Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Charles Keith: Subjects and Sojourners. A New History of Indochinese in France – 24 janvier 2024

Conférence à venir de Charles Keith, historien à l’Université de Michigan, Etats-Unis.

Résumé :

From the nineteenth century until decolonization, as European administrators, missionaries, and businessmen streamed into new colonies around Asia and Africa, colonial subjects traveled to Europe. This talk, based on my forthcoming book Subjects and Sojourners (University of California Press, 2024), explores how French colonial rule in Indochina extended Indochina’s colonial society into France. Perhaps two hundred thousand Indochinese sojourned in France between conquest in the 1850s and decolonization a century later. They came from all parts of colonial society, from ruling monarchs to the most marginal laborers. In France, they studied, labored, fought, and lived in contexts that, although still within the empire, were profoundly different from their places of origin. Their French sojourns were socially, culturally, and politically transformative. And when these sojourners returned to Indochina, virtually all parts of colonial society bore traces of their experiences abroad. Subjects and Sojourners shows, in short, that Indochina did not simply receive and refashion France in the colony: they went and lived it for themselves. 

Du XIXe siècle à la décolonisation, alors que les administrateurs, missionnaires et hommes d’affaires européens affluaient dans les nouvelles colonies d’Asie et d’Afrique, les sujets coloniaux voyageaient vers l’Europe. Cette conférence, basée sur mon livre Subjects and Sojourners (University of California Press, 2024), explore la manière dont le régime colonial français en Indochine a étendu la société coloniale de l’Indochine à la France. Environ deux cent mille Indochinois ont séjourné en France entre la conquête dans les années 1850 et la décolonisation un siècle plus tard. Ils venaient de tous les horizons de la société coloniale, des monarques régnants aux travailleurs les plus marginaux. En France, ils ont étudié, travaillé, combattu et vécu dans des contextes qui, bien que situés dans l’empire, étaient profondément différents de leurs lieux d’origine. Leurs séjours en France ont été socialement, culturellement et politiquement transformateurs. Et lorsque ces voyageurs sont rentrés en Indochine, pratiquement tous les secteurs de la société coloniale portaient les traces de leurs expériences à l’étranger. Subjects and Sojourners montre, en bref, que les Indochinois ne se sont pas contentés de recevoir et de refaçonné la France dans la colonie : ils sont allés la vivre pour eux-mêmes.


Charles Keith received his Ph.D. from Yale in 2008, and is Associate Professor of History at Michigan State University.  He is the author of Catholic Vietnam: A Church From Empire to Nation (University of California Press, 2012), which received the 2015 Harry J. Benda Book Prize (Association for Asian Studies), the 2013 Alf Andrew Heggoy Book Prize (French Colonial Historical Society), and the 2013 John Gilmary Shea Book Prize (American Catholic Historical Association). He served as co-editor in chief of the Journal of Vietnamese Studies from 2018-2022.

Wednesday, January 24, 2024
12:00 Noon
Room 203, Luce Hall
34 Hillhouse Avenue

Register on Zoom here>>


Source : https://cseas.yale.edu/IndochineseinFrance

Photographie “à la une” : Indo-Chinese at their favorite sport of Mua Kung or Chuc a Luc. Mesves Bulcy, Nievre, France.

Lou Vargas : La donation religieuse dans la province de Bắc-Ninh au XVIIIe siècle – étude historique et philologique d’un corpus d’inscriptions gravées sur stèles (Thèse)

Lou Vargas, chercheuse membre de l’équipe Vietnamica et du CRCAO (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale), a soutenu sa thèse le vendredi 15 décembre 2023. Résumé ci-après.

Lou Vargas, membre du CRCAO, soutiendra sa thèse de doctorat préparée à l’EPHE-PSL sous la direction de Philippe Papin, vendredi 15 décembre 2023 à partir de 9h00, à la Maison de l’Asie, au 22 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris (1er étage, grand salon).

