Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Indochine, une guerre japonaise – Film documentaire de Philippe Fréling (2020)

Diffusion le 1er septembre 2020 sur la chaîne Histoire TV et rediffusion le 6 septembre à 17h15, le 8 septembre à 22h55, le 13 septembre à 06h25 et le 18 septembre à 00h15. Un film documentaire de Philippe Fréling en deux parties, co-production de Kami Productions et ECPAD. Synopsis ci-dessous :

Cette mini-série documentaire en 2 épisodes met en lumière un fait méconnu de l’histoire de la guerre d’Indochine. Si ce combat entre un peuple colonisé et son colonisateur a vu s’affronter, de 1946 à 1954, Vietnamiens et Français, c’est bien l’action d’un troisième protagoniste – le Japon – qui en a favorisé le déclenchement.

Le premier épisode, Le loup dans la bergerie, montre comment entre 1940 et 1942, les Japonais se sont servis de l’Indochine vichyste pour se lancer, au lendemain de l’attaque de Pearl Harbour, à la conquête de l’Asie du sud-est.

Le second épisode, La terre brûlée, raconte comment les Japonais, constatant que la guerre tourne en leur défaveur, en sont venus à prendre possession de l’Indochine pour y installer un régime de terreur et ruiner tout l’édifice colonial français.

Le Viet Minh, mouvement nationaliste d’obédience communiste, se renforce alors dans sa lutte pour l’indépendance du Vietnam. Après la capitulation japonaise, les Français ne parvenant pas à reprendre pied dans ce qui fut « la perle » de leur empire, Ho Chi Minh appelle au soulèvement populaire : la guerre d’Indochine commence.

Source :  ECPAD

Mer de Chine méridionale : Défis et opportunités… [colloque 27/02/2020]

[ndlr] Nouveau colloque sur la Mer de Chine méridionale.

Mer de Chine méridionale : Défis et opportunités pour la France et le Viêt Nam, les États riverains et les puissances de l’Indo-Pacifique

Colloque international du jeudi 27 février 2020

La recrudescence des tensions régionales en mer de Chine méridionale depuis l’été 2019, sur fond de rivalité croissante entre les États-Unis et la République Populaire de Chine, impose un nouveau bilan des enjeux politiques, militaires, juridiques, économiques, environnementaux, scientifiques et culturels de cet espace maritime âprement disputé, ainsi qu’une réévaluation de sa situation stratégique. Pour mieux comprendre les ressorts des tensions, valoriser les facteurs de coopération, et partager des analyses actualisées, les groupes d’amitié France-Viêt Nam de l’Assemblée nationale et du Sénat, avec le concours de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, organisent un colloque scientifique le jeudi 27 février. Les intervenants français et vietnamiens des deux premières tables rondes matinales, accueillies à l’Assemblée nationale, analyseront les aspects juridiques et politico-stratégiques des tensions régionales et internationales suscitées par les revendications territoriales et les diverses activités des parties au conflit en mer de Chine méridionale. Ils s’interrogeront aussi sur le rôle passé et à venir de la France et de l’Europe. Les deux tables rondes suivantes, réunies au Palais du Luxembourg, permettront de mieux comprendre les potentialités économiques, scientifiques, environnementales et culturelles de la mer de Chine méridionale pour les États riverains et plus particulièrement pour le Viêt Nam.

Inscriptions préalables obligatoires:

Coordinateur scientifique : Pierre JOURNOUD, Professeur d’histoire contemporaine et coordinateur Viêt Nam-Cambodge-Laos à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 : pierre.journoud@univ-montp3.fr

Matinée à l’Assemblée nationale, 126 Rue de l’Université, salle Colbert, 8h15-12h45

FRANCE – VIET NAM : LE DEVELOPPEMENT PACIFIQUE DE LA COOPERATION MARITIME INTERNATIONALE EN ZONE INDO-PACIFIQUE

Sous le patronage de Stéphanie Do, Députée et Présidente du Groupe d’amitié France- Viêt Nam à l’Assemblée nationale

Invité d’honneur : S.E.M. NGUYEN Thiêp, Ambassadeur du Viêt Nam en France

8h15  Accueil des participants  
9h00-9h45 : Introduction  La France, le Viêt Nam et la mer de Chine méridionale : Bilan et retours d’expérience  
9h00  Stéphanie DO (Députée de Seine-et-Marne et Présidente du Groupe d’amitié France-Viêt Nam) et S.E.M. NGUYEN Thiêp (Ambassadeur du Viêt Nam en France) Quelles sont les relations diplomatiques entre la France et le Viêt Nam ?
9h35  Emmanuelle FONTAINE-DOMEIZEL (Députée des Alpes-de-Haute-Provence) et Marguerite DEPREZ-AUDEBERT (Députée du Pas-de-Calais) Retour d’expérience sur le déplacement du Groupe d’amitié au Viêt Nam en juillet 2019

