Archives de catégorie : Séminaires +

Séminaire « Histoire des réseaux marchands et des communautés allogènes à l’époque moderne (c. XIVe-c. XIXe siècles) »

Histoire et sociétés des pays de la péninsule indochinoise 2 – 44HSPI50

Grégory Mikaelian (CNRS – UMR 8170) et Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot – UMR 7219

Programme du séminaire de Master 2

2e semestre 2013-2014


Histoire des réseaux marchands et des communautés allogènes à l’époque moderne (c. XIVe-c. XIXe siècles)

CarteAncienneAsie
Jeudi de 13 h à 15 h – Salle : 479 C

Université Paris Diderot

Bâtiment des Grands Moulins – Aile C – 4e étage

16 rue Marguerite Duras – 75013 Paris

  • 6 février 2014 : Claudine Salmon (Centre national de la recherche scientifique, Centre Asie du Sud-Est

« Les loyalistes Ming en Asie du Sud-Est (c. 1650-c. 1730) ».

  • 13 février 2014 : Guillaume Carré (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Centre de recherches sur le Japon)

 « Établissements japonais au Vietnam à l’époque pré-moderne : témoignages textuels et archéologique ».

  • 20 février 2014 : Marie-Sybille de Vienne (Institut National des Langues et Civilisations Orientales,Centre Asie du Sud et du Sud-Est)

« Les flux commerciaux en mer de Chine à partir des sources de la VOC ».

  • 6 mars 2014 : Eric Guérassimoff (Université Paris Diderot / Sociétés en Développement. Études Transdisciplinaires)

« Marchands et immigrants chinois dans la région du détroit de Melaka (Malacca), du Xe au début du XXe siècle. Continuité et rupture dans les formes d’implantation et l’organisation de la circulation migratoire ».

  • 13 mars 2014 : Alain Forest (Université Paris Diderot / Sociétés en Développement. Études Transdisciplinaires)

« Les vicissitudes du commerce français au XVIIe siècle ».

  • 20 mars 2014 : François Thierry (Bibliothèque nationale de France, Département des Monnaies, médailles et antiques)

« Les relations entre la Chine et l’Inde du Sud : connaissances et échanges (des Han de l’Ouest aux Song du Nord) ».

  • 27 mars 2014 : Elsa Clavé (Université Paris Diderot / CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

« Les réseauxde l’islamisation aux Philippines (XIVe-XVIIesiècles) : pour une relecture historique de temps long des mythes d’islamisation des sultanats de Sulu et de Magindanao ».

  • 3 avril 2014 : Frank Lestringant (Université Paris-Sorbonne IV, Centre Roland Mousnier)

« L’Asie dans la Cosmographie universelle du pilote et cartographe Le Testu (1556) ».

  • 10 avril 2014 : Pierre-Yves Manguin (École française d’Extrême-Orient / CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

« Les navires de l’Asie du Sud-Est insulaire : un reflet des réseaux marchands ».

  • 15 mai 2014 : Michel Lorillard (École française d’Extrême-Orient)

« Réseaux marchands au Laos au XVIIe siècle ».

  • 22 mai 2014 : Paul Wormser (Institut National des Langues et Civilisations Orientales / CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

« Les réseaux de l’islamisation en Insulinde ».

Séminaire « Histoire de l’Asie, Circulation des idées et des savoirs, réseaux transnationaux et acteurs »

Programme du séminaire de Master 1 et Master 2
Histoire de l’Asie 43 HI 4762
à l’Université Denis Diderot – Paris 7
2eme semestre 2013-2014

Logo_DenisDiderot_Paris7

Master Recherche : Histoire et Civilisations comparées
Spécialité : Histoire des mondes