Résumé :

Fondée sur un corpus de 571 inscriptions gravées en caractères chinois et vietnamiens au XVIIIe siècle dans la province de Bắc-Ninh (nord du Vietnam), cette thèse se consacre à l’étude d’une forme de donation à la fois majoritaire (80 % du corpus) et très particulière puisqu’elle permet à un donateur ayant offert de l’argent et des terres de recevoir, pour lui-même en tant que futur mort ou pour un membre défunt de sa famille, un culte funéraire personnel et un titre honorifique et religieux appelé : le « Hậu 後 ». Ce titre, typiquement vietnamien, et attesté pour la première fois dans les sources épigraphiques en 1628, se déploie sous deux formes principales : Hậu Phật 後佛 et Hậu Thần 後神, qui désignent la personne dont le culte funéraire personnel est célébré après le culte du Bouddha ou de la Divinité. À travers une étude monographique, philologique et quantitative des inscriptions du XVIIIe siècle de Bắc-Ninh, menée pour la première fois de manière systématique et s’inscrivant dans un projet plus large de recherche sur les stèles du Vietnam, cette thèse tente de cerner les caractéristiques, les modalités et l’évolution de la donation aboutissant à une institution au rang de Hậu, mais également d’en tirer une certaine connaissance de la société et de l’économie villageoise, de la religion et des préoccupations des gens ordinaires dans le Vietnam ancien.

Le jury est composé de :

  • Mme Marianne Bujard. Présidente. Directeur d’études, EPHE
  • M. Luca Gabbiani. Rapporteur. Directeur d’études, EFEO
  • M. Philippe Le Failler. Rapporteur. Maître de conférences, EFEO
  • M. Keith Taylor. Examinateur. Professeur émérite, Cornell University
  • M. Nguyễn Tuấn Cường. Examinateur. Maître de conférences, Institut Hán-Nôm. Académie des Sciences Sociales du Vietnam
  • M. Philippe Papin. Directeur de thèse. Directeur d’études, EPHE

Source : CRCAO – https://www.crcao.fr/2023/11/27/soutenance-de-lou-vargas/

Jade Thau : De la mobilisation à la propagande – étude des affiches communistes vietnamiennes de 1945 à 1986 – Thèse

Avis de la soutenance de thèse de Jade Thau sur les affiches de propagande vietnamienne. Résumé ci-dessous.


De la mobilisation à la propagande : étude des affiches communistes vietnamiennes de 1945 à 1986

L’affiche de propagande vietnamienne se développe en 1945 lors de l’émergence du mouvement d’indépendance vietnamien envers le régime colonial français. Jusqu’en 1975, le pays est divisé en deux et, dans le Nord, en liaison étroite avec le bloc socialiste, le réalisme populaire devient le facteur déterminant de l’art sous l’égide du peintre Tố Ngọc Vân. Dès 1954, sous la République démocratique du Vietnam (RDVN), l’affiche de propagande devient un « outil officiel d’État ». Par conséquent, l’organisation de la production et de la diffusion des affiches s’institutionnalise et, jusqu’en 1975, tout artiste souhaitant prendre part à l’effort de guerre et vivre de son art participe à la production de ces affiches.

Grâce à la constitution d’une base de données répertoriant les 1 125 images du corpus, cette thèse propose d’analyser l’évolution thématique, iconographique et stylistique de ces affiches afin de comprendre la construction du langage visuel communiste vietnamien à la croisée de références nationalistes, françaises, soviétiques et chinoises. Il s’agira également d’appréhender les transformations de la définition de l’objet ainsi que celles de son rôle au cours du temps par une étude quantitative des données.

La soutenance aura lieu le mercredi 20 décembre à 9h (heure française) dans la salle de colloque de la Maison de la Recherche, Université d’Aix-Marseille, site Schuman, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence.

Le jury sera composé de : 

  • Philippe Le Failler, Maître de conférences habilité à diriger des recherches, EFEO-AMU (directeur de thèse) 
  • Nora A. Taylor, Professeur des universités, School of the Art Institute of Chicago (co-encadrante) 
  • Philippe Papin, Directeur d’études, EPHE (rapporteur) 
  • Sophie Cœuré, Professeur des universités, Université Paris Cité (rapporteuse)
  • Christian Henriot, Professeur des universités, AMU (examinateur) 
  • Phoebe Scott, Senior Curator, National Gallery Singapore (examinatrice) 


La soutenance sera suivie d’un buffet déjeunatoire dans la salle 2.44 de la Maison de la Recherche


illustration “à la une” : affiche du “Service d’Information et Propagande” (RDVN) – source SHD, GRH2960.

