Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Inauguration à Paris d’une stèle en hommage aux victimes des Khmers rouges

[ndlr] Communiqué de la FIDH (Fédération internationale des Droits de l’homme) concernant l’édification de la stèle commémorative à Paris dédiée aux victimes du régime des Khmers rouges.

Ce mardi 17 avril 2018, la Ville de Paris inaugurera le premier lieu de mémoire en Europe en hommage aux victimes du régime des Khmers rouges, en partenariat avec la FIDH, le Haut Conseil des Asiatiques de France et de l’association des Victimes du Génocide des Khmers rouges.

Date et lieu :

Mardi 17 avril 2018 à 09h15

Parc de Choisy (Paris 13e)

« Après la condamnation des dirigeants Khmers rouges pour crimes contre l’humanité par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, l’inauguration du mémorial en l’honneur des victimes de ces crimes à Paris représente une mesure de réparation longtemps attendue, notamment par la diaspora cambodgienne en France. Le devoir de justice accompagné du devoir de mémoire apportent une contribution indispensable à la garantie de non-répétition de tels crimes qui heurtent la conscience de l’humanité. »

Patrick Baudouin, Président d’honneur de la FIDH et avocat de parties civiles dans le dossier 002 devant les CETC.

Lire la suite : FIDH

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : © FIDH DR

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena – 27-28 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une importante  journée d’étude à l’UQAM (Montréal).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena

27-28 avril 2018

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Présentation de la journée d’étude :

Depuis la Seconde guerre mondiale, le monde a connu des conflits marqués par la guérilla, les guerres irrégulières et les « insurgencies ». Les gouvernements occidentaux confrontés à ces mouvements eurent toutes les peines à les arrêter. Les expériences nationales des guerres de décolonisation ont certes fait l’objet d’études, mais rares sont celles qui comparent la désintégration des empires occidentaux et qui s’interrogent sur la manière dont ces expériences coloniales peuvent nous aider à mieux comprendre les conflits qui secouent encore le monde aujourd’hui – en Syrie, Iraq et Afghanistan. Ce projet de collaboration avec l’Université d’Exeter – intitulé Comprendre les insurrections : Résonances du passé colonial – réunit des chercheurs européens et nord-américains à travers huit ateliers incluant le nôtre: « Les insurrections coloniales comme des phénomènes transnationaux. »

Cet évènement réunira une douzaine de spécialistes autour du thème des connexions transnationales qui ont pu exister entre les mouvements anticolonialistes d’un côté et les puissances impériales de l’autre. Quels liens, au juste, existaient entre ces mouvements anticolonialistes qui se battaient pourtant souvent très loin les uns des autres ? Comment ces mouvements insurrectionnels et contre-insurrectionnels ont-ils pu gagner des soutiens aux niveaux régional et international ? Quels furent les idées, les expériences, les savoirs et les matériaux qui circulaient entre les groupes ? Et comment l’opinion mondiale et les nouvelles organisations internationales ont-elles compris et interagi avec la décolonisation ?

Jusqu’à récemment, la plupart des chercheurs ont étudié les guerres de décolonisation dans un cadre national. Notre projet les resitue comme un phénomène interconnecté et global, tant pour les colonisés que pour les colonisateurs. Leurs dirigeants ont construit des réseaux de collaboration et des moyens d’échanges intellectuels, politiques, militaires et économiques. Les communistes vietnamiens luttant contre la France entre 1945 et 1954, par exemple, ont importé des modèles révolutionnaires de la Chine communiste avant de les exporter ailleurs. Les Français, Britanniques et Américains, de leur côté, ont échangé leurs propres modèles de « counter-insurgency » lors des guerres de décolonisation. La décolonisation s’est aussi mondialisée: les nationalistes algériens du Front de libération nationale (FLN) ont mené par exemple une bataille fascinante contre les Français à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour bien saisir les dimensions de ce processus transnational, nous avons fait appel à des historiens de la décolonisation (Afrique, Proche-Orient, Asie), des politologues, des juristes et même à l’un des responsables des archives de l’ONU. Cela nous permettra d’aborder pour la première fois le rôle de la mondialisation dans la décolonisation et son héritage pour les conflits d’aujourd’hui. Cette forme de combat transnational est d’autant plus présente aujourd’hui grâce au développement des technologies et des communications permettant aux insurgés comme Isis d’influencer l’opinion mondiale.

