de rectifier les affirmations officielles de Hanoi, ce témoignage anecdotique sur le Nord Vietnam d’après 1954 tombe trop souvent dans la polémique ou le dénigrement systématique (Persée, Revue française de science politique, “Informations bibliographiques”, 1962, Vol. 12, n°1, p. 283).

Plan du livre [9 parties]

Le Nord Viêt-Nam, ses caractéristiques et ses problèmes.

La République démocratique du Viêt-Nam.

Politique intérieure.

Politique étrangère.

La vie économique.

La vie culturelle et la jeunesse.

La vie sociale.

Religions et superstitions.

L’avenir du Nord Viêt-Nam.

 * * *

Notre avis :

Le titre de l’ouvrage de Gérard Tongas est un clin d’œil assumé à l’ouvrage de Victor Kravchenko publié en 1947 sous le titre J’ai choisi la liberté. La vie publique et privée d’un haut fonctionnaire soviétique, ouvrage qui fit couler beaucoup d’encre dans une France d’après-guerre encore fascinée par l’Union soviétique. Ce pavé de Tongas de plus de 450 pages est parfois d’une lecture un peu indigeste car très dense, touffu et fourmillant d’anecdotes. L’ouvrage est un témoignage à chaud, un cri du vécu, à prendre donc avec les précautions d’usage. Si l’auteur semble régler quelque peu ses comptes avec ses rêves et une administration française fuyante, son témoignage sur le lourd climat politique de Hanoi dans les années cinquante est unique en son genre. Avec la perspective et la profondeur de champ que l’on a acquis depuis sur le fonctionnement du communisme vietnamien, l’ouvrage de Tongas ne ferait pas rougir les meilleures pages du dissident Bui Tin sur son pays. Gérard Tongas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne fut pas un anticommuniste primaire mais un homme de conviction, socialiste et humaniste, connaisseur de l’Asie, spécialiste de l’empire Ottoman et d’Atatürk. Il fonda et dirigea la revue mensuelle Orient-Occident, une « revue politique, économique, scientifique, sociale, littéraire et artistique » de 1947 à 1953.

FG

Hoàng Văn Chí : From colonialism to communism [1964]

[ndlr] L’étude de Hoang Van Chi sur l’évolution du communisme vietnamien et l’application brutale de la réforme agraire au Nord Viêt-Nam paraît en langue anglaise la première fois en 1964 (1). L’ouvrage est réédité en 1965 et 1968 chez Praeger. Il constitue un témoignage unique à cette époque sur l’emprise des méthodes chinoises adoptées et appliquées par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Lao Dong). Présentation de l’éditeur ci-après.

Combining scholarly depth with a highly readable, personal style of writing, From colonialism to Communism is the detailed inside story yet published of the establishment of Communism in North Vietnam. The author was an active participant in Indochina’s national struggle for independence from the French. Along with his fellow nationalists who believed a genuine democratic society could be brought into being by co-operation in war and peace between communists and non-Marxists progressives, he experienced the bitter disillusionment of seeing the Vietminh movement transformed into a regime modeled on Mao’s China.

Hoang Van Chi surveys the various nationalist movements in Indochina since the turn of the century and the history of the Comintern’s efforts in the inter-war period to establish a strong Communist Party in the country. The key-role of Ho Chi Minh in these developments is discussed in detail. After a brilliant description of the way in which the communists seized the initiative in the struggle against France, the author moves to his main themes: the aims and methods of Maos’s imitators in North Vietnam.

Collating his own eye his own eye-witness testimony with documentary evidence from communist sources, he traces the steps whereby Ho Chi Minh and his associates made by the Vietminh movement an instrument for achieving complete communist control of the newly independent country’s economy, political and cultural life. Presenting information hitherto unpublished in English, Hoang Van Chi examines in detail the motives, methods and consequences of the “Land Reform” campaign and its attendant terrorism. His treatment of this and of the techniques of “thought-reform”, together with his account of the Communist Party’s methods of exacting obedience from all strata of Vietnamese society, make this book a definitive study of the penetration of a South Asian society by militant communism, directed by the policies and philosophy of Mao Tse-tung. It is essential reading for all who interested in the problem of Asia and the triple confrontation of traditionalist, democratic and communist forces in former colonial territories.

L’ouvrage paru chez Popular Library, New York, 1964.

(1) La notice en langue anglaise sur Hoang Van Chi dans en.Wikipedia mentionne une première édition en 1962 mais la version en langue vietnamienne rappelle la date de 1964 : vi.Wikipedia. En outre une notice de l’ouvrage sur World Cat évoque la date de 1963 entre crochets. 1964 apparaît être la date de première édition la plus probable ce que confirme Talawas. L’ouvrage a été traduit et publié en vietnamien dans les années 1980 [1983?] aux Etats-Unis par un certain Mac Dinh qui n’est autre que le pseudonyme de l’auteur lui-même (voir ci-dessous).

La version vietnamienne est en ligne sur Talawas.

Hoàng Văn Chí, Từ thực dân đến cộng sản – Một kinh nghiệm lịch sử của Việt Nam, Mạc Định dịch. Dịch từ nguyên bản tiếng Anh nhan đề: From Colonialism to Communism, xuất bản năm 1964 đồng thời tại: Anh (The Pall Mall Press Ltd. 77–79 Charlotte Street, London W.I.), Hoa Kỳ (F. A. Praeger inc, Publisher III, 4th Ave. New York, N.Y.), Ấn Độ (The Allied Publishers, 13-14 Asaf Road, New Delhi). Cùng với bản tiếng Việt này đã có những bản dịch sau đây: Tiếng Bồ Đào Nha (Nhà xuất bản GRD, Rio de Janeiro, Brésil), tiếng I-pha-nho (Nhà xuất bản Editorial SUR, Buenos Aires, Argentine), tiếng Pháp (Nhà xuất bản MAME, Tours, Pháp).

Indochine SOS : Andrée Viollis et la question coloniale – par Anne Renoult

Indochine SOS

Andrée Viollis et la question coloniale

par
Anne Renoult
diplômée d’études approfondies

 


Introduction

Andrée Viollis (1870-1950) fut une grande journaliste, saluée en son temps pour son talent et connue pour ses nombreux engagements. L’un d’eux concernait l’Indochine et les Indochinois, et plus généralement la question coloniale. L’étude du soutien qu’elle manifesta aux peuples colonisés, dès ses débuts dans le journalisme au tournant du siècle jusqu’à ses derniers articles et prises de position pendant la guerre d’Indochine, permet de questionner la notion d’anticolonialisme, à la fois comme courant de pensée et comme engagement, et son évolution au cours de la première moitié du xxe siècle. Cette étude porte, d’une part, sur les motivations et sur les formes concrètes de l’engagement de Viollis en faveur des colonisés et, d’autre part, sur l’ensemble polyphonique de contestations du système colonial dans lequel celle de Viollis s’insère. Le problème indochinois étant au cœur de l’engagement de Viollis sur cette question, il a servi de fil conducteur à cette recherche et en a fourni le cadre et la chronologie.

