Archives de catégorie : Thèses / PhD

Nguyen Tuyet : Risk of eutrophication in the Saigon River: impacts of the Ho Chi Minh Megacity (Vietnam) [PhD Thesis]

[ndlr] Soutenance de thèse dans le cadre du projet Saigon River.

Nguyet Tuyet, doctorante à Grenoble INP, soutiendra sa thèse le 19 Décembre 2018 à 14h00 dans la salle Lliboutry  (54, rue Molière – Domaine universitaire 38 400 St Martin d’Hères).

Nguyet Tuyet

Risk of eutrophication in the Saigon River: impacts of the Ho Chi Minh Megacity (Vietnam)

Jury :

  • Sarah DORNER, Professeure, Polytechnique Montréal, Canada (Rapportrice)
  • Florentina MOATAR, Directrice de Recherche IRSTEA, France (Rapportrice)
  • Josette GARNIER, Directrice de Recherche CNRS, UMR METIS, France (Examinatrice)
  • Jean MARTINS, Directeur de recherche CNRS, UMR IGE, France (Examinateur)
  • Phuoc-Dan NGUYEN, Associated Professor, HCMUT, Vietnam (Examinateur)
  • Julien NEMERY, Maître de conférences HDR, Grenoble INP, UMR IGE, France (Directeur de thèse)
  • Nicolas GRATIOT, Directeur de recherche IRD, UMR IGE, France (Co-directeur de thèse)

Abstract (excerpt) :

The Saigon River, a part of Saigon – Dongnai River basin located in Southern Vietnam, is about 250 km long with a catchment area of 4,717 km2. The Dau Tieng reservoir in the upstream of the Saigon River has been constructed for irrigation, flood protection purposes and the control of the intrusion of saline water. When flowing through HCMC, Saigon River is connected with canals and then joins Dongnai River to become the Nha Be River flowing through Can Gio Mangrove to the East Sea. Draining a low elevation coastal zone (LECZ), Saigon River is affected by the asymmetric semi-diurnal tides. The general goal of this thesis is to (i) assess trophic status in the Saigon – Dongnai River, (ii) assess the processes that lead nutrient behavior in the salinity gradient to estimate retention capacity with respect to the nutrients fluxes and (iii) calculate nutrient budgets to further be used for numerical simulations.

Résumé (extrait) :

La rivière Saigon, qui constitue un sous bassin du fleuve Nha Be, est située dans le sud du Vietnam. Cette rivière a une longueur d’environ 250 km et le bassin versant total à une surface de 4717 km2. Le réservoir de Dau Tieng, situé en amont de la rivière Saigon, a été construit pour mieux gérer l’irrigation, lutter contre les inondations et contrôler l’intrusion d’eau salée. En traversant Hô Chi Minh-Ville, la rivière Saigon est connectée à plusieurs canaux puis rejoint la rivière Dongnai pour devenir le fleuve Nha Be qui traverse la zone de mangrove de Can Gio et se jette dans la mer de l’Est. La rivière Saigon et son bassin versant sont situés dans la plaine côtière et sont soumis au balancement quotidien des marées. L’objectif général de cette thèse est (i) d’évaluer l’état trophique de la rivière Saigon – Dongnai, (ii) d’étudier les processus à l’origine de la dynamique des nutriments, en particulier le rôle des sédiments en suspension, du mélange turbulent et du gradient de salinité, afin d’estimer la capacité de rétention par rapport aux flux d’éléments nutritifs; (ii) d’utiliser ces mesures de terrain et de laboratoire pour envisager une simulation numérique de ce système estuarien.

Fiche profil de Tuyet T.N. Nguyen

Pour en savoir plus sur ce sujet : 

Image « à la une » : The Saigon river – view from the Renaissance Riverside Hotel # 2 © 2012 Virtual Saigon / Institut d’Asie Orientale

Jeoung Jaehyun : Exploitation minière et humaine – Les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 – thèse

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse à l’Université Paris Diderot.

