Archives de catégorie : Workshop / Journées d’étude

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena – 27-28 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une importante  journée d’étude à l’UQAM (Montréal).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena

27-28 avril 2018

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Présentation de la journée d’étude :

Depuis la Seconde guerre mondiale, le monde a connu des conflits marqués par la guérilla, les guerres irrégulières et les « insurgencies ». Les gouvernements occidentaux confrontés à ces mouvements eurent toutes les peines à les arrêter. Les expériences nationales des guerres de décolonisation ont certes fait l’objet d’études, mais rares sont celles qui comparent la désintégration des empires occidentaux et qui s’interrogent sur la manière dont ces expériences coloniales peuvent nous aider à mieux comprendre les conflits qui secouent encore le monde aujourd’hui – en Syrie, Iraq et Afghanistan. Ce projet de collaboration avec l’Université d’Exeter – intitulé Comprendre les insurrections : Résonances du passé colonial – réunit des chercheurs européens et nord-américains à travers huit ateliers incluant le nôtre: « Les insurrections coloniales comme des phénomènes transnationaux. »

Cet évènement réunira une douzaine de spécialistes autour du thème des connexions transnationales qui ont pu exister entre les mouvements anticolonialistes d’un côté et les puissances impériales de l’autre. Quels liens, au juste, existaient entre ces mouvements anticolonialistes qui se battaient pourtant souvent très loin les uns des autres ? Comment ces mouvements insurrectionnels et contre-insurrectionnels ont-ils pu gagner des soutiens aux niveaux régional et international ? Quels furent les idées, les expériences, les savoirs et les matériaux qui circulaient entre les groupes ? Et comment l’opinion mondiale et les nouvelles organisations internationales ont-elles compris et interagi avec la décolonisation ?

Jusqu’à récemment, la plupart des chercheurs ont étudié les guerres de décolonisation dans un cadre national. Notre projet les resitue comme un phénomène interconnecté et global, tant pour les colonisés que pour les colonisateurs. Leurs dirigeants ont construit des réseaux de collaboration et des moyens d’échanges intellectuels, politiques, militaires et économiques. Les communistes vietnamiens luttant contre la France entre 1945 et 1954, par exemple, ont importé des modèles révolutionnaires de la Chine communiste avant de les exporter ailleurs. Les Français, Britanniques et Américains, de leur côté, ont échangé leurs propres modèles de « counter-insurgency » lors des guerres de décolonisation. La décolonisation s’est aussi mondialisée: les nationalistes algériens du Front de libération nationale (FLN) ont mené par exemple une bataille fascinante contre les Français à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour bien saisir les dimensions de ce processus transnational, nous avons fait appel à des historiens de la décolonisation (Afrique, Proche-Orient, Asie), des politologues, des juristes et même à l’un des responsables des archives de l’ONU. Cela nous permettra d’aborder pour la première fois le rôle de la mondialisation dans la décolonisation et son héritage pour les conflits d’aujourd’hui. Cette forme de combat transnational est d’autant plus présente aujourd’hui grâce au développement des technologies et des communications permettant aux insurgés comme Isis d’influencer l’opinion mondiale.

Programme ci-dessous :

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà » – 13 avril 2018 – EHESS

[ndlr] Intéressante journée d’étude à venir à l’EHESS.

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà »

vendredi 13 avril 2018

EHESS, 54 bld Raspail, 75006, Paris, salle 737

Source : CASE

 

Call for papers : « Civil Society and Authoritarianism in Cold War Southeast Asia » [Leeds, septembre 2018]

[ndlr] Panel organisé par Sean Fear, appel à participation.

« Civil Society and Authoritarianism in Cold War Southeast Asia, »

at the United Kingdom Association of Southeast Asian Studies annual conference at the University of Leeds, from September 5 to 7, 2018.

Paper proposals on Vietnam are especially welcome, but please pass on this announcement to any colleagues working on relevant topics from any part of Southeast Asia.

Proposal abstracts of approx. 250 words should be submitted to Sean Fear at s.fear@leeds.ac.uk by May 31, 2018.

The recent history of Southeast Asia has long been understood in the popular imagination through the lens of the Cold War; indeed, even the term “Southeast Asia” itself became prominent as a strategic geographical designation by Allied forces during the Second World War and its aftermath. But although somewhat subsumed in English-language scholarship by events such as the U.S.-Soviet rivalry or the Vietnam War, the region’s postwar history has been characterised by complex relations between authoritarian governments and a range of civil society groups. Far from superpower proxies, both governments and opposition repurposed and exploited Cold War rhetoric and foreign intervention to pursue domestic political ends.