Programme ci-dessous :

Perspective historique des relations franco-vietnamiennes

[ndlr] Discours d’ouverture de l’historien François Guillemot à l’occasion de la journée Anniversaire des relations France – Vietnam organisée à Paris par l’Asia Centre le lundi 9 avril 2018.

Mesdames et Messieurs, chers collègues, chers amis,

Il m’est donné pour tâche aujourd’hui d’introduire cette demi-journée de réflexion en rappelant brièvement quelques aspects de la longue relation historique et humaine entre nos deux pays. Permettez-moi de m’adresser à vous avec un regard d’historien et non celui d’un diplomate afin de mieux comprendre pourquoi la relation franco-vietnamienne construite sur des décennies et consolidée par le partenariat stratégique de septembre 2013 conserve intrinsèquement une certaine fragilité. Il ne s’agit pas ici dans cette courte introduction de faire acte d’un devoir de mémoire, qui rappelle le débat véhément de 2005 sur la colonisation, mais d’un nécessaire « devoir d’histoire » pour reprendre le mot de Claude Liauzu (1940-2007). Je vais brosser en dix minutes et à grand traits cette relation, ce continuum, qui à mon sens ne débute pas en 1973 mais plus d’un siècle et demi avant. Au milieu du XIXe siècle, cette histoire débute dans le fracas des armes, par un drame, une agression que les écrivains français de la fin du XIXe siècle qualifiaient déjà de guerre : guerre du Tonkin, guerre en Annam, bataille de Chi Hoa… Il faut se rappeler ici des oraisons funèbres du lettré Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888), au sujet de sa patrie perdue. Les premières interactions entre nos deux pays furent douloureuses, faites de haine, de méfiance mais aussi d’amitié.

La France, vous le savez tous, a une longue histoire commune avec le Viêt-Nam. Elle a accompagné l’avènement de l’empereur Gia Long avant de prendre les armes de la conquête contre la dynastie des Nguyễn. Le pays Việt Nam puis Đại Nam a été démantelé et des traités inégaux ont été signés. Une politique d’entente franco-vietnamienne ou « franco-annamite » (selon la terminologie de l’époque), si présente dans le discours colonial, n’a pas revêtu la dimension escomptée. Pourtant un « Viêt-Nam français », sur quatre générations, a émergé de la colonisation dans une histoire qui ne fut pas à part égale. Phạm Quỳnh (1892-1945), Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936), Ngô Tất Tố (1894-1954) et bien d’autres furent des passeurs entre nos deux cultures et dans une certaine mesure Phan Châu Trinh (1872-1926), Phan Bội Châu (1867-1940, avec son texte Pháp – Việt đề huề luận de 1918), Nguyễn An Ninh (1900-1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969, le futur Hồ Chí Minh) également. Mais la marge de manœuvre de cette élite franco-vietnamienne a été toujours réduite par les rappels à l’ordre colonial dans une relation inégale. Sans soutien aux premiers démocrates, aux républicains modérés, face à la surdité du pouvoir colonial sur la réforme politique, le radicalisme a emporté la nouvelle vague des années vingt pourtant nourrie aux idéaux de liberté, égalité et de fraternité et justement soucieuse de lutter pour ces droits1. Elle y accéda pour partie par la révolution.