6e Rencontre IAO / IrAsia : Le genre en Asie – 24 novembre 2023 (IAO Lyon)

A l’occasion de cette 6e rencontre interlaboratoire, l’Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia) d’Aix-Marseille présentera à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon son nouvel axe de recherche “Genre en Asie”. Programme ci-après.

Date : Vendredi 24 novembre 2023, 14h-17h
Lieu : Salle de séminaire de l’IAO – ENS de Lyon


Programme

14:00-14:15 : Kanae Sarugasawa, présentation de l’axe Genre en Asie

14:15-14:45 : Pauline Cherrier, « L’accompagnement à la naissance en terre étrangère : une amorce de terrain auprès des doulas brésiliennes au Japon »
14:45-15:00 : discussion

15:00-15:15 : pause

15:15-15:45 : Li Siyu, « Concourir comme un homme ? La carrière des femmes qui ont réussi les premiers Gaokao après la Révolution Culturelle »
15:45-16:00 : discussion

16:00-16:30 : Cao Vy, « Genre et sociabilités dans les espaces publics à Hô Chi Minh-ville (Vietnam) » : Rapport d’étude pour le diplôme de Sciences Po Rennes et perspectives nouvelles de recherche
16:30-16:45 : discussion 

Biographies  des intervenant·e·s :

  • Kanae Sarugasawa est enseignante-chercheuse à l’IrAsia (CNRS/AMU) et chercheuse associée à l’IFRAE (CNRS/Inalco/Université de Paris Cité). Ses recherches portent sur le stigmate, l’agentivité et la mobilisation des populations marginales dans le Japon contemporain, notamment des mères célibataires (thèse doctorale) et des travailleur·se·s du sexe (recherches actuelles). 
  • Pauline Cherrier est MCF en études japonaises à l’université d’Aix Marseille actuellement en délégation CNRS au laboratoire IrAsia. Ses recherches portent sur la politique migratoire dans le Japon contemporain, la diaspora japonaise dans les Amériques (et en particulier au Brésil), le métissage et plus généralement la place des minorités dans le Japon contemporain. 
  • Li Siyu, sociologue et historienne de formation. Maître de conférence à l’Université Aix-Marseille et membre de l’Irasia. Ses recherches se concentrent sur le processus social de la quantification et, en particulier, le rôle de l’évaluation chiffrée dans la légitimation des élites. Par le passé, elle a étudié le concours national d’entrée aux universités en Chine, mobilisant la sociologie de la quantification, de l’éducation et l’anthropologie économique. Elle explore actuellement la transmission et les bouleversements du statut d’élite pendant et après la Révolution Culturelle chez les élites féminines.
  • Cao Vy est doctorant en histoire et littérature à l’IRASIA. Ses recherches doctorales portent sur l’histoire du livre imprimé en vietnamien romanisé et les effets du développement de l’imprimerie sur les populations vietnamiennes de la Cochinchine. Vy est également chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France (2022-2024) et membre du Bureau des jeunes chercheur.e.s du GIS Asie (2021-2023).

Source : https://iao.cnrs.fr/actualite/6e-rencontre-iao-irasia-le-genre-en-asie/

Illustration “à la une” : photographie de Cao Vy à Hô Chi Minh-Ville en 2016, projet au Vietnam, « Gender Behaviours ».

« Ce que porte le sol asien » – Paul Mus et la fabrique de l’ethnologie

La Journée d’étude étant passée, nous la présentons en archive.

