Archives de catégorie : Conférences

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia » – 30/01/2020

La mémoire du génocide vue du Cambodge.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia »

Date : Jeudi 30 janvier 2020 – 18:30 – 21:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Auditorium

En présence de la réalisatrice Anne Yvonne Guillou.

Intervenants : Michel Antelme et Alexandra De Mersan.

Documentaire écrit et réalisé par :

Anne Yvonne Guillou et Jean Mathis

Film de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages).

Coproduction CNRS/CASE – PCRD/SEATIDE – ERC/Corpses of Mass Violence Programm – GIZ, 2017.

Description:

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge,- une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chercheuse au CNRS (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, CNRS-Université Paris Nanterre). Elle a une triple formation de sociologue, d’anthropologue et d’orientaliste. Elle a d’abord effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (à partir de 1990). Depuis une quinzaine d’années, elle travaille sur les processus de constructions des mémoires collectives, en particulier celles du régime khmer rouge, ainsi que sur le système religieux khmer. Ses enquêtes ethnographiques villageoises ont été menées en particulier – mais non exclusivement – dans la province de Pursat.

Source : INALCO

AFRASE : Appel à communication – Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Appel à communication de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) pour ses prochaines rencontres de Janvier 2020.

Appel à communication

Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est Rencontres de l’Afrase, 24 janvier 2020, Salons de l’EFEO, Paris

Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, la famille – au sens de groupe de parenté – demeure le premier espace de sociabilité et la principale ressource d’entraide des personnes. Parfois tentaculaires, les réseaux de parents participent voire encadrent les hiérarchies sociales, la structuration des territoires et les systèmes économiques. La famille sud-est asiatique dépasse en effet les limites de la filiation et de l’alliance réelles en reconnaissant de nombreuses formes de parenté symbolique. Le modèle individualiste libéral progresse en Asie du Sud-Est et tend à souligner les contraintes que l’adhésion à cette collectivité peut faire peser sur les personnes. Cependant la famille conserve une valeur positive, espace privilégié de l’affection, de la confiance et de la protection. Les individus peuvent s’y accomplir en se revendiquant de son identité et en s’impliquant dans sa perpétuation. Les limites à la liberté individuelle induites par les logiques d’appartenances sont ainsi compensées par les opportunités sociales permises par la logique d’entraide dans la collectivité. Les évolutions parfois brutales et l’instabilité politique de certaines des sociétés d’Asie du Sud-Est ont d’ailleurs tendance à renforcer le recours aux logiques familiales en tant qu’elles seraient des instruments de résilience des communautés. Contraintes à la séparation du fait des nombreux types de migrations pratiquées par les sociétés sud-est asiatiques, les familles se sont parfois construites en tant qu’entités transnationales : elles témoignent aujourd’hui de l’existence de multiples relations entre les identités régionales et internationales.

Les chercheurs ont démontré la nécessité de comprendre les structures familiales pour envisager d’étudier les sociétés sud-est asiatiques. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de ne pas distinguer sphères publiques et privées mais de considérer un même espace social hiérarchisé par les relations de parenté et de parentalité. Ils ont cherché à recueillir les récits généalogiques ou les biographies familiales. Ce faisant, ils se sont confrontés aux stratégies d’évitement mis en place par leurs informateurs. Car si la référence au milieu familial est permanente, la description de ce milieu fait parfois l’objet d’un tabou. Nombre d’individus souhaitent en effet conserver cachées leurs histoires de famille. Certains ignorent, volontairement ou involontairement, d’autres dissimulent ces récits. Tous mettent en évidence les ruptures dans la chaîne de transmission généalogique et valorisent alors la mémoire familiale comme une donnée majeure de leur identité.

L’objet des Rencontres de l’Afrase 2020 est donc de considérer comment les individus expriment leurs relations à leurs parents et au groupe qui les réunit, quelle que soit la nature de la famille ainsi considérée : famille réelle, famille étendue, famille reconstruite ou famille imaginée. Nous nous intéressons à la manière dont on parle de la notion de famille, comment on raconte l’histoire de sa parenté et comment on construit son récit biographique par rapport au groupe en Asie du Sud-Est. On s’interroge alors sur les logiques de conservation, de transmission, de dévoilement ou bien de dissimulation du savoir familial et de ses ressources ainsi qu’aux usages que les descendants font de celles-ci.

Les supports de ces récits et leur mode de transmission sont multiples : on s’intéresse en particulier aux conditions de la transmission du savoir généalogique à travers l’oralité, mais également à la production de textes manuscrits, typographiés, imprimés, de dessins ou d’œuvres d’art, comme à la production de témoignages photographiques et filmés voire de documentaires qui peuvent mettre en lumière le patrimoine familial. L’emploi généralisé des médias et réseaux sociaux dans les sociétés asiatiques nous intéressent particulièrement. Nous souhaitons notamment aborder la nature transnationale des familles sud-est asiatiques à travers les thèmes de la reconstitution des groupes de parents, de la communication et des échanges à échelle internationale. On s’intéresse enfin à l’expression de l’absence, de la perte ou de la rupture avec la famille dans le récit biographique et à leurs conséquences dans la représentation de la collectivité.  

