Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Conducting Field Research in Social Sciences – Vietnam

Appel à communications.

CONDUCTING FIELD RESEARCH IN SOCIAL SCIENCES

Call for Proposals

In partnership with IRASEC, that is celebrating its 20th anniversary this year, the University of Văn Lang (HCM-city) is organizing on June 9 and 10, 2021 a methodology research seminar for young PhDs and PhD students working in and with Vietnam. The aim of the event is to support fieldwork training in social sciences, particularly in geography, anthropology, ethnology, sociology, economics, tourism and architecture.

This seminar will include a one-day presentation and exchange at Văn Lang followed by a documentary film in the evening and a field visit during which researchers will present their work on site. These two days will be guided by researchers’ fields, from construction and preparation to processing and dissemination in the context of scientific productions.

The seminar will focus on the following suggested topics:

  • What does it involve to do fieldwork? What constitutes a field?
  • How to (un)make a field notebook?
  • What is a field survey in geography and architecture?
  • From micro to macro: statistical and cartographic tools for objectivizing the field.
  • Contributions and challenges of qualitative in situ methods.
  • Reflexivity and field practices.
  • Data is not given: construction and processing of information from the field.
  • To be or not to be: field practices, activism and intimacy.
  • To speak and to make speak: recording, translating, transcribing, interpreting.
  • Participatory fields and action research: serious games, interactive mapping and theater.
  • Individual practices and collective research projects, how to share a field?
  • Between ethics and open source: how to disseminate field data?

Proposals should be no more than 250 words and should be adressed to the the organizers, Dr. Trần Cẩm Thi (Văn Lang) and Dr Emmanuelle Peyvel (IRASEC) at fieldworkSHS.seminar@gmail.com. The proposal can be written in Vietnamese, French or English and should also include a short biography of the author. Deadline: Monday April 20, 2021.


Nguyễn Nhã – Publications au Sud du Vietnam / Ngành xuất bản ở miền Nam Việt Nam : 1954-1975

Une nouvelle vidéo du cycle de conférences-débats organisé par le centre de l’EFEO de Hô Chi Minh-Ville est disponible sur la chaîne Youtube de l’École : 

Nguyễn Nhã, “Toàn cảnh về ngành xuất bản trong lĩnh vực khoa học xã hội ở miền Nam Việt Nam 1954 – 1975” 

[Aperçu de la presse, des éditions et publications en sciences sociales au Sud du Vietnam : 1954 – 1975]

8 octobre 2020 / Ngày 8 tháng 10 năm 2020. Vidéo en vietnamien sous-titrée en français.   

Cette vidéo prend place dans la liste des vidéos de conférences-débats déjà disponibles sur la chaîne Youtube de l’Ecole. 

————- 

Kính gửi các đồng nghiệp và các bằng hữu, 

Tôi rất vui mừng thông báo với các bạn rằng một video mới trong chuỗi tọa đàm do trung tâm EFEO tại Thành phố Hồ Chí Minh tổ chức đã có mặt trên kênh Youtube của Viện: 

Nguyễn Nhã, “Toàn cảnh về ngành xuất bản trong lĩnh vực khoa học xã hội ở miền Nam Việt Nam 1954 – 1975” [Aperçu da la presse, des éditions et publications en sciences sociales au Sud du Vietnam : 1954 – 1975], 8 octobre 2020 / Ngày 8 tháng 10 năm 2020.  Video bằng tiếng Việt với phụ đề tiếng Pháp.

URL : https://youtu.be/QWWIPrs0I_c

Video này nằm trong danh sách các video về tọa đàm hiện có trên kênh Youtube của Viện. 

Trân trọng, 

Olivier Tessier (EFEO – Hô Chi Minh-Ville).

Saigon Social Science Hub – Tales of three National liberation fronts: oral histories of the wars in Indochina, Algeria and Vietnam (3 FÉVRIER 2021)

Annonce de la 3e conférence du Saigon Social Science Hub à Hô Chi Minh-Ville. Présentation du programme ci-dessous.

Page Facebook du SSSH : https://www.facebook.com/pages/category/School/Saigon-Social-Sciences-Hub-SSSH-101791245106715/


Les prochains événements :

3 février 2021 : Tales of three National liberation fronts: oral histories of the wars in Indochina, Algeria and Vietnam
23 février 2021 : Printing and Editing networks in the Mekong delta during the colonial period (1907-1945).

