Archives de catégorie : Workshop / Journées d’étude

François Guillemot : « Fragments franco-indochinois des corps amoureux »

[ndlr] Communication dans le cadre de la Journée d’étude « Paradigmes des corps en mouvement » le mercredi 6 juin 2018 organisée par l’UFR STAPS de Lyon, Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-Vis).

« Fragments franco-indochinois des corps amoureux » – François Guillemot (IAO)

Notre communication s’inscrit dans la continuité d’une réflexion précédente sur les rapports sociaux, psychologiques et charnels entre deux altérités : colonisateurs et colonisées pendant la période coloniale et citoyens issus de deux cultures différentes pendant la période postcoloniale. A travers un corpus d’une vingtaine de textes nous mettrons l’accent sur la corporéité en action dans le rapport charnel et amoureux pour souligner les jeux qui se mettent en place. Ces fragments littéraires franco-indochinois permettront d’interroger le corps à corps utopique qui se joue et les limites de la rencontre coloniale ou postcoloniale. Si des universaux de la rencontre existent, ils ne paraissent pas évidents pour les sentiments et la spiritualité du corps.

Extrait de l’argumentaire :

La journée s’articulera sous forme de communications ouvertes mettant en jeu différentes corporéités qui produisent des sensibilités « extra-quotidiennes » (Barba, Savarese, 2008) : corps luttés, corps dansés, corps extrêmes, corps capacitaires, corps transformés, corps handi-ordinaires, corps au-delà, en-deçà ou à côté des limites scientifiquement admises, corps vécu, corps du chercheur lui-même, corps transformés, corps transgressifs, corps désirés, etc. N’est-ce pas à l’épistémologie contemporaine de réfléchir à la pluralité de ces paradigmes du corps, de les solliciter, de les faire se rencontrer et dialoguer ? Les paradigmes des corps en mouvement se déploieront en trois thèmes : corps et techniques nomades, expériences du corps handi-ordinaire et corps transgressifs.

Programme en ligne : L-Vis

Image « à la une » : Nguyên Trung, Femme et cheval © DR

Journée des doctorants et post-doctorants de l’IAO – 1er juin 2018

[ndlr] Six communications sur de nouvelles recherches en cours sur l’Asie à la journée des doctorants et post-doctorants de l’IAO. A ne pas manquer.

Journée des doctorants et post-doctorants de l’IAO – 1er juin 2018

Programme

10h15 à 10h30 : accueil des participants en salle de réunion de l’IAO (R66)

1ère session : 10h30-12h

  • 10h30 à 11h15 : WU Jianching (Doctorant en ethnologie, Université Lumière Lyon 2)

De « grand homme » à maire de village : l’évolution de l’incorporation des aborigènes de Taïwan aux systèmes étatiques.

  • 11h15 à 12h00 : Benoît GRANIER (Post-doctorant en science politique à Sciences Po Paris)

Cool Biz : réduire les émissions de CO2 en reconditionnant la vie de bureau.

12h00-13h30 : Pause déjeuner (Restaurant universitaire Descartes)

2e session : 13h30-15h00

  • 13h30 à 14h15 : Pierre-Emmanuel BACHELET (Doctorant contractuel en histoire moderne, ENS de Lyon)

Commerce interculturel et réseaux marchands : les relations Japon-Vietnam vues à travers le voyage de William Adams à Hôi An (avril-juillet 1617).

  • 14h15 à 15h00 : John A. CHANEY (Doctorant en Etudes chinoises, Université de Genève, associé à l’IAO)

A la recherche des disputes est-asiatiques.

15h00 à 15h30 : Pause

3e session : 15h30-17h

  • 15h30 à 16h15 : LÊ Xuân Phán (Doctorant en histoire contemporaine, Université Lumière Lyon 2)

L’École supérieure de Pédagogie de l’Indochine dans la formation des intellectuels vietnamiens du domaine éducatif.

