Archives de catégorie : Thèses / PhD

Lou Vargas : La donation religieuse dans la province de Bắc-Ninh au XVIIIe siècle – étude historique et philologique d’un corpus d’inscriptions gravées sur stèles (Thèse)

Lou Vargas, chercheuse membre de l’équipe Vietnamica et du CRCAO (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale), a soutenu sa thèse le vendredi 15 décembre 2023. Résumé ci-après.

Lou Vargas, membre du CRCAO, soutiendra sa thèse de doctorat préparée à l’EPHE-PSL sous la direction de Philippe Papin, vendredi 15 décembre 2023 à partir de 9h00, à la Maison de l’Asie, au 22 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris (1er étage, grand salon).

Résumé :

Fondée sur un corpus de 571 inscriptions gravées en caractères chinois et vietnamiens au XVIIIe siècle dans la province de Bắc-Ninh (nord du Vietnam), cette thèse se consacre à l’étude d’une forme de donation à la fois majoritaire (80 % du corpus) et très particulière puisqu’elle permet à un donateur ayant offert de l’argent et des terres de recevoir, pour lui-même en tant que futur mort ou pour un membre défunt de sa famille, un culte funéraire personnel et un titre honorifique et religieux appelé : le « Hậu 後 ». Ce titre, typiquement vietnamien, et attesté pour la première fois dans les sources épigraphiques en 1628, se déploie sous deux formes principales : Hậu Phật 後佛 et Hậu Thần 後神, qui désignent la personne dont le culte funéraire personnel est célébré après le culte du Bouddha ou de la Divinité. À travers une étude monographique, philologique et quantitative des inscriptions du XVIIIe siècle de Bắc-Ninh, menée pour la première fois de manière systématique et s’inscrivant dans un projet plus large de recherche sur les stèles du Vietnam, cette thèse tente de cerner les caractéristiques, les modalités et l’évolution de la donation aboutissant à une institution au rang de Hậu, mais également d’en tirer une certaine connaissance de la société et de l’économie villageoise, de la religion et des préoccupations des gens ordinaires dans le Vietnam ancien.

Le jury est composé de :

  • Mme Marianne Bujard. Présidente. Directeur d’études, EPHE
  • M. Luca Gabbiani. Rapporteur. Directeur d’études, EFEO
  • M. Philippe Le Failler. Rapporteur. Maître de conférences, EFEO
  • M. Keith Taylor. Examinateur. Professeur émérite, Cornell University
  • M. Nguyễn Tuấn Cường. Examinateur. Maître de conférences, Institut Hán-Nôm. Académie des Sciences Sociales du Vietnam
  • M. Philippe Papin. Directeur de thèse. Directeur d’études, EPHE

Source : CRCAO – https://www.crcao.fr/2023/11/27/soutenance-de-lou-vargas/

Jade Thau : De la mobilisation à la propagande – étude des affiches communistes vietnamiennes de 1945 à 1986 – Thèse

Avis de la soutenance de thèse de Jade Thau sur les affiches de propagande vietnamienne. Résumé ci-dessous.


De la mobilisation à la propagande : étude des affiches communistes vietnamiennes de 1945 à 1986

L’affiche de propagande vietnamienne se développe en 1945 lors de l’émergence du mouvement d’indépendance vietnamien envers le régime colonial français. Jusqu’en 1975, le pays est divisé en deux et, dans le Nord, en liaison étroite avec le bloc socialiste, le réalisme populaire devient le facteur déterminant de l’art sous l’égide du peintre Tố Ngọc Vân. Dès 1954, sous la République démocratique du Vietnam (RDVN), l’affiche de propagande devient un « outil officiel d’État ». Par conséquent, l’organisation de la production et de la diffusion des affiches s’institutionnalise et, jusqu’en 1975, tout artiste souhaitant prendre part à l’effort de guerre et vivre de son art participe à la production de ces affiches.

Grâce à la constitution d’une base de données répertoriant les 1 125 images du corpus, cette thèse propose d’analyser l’évolution thématique, iconographique et stylistique de ces affiches afin de comprendre la construction du langage visuel communiste vietnamien à la croisée de références nationalistes, françaises, soviétiques et chinoises. Il s’agira également d’appréhender les transformations de la définition de l’objet ainsi que celles de son rôle au cours du temps par une étude quantitative des données.

