Archives de catégorie : Conférences

Myanmar Crisis: Challenges and Hopes for a Way Forward (21th July 2021)

The Research Institute for Contemporary Southeast Asia – (Irasec) and the  Regional Center for Social Science and  Sustainable Development (RCSD), Chiang Mai University, invite you to the joint virtual debate on:

Myanmar Crisis:
Challenges and Hopes for a Way Forward

21th July 2021, 5 to 7 PM (Bangkok Time), on Zoom
https://cmu-th.zoom.us/j/99791942421
 
With Aurore Candier (Irasec), May Oo Mutraw (CMU),
Rémi Nguyen (Irasec) and Min Zin (CMU)
Opening by Christian Lechervy, Ambassador of France in Myanmar
A panel discussion led by Carol Isoux, Journalist

Coorganized by
Claire Thi Lien Tran, director of the Research Institute for Contemporary Southeast Asia (Irasec) and Chayan Vaddhanaphuti, director of the Regional Center for Social Science and Sustainable Development (RCSD), Chiang Mai University in partnership with the Institut français de Birmanie

Please find here below the link to the flyer (click on the picture) and do not hesitate to spread it in your networks.

Source : https://www.irasec.com/

Nguyễn Nhã – Publications au Sud du Vietnam / Ngành xuất bản ở miền Nam Việt Nam : 1954-1975

Une nouvelle vidéo du cycle de conférences-débats organisé par le centre de l’EFEO de Hô Chi Minh-Ville est disponible sur la chaîne Youtube de l’École : 

Nguyễn Nhã, « Toàn cảnh về ngành xuất bản trong lĩnh vực khoa học xã hội ở miền Nam Việt Nam 1954 – 1975 » 

[Aperçu de la presse, des éditions et publications en sciences sociales au Sud du Vietnam : 1954 – 1975]

8 octobre 2020 / Ngày 8 tháng 10 năm 2020. Vidéo en vietnamien sous-titrée en français.   

Cette vidéo prend place dans la liste des vidéos de conférences-débats déjà disponibles sur la chaîne Youtube de l’Ecole. 

————- 

Kính gửi các đồng nghiệp và các bằng hữu, 

Tôi rất vui mừng thông báo với các bạn rằng một video mới trong chuỗi tọa đàm do trung tâm EFEO tại Thành phố Hồ Chí Minh tổ chức đã có mặt trên kênh Youtube của Viện: 

Nguyễn Nhã, « Toàn cảnh về ngành xuất bản trong lĩnh vực khoa học xã hội ở miền Nam Việt Nam 1954 – 1975 » [Aperçu da la presse, des éditions et publications en sciences sociales au Sud du Vietnam : 1954 – 1975], 8 octobre 2020 / Ngày 8 tháng 10 năm 2020.  Video bằng tiếng Việt với phụ đề tiếng Pháp.

URL : https://youtu.be/QWWIPrs0I_c

Video này nằm trong danh sách các video về tọa đàm hiện có trên kênh Youtube của Viện. 

Trân trọng, 

Olivier Tessier (EFEO – Hô Chi Minh-Ville).

Saigon Social Science Hub – Tales of three National liberation fronts: oral histories of the wars in Indochina, Algeria and Vietnam (3 FÉVRIER 2021)

Annonce de la 3e conférence du Saigon Social Science Hub à Hô Chi Minh-Ville. Présentation du programme ci-dessous.

Page Facebook du SSSH : https://www.facebook.com/pages/category/School/Saigon-Social-Sciences-Hub-SSSH-101791245106715/


Les prochains événements :

3 février 2021 : Tales of three National liberation fronts: oral histories of the wars in Indochina, Algeria and Vietnam
23 février 2021 : Printing and Editing networks in the Mekong delta during the colonial period (1907-1945).

Contact :
Olivier Tessier, responsable de l’antenne EFEO à Hồ Chí Minh ville.

VIÊT NAM : l’histoire politique des deux Guerres 1858-1954 et 1945-1975 (Nguyễn Ngọc Châu)

Pour revoir le webinaire autour de l’ouvrage de Nguyên Ngoc Châu, organisé par le MCFV (Mouvement des Citoyens Français d’origine Vietnamienne). Discussion modérée par Louis Raymond avec les interventions des historiens François Guillemot (IR CNRS, IAO) et Pascal Bourdeaux (MCF EPHE, GRSL).


