Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Viêt Nam un cri qui vient de l’intérieur – Projection / débat – mardi 12 octobre 2021

Projection / débat à ne pas manquer. Un regard inédit sur le Viêt-Nam.

François Guillemot (Institut d’Asie Orientale) et Dominique Foulon (Carnets du Viêt Nam)

présentent

Une projection / débat en présence du réalisateur

le mardi 12 octobre au Théâtre Kantor, 18h-21h

Viêt Nam un cri qui vient de l’intérieur (2020)

Un film de André Menras

Le réalisateur André Menras recueille la parole d’une génération de dissidents, de pêcheurs et de paysans vietnamiens en lutte contre les injustices sociales ainsi que contre l’expansionnisme chinois. Ce film politique dénonce les expropriations foncières abusives et l’autoritarisme de l’État-Parti à travers des témoignages peu connus. Tourné de façon clandestine, le film s’attache à mettre en lumière les conflits qui traversent la société vietnamienne tout en questionnant l’évolution politique du pays.

“1972: The War Between North and South Vietnam” [call for papers]

Appel à contribution.

Conference Call for Papers and Panels
“1972: The War Between North and South Vietnam”

April 1-2, 2022, Orange, California

The Vietnam Center & Sam Johnson Vietnam Archive and Institute for Peace & Conflict at Texas Tech University, and the War and Society Program at Chapman University, are pleased to announce a Vietnam War conference focused on the year 1972. This conference will approach a wide range of historical events and topics by hosting presenters who examine diplomatic, military, international, regional, social, cultural, and domestic aspects of the Vietnam War. We also seek presentations that reflect the recent and emerging scholarship on the policies, strategies, and decisions of the military, political, and diplomatic leaders of all nations involved as they sought to bring a successful conclusion to the war.

Militarily, the war effort of North Vietnam peaked with the launch of the Easter Offensive, their largest attack into South Vietnam since the beginning of the war. As the U.S. continued withdrawing American forces, the armed forces of the Republic of Vietnam shouldered increased operational command and responsibility for defending South Vietnam, while receiving air and logistical support from the U.S. Diplomatically, as the fighting escalated throughout the year, U.S. and Vietnamese diplomats continued their discussions to establish a peace agreement in Paris. As North Vietnam persisted with their “talk-fight” strategy, the U.S. continued a strategy of “progressive squeeze and talk” and strategic bombing. Domestically, the escalation of military operations in 1972 resulted in continued domestic discord and antiwar protest within the U.S. A presidential election year with the Watergate scandal unfolding the Nixon administration sought to maintain popular support among the “silent majority” through a show of American strength in the face of North Vietnamese aggression. Internationally, the initial success of Nixon’s Cold War diplomacy near year’s end started to reduce international tensions and initiated the slow process of challenging widely held perceptions of monolithic international communism.

This conference seeks to explore all such topics, both as discreet areas of interest as well as interconnected aspects of the larger events. We also want to continue examining the issues related to what brought the various parties to 1972 and what happened in its aftermath. We encourage presentations that examine other topics such as the social and religious aspects of the war, the effect of journalism and reporting on the war, and the efforts to end the conflict through international diplomacy. We want an international perspective covered and seek presentations that reflect the perspectives of all participants, including those of the US, RVN, DRV, NLF, and all other nations involved.

This two-day event will be hosted in Orange, California. Conference organizers welcome individual proposals as well as pre-organized panel proposals that include a moderator and three individual presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations (20 minutes/presentation) followed by 30 minutes for questions/discussion. Presentations by veterans are especially encouraged, as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants might also be made available for select students. All presentations will be video recorded and made publicly available after the conference via the Vietnam Center & Archive website. Select papers may also be published.

Proposal submission deadline is November 1, 2021.

Please submit a 250-word abstract and separate two-page CV/resume to VietnamConference.TTU@gmail.com. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and short CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

Stephen Maxner, Ph.D., Director

The Vietnam Center and Sam Johnson Vietnam Archive

Texas Tech University

PO Box 41045

Lubbock, TX  79409-1045

Source : https://www.vietnam.ttu.edu/events/2022_Conference/

Website: https://www.vietnam.ttu.edu/

Image “à la une” : Chiến Ca Mùa Hè 72 – Thơ Phạm Lê Phan, Phạm Duy phổ nhạc, source : Manh Hai

Myanmar Crisis: Challenges and Hopes for a Way Forward (21th July 2021)

The Research Institute for Contemporary Southeast Asia – (Irasec) and the  Regional Center for Social Science and  Sustainable Development (RCSD), Chiang Mai University, invite you to the joint virtual debate on:

Myanmar Crisis:
Challenges and Hopes for a Way Forward

21th July 2021, 5 to 7 PM (Bangkok Time), on Zoom
https://cmu-th.zoom.us/j/99791942421
 
With Aurore Candier (Irasec), May Oo Mutraw (CMU),
Rémi Nguyen (Irasec) and Min Zin (CMU)
Opening by Christian Lechervy, Ambassador of France in Myanmar
A panel discussion led by Carol Isoux, Journalist

Coorganized by
Claire Thi Lien Tran, director of the Research Institute for Contemporary Southeast Asia (Irasec) and Chayan Vaddhanaphuti, director of the Regional Center for Social Science and Sustainable Development (RCSD), Chiang Mai University in partnership with the Institut français de Birmanie

Please find here below the link to the flyer (click on the picture) and do not hesitate to spread it in your networks.

Source : https://www.irasec.com/

Exposition virtuelle « Les travailleurs indochinois » – du 10 au 18 Avril 2021

A explorer en ligne cette semaine.

Exposition virtuelle et témoignages associés du 10 au 18 Avril 2021.