La soutenance aura lieu le mercredi 20 décembre à 9h (heure française) dans la salle de colloque de la Maison de la Recherche, Université d’Aix-Marseille, site Schuman, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence.

Le jury sera composé de : 

  • Philippe Le Failler, Maître de conférences habilité à diriger des recherches, EFEO-AMU (directeur de thèse) 
  • Nora A. Taylor, Professeur des universités, School of the Art Institute of Chicago (co-encadrante) 
  • Philippe Papin, Directeur d’études, EPHE (rapporteur) 
  • Sophie Cœuré, Professeur des universités, Université Paris Cité (rapporteuse)
  • Christian Henriot, Professeur des universités, AMU (examinateur) 
  • Phoebe Scott, Senior Curator, National Gallery Singapore (examinatrice) 


La soutenance sera suivie d’un buffet déjeunatoire dans la salle 2.44 de la Maison de la Recherche


illustration “à la une” : affiche du “Service d’Information et Propagande” (RDVN) – source SHD, GRH2960.

Louise Roche : Une histoire du temple de Banteay Samrae – soutenance de thèse – jeudi 12 octobre 2023

Message de Louise Roche, doctorante à l’École Pratique des Hautes Études.

Cher.e.s professeur.e.s, collègues et ami.e.s, 

J’ai l’honneur et le plaisir de vous convier à assister à la soutenance de ma thèse de doctorat en histoire et histoire de l’art préparée à l’École Pratique des Hautes Études (Paris Sciences & Lettres) sous la direction de Dominic Goodall avec le co-encadrement d’Éric Bourdonneau. 

Ma thèse a pour titre :

Une histoire du temple de Banteay Samrae.  

Introduction à l’étude du renouvellement des pratiques iconographiques dans le Cambodge de la dynastie dite « de Mahīdharapura » 

Dans le courant du XIIe siècle, alors que le Cambodge se trouve sous la domination politique de la dynastie dite « de Mahīdharapura » (1080/1081-ca. 1220), on assiste à un renouvellement des pratiques iconographiques qui se manifeste à travers l’apparition d’une iconographie narrative bouddhique, inexistante dans les images khmères auparavant. Lorsqu’elles sont mobilisées, ces images se trouvent sculptées dans des sanctuaires dont le système de représentation est hybride, c’est-à-dire qu’il mêle, dans des ensembles contemporains, d’une part, des sujets issus des sources scripturaires brahmaniques et, d’autre part, des thèmes proprement bouddhiques. Témoin de ce phénomène, le temple de Banteay Samrae compte à bien des égards parmi les grandes fondations de la plaine d’Angkor à cette période. Mais, l’absence d’étude monographique avait jusqu’ici fait obstacle à la compréhension de la place qu’il occupe dans l’histoire ancienne du Cambodge. La première partie de cette thèse offre une relecture du contexte historique qui commande à la fondation de Banteay Samrae. L’étude du monument nous permet ensuite de le définir, dans une deuxième partie, comme une fondation bouddhique rattachable au règne de Tribhuvanādityavarman (1149/1150-ca. 1177) et dédiée à une forme de Buddha suprême prenant les traits d’un Buddha sur le nāga. Dans la troisième partie, mettant en regard les thèmes iconographiques choisis, leur agencement dans le sanctuaire et la particularité de la situation géographique de ce dernier, à l’est du Yaśodharataṭāka, nous démontrons que ce lieu rituel se trouve possiblement engagé dans des représentations et des pratiques rituelles funéraires. Cette thèse donne ainsi à lire une histoire de Banteay Samrae, en son siècle. 


La soutenance aura lieu le jeudi 12 octobre à 14h (heure de Paris) dans le grand salon de la Maison de l’Asie, au 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris. 

