Archives de catégorie : CR de lecture ASIOC

Geoffrey C. Gunn, Monarchical Manipulation in Cambodia – CR de lecture de Anatole Bernet

Geoffrey C. GUNN, professeur émérite à l’université de Nagasaki et professeur adjoint à l’université de Macau, fait don dans Monarchical Manipulation in Cambodia d’une synthèse fort utile à l’étude de la monarchie cambodgienne. Diplômé de l’université de Melbourne et de l’université Monash en Asian Studies, il couvre par ses travaux une grande variété d’aires culturelles asiatiques, du monde malais aux ports japonais. Geoffrey C. Gunn porte une attention particulière à la world history, se conformant à l’adage selon lequel cette histoire globale n’est en aucun cas une histoire du globe tout entier : Gunn peut ainsi se targuer d’être tant auteur d’une histoire de la « première mondialisation » eurasienne1 que de ce qu’il identifie comme des « regional world histories »2 ; histoires globales de Macao3 et du Timor4 y côtoient une étude de la place de Nagasaki dans le commerce asiatique des lingots sur deux siècles5. L’histoire globale de l’Asie tend – en toute logique – à se focaliser sur les espaces de mobilité fréquente et d’échanges nombreux que furent les ports, villes et autres comptoirs commerciaux. Aussi est-il bienvenu de constater que Geoffrey C. Gunn met à profit son expérience de l’histoire globale dans l’étude d’un pays – le Cambodge – dont la période coloniale française est caractérisée, contrairement au Viêt Nam, par le nombre limité d’interactions d’une population clairsemée avec le monde extérieur.

Paru en juin 2018, Monarchical Manipulation, dont le sous-titre est « France, Japan, and the Sihanouk Crusade for Independence », s’inscrit dans la continuité logique de deux ouvrages aux thématiques similaires que Gunn a consacré à l’Indochine française : un sur le Laos, paru en 1990 et réédité en 20196, et un sur le Viêt Nam, paru en 20147. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de caractériser les formes de contestations politiques et de révoltes qui émergent en contexte colonial. Toutefois, là où le Laos comme le Viêt Nam sont appréhendés par Gunn dans une perspective agraire – la révolte partant des campagnes pour atteindre en instance finale le siège urbain du pouvoir colonial, c’est une problématique monarchique qui constitue le fil rouge de cet ouvrage. Le propos de Gunn est de considérer le paysage politique à la sortie du régime colonial comme le fruit d’un continuum amorcé sous la période française, dans lequel les personnalités monarchiques en général et Norodom Sihanouk en particulier jouent un rôle décisif, qu’il soit actif ou passif. Divisé en dix-neuf chapitres répartis dans neuf parties, le contenu du livre mérite d’être développé, car le titre et le sous-titre de l’ouvrage peuvent prêter à confusion. D’une part, il ne s’agit pas uniquement d’une étude de la monarchie dans le cadre de l’intervention japonaise puis de l’accession progressive à l’indépendance, mais bien d’un ouvrage de synthèse sur l’ensemble de la période coloniale. Geoffrey Gunn met d’ailleurs tant à profit ses propres recherches aux archives que celles d’innombrables autres travaux sur le protectorat français du Cambodge, ce dont résulte un travail à l’exhaustivité notable. D’autre part, il ne s’agit certainement pas uniquement d’une histoire « par le haut » de la contestation politique au Cambodge mais bien aussi d’une histoire « par le bas ». Gunn fait grand cas des communautés migrantes et rurales, leur allouant des chapitres dédiés en amont de son propos, chapitres qui permettent par la suite de mieux souligner le rôle de ces communautés dans le contexte général. Fort de cette attention à une histoire du Cambodge « par le bas », le propos de l’ouvrage met en évidence plusieurs usages de la figure monarchique dans le Cambodge colonial : d’abord instrumentalisée par le pouvoir colonial dans le cadre du protectorat, elle devient source et support de revendications politiques dans les périodes d’instabilité politique, plaçant Norodom Sihanouk dans une position inédite lorsque l’occupant japonais s’empare du Kampuchéa vichyste. Elle se fait enfin actrice et étendard de l’indépendance dans le cadre de la « croisade » décrétée par Sihanouk.

Imposer et fortifier le protectorat (ch. 1-7)

Norodom 1er (extrait de Die katholischen Missionen, side 48, 1903).

Au milieu du XIXème siècle, le Cambodge se trouve dans une position de double vassalité entre le royaume du Siam et du Viêt Nam. Le pouvoir du roi khmer, fondé sur l’idée d’un deva-raja (« dieu-roi »), tend à décliner depuis le XVème siècle au profit des intermédiaires politiques et des membres de la famille royale. Le statut du pays reste néanmoins incertain selon des conceptions occidentales. C’est dans ce contexte que les Français imposent le protectorat au roi Norodom Ier par le traité d’Oudong le 5 juillet 1863. En décembre de la même année, le roi Norodom promet néanmoins des droits semblables au royaume de Siam suite à des pressions similaires. C’est donc une convention franco-thaï qui définit en 1867 le statut du Cambodge en tant que protectorat sans autonomie internationale, ce en échange des provinces d’Angkor et de Battambang, tenues par le Siam jusqu’en 1907, puis de nouveau brièvement pendant la Seconde Guerre mondiale. La monarchie cambodgienne devient à cette occasion l’auxiliaire de l’administration coloniale française : en 1866, Norodom fait de Phnom Penh, base d’opérations française, la nouvelle capitale du royaume, tandis que l’impôt colonial et les régimes de corvées qui l’accompagnent sont centralisés par le même pouvoir royal.

Le royaume du Cambodge ne dispose pas de règles de succession écrites : ce sont des dignitaires qui proclament le successeur dans la famille royale sur demande du roi. L’administration coloniale française s’immisce rapidement dans ce processus, choisissant indirectement le souverain en influant sur ses dignitaires : Norodom Yukanthor, anti-français, est écarté au profit de Sisowath (1904-1927), tandis que son successeur Monivong (1927-1941) est envisagé comme tel dans les rapports français dès 1913. La présence française contribue aussi à affirmer – pour mieux la manipuler – l’identité cambodgienne. L’École Française d’Extrême-Orient (implantée en 1907) tente de préserver le clergé bouddhiste Mana Nikaya majoritaire pour éviter au clergé Dhammayuttika Nikaya minoritaire sous influence siamoise d’acquérir un pouvoir jugé menaçant. Ces actions contribuent aussi à l’affirmation nationaliste khmère. En 1930, la khmerphile et directrice de la bibliothèque royale Suzanne Karpelès fonde aussi l’Institut Bouddhique ainsi qu’une Commission des Mœurs et Coutumes du Cambodge, institutions qui contribuent à l’affirmation d’une identité khmère.