Growing access to local archives, however, has contributed to new research which challenges previous superpower-driven narratives, and highlights local agency. This panel builds on these  promising lines of inquiry by exploring the complex and evolving relationship between state and civil society in Cold War Southeast Asia. We welcome papers which focus on the impact of international or transnational networks; the mobility of people and information; the rise of grassroots political and religious movements; the role of authoritarian government; political journalism; or the impact of the environment on political and social change, among other themes.

The full panel outline is available here and information about ASEAS-UK and the Leeds conference can be found here.

A small travel stipend can be available for travel within the UK. Please feel free to contact Sean Fear for more information, or if you have any questions.

Où situer le communisme ? Une approche interdisciplinaire du politique (Paris Diderot) – Appel à communications

[ndlr] Appel à communication d’une journée d’étude sur le communisme de la théorie marxiste à la pratique léniniste-maoïste et à la réalité.

APPEL A COMMUNICATIONS

Où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Journée d’étude

Université Paris Diderot – 16 mai 2018

La journée d’étude sera organisée sous l’égide de l’Action structurante « La Fabrique du politique : utopies, émancipations, radicalisations. Une approche interdisciplinaire du politique ».

Comité scientifique : Sophie COEURE (Université Paris Diderot, ICT), Marie CUILLERAI (Université Paris Diderot, LCSP), Martine LEIBOVICI (Université Paris Diderot, LCSP), Aurore MREJEN (Université Paris Diderot, LCSP), Benoît de TREGLODE (Ecole militaire, IRSEM).

Argumentaire

De Marx à Lénine la « dictature du prolétariat » est devenue la « dictature démocratique ». Ce concept, dans la perspective d’Althusser, peut ouvrir la stratégie du communisme comme un projet à long terme, en passant par l’étape socialiste. Il possède de plus le statut d’un concept scientifique parce qu’il est démontré, prouvé et vérifié dans la pratique de Lénine. Pour Marx et les marxistes comme Althusser, la dictature prolétarienne est la manifestation la plus haute de la démocratie populaire, et le communisme est la forme politique capable d’assurer la liberté la plus large et la plus complète de l’être humain. Néanmoins, aux yeux d’Edgar Morin, ce mot-mythe « dictature du prolétariat » se transforme en réalité en mot-illusion : la pratique de Lénine lui-même a renversé le sens de ce mot, le pouvoir dictatorial du prolétariat au sens de Marx n’existe pas, seule la monopolisation totale du pouvoir du Parti bolchevik est réelle, soit le totalitarisme en pratique. Ce point de vue est partagé par des intellectuels ayant vécu sous le régime soviétique du bloc de l’Europe de l’Est : Vaclav Havel voit dans le régime communiste un système authentiquement totalitaire, tandis qu’Agnès Heller conclut que le régime communiste est totalitaire parce que se trouve au centre du pouvoir un parti tout-puissant qui contrôle l’ensemble de la société.

Le caractère complexe de ce phénomène politique pourrait se résumer aussi par l’expression « démocratie totalitaire » utilisée par Jacob L. Talmon dans son ouvrage Les origines de la démocratie totalitaire, paru en 1952. Tandis que le livre Les Origines du totalitarisme de Hannah Arendt, publié en 1951, décrit le type de régime totalitaire comme caractérisé par la domination totale et la terreur, dans lequel ne reste rien de la démocratie. Cette complexité, Enzo Traverso, l’a bien mise à jour dans son livre Le totalitarisme, le XXe siècle en débats, en 2001, ce qui témoigne de la permanence du débat.

Alors, où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Cette question reste d’actualité, puisque l’idée communiste continue d’être revendiquée. Et perdurent des régimes érigés en son nom. Il est significatif que tous les régimes communistes actuels se définissent comme démocratiques, en dépit de leur mode de pratique réel. La Corée du Nord, par exemple, porte le nom « La République populaire démocratique de Corée ». S’impose donc une nécessité de porter un regard – ou plutôt des regards croisés de différentes disciplines – sur ce phénomène complexe, de son passé à son futur, pour en améliorer la compréhension.

