Archives de catégorie : Séminaires +

Pham Van Quang : Penser le temps postcolonial du Vietnam – pour une reconfiguration du paradigme occidental

[ndlr] Message de Nguyen Giang Huong, organisatrice du séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures.

Durant le mois de mai 2019, le labex TransferS et l’équipe “Manuscrits francophones” (ITEM) accueillent PHAM Van Quang pour une série de 3 conférences autour du thème Penser le temps postcolonial du Vietnam : pour une reconfiguration du paradigme occidental.

Lieu : Espace Lettres 1 (45 rue d’Ulm, 75005 Paris – 2e étage, escalier B/C)

  • Mardi 7 mai 2019 – L’intelligentsia vietnamienne du Sud et le paradigme occidental
  • Mardi 14 mai 2019 – Les pensées occidentales dans la perspective vietnamienne. Étude des textes de la revue Tư Tưởng-Pensée
  • Lundi 27 mai 2019 – Le fondement d’une attitude de connaissance dans la construction sociale. Le cas de Nghiêm Xuân Hông

Argumentaire :

Revenir sur ce qui se produit à des moments primordiaux dans l’histoire intellectuelle du Vietnam postcolonial nous évoque tout de suite une réflexion sur le choix de paradigme ou de modèle qui régit ce champ dans son ensemble. Si le devoir qui nous est conféré à l’heure actuelle est de faire revivre l’héritage d’un espace culturel et d’une historiographie, il est nécessaire de souligner qu’il ne s’agit de rien autre que d’un regard rétrospectif sur la façon dont l’homme fait face à son époque tout en s’engageant dans la production et la transmission des connaissances. Mais comment parler de la postcolonialité du Vietnam dans son rapport de temporalité avec des formes de connaissances ? Comment redresser une histoire intellectuelle sans se passer des récits individuels et collectifs ? Et plus particulièrement comment comprendre la postcolonialité dans le contexte du Vietnam et sa fonction théorique dans l’étude de la mémoire et de l’oubli en corrélation avec l’hisoriographie française ?

Ces questions nous amènent forcément à la problématique de la temporalité et de l’événementialité pour reconfigurer un « récit national » dans lequel convergent toutes les dimensions sociale, historique, politique, phénoménologique, psychologique, ontologique et esthétique. En effet, si ce « grand récit » est un espace à la fois réel, fantastique et énigmatique, les moindres détails suffiraient à suggérer des interprétations significatives, d’autant plus que des personnages sociaux, des sujets individus, malgré la précarité dans leur temporalité personnelle, représentent une vie dotée de toute sa grandeur. Toute vie mérite effectivement d’être mise en considération, car elle se constitue par des trajectoires collectives et personnelles et forme un univers des mémoires, des souvenirs, des mythes, mais aussi un repère à partir duquel le présent serait éclairé et sur lequel se fonderait la société du futur.

Pour tout cet argumentatif, le séminaire interrogera la réflexion et l’intervention françaises comme les facteurs caractérisant un francocentrisme dans l’histoire intellectuelle postcoloniale du Vietnam. Car pour appréhender le Vietnam contemporain, il est nécessaire de faire référence à la « République coloniale ».

Pham Van Quang, Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam). Invité de l’ITEM – mai 2019

Nous voudrions profiter de ce message pour informer également la dernière séance du séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures:

Vendredi 10 mai 2019, de 16h à 18h
=> Salle Langevin (ENS, bâtiment Jaurès – entrée du public par le 24 rue Lhomond, 75005 Paris)

  • Cung Giu Nguyen, écrivain du domaine maudit, par PHAM Van Quang, Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville
  • Médias, espace public et société civile au Vietnam, par NGUYEN-POCHAN Thị Thanh Phượng, Université Paris 8

* * *

Le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures, organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec le labex TransferS, est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure, Paris.

Benoît de Tréglodé : Frontière rouge. Les origines intellectuelles du communisme vietnamien – ENS Ulm, 12 avril 2019

Le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures, organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec le labex TransferS, est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure, Paris. Prochaine séance :

Vendredi 12 avril 2019, de 16h à 18h
Salle Langevin (ENS, bâtiment Jaurès – entrée du public par le 24 rue Lhomond, 75005 Paris)

Frontière rouge. Les origines intellectuelles du communisme vietnamien (1937-1952), par Benoît DE TRÉGLODÉ, IRSEM

La biographie d’écrivains au Vietnam dans la première moitié du XXe siècle, par NÔNG Thị Quỳnh Trâm, Université Aix-Marseille

———
Entrée libre dans la mesure des places disponible
Merci de vous munir d’une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Source : France-Vietnam : un portail entre les cultures 2018-2019

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Université Paris Diderot, 28 mars 2019

L’Université Paris Diderot accueillera Marie de Rugy ce jeudi 28 mars 2019 pour une présentation de son ouvrage Aux confins des empires, Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, 312 p.