  • 16h15 à 17h00 : Nastassia SERSTÉ (Doctorante en histoire contemporaine, Université de Rouen, associée à l’IAO)

Enfants nés pendant la Guerre du Vietnam, établis aux États-Unis, en France et au Vietnam. Différentes approches méthodologiques en histoire orale.

17h00 à 17h15 : Discussion générale et bilan de la journée.

A partir de 17h15 : Pot.

Source : IAO

GisAsie : Les jeunes chercheur.e.s dans la course aux publications [6 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une journée méthodologique utile et intéressante. A ne pas manquer.

 

Journée méthodologique des jeunes chercheur.e.s GIS Asie

Les jeunes chercheur.e.s dans la course aux publications

Mercredi 6 juin 2018 de 14 à 18h

Salle 7.37 (7e étage). EHESS. 54, bd Raspail. Paris

Comment publier un article scientifique ? Dans quelle revue publier ? Quand et où publier sa thèse ? En anglais ou en français ? Quels sont les choix de publication à faire en fonction des objectifs de carrière visés ? Privilégier la quantité ou la qualité ? Comment booster mon impact factor ? Comment étoffer ma liste de publications afin d’obtenir un poste de chercheur.e en France ? Et à l’étranger ?

À l’époque du « publish or perish », des injonctions croissantes à la publication et d’une néolibéralisation croissante de la recherche, voici des questions récurrentes que se posent aujourd’hui les jeunes chercheur.e.s, toutes disciplines confondues. Cette journée méthodologique vise donc à les conseiller et à les orienter dans leurs choix et stratégies de publication. Grâce à la présentation d’une revue et d’une maison d’éditions internationales, complétée par des échanges autour d’une table-ronde animée par les deux intervenants, de jeunes chercheur.e.s ayant une bonne expérience en publications et par le bureau des jeunes chercheur.e.s du GIS Asie, ce dernier souhaite participer à la formation, ou du moins à une meilleure information, des jeunes chercheur.e.s sur la publication de leurs travaux scientifiques dans les différentes disciplines. Deux professionnelles de la publication livreront leurs conseils et leurs expériences de rédactrices et d’éditrices.

La nouvelle équipe du bureau des jeunes chercheur.e.s profitera également de cette occasion pour se présenter et pour entendre et mieux évaluer les besoins et les demandes des jeunes chercheur.e.s en études asiatiques. La journée d’études du 8 septembre consacrée aux « Réseaux, échanges, interactions en Asie » sera également présentée.

  • 14-14h15: présentation du bureau des jeunes chercheur.e.s et introduction à la journée
  • 14h30-15h45: présentation par deux intervenantes
  • 15h45-16h: pause-café
  • 16h-17h: table ronde autour des différentes expériences de publication, animée par les deux intervenantes et des jeunes chercheur.e.s ayant une bonne expérience en publications (dont Delon Madavan).
  • 17h-18h: conclusion de la journée méthodologique et présentation de la journée d’études du 8 septembre prochain

Nous serons ravi.e.s de vous retrouver lors de la journée que nous organisons le 6 juin prochain.

Veuillez trouver un descriptif plus détaillé (avec des références bibliographiques) en pièce jointe, ci-dessous :

Journée-méthodologique-GIS-Asie 6 juin 2018

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena – 27-28 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une importante  journée d’étude à l’UQAM (Montréal).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena

27-28 avril 2018

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Présentation de la journée d’étude :

Depuis la Seconde guerre mondiale, le monde a connu des conflits marqués par la guérilla, les guerres irrégulières et les « insurgencies ». Les gouvernements occidentaux confrontés à ces mouvements eurent toutes les peines à les arrêter. Les expériences nationales des guerres de décolonisation ont certes fait l’objet d’études, mais rares sont celles qui comparent la désintégration des empires occidentaux et qui s’interrogent sur la manière dont ces expériences coloniales peuvent nous aider à mieux comprendre les conflits qui secouent encore le monde aujourd’hui – en Syrie, Iraq et Afghanistan. Ce projet de collaboration avec l’Université d’Exeter – intitulé Comprendre les insurrections : Résonances du passé colonial – réunit des chercheurs européens et nord-américains à travers huit ateliers incluant le nôtre: « Les insurrections coloniales comme des phénomènes transnationaux. »

