Archives de catégorie : Séminaires +

Nguyen Thi Duong : Phó Đức Thành et la pharmacopée « sino-annamite »

[ndlr] Signalement d’une conférence intéressante :

 

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Mardi 12 mai 2015, 14h-16h

Salle Elisabeth Allès (681), 190 av. de France

 

Dans le cadre du séminaire « Histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Asie orientale » (Caroline Bodolec, Catherine Jami, Frédéric Obringer),

Nguyen Thi Duong

(SPHERE, Université Paris Diderot)  donnera une conférence intitulée

Phó Đức Thành et la pharmacopée  « sino-annamite »

Phó Đức Thành (1884-1968) a été un pionnier dans la rénovation de la médecine traditionnelle vietnamienne. Son père pratiquait lui-même cette médecine et son village natal, Da Nguu (commune de Tan Tien, district de Van Giang, province de Hung Yen actuelle) était très connu pour le commerce des médicaments. Il s’est ainsi beaucoup intéressé aux plantes médicinales. A partir de la collecte des recettes médicales populaires, il a entrepris une recherche systématique sur les plantes indigènes utilisées dans ces recettes. En 1932, il a créé le Service d’études des médicaments du Sud, puis, en 1936, L’ Association des amis de la médecine d’Annam. Son travail lui a valu d’être remarqué par Guichard, un pharmacien lieutenant-colonel français alors en Indochine.

Noellie Bon : Le Stieng, une langue en danger d’Asie du Sud-Est – Approches socio-linguistique et descriptive

[ndlr] Une recherche intéressante au séminaire du CASE le 7 mai 2015.

bandeau_CASESéminaire général du CASE : Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

animé par Vanina Bouté, Andrée Feillard, Rémy Madinier

Noellie Bon

(ATER à l’Université Lumière Lyon 2)

Le Stieng, une langue en danger d’Asie du Sud-Est :

approches socio-linguistique et descriptive

7 mai 2015

10 h à 12 h
Maison de l’Asie, 22 av. du Président-Wilson 75016 Paris

Le stieng est une langue minoritaire à tradition orale parlée au Cambodge et au Vietnam. Ses locuteurs, dont le nombre exact demeure inconnu, sont localisés dans les piémonts des Hauts Plateaux. Au Cambodge, le khmer, langue, nationale et officielle du pays, tend à remplacer les « petites » langues du Cambodge, dont le stieng fait partie : cette domination est non seulement linguistique, mais aussi culturelle et territoriale.

Dans ce contexte, l’évaluation de la vitalité du stieng (Bon, 2014) a pu révéler qu’il s’agissait d’une langue menacée à sévèrement menacée, notamment en raison de deux facteurs fondamentaux : l’interruption de la transmission intergénérationnelle et l’intégration progressive du khmer dans les interactions quotidiennes des Stieng. D’un point de vue purement linguistique, le stieng, langue sud-bahnarique môn-khmère, partage de nombreux traits avec les autres langues d’Asie du Sud-Est, avec notamment une morphologie isolante, la présence d’un système de classificateurs de tri ou encore la grande productivité de la sérialisation verbale.

Cette communication aura pour objectifs de présenter la situation sociolinguistique du stieng ainsi que ses principales caractéristiques typologiques. Il s’agira également de souligner les défis méthodologiques et théoriques qu’implique cette situation de la langue en danger pour la description linguistique du stieng. Enfin, la présentation conclura sur les questions soulevées par cette situation « diglossie » entre stieng et khmer, notamment celle de l’intensité et l’ancienneté du contact khmer-stieng et celle de la convergence linguistique du stieng vers le khmer.