* * *
Circulation des idées et des savoirs, réseaux transnationaux et acteurs

Claire Tran Thi Liên, Anne Sophie Bentz

Ce séminaire vise à introduire les étudiants à la recherche sur les sociétés et Etats d’Asie (les deux grandes aires sinisée et indianisée, ainsi que l’Asie Sud-Est) à l’époque moderne et contemporaine. En dépit de périodes de fermeture pour certains pays (Chine, Japon, Corée), l’espace asiatique se définit comme une zone privilégiée d’échanges (culturel, religieux, économique et politique) et lieu de production d’institutions et de modèles étatiques et religieux. Le séminaire se penchera de manière privilégiée sur la thématique des circulations des idéologies et modèles politiques et des savoirs culturels et religieux, avec une attention particulière portée aux acteurs et réseaux transnationaux, tant dans l’aire Asie qu’au-delà (mondes dits occidentaux notamment). Il entend en outre initier les étudiants à « la fabrique de l’histoire » de l’Asie en privilégiant une approche diversifiée des sources et des ressources documentaires, ainsi que des historiographies, et promouvoir une ouverture sur les méthodes de terrain des autres sciences sociales. Dans le cadre d’une collaboration avec la BNF et l’Ina, un accent particulier sera mis sur les sources imprimées et audio-visuelles.

Chargées du séminaire : Claire Tran Thi Liên, Maître de conférences et Anne Sophie Bentz, Maître de conférences.

  • Vendredi 24 janvier, Séance commune avec l’Inalco

Monique Selim, Directrice de recherche, IRD
Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton.

  • Vendredi 31 janvier

Anne Sophie Bentz
Historiographie: Historiographie du nationalisme en Asie (2eme partie).

  • Vendredi 7 février séance organisée en collaboration avec l’Issmm (EHESS)

Vedi Hadiz, Murdoch University, Perth (Australie)
Islamic politics in Southeast Asia.

  • Vendredi 14 février

Suppya Nut, chargé de cours à l’Inalco et à l’Université de Cologne
L’art de la danse traditionnelle khmère : le rôle des femmes dans la transmission.

  • Vendredi 21 février Séance commune avec l’Inalco

Kim Hui Yeon, Maître de conférences, Inalco
Le développement du « pentecôtisme coréen » en Asie du Sud-Est : la circulation d’un modèle coréen de développement ?

  • Vendredi 7 mars

Sophie Quinn Judge, Professeure à Temple University (Philadelphie) et professeure invitée à Paris Diderot
Women in the early Vietnamese communist movement: Nguyen Thi Minh Khai, Her Unexamined Legacy.

  • Vendredi 14 mars Séance commune avec l’Inalco

Sophie Quinn Judge, Professeure à Temple University (Philadelphie) et professeure invitée à Paris Diderot
International Influences on the Vietnamese Communist Movement: from Moscow and Paris to Shanghai and Singapore.

  • Vendredi 21 mars

Elsa Clavé, doctorante à l’EHESS, laboratoire Case,
Les femmes et la politique en contexte colonial. Aceh (Indonésie) et Sulu (Philippines), fin XIXe-début XXe.

  • Vendredi 28 mars

Joel Cabalion, Docteur en sociologie, EHESS/ Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud
Déplacer et replacer l’ordre social : le système des castes en question.

  • Vendredi 4 avril

Evelyn Ackerman, professeur à la Cuny (City University of NY), Lehman College
The Introduction of Surgery in Tonkin at the beginning of the 20th century.

  • Vendredi 11 avril / Séance commune avec l’Inalco

Adriaan Bedner, professeur à l’Université de Leiden
Implementation, Vernacularisation or Neglecting: National Human Rights Commissions in Indonesia and Malaysia and the Freedom of Religion.

  • Vendredi 9 mai

Séance de présentation des travaux par les étudiants

  • Vendredi 16 mai Séance commune avec l’Inalco

Florence Galmiche, Maître de conférences, Université Paris Diderot
Le bouddhisme des villes en Corée du Sud.

Ouvert aux masters 2ère année, aux doctorants et auditeurs libres
Périodicité et horaire : vendredi de 10h à 12h

Lieu : Université Denis Diderot – Paris 7
Site Paris Rive Gauche (PRG), salle 204
Bâtiment Olympe de Gouge, rue Albert Einstein, Paris 13e
Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque François Mitterrand.

