Archives de catégorie : Thèses / PhD

Jeoung Jaehyun : Exploitation minière et humaine – Les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 – thèse

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse à l’Université Paris Diderot.

« Exploitation minière et humaine : les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 »

Jeoung Jaehyun

thèse sous la direction de Claire Trân Thi Liên, maître de conférences de l’Université Paris-Diderot

Le jury est composé de :

  • Bernard THOMANN, professeur de l’Inalco
  • Andrew HARDY, directeur d’études de l’EFEO
  • Chad DENTON, professeur associé de l’Université Yonsei (Corée)
  • Judith RAINHORN, professeure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sophie QUINN-JUDGE, professeure associée de l’Université Temple (Etats-Unis)
soutenance le jeudi 13 septembre 2018 à 14 h à l’Université Paris Diderot – Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 870
8 place Paul Ricoeur, 75013 Paris

Résumé de la thèse :

Le charbon était connu au Vietnam depuis longtemps, mais c’est pendant la période coloniale qu’il fit l’objet d’une exploitation systématique. Les Français s’intéressèrent à ces ressources minières du Vietnam dès avant la conquête coloniale. Après l’établissement du protectorat français au Tonkin et en Annam en 1883-1884, l’exploitation des mines de charbon connut un essor rapide sous l’effet de l’afflux de capitaux et l’introduction de techniques de France et devint l’une des principales activités industrielles du Tonkin. Les autorités coloniales soutinrent fortement la « mise en valeur » de la colonie par le capitalisme français. Néanmoins, il n’était pas toujours facile même pour les plus grandes compagnies françaises d’organiser une nouvelle activité de production dans un pays peu industrialisé.

Alors que les charbonnages de Hòn Gai parvinrent à surmonter des difficultés d’ordre financier, commercial et industriel et réaliser des profits considérables, la plupart des autres entreprises minières ne rémunèrent jamais suffisamment les capitaux engagés, et même certaines d’entre elles se terminèrent par des échecs complets. En particulier, les compagnies minières rencontrèrent une grande difficulté à recruter des ouvriers et les retenir dans les mines, dont les conditions de travail furent particulièrement dures. La forte mobilité caractérisait la main-d’oeuvre des mines et retarda ainsi la formation d’une conscience de classe parmi les ouvriers des mines. La grève générale des ouvriers de Hòn Gai en novembre 1936 témoigne pourtant la naissance d’une nouvelle classe sociale, que les militants communistes vietnamiens visèrent à transformer en avant-garde révolutionnaire contre le colonialisme et le capitalisme.

Lê Xuân Phán : L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Lê Xuân Phán.

Le 31 août 2018 à 14h, M. Lê Xuân Phán soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « L’enseignement du Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945, la formation des intellectuels vietnamiens ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Christine Cornet, professeur à Sciences Po Lyon. La soutenance aura lieu à l’amphithéâtre Benveniste, campus Berges du Rhône.

Membres du Jury :
Christine Cornet, Professeur des Universités, Sciences Po Lyon
Guy Faure, Directeur de recherche émérite, CNRS
François Guillemot, Ingénieur de recherche, CNRS
Phuong Ngoc Jade Nguyen, Maître de conférence HDR, Université d’Aix-Marseille

L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

Résumé :

Le principal objet de ce travail est l’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale française dans la formation des intellectuels vietnamiens. En effet, dans le bouleversement historique de la période coloniale (1862-1945), la société vietnamienne a connu des transformations radicales. L’enseignement au Vietnam a connu des changements sans précédent. En Cochinchine, après qu’elle soit devenue colonie française (1862-1864), les concours des lettrés ont été supprimés. Au Tonkin et en Annam, après les réformes de 1906 à 1917, le système de l’enseignement traditionnel a été supprimé en 1919. Au début, l’enseignement en langue française a comme but de former des interprètes. Mais seule une partie de la population vietnamienne accepte d’envoyer ses enfants dans les écoles françaises. Après les mouvements vers l’instruction occidentale dirigée par des lettrés dans la première décennie du XXe siècle, la population a changé d’attitude par rapport à l’école française. Avec l’application du Règlement Général de l’Instruction Publique de 1917, le système d’enseignement en français est devenu le seul système de l’enseignement officiel.