« Exploitation minière et humaine : les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 »

Jeoung Jaehyun

thèse sous la direction de Claire Trân Thi Liên, maître de conférences de l’Université Paris-Diderot

Le jury est composé de :

  • Bernard THOMANN, professeur de l’Inalco
  • Andrew HARDY, directeur d’études de l’EFEO
  • Chad DENTON, professeur associé de l’Université Yonsei (Corée)
  • Judith RAINHORN, professeure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sophie QUINN-JUDGE, professeure associée de l’Université Temple (Etats-Unis)
soutenance le jeudi 13 septembre 2018 à 14 h à l’Université Paris Diderot – Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 870
8 place Paul Ricoeur, 75013 Paris

Résumé de la thèse :

Le charbon était connu au Vietnam depuis longtemps, mais c’est pendant la période coloniale qu’il fit l’objet d’une exploitation systématique. Les Français s’intéressèrent à ces ressources minières du Vietnam dès avant la conquête coloniale. Après l’établissement du protectorat français au Tonkin et en Annam en 1883-1884, l’exploitation des mines de charbon connut un essor rapide sous l’effet de l’afflux de capitaux et l’introduction de techniques de France et devint l’une des principales activités industrielles du Tonkin. Les autorités coloniales soutinrent fortement la « mise en valeur » de la colonie par le capitalisme français. Néanmoins, il n’était pas toujours facile même pour les plus grandes compagnies françaises d’organiser une nouvelle activité de production dans un pays peu industrialisé.

Alors que les charbonnages de Hòn Gai parvinrent à surmonter des difficultés d’ordre financier, commercial et industriel et réaliser des profits considérables, la plupart des autres entreprises minières ne rémunèrent jamais suffisamment les capitaux engagés, et même certaines d’entre elles se terminèrent par des échecs complets. En particulier, les compagnies minières rencontrèrent une grande difficulté à recruter des ouvriers et les retenir dans les mines, dont les conditions de travail furent particulièrement dures. La forte mobilité caractérisait la main-d’oeuvre des mines et retarda ainsi la formation d’une conscience de classe parmi les ouvriers des mines. La grève générale des ouvriers de Hòn Gai en novembre 1936 témoigne pourtant la naissance d’une nouvelle classe sociale, que les militants communistes vietnamiens visèrent à transformer en avant-garde révolutionnaire contre le colonialisme et le capitalisme.

Lê Xuân Phán : L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Lê Xuân Phán.

Le 31 août 2018 à 14h, M. Lê Xuân Phán soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « L’enseignement du Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945, la formation des intellectuels vietnamiens ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Christine Cornet, professeur à Sciences Po Lyon. La soutenance aura lieu à l’amphithéâtre Benveniste, campus Berges du Rhône.

Membres du Jury :
Christine Cornet, Professeur des Universités, Sciences Po Lyon
Guy Faure, Directeur de recherche émérite, CNRS
François Guillemot, Ingénieur de recherche, CNRS
Phuong Ngoc Jade Nguyen, Maître de conférence HDR, Université d’Aix-Marseille

L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

Résumé :

Le principal objet de ce travail est l’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale française dans la formation des intellectuels vietnamiens. En effet, dans le bouleversement historique de la période coloniale (1862-1945), la société vietnamienne a connu des transformations radicales. L’enseignement au Vietnam a connu des changements sans précédent. En Cochinchine, après qu’elle soit devenue colonie française (1862-1864), les concours des lettrés ont été supprimés. Au Tonkin et en Annam, après les réformes de 1906 à 1917, le système de l’enseignement traditionnel a été supprimé en 1919. Au début, l’enseignement en langue française a comme but de former des interprètes. Mais seule une partie de la population vietnamienne accepte d’envoyer ses enfants dans les écoles françaises. Après les mouvements vers l’instruction occidentale dirigée par des lettrés dans la première décennie du XXe siècle, la population a changé d’attitude par rapport à l’école française. Avec l’application du Règlement Général de l’Instruction Publique de 1917, le système d’enseignement en français est devenu le seul système de l’enseignement officiel.

Pendant la période 1862-1945, on constate la disparition progressive de la classe des lettrés et l’émergence des nouveaux intellectuels modernes. La majorité des intellectuels de cette période est issue de l’école française en Indochine. Même si le nombre d’écoles est faible, on constate que la qualité est bonne. Les écoles en français au Vietnam 1862-1945, notamment, les écoles post primaires et supérieures, sont des établissements importants pour répandre les connaissances, la culture et les sciences. Les collèges et les lycées franco indigènes sont les lieux d’étude de la majorité des intellectuels vietnamiens formés avant 1945. L’École de Médecine et de Pharmacie, l’École supérieure des Sciences ont formé des chercheurs vietnamiens célèbres. Il y a des professeurs vietnamiens remarquables qui sont issus de l’École supérieure de Pédagogie de l’Indochine. L’École supérieure de Droit d’Hanoi a formé des élites intellectuelles. L’École des Beaux-arts de l’Indochine est à l’origine de la première génération des artistes modernes vietnamiens.