Le fait colonial français se manifeste concrètement par une nouvelle organisation des zones rurales dans l’optique de collecter l’impôt. Les communautés villageoises (srok) choisissent à partir de 1901 un mesrok qui est responsable de la collecte des taxes. Elles sont remplacées en 1908 par des communes (khum) dirigées par un mekhum. Le système colonial de taxe et de corvée pèse lourd sur les plus défavorisés, et l’agriculture stagne : des épisodes de disette surgissent en 1906, 1911 et 1919, au point que l’administration coloniale interrompt temporairement les exportations vers la métropole. Dans ce contexte, les révoltes sont surtout paysannes et s’opposent au poids de l’impôt : les paysans se rassemblent en 1916 à Phnom Penh pour réclamer une réforme de la taxe, et en 1925 le collecteur d’impôt Félix Louis Bardez est lynché par une foule en colère. À ces prémisses cambodgiennes de la révolte se greffent des leaders qui tendent à être prétendants au trône : le prince Si Votha mène ainsi plusieurs rébellions entre 1876 et 1889. S’y ajoutent les ethnies « montagnardes », comme les Phnong, qui se rebellent en 1912-1914 et en 1931-1935 face à une administration coloniale pour qui ils sont les sauvages par excellence à soumettre au pouvoir de la puissance française.

Les revendications politiques et le rôle de l’intermède japonais (ch. 8-13)

Deux communautés non-khmères majeures sont installées au Cambodge colonial : les Chinois et les Vietnamiens. Les Chinois, pour la plupart originaires de Hainan, sont historiquement présents au Cambodge comme commerçants du poivre. Concentrés autour de Kampot, ils forment des huiguan [会馆] (« congrégations ») qui disposent de leurs institutions et de leurs structures propres. Les Vietnamiens sont eux nombreux dans la région agricole de Prey Veng et dans celle, productrice de caoutchouc, de Chup. Ils constituent une force de travail privilégiée par les Français, car souvent moins onéreux. Ces communautés sont aussi une source d’inquiétude pour les autorités coloniales : les Vietnamiens sont considérés comme un danger car possibles agents de propagation du caodaïsme, tandis que les Chinois sont la cible de l’influence du Parti Communiste chinois et de l’aile gauche du Kuomintang dès les années 1920. Par la suite, c’est le Parti communiste indochinois de Ho Chi Minh qui exercent son influence idéologique sur le Cambodge. Dès 1936, Son Ngoc Thanh et Pach Chhoeun émergent comme figures précoces de la lutte khmère pour l’indépendance.

Le journal Nagara vatta, premier magazine en langue khmère.

Lorsque Norodom Sihanouk devient roi du Cambodge en 1941, le régime de Vichy incarné par Decoux tente d’appliquer au Cambodge la logique de « rénovation nationale » pétainiste. Ce « créationnisme culturel » voit notamment le passage du khmer à l’écriture romaine, et la création des Yuvan Kampuchearath (« Jeunes du Cambodge ») pour mobiliser la jeunesse. Une attaque du Siam en 1941 donne lieu à des défaites terrestres françaises mais aussi à une victoire navale qui pousse les Japonais à arbitrer le conflit en faveur du Siam. La perte subséquente d’un tiers du territoire cambodgien donne lieu à un immédiat mécontentement de la population. Le 20 juillet 1942, la « guerre des parapluies », révolte de moines après la suppression du journal Nagara vatta (កាសែតនគរវត្), donne lieu à l’arrestation de Pach Chhoeun et d’autres patriotes. Le coup de force japonais du 9 mars 1945 et l’instauration du royaume du Kampuchéa voient l’abrogation des traités de 1863 et 1884 par Sihanouk, ce qui en fait un état indépendant sous contrôle japonais. Le 9 août 1945, un de coup d’État par Son Ngoc Thanh et la création d’un Corps de Volontaires cambodgiens met en évidence la présence d’un mouvement d’indépendance radical républicain.

La conférence de Postdam (juillet-août 1945) prévoit une reddition japonaise au sud du 16ème parallèle aux forces du South East Asian Command (SEAC) basé à Singapour. Ce sont donc les Britanniques qui déposent Son Ngoc Thanh, lequel les pensait pro-indépendance. Ce sont aussi les Britanniques qui implémentent le 25 novembre 1945 les mesures de reddition alliées. Le 7 janvier 1946, le nouveau modus vivendi franco-cambodgien fait du Cambodge un royaume autonome de l’Union française, consacrant un retour au protectorat. Le statut de royaume autonome engendre néanmoins un nouveau paysage politique : les élections de 1946 (Convention constitutionnelle) et 1950 (Assemblée nationale) sont toutes les deux remportées par le Parti démocrate, anti-Sihanouk et anti-français. S’y oppose le timide Parti libéral mené par le prince Norindeth qui souffre d’être pro-français. Une constitution sur le modèle de la IVème République est proclamée le 7 mai 1947, mais l’opposition entre une Assemblée nationale démocrate et Norodom Sihanouk bloque le processus décisionnel. En juin 1952, Sihanouk dissout l’Assemblée et décide d’assumer directement le pouvoir jusqu’en 1955.

Du modus vivendi à la « croisade royale pour l’indépendance » (ch. 14-19)

Plusieurs nouveaux groupes d’action politiques se constituent au lendemain du modus vivendi. Le premier est celui des « moines bouddhistes », par extension toute personne faisant partie d’une école monastique, du clergé ou même de l’Institut Bouddhique. Saloth Sar est par exemple élevé dans un ordre Dhammayuttika Nikaya thaï, dont l’allégeance ne va pas à Norodom Sihanouk mais au souverain thaï. Le futur Pol Pot fait également partie du deuxième groupe majeur d’opposition politique : celui des membres du groupe scolaire du lycée Sisowath de Phnom Penh. S’y forme en 1946 un groupe de « Libération du Cambodge du colonialisme français ». Ces différents cercles subissent des influences étrangères multiples, qu’il s’agisse de la propagande du Viêt Minh ou du journal Vô San (« Prolétariat ») d’obédience trotskiste. Concomitamment, des guérillas rurales se déclarent dans les montagnes. Khmer Issarak est une guérilla khmère soutenue par Bangkok, que rejoint Son Ngoc Thanh en 1952. Le Comité de Libération du Peuple Khmer (CLPK) est actif à l’Ouest du pays, et l’année 1951 voit la création du Parti Révolutionnaire du Peuple Khmer (PRPK) par Son Ngoc Minh, d’autre part à la tête d’un Front Issarak Uni (FIU).