Le jury sera composé de :  

  • Dominic Goodall, Directeur d’études, EFEO (directeur de thèse) 
  • Éric Bourdonneau, Maître de conférences, EFEO (co-encadrant) 
  • Charlotte Schmid, Directrice d’études, EFEO (rapportrice) 
  • Ashley Thompson, Professeure, SOAS-University of London (rapportrice) 
  • Karine Ladrech, Maîtresse de conférence habilitée à diriger des recherches, Lettres Sorbonne Université (examinatrice) 
  • Grégory Mikaelian, Chargé de recherche, CNRS (examinateur) 


 
———- Dear professors, colleagues, and friends, 

It is my honour and pleasure to invite you to the defence of my PhD thesis in History and Art history completed at the École Pratique des Hautes Études (Paris Sciences & Lettres) under the supervision of Dominic Goodall with Éric Bourdonneau as my co-advisor. 

Written in French, my PhD thesis is entitled: 


A history of the temple of Banteay Samrae.  

Introduction to the study of the renewal of iconographic practices in Cambodia under the so-called “Mahīdharapura” dynasty 

Through the 12th century, when Cambodia is under the political domination of the so-called “Mahīdharapura” dynasty (1080/1081-ca. 1220), a renewal of iconographic practices takes place through the appearance of Buddhist narrative iconography, which had previously been absent from Khmer images. These images appear in sanctuaries in which the system of representation is hybrid: in contemporary ensembles, we find subjects from Brahmanical scriptural sources together with Buddhist themes. The temple of Banteay Samrae, which is a witness of this phenomenon, is in many respects one of the great foundations of the Angkor area during this period. However, the lack of any monographic study has hitherto hindered our understanding of its place in the ancient history of Cambodia. The first part of this thesis offers a revision of the historical context that commands the foundation of Banteay Samrae. The study of the monument then allows us to identify it, in the second part, as a Buddhist foundation contemporaneous of the reign of Tribhuvanādityavarman (1149/1150-ca. 1177) and dedicated to a form of supreme Buddha taking on the features of a Buddha on the nāga. In the third part, by comparing the iconographic themes chosen, as well as their arrangement in the sanctuary and the particularity of geographical location of the temple, to the east of the Yaśodharataṭāka, we demonstrate that this ritual place may be involved in funerary representations and ritual practices. This thesis thus proposes a history of Banteay Samrae, in its century. 


The defence will be held on Thursday the 12th of October at 2PM (UTC+1) in the ‘grand salon’ of the Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris.  

Louise Roche
Doctorante EFEO-EPHE / PSL ED 472 – Mention Religions et systèmes de pensée CASE / UMR 8170 ; AEFEK +336 32 86 56 97

Soutenance de thèse : Estelle Miramond “De la lutte anti-traite à la mise au travail” (29 mars 2021)

Annonce d’une soutenance de thèse sur la Laos contemporain.

De la lutte anti-traite à la mise au travail.  Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation

par Estelle Miramond

La soutenance aura lieu le lundi 29 mars à 9 heures à l’Université de Paris, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris.

Au vu du contexte sanitaire sanitaire, elle se déroulera en semi-présentiel et sera transmise par visio-conférence.

Le jury est composé de :

  • Pascale ABSI, Examinatrice, Chargée de recherche, IRD
  • Vanina BOUTÉ, Co-directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Picardie
  • Jules FALQUET, Directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Paris
  • Jane FREEDMAN, Rapportrice, Professeure, Université Paris 8
  • Yves GOUDINEAU, Président, Directeur d’études, École française d’Extrême-Orient
  • Pierre PETIT, Examinateur, Professeur, Université Libre de Bruxelles
  • Maud SIMONET, Rapportrice, Directrice de recherche, CNRS
Travailleuses laotiennes © Estelle Miramond

Résumé de la thèse

Au Laos, les programmes de lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle des femmes se multiplient depuis la décennie 2000. Le pays, l’un des plus pauvres de la région, connaît une migration de main d’œuvre féminine importante vers la Thaïlande voisine, notamment dans l’industrie du sexe. Les études consacrées à la lutte contre la traite se concentrent principalement sur les discours anti-traite et se focalisent sur la répression du travail sexuel. Au contact des femmes concrètement prises en charge par ces politiques, la thèse s’appuie sur une ethnographie de long cours réalisée dans des centres de réhabilitation pour victimes de traite du Laos et des dortoirs d’usines de Vientiane et Savannakhet.