Mots clés : Vietnam, Indochine, enseignement, école, université, intellectuel.

 

Pham Nguyen Thuy An : La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) [thèse]

[ndlr] Avis d’une soutenance de thèse sur Hô Chi Minh-Ville.

Soutenance de thèse de

Thuy An PHAM NGUYEN

« La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) »

 

sous la direction de Christian Pédelahore de Loddis  / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lieu : ENSA Paris-La Villette, 114 avenue de Flandres – 75019 Paris

Date : 29 mars 2018, 15h

Jury :

  • DELEUIL Jean-Michel, HDR, Professeur des universités, INSA de Lyon,
  • DOUADY Clément Noel, Architecte urbaniste,
  • GIBERT-FLUTRE Marie, docteur,  maître de conférences, Université Paris Diderot, UFR LCAO,
  • GOLDBLUM Charles, HDR, professeur émérite, Université Paris 8,
  • MAZZONI Cristiana, HDR, professeur ENSA de Strasbourg,
  • PEDELAHORE DE LODDIS Christian, Professeur des ENSA, HDR,
  • PICON-LEFEBVRE Virginie, HDR, professeur ENSA Paris-Belleville

Résumé de la thèse : Ho Chi Minh-Ville (Saigon) est reconnue universellement en tant que ville historique végétale et hydraulique. Trente ans après le lancement de la politique de Renouveau (1986), elle s’est transformée en une métropole trépidante de plus de 10 millions d’habitants faisant face à une urbanisation accélérée, tant horizontale que verticale. Alors que son centre est métamorphosé par la construction de nombreuses grandes tours résidentielles, commerciales et de bureaux, ses territoires périurbains et ruraux s’urbanisent et se modernisent par le biais des Nouvelles Zones Urbaines (KDTM) construites depuis 1996.

Dans cette fabrique spatiale concrète, les interventions des investisseurs et opérateurs privés jouent un rôle déterminant. Ils sont actuellement des acteurs clés des KDTM qu’ils orientent vers un cadre de vie mondialisé en direction des classes aisées. Cependant ces nouveaux quartiers ne correspondent pas toujours à leurs objectifs initiaux, ni même à leurs concepts et à leur communication publicitaire. Cet écart découle en premier lieu d’une gestion urbaine hiératique. Les textes officiels et les plans directeurs sont encore trop peu consolidés, les autorités municipales et locales ne contrôlant dans les faits que difficilement une expansion métropolitaine galopante.

A partir de recherches documentaires, cartographiques, photographiques et d’analyses in situ et in vivo, la thèse traite la question centrale des modalités de privatisation des KDTM de 1996 à nos jours. Elle met en lumière les modes opératoires de la production urbaine des acteurs privés ainsi que les effets en retour des KDTM sur les mutations spatiales et sociétales de la grande métropole économique du Vietnam.

Source : Pascal Fort (IPRAUS, umr AUSser 3329)

Dịu-Hương Nguyễn – “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” [PhD]

[ndlr] Annonce de la soutenance de thèse (PhD) de Dịu-Hương Nguyễn sur l’histoire sociale de Huê, l’ancienne ville impériale, en temps de guerre. Résumé de Christoph Giebel sur ce travail qu’il a dirigé. Nous le remercions pour son aimable autorisation pour la publication de cette annonce.

Dr Diu-Huong Nguyen © 2017

With great pleasure I’d like to announce that Dịu-Hương Nguyễn successfully defended her dissertation last week at the University of Washington in Seattle and earned a PhD degree in History with a specialization in modern Viet Nam. Her dissertation is titled “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” and captures Huế and its residents in the decade between the founding of the University of Huế and the city’s near-total destruction in early 1968. With great sensitivity and attention to detail, Hương Nguyễn is able to recreate in evocative ways the habits of life in Huế, its citizens’ quotidian interactions, activities, and concerns, the mentalité of the times, even the sounds and smells of street life in this former royal city renowned for its tranquility, pastoral ambience, and measured rhythm of public life. While the years 1957-1962 were marked by increasing urbanization and a renewed cultural and intellectual scene, the religious and political upheavals of 1963 rocked the city, and during 1964-1967, war and civil strife cast ominous clouds and crept ever closer to the city.