Cet évènement réunira une douzaine de spécialistes autour du thème des connexions transnationales qui ont pu exister entre les mouvements anticolonialistes d’un côté et les puissances impériales de l’autre. Quels liens, au juste, existaient entre ces mouvements anticolonialistes qui se battaient pourtant souvent très loin les uns des autres ? Comment ces mouvements insurrectionnels et contre-insurrectionnels ont-ils pu gagner des soutiens aux niveaux régional et international ? Quels furent les idées, les expériences, les savoirs et les matériaux qui circulaient entre les groupes ? Et comment l’opinion mondiale et les nouvelles organisations internationales ont-elles compris et interagi avec la décolonisation ?

Jusqu’à récemment, la plupart des chercheurs ont étudié les guerres de décolonisation dans un cadre national. Notre projet les resitue comme un phénomène interconnecté et global, tant pour les colonisés que pour les colonisateurs. Leurs dirigeants ont construit des réseaux de collaboration et des moyens d’échanges intellectuels, politiques, militaires et économiques. Les communistes vietnamiens luttant contre la France entre 1945 et 1954, par exemple, ont importé des modèles révolutionnaires de la Chine communiste avant de les exporter ailleurs. Les Français, Britanniques et Américains, de leur côté, ont échangé leurs propres modèles de « counter-insurgency » lors des guerres de décolonisation. La décolonisation s’est aussi mondialisée: les nationalistes algériens du Front de libération nationale (FLN) ont mené par exemple une bataille fascinante contre les Français à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour bien saisir les dimensions de ce processus transnational, nous avons fait appel à des historiens de la décolonisation (Afrique, Proche-Orient, Asie), des politologues, des juristes et même à l’un des responsables des archives de l’ONU. Cela nous permettra d’aborder pour la première fois le rôle de la mondialisation dans la décolonisation et son héritage pour les conflits d’aujourd’hui. Cette forme de combat transnational est d’autant plus présente aujourd’hui grâce au développement des technologies et des communications permettant aux insurgés comme Isis d’influencer l’opinion mondiale.

Programme ci-dessous :

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà » – 13 avril 2018 – EHESS

[ndlr] Intéressante journée d’étude à venir à l’EHESS.

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà »

vendredi 13 avril 2018

EHESS, 54 bld Raspail, 75006, Paris, salle 737

Source : CASE

 

Call for papers : « Civil Society and Authoritarianism in Cold War Southeast Asia » [Leeds, septembre 2018]

[ndlr] Panel organisé par Sean Fear, appel à participation.

« Civil Society and Authoritarianism in Cold War Southeast Asia, »

at the United Kingdom Association of Southeast Asian Studies annual conference at the University of Leeds, from September 5 to 7, 2018.

Paper proposals on Vietnam are especially welcome, but please pass on this announcement to any colleagues working on relevant topics from any part of Southeast Asia.

Proposal abstracts of approx. 250 words should be submitted to Sean Fear at s.fear@leeds.ac.uk by May 31, 2018.

The recent history of Southeast Asia has long been understood in the popular imagination through the lens of the Cold War; indeed, even the term “Southeast Asia” itself became prominent as a strategic geographical designation by Allied forces during the Second World War and its aftermath. But although somewhat subsumed in English-language scholarship by events such as the U.S.-Soviet rivalry or the Vietnam War, the region’s postwar history has been characterised by complex relations between authoritarian governments and a range of civil society groups. Far from superpower proxies, both governments and opposition repurposed and exploited Cold War rhetoric and foreign intervention to pursue domestic political ends.

