Archives de catégorie : Conférences

“Regards croisés sur la bataille de Dien Bien Phu” – Centre culturel du Viêt-Nam – Samedi 13 avril 2024

Evénement organisé par l’Ambassade du Viêt-Nam en France. Programme ci-dessous.

REGARDS CROISÉS SUR L’HISTOIRE ET LES MÉMOIRES DE LA BATAILLE DE ÐIỆN BIÊN PHỦ
Table ronde
Date : 16h30-19h

Samedi 13 avril 2024
Centre culturel du Vietnam
19, rue Albert, 75013 Paris

Discours d’accueil de Son Excellence Monsieur DINH Toan Thang, Ambassadeur du Vietnam en France

La bataille

Extraits audiovisuels : Delphine Robic-Diaz et Margaux Blondel
Table ronde avec Daniel Roussel et William Schilardi
Intermède artistique : Dao Thanh Huyen : lecture d’extraits de
témoignages vietnamiens
Extraits slamés de son roman Dien Bien Phu : Marc Alexandre
Oho Bambe, avec Caroline Bentz au piano

La mémoire

Extraits audiovisuels : Delphine Robic-Diaz
Table ronde avec Éric Coudray, Dao Thanh Huyen et Marc
Alexandre Oho Bambe

La paix

Extraits audiovisuels : Delphine Robic-Diaz
Table ronde avec William Schilardi
Conclusion artistique : Marc Alexandre Oho Bambe, avec
Caroline Bentz au piano



Caroline BENTZ, interprète et compositrice, est pianiste depuis son
enfance. Ses mélodies, qui enlacent tendresse et mélancolie, offrent un
refuge universel pour accueillir émotions, images et poèmes.

Margaux BLONDEL, chargée de médiation culturelle à l’Etablissement de communication et de production audiovisuelles de la Défense (Ecpad).

Éric COUDRAY, professeur agrégé d’histoire-géographie au Lycée Gabriel Fauré d’Annecy et docteur en histoire contemporaine de l’Université PaulValéry Montpellier 3, auteur d’une thèse sur l’histoire et les mémoires combattantes de la guerre d’Indochine (2022), à paraître en 2025.

DAO Thanh Huyen, journaliste indépendante, auteure de “Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de Bo Doi” (Éditions Nouveau Monde 2010, version abrégée de “Chuyện những người làm nên lịch sử – Hồi ức Điện Biên Phủ 1954-2009” (Nhà xuất bản chính trị quốc gia, 2009).

Pierre JOURNOUD, professeur d’histoire contemporaine à l’Université
Paul-Valéry Montpellier 3 et responsable du Diplôme universitaire
Tremplin pour le Vietnam, auteur de “Paroles de Dien Bien Phu. Les
survivants témoignent” (Tallandier, 3e édition 2021, traduction
vietnamienne 2024), et de “Dien Bien Phu. La fin d’un monde”
(Vendémiaire, 2019).

Marc Alexandre OHO BAMBE, écrivain-poète-slameur, auteur de Dien
Bien Phu (Sabine Wespieser éditeur, 2018) et de Poèmes de plein jour et
mantras, pour traverser la nuit, un recueil de poésie à paraître.

Delphine ROBIC-DIAZ, maîtresse de conférences en Études
cinématographiques à l’Université de Tours, auteure de La Guerre
d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire (PUR, 2015)

Daniel ROUSSEL, ancien correspondant de L’Humanité au Vietnam entre 1980 et 1986, réalisateur du documentaire “La bataille du tigre et du l’éléphant”.

William SCHILARDI, caporal tireur d’élite au 8e choc, tireur, présent à Dien Bien Phu pendant 5 mois et demi, de l’opération Castor à la fin de la bataille.

Conférence-débat : Vivre entre deux cultures – le défi des jeunes franco-vietnamiens

Déjà complet, un événement Fils Rouges organisé par l’AGEVP (Association Générale des Etudiant-es Vietnamiens de Paris). Présentation et programme ci-dessous.