Hương Nguyễn’s dissertation focuses our attention on several critically understudied areas in the field: on Central Viet Nam and Huế in their own right, on social history and urban transformations, and on Vietnamese human experiences and the voices of ordinary people at a time of violent conflict. It is an important, timely corrective to the still dominant top-down approaches to Viet Nam at war, with their overwhelming emphasis on political and military affairs and their habitual employment of simplistic regional, political and ideological binaries, holdouts from the Cold War. In this dissertation, pre-1968 Huế and its inhabitants reappear in their rich multiplicity and local specificity that have long defied cooptation by any larger claim of the powerful.

Admirably researched under sometimes challenging circumstances, the dissertation is based on materials found in the Provincial Archives of Huế, Viet Nam’s National Archives II and III, multiple media and literary sources, as well as published memoirs and a host of interviews of current and former residents of Huế conducted on three continents. Hương Nguyễn’s doctoral committee at UW comprised Professors Laurie Sears, Raymond Jonas, Miriam Kahn, and Christoph Giebel (chair).  Professors Nguyễn Quang Ngọc and Phạm Hồng Tung at VNU’s History Department and William Frederick at Ohio University’s Southeast Asia Program provided earlier guidance as well. The completion of the dissertation was supported by a prestigious Mellon/American Council of Learned Societies fellowship.  Congratulations, Dr. Nguyễn Dịu-Hương!

C. Giebel

UW-Seattle, USA

Image « à la une » : Vue d’une rue animée de Huê dans les années 1950 (Sontrung’s Blog).

Clémence Schantz : Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge [thèse]

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Clémence Schantz (Ceped).

Soutenance de thèse de sociodémographie, menée sous la direction de Véronique Petit au Ceped.

« Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge »

Clémence Schantz

Vendredi 16 décembre 2016 à 10h00

Salle de réunion F.673 -Sorbonne

Galerie Gerson – escalier G2, 1er étage, 54 rue Saint Jacques, 75005 Paris.

La soutenance se déroulera devant un jury composé de :

  • Alexandre DUMONT, épidémiologiste, santé des femmes et santé périnatale, directeur de recherche, IRD, Ceped.
  • Anne Yvonne GUILLOU, anthropologue, chargée de recherche CNRS, IRASEC.
  • Patrick HEUVELINE, démographe, professeur à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), rapporteur.
  • Yannick JAFFRE, anthropologue de la santé, directeur de recherche, CNRS UMI 3189 & EHESS, rapporteur.
  • Véronique PETIT, démographe, professeure à l’Université Paris Descartes, Ceped, directrice de thèse.

 

Résumé de la thèse :

Le Cambodge est l’un des neuf pays au monde à avoir atteint l’OMD 5 des Nations Unies, c’est-à-dire à avoir diminué de trois quarts le taux de mortalité maternelle au niveau national entre 1990 et 2015. Ce taux est ainsi passé de 1020 à 161 décès maternels pour 100 000 naissances au cours de ces 25 années. Ce succès est le résultat de politiques publiques volontaristes : une politique de planification familiale, la mise en place de systèmes de financements de la santé, la formation puis le déploiement de milliers de sages-femmes sur le territoire. Cette réussite s’explique également par une mutation sociologique de premier plan : l’accouchement, qui était historiquement un événement avant tout social et qui se déroulait dans l’intimité de la maison, est devenu un événement public pour la femme et sa famille. Alors qu’en 2000 moins de 10% des femmes accouchaient dans une structure médicalisée, elles étaient plus de 80% dans cette situation en 2014, traduisant ainsi la biomédicalisation massive et soudaine de l’accouchement dans tout le pays.