Pendant la période 1862-1945, on constate la disparition progressive de la classe des lettrés et l’émergence des nouveaux intellectuels modernes. La majorité des intellectuels de cette période est issue de l’école française en Indochine. Même si le nombre d’écoles est faible, on constate que la qualité est bonne. Les écoles en français au Vietnam 1862-1945, notamment, les écoles post primaires et supérieures, sont des établissements importants pour répandre les connaissances, la culture et les sciences. Les collèges et les lycées franco indigènes sont les lieux d’étude de la majorité des intellectuels vietnamiens formés avant 1945. L’École de Médecine et de Pharmacie, l’École supérieure des Sciences ont formé des chercheurs vietnamiens célèbres. Il y a des professeurs vietnamiens remarquables qui sont issus de l’École supérieure de Pédagogie de l’Indochine. L’École supérieure de Droit d’Hanoi a formé des élites intellectuelles. L’École des Beaux-arts de l’Indochine est à l’origine de la première génération des artistes modernes vietnamiens.

Mots clés : Vietnam, Indochine, enseignement, école, université, intellectuel.

 

Pham Nguyen Thuy An : La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) [thèse]

[ndlr] Avis d’une soutenance de thèse sur Hô Chi Minh-Ville.

Soutenance de thèse de

Thuy An PHAM NGUYEN

« La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) »

 

sous la direction de Christian Pédelahore de Loddis  / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lieu : ENSA Paris-La Villette, 114 avenue de Flandres – 75019 Paris

Date : 29 mars 2018, 15h

Jury :

  • DELEUIL Jean-Michel, HDR, Professeur des universités, INSA de Lyon,
  • DOUADY Clément Noel, Architecte urbaniste,
  • GIBERT-FLUTRE Marie, docteur,  maître de conférences, Université Paris Diderot, UFR LCAO,
  • GOLDBLUM Charles, HDR, professeur émérite, Université Paris 8,
  • MAZZONI Cristiana, HDR, professeur ENSA de Strasbourg,
  • PEDELAHORE DE LODDIS Christian, Professeur des ENSA, HDR,
  • PICON-LEFEBVRE Virginie, HDR, professeur ENSA Paris-Belleville

Résumé de la thèse : Ho Chi Minh-Ville (Saigon) est reconnue universellement en tant que ville historique végétale et hydraulique. Trente ans après le lancement de la politique de Renouveau (1986), elle s’est transformée en une métropole trépidante de plus de 10 millions d’habitants faisant face à une urbanisation accélérée, tant horizontale que verticale. Alors que son centre est métamorphosé par la construction de nombreuses grandes tours résidentielles, commerciales et de bureaux, ses territoires périurbains et ruraux s’urbanisent et se modernisent par le biais des Nouvelles Zones Urbaines (KDTM) construites depuis 1996.

Dans cette fabrique spatiale concrète, les interventions des investisseurs et opérateurs privés jouent un rôle déterminant. Ils sont actuellement des acteurs clés des KDTM qu’ils orientent vers un cadre de vie mondialisé en direction des classes aisées. Cependant ces nouveaux quartiers ne correspondent pas toujours à leurs objectifs initiaux, ni même à leurs concepts et à leur communication publicitaire. Cet écart découle en premier lieu d’une gestion urbaine hiératique. Les textes officiels et les plans directeurs sont encore trop peu consolidés, les autorités municipales et locales ne contrôlant dans les faits que difficilement une expansion métropolitaine galopante.

A partir de recherches documentaires, cartographiques, photographiques et d’analyses in situ et in vivo, la thèse traite la question centrale des modalités de privatisation des KDTM de 1996 à nos jours. Elle met en lumière les modes opératoires de la production urbaine des acteurs privés ainsi que les effets en retour des KDTM sur les mutations spatiales et sociétales de la grande métropole économique du Vietnam.

