Archives de catégorie : Archives

Les Missions Etrangères de Paris créent l’Institut de recherche France-Asie

Communiqué de presse des Missions Etrangères de Paris du 4 novembre 2019. Nous saluons cette belle initiative.

Depuis septembre 2019, les archives, bibliothèques, iconothèque, cartothèque et collection d’objets des Missions Etrangères de Paris (MEP) sont regroupées au sein d’un institut de recherche : l’IRFA. Dans la continuité du travail effectué sur le patrimoine historique des MEP depuis 360 ans, cette nouvelle institution se donne pour but de le valoriser auprès du plus large public.

Chercheurs en toutes spécialités, l’IRFA est à votre service. Nos fonds sont issus des travaux missiologiques, théologiques, linguistiques, ethnographiques, cartographiques et scientifiques des prêtres et communautés des MEP, de 1658 au XXIe siècle, dans 15 pays s’étendant de l’Inde au Japon.

  • En ligne, vous pouvez préparer vos recherches sur notre site www.irfa.paris.
  • Sur place, vous serez accueillis dès maintenant dans nos salles de lecture : bibliothèque asiatique, cartothèque et iconothèque sont ouvertes sur rendez-vous ; les archives seront à votre disposition à partir du 6 janvier 2020.

En coulisses, l’équipe de l’IRFA travaille à vous fournir les ressources nécessaires à vos recherches : catalogues, inventaires, notices biographiques, etc. Pour assurer aux collections un avenir pérenne, nous numérisons manuscrits, photos, cartes et même films et enregistrements audio. Une quantité croissante de documents sera ainsi à votre disposition sur notre site internet. Les collections des MEP continueront à s’enrichir.

L’IRFA s’attachera à partager les connaissances léguées par plus de 4 300 missionnaires, passeurs de culture entre la France et l’Asie.

Infos pratiques
28 rue de Babylone, 75007 Paris
www.irfa.paris
Contact IRFA
Marie-Alpais Dumoulin, directrice
Tél. : +33 1 44 39 91 30 – contact@irfa.paris

Site internet : https://www.irfa.paris/fr

Compte-rendu – Journée d’études : (Dé)construire les “archives coloniales”

Signalement du compte-rendu de deux parties de Vincent Bollenot sur cette problématique intéressante pour notre séminaire. Nous remercions cet auteur pour ce partage de connaissances.

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages.

  • Le jeudi, les journées d’études s’ouvrent sur une présentation-visite des ANOM animée par Isabelle Dion, Eve Roy et Delphine Auzepy. Suivent trois panels et deux tables-rondes répartis sur les deux journées.

Lien vers le compte-rendu (1) publié le 26/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/391

  • Ce second billet propose un compte-rendu de la deuxième journée, rythmée par deux panels et une table ronde.

Lien vers le compte-rendu (2) publié le 29/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/403

Illustration “à la une” : Archives nationales – Site de Pierrefitte (détails) / Wikipedia

Inside the BGI social history (1927-1976)

[ndlr] Projet de l’Institut d’Asie Orientale coordonné par François Guillemot.

Les Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), fondées sous la colonisation française en 1927 par la maison Denis Frères (Bordeaux), ont connu une expansion économique importante au Viêt-Nam. Le départ de la France de Saigon en 1956 dans le contexte de la division du pays entre 1955 et 1975 n’a pas interrompu sa production.

A partir d’une documentation unique constituée d’une partie du fichier du personnel de la société, le projet vise à établir une histoire sociale et cartographique de la BGI. Cette documentation nous permettra d’étudier l’évolution du personnel, ses origines sociales et ses déplacements au Sud Viêt-Nam dans les années soixante et soixante-dix.

Le projet vise ainsi à restituer l’évolution et le rayonnement de cette société sous la République du Viêt-Nam jusqu’à la réunification, date à laquelle la société change de nom pour Brasseries et Glacières Internationales.