L’incompréhension ou la volonté de nier le fait indépendantiste a mené à la guerre. Mais malgré les flammes, des liens d’amitié sont restés et la position de la France s’est rangée du côté de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) pendant la guerre fratricide dans un Viêt-Nam divisé. Le discours impérial de De Gaulle du 24 mars 1945 a été effacé par celui de Phnom Penh en 1966 du même homme (contre la guerre du Viêt-Nam). Les accords de paix de la seconde guerre d’Indochine ont été discutés et signés en France. La réunification du Viêt-Nam en 1976 devait permettre un nouveau départ, rapidement contraint par la troisième guerre d’Indochine. La relation franco-vietnamienne s’illustrait alors par l’action des courageux « french doctors » investis dans le sauvetage des boat people en Mer de Chine. L’image des années 1980 fut brouillée. On se souvient des tentatives désespérées de Laurent Fabius et d’intellectuels renommés pour sauver la tête de Trần Văn Bá (1945-1985), condamné à mort par Hanoi pour fait de résistance armée2. L’avènement du Renouveau (Đổi mới), suite à une autocritique générale du Parti communiste vietnamien (PCV), a été salvateur, tout était à reconstruire avec un nouveau paradigme. La révolution pragmatique remplaçait la révolution totalitaire. Trente ans après, les efforts réalisés sont impressionnants3. Mais là encore, la France très impliquée au début des années quatre-vingt-dix « a perdu pied », ce que souligne les experts, face aux investissements massifs venus d’Asie et au retour des États-Unis4.

En quelques dates clés, rappelons les visites d’un chef d’État français au Viêt-Nam : François Mitterrand en février 1993, Jacques Chirac, par deux fois, en 1997 et en 2004, François Hollande en septembre 2016 et Emmanuel Macron dans un futur proche suite à l’invitation de Nguyễn Phú Trọng (né en 1944), secrétaire général du PCV. Du côté de la République socialiste du Viêt-Nam, on peut citer les visites de quelques dignitaires importants du régime : Phạm Văn Đồng (1906-2000) en 1977, Võ Văn Kiệt (1922-2008) en 1993,  Trần Đức Lương (né en 1937) en 2002, Nông Đức Mạnh (né en 1940) en 2005, Nguyễn Tấn Dũng (né en 1949) en 2007, 2013 et 2015 et Nguyễn Phú Trọng en 20185. Depuis ce recentrage vietnamien sur l’Asie, où en est-on ? Le partenariat stratégique a été signé le 25 septembre 2013 pour consolider nos relations sur tous les plans6. La France n’est plus seule. Elle interagit au sein de l’Union européenne (UE) et cette dernière est désormais bien présente au Viêt-Nam en tant que troisième partenaire commercial après la Chine populaire et les États-Unis. Des accords ont été signés depuis 2015 : accord de libre-échange Union Européenne Viêt Nam (en cours de ratification), accord de partenariat et de coopération bilatérale (1er octobre 2016), et dialogue bilatéral sur les droits de l’homme (dernière session en décembre 2017) ; aide au développement 2014-2020 pour un montant estimé à 400 millions d’euros. C’est dans ce cadre que s’inscrit désormais notre relation.

Cependant, deux images négatives persistent et signent dans le champ de nos interactions. L’une véhiculée par les courants les plus à droite de l’échiquier politique hexagonal donne à croire que la colonisation fut une grande aventure héroïque, globalement positive dans la ligne droite des prétentions civilisatrices de la France du XIXe siècle lorsque celle-ci fut confrontée à la culture millénaire et impériale vietnamienne. Dans cette présentation idéalisée7 on oublie les larmes, l’humiliation et le sang. Cette perspective et cette méconnaissance de l’histoire globale débouche parfois sur un désintérêt pour le Viêt-Nam actuel. La seconde image, plus prégnante et largement relayée par les moyens de communication d’aujourd’hui est celle de la République socialiste du Viêt-Nam avec ses procès politiques à répétition, infligeant notamment des peines très lourdes à des dissidents, des blogueurs ou des activistes sociaux en réseau, une image qui questionne les historiens et plus largement les citoyens de nos deux pays sur « l’État de droit socialiste »8. Ces deux volets, l’un, réminiscence d’un passé lointain, l’autre, illustration d’une pratique ancrée dans un système, constituent en quelque sorte une épine dans le pied de la relation construite et apaisée qu’entendent consolider les deux pays.