Pour en savoir plus :

Photo en une : Femme Stieng deTà Lài (Tân Phú, Đồng Nai) © 2012 VTC

Catherine Scheer : Les « coutumes de Dieu » remises en question – christianisation et mutations sociales chez les Bunong protestants des hautes terres du Cambodge – 9 avril 2015

[ndlr] Séminaire du CASE.

bandeau_CASE

Catherine Scheer  (postdoc, CASE)

Les « coutumes de Dieu » remises en question – christianisation et mutations sociales chez les Bunong protestants des hautes terres du Cambodge

 

9 avril 2015

10 h à 12 h  Maison de l’Asie, 22 av du Président-Wilson 75016 Paris

À la fin des années 2000, l’organisation sociale des Bunong protestants de Lumpek s’est vue bouleversée, ceci presque quarante ans après que les premières personnes de cette « minorité autochtone » du Cambodge s’étaient converties au christianisme évangélique. L’installation de plusieurs entreprises d’hévéa dans les alentours du village et l’expansion liée de l’économie de marché ont certes contribué à ce bouleversement. Un autre facteur majeur de déstabilisation venait cependant de l’intérieur même de l’église. Au cours de ses sermons, un des responsables bunong, depuis peu à la tête des Protestants de Lumpek, remettait en question l’ordre établi par ses aînés. Comment expliquer cette récente mutation au sein du groupe ? Pour chercher une réponse à cette question, je m’intéresserai à la manière dont l’organisation, telle qu’elle était en place chez les Protestants de Lumpek, s’est formée au cours du temps. Nous verrons qu’outre le contexte éco-politique, le contact avec plusieurs « vagues » de missionnaires, ayant chacune sa manière d’enseigner le message chrétien, et la différence entre adhésion au christianisme par conversion et par transmission, sont des facteurs importants pour comprendre le processus de christianisation.
Source : CASE

Séminaire : Villes diffuses en Asie. Nouvelles perspectives sur le desakota – 9 avril 2015

[ndlr] Programme détaillé du séminaire accompagné de son argumentaire et d’une bibliographie.

Villes diffuses en Asie

Nouvelles perspectives sur le desakota

Séminaire organisé dans le cadre du DSA « Architecture et Projet Urbain», ENSA de Paris-Belleville avec l’UMR-AUSSER.

9 avril 2015

Salle des enseignants, ENSAPB, de 14h30 à 17h45

 

PROGRAMME

  • 14h30-15h. Introduction. Adèle Esposito, chargée de recherche CNRS-AUSSER
  • 15h-15h30. Le desakota en son envers, son endroit : agriculture et aménagement des périphéries métropolitaines de Shanghai. Etienne Monin, doctorant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Laboratoire Prodig UMR 8586
  • 15h30-15h45. Questions/ Réponses
  • 15h45-16h. Pause
  • 16h-16h30. Les métropoles diffuses en Chine : processus de transition urbaine dans la région de delta du fleuve Yangzi. Andrea Palmioli, doctorant UMR AUSser
  • 16h30-16h45. Questions/Réponses
  • 16h45-17h15. Enjeux de l’étalement urbain sur les recompositions des pratiques quotidiennes des habitants périurbains de Hanoi. Gwenn Pulliat, ATER, Aix Marseille Université/ESPE
  • 17h15-17h45. Questions/Réponses & Discussion animée par Adèle Esposito
photo_AndreaPalmioli
© Andrea Palmioli

 

Ce séminaire vise à engager une réflexion sur les processus et les formes de l’urbanisation diffuse en Asie. Par urbanisation diffuse, on entend une figure de l’urbanisation caractérisée par l’alternance, la coexistence, et l’hybridation de formes urbaines et rurales, dispersées sur des territoires urbanisés à basse densité (Piccinato e Sartore 1990, Piccinato, Quilici et Tafuri 1962, Barattucci 2015). Avec des temporalités spécifiques à chaque pays d’Asie, on assiste, depuis environ trente ans, à la formation de régions métropolitaines et de territoires urbanisés (McGee 2009). Pour décrire la nature de ces phénomènes, des chercheurs travaillant sur l’Asie ont construit des concepts aptes à saisir les processus à l’œuvre dans ces contextes. Parmi ceux-ci, Mc Gee (1991) a désigné, par le néologisme desakota (de l’indonésien, desa, village ; kota, ville), des régions caractérisées par la mixité entre activités agricoles et non-agricoles qui, souvent, se développent le long de corridors reliant de grands noyaux urbains (Sui et Zeng 2001). Dès lors, de nombreux travaux se sont servis du concept de desakota pour appréhender les phénomènes urbains en Asie (inter al. Guldin 1996 ; Hebbert 1994). Ces travaux se sont principalement intéressés aux métropoles et aux grands pôles de développement  et ont privilégié certains terrains (ex. l’Asie de l’Est et l’Indonésie). La majorité d’entre eux a développé des approches d’analyse fondées sur une appréhension géoéconomique des phénomènes urbains ou sur l’évaluation des pro et contra de cette figure de l’urbanisation sur le plan environnemental, administratif, et social.

