Archives de catégorie : Signalements

Benedict Kerkvliet: Speaking Out in Vietnam Public Political Criticism in a Communist Party–Ruled Nation

Avis de parution d’une nouvelle étude de Benedict J. Tria Kerkvliet. Présentation de l’éditeur ci-après.

Since 1990 public political criticism has evolved into a prominent feature of Vietnam’s political landscape. So argues Benedict Kerkvliet in his analysis of Communist Party–ruled Vietnam. Speaking Out in Vietnam assesses the rise and diversity of these public displays of disagreement, showing that it has morphed from family whispers to large-scale use of electronic media.

In discussing how such criticism has become widespread over the last three decades, Kerkvliet focuses on four clusters of critics: factory workers demanding better wages and living standards; villagers demonstrating and petitioning against corruption and land confiscations; citizens opposing China’s encroachment into Vietnam and criticizing China-Vietnam relations; and dissidents objecting to the party-state regime and pressing for democratization. He finds that public political criticism ranges from lambasting corrupt authorities to condemning repression of bloggers to protesting about working conditions. Speaking Out in Vietnam shows that although we may think that the party-state represses public criticism, in fact Vietnamese authorities often tolerate and respond positively to such public and open protests.

Contents:

List of Illustrations
Acknowledgments
List of Abbreviations
Introduction: Political Criticism and the Party-State
1. Labor: Protesting Working and Living Conditions
2. Land: Defending Farms and Opposing Corruption
3. Nation: Protecting Vietnam and Questioning the Party’s Patriotism 
4. Democratization: Advocating Regime Change
5. Party-State Authorities: Treatment of Regime Critics
6. Reprise and Prospects
Appendix: Cited Party-State
Newspapers
Notes
Index

Source : Cornell University Press

Moussons n°33 [parution]

[ndlr] Avis de parution du n°33 de la revue Moussons.

Ce numéro généraliste de Moussons a une saveur particulière : il entame avec l’année 2019 ses 20 ans d’existence salués dans l’éditorial sous le titre « Vingt après ». S’ensuit un dossier thématique qui conjugue les compétences des géographes, des urbanistes et des ethnologues pour aborder, sous l’angle des politiques publiques et des initiatives privées, les processus récents de densification démographique et de gentrification de la principale ville du Myanmar : Yangon (autrefois Rangoun). En effet, depuis le début des années 2010 et la relative libéralisation du régime, la capitale économique du Myanmar a attiré un grand nombre de migrants en quête d’opportunités d’emploi et de formation. La cité doit alors faire face à des problèmes de surpeuplement, de congestion du trafic, d’inadaptation des infrastructures, de marginalisation des habitants les plus modestes, de dégradation de leurs conditions de vie et de menaces sur le patrimoine architectural de la ville. Les articles du dossier rédigés par Marion Sabrié, Maaike Matelski, Helene Maria Kyed et Eben Forbes, traitent de ces différents problèmes en croisant, par le biais d’enquêtes de terrain, les logiques d’action des élites et des classes moyennes ou populaires.

Deux articles varia composent également ce numéro. Julien Debonneville et Olivia Killias décrivent le rôle des agences de recrutement et de placement dans l’économie mondialisée du travail domestique en se penchant sur deux « industries » de la migration de référence en Asie du Sud-Est, les Philippines et l’Indonésie. Laurent Gédéon étudie les prétentions territoriales chinoises sur la mer de Chine du Sud qui imposent au Vietnam de concevoir désormais une maritimisation de son espace stratégique.

Lien vers la revue en ligne : Moussons 33

« Y a-t-il eu une troisième force au Viêt-Nam, 1947-1948 ? ». Réponse à M. Nghiêm Phong Tuân

Le 15 mai 2018, il y a un peu plus d’un an, le journal Diễn Đàn Forum en ligne publiait les remarques  de M. Nghiêm Phong Tuấn concernant mon ouvrage sur l’histoire du Đại Việt paru aux Indes savantes en 2012. Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat soutenue en 2003 à l’EPHE à Paris à l’issue d’un travail de cinq ans (1998-2003) sous la direction du Professeur Nguyễn Thế Anh. Il aura donc fallu neuf ans pour que ce travail sur le mouvement nationaliste non communiste, précisément sur l’histoire du parti Đại Việt Quốc Dân Đảng, soit porté à la connaissance public et je dois remercier les Indes savantes pour cette initiative courageuse car les ventes de ce type de grosses monographies (738 p., 39 euros) sont souvent anecdotiques dues à un public relativement limité. L’ouvrage ayant reçu une vive critique de M. Nghiêm Phong Tuấn (fils de Nghiêm Xuân Thiện, ancien Gouverneur du Nord Viêt-Nam en 1947-1948), j’ai décidé de répondre à la fois sur la forme de la critique et sur le fond, ce qui me paraît plus intéressant à travers une question posée en titre de ce billet.