Contact :
Olivier Tessier, responsable de l’antenne EFEO à Hồ Chí Minh ville.

La caricature en Asie orientale : circulations et regards croisés [appel à contribution]

Appel à contribution.

Extrême-Orient, Extrême-Occident

La caricature en Asie orientale :

circulations et regards croisés

La caricature peut se définir comme une œuvre graphique qui, par l’amplification, le décalage ou encore le détournement, transgresse les codes figuratifs et esthétiques habituels d’une aire culturelle donnée. La situation d’un personnage, la présence de certains attributs, voire la déformation graphique, peuvent contribuer à cette forme de subversion.

L’étude de la satire graphique, et plus spécifiquement de la caricature sous toutes ses formes, a connu un essor considérable ces vingt dernières années. La France a été particulièrement concernée pour des raisons qui tiennent notamment à l’actualité marquée par les attentats contre des dessinateurs de presse. La caricature n’est cependant pas une création récente et elle ne constitue pas non plus une spécificité de l’Occident. Comme le montre l’ouvrage Asian Punches: A Transcultural Affair (Hans Harder & Barbara Mittler (dir.), Springer, 2013), les dessins de presse se sont répandus dans le monde entier à partir du XIXe siècle et ils relèvent dès cette époque d’un imaginaire global, annonçant la mondialisation actuelle de la satire visuelle par le biais d’internet. Par ailleurs, des ouvrages comme Ukiyo-e Caricatures dirigé par Noriko Brandl et Sepp Linhart (Brill, 2013) ou Ôtsu-e : Imagerie populaire du Japon de Christophe Marquet (Picquier, 2015) n’hésitent pas à qualifier de « caricatures » des estampes japonaises aux contenus satiriques et humoristiques, produites dès la seconde moitié du XIXe siècle. L’immédiateté de ces images, leur efficacité, et leur caractère souvent polémique, qui attira parfois sur leurs auteurs les foudres du pouvoir et leur fit préférer l’anonymat, ne palissent pas face à leurs homologues plus tardives.

Ce numéro d’Extrême-Orient, Extrême-Occidents’inscrit dans le sillage de tels travaux et vise à mettre au jour l’existence et les modalités d’une satire visuelle en Asie de l’Est, hier et aujourd’hui, à travers les dimensions satirique, comique, parodique, ironique ou encore critique de l’image. Il s’agit d’étudier les emprunts, les réappropriations, les adaptations et circulations au sein d’une approche transculturelle Est/Ouest, mais également intra-asiatique. On tiendra également compte de la spécificité des médias et des modes de diffusion, ainsi que de l’hétérogénéité des contextes et de la culture visuelle des pays concernés dans leur profondeur historique.

Nous attendons donc des contributions portant sur des périodes et des aires géographiques variées comme la Chine et Taiwan, le Japon, la Corée et le Vietnam, qui pourront relever de disciplines aussi diverses que l’histoire de l’art, la théorie des médias, l’histoire sociale, politique et culturelle, la psychanalyse ainsi que la littérature.

Les propositions d’articles, en anglais ou en français, seront adressées aux deux rédacteurs en chef de la revue : matthias.hayek@ephe.psl.eu et pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr, ainsi qu’aux coordinateurs du numéro : marie.laureillard@univ-lyon2.fr et laurent.baridon@univ-lyon2.fr.

Les personnes qui envisagent de proposer une contribution sont invitées à se manifester en donnant un titre provisoire et un résumé, avant le 31 mai 2021.

Les manuscrits complets sont attendus au plus tard le 30 septembre 2021 et doivent suivre les consignes indiquées ici : https://journals.openedition.org/extremeorient/738.


La revue vietnamienne Ngày Nay [Temps Modernes] : Ping-pong international (Marianne, John Dull face aux dictateurs Mussolini et Hitler, 1938)

Call for Papers

Extrême-Orient, Extrême-Occident

Caricature in East Asia:

Circulations and Crossed Perspectives

Caricature can be defined as a graphic work which, through exaggeration, incongruity or reversal, transgresses the usual figurative and aesthetic codes of a given cultural area. The situation of a character, the presence of certain attributes, or even graphic distortion, can contribute to this form of subversion.