Webinaire du MCFV du 14-11-2020 : dialogue sur l’histoire politique des deux guerres du Viet Nam entre l’auteur NGUYEN NGOC Châu et le journaliste Louis RAYMOND

Source : MCFV. URL : http://www.mcfv.eu/webinaire-du-mcfv-du-14-11-2020-dialogue-sur-lhistoire-politique-des-deux-guerres-du-viet-nam-entre-lauteur-nguyen-ngoc-chau-et-le-journaliste-louis-raymond/

Décolonisations : des héros méconnus ? 14/10/2020

[ndlr] Annonce d’une conférence / débat au Palais de la Porte Dorée à Paris.

Fidèle à son objectif de diffusion des connaissances, le Musée national de l’histoire de l’immigration propose, avec ses partenaires, un cycle de rencontres débats dédié aux réalités migratoires et aux thèmes d’actualité.

Comment écrire une histoire des décolonisations prenant le contre-pied de l’histoire dominante, officielle, émanant des anciens pays colonisateurs ? Telle est la question à laquelle Karim Miské, Pierre Singaravélou et Marc Ball ont répondu dans une série documentaire et un livre éponyme paru en septembre en coédition entre Arte et le Seuil : Décolonisations.

De l’Inde au Congo, en passant par le Vietnam ou le Sénégal, l’histoire écrite du point de vue des colonisés est traversée de nombreuses figures connues ou méconnues qui ont incarné la résistance de leurs peuples et porté leurs combats pour la libération.

Cette rencontre permet d’interroger la nature même des décolonisations. Se limitent-elles à une période historique marquant la fin des Empires européens ? N’ont-elles pas commencé au premier jour de la colonisation ? En finit-on jamais de décoloniser l’histoire ? Que partageons-nous aujourd’hui de cet héritage ?

  • En partenariat avec Arte.
  • Avec Pierre Singaravélou, historien, Karim Miské, écrivain et réalisateur, et Marc Ball, réalisateur, tous trois co-auteurs de Décolonisations, Paris, Arte éditions, 2020. 
  • Rencontre animée par Anaïs Kien, journaliste (France Culture).

Source : Musée National de l’Histoire de l’Immigration

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia » – 30/01/2020

La mémoire du génocide vue du Cambodge.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia »

Date : Jeudi 30 janvier 2020 – 18:30 – 21:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Auditorium

En présence de la réalisatrice Anne Yvonne Guillou.

Intervenants : Michel Antelme et Alexandra De Mersan.

Documentaire écrit et réalisé par :

Anne Yvonne Guillou et Jean Mathis

Film de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages).

Coproduction CNRS/CASE – PCRD/SEATIDE – ERC/Corpses of Mass Violence Programm – GIZ, 2017.

Description:

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge,- une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chercheuse au CNRS (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, CNRS-Université Paris Nanterre). Elle a une triple formation de sociologue, d’anthropologue et d’orientaliste. Elle a d’abord effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (à partir de 1990). Depuis une quinzaine d’années, elle travaille sur les processus de constructions des mémoires collectives, en particulier celles du régime khmer rouge, ainsi que sur le système religieux khmer. Ses enquêtes ethnographiques villageoises ont été menées en particulier – mais non exclusivement – dans la province de Pursat.

Source : INALCO

AFRASE : Appel à communication – Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Appel à communication de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) pour ses prochaines rencontres de Janvier 2020.

Appel à communication

Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est Rencontres de l’Afrase, 24 janvier 2020, Salons de l’EFEO, Paris

Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, la famille – au sens de groupe de parenté – demeure le premier espace de sociabilité et la principale ressource d’entraide des personnes. Parfois tentaculaires, les réseaux de parents participent voire encadrent les hiérarchies sociales, la structuration des territoires et les systèmes économiques. La famille sud-est asiatique dépasse en effet les limites de la filiation et de l’alliance réelles en reconnaissant de nombreuses formes de parenté symbolique. Le modèle individualiste libéral progresse en Asie du Sud-Est et tend à souligner les contraintes que l’adhésion à cette collectivité peut faire peser sur les personnes. Cependant la famille conserve une valeur positive, espace privilégié de l’affection, de la confiance et de la protection. Les individus peuvent s’y accomplir en se revendiquant de son identité et en s’impliquant dans sa perpétuation. Les limites à la liberté individuelle induites par les logiques d’appartenances sont ainsi compensées par les opportunités sociales permises par la logique d’entraide dans la collectivité. Les évolutions parfois brutales et l’instabilité politique de certaines des sociétés d’Asie du Sud-Est ont d’ailleurs tendance à renforcer le recours aux logiques familiales en tant qu’elles seraient des instruments de résilience des communautés. Contraintes à la séparation du fait des nombreux types de migrations pratiquées par les sociétés sud-est asiatiques, les familles se sont parfois construites en tant qu’entités transnationales : elles témoignent aujourd’hui de l’existence de multiples relations entre les identités régionales et internationales.