Norodom Sihanouk, monarque et acteur de l’indépendance du Cambodge

Après avoir assumé personnellement le pouvoir politique, Norodom Sihanouk multiplie les missions diplomatiques pour obtenir au plus vite l’indépendance du Cambodge. En 1952, il effectue un voyage au Vatican, au Canada, aux États-Unis puis au Japon pour y établir des relations diplomatiques. Partout, il déclare l’intention à se ranger dans le camp capitaliste si l’indépendance est acquise. En France en 1953, il obtient du président de la République Vincent Auriol le transfert des Forces Armées Khmères au pouvoir royal, tandis que son Premier Ministre Penn Nouth obtient progressivement entre août et octobre 1953 le transfert des prérogatives de l’administration coloniale au Cambodge. Le 9 novembre 1953, Norodom Sihanouk fait une entrée triomphale à Phnom Penh, célébrant la victoire de sa « croisade pour l’indépendance ». Lors des accords de Genève, en 1954, le Cambodge est ainsi le seul pays indochinois représenté par lui-même, la France représentant le Laos et le Viêt Nam. L’indépendance ne règle pas pour autant toute inquiétude politique au Cambodge : abdiquant en 1955 en faveur de son père, Norodom Sihanouk dirige le pays par l’intermédiaire du Sangkum, une assemblée dont il nomme personnellement les membres. Sa répression des mouvements communistes donne lieu à un exil des étudiants vers les guérillas rurales. Le coup d’État de Lon Nol du 18 mars 1970 et la déstabilisation du pays qui s’ensuit constituent un prélude au régime des Khmers Rouges et au régime d’arbitraire total qu’ils imposent.

Conclusion

Le rôle de la monarchie dans l’histoire coloniale du Cambodge est premier. La domination coloniale que la France exerce sur le Cambodge est d’abord une domination sur les prérogatives de la monarchie khmère. Les membres de l’opposition politique et de manière générale de la vie politique cambodgienne sont jusque tardivement en priorité des membres de la famille royale. C’est enfin par les manipulations diplomatiques de Norodom Sihanouk que le Cambodge acquiert une indépendance relativement peu violente. L’ouvrage de Geoffrey Gunn a l’avantage de mettre en évidence une continuité entre des contextes politiques qui ne sont pas souvent rapprochés : l’Indochine française et les Khmers Rouges. Les lecteurs et lectrices francophones regretteront que l’ouvrage souffre de coquilles de langue française nombreuses, voire systématiques : le chapitre 6 s’intitule ainsi « Managing the paix français [sic] », faute d’accord reprise dans tout ledit chapitre. L’exhaustivité de Monarchical Manipulation in Cambodia et l’attention de l’auteur aux différentes communautés actrices de la contestation auront tôt fait de les faire pardonner ces quelques fautes d’édition, célébrant la synthèse qu’offre présentement Geoffrey Gunn à l’histoire coloniale du Cambodge.

Anatole Bernet, promotion ASIOC 2021-2022.

Anatole Bernet est agrégé d’Histoire et étudiant en deuxième année du Master Asie Orientale et Contemporaine (ASIOC).


Notes

  1. Geoffrey C. Gunn, First globalization: the Eurasian exchange, 1500-1800 (Rowman & Littlefield Publishers, 2003) []
  2. cf. https://geoffreycgunn.com/publications.php []
  3. Geoffrey C. Gunn, Encountering Macau: A Portuguese city-state on the periphery of China, 1557-1999 (Westview Press, 1996) []
  4. Geoffrey C. Gunn, Timor Loro Sae: 500 Years (Livros do Oriente, 1999) []
  5. Geoffrey C. Gunn, World trade systems of the east and west: Nagasaki and the Asian bullion trade networks (Brill, 2017) []
  6. Geoffrey C. Gunn, Rebellion In Laos: Peasant And Politics In A Colonial Backwater (Routledge, 2019) []
  7. Geoffrey C. Gunn, Rice wars in colonial Vietnam: the Great Famine and the Viet Minh road to power (Rowman & Littlefield, 2014) []

Laos, Sociétés et pouvoirs (V. Bouté et V. Pholsena, dir.) – CR de lecture de Ambre-Emilie Saillio Arquier

“Les flux entrants d’IDE ont dépassé 800 millions d’USD grâce au régime relativement libéral et favorable aux investisseurs de la RDP lao” peut-on lire dans le dernier examen des politiques commerciales de la République démocratique populaire lao effectué par l’Organisation mondiale du commerce en 2019. Ce qualificatif de “régime relativement libéral” est l’aboutissement d’une politique menée par le Parti Révolutionnaire populaire Lao, Parti-Etat à la tête du Laos, depuis 1986 où lors de son quatrième Congrès le parti entérine officiellement le “Nouveau mécanisme économique” (ouverture au marché). Dans l’ouvrage Laos. Sociétés et pouvoirs, ce tournant est à la fois analysé comme un moyen pour le Parti de se maintenir au pouvoir et comme un marqueur de changement social impliquant de nouveaux enjeux et de nouvelles dynamiques.

L’objectif de cet ouvrage est justement “de montrer, dans le contexte actuel des réformes économiques et sous l’angle de la perspective historique, la reconfiguration des rapports entre Etat et sociétés au Laos” (page 10), de façon à ce que les changements sociaux ne nuisent pas à la pérennité du pouvoir communiste.

Pour ce faire, les auteurs se sont en partie appuyés sur les travaux d’autres chercheurs, en particulier ceux de Grant Evans, d’Yves Goudineau et de Michel Lorrillard. Cependant, comme cela est souligné dans l’introduction, ces travaux n’abordent pas directement les thématiques du changement social, des structures et des pratiques politiques du Laos contemporain. Afin de mener à bien leur projet, les auteurs de l’ouvrage ont ainsi collecté des récits et mené des études de terrain (en participant à des cérémonies, observant des monuments…) s’inscrivant dans leur volonté de considérer les structures et agents locaux de l’Etat et la pluralité des individus.