L’Afrase propose à tous de participer à ces Rencontres. Cette participation peut prendre la forme d’une communication, d’une exposition commentée, d’une représentation ou d’un visionnage. L’Afrase invite tous ceux qui souhaitent participer à se signaler avant le 15/12/2020 à :

marie.aberdam@hotmail.fr

Quelques références indicatives

  • Collectif, La fabrique de l’hérédité en politique, Critique internationale, 2016/4, n°73, 192 p.
  • Collectif, Parenté, alliance et filiation, Péninsule, 2011/1, n°62, 218 p.
  • Collectif, Auto-biographie, ethno-biographie, L’Homme, 2010, n°195-196, 583 p.
  • Anglè, Valérie, Justine Romolacci, (dir.), Paysages biographiques du migrant asiatique, Moussons n°26, 2015/2, 178 p.
  • Berman, Laine, Speaking through the Silence, Narratives, Social Conventions and Power in Java, New York, Oxford University Press, 1998, 256 p. 
  • Condominas, Georges, « Aînés, anciens et ancêtres en Asie du Sud-Est, entretien avec Georges Condominas », Communication, 1983, n°37, pp. 55-67.

Illustration « à la une » : famille vietnamienne dans les années cinquante, source : Gia đình Việt ngày ấy – bây giờ © Afamily

Nguyen Quoc-Thanh : La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est

[ndlr] Une séance de séminaire à ne pas manquer.

Vendredi 8 novembre 2019 de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

« La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est »

Quoc-Thanh Nguyen, chercheuse associée à l’IAO

Résumé : La culture maritime vietnamienne actuelle porte l’empreinte des plus importants courants culturels qui ont traversé le Vietnam les siècles passés. De nos jours, les cultes célébrés par les pêcheurs sont également marqués par ces courants. Animisme, Bouddhisme, Hindouisme voire Islam, les croyances des pêcheurs vietnamiens embrassent divers horizons et, en retour, ces dernières les enrichissent et les singularisent de la population de l’hinterland. Alors que le Vietnam tout entier se tourne aujourd’hui vers la modernité, les pêcheurs résistent, entretiennent et protègent leurs croyances séculaires : ainsi chez eux subsistent des pratiques oubliées par beaucoup de Vietnamiens.

Source : IAO

Exposition et table ronde : Amérasiens, honteux de vivre – les enfants métis de la guerre du Vietnam – 16 mai 2019

[ndlr] Annonce d’un événement culturel autour des métis d’Indochine.

Exposition photographique du 16 mai au 30 juin 2019

Table ronde le 16 mai à 19h suivie du vernissage

Hall de la Bibliothèque des Grands Moulins

Le photographe Rémy Gastambide est né en pleine guerre du Vietnam de l’union d’une femme vietnamienne et d’un soldat afro-américain. Au cours des années 90,  lors de voyages entre le Vietnam et les États-Unis, il s’est aventuré sur les traces des autres “enfants de la honte”. Ses photographies explorent la condition douloureuse de milliers de jeunes métis, traités par la société vietnamienne comme de véritables parias.

Dans un contexte d’investissement mémoriel, l’affrontement franco-indochinois semble avoir été oublié. Ces mémoires éclatées, conflictuelles, proviennent d’expériences historiques ancrées dans un contexte de guerre froide et de décolonisation. Les unions dont sont issus les ressortissants concernés sont, dans la grande majorité des cas, postérieures à 1940. Le phénomène concerne non seulement la métropole et les départements antillais, mais encore toutes les nations de l’ancien empire colonial, en raison de la forte présence de soldats dit «coloniaux» au sein de l’armée française pendant la guerre d’Indochine.

Le 16 mai, nous vous invitons à une table ronde : « Le métissage en situation coloniale et post-coloniale ». Dominique Rolland, anthropologue, enseignante à l’INALCO, animera cette rencontre avec des intervenants issus des milieux littéraire, universitaire et associatif : Philippe Franchini, écrivain ; Stéphane Ly Cuong, réalisateur ; Pierre Brocheux, historien.

  • Le court-métrage “Allée des jasmins” de Stéphane Ly Cuong sera projeté en séance.

La table ronde sera suivie d’un vernissage en présence de Rémy Gastambide.

L’exposition et la table ronde font partie du festival pluridisciplinaire Mémoires métisses d’Indochine,  qui prend place dans le 13e arrondissement, sous le signe du dialogue et de la rencontre. La première partie s’est déroulée au centre d’animation René Goscinny, les 12 et 13 avril. Trois étudiants en Master 2 Sociologie et Anthropologie, spécialité  Politiques culturelles, organisent l’événement : Marion Bourzeau, Laurène Colin, Louis Piat. Ils ont fondé l’association Explorateurs de mémoires.

En savoir plus sur le festival et l’association Explorateurs de Mémoires.

Source : Blog SCD Paris Diderot

Youn Dae Yeong : conférences à l’INALCO – 18 et 19 avril 2019

Annonce de deux conférences à l’INALCO du chercheur coréen Youn Dae Yeong. Affiche ci-dessous.

Événement d’actualité scientifique en études vietnamiennes

18-19 avril 2019

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) et l’IFRAE sont heureux de recevoir Youn Dae Yeong, historien de l’Université Sogang, qui prononcera deux conférences à l’Inalco :

1- « Entre Corée et Vietnam. Le rôle de Kim Yung-kun dans le développement des études asiatiques » (Jeudi 18 avril 2019. Salle 5.13. 11h30-12h30)

2- « Darwinisme social et modernisation. Le Vong Quốc Sử (L’histoire de la perte du Vietnam) de Phan Bội Châu et sa circulation en Asie » (Vendredi 19 avril 2019. Salle 5.13. 10h00-12h).

Illustration à la une : Phan Bội Châu, Việt Nam vong quốc sử (Saigon, Tao Dan, 1969).