Bernard Formoso : Les élites cambodgiennes sous l’ère du Cambodian People Party [CASE]

Séminaire général

animé par Andrée Feillard et Rémy Madinier

Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

Logo_CASE

Jeudi 16 janvier 2014

Bernard FORMOSO, LESC-Paris X Nanterre

CPP

Les élites cambodgiennes sous l’ère du Cambodian People Party

Le Cambodian People Party, faisant suite au Kampuchean People’s Revolutionary Party, contrôle le pays sur un mode hégémonique et autoritaire depuis 1979. Il s’est progressivement transmué en une vaste structure clientéliste pyramidale dont les réseaux se ramifient jusqu’au plus profond des zones rurales. Cette communication analyse la manière dont les anciens leaders khmers rouges pro-vietnamiens ont négocié un virage radical dans les années 1990 en formant une nouvelle élite qui condense pouvoir politique, économique et médiatique, en étroite collusion avec un cercle restreint d’entrepreneurs affairistes. Cette adaptation s’est accompagnée d’un intense travail de légitimation du pouvoir qui joue sur des ressorts culturels dont nous proposerons l’analyse.

 

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage
Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 ParisM° Iéna ou Trocadéro

Grégory Mikaelian : Areno, le prince des mots [séminaire CASE – 12 décembre 2013]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

 

Jeudi 12 décembre :

Grégory MIKAELIAN, CASE-CNRS

Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto
Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto

Areno, le prince des mots.

Un aristocrate khmer à l’école des humanités françaises

(1896-circa 1969)

Occulté par les élites cambodgiennes qui en ont pourtant conservé le souvenir, ignoré des enquêtes littéraires et méconnu des livres d’histoire, Areno Iukanthor nous plonge aussi bien dans l’orientalisme français des années trente que dans la course au trône du Cambodge ou dans l’imaginaire de l’aristocratie khmère post-angkorienne (XVe-XIXe siècle), dont il revendiqua haut et fort la tradition. Petit-fils du roi Norodom (r. 1860-1904), cette figure d’excellence fut élève aux Beaux-Arts de Paris dans les années 1920 avant de devenir un petit prince des arts et des lettres parisiennes. Peintre et poète, il fut aussi un polémiste de talent qui dénonça vigoureusement les travers du Protectorat, n’ayant de cesse de ferrailler par les mots contre une nouvelle élite de parvenus, souvent d’anciens interprètes installés aux postes clefs par les Français, aux dépens des princes du sang.

Pour livrer ce combat méta-politique, il employa les armes textuelles de la culture humaniste acquise sur les bancs de l’université française. Initié à l’école des maîtres de la science orientaliste et marié à une artiste française, il incarne dans le même temps une recherche de dialogue entre l’Orient et l’Occident, à une époque où cette question structure le champ intellectuel métropolitain, autour de personnalités comme Sylvain Lévi, René Guénon ou Romain Rolland, qu’il côtoya tous les trois. Tour à tour sorélien, maurassien, guénonien, puis rosicrucien adepte de la synarchie, son éclectisme politique et spirituel évoque le parcours de certains « non conformistes » des années trente, mais aussi, et peut-être surtout, une manière propre aux aristocraties cambodgiennes de faire synthèse de diverses influences étrangères pour refonder une vision du monde qui fasse sens, hic et nunc.

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage
Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire [séminaire CASE]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations


Jeudi 28 novembre 2013

Véronique ARNAUD, Hélène BOUVIER, Josiane CAUQUELIN, Dana RAPPOPORT, CASE-CNRS

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire :

ethnologie, esthétique et émotions

Un groupe d’ethnologues du CASE a mené une réflexion commune, à partir de ses matériaux de littérature orale, rituelle ou profane, sur la notion de « pathétique », de son statut dans un ensemble narratif, mis en scène ou non, de sa pertinence dans les taxonomies locales de l’émotion, de son rôle esthétique dans la forme codifiée qui le porte, enfin  de son expression linguistique et, le cas échéant, non verbale. L’expression stylisée de la souffrance, du malheur, de la douleur, des épreuves de la vie et de la violence émotionnelle paroxystique que représente la mort, a ainsi été explorée à partir de quatre terrains, dans leurs langues vernaculaires, deux à Taïwan et deux en Indonésie.  Les mots, les voix et les pleurs présentés ici sont ceux des chants responsoriaux des Tao Do-pongso de Lanyu, Taïwan (Véronique Arnaud), du théâtre à Madura, Indonésie (Hélène Bouvier), des chamanes des Puyuma de Taïwan (Josiane Cauquelin), et des chanteurs de Lamaholot à Flores, Indonésie (Dana Rappoport).