Cette recherche sociodémographique remet en question la vision idéalisée des Nations Unies concernant la santé maternelle au Cambodge en rendant visibles et en observant les pratiques obstétricales « par le bas » à partir d’une enquête empirique sur plusieurs terrains à Phnom Penh et en Kandal (milieu rural). La méthodologie développée conjugue une observation participante, à des entretiens semi-directifs auprès de soignants et de non soignants (hommes et femmes), des questionnaires auprès de femmes enceintes puis accouchées (cohorte), ainsi qu’une collecte de données médicales dans quatre maternités de Phnom Penh. Les résultats montrent que certains hôpitaux et cliniques pratiquent des épisiotomies systématiques, ce qui est contraire aux recommandations internationales, et que le taux de césariennes dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant depuis le début des années 2000 le seuil de 10% recommandé par l’OMS. Enfin, une pratique répandue de périnéorraphies visant à resserrer fortement le vagin de femmes jeunes et en bonne santé après des accouchements par voie basse, sans indication médicale, est courante dans la capitale. Ces pratiques obstétricales, historiquement construites, vont alors fréquemment être détournées de leur usage médical pour répondre à une demande sociale.

Le corps des femmes a été appréhendé dans cette recherche comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux, sur lequel se jouent de nombreux enjeux de pouvoirs. La thèse a révélé que ces trois pratiques obstétricales faisaient système en se renforçant les unes les autres. A l’intersection entre corps, genre et biomédecine, la recherche a montré que ces différentes pratiques obstétricales pouvaient être conçues comme des instruments de domination. Le genre, tel qu’il est pensé dans la société, va contribuer à fabriquer un sexe féminin, mais aussi à construire un corps féminin de façon plus générale. Mais la thèse a dévoilé également que certaines de ces pratiques vont être saisies par les femmes, afin d’accroître leur attractivité sexuelle, leur permettant de renégocier les rapports de genre, et de maintenir l’harmonie et la stabilité du couple.

Mots-clés : Cambodge, biomédecine, pratiques obstétricales, épisiotomie, périnéorraphie, césarienne, accouchement, sexualité, rapports de genre.

Merci d’informer de votre présence en écrivant à : clemschantz@hotmail.com

 

Pour en savoir plus :

Atelier Normalisation 1-Les périnéorraphies du… par IEC-MNHN

 

Image « à la une » : Clémence Schantz © Toutes à l’école

UQÀM : Phi-Vân Évelyne Nguyen, lauréate du prix de la meilleure thèse de doctorat

[ndlr] Félicitations à notre collègue Phi-Vân pour ce prix thèse bien mérité et aux autres personnes sélectionnées pour cette récompense annuelle de la Faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Phi-Vân Évelyne Nguyen (Ph. D. histoire, 2015) a été récompensée pour sa recherche intitulée Les résidus de la guerre: la mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non communiste (1954-1965). Sa thèse est l’aboutissement d’une étude patiente et minutieuse l’ayant menée au Vietnam, en France et aux États-Unis, sur les traces des quelque 800 000 personnes qui, en 1954, choisirent de quitter la zone communiste du pays, dans le nord, pour rejoindre ce que l’on désignait à l’époque comme le «monde libre». La chercheuse a étudié le parcours politique et culturel de ces réfugiés, depuis leur arrivée dans le sud du Vietnam, en 1954, jusqu’au déclenchement de la guerre, en 1965. Grâce à deux bourses postdoctorales du CRSH et de la Fondation suisse pour la recherche scientifique, Phi-Vân Évelyne Nguyen poursuit actuellement ses recherches à l’Université Cornell, aux États-Unis.

Source : Actualités UQAM (24/11/2016)

Résumé en anglais :

Phi Vân’s dissertation, « Les résidus de la guerre, La mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non-communiste, 1954–1965″ [War Residues: The Mobilization of Northern Refugees for a non-Communist Vietnam, 1954–1965] analyzes the political and cultural consequences of the migration of more than 800,000 Vietnamese who left the North to regroup into South following the 1954 Geneva ceasefire. Using archival documents collected in Vietnam, the United States and France, the dissertation shows that one important consequence of the migration was to radicalize non-Communist nationalism. Many migrants identified as « refugees of Communism » and considered they were personally tied to the fate of the Vietnamese nation since the Geneva partition. As a consequence, the 1954 refugees exhorted everyone within Vietnam and beyond to fight back Communism and reunite the Vietnamese nation.

Sur ce sujet voir : https://indomemoires.hypotheses.org/20609