Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Mathieu Guérin : Colonisation et transformation des territoires au Cambodge – 22/11/2019

[ndlr] Séminaire de recherche de l’IAO. A ne pas manquer.

« Colonisation et transformation des territoires au Cambodge »

Mathieu Guérin, historien, maître de conférence à l’INALCO (UMR8170 CASE)

Vendredi 22 novembre 2019 de 14h à 15h30, Salle de réunion de l’IAO (D4.070)

Résumé : La colonisation européenne s’est accompagnée d’une prise en charge de territoires, à différentes échelles, par les colonisateurs. Comme le montre l’exemple de la Terre de Kampong Svay au Cambodge, devenue résidence puis province de Kampong Thom, cette intervention extérieure a entraîné une redéfinition des territoires, de leur espace, de leur gouvernance, de leur rapport à l’État et de leur économie. Les paysages et l’environnement porte les traces de ces évolutions. Leur étude permet de saisir les conséquences tant sociales, politiques, économiques ou environnementales de la colonisation européenne pour les Cambodgiens aux XIXe et XXe siècles.

Source : IAO

AFRASE : Appel à communication – Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Appel à communication de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) pour ses prochaines rencontres de Janvier 2020.

Appel à communication

Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est Rencontres de l’Afrase, 24 janvier 2020, Salons de l’EFEO, Paris

Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, la famille – au sens de groupe de parenté – demeure le premier espace de sociabilité et la principale ressource d’entraide des personnes. Parfois tentaculaires, les réseaux de parents participent voire encadrent les hiérarchies sociales, la structuration des territoires et les systèmes économiques. La famille sud-est asiatique dépasse en effet les limites de la filiation et de l’alliance réelles en reconnaissant de nombreuses formes de parenté symbolique. Le modèle individualiste libéral progresse en Asie du Sud-Est et tend à souligner les contraintes que l’adhésion à cette collectivité peut faire peser sur les personnes. Cependant la famille conserve une valeur positive, espace privilégié de l’affection, de la confiance et de la protection. Les individus peuvent s’y accomplir en se revendiquant de son identité et en s’impliquant dans sa perpétuation. Les limites à la liberté individuelle induites par les logiques d’appartenances sont ainsi compensées par les opportunités sociales permises par la logique d’entraide dans la collectivité. Les évolutions parfois brutales et l’instabilité politique de certaines des sociétés d’Asie du Sud-Est ont d’ailleurs tendance à renforcer le recours aux logiques familiales en tant qu’elles seraient des instruments de résilience des communautés. Contraintes à la séparation du fait des nombreux types de migrations pratiquées par les sociétés sud-est asiatiques, les familles se sont parfois construites en tant qu’entités transnationales : elles témoignent aujourd’hui de l’existence de multiples relations entre les identités régionales et internationales.

Les chercheurs ont démontré la nécessité de comprendre les structures familiales pour envisager d’étudier les sociétés sud-est asiatiques. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de ne pas distinguer sphères publiques et privées mais de considérer un même espace social hiérarchisé par les relations de parenté et de parentalité. Ils ont cherché à recueillir les récits généalogiques ou les biographies familiales. Ce faisant, ils se sont confrontés aux stratégies d’évitement mis en place par leurs informateurs. Car si la référence au milieu familial est permanente, la description de ce milieu fait parfois l’objet d’un tabou. Nombre d’individus souhaitent en effet conserver cachées leurs histoires de famille. Certains ignorent, volontairement ou involontairement, d’autres dissimulent ces récits. Tous mettent en évidence les ruptures dans la chaîne de transmission généalogique et valorisent alors la mémoire familiale comme une donnée majeure de leur identité.