Source : Pascal Fort (IPRAUS, umr AUSser 3329)

Dịu-Hương Nguyễn – “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” [PhD]

[ndlr] Annonce de la soutenance de thèse (PhD) de Dịu-Hương Nguyễn sur l’histoire sociale de Huê, l’ancienne ville impériale, en temps de guerre. Résumé de Christoph Giebel sur ce travail qu’il a dirigé. Nous le remercions pour son aimable autorisation pour la publication de cette annonce.

Dr Diu-Huong Nguyen © 2017

With great pleasure I’d like to announce that Dịu-Hương Nguyễn successfully defended her dissertation last week at the University of Washington in Seattle and earned a PhD degree in History with a specialization in modern Viet Nam. Her dissertation is titled “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” and captures Huế and its residents in the decade between the founding of the University of Huế and the city’s near-total destruction in early 1968. With great sensitivity and attention to detail, Hương Nguyễn is able to recreate in evocative ways the habits of life in Huế, its citizens’ quotidian interactions, activities, and concerns, the mentalité of the times, even the sounds and smells of street life in this former royal city renowned for its tranquility, pastoral ambience, and measured rhythm of public life. While the years 1957-1962 were marked by increasing urbanization and a renewed cultural and intellectual scene, the religious and political upheavals of 1963 rocked the city, and during 1964-1967, war and civil strife cast ominous clouds and crept ever closer to the city.

Hương Nguyễn’s dissertation focuses our attention on several critically understudied areas in the field: on Central Viet Nam and Huế in their own right, on social history and urban transformations, and on Vietnamese human experiences and the voices of ordinary people at a time of violent conflict. It is an important, timely corrective to the still dominant top-down approaches to Viet Nam at war, with their overwhelming emphasis on political and military affairs and their habitual employment of simplistic regional, political and ideological binaries, holdouts from the Cold War. In this dissertation, pre-1968 Huế and its inhabitants reappear in their rich multiplicity and local specificity that have long defied cooptation by any larger claim of the powerful.

Admirably researched under sometimes challenging circumstances, the dissertation is based on materials found in the Provincial Archives of Huế, Viet Nam’s National Archives II and III, multiple media and literary sources, as well as published memoirs and a host of interviews of current and former residents of Huế conducted on three continents. Hương Nguyễn’s doctoral committee at UW comprised Professors Laurie Sears, Raymond Jonas, Miriam Kahn, and Christoph Giebel (chair).  Professors Nguyễn Quang Ngọc and Phạm Hồng Tung at VNU’s History Department and William Frederick at Ohio University’s Southeast Asia Program provided earlier guidance as well. The completion of the dissertation was supported by a prestigious Mellon/American Council of Learned Societies fellowship.  Congratulations, Dr. Nguyễn Dịu-Hương!

C. Giebel

UW-Seattle, USA

Image « à la une » : Vue d’une rue animée de Huê dans les années 1950 (Sontrung’s Blog).

Clémence Schantz : Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge [thèse]

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Clémence Schantz (Ceped).

Soutenance de thèse de sociodémographie, menée sous la direction de Véronique Petit au Ceped.

« Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge »

Clémence Schantz

Vendredi 16 décembre 2016 à 10h00

Salle de réunion F.673 -Sorbonne

Galerie Gerson – escalier G2, 1er étage, 54 rue Saint Jacques, 75005 Paris.

La soutenance se déroulera devant un jury composé de :

  • Alexandre DUMONT, épidémiologiste, santé des femmes et santé périnatale, directeur de recherche, IRD, Ceped.
  • Anne Yvonne GUILLOU, anthropologue, chargée de recherche CNRS, IRASEC.
  • Patrick HEUVELINE, démographe, professeur à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), rapporteur.
  • Yannick JAFFRE, anthropologue de la santé, directeur de recherche, CNRS UMI 3189 & EHESS, rapporteur.
  • Véronique PETIT, démographe, professeure à l’Université Paris Descartes, Ceped, directrice de thèse.