La complexité communiste peut être examinée sous les trois aspects suivants, qui ne prétendent pas par ailleurs à l’exhaustivité des approches :

En quoi le communisme se définit-il comme démocratique ? L’aspect utopique de l’idéologie marxiste et le caractère mensonger de la propagande communiste ont été abondamment discutés. Cependant, une certitude comme celle du révolutionnaire Trotski – selon laquelle la dictature du prolétariat doit être l’épanouissement suprême de la démocratie ouvrière – ainsi que l’existence des soviets prouvent que parfois, entre l’illusion, l’utopie, le mensonge et le réel, il n’existe pas une séparation totale ou une frontière claire. Réexaminer cette question à l’heure actuelle est une exigence de la pensée politique, nécessaire pour comprendre sur quelles bases le communisme se définit comme démocratique, comment l’utopie démocratique du communisme a été possible, chez Marx, chez certains penseurs marxistes (Althusser, Mandel) et chez certains hommes d’action marxistes (Trotski, Hô Chi Minh).

Le totalitarisme est-il la forme la plus radicale de la pratique communiste, laquelle n’existerait que sous Staline, comme Hannah Arendt l’a pensé, ou bien cette forme serait-elle toujours d’actualité, bien que nuancée ? La controverse autour de la définition des régimes totalitaires affiche la complexité de ce phénomène politique sur lequel rien n’est encore tranché : le totalitarisme communiste commence-t-il avec Lénine, selon la thèse proposée par Stéphane Courtois ? L’Union soviétique post-stalinienne et le bloc de l’Europe de l’Est peuvent-ils être qualifiés de totalitaires comme dans la conception de Vaclav Havel ? Ou faut-il remettre en question ce cadre même de pensée, comme l’ont proposé Moshé Lewin ou encore Marc Ferro, en décentrant la question politique et notamment la lecture totalitaire, pour écrire une histoire sociale de l’Union soviétique ? Le potentiel du concept « totalitarisme » pour discuter le phénomène communiste est-il épuisé ou conserve-t-il sa pertinence pour les sciences sociales ?

Du passé au présent, les interrogations restent les mêmes. À quel type de régime rattacher les communismes actuels : la dictature à parti unique, l’autoritarisme, le néo-autoritarisme ou encore le totalitarisme… ? Et comment définir les régimes de la Corée du Nord, de la Chine ou du Viêt Nam ? Dans la lignée de l’œuvre de H. Arendt sur la nature du totalitarisme, est-il possible de saisir la nature des régimes politiques de ces pays ? Comment les situer face à l’héritage de l’expérience historique soviétique ? Et comment penser les complexités sociales sous régime communiste (emprise du régime sur la vie privée, marginalité, dissidence, etc.) ? Comment les sciences sociales et l’Université ont-elles reçu et interprété, de la Guerre froide à nos jours, ces régimes politiques et leurs différents phénomènes sociaux ?

Cette journée d’études s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire (philosophie, histoire, science politique, sociologie, anthropologie, civilisation, géographie, littérature, études cinématographiques, etc.) et s’adresse à des doctorants, de jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés, ainsi qu’à des témoins variés, afin de proposer une réflexion sur l’expérience communiste.

Les propositions en français (env. 300 mots) et une courte biographie sont à envoyer avant le 26 février 2018 à l’adresse suivante : situerlecommunisme@gmail.com. Les réponses aux auteurs seront communiquées pour le 12 mars. La participation à la journée d’études est gratuite. Les éventuels frais de transports et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation : Sandra DOMINIQUE (Université Paris Diderot, ED 382, ICT), Thi Tu Huy NGUYEN (Université Paris Diderot, ED 382, LCSP), Nataliya YATSENKO (Université Paris Diderot, ED 382, ICT).

Responsable :

Sandra DOMINIQUE, Thi Tu Huy NGUYEN, Nataliya YATSENKO

Image « à la une » : affiche de propagande chinoise © DR

Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

[ndlr] Annonce du CSIS sur un panel consacré à l’Offensive du Têt.

The Project on Military and Diplomatic History cordially invites you to

The Tet Offensive: Lessons from the Campaign After 50 Years

Continuer la lecture de Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

L’État en Asie et aux Amériques : perspectives croisées – Jeudi 15 juin -EHESS

[ndlr] Annonce d’une journée d’études à l’EHESS. Deux séances sont dédiées à l’Asie du Sud-Est. Présentation et programme ci-dessous.