L’objet des Rencontres de l’Afrase 2020 est donc de considérer comment les individus expriment leurs relations à leurs parents et au groupe qui les réunit, quelle que soit la nature de la famille ainsi considérée : famille réelle, famille étendue, famille reconstruite ou famille imaginée. Nous nous intéressons à la manière dont on parle de la notion de famille, comment on raconte l’histoire de sa parenté et comment on construit son récit biographique par rapport au groupe en Asie du Sud-Est. On s’interroge alors sur les logiques de conservation, de transmission, de dévoilement ou bien de dissimulation du savoir familial et de ses ressources ainsi qu’aux usages que les descendants font de celles-ci.

Les supports de ces récits et leur mode de transmission sont multiples : on s’intéresse en particulier aux conditions de la transmission du savoir généalogique à travers l’oralité, mais également à la production de textes manuscrits, typographiés, imprimés, de dessins ou d’œuvres d’art, comme à la production de témoignages photographiques et filmés voire de documentaires qui peuvent mettre en lumière le patrimoine familial. L’emploi généralisé des médias et réseaux sociaux dans les sociétés asiatiques nous intéressent particulièrement. Nous souhaitons notamment aborder la nature transnationale des familles sud-est asiatiques à travers les thèmes de la reconstitution des groupes de parents, de la communication et des échanges à échelle internationale. On s’intéresse enfin à l’expression de l’absence, de la perte ou de la rupture avec la famille dans le récit biographique et à leurs conséquences dans la représentation de la collectivité.  

L’Afrase propose à tous de participer à ces Rencontres. Cette participation peut prendre la forme d’une communication, d’une exposition commentée, d’une représentation ou d’un visionnage. L’Afrase invite tous ceux qui souhaitent participer à se signaler avant le 15/12/2020 à :

marie.aberdam@hotmail.fr

Quelques références indicatives

  • Collectif, La fabrique de l’hérédité en politique, Critique internationale, 2016/4, n°73, 192 p.
  • Collectif, Parenté, alliance et filiation, Péninsule, 2011/1, n°62, 218 p.
  • Collectif, Auto-biographie, ethno-biographie, L’Homme, 2010, n°195-196, 583 p.
  • Anglè, Valérie, Justine Romolacci, (dir.), Paysages biographiques du migrant asiatique, Moussons n°26, 2015/2, 178 p.
  • Berman, Laine, Speaking through the Silence, Narratives, Social Conventions and Power in Java, New York, Oxford University Press, 1998, 256 p. 
  • Condominas, Georges, « Aînés, anciens et ancêtres en Asie du Sud-Est, entretien avec Georges Condominas », Communication, 1983, n°37, pp. 55-67.

Illustration “à la une” : famille vietnamienne dans les années cinquante, source : Gia đình Việt ngày ấy – bây giờ © Afamily

Nguyen Quoc-Thanh : La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est

[ndlr] Une séance de séminaire à ne pas manquer.

Vendredi 8 novembre 2019 de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

« La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est »

Quoc-Thanh Nguyen, chercheuse associée à l’IAO

Résumé : La culture maritime vietnamienne actuelle porte l’empreinte des plus importants courants culturels qui ont traversé le Vietnam les siècles passés. De nos jours, les cultes célébrés par les pêcheurs sont également marqués par ces courants. Animisme, Bouddhisme, Hindouisme voire Islam, les croyances des pêcheurs vietnamiens embrassent divers horizons et, en retour, ces dernières les enrichissent et les singularisent de la population de l’hinterland. Alors que le Vietnam tout entier se tourne aujourd’hui vers la modernité, les pêcheurs résistent, entretiennent et protègent leurs croyances séculaires : ainsi chez eux subsistent des pratiques oubliées par beaucoup de Vietnamiens.

Source : IAO

Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects – October 14-15, 2019

Programme en ligne d’un important colloque organisé par Tuong Vu à l’Université d’Oregon aux Etats-Unis. Argumentaire et programme (téléchargeable) ci-dessous.

Scholarly interest in the Republic of Vietnam (RVN) has surged in the last decade. The conventional wisdom in Western scholarship until recently was closely in line with communist propaganda, either ignoring the RVN or portraying it as an American creation in the US global struggle against communism. In this narrative, the government led by Ho Chi Minh and his successors represented the true aspirations of most Vietnamese, while the RVN had little domestic legitimacy. The conflict in Vietnam during 1955-1975 was less a civil war than an American war against the Vietnamese nation as a whole.