 


Sources

Archives publiques et privées ont été croisées pour mener à bien cette enquête. Les papiers d’Andrée Viollis, conservés en partie en main privée et en partie aux archives du Parti communiste français, contiennent de la correspondance, des photographies, des carnets de notes, des manuscrits et de la documentation relatifs aux questions coloniales, au problème indochinois en particulier. Ces documents ont été mis en regard des écrits publiés par Viollis (ouvrages et articles), d’articles parus dans la presse de métropole et d’Indochine à l’époque, de publications diverses sur les questions coloniales et de nombreux autres documents d’archives provenant des autorités (ministère des Colonies, ministère de l’Intérieur, gouvernement de l’Indochine), conservées aux Archives nationales et à la préfecture de police de Paris, et d’autres acteurs des affaires coloniales, contemporains de Viollis, comme Léon Blum, Daniel Guérin, ou la Ligue des droits de l’homme.

 


Première partie

La découverte de l’Indochine (1931)


Chapitre premier

Invitations au voyage

Quelles furent les motivations de Viollis, grand reporter attachée à sa liberté de déplacement et de point de vue, à accepter l’offre de son rédacteur en chef au Petit Parisien de couvrir le voyage officiel du ministre des Colonies, Paul Reynaud, en Indochine, à l’hiver 1931 ? La première était son envie d’aller en Extrême-Orient, portée par son goût des voyages et son environnement familial et professionnel. La deuxième était son intérêt pour les questions coloniales, qui remontait à ses débuts journalistiques dans La Fronde au début du siècle et que l’actualité ne faisait qu’attiser. Viollis avait parcouru en 1930 l’Inde déjà soulevée contre les Anglais. La mutinerie de Yen Bay en février 1930, les retombées de la crise économique et l’ouverture de l’exposition coloniale de Vincennes en mai 1931, avaient mis l’Indochine sur le devant de la scène coloniale française.

Chapitre II

La couverture du voyage ministériel

En trente ans de carrière, Viollis était pour la première fois confrontée à ce genre d’exercice professionnel. Dans Le Petit Parisien, elle rendit compte des déplacements et des allocutions officielles du ministre des Colonies dans un style qui faisait une large place au pittoresque et à l’émotion. Elle resta volontairement en retrait sur les questions politiques et ne fit qu’esquisser quelques ombres au tableau de la colonisation française en Indochine. Dans ses carnets de notes au contraire, au cours du voyage officiel (octobre-novembre 1931) et après le départ du ministre (décembre 1931), elle accumula des faits précis et saillants qui accusaient le contraste entre le décor officiel et les réalités politiques, économiques et sociales de la colonie.

 


Deuxième partie

Quelques notes sur l’Indochine (1933)


Chapitre premier

Le tournant intellectuel et politique des années 1932-1933

À son retour, Viollis fut sollicitée de toutes parts pour témoigner de son expérience asiatique et pour soutenir les mouvements naissants de lutte contre la guerre et le fascisme. Après avoir beaucoup réfléchi au sens de sa mission de journaliste et à l’articulation possible entre son métier et ses engagements, Viollis accepta de s’engager publiquement. Elle manifesta notamment son opposition à l’hitlérisme, sa sympathie pour l’URSS et, concernant l’Indochine, son soutien aux prisonniers politiques. Elle devint avec Francis Jourdain l’une des figures centrales du Comité de défense et d’amnistie des Indochinois, fondé en mars 1933 pour réclamer l’amnistie des prisonniers politiques indochinois. Dans ce contexte, la mise au net de ses carnets de notes devenait de plus en plus une nécessité.

Chapitre II

Un témoignage accablant (décembre 1933)

Viollis mit beaucoup de temps à mettre en forme et à publier son témoignage pour plusieurs raisons, dont sa crainte des retombées que lui vaudrait une telle critique des autorités coloniales françaises. Intitulé « Quelques notes sur l’Indochine », il parut dans Esprit, une jeune revue progressiste chrétienne, qui avait déjà montré sa conscience du problème colonial. Viollis abordait plusieurs problèmes qu’elle n’avait pas traités dans ses articles du Petit Parisien : le régime des prisons, les dénis de justice, les troubles politiques et leur répression, la famine et la misère, le manque d’égards envers les Annamites. Elle rapportait aussi des cas de torture pratiquée dans les commissariats sur les prisonniers politiques.

Chapitre III

Prolongements

Les notes de Viollis ne passèrent pas inaperçues dans la presse de gauche et dans la presse chrétienne. Une polémique eut lieu pendant un an entre la jeune revue Esprit, qui continuait à s’engager sur la question coloniale, et l’ancienne revue Études animée par les jésuites. D’autres réactions, échelonnées dans le temps, vinrent alimenter des publications et des manifestations qui allaient toutes dans le sens d’une critique du système colonial, que ce soit dans son principe ou seulement dans ses réalisations. Viollis relayait les campagnes du Comité d’amnistie auprès de ses amis et de l’opinion.

 


Troisième partie

Indochine SOS (1935)


Chapitre premier

Le devoir de publier

Peu de temps après la publication de son article dans Esprit, Andrée Viollis fut encouragée à aller plus loin, à compléter ses notes et à en faire un livre. La parution tardive de l’ouvrage peut s’expliquer par l’urgence du combat antifasciste, mais aussi par les difficultés rencontrées par Viollis liées à ses engagements. Indochine SOS sortit au mois de septembre 1935 chez Gallimard, avec une préface d’André Malraux, dans un contexte de relance du débat colonial, à l’occasion de la guerre d’éthiopie. Viollis tenta de faire une place à ce débat dans Vendredi, le nouvel hebdomadaire politique et littéraire qu’elle codirigea avec André Chamson et Jean Guéhenno à partir de novembre 1935.

Chapitre II

Des documents à charge

Dans Indochine SOS, les « Quelques notes sur l’Indochine » parues dans Esprit sont complétées et insérées dans un ensemble de textes – la préface de Malraux, l’avant-propos de Viollis, les annexes et la bibliographie – qui font de l’ensemble un document à la fois littéraire, journalistique et politique. L’étude de la genèse de l’avant-propos permet de mesurer à quel point il fut difficile pour Viollis de concilier ses idées avancées sur la question coloniale et la nécessité de se faire entendre de l’opinion qu’elle essayait d’alerter. Viollis laissa parler ses notes et surtout les annexes, ensemble de documents tirés de la presse ou inédits qui mettaient en lumière les dysfonctionnements et les injustices qui régnaient en Indochine.

Chapitre III

Un livre qui fit grand bruit

Indochine SOS valut à Viollis de nombreux comptes rendus et commentaires, élogieux ou hostiles. Elle trouva auprès de ses amis des marques de soutien, comme le banquet qui fut organisé en son honneur et en celui de Félicien Challaye à la fin de décembre 1935. Le SOS de Viollis se fit assurément entendre, même si le problème indochinois, et plus largement le problème colonial, paraissait moins menaçant que les manœuvres hitlériennes. Cette publication renforça la légitimité de Viollis à intervenir sur les questions coloniales. La notoriété de Viollis, la reconnaissance professionnelle dont elle jouissait, profitèrent aux partisans des réformes coloniales.

 


Quatrième partie

De l’espérance à la désillusion (1936-1945)


Chapitre premier

Vigilance en faveur des réformes et contre la répression

La victoire du Front populaire souleva de grandes espérances tant en France que dans les colonies. L’humanisme colonial qui semblait l’inspirer devait pouvoir conduire à des réformes politiques et sociales. Les premières mesures ministérielles furent cependant ambiguës et limitées. Sur les questions de l’amnistie politique, du Congrès indochinois, de l’épuration de l’administration, Viollis, et avec elle Francis Jourdain, ou encore Daniel Guérin, tentèrent en vain d’infléchir les décisions de leur ancien camarade de lutte au Comité d’amnistie, Marius Moutet, nouveau ministre des Colonies du gouvernement de Léon Blum.