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Philippe Peycam : Métissage urbain dans le Saigon des années 1920 [séminaire IAO – 26/09/2013]

[ndlr] Séminaire de l’IAO : « Métissage urbain dans le Saigon des années 1920, ou les origines d’une culture publique vietnamienne de contestation » par Philippe Peycam, Directeur de l’International Institute for Asian Studies (IIAS). Jeudi 26 septembre 2013, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30h.

SeminaireIAO_2013_09_26

Pierre-Yves Clerc : Malgré la défaite – Dien Bien Phu, naissance d’un mythe [soutenance M1]

Mémoire de séminaire

« Les formes contemporaines de la violence internationale »

4ème année de Sciences Po Lyon

Directeur de Mémoire : Julien Fragnon (Sciences Po Lyon)

Jury : Julien Fragnon et François Guillemot (CNRS, IAO)

Date : Mardi 3 septembre 2013

à 11h en salle 2012 (bâtiment pédagogique)

dienbienphu

Malgré la défaite – Dien Bien Phu, naissance d’un mythe.

Pierre-Yves Clerc

Du 13 mars au 7 mai 1954, 15000 soldats de l’Union Française s’opposent à 55000 bô dôi de l’Armée Populaire du Vietnam à Dien Bien Phu. Des milliers d’hommes venus de la Métropole et de ses colonies combattent pendant cinquante-six jours sous un déluge d’acier. De cette bataille naît une importante bibliographie écrite par d’anciens combattants, des historiens et plus rarement, des hommes politiques. A travers ces ouvrages et à travers la presse de l’époque comme d’aujourd’hui, Dien Bien Phu est présenté comme un «Verdun tropical», une bataille glorieuse mais perdue où se révèlent des héros. Parler de Dien Bien Phu, c’est évoquer le destin tragique des hommes du Corps Expéditionnaire, mais c’est également comprendre les implications politiques et diplomatiques qui se cachent derrière cette bataille. Expliquer un événement qui a eu des répercussions si fortes à travers le monde, et qui a été d’une certaine façon instrumentalisé, nécessite une étude approfondie. C’est dans le but d’analyser la naissance d’un mythe que ce travail a été réalisé. Dien Bien Phu est décrypté à travers les prismes militaire et civil. Gloire et attentisme se chevauchent alors dans un désir de vérité.

Séminaire IAO – Pierre van der Eng: All lies? Famines in Sukarno’s Indonesia, 1950s-1960s

[ndlr] Annonce de la séance du séminaire de l’Institut d’Asie Orientale le jeudi 16 mai 2013 à l’ENS de Lyon.

 

All Lies? Famines in Sukarno’s Indonesia, 1950s-1960s

Pierre van der Eng

ANU College of Asia and the Pacific

Australian National University

 

Abstract

Regional food shortages occurred in Indonesia during the 1950s and 1960s, but little is known about why they happened and to what extent they caused regional famines. Political turmoil absorbed most public attention during these years, and since 1957 the government of President Sukarno bridled the national press and limited access by the international media to the country’s interior. The disintegration of the public service prevented centralised and systematic data collection. This paper draws on newspaper reports and contemporary secondary literature to analyse the extent of food shortages and famines. While deteriorating general economic circumstances and crop failures are relevant, the paper concludes that the operations of the state-owned food logistics agency in the markets for key food crops immobilised food stocks and exacerbated regional food shortages, in several cases contributing to regional famines.

SeminaireIAO_2013_05_16

Les catholiques vietnamiens et la question de la paix au Sud-Vietnam : histoire d’un militantisme (1965-75) – conférence de Claire Tran Thi Lien

Séminaire général
animé par Andrée Feillard et Rémy Madinier


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations


Jeudi 04 avril 2013 :

Claire TRÂN THI LIÊN, Université Paris Diderot – Paris 7

Les catholiques vietnamiens et la question de la paix au SudVietnam : histoire d’un militantisme (1965-75)

Au coeur de la guerre du Vietnam et alors même que s’engageaient des négociations entre les États-Unis et le Nord-Vietnam, un groupe de catholiques du Sud-Vietnam s’est engagé dans une réflexion sur une nécessaire réconciliation avec le Nord dans la perspective de la fin d’un conflit fratricide. Tandis que l’historiographie présente le plus souvent la minorité catholique comme un bloc homogène composé d’anticommunistes fervents, prêts à défendre le Sud-Vietnam contre le danger communiste à tout prix, notre présentation s’intéresse à ce groupe de militants.