Les conclusions issues de ces recherches débouchent sur trois parties, organisées autour de “trois logiques d’acteurs”, premièrement “celle du Parti”, puis “celle de la société civile” et finalement “celle des réseaux internationaux” (p. 12).

Le parti et ses stratégies de légitimation

La première partie vise à expliciter la façon dont le Parti s’est constitué, imposé, et a mis en place des stratégies visant à se maintenir au pouvoir.

Une première contribution, que l’on doit à Martin Rathie, commence ainsi par retracer l’histoire et l’évolution du Parti révolutionnaire populaire lao. En plus d’offrir un développement chronologique mettant en évidence l’influence qu’a eue le Parti Communiste Indochinois sur les mouvements nationalistes au Laos (notamment le Lao Issara), ce qui explique le lien entre indépendance et révolution, M. Rathie s’appuie sur les entretiens d’acteurs et de témoins afin de faire émerger les parcours des principaux acteurs du Parti, ayant par la suite eu une place centrale dans la vie politique du pays. Il met aussi déjà en évidence le lien ambigu qu’entretient le Parti avec la monarchie (le premier renversant la seconde) traduit par la figure du prince Souphanouvong, dit “Prince rouge”. Le chapitre se termine sur l’adoption du “nouveau mécanisme économique” par le Parti.

Le chapitre suivant semble adopter une démarche opposée. En effet, Vatthana Pholsena entend “partir du bas” (p. 46) en s’intéressant à la façon dont des individus anonymes ont intégré l’appareil du Parti. Plus particulièrement, elle retrace la trajectoire d’adolescents enrôlés dans les rangs du Parti par le biais d’écoles-pensionnats dont l’objectif est d’“engendrer l’homme nouveau socialiste” (p. 48). On retient notamment le témoignage de Kham qui explique “Mes parents étaient de pauvres paysans […] il [son oncle, cadre révolutionnaire] insista pour que je puisse partir étudier, acquérir une éducation, pour que je ne devienne pas une personne ignorante comme eux”, qui met l’accent sur le fait que ces écoles soient vues comme des opportunités pour certains. D’ailleurs, V. Pholsena explique qu’après la Révolution, beaucoup de ces enfants, quels que soient leur genre et leur classe sociale, deviennent fonctionnaires. Cela est à l’origine d’une idée d’ascension sociale qui a été un élément de légitimité pour le régime.

Le chapitre suivant, écrit par Olivier Tappe, est d’ailleurs entièrement consacré aux stratégies de légitimation mises en place par le Parti. Il met en évidence la célébration conjointe, et paradoxale, de figures révolutionnaires, monarchiques et du bouddhisme. De fait, les figures révolutionnaires et monarchiques ont un même objectif de mise en lumière d’un Laos menant des luttes et des combats, là où le bouddhisme correspond davantage à une dimension morale et culturelle positive. L’idée d’une lutte et d’une culture communes à l’ensemble des Laotiens que représenterait le Parti fait de ce dernier un pilier de l’identité du pays dans l’imaginaire (pour reprendre un terme utilisé par Benedict Anderson sur lequel O. Tappe s’appuie) populaire, ce qui est un élément de sa durabilité.

Une société civile entre mutations et migrations

La deuxième partie vient se situer à l’échelle des individus, en s’intéressant aux dynamiques d’innovation des communautés villageoises, groupes ethniques, familles afin de répondre aux mutations touchant le Laos depuis la seconde moitié des années 1990.

Dans un premier chapitre, Olivier Evrard vient ainsi s’intéresser aux migrations de la communauté khmou selon une approche biographique. Ces migrations sont voulues par l’Etat (dans le cadre de projets de développement rural visant à rassembler des villages de montagne dans les vallées, développer les cultures de rente et lutter contre l’agriculture sur brûlis) mais grâce aux témoignages individuels qu’il collecte, O. Evrard parvient à mettre en évidence une divergence au sein des migrations khmou, liée à leurs relations avec le Parti. En effet, les Khmou rok, historiquement plus proches du Parti, semblent davantage bénéficier des migrations (leur permettant une ascension sociale) que les Khmou youan.

Une divergence de trajectoire migratoire est aussi mise en avant dans la contribution de Vanina Bouté. En effet, celle-ci explique que trois types de populations sont à distinguer dans le mouvement de migration vers les villes (capitales de province ou chefs-lieux de district de tailles plutôt modestes) encouragé de façon détournée par l’Etat : les premiers habitants – déjà présents sur les lieux -, les fonctionnaires – qui sont les premiers à migrer dans les villes – et les paysans – qui arrivent dans les années 1990, encouragés ou plutôt poussés par l’Etat. Malgré des stratégies individuelles adoptées par ces derniers (s’inscrire dans un réseau familial ou communautaire au sein de la ville d’installation et partir avec un certain capital économique), ils sont davantage victimes de la pression foncière et connaissent de plus grandes difficultés que les fonctionnaires, sans que l’Etat ne leur apporte d’aide.

Ces migrations ont aussi la particularité de mener à l’apparition de villages multiethniques, comme celui de Thongnamy dans lequel s’est rendu Pierre Petit.  Ce dernier y assiste à trois cérémonies : un mariage interethnique, la fête du greh (dans sa version interne au foyer et dans sa version publique) et Noël. Il explique alors qu’il existe une familiarité des Khmous avec les usages rituels de la société Lao, qu’il y a une sorte de revendication d’appartenance à un groupe lors des fêtes publiques où les rituels sont mis en scène, et que la célébration d’une fête comme Noël, récemment intégrée, offre de nouveaux points de repère à la communauté interethnique en formation.

Nouvelles dynamiques à l’œuvre

Finalement, la troisième et dernière partie quitte complètement l’échelle individuelle pour analyser les dynamiques Etat-Société sous le prisme de l’ouverture internationale de l’économie du pays, avec un point de vue très contemporain allant jusqu’aux suppositions concernant l’avenir du Laos.