Chapitre II

L’échec de la Commission d’enquête dans les colonies

La constitution de la commission d’enquête parlementaire sur la situation politique, économique et morale dans les territoires français d’outre-mer, prévue par le programme du Rassemblement populaire, fut longue et problématique. La nomination d’Andrée Viollis, comme celle d’André Gide ou de Louis Roubaud, suscita de vives oppositions. Viollis ne put participer activement aux travaux de la commission, retenue par son métier, en Espagne notamment. Elle contribua toutefois dans le cadre de la 3e sous-commission et avec Victor Basch, président de la Ligue des droits de l’homme, à l’élaboration d’un rapport sur les aspirations politiques des Indochinois. Pour Viollis et pour tous ceux qui comme elle croyaient en la possibilité de réformes libérales dans les colonies, l’enterrement de la Commission d’enquête, à la fin de 1938, faute de crédits suffisants, resta emblématique des efforts avortés de cette période en matière coloniale.

Chapitre III

Priorité à la lutte antifasciste

Face à la montée des périls, Viollis se rangea à l’analyse selon laquelle il fallait en priorité lutter contre le fascisme avant d’aider à la libération des colonies. La conclusion du reportage qu’elle fit en Tunisie pour Ce Soir allait dans ce sens. Certes, les réformes avaient trop tardé et il était urgent de les mettre en œuvre, mais selon elle, la stratégie de Bourguiba – qu’elle rencontra en prison et qu’elle jugeait trop extrémiste – n’était pas la bonne. Viollis redoubla d’efforts pour venir en aide à l’Espagne républicaine, mais elle continua aussi son combat pour faire avancer la cause de l’amnistie des prisonniers politiques en Indochine, en appuyant notamment les démarches du Secours populaire de France et des colonies.

 


Cinquième partie

La guerre d’Indochine et la réédition d’Indochine SOS
(1945-1950)


Chapitre premier

Éviter la guerre

La question indochinoise fut la première sur laquelle Andrée Viollis se pencha dès la fin du conflit mondial. Cinq articles écrits en octobre et novembre 1945 témoignent de son intérêt et de sa compétence sur cette question et marquent le début de son engagement contre la guerre et en faveur d’une politique de négociations. Cet engagement se traduisit aussi dès 1945 par la défense des Vietnamiens poursuivis en métropole et la présidence d’un meeting en faveur de l’amitié franco-vietnamienne. Membre fondateur de l’Association France-Viêt-Nam, elle s’attacha à faire connaître les revendications de la République démocratique du Viêt-Nam. Elle rencontra les membres de la délégation vietnamienne lors de leur passage à Paris en vue des négociations de Fontainebleau, ainsi que le Président Hô Chi Minh. À partir de l’hiver 1946, elle assista, impuissante, à la rupture des négociations et au déclenchement du conflit.

Chapitre II

Dénoncer la guerre

Alors que Viollis était en reportage au début de 1947 en Afrique du Sud où elle s’intéressait au problème racial et social sud-africain, la France s’était engagée davantage dans la guerre en Indochine. Au cours de cette année 1947 qui vit cette guerre susciter des refus prononcés, Viollis signa l’introduction d’une brochure éditée par le PCF intitulée La Vérité sur le Viêt-Nam et soutint la campagne de l’hiver 1947-1948 organisée par le parti pour la libération des Vietnamiens emprisonnés. La protestation anticoloniale prit de l’ampleur à la fin de 1948 et en 1949, à l’occasion de l’affaire malgache et du mouvement pour la paix. Viollis se rendit en Afrique noire et s’indigna du déroulement du procès de Tananarive.

Chapitre III

La réédition d’Indochine SOS

Dans le contexte de mobilisation croissante d’intellectuels contre la guerre d’Indochine et de décolonisation en marche (Inde en 1947, Birmanie en 1948, etc.), Indochine SOS fut réédité à la fin de 1949 par une maison d’édition du Parti communiste, les Éditeurs français réunis, avec une préface de Francis Jourdain. Le livre paraît alors qu’un débat sur les « atrocités françaises » en Indochine agite l’opinion depuis l’été 1949. C’est surtout à travers ce thème que la mémoire d’Indochine SOS, de 1945 jusqu’à aujourd’hui, a perduré. Les débats sur la torture pendant la guerre d’Algérie et plus généralement sur le bilan de la colonisation ont mis en lumière toute l’actualité de ce livre.

 


Conclusion

Si, dans tous les courants de pensée, des voix se firent entendre pour contester certaines pratiques coloniales, l’idée du bien fondé de la colonisation, la croyance en la mission civilisatrice de la France dans les colonies étaient largement partagées. Viollis elle-même était imprégnée par la culture impériale de son temps, même si très tôt elle perçut les contradictions idéologiques et politiques de l’entreprise coloniale menée par la Troisième République et les dénonça. Dans les années 1930 et 1940, sa volonté d’alerter l’opinion sur le problème colonial et ses difficultés à le faire témoignent de la complexité du combat anticolonialiste et réformiste. Viollis reste un nom symbole de ce combat et son engagement permet d’éclairer celui d’autres intellectuels.


Annexes

Carte de l’Indochine dans les années 1930. — Chronologie du voyage d’Andrée Viollis en Indochine. — édition des articles d’Andrée Viollis, envoyée spéciale du Petit Parisien en Indochine. — Index des groupes et associations, périodiques, lieux, personnes.

Source : Thèses de l’École nationale des chartes


S.M. Bảo Đại : Le dragon d’Annam – Mémoires du dernier empereur du Viêt-Nam, extraits [1980]

S.M. Bao Dai, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, 382 p. (présentation du dos de couverture)

Cloîtré dans l’enceinte de la Cité interdite pendant les neuf premières années de sa vie, le futur empereur Bao-Daï reçoit la formation rigide d’un prince asiatique que le destin a désigné pour le trône. Les préceptes de Confucius, le rituel des cérémonies dont il sera le Pontife suprême constituent ses seules études, accomplies dans la méditation et l’isolement d’un palais oriental.

Il passe les neuf années suivantes dans le Paris de « l’après guerre », découvre l’Occident, dévore notre littérature classique et contemporaine, suit les cours de Sciences Po, se passionne pour le sport.

A moins de vingt ans il monte sur le trône d’Annam. Il est le « Fils du Ciel », à la fois dieu et homme, père et mère d’un peuple fin, spirituel, travailleur, héritier d’une très vieille civilisation qui, dans le respect de la tradition, anime une société remarquablement organisée autour de la famille, du village et de l’empereur. Il choisit alors pour nom de règne : Bao-Daï, « le protecteur de la grandeur ».

L’indépendance et l’unité du Vietnam conditionnent cette grandeur. L’empereur Bao-Daï va en poursuivre la réalisation…

En ce XXe siècle finissant, alors que tout le monde angoissé attend de la confrontation entre l’Orient et l’Occident l’enfantement d’une ère nouvelle. S.M. Bao-Daï porte en lui au plus haut degré l’empreinte de cette rencontre. Le même drame se joue à travers son expérience exceptionnelle, comme dans les déchirements et l’holocauste d’un peuple auquel il n’a cessé de porter l’affection d’un père, partageant ses misères et son exil. Un drame dont la scène risque de s’étendre au monde tout entier.

Après 25 ans de silence et de réflexion, aujourd’hui, S.M. Bao-Daï a décidé de parler.