Marie de Rugy présentera son travail et les coulisses de l’écriture de son livre le jeudi 28 mars 2019, de 17h à 18h30, dans la salle 165 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot. Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous. Affiche ci-dessous.

Présentation éditeur :

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Page institutionnelle de Marie de Rugy (en post-doctorat à l’Université de Cambridge).

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire “Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est”, coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration “à la une” : Sourire khmer par Sera © Dargaud

Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) : L’art pour mieux panser l’Histoire

Séminaire « Partitions territoriales : imaginaires et représentations » co-organisé à l’EHESS par Anne Castaing, Benjamin Joinau et Delphine Robic-Diaz au 1er semestre 2019.

Séminaire “Partitions territoriales : imaginaires et représentations”

25 janvier 2019, 14h-17h

Rencontre avec Marcelino Truong, auteur du roman graphique Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) :

“L’art pour mieux panser l’Histoire”

“En 1961, John F. Kennedy devient le 35e président des États-Unis. Décidé à endiguer le communisme en Asie, il lance le Projet Beef-Up, destiné à renforcer l’aide militaire américaine au Sud-Vietnam. C’est dans ce contexte que Marcelino Truong et sa famille arrivent à Saigon. Sa mère est malouine, son père vietnamien. Directeur de l’agence Vietnam-Press, Truong Buu Khanh fréquente le palais de l’Indépendance où il fait office d’interprète auprès du président Ngô Dinh Diêm, chef d’un régime autoritaire pris dans ses contradictions, entre nationalisme, rejet du passé colonial, influence chrétienne et antimarxisme virulent …” Lire la suite sur : Denoël

Projection du film Mille jours à Saigon de Marie-Christine Courtès (Vivement lundi ! productions, 2012).

Le film documentaire Mille jours à Saïgon suit le travail de Marcelino Truong lors de la rédaction d’Une si jolie petite guerre en explorant le période peu connue des débuts de la guerre du Vietnam.

  • Modérateur : François Guillemot (CNRS/IAO)

En deuxième partie de séance, Benjamin Joinau (Hongik University) présentera ses travaux : « Division et sexuation, catégories cognitives? »

Lieu : EHESS, 54 bd raspail, Paris VIe, salle A7-37 

Source : Partitions territoriales

François Lagirarde : L’écriture à la lettre – usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est – Mars 2019

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris à partir du 12 mars 2019.

Ecole Pratique des Hautes Etudes

Conférences de M. François Lagirarde de l’École française d’Extrême-Orient avec la collaboration de MM. Gregory Kourilsky (Chercheur associé, EFEO/The Robert H. N. Ho Family Foundation Program in Buddhist Studies) et Javier Schnake (post-doctorant EPHE)

L’écriture à la lettre : usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est


Si l’épigraphie de l’Asie du Sud-Est a œuvré à la fondation des sciences historiques et philologiques, de la paléographie et de la linguistique, elle peut également être observée à l’aune du fait
épigraphique lui-même – par exemple pour souligner la relation existant entre le message et sa manifestation matérielle.

À partir de l’étude d’un choix d’inscriptions de l’Asie du Sud-Est, le projet « L’écriture à la lettre » cherche à saisir les usages épigraphiques des royaumes « indianisés » qui dominaient les territoires aujourd’hui répartis entre la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, la Birmanie et le Vietnam. Le séminaire proposera ainsi d’analyser les « faits d’écriture », manifestations formelles (graphies, structures, langues, emprunts, registres), matérielles (supports, techniques, ressources humaines et économiques mobilisées) et symboliques (place dans l’espace social ou architectural, motivations politiques, fonction religieuse). L’examen de cette « conscience de l’écrit » devrait permettre d’éclaircir les conditions de production de ces documents pluriséculaires, de fixer leurs limites sémantiques et d’expliquer les enjeux idéologiques qui les sous-tendent.

Le séminaire fera appel à différents chercheurs qui seront invités à intervenir ponctuellement sur leur aire culturelle ou géographique de spécialisation pour conduire à une approche élargie des cultures de l’écrit dans les royaumes et principautés de Sukhothai, du Lanna, du Laos et des Tai de Birmanie et des Sipsongpanna.

Tous les mardis de 10 h 30 à 12 h 30.

À partir du mardi 12 mars 2019, Grandsalon de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116, Paris.

Les personnes souhaitant assister aux conférences peuvent d’ores et déjà se manifester à l’adresse « francois.lagirarde@efeo.net » afin d’être tenues informées de l’actualité du séminaire.