CONFÉRENCE DÉBAT

Vivre entre deux cultures : le défi des jeunes franco-vietnamiens

Une baguette de pain dans la main et un bol de Phở dans l’autre… Comment la seconde génération d’enfants d’immigrés vietnamiens arrive-t-elle à s’approprier cette dualité ? Par quels moyens leurs aînés parviennent-ils à leur transmettre la culture du pays d’origine ?

« Vivre entre deux cultures » : tel est le défi identitaire auquel font face les jeunes franco-vietnamiens de nos jours.

C’est pour répondre à ces questions touchant à la communauté et à la transmission culturelle que Fils Rouges Vietnam vous invite à sa Table Ronde organisée dans le cadre des 60 ans de l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris (AGEVP).

— INTRODUCTION —

Liêm-Khê Luguern : historienne, chercheure affiliée à l’IRIS-EHESS et à l’Institut Convergences Migrations. Membre du conseil scientifique de l’exposition Immigrations est et sud-est asiatiques depuis 1860 récemment tenue au Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris.

— INVITÉ.ES —

Doan Bui : Journaliste à l’Obs et autrice des livres « Le silence de mon père » et la «Tour».

Olivier Dinh : Président de l’association humanitaire Duc Son Child.

Linda Nguon : autrice des podcasts sur Instagram Banh mi media, Banh Mi Food et du projet Humans of Chinatown.

Hoang Mai Nguyen Ton Nu : professeure de vietnamien et présidente de l’association humanitaire Ecole Sauvage.

Hao Nguyen : ancien président de l’AGEVP (2014-2018).

Tino Nguyen : ancien président de l’AGEVP (2018-2022).

— MODÉRATEUR —

François Guillemot : historien, spécialiste du Viet Nam contemporain, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Auteur de Dai Viet, indépendance et révolution au Vietnam, l’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Les Indes savantes, 2012), et de Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours (La Découverte, 2018).

— INFORMATIONS PRATIQUES —

Date : samedi 6 avril 2024
Horaires : de 14h30 à 17h00 (accueil dès 14h)
Lieu : Maison de la Vie Associative et Citoyenne du 13e arrondissement, 11 rue Caillaux, 75013 PARIS

— INSCRIPTION —

Conférence gratuite sur inscription obligatoire :
https://my.weezevent.com/vivre-entre-deux-cultures-le…
+++ PLACES LIMITEES +++ Attention COMPLET

Venez vous faire votre propre opinion !

— FILS ROUGES VIETNAM —

Fils Rouges Vietnam a pour premier objectif d’apporter aux jeunes, Vietnamiens ou non, des clés de compréhension sur les enjeux sociaux et économiques actuels du Vietnam et sa position géopolitique en Asie et dans le Monde, par le moyen de conférences et d’une revue de presse, toujours dans un esprit d’ouverture, de tolérance et de convivialité. 

Source :

Page Facebook de Fils Rouges Vietnam : https://www.facebook.com/events/939789424343282/

Sur le site de l’AGEVP : https://agevp60.com/index.php/2024/03/12/conference-fils-rouges-vietnam-2024/

Charles Keith: Subjects and Sojourners. A New History of Indochinese in France – 24 janvier 2024

Conférence à venir de Charles Keith, historien à l’Université de Michigan, Etats-Unis.

Résumé :

From the nineteenth century until decolonization, as European administrators, missionaries, and businessmen streamed into new colonies around Asia and Africa, colonial subjects traveled to Europe. This talk, based on my forthcoming book Subjects and Sojourners (University of California Press, 2024), explores how French colonial rule in Indochina extended Indochina’s colonial society into France. Perhaps two hundred thousand Indochinese sojourned in France between conquest in the 1850s and decolonization a century later. They came from all parts of colonial society, from ruling monarchs to the most marginal laborers. In France, they studied, labored, fought, and lived in contexts that, although still within the empire, were profoundly different from their places of origin. Their French sojourns were socially, culturally, and politically transformative. And when these sojourners returned to Indochina, virtually all parts of colonial society bore traces of their experiences abroad. Subjects and Sojourners shows, in short, that Indochina did not simply receive and refashion France in the colony: they went and lived it for themselves. 