Danielle Tan commence par mettre en évidence l’influence qu’a la Chine sur le Laos (ce dernier accueillant des flux de toutes sortes, mais notamment d’importants investissements, en provenance de la principale puissance de la région). Pour autant, D. Tan écarte la thèse d’un néo-colonialisme chinois pour mettre en lumière les intérêts que représente cette présence chinoise pour l’Etat Laotien. En effet, la Chine vient au Laos épauler l’Etat dans le renforcement de l’économie, la mise en valeur du territoire. Elle fait aussi office de médiateur entre l’Etat et l’économie globale, et, par la mise en place de zones économiques spéciales, elle prend pied dans des territoires que l’Etat a du mal à maîtriser. Là où nous pourrions voir une perte de souveraineté de l’Etat Laotien au profit de la Chine, D. Tan parle au contraire d’une “souveraineté graduée” (p. 181) de l’Etat laotien qui ne serait pas possible sans la Chine dans certaines régions.

Ces liens entre le Laos et la Chine témoignent de l’entrée du premier dans la mondialisation, entrée ayant des conséquences sociales que souligne Annabel Vallard dans l’ultime chapitre. En s’intéressant à la filière textile, cette dernière montre en effet que le tissage traditionnel laisse place aux “entreprises artisanales à vocation internationale” (page 194) régies par les lois du marché (division du travail, prototypes, système hiérarchique, dépôt de copyrights, marketing…).

***

Pour conclure, nous pouvons dire que cet ouvrage à la structure et aux démarches très claires, nous montre comment le Parti-Etat a su s’adapter, s’ouvrir à la mondialisation tout en gardant le contrôle et en influençant les dynamiques sociales ayant résulté de ces adaptations afin de se maintenir.

Loin d’offrir un exposé théorique, il présente des observations et des analyses très localisées permettant de saisir des réalités (mais, forcément, d’une façon qui ne saurait être exhaustive, l’ouvrage n’a d’ailleurs pas pour ambition de saisir toutes les réalités, comme nous pouvons le lire dans l’introduction : “en raison de ce parti pris méthodologique – analyser les logiques de différents acteurs – cet ouvrage n’a pas pour objectif d’être exhaustif”, p. 11). 

Au-delà de la problématique principale, d’autres thèmes traversent les chapitres. On pense notamment à une approche géopolitique, insistant tout au long de l’ouvrage sur les liens historiques et antérieurs à la colonisation unissant le Laos avec le Vietnam et la Chine, liée à une forte composante géographique (avec par exemple l’étude des migrations temporaires de travail s’intéressant à la longue histoire des migrations temporaires des Khmous vers la Thaïlande).

Cependant, nous pouvons dire que la coexistence de nombreux thèmes, ainsi que de diverses échelles (échelle du pays, échelle individuelle puis échelle régionale et internationale) rendent parfois plus difficile à saisir le lien avec la problématique, tout en permettant d’ouvrir de nombreuses pistes de recherche.

Bibliographie :

  • Anderson, Benedict, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002.
  • Bouté, Vanina, En miroir du pouvoir : Les Phounoy du Nord Laos: ethnogenèse et dynamiques d’intégration, Paris, Ecole française d’Extrême-Orient, 2011.
  • Evans, Grant, Laos. Culture and Society, Chiang Mai, Silkworm Books, 1999.
  • Goudineau, Yves et Michel Lorrillard, Recherches nouvelles sur le Laos, Paris, Ecole française d’Extrême-Orient, 2008.
  • Mariani, Léo, « Laos. Sociétés et pouvoirs », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, no 21, 15 juin 2013, p. 157-159. Recension.
  • Tan, Danielle, Du communisme au néolibéralisme : le rôle des réseaux chinois dans la transformation de l’Etat au Laos, Thèse de doctorat en Science politique, Paris, Institut d’études politiques, 2011. Sous la direction de Françoise Mengin.

Ambre-Emilie Saillio Arquier, promotion ASIOC 2021-2022.

Ambre-Emilie Saillio Arquier est étudiante en première année en Histoire à l’ENS de Lyon.


Photographie “à la une” : © 2015 Didier Marti

La mémoire est un repère – A propos du Portail et du Silence du bourreau de François Bizot

En 2012, après avoir donné la parole aux rares survivants et aux bourreaux en liberté de S-21, le cinéaste cambodgien Rithy Panh (en collaboration avec l’écrivain Christophe Bataille) produit un témoignage à la première personne, L’élimination. Par ce récit autobiographique, l’auteur livre une réflexion sur l’oubli, la mémoire, la violence et la nature des crimes qu’il a subis. Il écrit « La mémoire est un repère. Ce que je cherche, c’est la compréhension de la nature de ce crime et non le culte de la mémoire »1. La mémoire est conçue comme un socle, un axe, à partir duquel construire une pensée dynamique sur la nature du mal. S’appesantir dans la mémoire est paradoxalement une façon de s’enliser dans l’oubli2. Ainsi se pense le projet de L’élimination, comme une façon de transmettre l’histoire et de tirer des enseignements de la mémoire exemplaire et individuelle à travers l’imbrication de la parole subjective du témoin et la démarche d’un acteur de la mémoire3. Ces thèmes résonnent également dans les œuvres de François Bizot, qui s’inscrivent parfaitement dans cette didactique mémorielle.

Dans le camp S-21, François Bizot avait découvert la photo de Douch, l’ancien chef du camp khmer où le Nancéien avait été emprisonné pendant trois mois. Photo © ER

En 2002, François Bizot, un ethnologue membre de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), publie Le portail4 où il livre deux récits. Le premier relate sa captivité au camp M-13 dans le maquis des Khmers rouges en 1971 et sa rencontre avec Douch, responsable de sa libération, mais également responsable de la mort de près de 18 000 personnes. Le second récit retrace le calvaire des ressortissants français de l’autre côté du « portail » de l’Ambassade après la prise en Phnom Penh en 1975. Tout au long de l’œuvre, c’est la maitrise de la langue khmère et des usages qui distinguera l’auteur par sa position de témoin privilégié et d’interprète entre deux mondes. En 2013, dans Le silence du bourreau5, François Bizot approfondit l’analyse de sa relation complexe avec Douch, voulant s’efforcer d’éclairer derrière le masque du monstre, la figure de l’homme responsable et pleinement conscient. Il relate le procès de Douch auquel il assiste en tant que témoin et transmet sa réflexion complexe en amont du procès sur l’humanisation du mal. Ce livre réunit aussi en annexe des documents d’histoire, comme les notes de lecture de Douch après sa lecture du Portail.