9h45-12h15 : Les enjeux géostratégiques et juridiques de la MCM pour les riverains et les puissances, entre tensions et coopérations

9h45-11h00 : 1re Table ronde sur le débat juridique sous la Présidence du Dr. Barthélémy COURMONT (Université Catholique de Lille)  
9h45-10h00  Monique CHEMILLER-GENDREAU (Université Paris-Diderot) L’état du droit international en matière de souveraineté territoriale
10h00-10h15  Jean-Marie CROUZATIER (Université Toulouse 1) La difficile quête des sources historiques des différends frontaliers
10h15-10h30  NGUYEN Hong Thao (Académie diplomatique du Viêt Nam) L’impact du verdict de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye sur les revendications maritimes en mer de Chine méridionale
10h30-11h00 Débat

11h00-12h30 : 2ème Table ronde sur les enjeux politico-stratégiques

sous la Présidence du Pr. Marie-Sybille de VIENNE (INALCO)

11h00-11h15  Laurent GÉDÉON (École Normale Supérieure de Lyon) Les grandes puissances et la mer de Chine méridionale
11h15-11h30  Benoît de TRÉGLODÉ (Institut de Recherches stratégiques de l’École Militaire – IRSEM), Le Viêt Nam, l’ASEAN et la mer de Chine méridionale
11h30-11h45 NGUYEN Hung Son (Académie diplomatique du Viêt Nam) Les derniers développements de la situation en mer de Chine méridionale vus depuis le Viêt Nam
11h45-12h00  Pierre JOURNOUD (Université Paul-Valéry Montpellier 3) Quel rôle pour la France et l’Europe ? Une perspective historique et prospective
12h00-12h30  Débat

12h30-12h45 : Conclusion

12h45-13h00 : Séance de photo

13h00-13h15 : Transfert des intervenants et invités en car au Palais du Luxembourg

13h15-14h30 : Buffet au Palais du Luxembourg, 15 Rue de Vaugirard, salle René Coty

Après-midi au Palais du Luxembourg, Salle Clémenceau, 14h45-19h00

DEFIS ET POTENTIALITES ECONOMIQUES, ECOLOGIQUES, SCIENTIFIQUES ET CULTURELLES EN MER DE CHINE MERIDIONALE

14h45-15h00 Accueil des participants
15h00-15h15  Catherine DEROCHE (Sénatrice et Présidente du Groupe d’amitié France-Viêt Nam du Sénat), et S.E.M. NGUYEN Thiêp (Ambassadeur du Viêt Nam en France) Allocutions de bienvenue
15h15-15h30  Pierre JOURNOUD (Université Paul-Valéry Montpellier 3) La mer de Chine méridionale comme enjeu de Soft Power

15h30-17h30 : 3ème Table ronde sur les héritages de l’histoire

sous la Présidence du Pr. émérite Hugues TERTRAIS (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

15h30-15h45  François GIPOULOUX (École des Hautes Études en Sciences sociales – EHESS, Paris) Une configuration réticulaire des villes portuaires de la mer de Chine méridionale, XVIIe-XXIe siècles
15h45-16h00  Gilles de GANTÈS (Institut de recherches asiatiques – IrAsia/ CNRS, Université Aix Marseille) Du tremplin vers la Chine au balcon sur le Pacifique : comment les Français percevaient les mers bordières de l’Indochine à l’époque coloniale ?
16h00-16h15  NGUYEN Giang Huong (Bibliothèque nationale de France – BNF, Paris) La mémoire de la mer dans la littérature vietnamienne
16h15-16h30  NGUYEN Quoc Thanh (Institut d’Asie Orientale – IAO) La culture des pêcheurs vietnamiens
16h30-17h15  Débat
17h15-17h30  Pause


17h30-18h45 : 4ème Table ronde sur les enjeux économiques, scientifiques et écologiques

sous la Présidence du Dr. Jean-Philippe EGLINGER (INALCO et Université Thang Long-Hanoï)

17h30-17h45  Françoise NICOLAS (Institut français des Relations Internationales – IFRI) Les dynamiques économiques actuelles en mer de Chine méridionale
17h45-18h  TANG Anh Minh (AVSE Global&Ecole des Ponts ParisTech) L’impact de la construction des îles artificielles et de la surpêche en mer de Chine méridionale
18h00-18h15  Marine HERRMANN (Institut de recherche pour le développement – IRD, Paris) La coopération scientifique et environnementale en mer de Chine méridionale  
18h15-18h45  Débat  

18h45 : Conclusion

19h : Clôture

Illustration « à la une » : Des citoyens de Hanoi revêtant le tee-shirt No-U manifestent devant l’ambassade de la RPC le 6 août 2019. © Reuters

Mer de Chine méridionale et Indo-Pacifique : comment garantir une sécurité commune ?