Du XIXe siècle à la décolonisation, alors que les administrateurs, missionnaires et hommes d’affaires européens affluaient dans les nouvelles colonies d’Asie et d’Afrique, les sujets coloniaux voyageaient vers l’Europe. Cette conférence, basée sur mon livre Subjects and Sojourners (University of California Press, 2024), explore la manière dont le régime colonial français en Indochine a étendu la société coloniale de l’Indochine à la France. Environ deux cent mille Indochinois ont séjourné en France entre la conquête dans les années 1850 et la décolonisation un siècle plus tard. Ils venaient de tous les horizons de la société coloniale, des monarques régnants aux travailleurs les plus marginaux. En France, ils ont étudié, travaillé, combattu et vécu dans des contextes qui, bien que situés dans l’empire, étaient profondément différents de leurs lieux d’origine. Leurs séjours en France ont été socialement, culturellement et politiquement transformateurs. Et lorsque ces voyageurs sont rentrés en Indochine, pratiquement tous les secteurs de la société coloniale portaient les traces de leurs expériences à l’étranger. Subjects and Sojourners montre, en bref, que les Indochinois ne se sont pas contentés de recevoir et de refaçonné la France dans la colonie : ils sont allés la vivre pour eux-mêmes.


Charles Keith received his Ph.D. from Yale in 2008, and is Associate Professor of History at Michigan State University.  He is the author of Catholic Vietnam: A Church From Empire to Nation (University of California Press, 2012), which received the 2015 Harry J. Benda Book Prize (Association for Asian Studies), the 2013 Alf Andrew Heggoy Book Prize (French Colonial Historical Society), and the 2013 John Gilmary Shea Book Prize (American Catholic Historical Association). He served as co-editor in chief of the Journal of Vietnamese Studies from 2018-2022.

Wednesday, January 24, 2024
12:00 Noon
Room 203, Luce Hall
34 Hillhouse Avenue

Register on Zoom here>>


Source : https://cseas.yale.edu/IndochineseinFrance

Photographie “à la une” : Indo-Chinese at their favorite sport of Mua Kung or Chuc a Luc. Mesves Bulcy, Nievre, France.

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi / 26 oct-05 nov 2023 / Paimbœuf

Le réalisateur Pierre Michelon présentera son film lors d’une série de projections, rencontres, débats à Paimboeuf (44), près de Nantes, du 26 octobre au 5 novembre.

Programme :

SPECTRE productions
Entre-deux
Un film en train de se faire
Ville de Paimbœuf

Ont le plaisir de vous convier
au HANGAR, à Paimbœuf (44)
du 26 octobre au 5 novembre 2023
aux projections de

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi
Un film en Polyvision de Pierre Michelon

EN QUELQUES MOTS :

En 1930, un jeune communiste vietnamien nommé Trần Tử Yến (L’hirondelle) est condamné pour complot contre la sûreté de l’Etat et tentative de meurtre. Avec 537 autres camarades, il est déporté de « l’Indochine » vers les « établissements pénitenciers spéciaux » de l’Inini, une subdivision de la Guyane française. Il décède en 2001 à Cayenne, à l’âge de 93 ans, sans avoir revu son pays natal. Écrite à plusieurs mains, parlée à plusieurs voix, cette œuvre polyglotte (français / vietnamien / créole guyanais) présente l’unique témoignage audiovisuel de Trần Tử Yến, recueilli par la réalisatrice Geneviève Wiels en 1999.

Retranscrit en français et en vietnamien, le témoignage fragile de Trần Tử Yến nous ouvre à des paysages, des images et des passages. C’est peut-être la nuit, voire l’oubli (le titre est tiré d’une expression de Trần Tử Yến) mais des alliances se sont créées pour raconter son histoire, entre traductrices et historiennes, entre les condamnés et leurs geôliers, entre les filles guyanaises de Trần Tử Yến et leurs cousin·e·s du Việt Nam. Deux frères séparés par l’histoire se retrouvent par la langue et se regardent, c’est peut-être un miroir : il s’appelle Trần Tử Yến (L’hirondelle), il s’appelle Trần Tử Yên (La paix).