Growing access to local archives, however, has contributed to new research which challenges previous superpower-driven narratives, and highlights local agency. This panel builds on these  promising lines of inquiry by exploring the complex and evolving relationship between state and civil society in Cold War Southeast Asia. We welcome papers which focus on the impact of international or transnational networks; the mobility of people and information; the rise of grassroots political and religious movements; the role of authoritarian government; political journalism; or the impact of the environment on political and social change, among other themes.

The full panel outline is available here and information about ASEAS-UK and the Leeds conference can be found here.

A small travel stipend can be available for travel within the UK. Please feel free to contact Sean Fear for more information, or if you have any questions.

Où situer le communisme ? Une approche interdisciplinaire du politique (Paris Diderot) – Appel à communications

[ndlr] Appel à communication d’une journée d’étude sur le communisme de la théorie marxiste à la pratique léniniste-maoïste et à la réalité.

APPEL A COMMUNICATIONS

Où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Journée d’étude

Université Paris Diderot – 16 mai 2018

La journée d’étude sera organisée sous l’égide de l’Action structurante « La Fabrique du politique : utopies, émancipations, radicalisations. Une approche interdisciplinaire du politique ».

Comité scientifique : Sophie COEURE (Université Paris Diderot, ICT), Marie CUILLERAI (Université Paris Diderot, LCSP), Martine LEIBOVICI (Université Paris Diderot, LCSP), Aurore MREJEN (Université Paris Diderot, LCSP), Benoît de TREGLODE (Ecole militaire, IRSEM).

Argumentaire

De Marx à Lénine la « dictature du prolétariat » est devenue la « dictature démocratique ». Ce concept, dans la perspective d’Althusser, peut ouvrir la stratégie du communisme comme un projet à long terme, en passant par l’étape socialiste. Il possède de plus le statut d’un concept scientifique parce qu’il est démontré, prouvé et vérifié dans la pratique de Lénine. Pour Marx et les marxistes comme Althusser, la dictature prolétarienne est la manifestation la plus haute de la démocratie populaire, et le communisme est la forme politique capable d’assurer la liberté la plus large et la plus complète de l’être humain. Néanmoins, aux yeux d’Edgar Morin, ce mot-mythe « dictature du prolétariat » se transforme en réalité en mot-illusion : la pratique de Lénine lui-même a renversé le sens de ce mot, le pouvoir dictatorial du prolétariat au sens de Marx n’existe pas, seule la monopolisation totale du pouvoir du Parti bolchevik est réelle, soit le totalitarisme en pratique. Ce point de vue est partagé par des intellectuels ayant vécu sous le régime soviétique du bloc de l’Europe de l’Est : Vaclav Havel voit dans le régime communiste un système authentiquement totalitaire, tandis qu’Agnès Heller conclut que le régime communiste est totalitaire parce que se trouve au centre du pouvoir un parti tout-puissant qui contrôle l’ensemble de la société.

Le caractère complexe de ce phénomène politique pourrait se résumer aussi par l’expression « démocratie totalitaire » utilisée par Jacob L. Talmon dans son ouvrage Les origines de la démocratie totalitaire, paru en 1952. Tandis que le livre Les Origines du totalitarisme de Hannah Arendt, publié en 1951, décrit le type de régime totalitaire comme caractérisé par la domination totale et la terreur, dans lequel ne reste rien de la démocratie. Cette complexité, Enzo Traverso, l’a bien mise à jour dans son livre Le totalitarisme, le XXe siècle en débats, en 2001, ce qui témoigne de la permanence du débat.

Alors, où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Cette question reste d’actualité, puisque l’idée communiste continue d’être revendiquée. Et perdurent des régimes érigés en son nom. Il est significatif que tous les régimes communistes actuels se définissent comme démocratiques, en dépit de leur mode de pratique réel. La Corée du Nord, par exemple, porte le nom « La République populaire démocratique de Corée ». S’impose donc une nécessité de porter un regard – ou plutôt des regards croisés de différentes disciplines – sur ce phénomène complexe, de son passé à son futur, pour en améliorer la compréhension.