 

Résumé de la thèse :

Le Cambodge est l’un des neuf pays au monde à avoir atteint l’OMD 5 des Nations Unies, c’est-à-dire à avoir diminué de trois quarts le taux de mortalité maternelle au niveau national entre 1990 et 2015. Ce taux est ainsi passé de 1020 à 161 décès maternels pour 100 000 naissances au cours de ces 25 années. Ce succès est le résultat de politiques publiques volontaristes : une politique de planification familiale, la mise en place de systèmes de financements de la santé, la formation puis le déploiement de milliers de sages-femmes sur le territoire. Cette réussite s’explique également par une mutation sociologique de premier plan : l’accouchement, qui était historiquement un événement avant tout social et qui se déroulait dans l’intimité de la maison, est devenu un événement public pour la femme et sa famille. Alors qu’en 2000 moins de 10% des femmes accouchaient dans une structure médicalisée, elles étaient plus de 80% dans cette situation en 2014, traduisant ainsi la biomédicalisation massive et soudaine de l’accouchement dans tout le pays.

Cette recherche sociodémographique remet en question la vision idéalisée des Nations Unies concernant la santé maternelle au Cambodge en rendant visibles et en observant les pratiques obstétricales « par le bas » à partir d’une enquête empirique sur plusieurs terrains à Phnom Penh et en Kandal (milieu rural). La méthodologie développée conjugue une observation participante, à des entretiens semi-directifs auprès de soignants et de non soignants (hommes et femmes), des questionnaires auprès de femmes enceintes puis accouchées (cohorte), ainsi qu’une collecte de données médicales dans quatre maternités de Phnom Penh. Les résultats montrent que certains hôpitaux et cliniques pratiquent des épisiotomies systématiques, ce qui est contraire aux recommandations internationales, et que le taux de césariennes dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant depuis le début des années 2000 le seuil de 10% recommandé par l’OMS. Enfin, une pratique répandue de périnéorraphies visant à resserrer fortement le vagin de femmes jeunes et en bonne santé après des accouchements par voie basse, sans indication médicale, est courante dans la capitale. Ces pratiques obstétricales, historiquement construites, vont alors fréquemment être détournées de leur usage médical pour répondre à une demande sociale.

Le corps des femmes a été appréhendé dans cette recherche comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux, sur lequel se jouent de nombreux enjeux de pouvoirs. La thèse a révélé que ces trois pratiques obstétricales faisaient système en se renforçant les unes les autres. A l’intersection entre corps, genre et biomédecine, la recherche a montré que ces différentes pratiques obstétricales pouvaient être conçues comme des instruments de domination. Le genre, tel qu’il est pensé dans la société, va contribuer à fabriquer un sexe féminin, mais aussi à construire un corps féminin de façon plus générale. Mais la thèse a dévoilé également que certaines de ces pratiques vont être saisies par les femmes, afin d’accroître leur attractivité sexuelle, leur permettant de renégocier les rapports de genre, et de maintenir l’harmonie et la stabilité du couple.

Mots-clés : Cambodge, biomédecine, pratiques obstétricales, épisiotomie, périnéorraphie, césarienne, accouchement, sexualité, rapports de genre.

Merci d’informer de votre présence en écrivant à : clemschantz@hotmail.com

 

Pour en savoir plus :

Atelier Normalisation 1-Les périnéorraphies du… par IEC-MNHN

 

Image « à la une » : Clémence Schantz © Toutes à l’école

UQÀM : Phi-Vân Évelyne Nguyen, lauréate du prix de la meilleure thèse de doctorat

[ndlr] Félicitations à notre collègue Phi-Vân pour ce prix thèse bien mérité et aux autres personnes sélectionnées pour cette récompense annuelle de la Faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Phi-Vân Évelyne Nguyen (Ph. D. histoire, 2015) a été récompensée pour sa recherche intitulée Les résidus de la guerre: la mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non communiste (1954-1965). Sa thèse est l’aboutissement d’une étude patiente et minutieuse l’ayant menée au Vietnam, en France et aux États-Unis, sur les traces des quelque 800 000 personnes qui, en 1954, choisirent de quitter la zone communiste du pays, dans le nord, pour rejoindre ce que l’on désignait à l’époque comme le «monde libre». La chercheuse a étudié le parcours politique et culturel de ces réfugiés, depuis leur arrivée dans le sud du Vietnam, en 1954, jusqu’au déclenchement de la guerre, en 1965. Grâce à deux bourses postdoctorales du CRSH et de la Fondation suisse pour la recherche scientifique, Phi-Vân Évelyne Nguyen poursuit actuellement ses recherches à l’Université Cornell, aux États-Unis.

