Archives de catégorie : Ressources

Les Missions Etrangères de Paris créent l’Institut de recherche France-Asie

Communiqué de presse des Missions Etrangères de Paris du 4 novembre 2019. Nous saluons cette belle initiative.

Depuis septembre 2019, les archives, bibliothèques, iconothèque, cartothèque et collection d’objets des Missions Etrangères de Paris (MEP) sont regroupées au sein d’un institut de recherche : l’IRFA. Dans la continuité du travail effectué sur le patrimoine historique des MEP depuis 360 ans, cette nouvelle institution se donne pour but de le valoriser auprès du plus large public.

Chercheurs en toutes spécialités, l’IRFA est à votre service. Nos fonds sont issus des travaux missiologiques, théologiques, linguistiques, ethnographiques, cartographiques et scientifiques des prêtres et communautés des MEP, de 1658 au XXIe siècle, dans 15 pays s’étendant de l’Inde au Japon.

  • En ligne, vous pouvez préparer vos recherches sur notre site www.irfa.paris.
  • Sur place, vous serez accueillis dès maintenant dans nos salles de lecture : bibliothèque asiatique, cartothèque et iconothèque sont ouvertes sur rendez-vous ; les archives seront à votre disposition à partir du 6 janvier 2020.

En coulisses, l’équipe de l’IRFA travaille à vous fournir les ressources nécessaires à vos recherches : catalogues, inventaires, notices biographiques, etc. Pour assurer aux collections un avenir pérenne, nous numérisons manuscrits, photos, cartes et même films et enregistrements audio. Une quantité croissante de documents sera ainsi à votre disposition sur notre site internet. Les collections des MEP continueront à s’enrichir.

L’IRFA s’attachera à partager les connaissances léguées par plus de 4 300 missionnaires, passeurs de culture entre la France et l’Asie.

Infos pratiques
28 rue de Babylone, 75007 Paris
www.irfa.paris
Contact IRFA
Marie-Alpais Dumoulin, directrice
Tél. : +33 1 44 39 91 30 – contact@irfa.paris

Site internet : https://www.irfa.paris/fr

The Viet Nam Population and Housing Census – 2019

Le chiffre du jour. Merci à Patrick Gubry pour cet échange d’information sur le recensement vietnamien de 2019.

Source des images : Tong Dieu Tra Dan So

Pour télécharger les rapports en ligne (PDF) :

Illustration “à la une” : © 2019 GSO

Compte-rendu – Journée d’études : (Dé)construire les “archives coloniales”

Signalement du compte-rendu de deux parties de Vincent Bollenot sur cette problématique intéressante pour notre séminaire. Nous remercions cet auteur pour ce partage de connaissances.

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages.

  • Le jeudi, les journées d’études s’ouvrent sur une présentation-visite des ANOM animée par Isabelle Dion, Eve Roy et Delphine Auzepy. Suivent trois panels et deux tables-rondes répartis sur les deux journées.

Lien vers le compte-rendu (1) publié le 26/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/391

  • Ce second billet propose un compte-rendu de la deuxième journée, rythmée par deux panels et une table ronde.

Lien vers le compte-rendu (2) publié le 29/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/403

Illustration “à la une” : Archives nationales – Site de Pierrefitte (détails) / Wikipedia

Thomas Cooper : Bombing Missions of the Vietnam War

Mis en ligne en 2017, ce récit visuel, basé sur des sources américaines déclassifiées en 2016, donne une vision précise des bombardements pendant la guerre du Viêt-Nam entre 1965 et 1973.

Bombing Missions of the Vietnam War

A visual record of the largest aerial bombardment in history

Between 1965 and 1975, the United States and its allies dropped more than 7.5 million tons of bombs on Vietnam, Laos, and Cambodia—double the amount dropped on Europe and Asia during World War II. Pound for pound, it remains the largest aerial bombardment in human history.

The bombardment of North Vietnam and its neighbors began shortly after the Gulf of Tonkin incident in August 1964, and continued until the last American was airlifted out of Saigon over a decade later. All told, the U.S. Air Force, Navy, and Marine Corps together conducted at least 2.8 millioncombat missions against ground targets, while the air forces of South Vietnam, Laos, Australia, and South Korea added an additional 360,000 missions to the tally.

In late 2016, the United States Department of Defense publicly released records of almost every bombing and ground-attack mission flown during the Vietnam War. (Ground-attack missions are strikes against ground targets using using rockets, missiles, cannons, and other non-bomb ordnance.) The data, meticulously digitized from the aircrews’ original after-action reports, allows us to visually reconstruct the air campaign, shedding new light on its sheer scale, intensity, and complexity. […]

Thomas Cooper is a cartographer and product engineer on the Story Maps team; a displaced Oregonian; a forager of cultural sustenance; a fair-weather motorcyclist; and a onetime expert on Kyrgyz supermarkets.