La complexité communiste peut être examinée sous les trois aspects suivants, qui ne prétendent pas par ailleurs à l’exhaustivité des approches :

En quoi le communisme se définit-il comme démocratique ? L’aspect utopique de l’idéologie marxiste et le caractère mensonger de la propagande communiste ont été abondamment discutés. Cependant, une certitude comme celle du révolutionnaire Trotski – selon laquelle la dictature du prolétariat doit être l’épanouissement suprême de la démocratie ouvrière – ainsi que l’existence des soviets prouvent que parfois, entre l’illusion, l’utopie, le mensonge et le réel, il n’existe pas une séparation totale ou une frontière claire. Réexaminer cette question à l’heure actuelle est une exigence de la pensée politique, nécessaire pour comprendre sur quelles bases le communisme se définit comme démocratique, comment l’utopie démocratique du communisme a été possible, chez Marx, chez certains penseurs marxistes (Althusser, Mandel) et chez certains hommes d’action marxistes (Trotski, Hô Chi Minh).

Le totalitarisme est-il la forme la plus radicale de la pratique communiste, laquelle n’existerait que sous Staline, comme Hannah Arendt l’a pensé, ou bien cette forme serait-elle toujours d’actualité, bien que nuancée ? La controverse autour de la définition des régimes totalitaires affiche la complexité de ce phénomène politique sur lequel rien n’est encore tranché : le totalitarisme communiste commence-t-il avec Lénine, selon la thèse proposée par Stéphane Courtois ? L’Union soviétique post-stalinienne et le bloc de l’Europe de l’Est peuvent-ils être qualifiés de totalitaires comme dans la conception de Vaclav Havel ? Ou faut-il remettre en question ce cadre même de pensée, comme l’ont proposé Moshé Lewin ou encore Marc Ferro, en décentrant la question politique et notamment la lecture totalitaire, pour écrire une histoire sociale de l’Union soviétique ? Le potentiel du concept « totalitarisme » pour discuter le phénomène communiste est-il épuisé ou conserve-t-il sa pertinence pour les sciences sociales ?

Du passé au présent, les interrogations restent les mêmes. À quel type de régime rattacher les communismes actuels : la dictature à parti unique, l’autoritarisme, le néo-autoritarisme ou encore le totalitarisme… ? Et comment définir les régimes de la Corée du Nord, de la Chine ou du Viêt Nam ? Dans la lignée de l’œuvre de H. Arendt sur la nature du totalitarisme, est-il possible de saisir la nature des régimes politiques de ces pays ? Comment les situer face à l’héritage de l’expérience historique soviétique ? Et comment penser les complexités sociales sous régime communiste (emprise du régime sur la vie privée, marginalité, dissidence, etc.) ? Comment les sciences sociales et l’Université ont-elles reçu et interprété, de la Guerre froide à nos jours, ces régimes politiques et leurs différents phénomènes sociaux ?

Cette journée d’études s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire (philosophie, histoire, science politique, sociologie, anthropologie, civilisation, géographie, littérature, études cinématographiques, etc.) et s’adresse à des doctorants, de jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés, ainsi qu’à des témoins variés, afin de proposer une réflexion sur l’expérience communiste.

Les propositions en français (env. 300 mots) et une courte biographie sont à envoyer avant le 26 février 2018 à l’adresse suivante : situerlecommunisme@gmail.com. Les réponses aux auteurs seront communiquées pour le 12 mars. La participation à la journée d’études est gratuite. Les éventuels frais de transports et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation : Sandra DOMINIQUE (Université Paris Diderot, ED 382, ICT), Thi Tu Huy NGUYEN (Université Paris Diderot, ED 382, LCSP), Nataliya YATSENKO (Université Paris Diderot, ED 382, ICT).

Responsable :

Sandra DOMINIQUE, Thi Tu Huy NGUYEN, Nataliya YATSENKO

Image « à la une » : affiche de propagande chinoise © DR

Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

[ndlr] Annonce du CSIS sur un panel consacré à l’Offensive du Têt.