INFOS PRATIQUES :
Du 26 octobre au 05 novembre 2023
Le hangar / quai Sadi Carnot / Paimbœuf

projections tous les jours (sauf lundi) à 18h00 et 19h30
18h00 : première partie (75min)
19h30 : seconde partie (80min)
entrée libre

un film en polyvision de Pierre Michelon avec Trần Tử Yến et Trần Tử Yên, Josette Trần Tử Yến Muguette, Claudette et William Tran-Tu-Yen
Christèle Dedebant, Trần Phương Thảo, Maxime Bichon

réalisation des écrans : James Clochard
assistance artistique : Inès Miossec

RENCONTRES/ATELIERS :
(suivis des projections)

Le jeudi 26 octobre à 16h00, Le Hangar : rencontre avec l’historienne Christèle Dedebant

— « Destins croisés : que sont devenus les anciens forçats indochinois de Guyane/Inini ? »

Si Joseph Trần Tử Yến est resté sur « la terre du bagne », plusieurs de ses anciens compagnons d’infortune ont suivi des trajectoires différentes. Christèle Dedebant reviendra sur quelques-uns de ces destins ballotés par les soubresauts de l’histoire.

Le mercredi 1er novembre à 16h00, Le Hangar : atelier musical avec Thẩm Yến Linh

— (Auto)Radio Lointain

Partage pratique & exploration mélodique de l’intime – déracinement –
ré-enracinement – héritage musical.

Pourquoi utiliser l’outil Musique ? Parce que c’est tout aussi important que la cuisine sur l’échelle des choses que l’on se transmet en famille ou entre ami·e·s, en dehors du patrimoine matériel. Mais si tout le monde parle beaucoup de la cuisine, c’est sans doute parce qu’il est difficile de survivre sans nourriture ; cependant il n’est pas moins difficile de survivre sans air, qui est la première composante du son, et tout de suite après, de la musique.

Parce que c’est le lieu de passage et de transmission de la langue. Parce que ce sont des connections neurologiques particulières qui marquent la mémoire sensible sonore et qui portent des traces du « début ». Parce que la musique est un art qui se compose avec des temps et compose ainsi différemment avec « le » temps. Ce dernier peut emporter ou abîmer peintures, sculptures, architectures, tandis que la musique utilise un support fait d’un matériau différent pour perdurer à travers le temps, et ainsi se transporter dans des bagages qui ne se pèsent pas en kilos.

Le dimanche 5 novembre à 16h00, Le Hangar (exceptionnellement le 5/11, les projections se feront à 17h et 18h30) : rencontre avec Henri Copin

— D’autres échos historiques et linguistiques :
Entre 1900 et 1930 se forment au Việt Nam différents groupes de patriotes et nationalistes, revendiquant une modernisation politique et sociale autour de modèles japonais, français, ou chinois. Henri Copin évoquera cette évolution et son rapport avec la langue vietnamienne romanisée (Quốc ngữ).


PRÉSENTATION DES INVITÉ.E.S :

Christèle Dedebant est historienne, elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat à l’EHESS intitulée Les lumières de Zenâna : figures de proue de la condition féminine au Pakistan dans leur contexte historique. Elle est par ailleurs journaliste à GEO Magazine et GEO Histoire depuis 20 ans. Auteur du Voile et la Bannière, aux Editions du CNRS, 2003, elle est familière de la Guyane et de son histoire : « Je me suis intéressée aux “Annamites” exilés en Guyane à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’une partie de ma famille vit à Cayenne et à Saint-Laurent du Maroni. Pour GEO, j’ai eu l’occasion de réaliser de nombreux reportages in situ. Mais c’est à Paris que le destin s’est noué : j’y ai rencontré à l’occasion d’un dîner chez des amis une nièce de Trần Tử Yến, la veille de l’un de mes départs pour un énième reportage sur les orpailleurs illégaux. J’ai été immédiatement captée par cette histoire de colonisation transversale. J’ai rencontré à Cayenne Josette Trần Tử Yến, la fille du déporté politique, et j’ai été happée par le sujet »

Le livre de Christèle, Poulo Condore-Cayenne, les derniers déportés politiques de Guyane (titre provisoire), est à paraître (2024) aux éditions Actes Sud, collection Archives du colonialisme.