Une exposition de Dzu LÊ LIÊU (Enseignante en audiovisuel au Lycée des Arènes de Toulouse et réalisatrice de Les Hommes des 3 Ky – Hulot Prod., CERRAVHIS, Médiathèque des Trois Mondes, 1996). Liêm-Khê LUGUERN (Enseignante au collège de Gaillac (Tarn) et docteur en histoire, thèse sous la direction de Gérard Noiriel, Les «travailleurs indochinois» – Étude socio-historique d’une immigration coloniale, 1939-1945). Laure TEULIÈRES (Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, rattachée au laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136) et codirectice de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire).

Pour participer à l’effort de guerre en métropole, la France est allée chercher dans l’Empire colonial des soldats et de la main-d’œuvre pour remplacer les hommes partis au front. Si le souvenir des bataillons d’Afrique n’a pas encore disparu, la présence des Indochinois en France est souvent méconnue.

De son nom complet « Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945) », cette exposition remarquable relève d’un projet culturel et pédagogique ambitieux : contribuer à transmettre au grand public le parcours de ces migrants, à travers histoires familiales et destins personnels. Exposition originale de 13 panneaux constituée en 2016 par Dzu Lê Liêu, Liêm-Khê Luguern, Laure Teulières, François Vuong Triêu et la Mission égalité diversité de la ville de Toulouse, dont une sélection vous est présentée par Made in Asia.

Pour en savoir plus :

Made in Asia : https://www.madeinasia.fr/session/exposition-les-travailleurs-indochinois/

Illustration “à la une” : Salut aux couleurs de la République Démocratique du Viêt-Nam naissante dans un camp de « travailleurs indochinois » vers 1948 © Collection LK Luguern

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) : Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est – 9 avril 2021

Dernière séance du séminaire de l’IrAsia.

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) :

Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est.

  • Gilles de Gantès : Approcher une modernité asiatique avec des sources coloniales.
  • Aurore Candier : Les transformations des conceptions politiques en Birmanie au XIXème siècle.

Vendredi 09 avril 2021 à 14h en visioconférence.

Inscription et lien de connexion : louise.bertaux-pichard@univ-amu.fr

Pierre Petit : Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques – 15 avril 2021

A ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire “Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est” aura lieu ce jeudi 15 avril, de 14h à 17h.

Nous aurons le plaisir d’accueillir l’anthropologue Pierre Petit (Université libre de Bruxelles), pour un exposé intitulé :

Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques.

De 16h à 17h, nous continuerons notre atelier de travail de textes classiques avec une discussion d’un ensemble de textes (auteurs : Y. Goudineau, C. Archaimbault, F. Engelmann) autour de l’anthropologue Charles Archaimbault, présentés par Wu Yue.

La lecture des textes autour de C. Archaimbault est fortement conseillée pour cette séance. Ils sont disponibles à cette adresse: https://www.persee.fr/issue/asean_0859-9009_2001_num_8_1

Pour assister au séminaire, merci de contacter l’un des organisateurs ou de vous inscrire sur https://listsem.ehess.fr/

Bien cordialement

Vanina Bouté, Yves Goudineau et Catherine Scheer

Soutenance de thèse : Estelle Miramond “De la lutte anti-traite à la mise au travail” (29 mars 2021)

Annonce d’une soutenance de thèse sur la Laos contemporain.

De la lutte anti-traite à la mise au travail.  Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation

par Estelle Miramond

La soutenance aura lieu le lundi 29 mars à 9 heures à l’Université de Paris, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris.

Au vu du contexte sanitaire sanitaire, elle se déroulera en semi-présentiel et sera transmise par visio-conférence.

Le jury est composé de :

  • Pascale ABSI, Examinatrice, Chargée de recherche, IRD
  • Vanina BOUTÉ, Co-directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Picardie
  • Jules FALQUET, Directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Paris
  • Jane FREEDMAN, Rapportrice, Professeure, Université Paris 8
  • Yves GOUDINEAU, Président, Directeur d’études, École française d’Extrême-Orient
  • Pierre PETIT, Examinateur, Professeur, Université Libre de Bruxelles
  • Maud SIMONET, Rapportrice, Directrice de recherche, CNRS
Travailleuses laotiennes © Estelle Miramond

Résumé de la thèse

Au Laos, les programmes de lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle des femmes se multiplient depuis la décennie 2000. Le pays, l’un des plus pauvres de la région, connaît une migration de main d’œuvre féminine importante vers la Thaïlande voisine, notamment dans l’industrie du sexe. Les études consacrées à la lutte contre la traite se concentrent principalement sur les discours anti-traite et se focalisent sur la répression du travail sexuel. Au contact des femmes concrètement prises en charge par ces politiques, la thèse s’appuie sur une ethnographie de long cours réalisée dans des centres de réhabilitation pour victimes de traite du Laos et des dortoirs d’usines de Vientiane et Savannakhet.

Mobilisant un cadre théorique féministe matérialiste, la thèse fait émerger le concept de « politique d’immobilisation ». Le terme désigne les formes institutionnalisées de restriction des mobilités spatiales et sociales de jeunes femmes imposées au nom de leur protection et facilitant l’exploitation de leur travail. La thèse montre que le secteur anti-traite prolonge des formes d’appropriation collective et individuelle des femmes également en jeu dans l’institution familiale et sur le marché du travail. Les centres de réhabilitation et les dortoirs d’usines sont analysés comme des espaces d’immobilisation et de mise en ordre du genre créant aussi les conditions d’une remise en cause partielle de ses frontières.

Mots clefs : migrations  –  travail  –  études de genre  –  anthropologie de l’humanitaire – féminisme matérialiste  –  secteur anti-traite  –  refuges  –  politiques d’immobilisation  –  Laos  – dortoirs d’usines. 

Illustration “à la une” : Annexe photographique © Estelle Miramond