The recently expanding interest in Republican Vietnam stems from a combination of newly available sources since the late 1990s and the emergence of a younger generation of historians less shackled by the biases of the previous generation. The new scholarship rejects the old binary of communists-as-patriots versus anticommunists-as-collaborators. Communism is treated as merely one of many political tendencies in modern Vietnam and had no more inherent legitimacy than its rivals. Republican, monarchist and anticommunist ideologies and organizations are given full agency as agents of history who contributed to the evolution of contemporary Vietnam despite their eventual defeat at the hands of the communists. In the new scholarship, the conflicts between and within North and South Vietnam were at the core civil wars whose origins can be traced back to the 1920s’ clashes in colonial Vietnam among republican, communist, monarchist and other ideas.

South Vietnamese Elections in 1967 © DR

The events that transpired since 1975 left behind legacies as complicated as the war itself. After its military victory, the communist regime sought to eradicate any traces of the RVN by imprisoning its former personnel, nationalizing its capitalist economy, and suppressing its lively culture and robust civil society. Unwilling or unable to bear the hardship, persecution, and communist dictatorship, hundreds of thousands fled Vietnam, creating the largest exodus in the country’s history. Among what the diaspora carried with it to foreign shores were certain Republican values, memories of the RVN, and the trauma of life under communism. Among South Vietnamese who stayed behind, the legacies persisted and re-emerged in various aspects when the regime was forced to accept market reform in the late 1980s.

Republican Vietnam is a broad subject, extending through the 20th century and beyond. The issues range from the spread of Republican ideas to French Indochina at the turn of the century to the memories of the RVN among the diaspora and the resurgence of Republican values in Vietnam today, and everything in between.

Source : Center for Asian and Pacific Studies – Oregon University

SÉMINAIRE BNF – EUR TRANSLITTERÆ : Le Vietnam des guerres au Renouveau

[ndlr] Programme du séminaire organisé par Nguyễn Giáng Hương (BnF), en collaboration avec l’EUR Translitteræ.

Programme 2019-2020 :

Le Vietnam des guerres au Renouveau

Après avoir traversé les guerres durant le XXe siècle, le Vietnam passe au Renouveau (Đổi mới), une réforme initiée en 1986 avec l’application de l’économie de marché. Une nouvelle identité vietnamienne se crée sur la base de l’héritage du passé : des traditions, du temps de la colonisation et des temps de guerre et de conflits. Le cycle de séminaires 2019-2020, composé d’approches interdisciplinaires en sciences sociales et humaines, espère présenter différents aspects du Vietnam contemporain et d’autrefois sans négliger les échanges dynamiques avec sa diaspora.

11 octobre | 16h-18h | salle Cavaillès (45 rue d’Ulm, 1er étage couloir AB)

  • Anne Fort (Musée de Cernuschi), « La collection vietnamienne du  musée Cernuschi »
  • Nguyen Khieu Anh (Université Aix-Marseille), « Les chroniques théâtrales dans l’Écho annamite : la saison théâtrale 1928-1929 »

8 novembre | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Johann Grémont (IFRAE), « Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940 »
  • Nguyen Giang Huong (BnF), « Le Vietnam au-delà de ses frontières : à travers les écritures de Kim Thuy »

13 décembre | 16h-18h | salle Paul Langevin (29 rue d’Ulm, 1er étage à gauche)

  • Lê Thi Hoa Marie (Université Paris 7), « Cheminement historique de l’éducation catholique de l’époque coloniale français à la seconde République du Sud Viet Nam »
  • Pierre Journoud (Université de Montpellier), « Dien Bien Phu dans la relation franco-vietnamienne : de la bataille à la réconciliation »

10 janvier | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Lâm Lê (cinéaste), « La maison Cinéma(s) du Vietnam et le monde : le moi filmique au singulier et au pluriel »