Thẩm Yến Linh : « Je m’appelle Yến Linh, je suis née à Hà Nội et j’ai grandi dans les Hauts-de-Seine. J’ai ainsi parlé et chanté en vietnamien avant de le faire en français.

J’ai plusieurs amours et pratiques : l’architecture, la scénographie, la menuiserie (ENSAPM, Lycée Léonard de Vinci, Ateliers Devineau), l’illustration (Paris 1 Sorbonne, techniques pastels, aquarelles et numériques, collaborations vidéos ou imprimées), la musique (Conservatoire de Vanves, chant, écriture, compositions, représentations), les activités associatives et collectives (Collectif Vietnam Dioxine, Collectif Paaf, Le Studio Jaune) et plus récemment le théâtre en tant que comédienne (SAIGON 2023-2024, de Caroline Guiela Nguyen, Compagnie des Hommes Approximatifs).

Grâce à ces différents medium, depuis 2015 je construis mon travail artistique autour de la question intime et politique de l’héritage, du déracinement, en l’occurence dans mon cas : le Việt Nam. J’exerce également une activité de traduction : c’est ainsi que j’ai rencontré le cinéaste Pierre Michelon à l’occasion de la transcription linguistique pour son film documentaire sur monsieur Yến (L’hirondelle). »

Henri Copin a vécu et travaillé au Việt Nam, au Cambodge et au Sénégal. Il vit à Nantes.

Auteur de nombreux ouvrages, articles, communications, consacrés à la représentation littéraire de l’Asie (pays de l’ex-Indochine) et de l’Afrique, en période coloniale ou post coloniale, à l’altérité, aux figures de l’Autre et de l’Ailleurs. Contribue à L’Encyclopédie de la Colonisation française, en cours de publication aux Indes Savantes. Professeur à l’Université permanente de Nantes, élu à l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

Pierre Michelon est né à Nantes en 1984. En observateur participant, il arpente les terrains d’une société oublieuse et aphasique. Sa réflexion est concentrée sur l’écriture, l’oralité et l’usage de l’Histoire. Ses récentes recherches l’ont conduit à réaliser des portraits de déporté·e·s politiques dans les bagnes coloniaux (Amara, Cinéma du réel, 2019, Histoire de la maladie, musée du Louvre, 2019). Elles se déclinent dans une variété de propositions : traductions, films, installations, performances-documentaires… Chacun de ces montages est conçu autour d’un processus de recherche, qui prend tantôt la forme d’enquêtes, d’entretiens, de dérives et d’associations multiples. Les paysages y deviennent des témoins. La démarche artistique de Pierre Michelon se tient à cet endroit, là où se produit un témoignage, là où se fabrique une communauté. Il est diplômé de École des Beaux-arts de Nantes (D.N.A.P.), de la Villa Arson à Nice (D.N.S.E.P.), de l’École des Beaux-arts de Paris (SACRe, doctorat de création).

Entre-deux est une structure de recherche engagée dans la production et la diffusion de l’art public contemporain sous toutes ses formes, éphémères et pérennes, interrogeant les enjeux du contemporain par rapport au réel sur le territoire de Nantes mais aussi élargi à la région des Pays de la Loire.
URL : www.entre-deux.org

Projection : Films vietnamiens – festival Cinéma du Réel – BULAC 29 mars 2023

La BULAC participe à la 45e édition du Cinéma du Réel. Projections et table ronde le mercredi 29 mars 2023.

Projection de film d’atelier, 18h

Visuel du film À qui appartient la terre ? (Doan Hông Lê, 2009)
« À qui appartient la terre ? » de Đoàn Hồng Lê, 2009, 55′

Synopsis. L’État vietnamien décide de moderniser et d’implanter de vastes complexes touristiques sur toute la zone côtière de la région agricole de Quảng Nam, obligeant les paysans à quitter leurs terres. Le film relate les réactions des habitants, dont la plupart ont participé à la lutte de libération pour l’Indépendance du Vietnam.