The study of graphic satire, and more specifically of caricature in all its forms, has grown considerably over the last twenty years. France has been particularly involved in this field due in particular to the recent attacks on press cartoonists. However, caricature is neither a recent creation nor a feature unique to the West. As the book Asian Punches: A Transcultural Affair (Hans Harder & Barbara Mittler (eds.), Springer, 2013) shows, newspaper cartoons spread around the world from the 19th century onwards, and from then on they became part of a global worldview, foreshadowing the current globalisation of visual satire via the Internet. Moreover, works such as Ukiyo-e Caricatures directed by Noriko Brandl and Sepp Linhart (Brill, 2013) or Christophe Marquet’s Ôtsu-e : Imagerie populaire du Japon by (Picquier, 2015) do not hesitate to describe Japanese prints with satirical and humorous content, produced from the second half of the 19th century, as “caricatures”. The immediacy of these images, their effectiveness and often polemical nature, which sometimes drew the wrath of power upon their authors and made them prefer anonymity, do not pale in comparison with their later counterparts.

This issue of Extrême-Orient, Extrême-Occident follows in the wake of such works and aims to shed light on the existence and modalities of visual satire in East Asia, both past and present, through the comic, parodic, ironic and critical dimensions of the image. Our aim is to explore the borrowings, reappropriations, adaptations, and circulations within a East / West transcultural space, but also through an intra-Asian approach. The specificity of the media and the modes of diffusion will also be considered, as well as the heterogeneity of the contexts and different visual cultures of the countries in question in their historical in depth.

We are therefore expecting contributions covering various periods and different countries such as China and Taiwan, Japan, Korea and Vietnam, which may come from disciplines as diverse as art history, media theory, social, political and cultural history, psychoanalysis, and literature.

Proposals for papers, in English or French, should be addressed to the two chief editors, matthias.hayek@ephe.psl.eu and pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr, as well as to marie.laureillard@univ-lyon2.fr and laurent.baridon@univ-lyon2.fr, guest editors for this issue.

If you are interested in contributing to this issue, the editors kindly ask you to submit a tentative title and an abstract before May 31, 2021.

Full manuscripts should be submitted no later than September 30, 2021 and follow the submission guidelines outlined here: https://journals.openedition.org/extremeorient/739.

Laurent Gédéon : Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis [HDR].

Toutes nos félicitations à notre collègue Laurent Gédéon pour sa soutenance HDR.


Le vendredi 18 décembre à 15h, à l’ENS de Lyon, Laurent Gédéon, maître de conférences à l’Université catholique de Lyon, membre de l’Institut d’Asie Orientale, a soutenu son habilitation à diriger des recherches intitulée :

« Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».


Jury composé de :

  • Guibourg Delamotte, Maître de Conférences (HDR), INALCO
  • Guy Faure, Directeur de Recherche CNRS (émérite), IRASIA
  • Fabienne Jagou, Maître de Conférences (HDR), Ecole Française d’extrême Orient
  • Pierre Journoud, Professeur des Universités, université Paul Valéry, Montpellier 3
  • Frédéric Lasserre, Professeur titulaire, université Laval, Québec
  • Yveline Lecler, Professeur des Universités émérite, Sciences Po Lyon

Le dossier d’habilitation qui comporte deux volumes s’intitule « Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».

Le premier ou volume principal (272 p.) est axé sur la problématique des archipels Spratleys et Paracels, situés en mer de Chine méridionale et revendiqués simultanément par la République populaire de Chine et le Vietnam. La recherche a permis de valider l’hypothèse selon laquelle le Vietnam, s’il souhaite réaliser ses ambitions géostratégiques en mer de Chine méridionale, se trouve dans l’obligation d’intégrer une architecture géopolitique et sécuritaire régionale comprenant les États-Unis. Elle a également ouvert la voie à la définition d’un nouveau concept géopolitique de « géomaritimité ».

Le deuxième volume ou volume annexe (112 p.) propose un retour sur les travaux antérieurs ainsi qu’un recueil de quelques publications récentes. Ces travaux ont porté sur la communauté sino-vietnamienne (Hoa), le quartier de Cholon à Ho Chi Minh-Ville où elle se concentre et l’impact de sa présence sur les relations entre la Chine et le Vietnam. Une première partie de cette recherche a mis en lumière la persistance du rôle économique important des Hoa, en dépit de leur marginalisation temporaire pendant les années 1970-80 due à la réunification du Vietnam et la mise en place d’un nouveau modèle d’économie socialiste. Ces travaux ont ouvert la voie, dans une deuxième partie, à l’analyse des caractéristiques urbaines du quartier de Cholon et l’évolution du rôle joué par le canal (arroyo chinois) reliant ce quartier à la rivière Sai Gon. Cette recherche a mobilisé les outils offerts par les humanités numériques.