L’État en Asie et aux Amériques: perspectives croisées

Journée d’études

Jeudi 15 juin de 9hà 18h, EHESS, Paris 6e

Organisée par Marie Aberdam (Paris 1/CRHAC), Nicolas Barreyre (EHESS/Mondes Américains), Véronique Hébrard (Paris 1/Mondes Américains)

Aucun État, même dans le cas extrême où il est imposé de l’extérieur, ne peut valablement se penser en dehors des interactions sociales qui le font naître, le façonnent et en conditionnent le fonctionnement quotidien. En se concentrant sur les expériences historiques américaines, l’axe de recherche « État, institutions et dynamiques sociales dans les Amériques (XVIIIe-XXIe siècles) » du laboratoire Mondes Américains a donc fait porter ses travaux sur la multiplicité d’alternatives mises en œuvre sur le continent, et remet en perspective notre compréhension de l’État dit « moderne », qui apparaît dès lors moins comme un paradigme qu’une des formes historiques d’institutionnalisation des pouvoirs politiques et sociaux.

Les expériences américaines, aussi bien à l’époque coloniale qu’après les indépendances, fourmillent de ces alternatives, des différentes formes de fédéralisme institutionnel à la puissance laissée aux corporations, aux associations volontaires, aux fondations philanthropiques, voire au crime organisé… Ces expériences sont aussi celles de formes originales de résistance ou au contraire d’interpellation de l’État.

Dès lors que l’Asie a expérimenté, comme les Amériques mais selon des temporalités différenciées, cette double dynamique institutionnelle (interne et « coloniale »), il nous a semblé pertinent d’ouvrir une réflexion croisée sur l’historiographie actuelle concernant ces deux régions du monde, mettant en discussions les outils et concepts mobilisés pour saisir ces différentes manifestations de l’État, en tenant à bonne distance le « modèle » européen.

Cette journée d’étude a pour ambition de nouer ce dialogue, à partir de recherches ancrées sur une aire et commentée par des spécialistes de l’autre.

Programme

9h – 9h10 : Introduction

9h10 – 10h : Xiaohong Xiao-Planes (INALCO-Asies)
« Historiographie sur l’État chinois contemporain »

Commentaire : Annick Lempérière (Paris 1 / Mondes Américains)

10h – 10h50 : Sébastien Lechevalier (EHESS / Centre Chine Corée Japon)
« L’État développeur au Japon et en Corée dans un contexte post développement libéralisé et financiarisé »

Commentaire : Romain Huret (EHESS / Mondes Américains)

10h50 – 11h20 : Pause

11h20 – 12h10 : Silvia Capanema P. de Almeida (Université Paris 13, Pléiade-CRESC (EA 2356))
« Race, révolte et république : vies de marins et châtiments corporels dans l’Armada brésilienne de la période post-abolitionniste »

Commentaire : Clément Fabre (ENS)

12h10 – 13h : Marie de Rugy (Paris 1 / Sciences Po)
« Comprendre l’État colonial par ses frontières ? Contrôle et transgressions dans la péninsule indochinoise, fin XIXe-début XXesiècles »

Commentaire : Ombelyne Dagicour (Paris 1 / Genève)

13 h – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 15h20 : Beatriz Fernández (Universidad Politecnica de Madrid/EHESS/CRH)
« L’État et les villes : réponses locales aux interventions sur les capitales américaines pendant le premiers tiers du XXe siècle »

Commentaire : Françoise Ged (Cité de l’architecture et du patrimoine)

15h20 – 16h10 : Marie Aberdam (Paris 1 / SIRICE / CHAC)

« L’État dans l’État : les réseaux de parenté et l’administration en Asie du Sud-Est continentale XIXe-XXe siècle »

Commentaire : Véronique Hébrard (Paris 1 / Mondes Américains)

16h10– 16h40 : Pause

16h40 – 17h30 : Jean-Philippe Garneau (Université du Québec à Montréal)
« Prendre la parole sur les rives du Saint-Laurent (Canada, XVIIe-XIXesiècles) : réflexion sur le rôle du droit comme laboratoire d’une souveraineté “américaine” »

Commentaire : François Gipouloux (CNRS / Centre Chine Corée Japon)

17h30 – 18h : Discussion générale et conclusions

Source : EHESS, Mondes américains

Workshop « Sources et documents pour l’étude du Viêt-Nam : état des lieux et perspectives » [23 mai 2017]

[ndlr] Mise en ligne du programme du Workshop « Sources et documents pour l’étude du Vietnam : état des lieux et perspectives » qui s’est déroulé à Marseille le 23 mai 2017.