Table ronde, 19h

Quand le cinéma documentaire raconte l’histoire d’un pays

Cette table ronde proposera aux cinéastes ayant encadré ou participé aux ateliers Varan Vietnam de dialoguer avec des enseignants-chercheurs ayant pour terrain le Vietnam.

Les ateliers de cinéma documentaire lancés en 2004 à Hanoï par les Ateliers Varan ont permis à des étudiants et réalisateurs d’expérimenter pour la première fois le cinéma direct et surtout le son synchrone. Avec la volonté de donner la parole à des individus, des populations, des groupes ethniques invisibilisés de la société vietnamienne, les stagiaires plongent, caméra numérique en main, dans une société ouverte au capitalisme depuis peu. Tout en donnant à voir l’histoire de ces vingt dernières années au Vietnam, leurs films témoignent d’un rapport au monde en train de se transformer, et de l’urgence de le raconter. Les enseignants-chercheurs présents se feront l’écho de ces transformations.

Table ronde avec :

  • Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE ;
  • Sylvie Gadmer, cinéaste et co-fondatrice des Ateliers Varan Vietnam ;
  • Đoàn Hồng Lê, cinéaste ;
  • Thi Hai Nguyen, chargée de collections pour le domaine vietnamien à la BULAC, chercheuse associée au Centre Asie du Sud-est (EHESS/CNRS) ;
  • Trần Phương Thảo, cinéaste et productrice à Varan Vietnam ;

animée par Yves de Peretti, cinéaste et formateur aux Ateliers Varan


Projection de films d’atelier

 

« Dans le quartier de Thành Công, il y a le village de Thành Công » de Phan Thị Vàng Anh, 2004, 33′

Synopsis. Dans un vieux quartier de Hanoi, de nouveaux hauts-parleurs doivent être réparés et installés. Vàng Anh filme avec humour l’animation suscitée par cet événement et nous plonge au cœur des contradictions vietnamiennes.

« Lune sur la briqueterie » de Lê Thu Minh, 2020, 36′

Synopsis. Installées le long du fleuve Mékong depuis des siècles, les briqueteries de Mang Thít ont été un symbole de la prospérité économique du delta. Aujourd’hui, le dernier four traditionnel va s’éteindre définitivement.

Source : La BULAC fait son Cinéma du réel – édition 2023 | BULAC

Frédéric Roustan : Migrations trans-empires – le cas des karayuki-san, migrants japonais en Indochine française, 1880-1920 (23 mars 2023)

Annonce de la conférence en ligne de Frédéric Roustan, MCF à l’Université Lumière Lyon 2, diffusée dans le cadre des Conférences Eurasia.

Conférence Eurasia

En raison de la mobilisation sociale en cours, la conférence sera uniquement en distanciel.


Migrations trans-empires : le cas des karayuki-san, migrants japonais en Indochine française, 1880-1920

Frédéric Roustan

(Université Lumière Lyon 2/ Institut d’Asie Orientale de Lyon)

23 mars 2023, 18h – 20h

Résumé :

Venant se greffer aux circulations maritimes transrégionales de matières premières en expansion au début des années 1880, une relation migratoire contemporaine à la présence coloniale française se met en place entre l’Indochine et le Japon. Ainsi, parmi les flux humains reliant le territoire indochinois à l’espace Asie-Pacifique, celui des Japonais connait un âge d’or entre les années 1880 et 1920. Durant cette période, les ports indochinois sont progressivement intégrés aux routes et réseaux de transit des populations japonaises en Asie du Sud-Est, et deviennent à la fois des lieux de passage mais aussi de fixation de ces populations.