* * *

Le site Belle Indochine a mis en ligne les extraits qui suivent :

[présentation de Belle Indochine] Livre introuvable aujourd’hui, La Dragon d’Annam a été publié en 1989. C’est un éclairage intéressant sur la vie et surtout la personnalité de Bao Dai. Son enfance dans la solitude du Palais, ses études en France où il découvre notamment le sport, la mort de son père (l’Empereur Khai Dinh), le poids des responsabilités alors qu’il n’est pas encore adulte.

On y découvre surtout son regard critique sur les français, qui l’empêchent de gouverner comme il le souhaiterait. Il ne désire qu’une chose, finalement, c’est le départ de la France et l’indépendance de son pays. Les Japonais lui en donneront l’occasion, qu’il n’hésitera pas à saisir.

C’est enfin l’histoire rocambolesque de l’abdication, en réponse au “Comité Populaire de Hanoi”. Il ne sait pas qui ils sont, mais il va quand même leur apporter sur un plateau son soutien ! Il faut lire ces pages étonnantes…

Quelques dates :

– né le 22 octobre 1913, décédé le 31 juillet 1997,

– intronisé le 8 janvier 1926, à l’âge de 12 ans,

– retour dans son pays en septembre 1932,

– épouse en 1934 Nam Phuong,

– 11 mars 1945, donne lecture d’un acte d’indépendance du Tonkin et de l’Annam ; Le 14 avril, il annonce l’annexion de la Cochinchine. C’est la réunification du Vietnam.

 

* * *

Extraits

[les passages en italique sont de Belle Indochine]

Éducation

“Tous les jours mon précepteur, un mandarin lettré venait m’enseigner, à travers les entretiens de Confucius, les devoirs et charges du Prince. Pendant 4 ans, j’ai ainsi vécu seul, prenant mes repas seul, au rythme d’un programme immuable ou chaque journée était identique à la précédente.

Une à deux fois par mois, j’étais autorisé à assister à repas que prenait mon père [l’empereur Khai Dinh]. Plus rarement, alors qu’il se rendait à la Résidence Supérieure, il m’emmenait avec lui. J’avais le loisir de m’amuser avec les enfants du Résident Pasquier, qui parlaient couramment  la langue vietnamienne.

Pendant cette période, je n’ai jamais eu de jouet.”

“D’ailleurs, contempler la nature, ainsi que je le faisais tous les jours, c’est jouer avec l’univers tout entier. Comme mes études, mes jeux étaient graves, emprunts de respects pour l’ordre établi.

Parfois, à l’occasion d’anniversaires, je pouvais me rendre au palais des reines, situé de l’autre coté que celui de l’empereur, et bordé d’un mur aveugle. Chaque épouse royale y disposait d’un appartement royal. L’impératrice douairière y occupait la 1ère place. Dans ces occasions, j’allais la saluer suivant un cérémonial très strict, ne lui parlant qu’à genoux, alors qu’elle se tenait quasiment invisible derrière un rideau de fin bambous. Le palais des femmes comptait encore quelques eunuques, et de nombreuses servantes, chaque épouse royale disposant d’un nombre de domestique proportionnel au rang qui lui était attribué. Ces servantes me préparaient de somptueuses collations qui faisaient diversions dans la nourriture assez spartiate que l’on me servait tous les jours. […]

Certes, ce régime d’où tous les exercices physiques étaient proscrits, n’était guère sain pour un jeune enfant. Il explique d’ailleurs à lui seul la mortalité précoce d’un grand nombre de princes. Mon grand père est mort à 25 ans, son frère à 14 ans. A 9 ans, je pesais à peine plus de 20 kilos.”

Intronisation

“Un soir de novembre 1925, M. Charles m’attend à la sortie des cours.

Mon cher Vinh, j’ai une nouvelle bien triste à vous annoncer. L’empereur Khai Dinh est mort avant hier  [25 novembre 1925]. Vous allez partir pour assurer la succession de votre père. […]

J’avais 12 ans.

“Nous arrivons à Hué à la fin du mois de décembre. Mon caractère s’est affermi mais je suis préoccupé par la succession. Avant de mourir, mon père a exprimé sa volonté de me voir poursuivre mes études en Europe. Les autorités française consultés par la cours de hué ont donné leur accord. Le Conseil d’État ou secret a donc nommé un régent qui exercera le pouvoir jusqu’à mon retour. […]

Quelques jours après que furent prises ces dispositions, le 8 janvier 1926, à la date fixée par les astrologues comme la plus favorable ont lieu mon couronnement.

La veille, je me suis rendu dans le palais de Can Chanh, pour y recevoir les ornements royaux. On m’a revêtu de la propre tenue de l’Empereur Gia Long, fondateur de notre dynastie. Cette tenue est précieusement conservée comme une relique et ne sert que pour les cérémonies de couronnement. Tunique jaune, décorée de broderie d’or, avec les bottes assortis, chaussures en forme de cothurnes à semelle épaisse dont la pointe se relève, puis la coiffure, sorte de tiare à fonds de crin, ornée de broderie et de pierres précieuses.

L’un des 4 membres du Comat m’a alors remis la plaque d’or, “ordre royal”, qui est accroché au coté droit de la tunique, un très haut mandarin m’a présenté, de la part de la Cour, le Livre d’Or, ouvert au commencement de chaque règne, sur lequel sera inscrit le nom que je porterai dorénavant : Bao Dai, qui signifie “le protecteur de la grandeur”.”

Retour en Annam

Quelques années plus tard, en 1932, Bao Dai rentre dans son pays. Il se pose alors la question de son rôle :

“Quels seront mes prérogatives ?

Après la mort de Khai Dinh en 1926, une convention a été passée avec la France, à la suite de laquelle le conseil se plaça sous la présidence du Résident Supérieur, à qui nous rendons compte et présentons nos propositions”.

Les décisions sont prises par le Résident Supérieur et son cabinet, en particulier pour tout ce qui concerne le budget.

– personne ne m’a jamais parlé de cette convention. Si j’avais été mis au courant, je ne l’aurai jamais acceptée.

– Sire, elle a été signée par le Conseil de Régence. Pratiquement, elle a transféré au Résident Supérieur les dernières attributions du Gouvernement Impérial aux plans politiques et judiciaires. Pour le Tonkin, c’est la Résident Supérieur du Tonkin qui exerce désormais les prérogatives de vice roi.”

Voyage organisé au Tonkin

Il a alors 19 ans. Un voyage est organisé peu après son retour au Tonkin, pour faire visiter à l’Empereur une région qu’il n’a jamais vue. Des réceptions sont organisées à Hanoi. Visite des mines de Hon Gai. 

“Pour moi, ce sont les français qui me font découvrir mon pays et, au cours de ce voyage, je fais un peu figure de vassal de la France. […]  Ce voyage m’a incontestablement révélé une nouvelle dimension de mon pays. Les possibilités industrielles du Tonkin devraient faciliter son accession au rang des nations modernes. [..] Je n’en reviens pas moins assez déçu de ce séjour. En effet, j’ai encore mieux ressenti à Hanoi, où j’ai étais reçu en invité alors que j’étais chez moi,  combien est infime le rôle qu’on attend de moi. Tout ce qui concerne, en fait, la vie quotidienne, l’avenir de mon pays et de mon peuple m’est interdit. Je ne suis plus qu’un personnage de théâtre qui apparaît de temps en temps sur la scène mais qui ne mène pas le jeu.”