La Société des Amis de Paul Mus vous convie à la journée d’étude

Paul Mus actuel (II)

« Ce que porte le sol asien »

Paul Mus et la fabrique de l’ethnologie

(Journée d’études sur l’œuvre de Paul Mus)

Mardi 7 novembre 2023 de 10 h à 19 h

Les journées d’études « Paul Mus actuel »

Régulièrement convoquée, en particulier parmi les spécialistes de l’aire culturelle sud-est asiatique, l’œuvre de Paul Mus n’en demeure pas moins assez mal connue. Une telle situation ne tient pas seulement au fait que la partie la plus volumineuse de cette œuvre, constituée par ses cours au Collège de France, est restée inédite. Elle s’explique aussi et peut-être surtout par la stature de Mus. Comme souvent avec les grands auteurs, Mus pâtit de la complexité de son propos, que celle-ci porte sur le long cheminement des doctrines orientales, sur le symbolisme d’un temple-montagne médiéval à travers les relations qu’y entretiennent un roi et son « peuple », ou sur quelques-uns des « cosmodrames » qui se jouèrent lors des crises sud-est asiatiques du siècle dernier. Dans un monde académique enjoignant sans doute davantage aujourd’hui qu’hier à saisir les phénomènes asiatiques à travers le tamis de thématiques et de périodisations toujours plus étroites, le lecteur est souvent tenté, devant la prodigalité de l’œuvre, de faire des choix. Le risque est de manquer la portée des explications qui se déploient et trouvent précisément leur équilibre dans une telle complexité. L’approche mussienne relève toujours d’un exercice de comparaison et d’englobement qui, sans apporter de certitudes, fait se mouvoir la pensée pour une meilleure intelligence des sociétés, une pensée qui est servie chez Mus, on le sait, par une très vaste érudition et un style d’une grande force expressive.

Reparcourir les textes de Mus « crayon en main », ainsi qu’y invite la
présente journée d’étude, est assurément l’une des « ascèses » à pratiquer si l’on veut se donner la possibilité de suivre cette pensée
en mouvement, dans le fourmillement de ses analyses comme dans les grandes enjambées qu’elle propose. Quel(s) usage(s), en somme, peut-on faire de la pensée mussienne, aujourd’hui et demain, pour comprendre l’Asie, et quelles parties ou périodes de l’Asie en particulier ? C’est à cette question que s’essayeront à répondre plusieurs spécialistes provenant de quelques-uns des nombreux domaines de spécialités que maîtrisait celui qui demeurera comme l’un des plus grands orientalistes du vingtième siècle.


Programme détaillé ci-dessous (pdf téléchargeable)

Contact :

societedesamisdepaulmus@protonmail.com

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi / 26 oct-05 nov 2023 / Paimbœuf

Le réalisateur Pierre Michelon présentera son film lors d’une série de projections, rencontres, débats à Paimboeuf (44), près de Nantes, du 26 octobre au 5 novembre.

Programme :

SPECTRE productions
Entre-deux
Un film en train de se faire
Ville de Paimbœuf

Ont le plaisir de vous convier
au HANGAR, à Paimbœuf (44)
du 26 octobre au 5 novembre 2023
aux projections de

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi
Un film en Polyvision de Pierre Michelon

EN QUELQUES MOTS :

En 1930, un jeune communiste vietnamien nommé Trần Tử Yến (L’hirondelle) est condamné pour complot contre la sûreté de l’Etat et tentative de meurtre. Avec 537 autres camarades, il est déporté de « l’Indochine » vers les « établissements pénitenciers spéciaux » de l’Inini, une subdivision de la Guyane française. Il décède en 2001 à Cayenne, à l’âge de 93 ans, sans avoir revu son pays natal. Écrite à plusieurs mains, parlée à plusieurs voix, cette œuvre polyglotte (français / vietnamien / créole guyanais) présente l’unique témoignage audiovisuel de Trần Tử Yến, recueilli par la réalisatrice Geneviève Wiels en 1999.

Retranscrit en français et en vietnamien, le témoignage fragile de Trần Tử Yến nous ouvre à des paysages, des images et des passages. C’est peut-être la nuit, voire l’oubli (le titre est tiré d’une expression de Trần Tử Yến) mais des alliances se sont créées pour raconter son histoire, entre traductrices et historiennes, entre les condamnés et leurs geôliers, entre les filles guyanaises de Trần Tử Yến et leurs cousin·e·s du Việt Nam. Deux frères séparés par l’histoire se retrouvent par la langue et se regardent, c’est peut-être un miroir : il s’appelle Trần Tử Yến (L’hirondelle), il s’appelle Trần Tử Yên (La paix).