Cette migration, non organisée par les colons français mais par des acteurs japonais, est structurée entre les ports du Kyûshû environnant Nagasaki et les ports Indochinois via Hong Kong. Ce phénomène s’inscrit dans ce que l’historiographie japonaise qualifie de karayuki san, c’est-à-dire le plus important mouvement migratoire outre-mer au Japon entre la fin des années 1850 et la fin du XIXe siècle. La destination de ces flux, premièrement limités aux ports de Hong Kong et Shanghai, s’étend progressivement vers les principaux ports d’Asie du Sud-Est avant de concerner tout l’espace Asie-Pacifique. Si les hommes font partie de ce mouvement, il est essentiellement constitué de femmes, destinées à travailler comme prostituées dans les grandes villes portuaires de la région.

Ainsi, le premier objectif de cette présentation est de voir comment les ports d’Indochine s’insèrent dans un réseau spécifique de circulations maritimes à l’échelle régionale des karayuki san.  Nous présenterons ces réseaux, les différents acteurs qui interviennent dans cette mise en relation des espaces que ce soit les intermédiaires à la migration – en réfléchissant à leur implantation locale et transnationale-, les compagnies maritimes et les acteurs institutionnels de la colonie (législation, contrôle). Les ports indochinois jouent également un rôle d’interface dans la gestion de la population des prostituées japonaises mettant en relation le réseau maritime régional et le réseau redistribuant à l’échelle du territoire colonial ces populations dans les différentes villes et autres lieux de présences européennes de l’Union. 

Ensuite, le second enjeu est de présenter ces migrants japonais comme un élément des villes indochinoises, à la fois comme acteurs de la société coloniale en interaction avec les autres membres de cette société, et comme un élément des représentations culturelles et sociales de celle-ci.

Frédéric Roustan est Maitre de conférences en histoire contemporaine de l’Asie à l’Université Lumière Lyon 2 et chercheur à l’IAO. Ses recherches portent sur les représentations, interactions et connections entre les sociétés modernes et contemporaines du Japon et de l’Asie du Sud-Est au regard des migrations, notamment en considérant la notion de métissage au Japon.


Illustration “à la une” : Karayuki-san, Japanese Women in Saigon 1903. Source : saigoncholon.blogspot.com

Bui Trân Phuong : Les femmes dans l’histoire du Việt Nam : regard d’une historienne – Collège de France – 9 mars 2023

A ne pas manquer en présentiel ou en ligne.

Ce jeudi 9 mars à 18H, l’historienne du genre et du féminisme au Vietnam,  BÙI TRÂN Phượng fera sa leçon inaugurale au Collège de France sur le thème

Les femmes dans l’histoire du Việt Nam : regard d’une historienne

Elle est invitée à la chaire annuelle des Mondes francophones par Anne Cheng, sinologue titulaire de la chaire « Histoire intellectuelle de la Chine » au Collège de France.

S’en suivra une série de cours le lundi de 11H à 12h de début mars à début juin (voir programme ci joint).

Femmes vietnamiennes : Pouvoirs, cultures et identités plurielles

Première historienne vietnamienne spécialiste de l’histoire des femmes et du genre, Bùi Trân Phượng a aussi fait des recherches sur l’histoire culturelle et des élites.  Elle a été étudiante à Paris 7 (elle y a fait sa maîtrise en sous la direction de Daniel Hemery) et a soutenu sa thèse  à l’Université de Lyon 2, sous la direction de Françoise Thébaud (Viêt Nam 1920-1945, genre et modernité). Elle a été rectrice  de l’Université Hoa Sen (Lotus) à Ho Chi Minh ville de 1999 à 2016. Elle a été professeure invitée à GHES au département d’histoire  en 2010.


INVITATION – Leçon inaugurale

Les femmes dans l’histoire du Vietnam : 

regard d’une historienne

BÙI TRÂN Phượng

Professeure invitée sur la chaire Mondes francophones

En partenariat avec l’Agence universitaire de la Francophonie

Le jeudi 9 mars à 18h

Amphithéâtre Marguerite de Navarre

Collège de France, 11 place Marcelin-Berthelot — 75 005 Paris

RER B et Ligne 4 Saint Michel Notre Dame, Ligne 10 Cluny la Sorbonne, Bus 63 et 86 Collège de France

Les cours, accessibles à tous dans la limite des places disponibles

                      En ligne sur la chaîne du Collège de France :