Photo « à la une » : Carte des revendications en mer de Chine méridionale. © CC Wikipédia

Vanessa Frangville : Travailler à partir de témoignages lorsque l’accès au terrain est impossible : le cas ouïghour

Annonce d’un séminaire de recherche de méthodologie. A ne pas manquer. PDF téléchargeable ci-après.

Pour en savoir plus : https://iett.univ-lyon3.fr/travailler-a-partir-de-temoignages-lorsque-lacces-au-terrain-est-impossible-le-cas-ouighour

Pierre-Emmanuel Bachelet : “Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles)”

Avis de la soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Bachelet.

“Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles)”,

Pierre-Emmanuel Bachelet

Thèse sous la direction de M. J-P. Bassino

Soutenance le vendredi 11 décembre 2020, à 9h.

Jury de thèse :

  • M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, ENS de Lyon
  • Mme Nadine BÉLIGAND, Maîtresse de conférences, Université Lyon 2
  • M. Leonard BLUSSÉ, Professeur émérite, Université de Leiden
  • M. Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO
  • M. François LACHAUD, Directeur d’études, EFEO
  • Mme Antonella ROMANO, Directrice d’études, EHESS              

La soutenance sera limitée au jury sur Zoom, mais sera diffusée en direct sur Youtube, ce qui permettra à toutes les personnes intéressées d’y assister. Vous pourrez y accéder au lien suivant : https://youtu.be/CPCheVKiPTc 


Résumé :

Cette thèse vise à analyser l’une des connexions majeures des mers de Chine à l’époque moderne : les relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa. A partir du milieu du XVIe siècle, l’impossibilité d’accéder au marché chinois pousse les marchands japonais à investir de plus en plus dans le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Pour les Japonais, le Đại Việt présente des avantages décisifs : il accueille des marchands venus de Chine et est le seul pays de la région à produire lui-même de la soie. De plus, les autorités des deux pays partagent une conception similaire de l’étiquette et une instruction fondée sur les mêmes classiques. Le Champa, quant à lui, revêt une importance capitale auprès des autorités japonaises en tant que pourvoyeur de bois précieux. Ces relations connaissent une profonde restructuration au cours des années 1630, quand le shogunat interdit aux Japonais de quitter le pays, sans que cette connexion ne disparaisse. Par ailleurs, ces contacts avec le monde extérieur ont permis à une cartographie spécifiquement japonaise de se développer. Les cartes réalisées, si elles se fondent sur des modèles européens ou chinois, parviennent cependant à les réinventer et à les dépasser.

La proximité entre le Japon et le Đại Việt en a donc fait des partenaires privilégiés, ce qui a permis l’établissement de communautés japonaises dans les ports viêt. Ces résidents japonais y ont occupé une fonction centrale, celle d’intermédiation entre Européens et autorités viêt. L’objectif de ce travail de recherche est d’expliciter les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et d’analyser les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite, en recourant notamment à des modélisations informatiques.

Abstract :

This dissertation aims to analyse one of the major connections in the early modern China seas, the relations between Japan, Đại Việt and Champa. From the mid-16th century onwards, as they were unable to access the Chinese market, Japanese traders increasingly invested in trade with Southeast Asia, where they were able to exchange silver and copper against silk and tropical products. Đại Việt offered decisive advantages for the Japanese. Merchants coming for China went there to trade and it was the only country to produce silk on its own. Furthermore, the authorities in both countries shared a same vision of diplomacy and their instruction was based on the same classics. As for the Champa, it was of particular importance for the Japanese authorities as a supplier of precious woods. These relations underwent a thorough reorganisation in the 1630’s, when the shogunate prohibited the Japanese from leaving the country, but this connection remained strong. Besides, these contacts with the outside world enabled a specifically Japanese cartography to emerge. Although they were based on European or Chinese models, these maps succeeded in reinventing and going beyond these models.

The proximity between Japan and Đại Việt made them privileged partners and led to the settlement of Japanese communities in Viêt ports. These Japanese residents played a crucial role in these societies, as go-betweens between the European and Viêt authorities. The purpose of this research work is to demonstrate how this common understanding emerged, and to analyse the networks that shaped it, notably through computer modelling.


Illustration “à la une” : document de P-E. Bachelet © DR