[ndlr] La Fondation Gabriel Péri organise le mardi 25 février un important colloque sur la mer de Chine méridionale et l’Indo-Pacifique. Programme ci-dessous.

La Fondation Gabriel Péri a consacré trois colloques à la mer de Chine méridionale afin de mieux appréhender cet espace géopolitique complexe qui est un foyer de tension majeur sur la planète. Avec cette nouvelle initiative, elle se propose de faire le point sur ce que peut le droit international dans cette région conflictuelle et d’aborder les enjeux majeurs du contrôle des ressources et de l’écologie marine à l’heure où la sécurité environnementale suscite de nouveaux besoins de coopération. L’objectif sera enfin d’élargir la focale de la mer de Chine méridionale à la zone Indo-Pacifique, terme géographique qui fait désormais office de concept géostratégique et politique pour de nombreux pays.

Les différends territoriaux et maritimes non résolus, les niveaux d’armement inédits et les logiques de confrontation entre puissances font de la mer de Chine méridionale un foyer de tension majeur sur la planète.

Le droit international peut-il contribuer à construire la paix dans cet espace stratégique et conflictuel ? Comment les enjeux du contrôle des ressources, de l’écologie marine et de la sécurité environnementale sont-ils abordés par les acteurs à l’heure du péril climatique ? Et quels sont les réalités du concept géostratégique d’Indo-Pacifique et ses impacts sur cette zone ?

Ce nouveau colloque abordera ces questions en trois tables-rondes.

Programme du colloque

9h – 9h05 : Mot de bienvenu, Alain Obadia, président de la Fondation Gabriel Péri.
9h05 – 10h45 : Table-ronde 1 >Droit international, code de bonne conduite : quelles sont les évolutions ?

Modération: Alain Obadia, président de la Fondation Gabriel Péri.

  • Patrice Jorland, ancien diplomate
  • Pascale Ricard, docteure en droit de l’Université Paris 1, chargée de recherche au CNRS, Université Aix-Marseille (CERIC)
10h45 – 11h : Pause Café
11h – 12h30 : Table-ronde 2 > Ressources stratégiques, sécurité environnementale et écologie maritime : quels défis, quelles coopérations ?

Modération: Dominique Bari, journaliste, membre du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri

  • André Louchet, professeur de géographie à l’Université de Paris Sorbonne
  • Nathalie Fau, maître de conférences, Géographie, Université Paris-Diderot
  • Sébastien Colin, maître de conférences en géographie à l’Inalco et chercheur à l’Ifrae (Inalco-Université de Paris-CNRS).
13h30 – 15h20 : Table-ronde 3 > Quelle conception de la sécurité derrière le concept Indo-Pacifique et quelle présence dans la région des différents acteurs ?

Modérateur: Daniel Cirera, secrétaire général du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri.

  • Emmanuel Lincot, professeur à l’Institut catholique de Paris
  • Marianne Péron-Doise, chercheure Asie du Nord (Japon- Corée) à l’IRSEM, directrice du programme « Stratégie et sécurité maritime internationales »
  • Rémi Perelman, membre du groupe Asie 21.
15h20-15h30 : Conclusion, Michel Maso, directeur de la Fondation Gabriel Péri.
Mardi 25 février, 9h-15h30
 
Auditorium de l’INALCO
65, rue des Grands Moulins
Paris 13e –
M° Bibliothèque François Mitterrand

Source : Fondation Gabriel Péri

Contre le darwinisme social : L’Effet-Darwin de Patrick Tort

[ndlr] A l’occasion de la mobilisation contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (loi en discussion), nous invitons nos lecteurs/lectrices à lire ce court billet de Lucien Derainne publié sur le carnet « Ébruiter les méthodes ».

L’appel à une recherche « darwinienne » – entendez compétitive et sélective – au cours des débats sur la loi de programmation pluriannuelle a fait réagir, ces derniers jours, aussi bien les chercheurs que le grand-public, grâce à l’écho que lui ont donné des journaux comme Le Monde ou Libération.