Tentative de réformes

“Le 10 septembre 1932, je fis publier une ordonnance dans laquelle je déclarais ma volonté de gouverner avec le concours du peuple, sous la forme d’une monarchie constitutionnelle, et de réformer tout ce qui avait besoin de l’être : le corps mandarinal, l’enseignement et la justice.

Cette déclaration obtint un très grand succès dans la population, notamment dans la jeunesse vietnamienne qui attendait un changement. […]

L’avenir se présentait sous d’heureux auspices. Je savais qu’il ne fallait rien brusquer si je ne voulais pas subir le sort de certains de mes prédécesseurs. […]

C’était mal connaître l’administration française, ce que l’on appelait “les services civils”. Appuyés par les milieux nationalistes, ils opposèrent aussitôt une sourde résistance à toutes tentatives de réformes. Pourtant celles-ci étaient indispensables. Il faut savoir qu’à cette époque, si un Annamite était admis à égalité de titres dans les cadres de l’Administration, comme les français, il était loin de percevoir le même traitement. Ainsi, un gouverneur de grande province […] gagnait moins qu’un simple agent de police européen engagé à Hanoi. Dans ces conditions, il était inévitable que pour tenir leur rang et ne pas perdre la face,  certains mandarins fussent pousser à abuser de leur situation auprès du peuple. […] Elles avaient aussi une autre conséquence, non moins grave : elles provoquaient le découragement des meilleurs éléments […].

Une lutte pied à pied s’engagea pour tenter de reprendre quelque unes des décisions qui avaient pratiquement vidé le traité de protectorat de son contenu. L’administration fut la plus forte, et toute tentative fut paralysée.”

Au bout de quelques mois, les deux proches collaborateurs engagés par Bao Dai présentèrent leur démission, faute de pouvoir de réformer quoique ce soit.

Déception confirmée

“Vous m’avez dit que mon père était revenu très déçu de son voyage en France de 1922. Maintenant, au bout de 18 mois de présence ici, j’éprouve la même déception. De  ses conversations à Paris, mon père avait espéré obtenir le retour au régime réel du protectorat. Moi, j’ai cru pouvoir réaliser des réformes qui auraient abouti au même résultat. Tout a été vain. J’en arrive à penser que les nationalistes ont raison.[..] Malraux disait: “il est difficile de concevoir qu’un annamite courageux soit autre chose qu’un révolutionnaire”.

La 2ème guerre mondiale

“Contrairement à ce qu’on a pu croire, la défaite de la France en juin 1940 n’a pas provoqué au Vietnam un relâchement des liens qui existaient entre les deux pays. En réalité, le peuple vietnamien éprouvait une grande compassion à l’égard des malheurs qui frappaient la nation protectrice et la population n’a peut être jamais été aussi proche de la Communauté française qu’à cette époque là. Ainsi, lorsqu’il fut fait appel à elle, répondit elle avec générosité à toutes les collectes organisées par le Secours National. Sans doute y avait il dans cette attitude du peuple vietnamien l’espoir que plus tard la France, en retour, accomplirait un geste en faveur du Vietnam et de son indépendance.”

Coup de force des Japonais

L’ambassadeur du Japon en Indochine s’entretient, le 9 mars 1945, avec l’Empereur :

“Le Japon a été contraint de prendre les affaires en main en Indochine en raison des activités subversives de la résistance française. Celle ci recevait des armes et avait l’intention de gêner les mouvements de notre armée”. L’ambassadeur précise “Nous voulons redonner l’Asie aux Asiatiques”.

Puis l’ambassadeur ajoute : ” Je suis chargé de remettre à votre majesté l’indépendance du Vietnam”. […]

“Puis je donc laisser passer la proposition qui nous est offerte ? L’indépendance, c’est le rêve de tous les vietnamiens !” En toute connaissance de cause, je prends ma décision : il faut savoir saisir l’occasion tout en essayant de réduire au minimum les exigences et les ingérences”.

 L’indépendance est donc proclamée le 12 mars 1945.

A l’issue du cessez le feu des Japonais :

“Je suis moi même profondément ému. L’œuvre que mes ancêtres n’avaient pas pu faire aboutir, je l’ai conduite à son terme. Le Vietnam est réunifié et indépendant”. Les souffrances endurées par mon peuple n’ont pas été vaines.”

Il écrit à de Gaulle :

“Vous avez trop souffert pendant 4 ans pour ne pas comprendre que le peuple vietnamiens qui a 20 siècles d’histoire et un passé souvent glorieux ne veut plus, ne peut plus supporter aucune domination, ni aucune administration étrangère.”

Abdication  

“Devant la volonté  unanime du peuple vietnamien prêt à tous les sacrifices pour sauvegarder l’indépendance nationale, nous prions respectueusement votre majesté de bien vouloir accomplir un geste historique en remettant ses pouvoirs”. Signé : le comité de patriotes représentant tous les partis et toutes les couches de la population.

Ils veulent une révolution, je vais la faire mais sans verser le sang, par une évolution politique. Si l’on tient compte de l’histoire des peuples, il n’y a qu’une seule solution : mon départ.”

Ceux qui l’ont rédigé sont des patriotes qui veulent comme moi l’indépendance et l’unité du Vietnam. Il ne aucune idée de qui se cache derrière les signataires. “Ils ont des contacts, des moyens, des armes ; je n’ai rien”.

Bao Dai est d’accord pour abdiquer. Mais à qui renvoyer la réponse ? Qui est ce fameux “comité de patriotes” ? Les conseillers se renseignent, mais reviennent bredouille.

“Alors je lance un message dans le vide, comme une bouteille à la mer. Par télégraphe, je m’adresse au “Comité des patriotes” à Hanoi.

“Répondant à votre appel, je suis prêt à m’effacer. A cette heure décisive de l’histoire  nationale, l’union signifie la vie, et la division la mort. Je suis prêt à tous les sacrifices pour que cette union puisse se réaliser et demande aux chefs de votre Comité de venir le plus tôt possible à Hué pour le transfert des pouvoirs”.

“Leur incontestable succès n’est il pas le signe qu’ils ont reçu mandat du ciel ?”

“Indépendance pour la patrie, Bonheur pour le peuple. Pour ces 8 mots et pendant 80 ans, tant de nos frères et de nos sœurs ont sacrifié leur vie dans la jungle, les forêts et les prisons que, comparer aux sacrifices de ces milliers de héros et d’héroïnes, mon abdication n’est qu’une très petite chose.”

“Enfin libre !”

“Maintenant, il fait que le peuple se serre les coudes autour d’une équipe apparemment plus capable que moi de réaliser l’indépendance.”

Quelques heures après, suite  à la déclaration d’indépendance du Vietminh, il déclare :

“Cette proclamation comporte un réquisitoire contre le colonialisme française dont la violence me surprend…”

 Le 31 juillet 1997, le dernier Empereur du Vietnam meurt à Paris. Il est enterré au cimetière de Passy. Il faudra néanmoins attendre le 20 mai 2006, soit presque 10 ans, pour que le dernier Empereur ait droit à un monument funéraire au lieu d’une simple plaque de béton…

Source : Belle Indochine

Việt Nam ! Việt Nam ! Việt Nam ! (Cablogramme de l’exécution)

[ndlr] Témoignage du journaliste Louis Roubaud sur l’exécution des 13 partisans nationalistes du VNQDD guillotinés à Yen-Bai le 17 juin 1930.

Viêt Nam ! Viêt Nam ! Viêt Nam !