Ce séminaire vise à ouvrir des pistes d’investigation sur l’urbanisation diffuse et le desakota, qui ont été moins développées par la littérature, mais tout autant importantes pour comprendre les processus d’urbanisation en Asie contemporaine. Sans prétention d’exhaustivité, sont livrées ici quelques thématiques de réflexion qui pourront être développées par les contributions à ce séminaire.

1) Les fondements théoriques, les outils conceptuels et analytiques qui permettent d’appréhender les phénomènes d’urbanisation diffuse en Asie.

Le panorama de la recherche sur l’Asie a été largement influencé par les notions de desakota et de « extended metropolitan region » développées par McGee. En revanche, des travaux portant sur des contextes occidentaux ont développé d’autres désignations, inter alia celle de « concentration dispersée métropolitaine » (Castells 1998), de « post-suburbanisation » (Phelps et Wu 2011) et de « métropole horizontale » (Secchi et Viganò 2013).

Des concepts élaborés pour des contextes occidentaux, peuvent-ils éclairer ou servir comme catégories d’analyse pour l’étude des contextes asiatiques ? Quelles sont, s’il y en a, les singularités irréductibles des villes diffuses asiatiques ? Certains auteurs (inter alia Yokohari et al. 2000) ont essayé de montrer que la figure urbaine du desakota serait spécifique à l’Asie. Par ailleurs, des recherches récentes sur le site archéologique d’Angkor ont établi un lien entre l’urbanisme des anciennes capitales khmères (caractérisées par la basse densité et la prévalence des fonctions agraires) et les phénomènes contemporains de desakota en Asie du Sud-Est[1].

2) L’urbanisation diffuse des villes moyennes  

Les travaux sur l’urbanisation diffuse en Asie ont été en grande partie focalisés sur les métropoles et les grandes villes. Mais désormais, les processus d’urbanisation dispersée concernent aussi les villes de taille moyenne qui sont capables d’attirer des capitaux, des ressources, et de nouvelles populations. Parmi celles-ci, les villes touristiques (par exemple, la ville de Melaka), où la spécialisation patrimoniale et commerciale du centre historique amène au déplacement d’autres fonctions (administratives, résidentielles, etc.) vers la périphérie, mais aussi à l’implantation de nouvelles formes et activités dans des vastes territoires urbanisés. A l’instar de Robinson (2006), le séminaire accueillera des contributions étudiant l’originalité et l’innovation des processus d’urbanisation dans ces villes dites « ordinaires » par rapport aux grandes agglomérations de la région.

3) La reconfiguration des centralités urbaines

Une grande partie des recherches sur l’urbanisation dispersée a analysé les franges métropolitaines, le périurbain, et les nouvelles zones d’expansion. Dans un article récent, McGee (2009) souligne l’importance de conduire des recherches sur « les marges des méga-régions urbaines » qui concentreront 75% de la croissance urbaine au cours des prochaines décennies. Or, si ces recherches s’avèreront fort utiles, McGee souligne également l’importance de travailler sur la redéfinition des rapports entre centre et périphérie, sur leur articulation… ou désarticulation. Quel est le rôle des centres urbains, et en particuliers des noyaux historiques des villes diffuses ?  Quelles nouvelles centralités se configurent lorsque le territoire urbain s’élargit ? Comment ces centralités s’articulent-elles, sur le plan physique, spatial, et fonctionnel, dans des grandes agglomérations diffuses ?