NB : Deux notices biographiques courtes accompagnent notre réponse.

François Guillemot

Lire la suite : Dien Dan Forum

 

Réforme du Bac : L’avenir des langues rares (vietnamien, cambodgien, coréen…)

[ndlr] A l’initiative de Cô Mai, ancienne enseignante de vietnamien au Lycée Louis-le-Grand, une pétition adressée à M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse est en ligne sur Change.org. Argumentaire ci-dessous. N’hésitez pas à l’encourager !

Nouvelle réforme du Baccalauréat 2021 : nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats choisissant une « langue rare » au Bac (arménien, cambodgien, coréen danois, finnois, grec moderne, hébreu, néerlandais, norvégien, persan, polonais, suédois, turc et vietnamien).

Depuis toujours, les candidats scolaires “libres” pour les “langues rares” ont la possibilité de s’inscrire en Octobre (de l’année de Terminale) pour passer une épreuve écrite finale en Mars pour la langue facultative et en Juin pour les langues obligatoires.

Avec la réforme du Bac actuelle, les langues rares sont toujours conservées dans la liste des langues pouvant être choisies comme LVA et LVB (1ère et 2ème Langue) ou LVC (3ème langue optionnelle).

Cependant, les modalités d’obtention du Bac 2021 ont été modifiées : la notation est divisée entre la formation continue et une épreuve finale. Les candidats au Bac, désirant choisir une langue rare, ont l’obligation de s’inscrire dès l’année de 1ère en LVA et LVB, et doivent impérativement suivre cet enseignement au sein de leur établissement scolaire. Toutefois, Ces enseignements sont très rarement dispensés au sein des établissements de l’Education Nationale. Seront de ce fait pénalisés tous les élèves inscrits dans un établissement scolaire ne proposant pas la langue rare de leur choix.

Nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats au Bac en :

  • 1/ assouplissant les modalités d’inscription aux Bac sur ces langues pour permettre aux élèves de les choisir en épreuve finale.
  • 2/ offrant plus de structures d’enseignement de langues rares sur le territoire français.

Soutenez notre cause ! 

Mme NGUYEN – TON NU Hoang Mai

Professeure de Français Langue Étrangère (FLE) au Lycée La Fontaine – 75016 Paris
Professeure de Vietnamien au Lycée Emily Brontë – 77185 Lognes

Vietnam War left a painful legacy for indigenous minority that fought alongside U.S.

[ndlr] Signalement d’un reportage de Charles Dunst sur un sujet peu évoqué. L’engagement de membres de minorités ethniques au côté des Américains pendant la guerre du Viêt-Nam.

Here in the windswept, rolling hills of central Vietnam, there are many reminders of the war that ended four decades ago.

Two Soviet-made tanks sit in the village of Dak To as monuments to the men who died retaking the region from U.S.-backed South Vietnam in 1972. The flag of the communist Viet Cong guerrillas is painted on roadside walls. Undiscovered land mines remain a hazard.

But for the indigenous minority that Vietnam’s French colonizers named the Montagnards, or “mountain people,” the legacy of the war is especially painful.

They fought alongside the Americans and continue to be regarded as enemies by the Vietnamese government, which routinely subjects them to surveillance, arbitrary arrest, land seizures and other abuses that have been documented by human rights groups.

“Hanoi’s perspective on the Montagnards seems fixed in a Vietnam War-era past,” said Phil Robertson, deputy director of Human Rights Watch’s Asia division. “Ever since the war ended in 1975, the Montagnards have faced systematic harassment, intrusive surveillance and persecution.”

Lire la suite : Los Angeles Times, 21/05/2019.

Image “à la une” : Dim, right, is a Montagnard who fought alongside U.S. Army special forces in the Vietnam War. Chuh A., left, is the son of a Montagnard veteran and was deported from the U.S. in 2017 © Charles Dunst / For The Times.

Disparition d’Arnaud Dubus, l’ancien correspondant de RFI en Thaïlande

[ndlr] Radio France Internationale rend hommage à son ancien correspondant en Thaïlande parti trop tôt.

C’est avec une profonde tristesse que nous apprenons ce lundi 29 avril le décès brutal de notre collègue Arnaud Dubus, 55 ans, ancien correspondant de RFI à Bangkok. Arnaud était l’un des meilleurs connaisseurs de la Thaïlande, auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la société, la culture et l’histoire du peuple thaïlandais. La rédaction lui rend hommage.

Lire la suite : RFI, 9/04/2019.