La mémoire, le silence et le Cambodge

A l’interrogation « le Cambodge fait-il œuvre de mémoire du drame qu’il a vécu ? » François Bizot répond :

« Le Cambodge est aujourd’hui peuplé de survivants dont la pensée permanente tourne autour de la plaie béante qu’ils portent en leur chair. (…) La souffrance au Cambodge est encore trop vive, trop fraîche, et tant que la génération qui a pleinement vécu l’horreur n’aura pas disparu, ce travail ne pourra véritablement se faire. (Cf. « Victimes et bourreaux », Revue des Deux Mondes, 2001, p. 121‑125).

Parler au Cambodge des crimes des Khmers rouges et des massacres massifs des civils semble encore difficile ; en effet, la proximité quotidienne des bourreaux et des victimes, les plaies et sillons indélébiles dans le paysage urbain et les esprits a produit l’indicible, le silence. Le témoignage de Bizot présente l’avantage cynique d’une double distance : celle d’abord d’être un étranger, géographiquement et culturellement, qui n’a été pris qu’individuellement dans la spirale criminelle khmère et une fois libéré, a pu quitter l’œil du cyclone pour un autre chez lui ; celle ensuite d’être étranger au crime du bourreau notoire Douch, ne pouvant se positionner que sur son emprisonnement à M-13 et n’ayant pas assisté au massacre organisé du camps S-21. Cette double distance permet à François Bizot de témoigner dans l’espace créé par « les silences entre les coups de fusils », silence des anonymes morts dans les camps, silence de l’indicible d’une population meurtrie, silence amplifié par le désintérêt premier de la communauté internationale.

« Tout mon passé cambodgien, à peine réveillé en moi, vint s’échouer contre cette image d’un présent sans mémoire. (…) Un drame « sans importance », en quelque sorte, cloué dans mon imagination, sans la moindre solennité, et dont les preuves tangibles s’évanouissaient dans le devenir des choses, sous l’hermétisme des traces qu’elles portent comme les déformations émouvantes de leurs reflets à la surface du temps » (Bizot, Le portail, op. cit., p. 23).

Fixer l’évanescence ou « l’inconsistance » du Cambodge devient alors une mission pour François Bizot, nécessaire et douloureuse6.

Pourquoi et comment témoigner ? La mémoire, l’écriture et la géologie

Le premier mouvement de François Bizot est de dédier le Portail à Lay et Son, ses associés qui avaient été fait prisonniers avec lui et ont trouvé la mort dans un camp. C’est aussi en leur nom qu’il témoigne lors du procès de Douch :

« Qu’il me soit permis, en cette circonstance, d’évoquer la mémoire des prisonniers de M.13, dont le souvenir ne me quitte plus. Et en particulier de mes deux collaborateurs, Ung Hok Lay et Kang Son, qui ont été exécutés plus tard, dans un autre camp, parce qu’ils avaient travaillé avec moi. C’est en leur nom à tous que je veux témoigner aujourd’hui. »

Pourtant le projet de François Bizot dépasse le fait de sortir certaines victimes de l’anonymat, en effet, à travers une expérience exemplaire passée par le filtre de la mémoire, l’auteur livre une réflexion plus large sur l’écriture de l’histoire et du crime. Lors d’un échange sur France Culture7, François Bizot utilise une métaphore géologique face au souvenir : comme des strates qui apparaissent pour celui qui fouille un terrain, afin d’y découvrir des dépôts, des morceaux de pierre plus durs, des filons dans la pierre qui permettaient de faire gravir un sentier inconfortable. Le fait d’avoir trouvé en soi des filons, des vérités, spécifiques au témoin, plus précises que les explications des chroniques :

« Je me retrouvais avec la conviction que ce qui m’apparaissait comme vrai n’apparaissait pas dans le discours habituel, dans ce que l’on peut penser et être amené à faire penser à nos enfants sur les crimes de masses, sur le bourreau et sur l’homme. »

Le Portail est une forme de collection de sensations et de souvenirs auxquels François Bizot donne une forme pour offrir au lecteur une compréhension de la rupture historique que constituent les évènements cambodgiens. Sinon comment saisir la complexité de ce moment et de la figure de Douch ? L’écriture de Bizot montre les limites d’une méthodologie souvent téléologique de l’historien et simplificatrice de la Justice. Avoir vécu en première personne la rencontre avec le bourreau donne à Bizot une forme de compréhension plus ample de la subtilité. C’est par l’écriture qu’il cherche à trouver cette précision :

« En réalité, parce que l’écriture implique une manière d’atteindre les choses plus subtiles que celle qui suffit au fonctionnement habituel de l’esprit, il me devenait aisé, au fil des phrases, d’entrer dans la peau de n’importe quel tyran, juste en passant par les voies ad hoc : l’exercice n’a pas d’équivalent pour étaler devant soi les vrais secrets de notre intime nature, et la distance entre Douch et moi s’amenuisait encore » (Bizot, Le silence du bourreau, op. cit., p. 213).

L’art contribue largement à l’entreprise de la mémoire, par le film, la musique, ou l’écriture, il semble que l’art puisse livrer une compréhension plus fine de la rencontre avec l’altérité ou l’indicible autour duquel l’histoire gravite.

D’un témoin dans l’histoire … au témoin du tribunal : Limites de la justice internationale

L’écriture de Bizot dépasse également la sphère artistique pour en faire un acteur, aux premières loges de l’histoire, dévoilant ainsi la frontière poreuse entre l’histoire et la mémoire exemplaire. Si Le Portail apparait comme une œuvre nécessaire, Le silence du bourreau nait de la présence de François Bizot au procès, faisant de ce texte un objet d’histoire par la mise en scène des échanges judiciaires et privés entre Douch et Bizot. En effet, François Bizot a envoyé une édition du Portail au « détenu » Douch8, dont les impressions de lectures constituent un document particulièrement intéressant figurant en première annexe du Silence du bourreau9. Le procès de Douch a lieu en 200910 et constitue pour Bizot un exemple des limites de la Justice Internationale face aux questionnements sur le mal et l’inhumain, développés par Hannah Arendt et Primo Lévi.