The Project on Military and Diplomatic History cordially invites you to

The Tet Offensive: Lessons from the Campaign After 50 Years

Continuer la lecture de Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

L’État en Asie et aux Amériques : perspectives croisées – Jeudi 15 juin -EHESS

[ndlr] Annonce d’une journée d’études à l’EHESS. Deux séances sont dédiées à l’Asie du Sud-Est. Présentation et programme ci-dessous.

L’État en Asie et aux Amériques: perspectives croisées

Journée d’études

Jeudi 15 juin de 9hà 18h, EHESS, Paris 6e

Organisée par Marie Aberdam (Paris 1/CRHAC), Nicolas Barreyre (EHESS/Mondes Américains), Véronique Hébrard (Paris 1/Mondes Américains)

Aucun État, même dans le cas extrême où il est imposé de l’extérieur, ne peut valablement se penser en dehors des interactions sociales qui le font naître, le façonnent et en conditionnent le fonctionnement quotidien. En se concentrant sur les expériences historiques américaines, l’axe de recherche « État, institutions et dynamiques sociales dans les Amériques (XVIIIe-XXIe siècles) » du laboratoire Mondes Américains a donc fait porter ses travaux sur la multiplicité d’alternatives mises en œuvre sur le continent, et remet en perspective notre compréhension de l’État dit « moderne », qui apparaît dès lors moins comme un paradigme qu’une des formes historiques d’institutionnalisation des pouvoirs politiques et sociaux.

Les expériences américaines, aussi bien à l’époque coloniale qu’après les indépendances, fourmillent de ces alternatives, des différentes formes de fédéralisme institutionnel à la puissance laissée aux corporations, aux associations volontaires, aux fondations philanthropiques, voire au crime organisé… Ces expériences sont aussi celles de formes originales de résistance ou au contraire d’interpellation de l’État.

Dès lors que l’Asie a expérimenté, comme les Amériques mais selon des temporalités différenciées, cette double dynamique institutionnelle (interne et « coloniale »), il nous a semblé pertinent d’ouvrir une réflexion croisée sur l’historiographie actuelle concernant ces deux régions du monde, mettant en discussions les outils et concepts mobilisés pour saisir ces différentes manifestations de l’État, en tenant à bonne distance le « modèle » européen.

Cette journée d’étude a pour ambition de nouer ce dialogue, à partir de recherches ancrées sur une aire et commentée par des spécialistes de l’autre.

Programme

9h – 9h10 : Introduction

9h10 – 10h : Xiaohong Xiao-Planes (INALCO-Asies)
« Historiographie sur l’État chinois contemporain »

Commentaire : Annick Lempérière (Paris 1 / Mondes Américains)

10h – 10h50 : Sébastien Lechevalier (EHESS / Centre Chine Corée Japon)
« L’État développeur au Japon et en Corée dans un contexte post développement libéralisé et financiarisé »

Commentaire : Romain Huret (EHESS / Mondes Américains)

10h50 – 11h20 : Pause

11h20 – 12h10 : Silvia Capanema P. de Almeida (Université Paris 13, Pléiade-CRESC (EA 2356))
« Race, révolte et république : vies de marins et châtiments corporels dans l’Armada brésilienne de la période post-abolitionniste »

Commentaire : Clément Fabre (ENS)

12h10 – 13h : Marie de Rugy (Paris 1 / Sciences Po)
« Comprendre l’État colonial par ses frontières ? Contrôle et transgressions dans la péninsule indochinoise, fin XIXe-début XXesiècles »

Commentaire : Ombelyne Dagicour (Paris 1 / Genève)

13 h – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 15h20 : Beatriz Fernández (Universidad Politecnica de Madrid/EHESS/CRH)
« L’État et les villes : réponses locales aux interventions sur les capitales américaines pendant le premiers tiers du XXe siècle »

Commentaire : Françoise Ged (Cité de l’architecture et du patrimoine)

15h20 – 16h10 : Marie Aberdam (Paris 1 / SIRICE / CHAC)