Accès au récit visuel : https://storymaps.esri.com/stories/2017/vietnam-bombing/index.html

A la recherche de Huế : Constitution du Fonds Võ Quang à l’IAO

Le jeudi 6 juin 2019, les chercheurs Pascal Bourdeaux (EPHE-GSRL-PSL) et François Guillemot (CNRS-IAO) ont réceptionné un don important d’ouvrages sur le Viêt-Nam provenant de la bibliothèque de recherche de M. et Mme Võ-Quang à Sceaux. Présentation succincte ci-dessous.

Le fonds Võ Quang a été constitué par un couple de chercheurs chimistes passionnés par la culture vietnamienne et assidus des cours de l’EPHE sur l’histoire et la culture de la péninsule indochinoise dispensés par le professeur Nguyễn Thế Anh dans les années 1990.

Préservé dans leur appartement de Sceaux, ce fonds rassemble quelques 800 ouvrages en vietnamien et en français autour des thématiques suivantes :

  • histoire, littérature et culture de Huế, l’ancienne capitale impériale. A cet ensemble cohérent s’ajoutent quelques études sur le Champa au centre du Viêt-Nam ;
  • mémoires et essais d’acteurs historiques (principalement en vietnamien) ;
  • études historiques récentes sur le Viêt-Nam parues en français
  • littérature vietnamienne traduite en français et littérature vietnamienne contemporaine ;
  • littérature coloniale publiée dans les années 1920/1930, études littéraires sur la période et rééditions d’ouvrages chez Kailash ;
  • écrits scientifiques de M. Võ Quang Yến, collection de 16 volumes (21/29,7) ainsi que d’autres documents tapuscrits ;
  • collections de revue vietnamiennes.

Déménagé le jeudi 6 juin 2019, le fonds a été provisoirement stocké dans les locaux du CNRS à Ivry-sur-Seine.

Une grande partie de ces collections va enrichir le fonds vietnamien de l’IAO et sera mise à disposition des chercheurs, des étudiants et des lecteurs de la Bibliothèque Diderot de Lyon au sein de l’espace Asie Orientale (collection IAO) en cours de constitution.

La pagode de la Dame Céleste à Huê, photographie de Vo Quang Yên © DR

Profil des deux donateurs :

Né le 25 juin 1928 à Nam Phố Trung dans la province de Thừa Thiên au centre du Viêt-Nam, Võ Quang Yến fut reçu docteur ès Sciences à Paris. Il a soutenu une thèse à l’université de Paris en 1962 intitulée “Contribution à l’étude des additions sur les composés acétyléniques : chloroformylation des arylacétyléniques : hydratation des diacétyléniques”.

En tant que spécialiste de chimie organique, il fut chargé de recherche puis directeur de recherche au CNRS, travailla et enseigna cette discipline à l’École nationale supérieure de chimie de Paris.

Passionné de l’histoire et de la culture de Huế, M. Võ Quang Yến a acquis au fil des années de nombreux ouvrages sur cette partie du Viêt-Nam, sa région d’origine. Il a publié de nombreux articles de vulgarisation scientifique au Viêt-Nam avant 1975 (revues Bách Khoa, Phổ Thông...) puis à l’étranger notamment dans la revue Diễn Đàn éditée à Paris ou en ligne sur les sites Chim Việt Cành Nam, Diễn Đàn Forum, Khoa học Đời sống, VietSciences.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages en nom propre :

  • Nói chuyện khoa học [Discussions sur la science], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Vũ trụ và không gian [Univers et espace], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Giáo dục tính phái [Éducation du genre], Saigon, Lửa Thiêng, 1973.
  • Gửi thương về Huế [Message d’amour sur Huế], Hanoi, Văn Học, 2006 (récemment mis en ligne).
  • Cây nhà lá vườn, Đà Nẵng, 2014-2015.
  • Champa một thưở, Paris, Chim Việt Cành Nam , 2018.
  • Tình nghĩa sông nước, Paris, Chim Việt Cành Nam, 2019 (à paraître).

Son épouse Liliane Võ Quang, née Kouscher, est née le 9 février 1934 à Dijon. Elle fut diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (ENS-Cachan) et de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco) à Paris en 1959. Elle fut reçue docteure d’État en Sciences physiques en 1965 avec une thèse intitulée « Préparation des acétyléniques, étude des propriétés chimiques et physicochimiques des éthynylcyclopropanes ». Elle fut détachée au CNRS de 1960 à 1965 au Laboratoire de Recherches de Chimie organique de l’ENSCP du Professeur P. Cadiot et y mena des recherches jusqu’en 1981. A partir de 1981, elle rejoignit le Laboratoire de Bioorganique et Biotechnologie, CERCOA-ENSCP du Professeur F. Le Goffic.

