Archives de catégorie : Conférences

Youn Dae Yeong : conférences à l’INALCO – 18 et 19 avril 2019

Annonce de deux conférences à l’INALCO du chercheur coréen Youn Dae Yeong. Affiche ci-dessous.

Événement d’actualité scientifique en études vietnamiennes

18-19 avril 2019

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) et l’IFRAE sont heureux de recevoir Youn Dae Yeong, historien de l’Université Sogang, qui prononcera deux conférences à l’Inalco :

1- « Entre Corée et Vietnam. Le rôle de Kim Yung-kun dans le développement des études asiatiques » (Jeudi 18 avril 2019. Salle 5.13. 11h30-12h30)

2- « Darwinisme social et modernisation. Le Vong Quốc Sử (L’histoire de la perte du Vietnam) de Phan Bội Châu et sa circulation en Asie » (Vendredi 19 avril 2019. Salle 5.13. 10h00-12h).

Illustration à la une : Phan Bội Châu, Việt Nam vong quốc sử (Saigon, Tao Dan, 1969).

Mers d’Asie du Sud-Est Coopérations, intégration et sécurité – Rencontre le Jeudi 28 Mars – Librairie Pedone

Annonce d’un présentation d’ouvrage à la Librairie Pédone (13 rue Soufflot, Paris 5e). Séance de présentation / signature.

Présentation par les auteurs

Jeudi 28 Mars à 18h30 – Librairie Pedone – 5e arr.

Partez à la découverte des mers du Sud-Est asiatique

Mers d’Asie du Sud-Est Coopérations, intégration et sécurité

co-dirigé par Nathalie Fau  (université Paris-Diderot) et Benoît de Tréglodé (IRSEM-Case)

L’Asie du Sud-Est, espace géopolitique majeur, est une région à dominante maritime : l’espace marin y dépasse en superficie celui
des terres émergées et sa situation exceptionnelle entre deux océans, Pacifique et Indien, lui confère un rôle central dans la circulation maritime mondiale. Loin d’être homogène et uniforme, cette étendue maritime se structure en sous-ensembles régionaux et l’ambition de ce livre est de prendre en compte cette diversité: il ne se focalise ainsi pas uniquement sur la mer de Chine méridionale mais traite également de la mer de Sulu-Sulawesi,
de Timor et d’Arafura, du Golfe du Tonkin, du détroit de Malacca ou encore du Triangle de Corail.

Mers et détroits ont toujours joué un rôle central et unificateur dans l’intégration spatiale de cette région. Mais l’intervention des puissances coloniales, et surtout la volonté des États après leur indépendance de protéger leur territoire national ont contribué à l’émergence de différends frontaliers territoriaux et maritimes. Si la mer cristallise ces tensions, elle n’en demeure pas moins au cœur d’enjeux politiques, économiques, sociétaux et environnementaux et de nombreuses initiatives de coopération ont été entreprises: exploration et exploitation pétrolières et gazières, pêche, recherche marine, sécurité maritime, protection de l’environnement, opérations de sauvetage et lutte contre la criminalité…

Les riches études réunies dans cet ouvrage mettent en évidence le caractère transnational des questions maritimes en Asie du Sud-Est, et croisent pour la première fois la dimension sécuritaire et le poids des coopérations régionales.

Nathalie Fau est maître de conférences à l’Université Paris-Diderot et chercheur au CESSMA.

Benoît de Tréglodé est directeur de recherche à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) et membre statutaire du Centre Asie du Sud-Est (CNRS/EHESS).

Événements Facebook

table ronde « Au coeur de l’archive coloniale » mercredi 20 mars (EHESS)

Annonce d’une table ronde à ne pas manquer.
Information transmise par Hélène Poitevin (CASE).

