Archives de catégorie : Conférences

Công Binh, la longue nuit indochinoise – un film de Lam Lê

[ndlr] Annonce de Pierre Daum :

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient recrutés de force dans l’Indochine française pour venir dans les usines d’armement françaises. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite, ces ouvriers appelés Công Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation. Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945. Une vingtaine de survivants racontent aujourd’hui leur histoire.

Le film de Lam Lê,

Công Binh, la longue nuit indochinoise,

en salle le 30 janvier 2013.

Ce film est inspiré de l’ouvrage de Pierre Daum, Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952) – Actes Sud 2009.

Calendrier des projections/débats organisées autour du film (avec nom des intervenants)

PESSAC :

  • Dimanche 27 janvier, cinéma Jean Eustache à 16 heures (Lam Lê)

PARIS :

  • Mardi 29 janvier, cinéma Le Champo à 20 heures (Antoine de Baecque/Pierre Brocheux).
  • Mercredi 30 janvier, Cinéma La Clef (5ème) à 20 heures (Lam Lê/Pierre Daum).

ARLES :

  • Jeudi 31 janvier, Cinéma Le Méjan à 21 heures (Pierre Daum/Frères Trinh).

MONTPELLIER :

  • Lundi 4 février, Cinéma Diagonal à 19h45 (Pierre Daum).

CHÂTELLERAULT :

  • Vendredi 8 Février, Cinéma Les 400 coups (Nicolas Ong).

HEROUVILLE ST CLAIR (près de Caen) :

  • Lundi 11 février, Café des Images à 20 heures (Lam Lê/Pierre Daum).

Vous trouverez bientôt un calendrier complet et régulièrement mis à jour sur le site :

https://www.facebook.com/congbinhlalonguenuitindochinoise

Le « choc colonial » et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945 [cours agrégation 2013]

Dans le cadre du programme de l’agrégation d’histoire de cette année portant sur « Les sociétés coloniales – Afrique, Asie, Antilles – années 1850-années 1950 », nous proposons un aperçu de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam à travers la thématique du nationalisme comme alternative au système colonial.

 

ENS de Lyon

Agrégation d’Histoire 2013

mercredi 9 janvier 2013

14-18h

Salle F008

Le « choc colonial » et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945

François Guillemot

 

 

Résumé :

Cette intervention de quatre heures propose une lecture interne du « choc colonial » imposé au Viêt-Nam accompagné de ses interactions/adaptations et de ses violentes contestations. Le cheminement révolutionnaire vietnamien est analysé sous l’angle de l’histoire politique des organisations légales ou clandestines qui occupèrent le devant de la scène pendant un demi-siècle. Les bouleversements importants que provoque la colonisation sur les plans politiques, culturels, géographiques, économiques et sociaux engendrent plusieurs formes de résistance (mouvement d’Aide au Roi, millénarisme) et l’adaptation à la nouvelle donne par une profonde remise en cause de la monarchie acculée au déclin. En se concentrant sur les différentes solutions nationalistes exprimées par les Vietnamien-nes depuis le début du XXe siècle comme alternative viable au système colonial, l’intervention met en évidence de façon chronologique la multiplicité des nationalismes vietnamiens, leurs difficultés d’existence contre le système colonial ou en interaction avec celui-ci (par exemple avec Nguyen Van Vinh).

L’intervention s’intéresse au nationalisme traditionnel des monarchistes (du Can Vuong à Pham Quynh), au nationalisme démocratique (ou humaniste) de Phan Chu Trinh soucieux des droits de ses compatriotes, au nationalisme révolutionnaire que Phan Boi Chau initia, repris par le VNQDD, au nationalisme culturel du Tu Luc Van Doan (Groupe littéraire autonome) par lequel le Viêt-Nam découpé se restructure mentalement, au transnationalisme indochinois des Vietnamiens dans les années quarante. Ce dernier débouche sur deux voies : une voie communiste (Viêt Minh/PCI) qui reste fidèle à ce transnationalisme régional et une voie nationaliste impériale dans sa dimension conquérante incarnée par les nouveaux partis Dai Viêt sous l’occupation japonaise. Le processus qui mène à l’indépendance donne le sentiment d’une synthèse inachevée avec l’avènement d’un national-communisme aux contours flous lors de la Révolution d’août 1945. Avec le retour militaire de la France, toutes ces solutions, même modérées, sont mises en échec. Le nationalisme devient plus pragmatique (pour sa propre survie) avec l’État associé de Bao Dai. A la fin de la guerre d’Indochine et le partage du pays, il laisse la place à deux nationalismes d’État-Parti, l’un à vocation messianique avec le régime « personnaliste » de Ngo Dinh Diem en 1955 à Saigon, l’autre d’obédience marxiste-léniniste-maoïste, avec la mise en place d’un communisme de guerre pour conquérir le Sud.

 

Textes sources en ligne :

 

Documents :

  • Fiche de lecture Daniel Hémery et Pierre Brocheux, Indochine, la colonisation ambigüe (1858-1954) par S. Pautet.