(Cablogramme de l’exécution)

Yen-Bay, 17 juin, 6 heures du matin.

Viet Nam ! Viet Nam ! Patrie du Sud ! Patrie du sud !

Ici le petit jour réglementaire se confond avec la nuit. Il est 6 heures; il n’ y a pas vingt minutes que le soleil s’est annoncé en colorant de carmin le bois des Laquiers… et tout est fini.

Treize hommes ont subi le châtiment.

Cela se passait dans un pré qui aurait pu être un terrain de foot-hall et qui est encadré par quelques bâtiments neufs, sans  étage, propres et coquets, de style colonial: la caserne de la garde indigène, la maison des passagers… Je logeais dans la maison des passagers et j’ai été éveillé cette nuit par des voix, des ordres, des coups de marteau. On dressait la machine à cinquante mètres de ma chambre à coucher ! Je suis sorti en sandales et en pyjama et j’ai aperçu dans la cour de la caserne indigène de longues caisses rangées comme des dominos; j’en comptai quinze et je demandai :

– Ils sont donc quinze?

– Non, treize, mais le chiffre a été tenu secret jusqu’à la dernière minute et nous avons compté largement pour ne pas être pris au dépourvu.

Je suis rentré, je me suis étendu sous la moustiquaire, sur mon drap moite. Le travail était fini au milieu du pré. Les coups de marteau ont cessé, les voix se sont tues. Le silence s’est emparé de la nuit; les insectes se sont emparés du silence.

La sauterelle dit : « cricri » ; le margouillat dit : « tectec » ; le toquet dit : « tock qué » ; la cigale brise ses entrailles sonores et le crapaud buffle meugle comme un ruminant. Pourtant, ce vacarme est encore du silence lorsque nul être ne parle plus.

C’était une nuit d’été tonkinois, si chaude qu’on aurait voulu demander grâce, toute remplie d’humidité, empestée ou parfumée – on ne sait plus – par la pourriture végétale. Des cancrelats mordorés avaient entrepris l’ascension de mon lit, de stupides sauterelles se heurtaient contre l’ampoule électrique que j’avais laissé allumée.

Au bout d’une heure ou deux, les hommes sont revenus, mais on les entendait à peine : huit cents pieds nus de tirailleurs frappaient l’herbe. La garnison de Yen-Bay se rangeait en carré aux quatre limites du pré.

Je me suis habillé et j’ai rejoint un groupe d’Européens qui se tenaient devant le mur de la garde indigène. En face de nous, de l’autre côté du champ, derrière la haie des deux sections de tirailleurs et de la section de l’infanterie coloniale, je voyais le public indigène assez réduit et parfaitement silencieux.

A cinq heures moins cinq, le premier homme déboucha en haut du petit raidillon qui conduit de la prison à la prairie. Je dis : le premier homme, c’était plutôt un groupe : quatre fantassins coloniaux, baïonnette au canon, deux fantassins coloniaux sans armes, pour parer à la défaillance physique des suppliciés pendant le court trajet. La petite troupe était conduite par le résident de Bottini. Elle atteignit, au pas accéléré, cette chose qui était surgie peu à peu de l’ombre, qui s’était dessinée dans l’aurore et qui ressemblait à un agrès de gymnastique. La guillotine à ras de terre, une planche à peu près de la taille d’un homme, est dressée devant la lunette…

Les soldats s’écartent, Je petit supplicié en sarrau blanc apparaît. Alors, M. d ‘Hanoï, le bourreau annamite, lui met la main sur l’épaule et lui parle, il le conduit sans cesser de l’exhorter jusque devant la planche… qui bascule comme une trappe.

– Que lui a-t-il dit?
– Il lui a dit : n’aie pas peur, on ne sent rien…

Le petit groupe est retourné à la prison pour chercher le suivant.

Treize fois, M. de Bottini a interrompu l’homme en train de tirer avidement les bouffées de tabac noir par le tuyau de la pipe à eau, la caïdieu, et il a signé treize levées d’écrou.

Presque tous les condamnés avaient accepté, avec le verre de chum-chum, les bons offices des missionnaires, les pères Méchet et Dronet, qui leur proposaient de transmettre leurs dernières volontés à leurs familles; presque tous ont écrit une ultime lettre. Les deux derniers exécutés ont été Pho Duc Chinh, « Droit et Vertu » et N’guyen Thaï Hoc ou le « Grand Professeur ll. L’un était le lieutenant, l’autre le fondateur et président du parti nationaliste annamite.

Avant eux avaient expié : Bui le Conciliani, Bui le Messager, N’Guyen le Pacifique, Ha le laborieux, Duc le Mesquin, N’Guyen le Prospère, N’Guyen le Bienfaiteur, N’Guyen le Charitable, N’Guyen le Puits de pierres précieuses, Ngo le Séducteur, Do le Quatrième fils. Tous m’ont paru marcher sans forfanterie et mourir simplement .

Afin que le secret de l’exécution fût gardé jusqu’au dernier instant, les treize condamnés ont été transférés, pendant la nuit, d’Hanoï à Yen-Bay, par train spécial.

La machine est arrivée sournoisement, dans l’obscurité.

En ville, nul ne se doutait de rien. Le fourgon qui transportait la guillotine a croisé devant la place du marché une colonne de pitres et de clowns qui faisaient en musique la parade, dans les rues de la ville, pour attirer le public jusqu’à leur cirque ambulant.

Yen-Bay, 12 juin 1930, 12 heures.

Il était six heures, ce matin, lorsque je vous ai câblé. J’ai dû me hâter, je n’ai pu tout dire.

Avant l’aurore, autour de la machine éclairée par quelques lampes électriques, ceux qui avaient surveillé le montage parlaient pour attendre l’heure légale et parce que les minutes semblaient longues. Parmi eux se trouvaient quelques inspecteurs de police qui avaient voyagé cette nuit même d’Hanoï à Yen-Bay, dans le wagon de quatrième classe, avec les treize. Ils se communiquaient leurs impressions sur chacun. Pendant quatre heures de trajet, ils les avaient vus vivre leurs dernières heures. Des condamnés, liés par une main, deux à deux, conversaient familièrement entre eux avec ceux de leurs gardiens qui parlaient l’annamite et avec le père Dronet, l’aumônier de la prison d’Hanoï, qui avait entrepris de les catéchiser.

Du était lamentable et se prétendait innocent.

– C’est vrai ! appuyait Pho Duc Chinh, aussi vrai qu’il me faudrait trois têtes pour payer ma part, la tête de ce pauvre Du est de trop.

Deux autres agonisants, effondrés dans un coin, accroupis à la mode annamite, demeuraient silencieux, blêmes de peur. Mais les neuf autres s’efforçaient de s’encourager.

– Nous allons être bien accueillis à Yen-Bay, disaient-ils, nous allons trouver sur le quai de la gare nos chers camarades Hoang, Tiep, Thuyet et Luong !

C’étaient les noms de quatre hommes exécutés dans cette ville le 8 mai dernier.

– Nous ne sommes pas des criminels, mais des vaincus.

N’guyen, le Grand Professeur, discutait avec le père Dronet.

– Pourquoi voulez-vous que je me repente ? je ne regrette rien.

Et il citait les vers français :

Mourir pour sa patrie,
C’est le sort le plus beau,
Le plus digne d’envie…

Ngoc Thinh – Puits de pierres précieuses – s’informait auprès d’un inspecteur :

– Le sergent Bouhier est-il mort?

