Archives de catégorie : Signalements

Doan Cam Thi : « Un moi sans masque ». L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945)

[ndlr] Parution d’une étude littéraire sur une catégorie d’œuvres encore peu interrogée au Vietnam. Voici quelques éléments d’introduction, publiés avec l’autorisation de l’auteure que nous remercions.

« Un moi sans masque ». L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945)

Doan Cam Thi

Introduction (Extraits)

Longtemps, pour l’opinion publique comme les sciences sociales et humaines, l’Occident moderne aurait été la matrice de l’individu. Nombre de travaux récents sur les aires dites « extra-occidentales » ont heureusement bousculé les oppositions simplistes : individualisme/holisme, modernité/tradition, Occident/Orient, entre autres.

(…)

Dans cette veine, le présent essai interroge la période qui s’étend de 1887 – date de la parution du premier roman vietnamien du « je », Truyện thầy Lazaro Phiền [L’Histoire de Lazaro Phiền] de Nguyễn Trọng Quản – aux années 1925-1945, marquées par trois autobiographies fondatrices. Si dans Giấc mộng lớn [Le Grand rêve] (1928) Tản Đà retrace son parcours singulier, de sa formation mandarinale à son accès au statut d’écrivain moderne tout en revendiquant l’empreinte de Zhuangzi et de son fameux rêve de papillon, Những ngày thơ ấu [Jours d’enfance] (1938) et Cỏ dại [Herbes folles] (1944) sont, quant à eux, l’œuvre de Nguyên Hồng et de Tô Hoài, issus de l’école franco-indigène, lecteurs passionnés de Rousseau, Freud, Gide, Marx, Trotski, et futurs révolutionnaires. Alors que Nguyên Hồng de Jours d’enfance puise dans la psychanalyse une approche originale pour explorer son passé à travers son amour sensuel et fantasmatiquement incestueux pour sa mère, Tô Hoài d’Herbes folles cherche dans sa fascination d’enfant pour la photographie et l’imagerie industrielle, les premiers signes de son goût pour la représentation du réel.

(…)

Par-delà leur différence, les trois autobiographies d’écrivains présentent le même parcours de jeunes hommes qui, privés de père et de repère dans une société coloniale aux profonds clivages, tentent par la littérature de panser des blessures aussi intimes que politiques (…). Elles sont par ailleurs animées par la même audace, qui réside moins dans le fait que le moi soit réel – la tradition vietnamienne, nous l’avons dit, n’ignore pas l’écriture personnelle – que dans la façon dont leurs auteurs font de leur vie l’unique objet de leur livre, s’exposent au public et font éclater les non-dits. En revisitant leur passé afin de rechercher et d’interpréter les éléments qui auraient formé leur personnalité, ils essaient de bâtir une nouvelle vision du sujet.

En effet, si chaque œuvre, même la plus banale, est sans équivoque l’expression personnelle d’un auteur, la naissance de l’autobiographie est révélatrice d’une mutation plus profonde, aussi bien sociale qu’historique, puisqu’elle incarne un nouveau regard sur l’individu et sur le monde. Dans quelles conditions est-elle apparue au Vietnam ? Procède-t-elle de la colonisation ou s’inscrit-elle, au contraire, dans la permanence d’une longue tradition de l’écriture de soi que la crise idéologique et l’effervescence intellectuelle provoquées par la violente rencontre avec l’Occident contribuent à faire épanouir ? Sans doute ne peut-il y avoir de réponse simple à ces questions ; une tentative d’interprétation permettra néanmoins de nourrir le débat sur le rapport du littéraire aux concepts de sujet, de personne et d’individu.

(…)

Notre travail qui est exclusivement consacré aux autobiographies d’écrivains, n’oublie jamais que leur beauté réside également dans leur force poétique et que c’est de cette dernière qu’il faut rendre compte pour tenter de fixer les spécificités du genre. Car pour un critique littéraire, il s’agit moins de vérifier l’authenticité des faits évoqués que de voir comment l’auteur y trouve un moyen pour se connaître, voire s’inventer et se réinventer, ce d’autant que les trois auteurs sont des génies de l’écriture de soi. En effet, hantés par leur passé, en perpétuelle quête d’une unité de leur vie, Tản Đà, Nguyên Hồng et Tô Hoài, ont les uns comme les autres consacré, tout au long de leur carrière, au moins cinq volumes à leurs souvenirs et mémoires. En quoi consiste chez chacun de ces auteurs la manière singulière de parler de soi ? De quelle façon leur démarche a-t-elle contribué à construire un véritable genre littéraire en renouvelant les modèles classiques de l’écriture personnelle ? Comment chacune des trois œuvres est-elle à la fois une écriture strictement autobiographique et une forme originale, revue, matériellement enrichie par le contenu proprement vietnamien ?

Réf. Doan Cam Thi, « Un moi sans masque ». L’autobiographie au Vietnam (1887-1945), Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2019, 236 p.

Lien vers la page de l’éditeur : Riveneuve

Tầm quan trọng của địa chính trị

[ndlr] Annonce d’une traduction vietnamienne du numéro de la revue Hérodote consacré au Viêt-Nam.

Le numéro de la revue Hérodote (« Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam », n° 157, 2e trimestre 2015), coordonné par Benoît de Tréglodé, a été traduit au Viêt Nam et édité aux Éditions de politique nationale (NXB Chinh tri Quoc gia) à Hanoi en décembre 2018. Couverture ci-dessous. Notez la mention de couverture : « Document de référence en interne » (diffusion restreinte).