Source : Actualités UQAM (24/11/2016)

Résumé en anglais :

Phi Vân’s dissertation, « Les résidus de la guerre, La mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non-communiste, 1954–1965″ [War Residues: The Mobilization of Northern Refugees for a non-Communist Vietnam, 1954–1965] analyzes the political and cultural consequences of the migration of more than 800,000 Vietnamese who left the North to regroup into South following the 1954 Geneva ceasefire. Using archival documents collected in Vietnam, the United States and France, the dissertation shows that one important consequence of the migration was to radicalize non-Communist nationalism. Many migrants identified as « refugees of Communism » and considered they were personally tied to the fate of the Vietnamese nation since the Geneva partition. As a consequence, the 1954 refugees exhorted everyone within Vietnam and beyond to fight back Communism and reunite the Vietnamese nation.

Sur ce sujet voir : https://indomemoires.hypotheses.org/20609

Esther Horat : Market Transformation and Trade Dynamics in a Peri-urban Village. Reflections from a Vietnamese Marketplace [PhD.]

[ndlr] Annonce de la thèse d’Esther Horat soutenue en mars 2016 à l’Université de Zurich. Nous reproduisons ci-dessous le message de l’anthropologue Kirsten Endres posté sur VSG avec son aimable autorisation.

In March this year, Esther Horat successfully defended her doctoral dissertation entitled « Market Transformation and Trade Dynamics in a Peri-urban Village. Reflections from a Vietnamese Marketplace. » Esther was a PhD candidate at the Max Planck Institute for Social Anthropology from 2011-2015. She defended her thesis at the University of Zurich, Switzerland, and was awarded a “magna cum laude” (with great praise) by the committee consisting of Peter Finke, Annuska Derks (both University of Zurich), and myself.

Abstract:

Based on twelve months of ethnographic research in the Vietnamese village of Ninh Hiệp, this dissertation offers an account of the various factors that have enabled it to transform into a regional trading hub for clothing and to maintain this position until the present day. The work pays great attention to how traders experience, negotiate, and react to state policies concerning the redevelopment of markets, and, in doing so, how they actively shape the political economy of Vietnam. New modes of governance – consisting of the ambivalent use of socialist and neoliberal ideologies and practices – are a crucial aspect of the study.

This research was conducted against the backdrop of decades of economic reforms initiated in socialist Vietnam in the late 1980s. Ninh Hiệp, a village along the Red River Delta, serves as a site for understanding some of the major structural changes in the region’s formal and informal labor markets and their impact on the lives of traders. In exploring some of the strategies traders employ to cope with the uncertainties of the post-reform period, the dissertation places particular emphasis on the productive side of uncertainties. Not only do traders adapt resourcefully to global capitalist formations and thereby shape the local economy, but they also deepen their social relations when confronted with uncertainties. The dissertation demonstrates how social networks among traders, as well as trust-based relations that shape informal banking and credit systems, are crucial for the functioning of the market. In addition to allowing for transactions without – or at least scarce – capital, social networks ensure the circulation of valuable information and provide access to producers and markets.

Looking closely at the operation and complexities of family businesses, the thesis discusses the dynamics involved in shaping relations and expectations across the gender and generational divide. Rather than analyzing family businesses in terms of efficiency, exploitation, or as an economic strategy of last resort, this dissertation argues in favor of their conception as agents of social change. Finally, this dissertation argues that the notion of morality is central to the lives of traders on three levels: (a) as a strategy for negotiating the boundaries of a moral community, (b) as a government tactic to project a legitimate image of itself and its policies, and (c) serving as an existential function in the face of ambiguities triggered by the socialist and neoliberal economic orders.