INFOS PRATIQUES :
Du 26 octobre au 05 novembre 2023
Le hangar / quai Sadi Carnot / Paimbœuf

projections tous les jours (sauf lundi) à 18h00 et 19h30
18h00 : première partie (75min)
19h30 : seconde partie (80min)
entrée libre

un film en polyvision de Pierre Michelon avec Trần Tử Yến et Trần Tử Yên, Josette Trần Tử Yến Muguette, Claudette et William Tran-Tu-Yen
Christèle Dedebant, Trần Phương Thảo, Maxime Bichon

réalisation des écrans : James Clochard
assistance artistique : Inès Miossec

RENCONTRES/ATELIERS :
(suivis des projections)

Le jeudi 26 octobre à 16h00, Le Hangar : rencontre avec l’historienne Christèle Dedebant

— « Destins croisés : que sont devenus les anciens forçats indochinois de Guyane/Inini ? »

Si Joseph Trần Tử Yến est resté sur « la terre du bagne », plusieurs de ses anciens compagnons d’infortune ont suivi des trajectoires différentes. Christèle Dedebant reviendra sur quelques-uns de ces destins ballotés par les soubresauts de l’histoire.

Le mercredi 1er novembre à 16h00, Le Hangar : atelier musical avec Thẩm Yến Linh

— (Auto)Radio Lointain

Partage pratique & exploration mélodique de l’intime – déracinement –
ré-enracinement – héritage musical.

Pourquoi utiliser l’outil Musique ? Parce que c’est tout aussi important que la cuisine sur l’échelle des choses que l’on se transmet en famille ou entre ami·e·s, en dehors du patrimoine matériel. Mais si tout le monde parle beaucoup de la cuisine, c’est sans doute parce qu’il est difficile de survivre sans nourriture ; cependant il n’est pas moins difficile de survivre sans air, qui est la première composante du son, et tout de suite après, de la musique.

Parce que c’est le lieu de passage et de transmission de la langue. Parce que ce sont des connections neurologiques particulières qui marquent la mémoire sensible sonore et qui portent des traces du « début ». Parce que la musique est un art qui se compose avec des temps et compose ainsi différemment avec « le » temps. Ce dernier peut emporter ou abîmer peintures, sculptures, architectures, tandis que la musique utilise un support fait d’un matériau différent pour perdurer à travers le temps, et ainsi se transporter dans des bagages qui ne se pèsent pas en kilos.

Le dimanche 5 novembre à 16h00, Le Hangar (exceptionnellement le 5/11, les projections se feront à 17h et 18h30) : rencontre avec Henri Copin

— D’autres échos historiques et linguistiques :
Entre 1900 et 1930 se forment au Việt Nam différents groupes de patriotes et nationalistes, revendiquant une modernisation politique et sociale autour de modèles japonais, français, ou chinois. Henri Copin évoquera cette évolution et son rapport avec la langue vietnamienne romanisée (Quốc ngữ).


PRÉSENTATION DES INVITÉ.E.S :

Christèle Dedebant est historienne, elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat à l’EHESS intitulée Les lumières de Zenâna : figures de proue de la condition féminine au Pakistan dans leur contexte historique. Elle est par ailleurs journaliste à GEO Magazine et GEO Histoire depuis 20 ans. Auteur du Voile et la Bannière, aux Editions du CNRS, 2003, elle est familière de la Guyane et de son histoire : « Je me suis intéressée aux “Annamites” exilés en Guyane à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’une partie de ma famille vit à Cayenne et à Saint-Laurent du Maroni. Pour GEO, j’ai eu l’occasion de réaliser de nombreux reportages in situ. Mais c’est à Paris que le destin s’est noué : j’y ai rencontré à l’occasion d’un dîner chez des amis une nièce de Trần Tử Yến, la veille de l’un de mes départs pour un énième reportage sur les orpailleurs illégaux. J’ai été immédiatement captée par cette histoire de colonisation transversale. J’ai rencontré à Cayenne Josette Trần Tử Yến, la fille du déporté politique, et j’ai été happée par le sujet »

Le livre de Christèle, Poulo Condore-Cayenne, les derniers déportés politiques de Guyane (titre provisoire), est à paraître (2024) aux éditions Actes Sud, collection Archives du colonialisme.