Sur le rôle des femmes vietnamiennes dans le processus révolutionnaire :

Travailleurs indochinois en France : conférence de Pierre Daum et hommage à Bergerac – 13-14/12/2012

[Message de Pierre Daum] Dès 1914, le gouvernement français fait venir en France des milliers de travailleurs coloniaux, parmi eux près de 49 000 en provenance d’Indochine. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, 20 000 Indochinois sont encore amenés en France, parfois contre leur gré, pour suppléer les travailleurs mobilisés. Ce sont eux, par exemple, qui apportent leur savoir à la riziculture camarguaise.

 

 

Immigrés de force : les travailleurs indochinois en France

Conférence de Pierre Daum, avec Clément Baloup
13 décembre 2012 à 18h30
Archives départementales des Bouches-du-Rhône (20, rue Mirès – 13003 Marseille)

Pierre Daum est journaliste, auteur de « Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952 » et « Ni valise ni cercueil, les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance »

Clément Baloup est dessinateur et auteur des BD « Chính Tri, Le Chemin de Tuan », « Mémoires de Viet Kieu, Quitter Saigon »

Conférence dans le cadre du cycle Des travailleurs coloniaux aux travailleurs immigrés, une histoire en mouvement d’Approches Cultures et Territoires, en partenariat avec les Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Source : Approches Cultures et Territoires

* * *

Après Arles, Saint-Chamas, Miramas et Sorgues, la ville de Bergerac rend hommage aux milliers de travailleurs indochinois passé par son territoire.

Cliquez sur l’invitation pour l’agrandir

Une si jolie petite guerre : Conférence autour du roman graphique de Marcelino Truong 11/12/2012

INALCO – Salle 5.09
Mardi 11 décembre 2012
12h30 – 15h00

Une si jolie petite guerre

Conférence autour du roman graphique de Marcelino Truong
La conférence sera suivie de la projection du film « Mille jours à Saigon » de Marie-Christine Courtès


INALCO, 65, rue des Grands Moulins
75013 – Paris 
(M°/RER : Bibliothèque F. Mitterrand)

Un Mémorial pour les Ouvriers Indochinois : journée d’information le 1er décembre 2012

L’association du Mémorial pour les Ouvriers Indochinois

Vous invite

Samedi  1er Décembre 2012,

À partir de 9h00

à une journée d’information sur le projet d’implantation, à Salin de Giraud, d’une statue destinée à devenir le Mémorial national des travailleurs indochinois.

Travailleurs indochinois en Camargue – 1943


Salle Polyvalente de Salin de Giraud (Camargue)

Place des anciens combattants d’Algérie « Ancien cinéma »


Déroulement de la journée

9h00 – Ouverture de la salle, visite de l’exposition retraçant en photos et textes l’épopée des 20 000 travailleurs indochinois requis.

Animation vidéo projecteur et films d’archives

10h15 – Ouverture de la conférence débat par les membres de l’association M.O.I.

10h30 – Conférence débat avec Pierre DAUM, journaliste, auteur d’Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952 (Actes Sud 2009) ; Nicolas KOUKAS, conseiller municipal adjoint d’Hervé SCHIAVETTI, maire d’Arles, en charge du travail de mémoire ; et Louis SAYN URPAR, avocat, bâtonnier de l’ordre près du tribunal de grande instance de Tarascon.

12h00  Vin d’honneur offert par la mairie d’Arles.

12h30 – Repas au restaurant (les SALADELLES). Prix spécial M.O.I. 20€.

Réservation impérative au 04 42 86 83 87.

14h30 – Réouverture de la salle Polyvalente. Visite libre de l’exposition.

17h30 – Fin de la journée d’information.

Programme en ligne (MOI_Journée du 1er décembre 2012)

Information communiquée par Pierre Daum le 21 novembre 2012.

Conférences IAO-LARHRA : Les sociétés coloniales en Asie 1850-1950

[ndlr] Entre le 28 novembre 2012 et le 20 février 2013, l’IAO (Institut d’Asie Orientale) et le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) co-organisent un cycle de quatre conférences dans le cadre de l’agrégation sur les Sociétés coloniales. Avec la participation de Alain Delissen (EHESS), Vanessa Caru (CEIAS), Rémy Madinier (CASE) et Pierre Souyri (Inalco), voir affiche ci-dessous.

 

Rencontre à l’Espace Harmattan avec Nguyen Thanh Trung le 19/11/2012

Rencontre à l’Espace Harmattan avec Thanh Trung Nguyen autour de son ouvrage Vision de la femme dans la littérature du Sud-Vietnam à partir de 19h. Rencontre-signature le 19/11/2012. Espace Harmattan : 21 bis rue des Écoles (M° Maubert Mutualité), 75005, Paris, France. tél. 01 43 29 49 42.

Nguyen Thanh Trung, Vision de la femme dans la littérature du Sud-Vietnam (de 1858 à 1945), Paris, L’Harmattan, Études littéraires, 2012, 386 p.

Quelle est l’image sociale de la femme dans la société du Sud-Vietnam ? En s’appuyant sur les romans des écrivains du Sud, sur la littérature journalistique des années 30 ainsi que sur sa propre expérience d’enfant du Sud, l’auteur tente de démontrer que la femme vietnamienne était loin d’être douce, au foyer, soumise aux préceptes confucéens comme beaucoup l’ont affirmé. (présentation de l’éditeur).

Source : Editions L’Harmattan