Many congratulations to Esther Horat!

Kirsten Endres

Sandrine Hobert : Les animaux dans l’imaginaire et la culture traditionnelle du Cambodge, du début de notre ère à la fin de l’époque angkorienne [thèse]

[ndlr] Annonce de la soutenance de la thèse de Médecine vétérinaire de Sandrine Hobert.

Résumé : Les animaux tiennent une place importante dans la culture cambodgienne, que ce soit dans l’imaginaire, les croyances, les traditions ou la religion. C’est ce que cet essai tente de démontrer, en passant des mythes et légendes les plus anciens, aux rôles des animaux dans la cité d’Angkor dirigée par les rois de l’Empire khmer. Ce travail consistera, après avoir fait une rapide présentation du Cambodge, à étudier d’abord les apparitions et les rôles des animaux dans la mythologie et la littérature khmères, puis dans les croyances ancestrales et les traditions populaires, ainsi que dans la religion. Enfin, dans la dernière partie replace l’animal à l’époque angkorienne où il a une place déterminante.

Hobert_ThèseAnimauxCambodge_2016De l’animal « acteur » dans les fêtes et les traditions populaires aux chimères de la mythologie et de l’imaginaire khmers, cet essai place l’animal au centre de l’histoire du Cambodge et de ses habitants. « Animaux de la mythologie, animaux de la royauté, animaux de guerre ou de travail » (p. 56),  il nous invite à la redécouverte d’un bestiaire riche à la fois peu connu et encore très présent dans la culture cambodgienne.

Thèse d’État de Doctorat Vétérinaire.

Lieu et date de soutenance : Lyon, mardi 12 juillet 2016

Membres du jury :

  • Président : M. le Professeur Philippe Moulin
  • 1er Assesseur : M. le Docteur Denis Grancher
  • 2e Assesseur : Mme le Professeur Denise Rémy
  • Membre invité : M. le Docteur François Guillemot

Image « à la une » : Chars de guerre de la bataille de Lanka, Angkor Vat, galerie Ouest © Photo de l’auteure

Mei Feng Mok: « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975 »

[ndlr] Présentation par Christoph Giebel de la thèse de Mei Feng Mok sur Cholon et sa population sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Mei Feng Mok, Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975, University of Washington, History, PhD thesis, Chair: Christoph Giebel, 2016.

It is with great pleasure that I announce to VSG a newly minted Ph.D.

On 8 June 2016, at the History department of the University of Washington, Seattle (USA), Mei Feng Mok successfully defended her dissertation « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975. »  The dissertation is based on a variety of sources in Vietnamese, Chinese, French and English, most notably rare and rarely-used Chinese-language newspapers from Chợ Lớn.  Examiners were Laurie Sears, Sasha Welland, and Christoph Giebel (chair);  Moon-ho Jung and Madeleine Dong added guidance at earlier stages of research.  Before coming to UW, Mei Feng Mok earned an MA in History at the National University of Singapore (NUS) with Bruce Lockhart.

Focusing on social life ordered around markets, native place congregations and temples, schools and work places, hospitals and medicinal halls, sports clubs and restaurants, private homes and public leisure places, Mei Feng deftly provides a rich tapestry of Chợ Lớn’s Chinese community, particularly its middle class, and the changes it underwent over time.  She situates Chợ Lớn in multiple relations: as one center of greater Sài Gòn, economic conduit for the southern Vietnamese hinterlands, socio-cultural hub for Chinese communities throughout Indochina, nodal point in transnational Chinese exchanges linking San Francisco, Hong Kong, China, and Singapore, and contributor to Cold War-era and Taiwan/ROC-centric sinophonic articulations.

The dissertation is organized into four main chapters:  

  • 1) Chợ Lớn’s built environment and human geography, its lived and shared spaces;  
  • 2) Education from kindergarten to adult learning between local and transnational networks and the state;  
  • 3) Sports and competitions over disciplining bodies and controlling social time;  
  • and 4) young adulthood, women in the public sphere, and socialization into multi-layered networks through marriage, work, philanthropy, and other ways of accumulating and spending social capital. 