La préservation sur le long terme de ces documents internes à la société, constitués pendant la guerre du Viêt-Nam, apparaît également comme une nécessité pour les recherches actuelles et futures.

Si vous avez travaillé dans cette société pendant la période de la République du Viêt-Nam, n’hésitez pas à nous contacter : francois.guillemot@ens-lyon.fr

The Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), founded under French colonization in 1927 by Denis Frères (Bordeaux), experienced significant economic expansion in Vietnam. The departure of France from Saigon in 1956, and the division of the country between 1955 and 1975, did not interrupt its production.

Based on a unique documentation consisting of the company’s personnel files, the project aims to establish a social and cartographic history of the BGI. This documentation will allow us to study the evolution of the staff, their social origins and their geographic movements within South Vietnam in the 1960s and 1970s.

The project thus aims to reconstruct the development and influence of this company in the Republic of Vietnam at war until reunification, when the company changed its name to Brasseries et Glacières Internationales.

It appears necessary to preserve these internal documents digitally in a long term in order to support future research projects and maintain this specific historical record.

If you worked in this company during the period of the Republic of Vietnam, please do not hesitate to contact us: francois.guillemot@ens-lyon.fr


Archive of FULRO Colonel Kosem to Shed New Light on Insurgency [VOA]

[ndlr] Signalement d’un article présentant un fonds d’archives d’un chef militaire cambodgien qui pourrait permettre de mieux comprendre l’histoire du FULRO, le mouvement insurrectionnel montagnard des hauts-plateaux du Viêt-Nam. Article de Aun Chhengpor et Nov Povleakhena pour VOA Khmer.

Les Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO.

On an overcast afternoon last week, rain lashed the roofs of the modest villas of Phnom Penh’s well-to-do Boeung Keng Kang neighborhood.

At one house, decorated with antiques and handmade wooden furniture, portraits of a smiling man in a paratrooper’s uniform is on display.

The man was Les Kosem, born an ethnic Cham in the 1920s, who later rose to become one of Cambodia’s highest-ranking generals during the Second Indochina War.

His complicated relationship with the resistance movements of the highland peoples of Vietnam, the Cham in Cambodia and Khmer in the Mekong region, made him one of the most controversial of Cambodia’s decorated military leaders over the years leading up to the Khmer Rouge takeover in 1975.

Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO. The group sought greater autonomy for the Cham Muslims and Hindus of Cambodia, for the Khmer people living to the south in modern-day Vietnam, and for the Montagnard hill people.

Lire la suite : VOA, 12/05/2018.

Illustration “à la une” :  Le colonel Les Kosem en uniforme, non datée, offerte au Centre de documentation des archives cambodgiennes par son épouse © Les Kosem Collection/Documentation Center of Cambodia Archives.

Les fonds sonores et les fonds spécialisés et précieux sur l’Asie

Les 20-22 juin 2018 se sont déroulées les 12e Journée DocAsie consacrées cette année aux  fonds sonores et aux fonds spécialisés et précieux sur l’Asie. L’ensemble des communications est disponible aujourd’hui sur le site du réseau. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles ressources en bibliothèque ou des plateformes en ligne.

Concernant l’Indochine, nous attirons votre attention sur le fonds Jules Harmand de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, présenté ci-après par Claude Lorentz :

Jules Harmand (1845-1921) : Médecin, explorateur et diplomate français, Commissaire général du gouvernement au protectorat du Tonkin (1883), consul général à Calcutta (1885), gérant de la légation à Santiago du Chili (1894), chargé de reprendre les négociations frontalières avec le Siam (1894), ministre plénipotentiaire à Tokyo (1894-1905) au moment des conflits sino-japonais puis russo-japonais. Président de la Société de géographie à partir de 1912.

Cette bibliothèque a acquis en 1922 un fonds riche de 660 ouvrages et d’une dizaine de cartes de l’Indochine française de la fin du XIXe siècle.

Signalons également la présentation d’Olivia Pelletier (ANOM) sur « Albert Sallet (1877-1948), un médecin colonial en Indochine » et le contenu de ce  fonds précieux et spécialisé sur la médecine traditionnelle vietnamienne.