Parmi ses nombreuses fonctions universitaires, elle enseigna la chimie à L’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris depuis 1964 où elle fut responsable du Laboratoire d’enseignement de chimie organique  1ère année ( 1974-1986 ) et à l’ENS-Cachan pour la préparation à l’agrégation de Sciences Physiques (1974-1986). A partir de 1985, elle passa Maître de Conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et l’année suivante, elle s’occupa de la coopération culturelle, scientifique et technique avec le Vietnam à travers plusieurs missions visant à préparer les plans du Laboratoire d’Enseignement de la Chimie de l’Université de Hanoi.

Également passionnée d’histoire et de littérature, elle est l’auteure d’une étude sur la plus célèbre des pagodes de Huế :

  • Le temple de la Dame céleste, Chùa Thiên Mụ à Huế : sanctuaire bouddhique et miroir de l’ancienne capitale du Vietnam, parue dans la revue Péninsule en 2004. Ce travail est issu de son mémoire de maîtrise de vietnamien soutenu à l’université Paris VII en 1998.

Dans un esprit philanthropique et dans le but de promouvoir les études vietnamiennes en France, M. & Mme Võ Quang Yến ont fait don de leur bibliothèque de recherche. Une grande partie de leur fonds rejoindra les collections de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062). Quelques ouvrages plus spécifiquement dédiés aux questions religieuses seront versés au fonds de l’UMR 8582 Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

François Guillemot, 10/06/2019.

MàJ 11/06/2019.

Illustrations : FG et Pascal Bourdeaux

Inside the BGI social history (1927-1976)

[ndlr] Projet de l’Institut d’Asie Orientale coordonné par François Guillemot.

Les Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), fondées sous la colonisation française en 1927 par la maison Denis Frères (Bordeaux), ont connu une expansion économique importante au Viêt-Nam. Le départ de la France de Saigon en 1956 dans le contexte de la division du pays entre 1955 et 1975 n’a pas interrompu sa production.

A partir d’une documentation unique constituée d’une partie du fichier du personnel de la société, le projet vise à établir une histoire sociale et cartographique de la BGI. Cette documentation nous permettra d’étudier l’évolution du personnel, ses origines sociales et ses déplacements au Sud Viêt-Nam dans les années soixante et soixante-dix.

Le projet vise ainsi à restituer l’évolution et le rayonnement de cette société sous la République du Viêt-Nam jusqu’à la réunification, date à laquelle la société change de nom pour Brasseries et Glacières Internationales.

La préservation sur le long terme de ces documents internes à la société, constitués pendant la guerre du Viêt-Nam, apparaît également comme une nécessité pour les recherches actuelles et futures.

Si vous avez travaillé dans cette société pendant la période de la République du Viêt-Nam, n’hésitez pas à nous contacter : francois.guillemot@ens-lyon.fr

The Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), founded under French colonization in 1927 by Denis Frères (Bordeaux), experienced significant economic expansion in Vietnam. The departure of France from Saigon in 1956, and the division of the country between 1955 and 1975, did not interrupt its production.

Based on a unique documentation consisting of the company’s personnel files, the project aims to establish a social and cartographic history of the BGI. This documentation will allow us to study the evolution of the staff, their social origins and their geographic movements within South Vietnam in the 1960s and 1970s.

The project thus aims to reconstruct the development and influence of this company in the Republic of Vietnam at war until reunification, when the company changed its name to Brasseries et Glacières Internationales.

It appears necessary to preserve these internal documents digitally in a long term in order to support future research projects and maintain this specific historical record.

If you worked in this company during the period of the Republic of Vietnam, please do not hesitate to contact us: francois.guillemot@ens-lyon.fr


Archive of FULRO Colonel Kosem to Shed New Light on Insurgency [VOA]

[ndlr] Signalement d’un article présentant un fonds d’archives d’un chef militaire cambodgien qui pourrait permettre de mieux comprendre l’histoire du FULRO, le mouvement insurrectionnel montagnard des hauts-plateaux du Viêt-Nam. Article de Aun Chhengpor et Nov Povleakhena pour VOA Khmer.

Les Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO.

On an overcast afternoon last week, rain lashed the roofs of the modest villas of Phnom Penh’s well-to-do Boeung Keng Kang neighborhood.

At one house, decorated with antiques and handmade wooden furniture, portraits of a smiling man in a paratrooper’s uniform is on display.

The man was Les Kosem, born an ethnic Cham in the 1920s, who later rose to become one of Cambodia’s highest-ranking generals during the Second Indochina War.

His complicated relationship with the resistance movements of the highland peoples of Vietnam, the Cham in Cambodia and Khmer in the Mekong region, made him one of the most controversial of Cambodia’s decorated military leaders over the years leading up to the Khmer Rouge takeover in 1975.

Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO. The group sought greater autonomy for the Cham Muslims and Hindus of Cambodia, for the Khmer people living to the south in modern-day Vietnam, and for the Montagnard hill people.

Lire la suite : VOA, 12/05/2018.

Illustration “à la une” :  Le colonel Les Kosem en uniforme, non datée, offerte au Centre de documentation des archives cambodgiennes par son épouse © Les Kosem Collection/Documentation Center of Cambodia Archives.