Engagés dans le Phong trào công giáo xây dựng hòa bình (Mouvement des Catholiques pour l’édification de la paix), ils ont défendu leurs idées dans nombre de journaux et revues entre 1965 et 1975 et ce dans un contexte marqué par une interaction forte entre le calendrier militaire et politique (l’escalade de la guerre, l’offensive du Têt et le début des négociations de Paris) et le calendrier religieux (le Concile Vatican II et les déclarations du Pape Paul VI pour la paix au Vietnam). La position de la hiérarchie et le rôle majeur de l’archevêque de Saigon, Mgr Paul Nguyễn Văn Bình lors de la chute de Saigon en avril 1975 seront évoqués. En dépit du décalage entre les aspirations à la réconciliation de ces militants et la « realpolitik » de l’État communiste victorieux, l’Église vietnamienne, par le maintien du dialogue avec l’État, a pu préserver ses liens avec Rome même dans les périodes les plus difficiles. Elle se distingue sur ce point de l’Église catholique de la Chine communiste voisine.

 Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Page de TRAN THI LIEN Claire

Communiqué de Mgr Paul Nguyen Van Binh contre la corruption paru dans Dung Day n°62, 27-10-1974.
Communiqué de Mgr Paul Nguyen Van Binh contre la corruption paru dans Dung Day n°62, 27-10-1974.
© collection FG / Mémoires d’Indochine

Les usages idéologiques de la science en Indochine (1930-1945) – Conférence de Sébastien Verney

Séminaire Université Paris-Diderot (Laboratoire SPHERE)

Histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Asie orientale

Séance commune avec le séminaire « La « Fabrique de l’histoire » des sociétés et Etats en Asie du Sud-Est et Asie du Sud » du SEDET

« Les usages idéologiques de la science en Indochine (1930-1945) »

Sébastien Verney

jeudi 28 février de 14:00 à 16:00, Halle aux Farines, salle 404B

Indochine_Vichy

L’Indochine en tant que territoire colonial est une terre d’initiative et d’expérimentation sociale et scientifique. Considérée de laboratoire pour bon nombre de scientifiques et administrateurs coloniaux, l’Indochine est à la fois un milieu à exploiter, mais aussi un lieu à découvrir. De la sorte, les sciences qu’elles soient humaines ou appliquées sont exportées en Indochine dans un objectif à la fois utilitaire (permettre un rendement maximum des terres à exploiter), mais aussi une étude des populations et des milieux, qui tout en n’empêchant pas leurs admirations, rejoint une volonté de contrôle.

Deux domaines seront présentés pour comprendre les usages idéologiques de la science en Indochine : le domaine médical et la recherche dans les sciences humaines (archéologie, histoire, géographie …). Nés sous la conquête coloniale, les recherches somatiques et leurs discours racistes sous-jacent permettent au colonisateur de justifier sa propre domination. De la sorte, en établissant une hiérarchie raciale discriminatoire dont il se place au sommet, il diffuse sa propre grille de lecture qui imprègne les populations soumises via les nombreuses publications, les instituts de recherches ou les manuels scolaires.

Est-ce que ces recherches s’articulent selon un plan colonial ou au contraire s’adaptent-elles à un milieu et se modifient-elles selon son contexte ? Quelle est la portée de ces sciences orientées auprès d’un large public indochinois ?  Est-ce que le colonisateur en diffusant cette science coloniale ne fournit pas les armes de sa propre fin ?

Afin de répondre à ces multiples questions et à d’autres, nous reviendrons sur la période cruciale de 1930 à 1945 en Indochine pour comprendre quelles furent les continuités et les ruptures avec le régime républicain puis le régime de Vichy qui utilisèrent les sciences pour asseoir une domination coloniale, mais aussi un projet idéologique.

Sébastien Verney est docteur en Histoire de l’Université Jean Monnet Saint‐Étienne et professeur d’histoire-géographie. Il a vécu plusieurs années dans les pays de la péninsule indochinoise. Il a récemment publié L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, Riveneuve éditions, 2012, 520 p.

  • Annonce de la conférence (pdf)