28 février | 16h-18h | salle Paul Langevin

  • Myriam de Loenzien (IRD-CEPED), « Accoucher par césarienne au Viêt Nam : un choix ? Approche socio-démographique au sein d’un projet multidisciplinaire en sciences sociales et biomédicales »
  • Luong Van Ha (ECSP Europe & Université Paris 1), « L’image du Vietnam à travers le tourisme : entre la symbolique et l’expérience »

20 mars | 16h-18h | salle Paul Langevin

  • Anna Moï (romancière), Hoai Huong Nguyen (romancière) et Henri Copin (Université de Nantes), « Le Vietnam entre la mémoire et l’imaginaire : l’écriture féminine francophone »

24 avril | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Nguyen Vu Hung (Université Paris 8), « Quelques réflexions sur l’écriture de Samuel Beckett : Pour une introduction en troisième langue (le cas du vietnamien) »
  • Jérôme Gidoin (chercheur indépendant), « Les défunts à la pagode »

22 mai | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Aude To (ENS), « Les boat people Vietnamiens en France »
  • Mai Lam Nguyen-Conan (MUUTIVATE), «Une lecture de l’évolution de la société vietnamienne ces vingt-cinq dernières années au travers de la consommation de produits laitiers »

Télécharger le programme ici.

Source : France – Vietnam, un portail entre les cultures

Colloqium “Global Ho Chi Minh” – 4 octobre 2019

Annonce d’un colloque très intéressant sur le Président Hô Chi Minh, le 4 octobre 2019 à l’Université de Columbia. Programme ci-dessous.

Colloquium on Global Hồ Chí Minh

October 4 @ 9:30 am – 5:45 pm

Weatherhead East Asian Institute Event

Held on the occasion of the fiftieth anniversary of the death of Hồ Chí Minh, this international colloquium will interrogate Hồ’s role in the formation of modern Vietnam and explore the country’s position in world affairs in the 20th Century. Participants will share their new multi-lingual and multi-archival research and past works on the life, career, and legacy of Hồ Chí Minh. This colloquium also serves to announce a new partnership between Columbia University and the University of Social Sciences and Humanities, Hanoi.

This is a Weatherhead East Asian Institute 70th Anniversary event.

No registration required.

EVENT DETAILS 


October 04, 2019

9:30 AM – 5:45 PM

Schedule

9:30 AM – 10:00 AM    Comments by Co-Organizers, Professors Pham Quang Minh and Lien-Hang T. Nguyen

10:00 AM – 12:00 PM    Panel 1: Hồ and the Imperial Powers

  • Do Quang Hung, Professor, Department of Political Science at Vietnam National University
  • Alec Holcombe, Assistant Professor, Department of History at Ohio University

12:00 PM – 1:00 PM    Lunch break

1:00 PM – 3:30 PM    Panel 2: Hồ in the Global Cold War, 1945-1969

  • Pham Quang Minh, Rector and Professor, Department of International Studies at Vietnam National University
  • Tran Viet Nghia,  Associate Professor and Director of the Office for the Journal of Social Sciences and Humanities at Vietnam National University
  • Pierre Asselin, Professor and Dwight E. Stanford Chair in American Foreign Relations, Department of History at San Diego State University

3:30 PM – 3:45 PM    Coffee break

3:45 PM – 5:45 PM    Hồ’s Global Legacy

  • Pham Hong Tung, Professor and Director of the Institute of Vietnamese Studies and Development Science at Vietnam National University
  • Olga Dror, Associate Professor, Department of History, College of Liberal Arts at Texas A&M University and Fellow at the National Humanities Center (2019-2020)

Address


International Affairs Building, Room 918

420 West 118th Street

For press inquiries, please contact Ariana King ak4364@columbia.edu.

Cosponsored by: Department of History, Columbia University; Department of East Asian Languages and Cultures, Columbia University; and the University of Social Sciences and Humanities, Vietnam National University.

Source : Columbia University