Les chercheurs ont démontré la nécessité de comprendre les structures familiales pour envisager d’étudier les sociétés sud-est asiatiques. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de ne pas distinguer sphères publiques et privées mais de considérer un même espace social hiérarchisé par les relations de parenté et de parentalité. Ils ont cherché à recueillir les récits généalogiques ou les biographies familiales. Ce faisant, ils se sont confrontés aux stratégies d’évitement mis en place par leurs informateurs. Car si la référence au milieu familial est permanente, la description de ce milieu fait parfois l’objet d’un tabou. Nombre d’individus souhaitent en effet conserver cachées leurs histoires de famille. Certains ignorent, volontairement ou involontairement, d’autres dissimulent ces récits. Tous mettent en évidence les ruptures dans la chaîne de transmission généalogique et valorisent alors la mémoire familiale comme une donnée majeure de leur identité.

L’objet des Rencontres de l’Afrase 2020 est donc de considérer comment les individus expriment leurs relations à leurs parents et au groupe qui les réunit, quelle que soit la nature de la famille ainsi considérée : famille réelle, famille étendue, famille reconstruite ou famille imaginée. Nous nous intéressons à la manière dont on parle de la notion de famille, comment on raconte l’histoire de sa parenté et comment on construit son récit biographique par rapport au groupe en Asie du Sud-Est. On s’interroge alors sur les logiques de conservation, de transmission, de dévoilement ou bien de dissimulation du savoir familial et de ses ressources ainsi qu’aux usages que les descendants font de celles-ci.

Les supports de ces récits et leur mode de transmission sont multiples : on s’intéresse en particulier aux conditions de la transmission du savoir généalogique à travers l’oralité, mais également à la production de textes manuscrits, typographiés, imprimés, de dessins ou d’œuvres d’art, comme à la production de témoignages photographiques et filmés voire de documentaires qui peuvent mettre en lumière le patrimoine familial. L’emploi généralisé des médias et réseaux sociaux dans les sociétés asiatiques nous intéressent particulièrement. Nous souhaitons notamment aborder la nature transnationale des familles sud-est asiatiques à travers les thèmes de la reconstitution des groupes de parents, de la communication et des échanges à échelle internationale. On s’intéresse enfin à l’expression de l’absence, de la perte ou de la rupture avec la famille dans le récit biographique et à leurs conséquences dans la représentation de la collectivité.  

L’Afrase propose à tous de participer à ces Rencontres. Cette participation peut prendre la forme d’une communication, d’une exposition commentée, d’une représentation ou d’un visionnage. L’Afrase invite tous ceux qui souhaitent participer à se signaler avant le 15/12/2020 à :

marie.aberdam@hotmail.fr

Quelques références indicatives

  • Collectif, La fabrique de l’hérédité en politique, Critique internationale, 2016/4, n°73, 192 p.
  • Collectif, Parenté, alliance et filiation, Péninsule, 2011/1, n°62, 218 p.
  • Collectif, Auto-biographie, ethno-biographie, L’Homme, 2010, n°195-196, 583 p.
  • Anglè, Valérie, Justine Romolacci, (dir.), Paysages biographiques du migrant asiatique, Moussons n°26, 2015/2, 178 p.
  • Berman, Laine, Speaking through the Silence, Narratives, Social Conventions and Power in Java, New York, Oxford University Press, 1998, 256 p. 
  • Condominas, Georges, « Aînés, anciens et ancêtres en Asie du Sud-Est, entretien avec Georges Condominas », Communication, 1983, n°37, pp. 55-67.

Illustration « à la une » : famille vietnamienne dans les années cinquante, source : Gia đình Việt ngày ấy – bây giờ © Afamily