Mobilisant un cadre théorique féministe matérialiste, la thèse fait émerger le concept de « politique d’immobilisation ». Le terme désigne les formes institutionnalisées de restriction des mobilités spatiales et sociales de jeunes femmes imposées au nom de leur protection et facilitant l’exploitation de leur travail. La thèse montre que le secteur anti-traite prolonge des formes d’appropriation collective et individuelle des femmes également en jeu dans l’institution familiale et sur le marché du travail. Les centres de réhabilitation et les dortoirs d’usines sont analysés comme des espaces d’immobilisation et de mise en ordre du genre créant aussi les conditions d’une remise en cause partielle de ses frontières.

Mots clefs : migrations  –  travail  –  études de genre  –  anthropologie de l’humanitaire – féminisme matérialiste  –  secteur anti-traite  –  refuges  –  politiques d’immobilisation  –  Laos  – dortoirs d’usines. 

Illustration “à la une” : Annexe photographique © Estelle Miramond

Pierre-Emmanuel Bachelet : “Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles)”

Avis de la soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Bachelet.

“Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles)”,

Pierre-Emmanuel Bachelet

Thèse sous la direction de M. J-P. Bassino

Soutenance le vendredi 11 décembre 2020, à 9h.

Jury de thèse :

  • M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, ENS de Lyon
  • Mme Nadine BÉLIGAND, Maîtresse de conférences, Université Lyon 2
  • M. Leonard BLUSSÉ, Professeur émérite, Université de Leiden
  • M. Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO
  • M. François LACHAUD, Directeur d’études, EFEO
  • Mme Antonella ROMANO, Directrice d’études, EHESS              

La soutenance sera limitée au jury sur Zoom, mais sera diffusée en direct sur Youtube, ce qui permettra à toutes les personnes intéressées d’y assister. Vous pourrez y accéder au lien suivant : https://youtu.be/CPCheVKiPTc 


Résumé :

Cette thèse vise à analyser l’une des connexions majeures des mers de Chine à l’époque moderne : les relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa. A partir du milieu du XVIe siècle, l’impossibilité d’accéder au marché chinois pousse les marchands japonais à investir de plus en plus dans le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Pour les Japonais, le Đại Việt présente des avantages décisifs : il accueille des marchands venus de Chine et est le seul pays de la région à produire lui-même de la soie. De plus, les autorités des deux pays partagent une conception similaire de l’étiquette et une instruction fondée sur les mêmes classiques. Le Champa, quant à lui, revêt une importance capitale auprès des autorités japonaises en tant que pourvoyeur de bois précieux. Ces relations connaissent une profonde restructuration au cours des années 1630, quand le shogunat interdit aux Japonais de quitter le pays, sans que cette connexion ne disparaisse. Par ailleurs, ces contacts avec le monde extérieur ont permis à une cartographie spécifiquement japonaise de se développer. Les cartes réalisées, si elles se fondent sur des modèles européens ou chinois, parviennent cependant à les réinventer et à les dépasser.

La proximité entre le Japon et le Đại Việt en a donc fait des partenaires privilégiés, ce qui a permis l’établissement de communautés japonaises dans les ports viêt. Ces résidents japonais y ont occupé une fonction centrale, celle d’intermédiation entre Européens et autorités viêt. L’objectif de ce travail de recherche est d’expliciter les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et d’analyser les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite, en recourant notamment à des modélisations informatiques.

Abstract :

This dissertation aims to analyse one of the major connections in the early modern China seas, the relations between Japan, Đại Việt and Champa. From the mid-16th century onwards, as they were unable to access the Chinese market, Japanese traders increasingly invested in trade with Southeast Asia, where they were able to exchange silver and copper against silk and tropical products. Đại Việt offered decisive advantages for the Japanese. Merchants coming for China went there to trade and it was the only country to produce silk on its own. Furthermore, the authorities in both countries shared a same vision of diplomacy and their instruction was based on the same classics. As for the Champa, it was of particular importance for the Japanese authorities as a supplier of precious woods. These relations underwent a thorough reorganisation in the 1630’s, when the shogunate prohibited the Japanese from leaving the country, but this connection remained strong. Besides, these contacts with the outside world enabled a specifically Japanese cartography to emerge. Although they were based on European or Chinese models, these maps succeeded in reinventing and going beyond these models.