Thẩm Yến Linh : « Je m’appelle Yến Linh, je suis née à Hà Nội et j’ai grandi dans les Hauts-de-Seine. J’ai ainsi parlé et chanté en vietnamien avant de le faire en français.

J’ai plusieurs amours et pratiques : l’architecture, la scénographie, la menuiserie (ENSAPM, Lycée Léonard de Vinci, Ateliers Devineau), l’illustration (Paris 1 Sorbonne, techniques pastels, aquarelles et numériques, collaborations vidéos ou imprimées), la musique (Conservatoire de Vanves, chant, écriture, compositions, représentations), les activités associatives et collectives (Collectif Vietnam Dioxine, Collectif Paaf, Le Studio Jaune) et plus récemment le théâtre en tant que comédienne (SAIGON 2023-2024, de Caroline Guiela Nguyen, Compagnie des Hommes Approximatifs).

Grâce à ces différents medium, depuis 2015 je construis mon travail artistique autour de la question intime et politique de l’héritage, du déracinement, en l’occurence dans mon cas : le Việt Nam. J’exerce également une activité de traduction : c’est ainsi que j’ai rencontré le cinéaste Pierre Michelon à l’occasion de la transcription linguistique pour son film documentaire sur monsieur Yến (L’hirondelle). »

Henri Copin a vécu et travaillé au Việt Nam, au Cambodge et au Sénégal. Il vit à Nantes.

Auteur de nombreux ouvrages, articles, communications, consacrés à la représentation littéraire de l’Asie (pays de l’ex-Indochine) et de l’Afrique, en période coloniale ou post coloniale, à l’altérité, aux figures de l’Autre et de l’Ailleurs. Contribue à L’Encyclopédie de la Colonisation française, en cours de publication aux Indes Savantes. Professeur à l’Université permanente de Nantes, élu à l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

Pierre Michelon est né à Nantes en 1984. En observateur participant, il arpente les terrains d’une société oublieuse et aphasique. Sa réflexion est concentrée sur l’écriture, l’oralité et l’usage de l’Histoire. Ses récentes recherches l’ont conduit à réaliser des portraits de déporté·e·s politiques dans les bagnes coloniaux (Amara, Cinéma du réel, 2019, Histoire de la maladie, musée du Louvre, 2019). Elles se déclinent dans une variété de propositions : traductions, films, installations, performances-documentaires… Chacun de ces montages est conçu autour d’un processus de recherche, qui prend tantôt la forme d’enquêtes, d’entretiens, de dérives et d’associations multiples. Les paysages y deviennent des témoins. La démarche artistique de Pierre Michelon se tient à cet endroit, là où se produit un témoignage, là où se fabrique une communauté. Il est diplômé de École des Beaux-arts de Nantes (D.N.A.P.), de la Villa Arson à Nice (D.N.S.E.P.), de l’École des Beaux-arts de Paris (SACRe, doctorat de création).

Entre-deux est une structure de recherche engagée dans la production et la diffusion de l’art public contemporain sous toutes ses formes, éphémères et pérennes, interrogeant les enjeux du contemporain par rapport au réel sur le territoire de Nantes mais aussi élargi à la région des Pays de la Loire.
URL : www.entre-deux.org

Repenser la guerre d’Indochine : violences civiles et coloniales – 13-14 octobre 2023 – UQAM / Montréal

Important colloque à Montréal. Programme ci-dessous.