Je voudrai profiter de ces circonstances pour résumer un ouvrage que je viens de lire et qui mériterait d’être davantage connu en dehors des spécialistes d’histoire naturelle : L’Effet-Darwin de Patrick Tort. Quoique tous les ouvrages de cet auteur (historien des sciences, théoricien d’une approche matérialiste des discours) valent la peine d’être connus, la lecture de celui-ci est particulièrement salutaire pour déconstruire les justifications qui sont aujourd’hui apportées à la concurrence, dans l’économie comme dans la société.

Lire la suite : Ébruiter les méthodes, 22/01/2020.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia » – 30/01/2020

La mémoire du génocide vue du Cambodge.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia »

Date : Jeudi 30 janvier 2020 – 18:30 – 21:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Auditorium

En présence de la réalisatrice Anne Yvonne Guillou.

Intervenants : Michel Antelme et Alexandra De Mersan.

Documentaire écrit et réalisé par :

Anne Yvonne Guillou et Jean Mathis

Film de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages).

Coproduction CNRS/CASE – PCRD/SEATIDE – ERC/Corpses of Mass Violence Programm – GIZ, 2017.

Description:

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge,- une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chercheuse au CNRS (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, CNRS-Université Paris Nanterre). Elle a une triple formation de sociologue, d’anthropologue et d’orientaliste. Elle a d’abord effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (à partir de 1990). Depuis une quinzaine d’années, elle travaille sur les processus de constructions des mémoires collectives, en particulier celles du régime khmer rouge, ainsi que sur le système religieux khmer. Ses enquêtes ethnographiques villageoises ont été menées en particulier – mais non exclusivement – dans la province de Pursat.

Source : INALCO

Xuân Thao Ninh : L’État du Viêt-Nam dans ses rapports avec la France (1949-1955) – Thèse

Une nouvelle thèse sur l’histoire de l’État du Viêt-Nam, contribution à une histoire délaissée depuis les années cinquante. Soutenue le 12 novembre 2019. Résumé de couverture.

Affiche de propagande de l’État du Viêt-Nam, la construction d’un État indépendant associé à la France dans le contexte de la Guerre froide © DR

L’État du Vietnam dans ses rapports avec la France (1949-1955). Une autre voie pour l’indépendance du Vietnam

« L’État du Viêt-Nam » reste encore un sujet controversé figurant parmi « les zones d’ombres » de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Après l’échec des négociations de 1946, le gouvernement de Hồ Chí Minh choisit la guerre contre les Français, pour l’indépendance du pays. Bảo Đại et ses partisans nationalistes et pro-français s’orientent vers une voie pacifique et une indépendance progressive. Par les accords du 8 mars 1949 naît « l’État du Viêt-Nam » dirigé par son chef Bảo Đại. Il s’agit d’un État associé à la France au sein de l’Union française. De mars 1949 à octobre 1955, six présidents du Conseil (Bảo Đại, Nguyễn Phan Long, Trần Văn Hữu, Nguyễn Văn Tâm, Bửu Lộc, Ngô Đình Diệm) dirigent dix cabinets ministériels pour construire un État nationaliste non-communiste, en pleine guerre d’Indochine et de la guerre froide. L’existence de l’État du Viêt-Nam permet le développement du nationalisme vietnamien qui donne naissance à la République du Viêt-Nam en octobre 1955.

Mathieu Guérin : Colonisation et transformation des territoires au Cambodge – 22/11/2019

[ndlr] Séminaire de recherche de l’IAO. A ne pas manquer.

« Colonisation et transformation des territoires au Cambodge »

Mathieu Guérin, historien, maître de conférence à l’INALCO (UMR8170 CASE)

Vendredi 22 novembre 2019 de 14h à 15h30, Salle de réunion de l’IAO (D4.070)

Résumé : La colonisation européenne s’est accompagnée d’une prise en charge de territoires, à différentes échelles, par les colonisateurs. Comme le montre l’exemple de la Terre de Kampong Svay au Cambodge, devenue résidence puis province de Kampong Thom, cette intervention extérieure a entraîné une redéfinition des territoires, de leur espace, de leur gouvernance, de leur rapport à l’État et de leur économie. Les paysages et l’environnement porte les traces de ces évolutions. Leur étude permet de saisir les conséquences tant sociales, politiques, économiques ou environnementales de la colonisation européenne pour les Cambodgiens aux XIXe et XXe siècles.

Source : IAO