Nous ne pouvons résumer ici l’extraordinaire richesse des fonds sonores ou archivistiques présentés lors de ces journées. Chacun peut désormais en prendre connaissance sur le site de DocAsie. Bonne découverte à tous.

FG

ANOM : Dossiers de surveillance sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh

[ndlr] Voici une description détaillée de la documentation disponible sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence. Un instrument de recherche réalisé par Olivia Pelletier, conservateur du patrimoine, spécialiste de l’Indochine.

Cet instrument de recherche n’est pas l’inventaire d’un fonds particulier. Il s’agit de la description détaillée des dossiers de surveillance de Nguyen That Thanh alias Nguyen Ai Quoc, le futur Hô Chi Minh, conservés aux Archives nationales d’Outre-Mer. Ces dossiers dont l’ensemble représente plus de 9000 feuillets ont été établis par les différents services de la Sûreté française en Indochine et en métropole entre 1919 et 1955.

La première partie de l’instrument de recherche concerne le dossier (1 article) issu du fonds du Service de Liaison des originaires des territoires français d’outre-mer (SLOTFOM), établi par le service de la Sûreté en métropole entre 1919 et 1927 ; la deuxième partie décrit les documents (7 articles) produits en Indochine et conservés dans le fonds du Service de protection du corps expéditionnaire (SPCE) rattaché au cabinet du Haut commissaire.

Voir aussi : ANOM

Lê Thanh Nghị, “Report on meetings with Party leaders of eight socialist countries” [1965]

[ndlr] Signalement d’une archive en ligne sur le site du Wilson Center.

North Vietnamese Deputy Prime Minister and Politburo member Le Thanh Nghi recounts his discussions with socialist leaders in the summer of 1965, just as the war in the south was heating up.

“Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries”

During these talks, in each country we focused on providing to the Party and State leaders internal information on the Vietnamese people’s struggle against the American imperialist aggressors and on our Party Central Committee’s assessments and policies. We provided clear explanations of the plots of the American imperialists, described the victories our struggle has won, and explained our strategic resolve to defeat the American imperialists, to defend the North, liberate the South, and to advance toward the peaceful unification of our country. We described our determined resolve to overcome all difficulties and hardships in order to achieve total victory, and we clearly spelled out the certainty of our victory. We also told the Soviet Union and the Eastern European countries that if Vietnam did not resolutely defeat the American imperialist will to commit aggression, the American imperialists would become aggressive and would try to put their foot on our collective heads. They would escalate their acts of aggression and instigate wars against a number of the other fraternal countries, including even the Eastern European countries. We made careful presentations so that the fraternal countries would understand that we were not using only military measures in our struggle and that we were not rigid and machine-like; instead we made it clear that we have a clear and profound understanding of our nation’s most sacred revolutionary mission, which is also a heavy and glorious international duty for us.

In general, in all eight socialist countries that we visited (China, the Soviet Union, Poland, Germany, Bulgaria, Hungary, Czechoslovakia, and North Korea), the Party and State leaders whom we met all indicated that they agreed with our assessments and our analyses; they agreed with the policies and positions of our Party Central Committee; and they said that they would actively support and help us.

[Handwritten: Brother Tuan will type up an official copy, which should be about 20 pages long]

[Handwritten: 24 copies]

Pour citer ce document :

“Lê Thanh Nghị, ‘Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries’,” 1965, History and Public Policy Program Digital Archive, 8058 – “Báo cáo của Phó Thủ tướng Lê Thanh Nghị về việc gặp các đồng chí lãnh đạo của Đảng và Nhà nước 8 nước xã hội chủ nghĩa năm 1965,” Phủ Thủ tướng, Vietnam National Archives Center 3 (Hanoi). Obtained by Pierre Asselin and translated by Merle Pribbenow.

https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/134601

Source : Wilson Center Digital Archive