The proximity between Japan and Đại Việt made them privileged partners and led to the settlement of Japanese communities in Viêt ports. These Japanese residents played a crucial role in these societies, as go-betweens between the European and Viêt authorities. The purpose of this research work is to demonstrate how this common understanding emerged, and to analyse the networks that shaped it, notably through computer modelling.


Illustration “à la une” : document de P-E. Bachelet © DR

Xuân Thao Ninh : L’État du Viêt-Nam dans ses rapports avec la France (1949-1955) – Thèse

Une nouvelle thèse sur l’histoire de l’État du Viêt-Nam, contribution à une histoire délaissée depuis les années cinquante. Soutenue le 12 novembre 2019. Résumé de couverture.

Affiche de propagande de l’État du Viêt-Nam, la construction d’un État indépendant associé à la France dans le contexte de la Guerre froide © DR

L’État du Vietnam dans ses rapports avec la France (1949-1955). Une autre voie pour l’indépendance du Vietnam

« L’État du Viêt-Nam » reste encore un sujet controversé figurant parmi « les zones d’ombres » de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Après l’échec des négociations de 1946, le gouvernement de Hồ Chí Minh choisit la guerre contre les Français, pour l’indépendance du pays. Bảo Đại et ses partisans nationalistes et pro-français s’orientent vers une voie pacifique et une indépendance progressive. Par les accords du 8 mars 1949 naît « l’État du Viêt-Nam » dirigé par son chef Bảo Đại. Il s’agit d’un État associé à la France au sein de l’Union française. De mars 1949 à octobre 1955, six présidents du Conseil (Bảo Đại, Nguyễn Phan Long, Trần Văn Hữu, Nguyễn Văn Tâm, Bửu Lộc, Ngô Đình Diệm) dirigent dix cabinets ministériels pour construire un État nationaliste non-communiste, en pleine guerre d’Indochine et de la guerre froide. L’existence de l’État du Viêt-Nam permet le développement du nationalisme vietnamien qui donne naissance à la République du Viêt-Nam en octobre 1955.

The Nguyen Weather-world – ASAA thesis prize winner

[ndlr] Prix de thèse australien 2018 sur l’Asie décerné à la chercheuse Kathryn Dyt. Présentation de son travail dans l’entretien en ligne signalé ci-dessous (extraits).

Dr Kathryn Dyt was awarded the 2018 John Legge Prize for best thesis in Asian Studies, here she tells us about her work.

Can you tell us a bit about your thesis. What’s the problem it explores and what did you find?

My thesis, The Nguyen Weather-world: Environment, Emotion and Governance in Nineteenth-Century Vietnam, is an environmental study of the Nguyen dynasty in Vietnam from 1802 to 1883, prior to French colonial rule. It explores how the Nguyen court organised itself in relation to the powerful, agentive and emotional ‘weather-world’ within which it was immersed. What I found is that the systems of governance at the Nguyen court have been approached from social and cultural perspectives, but ecological issues have been overlooked. Through situating the court within its environment, I was able to offer new perspectives on the nature of royal authority and power. The thesis shows how the environment related to the political structures of the court – for example, the ability to measure, divine and respond to climactic events was linked to court hierarchies. Nguyen emperors, I argue, consolidated their positions through displays of their superior weather knowledge and emotional interaction with the natural world.

How did you first become interested in this topic?

It was really through working on the material from the period. When I began to sift through the weighty tomes of the Nguyen court chronicles, I was surprised by the court’s copious documentation of a wide range of meteorological phenomena – not only ‘unusual’ and dramatic events such as storms, floods and droughts, but also a continuum of weather cycles and subtle seasonal changes in the natural world. This begged the question: What drove the Nguyen court to implement such a rigorous system of environmental information gathering? Previous histories of the period have tended to dismiss the court’s environmental reporting as unimportant, but I argue it provides compelling evidence that the environment was central to how the Nguyen understood, experienced and governed the world they were part of.

What was the most challenging aspect of doing this research?

Working with source material in different parts of the world in three different languages – Vietnamese, Chinese and French – was a real challenge. I had to conduct research in a number of different archives in Vietnam and France. The language of the Veritable Records (a major primary source for this period) is archaic and, at times, opaque and difficult to interpret, so I had to spend a lot of time reading and re-reading passages.

Read more / Lire la suite : Asian Currents

Illustration “à la une” : Kathryn Dyt © DR