4) Le devenir de l’idée de « ville » à l’épreuve de la dispersion.

Les périmètres urbains s’élargissent : les municipalités de Hanoi et de Ho Chi Minh-Ville ont, par exemple, vu leurs frontières s’agrandir à partir de 2008, avec l’inclusion de vastes zones rurales. La municipalité de Siem Reap, au Cambodge, inclut aujourd’hui 13 communes, dont 3 auparavant rurales, et une surface cultivée de plus de 12.000ha.

Le terme ville, est-il utilisé pour décrire ces territoires urbanisés mais hybrides ? Quelles sont les significations qui lui sont associées ? Dans un travail récent, McGee (2009) invite les chercheurs à interroger la pertinence actuelle de ce mot, et de celui qui lui est souvent opposé, de « campagne ». Une interrogation qui doit être fondée sur la connaissance du bagage historique et culturel de ces notions, et de leur portée politique dans les stratégies d’aménagement et de gouvernance urbaine.

De nature exploratoire, ce séminaire inaugure une réflexion de longue haleine sur la thématique de la « ville diffuse », qui sera développée à l’ENSA de Paris-Belleville, à l’UMR AUSser, et au Labex Futurs Urbains, à partir de cette année. Il vise alors à identifier des chercheurs, et surtout des jeunes chercheurs, qui pourraient être impliqués dans cette réflexion à venir.

 

[1] http://sydney.edu.au/southeast-asia-centre/students/field-schools-exchanges/cambodia.shtml – 13 février 2015.

Contact : adeleesposito@yahoo.fr

Il est préférable de communiquer par email votre participation au séminaire

 

Bibliographie sélective.

Barattucci, C. 2015. « Campagna urbanizzata, urbanizzazione diffusa et città diffusa : les inventions lexicales des urbanistes italiens après 1960 », dans Coudroy, L. et Ratouis, O. (a cura di), Langages techniques et spécialisés de l’urbain, Collection Les mots de la ville. Paris : Unesco – Maison des sciences de l’homme – Ehess, Paris (en cours de publication).

Castells, M. 1998. La société en réseaux. L’ère de l’information. Paris, Fayard.

Franck, M., Goldblum, C. et Taillard, C. (dir.), 2012, Territoires de l’urbain en Asie du Sud-Est. Métropolisations en mode mineur, Paris : CNRS Editions, coll. « Etudes Imasie-Pacifique ».

Chaléard, J.-L. (dir.), 2014, Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries? Paris : Karthala-Prodig.

Guldin, G.E., 1996. “Desakotas and beyond: urbanization in southern China”, in Ethnology, vol. 35, n°4, pp. 265–283.

Hebbert, M., 1994. “Sen-biki amidst Desakota: Urban Sprawl and Urban Planning in Japan” in Shapira, P., Masser, I., Edginton, D.W. (eds.), Planning for Cities and Regions in Japan. Liverpool: Liverpool Universities Press, pp. 70–91.

McGee, T.-G., 1991. “Presidential Address: Eurocentrism in geography – the case of Asia Urbanization” in The Canadian Geographer, n° 35, 332–344.

McGee, T.-G., 2009. The Spatiality of Urbanization: The Policy Challenges of Mega-Urban and Desakota Regions of Southeast Asia, in: Working Paper -N. 161. Presented at the UNU-IAS, Yokoama, p. 40.

Phelps, N.-A. and Fulong Wu (eds.). 2011. International Perspectives on Suburbanization: a Post-suburban World? New York: Palgrave MacMillan.

Piccinato, G., and Sartore, M. 1990. “Spazio rurale e urbanizzazione diffusa: il caso veneto.” In Clementi, A. et Perego, F. (a cura di), Eupolis. La Riqualificazione Della Città in Europa. Roma-Bari: Laterza, pp. 489-505.

Piccinato, G., V. Quilici, and M. Tafuri. 1962. “La Città Territorio, verso una nuova dimensione.” In Casabella Continuità, n° 270, p. 16.

Robinson, J. 2006. Ordinary Cities. Between Modernity and Development. London-New York: Routledge.