– Malgré les trente coups de coupe-coupe que tu lui as donnés, il s’est rétabli. Ce n’est pas de ta faute.

– Alors il est juste que je meure.

Ceux qui rapportaient ces paroles concluaient :

– Ce sont tous des orgueilleux; ils ont crâné toute la nuit.

Pourtant, le matin, avant l’aurore, le père Dronet et le père Mechet parvinrent à convaincre la plupart des intraitables. Dans neuf cellules, ils versèrent l’eau sur le front, déposèrent le sel sur la langue des neuf condamnés qui avaient accepté, peut-être pour prolonger leur vie de quelques minutes, d’être baptisés in extremis.

J’ai dit que pour aller de la prison au champ du supplice, les hommes, les mains liées derrière le dos, montaient un petit raidillon. Ce raidillon est surplombé par une sorte de talus, bordé d’une barrière de bambous et où s’élèvent des paillotes. Les habitants des quatre ou cinq maisons s’étaient groupés pour voir monter les condamnés. Lorsque passa Dao Van N’hit, un garçon de vingt ans que soutenaient deux robustes légionnaires, on entendit une voix de femme :

– 0 cha oi em oi!

C’était ]a mère. Ses paroles voulaient dire : Oh! hélas! mon petit enfant!

En arrivant sur la prairie, N’guyen Van Cuu, dit « Le Charitable », s’écria :

– Toi xin noi (je veux dire quelque chose)

Mais un légionnaire lui appliqua une main sur la bouche. Quelques instants après, Nguyen Van Thinh, « Le Prospère, » commença :

– Viet Nam…

Il fut bâillonné de même. Et de même encore les autres.

– Viet Nam !. .. Viet Nam !.. . Viet Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à mes oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Thai Hoc, le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une voix forte et bien timbrée entonna : « Viet Nam!… » et la main du légionnaire étouffa son cri.

• • •

Ayant vu mourir ces hommes, je suis allé cet après-midi dans la caserne, au fort, dans les petites villas d’officiers, où erraient encore les ombres d’autres suppliciés.

– Dans cette pièce obscure, me dit un officier, j’ai aperçu mon camarade Jourdan étendu. Il tenait à la main une lanterne électrique allumée dont le réflecteur était dirigé par un hasard tragique sur son visage. Je pris la lanterne, je secouai mon ami, il était mort.

Dans ce lit, Bouhier a été lardé au coupecoupe. Devant cette grille, le sergent Damour était étendu, le crâne scalpé, le ventre ouvert, les bras tordus…

Sous cette véranda, la pauvre petite Mme Robert, une jeune femme de vingt-quatre ans, avait traîné le corps de son mari, tué dans la salle à manger. Mme Robert a passé toute la nuit serrée contre le corps qu’elle ne voulait pas abandonner. De ses mains, elle comprimait sur le front du cadavre la cervelle jaillie d’une horrible blessure.

Viet Nam ! Viet Nam !… Patrie !… Cruelle Patrie

Louis Roubaud.

 

Réf. : Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931, pp. 153-163.

Aperçu de la réédition de cet ouvrage (2010) sur Google Books

Ouverture de la bibliothèque numérique Người Việt

[ndlr] Depuis la mi-septembre, la bibliothèque numérique mise en place par le journal Nguoi Viet, le plus ancien des quotidiens d’information vietnamiens édité en Californie est ouverte à tous. Elle propose actuellement trois importantes revues intellectuelles publiées au Viêt-Nam avant 1945 : Nam Phong, Thanh Nghi, Tri Tân. D’autres collections  seront disponibles dans le futur comme la grande revue culturelle Bach Khoa éditée sous la République du Viêt Nam (Sud) entre 1957 et 1975 ou la revue d’histoire Su Dia. La presse vietnamienne éditée à l’étranger depuis 1975 devrait aussi rejoindre le portail de Nguoi Viet. En particulier les revues littéraires The Ky 21, Van et Van Hoc… Une initiative salutaire et très attendue, à suivre de très près.

Présentation en vietnamien sur le site de Nguoi Viet :

 

Thư Viện Ðiện Tử Người Việt: Một đóng góp văn hóa mới

Trong quá trình phục vụ cộng đồng Việt Nam hơn ba thập niên qua, nhật báo Người Việt, với tư cách một cơ quan truyền thông, đã mang lại tin tức trung thực và mau chóng; các bình luận thời sự sắc bén kịp thời; các trang chuyên đề như văn học, phụ nữ, cựu chiến binh VNCH, diễn đàn… đem lại cho độc giả nhiều thức ăn tinh thần phong phú hàng ngày.

Sự kiện số lượng báo in phát hành tại địa phương gần 15,000 số mỗi ngày, và độc giả khắp thế giới vào đọc Người Việt Online cùng bản tin TV trên Youtube Người Việt đạt đến con số 150,000 trong mỗi 24 tiếng đồng hồ đã nói lên sự tin cậy của đồng bào khắp nơi đối với báo Người Việt.

Có thể nói, Người Việt đã trở thành một định chế văn hóa của người Việt Nam. Ðể ngày càng xứng đáng hơn trong vai trò của mình, công ty Người Việt vừa quyết định thành lập:

THƯ VIỆN ÐIỆN TỬ NGƯỜI VIỆT

Sẽ chính thức có mặt trên Người Việt Online từ trung tuần Tháng Chín, 2012.

Nội dung của Thư Viện Ðiện Tử Người Việt, dự trù gồm có:

  • Những tờ báo giá trị của lịch sử báo chí Việt Nam như Nam Phong, Phong Hóa, Ngày Nay, Thanh Nghị, Tri Tân… của thời kỳ trước 1945; báo chí thời Việt Nam Cộng Hòa như tạp chí Bách Khoa, tập san Sử Ðịa…; báo chí tiếng Việt hải ngoại như Thế Kỷ 21, Văn, Văn Học…; và hiển nhiên là không thể thiếu hàng ngàn trang báo của chính Người Việt trong mấy chục năm qua.
  • Sách và tài liệu tiếng Việt có giá trị về văn học và biên khảo.
  • Tất cả các sách, báo được đưa vào thư viện dưới dạng sao chụp bằng phương tiện điện tử từ bản nguyên thủy. Ngoài số tài liệu chúng tôi hiện có, Thư Viện Ðiện Tử Người Việt tiếp tục sưu tầm báo chí, sách vở các loại để lựa chọn, phân loại trước khi đưa vào thư viện để phục vụ nhu cầu nghiên cứu, học hỏi lẫn giải trí của độc giả. Ðây sẽ là nơi tàng trữ những thành tựu văn hóa trong dạng chữ viết; mọi người bất cứ ở đâu, bất cứ lúc nào cũng có thể vào đọc mà không kèm theo một điều kiện nào.

Ðể kho văn hóa này ngày một phong phú, chúng tôi kêu gọi tất cả quý độc giả cùng chung tay đóng góp các tài liệu mà quý vị có. Lắm khi chỉ vài số báo cũ cũng làm đầy đủ được một bộ sưu tầm còn thiếu. Lắm khi tài liệu riêng tư từ gia phả của một dòng họ sẽ trở nên cực kỳ quý giá để soi sáng nhiều vấn đề còn nghi vấn của lịch sử văn học hay chính trị. Nếu quý vị gửi cho chúng tôi tài liệu bằng giấy, nếu có yêu cầu, chúng tôi sẽ xin hoàn lại đầy đủ cho quý vị sau khi sao chụp. Nếu là tài liệu đã được scan thì càng tiện, quý vị có thể gửi bằng e-mail hoặc dạng đĩa qua bưu điện.