À l’occasion de la parution de l’ouvrage d’Ann Laura Stoler, une table ronde aura lieu le mercredi 20 mars 2019 à l’EHESS, avec :

  • Judith Revel (philosophe, université Paris-Nanterre)
  • Arlette Farge (historienne, CNRS)
  • Yann Potin (historien, université Paris XIII)
  • Étienne Anheim (historien, EHESS)
  • Ann Laura Stoler (historienne, New School for Social Research, New York, auteure d’Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, Éditions de l’EHESS, 2019)

Au cœur de l’archive coloniale, traduction de Along the Archival Grain : Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense (2009) entraîne le lecteur dans les méandres de la production archivistique des Indes néerlandaises du XIXe siècle. À partir des documents publics, des correspondances officielles et privées et des rapports des commissions, il livre une réflexion nuancée sur le contenu et la forme des archives en tant que dispositif de gouvernance coloniale. Cette ethnographie révèle les contradictions et les angoisses de l’empire, ainsi que les doutes de ses administrateurs. Elle jette un éclairage nouveau sur le rôle des sentiments auxquels le colon européen était aux prises, écartelé entre un État colonial lointain, gouvernant par-delà les frontières, au gré des débarquements des bateaux courrier, et ses liens tangibles avec la culture et la population locales.  

Ann Laura Stoler propose une méthode de (re)lecture des archives qui déconstruit les catégories et les affirmations établies, mais aussi la représentation de soi de l’État colonial. En mettant au jour la subversion politique contenue dans les sentiments, elle apporte une contribution décisive à l’historiographie contemporaine. 

Source : EHESS

Marie Gamonet : Laos – Les peintures murales des monastères

Annonce d’une conférence de Marie Gamonet. Information transmise par Hélène Poitevin (CASE).

Laos – Les peintures murales des monastères

Clefs pour lire les Jatakas et le Kalaket dans les versions propres à Luang Phrabang

Date : Jeudi 14 mars 2019 – 18:30

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands moulins 75013 Paris – Amphi 1 .
Métro « Bibliothèque François Mitterrand »

Marie Gamonet est historienne d’art et ancienne élève de l’Inalco. Elle a soutenu un mémoire à Paris IV sur les peintures murales du Reamker au palais royal de Phnom Penh. Ses recherches ont été publiées dans la Revue Péninsule.

Source : INALCO

Pourquoi et comment photographier la guerre ? Rencontre avec Yan Morvan

Annonce d’une rencontre à l’ENS de Lyon avec le photographe Yan Morvan.

PREFERENCE PHOTOGRAPHIE #28 : Yan Morvan

jeudi 28 février 2019

18h, salle D2-101 / site Descartes / ENS de Lyon

entrée libre

Pourquoi et comment photographier la guerre ?

Volonté d’informer, de participer au mouvement de l’histoire ? Comment raconter l’inracontable – les images d’horreur succèdent aux images d’horreur. La spectacularisation du monde par la télévision, la presse, Internet et l’information en temps réel ont entamé notre capital d’empathie et notre faculté à nous émouvoir du malheur des autres.

En 2004, avec une chambre photographique Deardorff 20 × 25, je commençais une série sur les lieux de batailles. Ces lieux racontaient-ils encore l’histoire ? Sans céder à l’émotion brute, je voulais m’adresser à la conscience, montrer par des paysages parfois anodins une « géographie » de la démence humaine. Je recherchais une autre manière de témoigner d’une réflexion sur l’image et de la réalité de la guerre. J’ai commencé à photographier les champs de bataille de France, les plages du débarquement, puis ceux de l’Europe, notre famille qui s’est si souvent déchirée. Certains sites sont dûment répertoriés, balisés, d’autres méritent un travail minutieux d’enquête et de localisation – certains États ne semblent pas désireux de commémorer les défaites ou bien sont amnésiques… ».

"La bataille de Morvan" – Film de Marc Roussel – Éditions Photosynthèses, Arles from Marco Zappone on Vimeo.

Yan Morvan est né en 1954. Il est photographe indépendant depuis 1988 et est reconnu comme l’un des plus grands spécialistes de la photographie de guerre. Il a publié Champs de bataille aux éditions Photosynthèses en 2015.