Ce dernier questionnement mis de côté, je vous laisse débattre de la renaissance économique et sociale impulsée depuis trente ans par le Renouveau, décrété par Nguyễn Văn Linh (1915-1998) lors du VIe Congrès du PCV en décembre 1986. Ce Renouveau dont il sera largement question ici doit être analysé de près avec ses succès et ses échecs ou à travers ses transformations encore inachevées. L’appel à un second Renouveau (à la fois politique et économique) est en effet dans l’air du temps comme le démontre les demandes récurrentes d’intellectuels vietnamiens. De même, les réalisations dans le cadre du partenariat stratégique signé il y a cinq ans doivent être décryptées sans complaisance. Et l’on pourra sûrement évoquer ici les échanges scientifiques et universitaires mis en œuvre ou en projet. Je laisse le soin aux intervenants de nous apporter quelques lumières sur la nouvelle étape européo-vietnamienne qui s’amorce et que l’on souhaite pérenne et plus fructueuse9. Je vous remercie de votre attention.

François Guillemot, IAO / ENS de Lyon, 09/04/2018

MàJ du 11/04/2018.

Notes

  1. Cf. Christopher Goscha, The Penguin history of Modern Vietnam, London, Penguin Books, Allen Lane, 2016, « The failure of Colonial Republicanism », p. 127-156 []
  2. La généalogie de ce résistant anti-communiste est une histoire franco-vietnamienne : son grand-oncle Bùi Quang Chiêu (1872-1945), fondateur du parti constitutionnaliste, fut assassiné en septembre 1945 par le Viêt-Minh, son père Trần Văn Văn (1908-1966), député de l’Assemblée constituante de la République du Viêt-Nam, fut assassiné par un commando Viêt-Công à Saigon en décembre 1966 et Tran Van Ba lui-même fut exécuté à Hô Chi Minh-Ville le 8 janvier 1985 malgré les vives protestations de la France []
  3. Sur ce sujet, voir l’exposé très complet de Jean-Philippe Eglinger, « L’économie », in Benoît de Tréglodé (dir.), Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. Libre cours, chapitre 5, p. 117-137 []
  4. Cf. pour la citation : « Pourquoi la France a perdu pied au Vietnam« , Les Échos, 27/03/2018 []
  5. Un Président de la République, trois Premiers ministres et deux Secrétaires généraux du PCV []
  6. Cf. « Relations bilatérales« , 16/03/2018. Pour une vue d’ensemble, voir l’article détaillé de Pierre Journoud, « France-Vietnam – Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle » sur Mémoires d’Indochine, 31/08/2016 []
  7. A titre d’exemple, voir le numéro spécial de Valeurs actuelles sur la colonisation française []
  8. Notons que des citoyens français ont été la cible ces dernières années de la répression politique : Pham Minh Hoang, expulsé le 25 juin 2017 ou dix ans plus tôt la militante pro-démocratie Nguyen Thi Thanh Van, arrêtée à Hô Chi Minh-Ville et accusée de terrorisme  []
  9. Étape cruciale aujourd’hui parasitée par l’affaire Trịnh Xuân Thanh et les récents procès politiques contre la dissidence comme le rappelle le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng ; « EVFTA sẽ ra sao sau cú giáng án Hội Anh Em Dân Chủ?« , VOA, 10/04/2018 []

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà » – 13 avril 2018 – EHESS

[ndlr] Intéressante journée d’étude à venir à l’EHESS.

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà »

vendredi 13 avril 2018

EHESS, 54 bld Raspail, 75006, Paris, salle 737

Source : CASE

 

Les relations France – Vietnam – Asia Centre – lundi 9 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une rencontre-débat. Présentation de l’Asia Centre.