La guerre d’Indochine (1945-54) opposant la France au Vietnam dirigé par Ho Chi Minh fut la guerre de décolonisation la plus violente du 20ème siècle. Environ un million d’êtres humains sont morts – des Laotiens, des Cambodgiens et des Vietnamiens, civils et combattants, hommes et femmes, jeunes et vieillards. L’usage de la torture, du viol et du napalm n’a pas commencé en Algérie, ni lors de la guerre du Vietnam. Et pourtant les destructions et les souffrances de la guerre d’Indochine restent encore dans l’ombre, prisonnières d’un oubli étonnant tant en Indochine qu’en France. Comment expliquer cette guerre de décolonisation si violente ? Ce colloque, le premier en son genre, vise à répondre à cette question en étudiant deux types de violences : celles perpétuées par les Français contre les Indochinois et celles qui opposaient les Indochinois eux-mêmes. Il est temps d’étudier les violences coloniales et civiles au cœur de ce conflit si meurtrier.

PROGRAMME

Vendredi 13 octobre – Salle des Boiseries – J-2805

Introduction – 9h00-10h30

Mot de bienvenue – Benjamin Deruelle (Responsable du GRHG, UQAM)
« Introduction : une guerre et ses silences » – Christopher Goscha (UQAM)

Au cœur de la violence coloniale lors de la guerre d’Indochine – 10H30-12H30

« ‘Le feu qui tombe du ciel’ : le napalm dans la guerre d’Indochine (1951-1954) » – François Guillemot, Estelle Senna, Laurent Gédéon (IAO/ENS Lyon)
« La bataille du riz dans la ‘rue sans joie’ : la guerre des infrastructures au centre du Vietnam » – David Biggs (University of California at Riverside)
« ‘La violence prolongée’ : l’usage français (illégal ?) des prisonniers de guerre et des civils vietnamiens » – Christopher Goscha (UQAM)

À propos de la violence coloniale : les massacres de la reconquête – 14H00-17H00

« L’attaque de la cité Héraud du 25 septembre 1945 : autopsie d’un massacre » – Félix Bégin (UQAM)
« Le massacre d’Haiphong de 1946 » – Stein Tonnesson (Peace Research Institute, Oslo)
« Une ‘rivière rouge de sang’ : la bataille de Thakhek, le 21 mars 1946 » – Vatthana Pholsena (National University of Singapore)
« Un ‘drôle d’oubli’ : le silence français sur les violences de la guerre d’Indochine » – Alexis Mathé (UQAM)

Samedi 14 octobre – Salle des Boiseries – J-2805

Au cœur de la violence civile à l’échelle indochinoise – 9H00-12H30

« Violence, milices et origines de la guerre civile dans le delta du Mékong, 1945-1954 » – Edward Miller (Dartmouth College)
« La première guerre d’Indochine au Laos en tant que conflit civil : l’évolution des formes de violence en 1945-1946 » – Ryan Wolfson-Ford (Library of Congress)
« Origines coloniales et locales des conflits civils au Cambodge : la première guerre d’Indochine, 1945-1954 » – Ben Kiernan (Yale University)
« Je fais la guerre : Nguyen Van Tam et sa participation à la guerre française en Indochine » – Ninh Xuan Thao (École Normale d’Hanoï)

Au cœur de la violence civile à l’échelle locale – 14H00-17H00

« Violences de guerre et persécutions religieuses : les catholiques pendant la première guerre d’Indochine » – Claire Tran Thi Lien (Université Paris Cité)
« Révolution ou agression civile au village ? L’antagonisme de classe et la réforme agraire du Vietnam communiste » – Alex-Thai Vo (Texas Tech University)
« Le massacre de Son Ha de 1950 : un rejet par les montagnards de la gouvernance de la République démocratique du Vietnam » – Dao The Duc (Institute of Culture, Vietnam Academy of Social Sciences)
« Comment les minorités ethniques ont été entraînées dans la guerre d’Indochine : les conséquences du massacre de 1950 dans les terres de Quang Ngai » – Andrew Hardy (EFEO, Paris)

Mot de conclusion et discussion d’ensemble – Christopher Goscha (UQAM)


Un colloque organisé par le professeur Christopher Goscha (UQAM), membre de l’IEIM
Contact : goscha.christopher@uqam.ca


Source : https://ieim.uqam.ca/repenser-la-guerre-dindochine-violences-civiles-et-coloniales/