Mọi liên lạc với Thư Viện Ðiện Tử Người Việt xin qua các địa chỉ:

E-mail: toasoan@nguoi-viet.com

Thư Viện Ðiện Tử Người Việt, 14771 Moran Street, Westminster, CA 92683, USA.

Ðiện thoại (714) 892-9414.

Cách vào thư viện: Sẽ được thông tin chính xác trong thời gian tới.

Programme d’action du Parti Communiste Annamite – Mars 1930

Traduction des statuts et du programme d’action

du Việt-Nam Cộng-sản Đảng

(Parti Communiste Annamite) – Mars 1930

Etendard officiel du PCV
www.cpv.org.vn

Nom :

Đảng Cộng-sản Việt-Nam (Parti Communiste Annamite).

But :

Le parti communiste du Việt-Nam a pour but de diriger les classes prolétariennes en vue d’abattre le capitalisme et l’impérialisme et d’instaurer une société communiste.

Conditions d’admission :

Tout individu fidèle aux principes communistes, aux statuts du parti et à l’internationale communiste, désireux de consacrer ses forces à la lutte des classes, consciencieux et risquant sa vie, obéissant aux ordres de ses chefs et contribuant aux dépenses de la communauté, peut être admis dans le parti.

L’ouvrier qui désire son admission doit être présenté par un membre du parti et faire un stage de trois mois. L’artisan, le cultivateur ou tirailleur qui désire son admission doit être présenté par deux membres du parti et faire un stage de six mois. Tout étudiant ou membre d’un parti étranger doit être présenté par deux membres du parti et faire un stage de neuf mois. L’adhérent âgé de moins de 21 ans est versé au groupe de la jeunesse communiste.

Structure de l’organisation :

La sous-section comprend tous les membres appartenant à une usine, à un atelier, à une mine, à une ligne de chemin de fer, à un bateau, à une concession, à un village, à une rue, etc…

Section de sous-préfecture, Section de bourgade, Section de quartier :

La Section de sous-préfecture comprend les sous-sections d’une sous-préfecture.

La Section de bourgade comprend les sous-sections de peu d’importance.

La Section de quartier comprend les sous-sections d’une grande ville telle que Saigon, Cholon, Haiphong et Hanoi ou d’une grande exploitation industrielle (Mines de Hongay par exemple).

Section de province, Section de ville et Section spéciale :

La Section de province comprend toutes les sections de sous-préfecture et de bourgade d’une province.

La Section spéciale comprend les sections de quartier d’un grand centre industriel.

Trung-ương (Comité Central).

Attributions des membres du parti.

a) Propagation des principes communistes et embrigadement des masses prolétariennes ;

b) Participation aux luttes politique et économique des ouvriers et cultivateurs ;

c) Application des décisions et de la politique du parti et de l’internationale communiste ;

d) Enquête générale ;

e) Recrutement et dressage de nouveaux adhérents.

Droits des membres du parti :

Réunion des sous-sections. – Tout membre stagiaire a voix délibérative et peut émettre son avis, mais il n’a pas le droit de décider, d’élire et d’être élu.

Des sections et des comités exécutifs :

a) Chaque section est dirigée par un comité exécutif qui fixe les travaux des adhérents et en surveille l’exécution ;

b) Le comité exécutif rend compte aux adhérents de toutes les questions qui les intéressent.

Dépenses :

a) Les dépenses sont couvertes par les cotisations des membres et le montant des collectes ;

b) Les cotisations mensuelles sont fixées par le Comité exécutif en tenant compte de la situation pécuniaire de chacun ;

c) Tout adhérent malade ou sans travail est dispensé de paiement de sa cotisation mensuelle.

Discipline :

a) Tout adhérent ne peut changer de localité sans l’autorisation du parti ; il est versé d’office à la section de la localité dans laquelle il s’installe ;

b) Tout adhérent a le droit de discuter et d’opiner et le devoir de se soumettre à toutes les décisions prises à la majorité des voix ;

c)  Tout adhérent coupable est puni par le comité exécutif de sa section ou par les représentants du parti réunis en assemblée générale.

 

PROGRAMME D’ACTION DU PARTI

Le développement économique de l’Annam a suivi le développement économique impérialiste ; les capitaux étrangers sont centralisés dans les banques, les capitaux du pays s’accroissent, les industries grandes ou petites sont toutes prospères, le nombre des ouvriers augmente sans cesse, celui des cultivateurs et des artisans souffrant de la misère est de plus en plus élevé, etc…

Néanmoins, le système féodaliste subsistant et l’engeance des hobereaux régnant en maître, nous prônons la révolution agraire et la révolution bourgeoise démocratique comme prélude à l’instauration de la société communiste.

A – Au point de vue social :

a) La population est libre de s’organiser ;

b) Enseignement professionnel général.

 

B – Au point de vue politique :

a) Combattre l’impérialisme français et le féodalisme régnicole ;

b) Rendre l’Annam entièrement libre ;

c) Instituer un gouvernement composé de travailleurs, d’agriculteurs et de militaires ;

d) Organiser des milices prolétariennes.

 

C – Au point de vue économique :

a) Annuler tous les emprunts nationaux ;

b) Confisquer tous les moyens de production (sociétés de transport, banques, etc…) des capitalistes français au profit du gouvernement prolétarien ;

c) Confisquer toutes les concessions des impérialistes français et les répartir entre les pauvres cultivateurs annamites ;

d) Supprimer les impôts en faveur des pauvres ;

e) Développer l’artisanat et l’agriculture ;

f) Appliquer la journée de huit heures ;

 

D – Autres points de vue :

a) Conditions d’admissions ;

Les conditions d’admissions trop sévères pour la titularisation des stagiaires et l’admission des ouvriers dans les syndicats.

b) L’organisation défectueuse du parti est cause de son isolement et de son éloignement des masses populaires ; d’où danger extérieur et intérieur.

c) Suppression des partis Thanh-Niên et Tân-Việt dont la politique s’écarte considérablement de celle de l’internationale communiste.

d) Mode d’élection des membres du comité central provisoire :

1° Désignation par le comité central d’Indochine de cinq délégués pour le Tonkin et l’Annam.

2° Pour la Cochinchine, désignation de deux délégués choisis par délégués de l’Annam et du Tonkin.

3° Le programme et la tactique du Cộng-Sản Việt-Nam seront fixés par les représentants de la IIIe internationale.

e) Les statuts du parti rédigés par les représentants de la IIIe internationale seront lus sommairement en présence de chaque postulant.

f) Les cellules existantes seront dissoutes :

1° En rejetant toute nouvelle demande d’admission ;

2° En admettant dans le syndicat des ouvriers et des paysans les prolétaires qui ne peuvent adhérer au parti ;

3° En versant au syndicat des étudiants tous les étudiants ne pouvant pas être admis dans le parti ;

4° En inscrivant à la section anti-impérialiste tous les autres camarades intellectuels ou petits bourgeois.

f’) Les groupes de défense seront dissous et leurs membres seront versés à la section anti-impérialiste.

 

Source : « Traduction des statuts et du programme d’action du Việt-Nam Cộng-sản Đảng (Parti communiste annamite). – 1930 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° IV. Le “Đông-Dương Cộng-sản Đảng” ou “Parti communiste indochinois” (1925-1933), 1933, pp. 73-75 (Annexe n° 5). [présentés par Louis Marty, Directeur p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].