Workshop
« Sources et documents pour l’étude du Viêt-Nam : état des lieux et perspectives »

Espace Yves-Mathieu, 3 Place Victor-Hugo, Campus St Charles
Aix Marseille Université, 23 mai 2017, Marseille.

Organisation :

Institut de Recherches Asiatiques (IRASIA, UMR 7306, AMU-CNRS) ; Aix Marseille Université ; Université nationale du Vietnam à Hanoï (VNU Hanoï) en collaboration avec : IAO, Paris VII, INALCO, EPHE.

Présentation

Trente ans après l’ouverture économique du Viêt-Nam depuis 1986, les études vietnamiennes se trouvent à un nouveau tournant. De nouveaux champs de recherche sont ouverts, grâce à l’accès au terrain plus aisé et au développement d’outils informatiques et numériques. L’arrivée d’une jeune génération de chercheurs vietnamiens dont plusieurs ayant soutenu leurs thèses dans des universités étrangères permet également d’envisager des projets de coopération sur de meilleures bases.

Un des éléments clés du renouvellement des recherches sur le Viêt-Nam est la prise en compte, au Viêt-Nam même par la communauté universitaire et scientifique, mais aussi par des décideurs politiques, de la diversité des recherches menées en dehors des frontières sur le pays, ainsi que de la richesse des sources et documents qui se trouvent localisés un peu partout dans le monde. A la richesse des sources s’ajoute la diversité d’approches et de points de vue, en autres en raison des guerres et des déplacements de communautés d’humains. Les humanités numériques sont également en train de changer les conditions de travail des chercheurs, permettant notamment de constituer des équipes internationaux exploitant des corpus partagés et disponibles à distance.

Ce workshop se situe dans la continuité de manifestations scientifiques internationales telle que le 2e Euroviet (Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995) et plus récemment le colloque international « Les sources et archives portant sur le Viêt-Nam dans l’histoire moderne et contemporaine » qui s’est tenu à Hanoi en octobre 2016.

Cette journée de travail vise cependant l’objectif d’aller plus loin dans la réflexion sur le sujet. Les intervenants venant de différentes disciplines – histoire, linguistique, sociologie, géographie – croisent leurs sources et leurs approches. Le workshop se veut un espace d’échanges en vue d’élaborer de nouveaux projets de recherche novateurs pour répondre aux appels à projets internationaux. Ces projets pourraient s’articuler avec un projet d’envergure porté par l’Université nationale du Viêt-Nam à Hanoi ; il s’agit du projet de création d’un Centre de documentation sur le Viêt-Nam sur cinq ans qui débute en septembre 2017. Parallèlement à la recherche, la formation de jeunes chercheurs est également prise en compte, notamment par la direction et la co-tutelle de thèses financées dans le cadre de ces projets.

Contact :

NGUYEN Phuong Ngoc, MCF langue et civilisation vietnamiennes
Institut de recherches asiatiques (IRASIA, UMR 7306, AMU-CNRS)
Email : nguyenpngoc@yahoo.fr Tel. : 06 60 08 36 93

Programme prévisionnel :

23 mai 2017 – matin / salle LSH205

9h – Accueil : Allocution d’accueil du directeur de l’IRASIA, Guy Faure

9h30 – 12h Président de séance Guy Faure

9h30-9h45 Nguyễn Kim Sơn, Pr littérature vietnamienne ancienne en caractères chinois, Président de l’Université nationale du Vietnam à Hanoi, “Le projet d’un Centre national de documentation pour les études vietnamiennes porté par le VNU Hanoi”

9h45-10h Corinne Flicker (MCF HDR littérature française, CIELAM, AMU) : « Pour un programme interdisciplinaire et intersectoriel de recherches thématiques sur les archives en langue française au Vietnam »

10h-10h15 Philippe Le Failler (MCF HDR histoire, EFEO et IRASIA), “Les sources et approches pour l’histoire du Vietnam : du 2e Euroviet à Aix-en-Provence en 1995 au colloque international à Hanoi en 2016”

10h15-10h30 Olivia Pelletier (responsable du fonds Indochine, ANOM), “La numérisation de fonds des ANOM : enjeux et perspectives”

10h30-11h discussion

11h-11h15 Pascal Bourdeaux (MCF histoire, EPHE), “Sources et documents pour l’histoire des faits religieux au Vietnam”