Secchi, B. et Vigano’, P. 2013. Habiter le Grand Paris. L’habitabilité des territoires: cycles de vie, continuité urbaine, métropole horizontale. Paris: Atelier International du Grand Paris. Publication en ligne: http://www.ateliergrandparis.fr/aigp/conseil/studio/Studio13Habiter2013.pdf 16 février 2015.

Sui, Z.-D., Zheng, H., 2001. “Modeling the dynamics of landscape structure in Asia’s emerging desakota regions: a case study in Shenzhen”, in Landscape and Urban Planning, n° 53, 37–52.

Yokohari, M., Takeuchi, K., Watanabe, T., Yokota, S., 2000. “Beyond greenbelts and zoning: A new planning concept for the environment of Asian mega-cities”, in Landscape and Urban Planning, n° 47, pp. 159–171.

Danielle Tan : Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

[ndlr] Séminaire général du CASE : intervention de Danielle Tan (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon) le 19 mars 2015 de 10h à 12h à la Maison de l’Asie. A ne pas manquer.

* * *

DanielleTan_Case

Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

Une histoire alternative du Triangle d’Or

(Thaïlande, Laos et Birmanie)

Danielle Tan

Cette recherche s’intéresse au rôle de la Chine et des réseaux chinois dans la reconfiguration d’un espace transnational particulier, à l’intersection de l’État shan en Birmanie et des provinces du nord de la Thaïlande et du Laos, que l’on nomme habituellement le « Triangle d’Or » et qui est célèbre pour avoir été le foyer historique de production de l’opium et de l’héroïne dans le monde. Ces dix dernière années, sous l’action des capitaux et des migrants chinois, ces marges frontalières, transformées en zones économiques spéciales abritant de gigantesques casinos, sont devenues de véritables enclaves chinoises bénéficiant d’un régime d’extraterritorialité rappelant ironiquement les concessions imposées à la Chine au milieu du XIXe siècle par les puissances coloniales. Alors que les analystes se sont empressés d’y voir l’émergence d’un néo-colonialisme chinois, ce projet de recherche tente au contraire, à travers une approche orientée vers la sociologie historique du politique, de mettre en avant la complexité des processus politiques à l’œuvre dans les marges montagneuses du Triangle d’Or, où les frontières entre le licite et l’illicite sont devenus floues, mais où l’imbrication des pratiques participe au processus de formation de l’État. Cette région-frontière nous invite à repenser, dans la longue durée, les relations centre-périphérie, plaines-montagnes, ainsi que le rôle des réseaux transnationaux chinois dans la formation de l’État en Asie du Sud-Est. Je montrerai comment les réseaux chinois ont constitué dans le passé – et continue d’être – des partenaires clés du projet de « last enclosure » (Scott 2009) engagé par les États lao, thaï et birman pour conquérir, rentabiliser et domestiquer leurs marges rebelles.

  • Photo_DTanDanielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle a commencé ses recherches au Cambodge en retraçant l’histoire de sa diaspora chinoise et a ensuite exploré le rôle joué par les réseaux transnationaux chinois dans la transformation de l’État au Laos. Après deux post-doctorats à ANU (Australian National University, Canberra) et à IIAS (International Institute for Asian Studies, Leiden), elle enseigne actuellement la science politique et les études asiatiques à Sciences Po Lyon en tant qu’ATER, et continue ses recherches en étant rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’IRASEC.

Cliquez sur l’affichette pour l’agrandir.

Séminaire de recherche doctorale INALCO : Le geste, la parole, l’écrit

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire parisien qui rejoint nos problématiques.

 

Séminaire de recherche doctorale

Ecole doctorale n°265

Langues, littératures et sociétés du monde de l’INALCO

SeDyL (UMR 8202 INALCO, CNRS, IRD 135)

 logo_Inalco

 

Le geste, la parole, l’écrit

Enquête sur les formes de la mémoire collective dans l’aire culturelle sud-est asiatique

Organisé un jeudi par mois, le séminaire a lieu à l’INALCO, 2 rue de Lille, à Paris, de 14 h à 17 h en salle (à préciser en temps voulu).