« À regarder Douch dans le box des accusés, sous l’éclairage outrancier des « Chambres extraordinaires au sein des Tribunaux cambodgiens » qui tombe aussi à plein sur moi, j’ai envie de me lever pour dénoncer l’hypocrite tabou, et demander aux juges d’oser nous faire entendre les moments où le bourreau khmer rouge, dans le même uniforme soudain que le bourreau nazi, dévoile sa sensibilité et ses doutes, expose en plein jour les caractères fondamentaux de son humanité, de quelle manière il fut un homme violent, lâche, léger ; et par là profondément humain. »

De la même façon que Rithy Panh11, François Bizot demande le courage de regarder celui qu’on masque comme bourreau par confort. Ainsi, il est possible de lire les lignes de Bizot comme un combat contre cette simplification, comme une façon de rendre la mémoire productive, en rejoignant la dénomination de mémoire exemplaire de Tzvetan Todorov. François Bizot enjoint son lecteur à accepter l’inconfort de voir l’humain dans le monstre :

« Ce procès sera utile s’il nous fait prendre conscience que Douch était au départ un homme comme tout le monde. (…) Juger impitoyablement Douch, oser habiliter l’homme en lui de plein droit, c’est aussitôt prendre peur. Mais c’est aussi le moyen de nous mener à une conscience claire de ce que nous sommes vraiment. (…) À mesure que l’on observe sans feindre la monstruosité des autres, on finit tôt ou tard par la reconnaître en soi. »

propos qui seront repris par la Justice à travers la parole du co-avocat français de la Défense, Me Roux :

« Monsieur le procureur, vous avez manqué votre rendez-vous avec l’histoire ! […] Vous avez fait un réquisitoire traditionnel dont la philosophie n’est autre que : “Cet homme est un monstre, enfermez-le pour quarante ans, et tout ira mieux dans la société !” Ce discours est usé, il faut aller plus loin. Il faut essayer de comprendre les mécanismes qui font qu’un homme – bien sous tous rapports, comme on dit –, devient un jour un bourreau. C’est cela que j’aurais aimé vous entendre aborder ! Parce que, à Nuremberg, on a dit la même chose : “Ces gens sont des monstres. On va les condamner à mort, et cela servira d’exemple.” Mais après Nuremberg, il y a eu le Cambodge, il y a eu le Rwanda. Qu’est-ce que cette exemplarité que vous recherchez ? Elle sert à quoi dans vos discours convenus, tant que vous n’abordez pas le vrai problème ? » (Bizot, Le silence du bourreau, op. cit., annexe 2.)

Photographies de prisonniers de Tuol Sleng / S.21 © Roobens (sur son blog)

En conclusion : une autre voix/e : se remémorer, transmettre, patienter

C’est certainement dans ces failles révélées de l’histoire et de la Justice que peut se placer le récit de mémoire et l’art à valeur mémorielle. En effet, ce qui motive principalement l’écriture de François Bizot est de montrer Douch comme un être humain et responsable de ces actes afin de se méfier de nous-même et ne pas reproduire l’histoire : « Je cite souvent Tzvetan Todorov, dit Bizot, qui avance, au rebours de la sagesse populaire, qu’essayer de comprendre ce n’est pas nécessairement pardonner. Doit-on se contenter de répéter à jamais que les crimes contre l’homme sont inoubliables ? inexcusables ? impardonnables ?… Il serait plus utile de commencer par apprendre à se méfier de nous-mêmes. Pas seulement des autres.12. Le récit mémoriel vise d’autres objectifs, surement plus pédagogique que le récit d’histoire, parce que capable de résonner avec ces lecteurs de façon plus profonde, grâce à cette émotion d’une voix nue.

Bibliographie :

  • Bizot, François. 2002. Le portail. Folio. Gallimard.
  • Bizot, François. 2013. Le silence du bourreau. Folio. Gallimard.
  • Bizot, François (avec Nathalie de Baudry Asson). 2001. Victimes et bourreaux. Revue des Deux Mondes, p. 121–125.
  • Cambodge : les « chambres extraordinaires » vues de l’intérieur. 2008. Mouvements 53: 158–165.
  • Dossier n° 001 | ECCC. 2021. https://www.eccc.gov.kh/fr/case/topic/90. (page consultée le 27 novembre).
  • France culture. 2021. Le silence du bourreau. https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/le-silence-du-bourreau. (page consultée le 27 novembre).
  • François Bizot : retour sur les années Khmers rouges. 2007. Le Monde.fr, 7 Décembre.
  • Bizot, François, 2012. “Le juge, la victime et l’accusé Khmer rouge”, Le Monde.fr (page consultée le 11 janvier).
  • Panh, Rithy avec Christophe Bataille. 2012. L’Élimination. Grasset.
  • Petitjean, Vincent. 2013. “Rithy Panh : un art de la Mémoire”. Témoigner / Getuigen. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz. Fondation Auschwitz et de la mémoire d’Auschwitz ASBL: 122–134. https://doi.org/10.4000/temoigner.511.
  • Todorov, Tzvetan. 2015. Les Abus de la mémoire. Arléa. Poche

Salomé Raymondjean, promotion ASIOC 2021-2022.

Salomé Raymondjean est étudiante en Master 2 d’Etudes chinoises à l’ENS de Lyon. Après un premier mémoire sur la E-Justice en Chine, elle rédige actuellement un mémoire sur l’organisation de l’espace urbain chinois au service de la surveillance intelligente.