« L’État dans l’État : les réseaux de parenté et l’administration en Asie du Sud-Est continentale XIXe-XXe siècle »

Commentaire : Véronique Hébrard (Paris 1 / Mondes Américains)

16h10– 16h40 : Pause

16h40 – 17h30 : Jean-Philippe Garneau (Université du Québec à Montréal)
« Prendre la parole sur les rives du Saint-Laurent (Canada, XVIIe-XIXesiècles) : réflexion sur le rôle du droit comme laboratoire d’une souveraineté “américaine” »

Commentaire : François Gipouloux (CNRS / Centre Chine Corée Japon)

17h30 – 18h : Discussion générale et conclusions

Source : EHESS, Mondes américains

Workshop « Sources et documents pour l’étude du Viêt-Nam : état des lieux et perspectives » [23 mai 2017]

[ndlr] Mise en ligne du programme du Workshop « Sources et documents pour l’étude du Vietnam : état des lieux et perspectives » qui s’est déroulé à Marseille le 23 mai 2017.

Workshop
« Sources et documents pour l’étude du Viêt-Nam : état des lieux et perspectives »

Espace Yves-Mathieu, 3 Place Victor-Hugo, Campus St Charles
Aix Marseille Université, 23 mai 2017, Marseille.

Organisation :

Institut de Recherches Asiatiques (IRASIA, UMR 7306, AMU-CNRS) ; Aix Marseille Université ; Université nationale du Vietnam à Hanoï (VNU Hanoï) en collaboration avec : IAO, Paris VII, INALCO, EPHE.

Présentation

Trente ans après l’ouverture économique du Viêt-Nam depuis 1986, les études vietnamiennes se trouvent à un nouveau tournant. De nouveaux champs de recherche sont ouverts, grâce à l’accès au terrain plus aisé et au développement d’outils informatiques et numériques. L’arrivée d’une jeune génération de chercheurs vietnamiens dont plusieurs ayant soutenu leurs thèses dans des universités étrangères permet également d’envisager des projets de coopération sur de meilleures bases.

Un des éléments clés du renouvellement des recherches sur le Viêt-Nam est la prise en compte, au Viêt-Nam même par la communauté universitaire et scientifique, mais aussi par des décideurs politiques, de la diversité des recherches menées en dehors des frontières sur le pays, ainsi que de la richesse des sources et documents qui se trouvent localisés un peu partout dans le monde. A la richesse des sources s’ajoute la diversité d’approches et de points de vue, en autres en raison des guerres et des déplacements de communautés d’humains. Les humanités numériques sont également en train de changer les conditions de travail des chercheurs, permettant notamment de constituer des équipes internationaux exploitant des corpus partagés et disponibles à distance.

Ce workshop se situe dans la continuité de manifestations scientifiques internationales telle que le 2e Euroviet (Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995) et plus récemment le colloque international « Les sources et archives portant sur le Viêt-Nam dans l’histoire moderne et contemporaine » qui s’est tenu à Hanoi en octobre 2016.

Cette journée de travail vise cependant l’objectif d’aller plus loin dans la réflexion sur le sujet. Les intervenants venant de différentes disciplines – histoire, linguistique, sociologie, géographie – croisent leurs sources et leurs approches. Le workshop se veut un espace d’échanges en vue d’élaborer de nouveaux projets de recherche novateurs pour répondre aux appels à projets internationaux. Ces projets pourraient s’articuler avec un projet d’envergure porté par l’Université nationale du Viêt-Nam à Hanoi ; il s’agit du projet de création d’un Centre de documentation sur le Viêt-Nam sur cinq ans qui débute en septembre 2017. Parallèlement à la recherche, la formation de jeunes chercheurs est également prise en compte, notamment par la direction et la co-tutelle de thèses financées dans le cadre de ces projets.