Source : IRSEM sur Twitter

Claire Tran – Première Guerre mondiale : ces Asiatiques venus au front [Journal du CNRS]

[ndlr] A lire dans le Journal du CNRS en ligne, l’article de notre collègue Claire Tran Thi Lien, Directrice de l’IRASEC à Bangkok.

Pendant la Première Guerre mondiale, quelque 2 millions d’Asiatiques sont venus grossir les rangs sur le front en Europe et au Moyen-Orient. Ces soldats de l’ombre ont non seulement combattu mais ils ont aussi servi de main-d’œuvre dans les usines, notamment en France. Des expériences qui changèrent leur vie mais aussi leur vision du monde et qui contribuèrent à déclencher la décolonisation, comme l’explique l’historienne Claire Tran.

Alors que les commémorations de la Première Guerre mondiale sont l’occasion de revenir sur la vie éprouvante des Poilus dans les tranchées, celle de près de 2,5 millions de combattants et ouvriers venant d’Afrique et d’Asie reste encore méconnue. Parmi eux, 71 % étaient principalement des Indiens, des Chinois et des Vietnamiens. Que sait-on de la vie de ces 1 723 000 Asiatiques arrivés massivement en Europe et au Moyen-Orient entre 1914 et 1919 et plongés dans l’enfer de la guerre totale ? Au début du XXsiècle, États et sociétés d’Asie faisaient face à l’arrivée de centaines de milliers de colons occidentaux avec l’expansion impériale et l’imposition de « traités inégaux » , mais pendant plus de cinq ans, la Première Guerre mondiale entraîna en sens inverse une mobilité importante d’Asiatiques vers l’Europe.

Lire la suite : Le Journal du CNRS

Image « à une une » : Soldats siamois en route pour le Front, août 1918. © ECPAD

Le Vietnam demande à la Chine de respecter sa souveraineté [CVN]

[ndlr] Mer de Chine méridionale : Le dossier de la « Mer de l’Est », selon la dénomination vietnamienne, revient sur le devant de la scène.

Le Vietnam s’oppose résolument à l’installation par la Chine d’une nouvelle structure sur le récif de Bong Bay (Bombay) dans l’archipel vietnamien de Hoàng Sa (Paracels), et demande à la Chine de mettre fin immédiatement à l’opération et de ne pas mener des actions similaires, a déclaré la porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères, Nguyên Phuong Trà.

Lire la suite : Le Courrier du Vietnam, 22/11/2018.

Précédents articles sur ce sujet :

Words Without Borders : « The weight of history : Writing from Vietnam »

[ndlr] Annonce d’un numéro spécial consacré à la littérature vietnamienne. Nous remercions Hélène Blanchard (CASE) pour nous avoir transmis cette information.

Présentation
This month we bring you writing from Vietnam. The prose writers and poets here explore and depict lives shaped by the country’s fraught politics as well as by their own personal histories. Poet and literary critic Nhã Thuyên escorts us through the poetic underground. In two wildly contrasting portraits of marriage, Bùi Ngọc Tấn pens a gentle ode to lifelong love, and Trần Dần observes a household torn apart by infidelity and political betrayal. Trần Thị NgH’s wry divorcée looks back at her checkered romantic past, while Dương Nghiễm Mậu unfurls a hallucinatory reunion. Poets P.K., Pháp Hoan, and Nguyễn Hoàng Quyên suggest the vitality of the poetic scene in Vietnam today. Guest editors Nhã Thuyên and Kaitlin Rees contribute an illuminating introduction. 
Elsewhere we present writing on mourning and remembrance.

A lire sur : https://www.wordswithoutborders.org/issue/november-2018-vietnam

Nguyen Giang-Huong : La littérature vietnamienne francophone (1913-1986) [parution]

[ndlr] Signalement d’une nouvelle étude littéraire intéressante. Présentation de l’éditeur.

En important son système de pensée et ses valeurs au Vietnam par le biais de la colonisation, la France provoque un bouleversement profond de l’espace culturel vietnamien, à commencer par la langue. Certains écrivains vietnamiens choisissent le français pour exprimer les questions identitaires qui résultent du métissage culturel, de leur situation paradoxale de colonisés et simultanément de médiateurs francophiles. Leur oeuvre illustre une confrontation au phénomène de l’altérité dans la société vietnamienne coloniale et post-coloniale. L’ouvrage propose une analyse des figures discursives de l’auteur dans douze romans représentatifs de l’ensemble de la production romanesque de langue française de 1913 à 1986 au Vietnam.

Source : France-Vietnam

Déplacement du Premier ministre, Édouard Philippe, au Vietnam

[ndlr] Programme chargé pour un déplacement éclair de trois jours.

Déplacement de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre, au Vietnam du vendredi 2 au dimanche 4 novembre 2018

Le Premier ministre se rendra au Vietnam à l’occasion du double anniversaire des 45 ans des relations diplomatiques et des 5 ans du partenariat stratégique entre la France et le Vietnam. L’année 2018 marque un renforcement sans précédent des liens entre les deux pays comme en témoignent les visites de haut niveau, après notamment la venue en France du Secrétaire général du Parti Communiste vietnamien.

Le Premier ministre sera accompagné notamment d’Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, de Gérald DARMANIN, ministre de l’Action et des Comptes Publics, d’élus et de chefs d’entreprise pour lesquels le Vietnam représente un marché en très forte croissance.

Lire la suite : Gouvernement.fr