11h-15-11h30 François Guillemot (Dr en histoire, IAO, UMR 5062 CNRS), “Humanités numériques et socio-histoire du Viêt-Nam”

11h30-11h45 Đào Đức Thuận (MCF histoire, directeur du département des archives et du office management, USSH, VNU Hanoi), “Les projets de collecte et de numérisation de sources au Vietnam : Archives nationales du Vietnam, Archives du Parti communiste vietnamien et Musée Ho Chi Minh”

11h45-12h discussion

12h-13h Cérémonie de réception de la délégation de l’Université Nationale du Viêt-Nam. Hommage au Professeur Trinh Van Thao, membre fondateur de l’IRSEA, devenu IRASIA en 2012, prix “Etudes vietnamiennes” de la Fondation Phan Châu Trinh (Viêt-Nam) de 2017.

13h-14h Buffet Salle polyvalente LSH

23 mai 2017 – après-midi / salle LSH205

14h30-17h30 Président de séance Philippe Le Failler

14h30-14h45 Marie Gilbert (MCF géographie, Paris VII), “Etudes urbaines : bases de données pour les recherches sur Ho Chi Minh-ville”

14h45-15h Catherine Scornet (MCF sociologie, LPED, AMU-IRD), “Sources et approches pour les études démographiques au Viêt-Nam”

15h-15h15 Đào Huy Linh (MCF linguistique, INALCO), “Les nouveaux outils du linguiste”

15h15-15h30 Alice Vittrant (MCF linguistique, IRASIA), “Projet de recherches sur les Mopiu au Viêt-Nam : constitution de bases de données, conditions d’accès et utilisations”

15h30-15h45 pause café

15h45-16h00 Michel Dolinski (MCF chinois, IRASIA), “Une minorité particulière au Viêt-Nam : l’histoire et la culture des Hoa, ethnie chinoise”

16h00-16h15 Johann Gremon (Dr en histoire, Paris VII), “Histoire des frontières du Viêt-Nam : diversité des sources et approches”

16h15-16h30 Amandine Dabat (Dr en histoire de l’art), “Archives à constituer : les peintures et les documents personnels de Hàm Nghi, empereur d’Annam exilé en Algérie, et de sa famille”

16h30-16h45 Gilles de Gantès (Dr en histoire, IRASIA, AMU-CNRS), “Les campagnes de numérisation et les études coloniales : Gallica pour les études vietnamiennes”

16h45-17h30 Discussion générale

Perspectives dans le cadre du projet du Centre de documentation pour les études vietnamiennes (colloques et workshops, publications, bourses doctorales, campagnes de numérisation).

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.

La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? [16/09/2016]

[ndlr] Journée d’études à l’université d’Aix-Marseille.

Le workshop « La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? » organisé par Christian Henriot aura lieu le vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 18H00 au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence.

Programme :

  • 9h00 – Ouverture et introduction : Christian Henriot (AMU), Gérald Foliot (CNRS, Huma-Num)
  • 9h20 – Bernard Cousin (AMU), Eric Carroll (AMU) : « Le mur numérique des ex-voto peints provençaux »
  • 10h00 – Sophie Gebeil (AMU) : « Le web comme source pour l’historien : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 »
    10h40 – Pause
  • 10h55 – Jean-Pierre Dedieu (CNRS) : « De la source à la base de données. Les Répertoires d’Extrême Orient »
  • 11h35 – Anne Kerlan (IHTP, CNRS-Université Paris 8) :  » ‘Loin d’Hollywood’ : une base de données croisées pour une histoire globale du cinéma »

Après-midi – 13h45 14h00

  • Cécile Armand (IAO) : « MADSpace : un compagnon numérique pour écrire l’histoire spatiale de la publicité à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle (1905-1949) »
  • 14h40 – Christian Henriot (IrAsia, AMU) : « August 1937. Death en masse in Shanghai : A VizStory narrative »
  • 15h10 – Fleur Chabaille (Inalco, IAO) : « Interpréter, écrire et publier le visuel : un retour réflexif sur Scalar »

15h50 – Pause

  • 16h00 – Mou Zhenyu (Collegium de Lyon / SASS) : « Cadasters, land market and urban transformation in the foreign settlements of Shanghai (1843–1943) »

17h10 – Discussion finale

Plus info : http://www.irasia-recherche.com/# !m…

lafabriquenumeriquedupasse_programme