Here Chợ Lớn emerges as a site of contestation between diasporic community interests, a « nation-building » Vietnamese state, and the transnational Chinese world not easily negotiated by individuals and further complicated by war, violence, and ideological divisions.

 Mei Feng’s work is bound to make significant contributions to a variety of fields:  e.g., to social history (and here everyday urban life) of which Việt Nam Studies are still desperately starved, to the growing body of studies on the Republic of Việt Nam (and a rare one where the RVN simply « is » rather than « fails »), to conversations about diasporic/minority communities with multiple identities in Việt Nam (and elsewhere), and to our knowledge of overseas Chinese and the dynamic currents in the Cold War-era transnational Chinese world.  Mei Feng will now take her talents and work to a Post-doctoral Fellowship position at the Asia Research Institute (ARI) in Singapore (NUS) where this important and exciting dissertation may well turn into a marvelous book.

 
Congratulations to Dr. Mei Feng Mok!
 
C. Giebel

UW-Seattle

Source : VSG

Image « à la une » : Le marché de Binh Tây à Cholon en 1960.

Hoang Ngo: Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951 – PhD

[ndlr] Presentation de Christoph Giebel de la thèse de Hoang Ngo sur le bouddhisme socialement engagé des années 1927-1951, une période rarement considérée. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Hoang Ngo, Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951, Chair: Christoph Giebel.

Now that most of us have begun the new academic year around the world, I am very pleased to make the following announcement:

Recently, in the University of Washington (Seattle) History department, Hoang Ngo successfully defended his dissertation « Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951. »  The dissertation is based on extensive archival and library research in Viet Nam and France; it was supervised by Laurie Sears, Raymond Jonas, and Christoph Giebel (chair), and earlier also by Professor Emeritus Charles « Biff » Keyes.

The dissertation investigates in particular social engagement of Vietnamese Buddhists, in itself the product of the Buddhist revival emerging in the 1920s. During the revival, Vietnamese Buddhists attempted to remake their religion into a this-worldly Buddhism, establishing Buddhist associations and monastic schools and publishing periodicals to propagate the Dharma. Their goal was to use Buddhism to effectively deal with the colonization of the country by the French and the challenges posed by colonial modernity.

Hoang follows in great detail the debates within and among the emerging Buddhist associations of Cochinchina, Annam, and Tonkin, particularly during the 1930s and early 1940s when new ideas and profound change caused much excitement and activities as well as great anxieties and self-doubt.  What was the best way to propagate the Dharma among the masses?  How could one separate the « true » monk from the « fake »?  What was to be the proper balance between the sangha and the laity?  How could Buddhist associations organize themselves and operate effectively within an all-encompassing colonial order of control?  What role was there for revived Buddhism in the national(ist) struggle?  These and other questions fueled an explosion of intense debates, both in personal interactions as well as in various print media, over doctrinal, organizational and institutional aspects of Buddhism.

Despite personal and institutional rivalries, tensions between leading monks,  newly empowered lay people, and French authority, and persistent regional divisions, the ideal of a unified, all-Vietnamese Buddhist organization remained a long-standing, if elusive goal.  Unity, however, would come about only in the twilight of the colonial empire and the early years of the Cold War, and via the catalyst of the World Buddhist Conference in Sri Lanka.  In an epilogue, Hoang links the (short-lived) moment of unity in 1951 to the Buddhist Struggle Movement in the 1960s Republic, the subject of his earlier, pre-dissertation work.  At the end of a rigorous and vigorous defense, Hoang’s committee urged him to turn this important and richly documented dissertation into a full-fledged book manuscript.

Congratulations to Dr. Hoang Ngo!
C. Giebel

UW-Seattle, USA

Source : VSG

Thèse en ligne (PDF) téléchargeable sur le site de l’Université de Washington : https://digital.lib.washington.edu/researchworks/handle/1773/33976