A l’occasion du 45ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Vietnam (1973) et du 5ème anniversaire du Partenariat stratégique franco-vietnamien (2013), Asia Centre organise au printemps 2018 un colloque international d’une demi-journée sur les relations franco-vietnamiennes, qui réunira des diplomates et politiques (anciens et actuels) des deux pays, des chercheurs, académiques et experts des relations franco-vietnamiennes sur des sujets politique et diplomatique, économique, historique, culturel et scientifique.

Avec la participation de :

  • S.E Claude Blanchemaison (ambassadeur de France à Hanoi de 1989 à 1993, Gouverneur français de l’Asia Europe Foundation)
  • Mme Stéphanie Do (Députée, Présidente du groupe d’amitié France-Vietnam de l’Assemblée nationale)
  • M. Duong Van Quang (chercheur, ancien ambassadeur du Vietnam en France, à l’UNESCO et à la Francophonie)
  • Mme Tôn Nu Thi Ninh (ancienne ambassadrice du Vietnam à l’UE).

La liste complète des intervenants, le programme détaillé et les modalités d’inscription seront communiqués prochainement.

La conférence se tiendra en français, dans les Salons de la Maison de la Recherche de l’Inalco (2 rue de Lille, Paris 7), à partir de 13h30.

Source : Asia Centre

Compte-rendus en ligne de la conférence :

Librairie Terre des livres – rencontre avec François Guillemot – samedi 7 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une rencontre à la librairie lyonnaise Terre des Livres.

Rencontre-débat avec François Guillemot à l’occasion de la parution de Viêt-Nam, fractures d’une nation ; une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, La Découverte, 2018.

Samedi 7 avril 2018 à 15 h

Librairie Terre des livres

86 Rue de Marseille, 69007 Lyon

Le débat sera animé par Cyrille Pandraud.

Vietnam fractures d'une nationLe Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

Cycle de cinéma vietnamien – Université Paris Diderot – 12 avril 2018

[ndlr] Annonce. L’Université Paris Diderot et l’Inalco, en partenariat avec le ciné-club Yda, vous invitent à la première de leur Cycle de cinéma vietnamien. A ne pas manquer. Affiche ci-dessous.

Image « à la une » : Rêves d’ouvrières © DR

Appel à contribution : « Histoire à vendre » – Extrême-Orient, Extrême-Occident [2019]

[ndlr] Appel à contribution lancé par la revue Extrême-Orient, Extrême-Occident.

La revue Extrême-Orient, Extrême-Occident lance un appel à contributions pour son numéro 43 sur « Histoire à vendre » à paraître à l’automne 2019. Les articles doivent être envoyés à Matthias Hayek, Pierre-Emmanuel Roux, et Isabelle Charleux (matthias.hayek@univ-paris-diderot.fr, pierreemmanuel.roux@univ-paris-diderot.fr, isacharleux@orange.fr).

Un document séparé contenant les coordonnées de l’auteur, un résumé et des mots-clés en français et en anglais, doit accompagner l’envoi du texte. Les consignes de format sont attachées en fichier joint. Les articles sélectionnés par le comité de rédaction seront soumis à deux experts (anonymement). La rédaction se réserve le droit de demander des corrections et des modifications. Les textes peuvent être envoyés jusqu’au 15 novembre 2018.