Séminaire coordonné par :

Dans le sillage des travaux, déjà anciens, menés sur la perception du passé en Asie du Sud-Est, ce séminaire vise à faire dialoguer les disciplines autour des trois supports de la production de la mémoire collective, souvent dissociés dans l’analyse, que sont le geste, la parole et l’écrit. Alternant approche linguistique, historique, ethnologique ou encore géographique, les intervenants questionneront les différentes manières d’appréhender les traces du monde ancien dans lequel s’origine le monde présent des locuteurs. Une attention particulière à la mémoire de très longue durée permettra d’aborder l’hypothèse d’éventuelles spécificités propres aux organisations sociales et constructions politiques de parler austro-asiatique ou austronésien.

 

Programme 2015 : Les pratiques et les représentations collectives de l’espace.

Parce que les pratiques et les représentations collectives s’ancrent dans un espace identifié, elles font de lui un support de mémoire privilégié. En confrontant les représentations cambodgiennes de l’espace à d’autres traditions, on cherchera à cerner comment elles sont susceptibles de transmettre des éléments fondamentaux de la mémoire collective à différentes échelles. Chaque séance sera animée par deux intervenants disposant chacun d’une heure et demi.

1. Jeudi 26 février : Séance  introductive.

2. Jeudi 19 mars : Charles Malamoud (EPHE)  et Yves Goudineau (EFEO-CASE ; sous réserve).  L’espace du sacrifice. La délimitation de l’espace sacrificiel en Inde et en Asie du Sud-Est. Séance co-organisée avec le séminaire « Anthropologie comparée à partir de l’Asie du Sud-Est » (EHESS/CASE/EFEO) se déroulant exceptionnellement à la Maison de l’Asie, 22 av. du Président Wilson, 76116 Paris).

3. Jeudi 2 avril : Frédéric Durand (Toulouse II – Le Mirail) et Grégory Mikaelian. Les représentations cartographiques de l’espace. La cartographie cambodgienne de 1897 à l’épreuve des représentations vernaculaires de l’espace dans l’aire culturelle sud-est asiatique.

4. Jeudi 16 avril : Emmanuel Francis (CNRS-CEIAS)  et Eric Bourdonneau (EFEO-CASE). Topogénie et généalogie dans les inscriptions du Cambodge ancien et du  monde pallava.

5. Jeudi 21 mai : Dana Rappoport (CNRS-CASE) et Stéphanie Khoury. La construction musicale et gestuelle des espaces rituels. Continuité, rupture et récupération de la mémoire orale véhiculée par les chants toraja (Indonésie) et le théâtre khmer (Cambodge).

6. Jeudi 25 juin : Sophie Vassilaki (INALCO-SeDyL) et Joseph Thach. De l’espace de l’identité à l’identité de l’espace. Regards croisés sur les notions de mêmeté, d’altérité et de frontière à partir des marqueurs linguistiques en grec et en khmer.

Rappel du lieu : INALCO, 2 rue de Lille, Paris, de 14 h à 17 h

Christophe Gironde : Acquisitions massives de terres, boom de l’hévéaculture et devenir des paysans autochtones au nord-est du Cambodge

[ndlr] Séminaire général du CASE : 22 janvier 2015. Christophe Gironde (The Graduate Institute, Genève) : Acquisitions massives de terres, boom de l’hévéaculture et devenir des paysans autochtones au nord-est du Cambodge.

RubberInARiceBowl

  • Christophe Gironde est chercheur à l’Institut universitaire d’ètudes du développement et Université de Genève depuis 2003 – Thèse de doctorat est intitulée « Réhabilitation et transformations de l’économie familiale au Nord-Vietnam – Systèmes d’activités villageois et réseaux de relations dans le delta du Fleuve Rouge » (2001). Ses recherches portent sur le développement agricole, l’économie rurale, l’économie familiale, les sociétés rurales, les migrations, la lutte contre la pauvreté, les inégalités dans les pays suivants : Viêt Nam, Cambodge, République du Congo, Burundi.