Contact :

NGUYEN Phuong Ngoc, MCF langue et civilisation vietnamiennes
Institut de recherches asiatiques (IRASIA, UMR 7306, AMU-CNRS)
Email : nguyenpngoc@yahoo.fr Tel. : 06 60 08 36 93

Programme prévisionnel :

23 mai 2017 – matin / salle LSH205

9h – Accueil : Allocution d’accueil du directeur de l’IRASIA, Guy Faure

9h30 – 12h Président de séance Guy Faure

9h30-9h45 Nguyễn Kim Sơn, Pr littérature vietnamienne ancienne en caractères chinois, Président de l’Université nationale du Vietnam à Hanoi, “Le projet d’un Centre national de documentation pour les études vietnamiennes porté par le VNU Hanoi”

9h45-10h Corinne Flicker (MCF HDR littérature française, CIELAM, AMU) : « Pour un programme interdisciplinaire et intersectoriel de recherches thématiques sur les archives en langue française au Vietnam »

10h-10h15 Philippe Le Failler (MCF HDR histoire, EFEO et IRASIA), “Les sources et approches pour l’histoire du Vietnam : du 2e Euroviet à Aix-en-Provence en 1995 au colloque international à Hanoi en 2016”

10h15-10h30 Olivia Pelletier (responsable du fonds Indochine, ANOM), “La numérisation de fonds des ANOM : enjeux et perspectives”

10h30-11h discussion

11h-11h15 Pascal Bourdeaux (MCF histoire, EPHE), “Sources et documents pour l’histoire des faits religieux au Vietnam”

11h-15-11h30 François Guillemot (Dr en histoire, IAO, UMR 5062 CNRS), “Humanités numériques et socio-histoire du Viêt-Nam”

11h30-11h45 Đào Đức Thuận (MCF histoire, directeur du département des archives et du office management, USSH, VNU Hanoi), “Les projets de collecte et de numérisation de sources au Vietnam : Archives nationales du Vietnam, Archives du Parti communiste vietnamien et Musée Ho Chi Minh”

11h45-12h discussion

12h-13h Cérémonie de réception de la délégation de l’Université Nationale du Viêt-Nam. Hommage au Professeur Trinh Van Thao, membre fondateur de l’IRSEA, devenu IRASIA en 2012, prix “Etudes vietnamiennes” de la Fondation Phan Châu Trinh (Viêt-Nam) de 2017.

13h-14h Buffet Salle polyvalente LSH

23 mai 2017 – après-midi / salle LSH205

14h30-17h30 Président de séance Philippe Le Failler

14h30-14h45 Marie Gilbert (MCF géographie, Paris VII), “Etudes urbaines : bases de données pour les recherches sur Ho Chi Minh-ville”

14h45-15h Catherine Scornet (MCF sociologie, LPED, AMU-IRD), “Sources et approches pour les études démographiques au Viêt-Nam”

15h-15h15 Đào Huy Linh (MCF linguistique, INALCO), “Les nouveaux outils du linguiste”

15h15-15h30 Alice Vittrant (MCF linguistique, IRASIA), “Projet de recherches sur les Mopiu au Viêt-Nam : constitution de bases de données, conditions d’accès et utilisations”

15h30-15h45 pause café

15h45-16h00 Michel Dolinski (MCF chinois, IRASIA), “Une minorité particulière au Viêt-Nam : l’histoire et la culture des Hoa, ethnie chinoise”

16h00-16h15 Johann Gremon (Dr en histoire, Paris VII), “Histoire des frontières du Viêt-Nam : diversité des sources et approches”

16h15-16h30 Amandine Dabat (Dr en histoire de l’art), “Archives à constituer : les peintures et les documents personnels de Hàm Nghi, empereur d’Annam exilé en Algérie, et de sa famille”

16h30-16h45 Gilles de Gantès (Dr en histoire, IRASIA, AMU-CNRS), “Les campagnes de numérisation et les études coloniales : Gallica pour les études vietnamiennes”

16h45-17h30 Discussion générale

Perspectives dans le cadre du projet du Centre de documentation pour les études vietnamiennes (colloques et workshops, publications, bourses doctorales, campagnes de numérisation).