Appel à contribution pour le numéro 43 d’Extrême-Orient, Extrême-Occident

Histoire à vendre

La question de la définition de l’identité des groupes sociaux, qu’il s’agisse d’une identité nationale, locale ou régionale, se pose régulièrement dans différentes régions du monde, et plus particulièrement en Asie de l’Est, où, du Japon à la Chine en passant par les deux Corée, la Mongolie ou le Viêt-Nam, le “nationalisme culturel” semble être entré dans une nouvelle phase de renforcement. En témoigne notamment l’utilisation commerciale de l’histoire et du patrimoine historique des pays en question. Au-delà du simple constat de l’intérêt politique évident qu’il y a à mettre en avant une histoire nationale présentée le plus positivement possible, on peut légitimement s’interroger sur les enjeux actuels de ces utilisations toutes diverses dans leurs formes (expositions, commémorations, fictions, documentaires, jeux vidéos, blogs ou sites internet, reconstitutions historiques à but touristique, etc.) que dans leurs objets (figures exemplaires, minorités, victimes et héros). Plusieurs questions pourraient dès lors être posées : qui sont les utilisateurs, et quelles sont les sources des représentations historiques ? Pourquoi certaines périodes sont-elles privilégiées ? Quels sont les rôles respectifs des savants et des pouvoirs publics, des médias et des groupes d’intérêts ?

Enfin, il semble évident que ce phénomène n’est pas sans précédents
historiques eux-mêmes, et il serait intéressant de se pencher sur ces cas passés d’utilisation commerciale de l’histoire, afin de les confronter aux avatars modernes de cette pratique. Ce sont là quelques-unes des interrogations auxquelles le numéro se propose de répondre.

Pham Nguyen Thuy An : La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) [thèse]

[ndlr] Avis d’une soutenance de thèse sur Hô Chi Minh-Ville.

Soutenance de thèse de

Thuy An PHAM NGUYEN

« La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) »

 

sous la direction de Christian Pédelahore de Loddis  / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lieu : ENSA Paris-La Villette, 114 avenue de Flandres – 75019 Paris

Date : 29 mars 2018, 15h

Jury :

  • DELEUIL Jean-Michel, HDR, Professeur des universités, INSA de Lyon,
  • DOUADY Clément Noel, Architecte urbaniste,
  • GIBERT-FLUTRE Marie, docteur,  maître de conférences, Université Paris Diderot, UFR LCAO,
  • GOLDBLUM Charles, HDR, professeur émérite, Université Paris 8,
  • MAZZONI Cristiana, HDR, professeur ENSA de Strasbourg,
  • PEDELAHORE DE LODDIS Christian, Professeur des ENSA, HDR,
  • PICON-LEFEBVRE Virginie, HDR, professeur ENSA Paris-Belleville

Résumé de la thèse : Ho Chi Minh-Ville (Saigon) est reconnue universellement en tant que ville historique végétale et hydraulique. Trente ans après le lancement de la politique de Renouveau (1986), elle s’est transformée en une métropole trépidante de plus de 10 millions d’habitants faisant face à une urbanisation accélérée, tant horizontale que verticale. Alors que son centre est métamorphosé par la construction de nombreuses grandes tours résidentielles, commerciales et de bureaux, ses territoires périurbains et ruraux s’urbanisent et se modernisent par le biais des Nouvelles Zones Urbaines (KDTM) construites depuis 1996.

Dans cette fabrique spatiale concrète, les interventions des investisseurs et opérateurs privés jouent un rôle déterminant. Ils sont actuellement des acteurs clés des KDTM qu’ils orientent vers un cadre de vie mondialisé en direction des classes aisées. Cependant ces nouveaux quartiers ne correspondent pas toujours à leurs objectifs initiaux, ni même à leurs concepts et à leur communication publicitaire. Cet écart découle en premier lieu d’une gestion urbaine hiératique. Les textes officiels et les plans directeurs sont encore trop peu consolidés, les autorités municipales et locales ne contrôlant dans les faits que difficilement une expansion métropolitaine galopante.

A partir de recherches documentaires, cartographiques, photographiques et d’analyses in situ et in vivo, la thèse traite la question centrale des modalités de privatisation des KDTM de 1996 à nos jours. Elle met en lumière les modes opératoires de la production urbaine des acteurs privés ainsi que les effets en retour des KDTM sur les mutations spatiales et sociétales de la grande métropole économique du Vietnam.

Source : Pascal Fort (IPRAUS, umr AUSser 3329)