Notes

  1. PANH Rithy, L’Élimination, Grasset, 11 janvier 2012. []
  2. TODOROV Tzvetan, Les Abus de la mémoire, Arléa, 2015, (Poche). L’auteur propose une distinction entre deux types de mémoire (que nous reprenons dans ce CR de lecture) : 1) la mémoire littéraire, statique, qui impose le passé au présent et 2) la mémoire exemplaire, sur laquelle peut se fonder une réflexion sur l’avenir. Il écrit « La mémoire ne s’oppose nullement à l’oubli. Les deux termes qui forment contraste sont l’effacement (l’oubli) et la conservation ; la mémoire est, toujours et nécessairement, une interaction des deux. » []
  3. PETITJEAN Vincent, « Rithy Panh : un art de la Mémoire », dans Témoigner. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, Fondation Auschwitz et de la mémoire d’Auschwitz ASBL, no 115, 1 mars 2013, p. 122‑134. []
  4. BIZOT François, Le portail, Gallimard, 2002, (Folio) []
  5. BIZOT François, Le silence du bourreau, Gallimard, 2013, (Folio) []
  6. BIZOT François, Le portail, op. cit. « Les lignes qui suivent ont toutes été écrites dans l’inconfort, penché vers l’avant, le front appuyé sur ce grillage que les Khmers rouges après 1975 (…) ont repeint d’un enduit cellulosique vert, aujourd’hui écaillé, mais sous lequel l’ancienne couleur grise est encore visible par endroits » []
  7. Cf. Le silence du bourreau (franceculture.fr) consulté le 27 novembre 2021. []
  8. Ibid., p. 145. « J’avais prévu qu’une copie du Portail lui soit remise au plus vite, son avocat assurant qu’il s’agissait là d’une chose qu’on ne pouvait pas lui refuser. La curiosité que j’avais de recueillir à chaud ce qu’il penserait en me lisant, d’entendre ses mots à la place des miens, de confronter mon récit à ses propres souvenirs (quitte à faire un ajout dans une autre édition), m’avait même poussé à lui faire assurer ce droit en haut lieu ». []
  9. Ibid., p. 197 []
  10. Dossier n° 001 | ECCC (consulté le 27 novembre 2021). []
  11. PANH Rithy, L’Élimination, op. cit. « Réaffirmer, au risque d’être taxé d’hérésie, la vérité devant laquelle nous reculons depuis les origines : l’humanité du monstre. » []
  12. Cf. François Bizot : retour sur les années Khmers rouges (lemonde.fr) []

Black Market Business: Selling sex in Nothern Vietnam, 1920-1945 – CR de lecture par Louise Arnoux-Maillet

L’ouvrage de Christina Elizabeth Firpo paru en 2020, Black Market Business : Selling Sex in Northern Vietnam, 1920-1945 s’inscrit dans des recherches récentes sur les travailleuses du sexe durant la période coloniale. Christina Firpo est une enseignante-chercheuse sur l’Asie du sud-est à San Luis Obispo en Californie. Parmi ses autres travaux on trouve The Uprooted. Race, Children, and Imperialism in French Indochina, 1890-1980 (2017) centré sur les métis. Quant à Black Market Business, il traite du Vietnam du Nord (Tonkin) dans l’entre-deux-guerres et le début de la Seconde guerre mondiale, dans un contexte de renforcement d’un marché illégal notamment tourné vers le commerce du sexe.

L’ouvrage décrit un pays en situation coloniale dans lequel le système colonial tente d’imposer une institutionnalisation du travail du sexe, en vain. Le marché noir serait une lentille de choix pour étudier comment une population déjà marginalisée est affectée par toutes les tensions qui traversent cette région à cette période. L’étude s’inscrit à la fois dans les Gender studies et les Subaltern studies en écrivant sur les femmes pauvres, essentiellement issues du monde rural, peu étudiées en histoire, entre autres à cause du problème des sources. Celles dont l’autrice dispose majoritairement permettent une étude centrée sur le travail du sexe des femmes dans un cadre hétérosexuel. Par ailleurs, de cette historiographie renouvelée, émerge un débat sur les termes utilisés pour désigner ces femmes. Christina Firpo choisit “travailleuses du sexe” et non “prostituées” : cela participe d’une construction d’outils sémantiques qui s’éloignent d’un vocabulaire qui dénote d’un fort jugement moral. Ainsi, l’objectif de cet ouvrage est de démontrer dans quelle mesure les travailleuses du sexe sont au croisement de questions politiques, économiques et bien-sûr sociales. Le difficile travail sur les sources fait émerger des mémoires oubliées et des individus qui n’apparaissent que de façon fragmentaire dans des rapports de santé et/ou de police, dans des journaux et dans des procès.

Géographie poreuse

Le premier chapitre, “Géographie du vice”, souligne la nécessité d’adopter une approche géographique complexe de l’Indochine et de ses spécificités. Il s’agit en fait de quatre géographies :

  • physique – pour les routes et les espaces où se cacher pour les trafiquants ;
  • politique – pour une utilisation avantageuse des espaces de droit ou désorganisés ;
  • économique – concernant les migrations selon les lieux de besoin et d’opportunités ;
  • urbaine – pour son étude d’une croissance rapide et ses conséquences sur les travailleuses du sexe et leur clientèle.

Cette “géographie du vice” décrit la constitution du marché noir, des enlèvements des jeunes filles et femmes dans les campagnes, à leur transport, à leur vente et/ou assignement à une auberge, à une maquerelle. Elle décline plusieurs espaces : le paysage de Tonkin, le delta du Fleuve rouge, Hanoi, les banlieues de Hanoi, Hai Phong, les trafics maritimes, les bases militaires et les villes-frontières.

Le Viêt Nam est juridiquement fragmenté par le Traité Patenôtre/Huê de 1884 faisant du Tonkin et de l’Annam des protectorats français. Ensuite, l’ordonnance royale de 1888 cède Hanoi, Hai Phong et Tourane à la France comme concessions et donc également des territoires concernés par l’extension de la juridiction française, cette dernière s’appliquant aussi aux bases militaires. Le développement des infrastructures de transport facilite les migrations d’une main d’œuvre importante des campagnes vers les villes, cela accroît sensiblement le nombre de travailleuses du sexe et leur clientèle. 

Cet ouvrage tend à démontrer que le travail du sexe apparaît comme catalyseur des différents contextes du Vietnam colonial. Ainsi, l’étude du Delta de Fleuve rouge souligne la pauvreté, la surpopulation (terres fertiles, avancées médicales et technologiques importantes) et la vulnérabilité des campagnes face aux catastrophes naturelles. En 1936, le Delta concentre plus de 30% de la population d’Indochine. Le système colonial, notamment une certaine politique des terres, conduit à un appauvrissement général des paysans, une généralisation du métayage et des dettes, ayant pour conséquences la servitude et/ou la prostitution des femmes et filles.

Les migrations prennent de l’ampleur, qu’elles soient temporaires ou permanentes : les fluctuations de l’industrie du sexe sont intimement liées aux fluctuations  des récoltes et à la demande de main d’œuvre à Hai Phong et à Hanoi en pleine croissance urbaine et industrielle. L’étude complexe de cette “géographie” repose sur la porosité des limites entre différents espaces : municipalités et banlieues, bases militaires et alentours hors de la juridiction française, et enfin la position singulière des villes-frontières  comme plaque tournante de toutes sortes de trafics comme l’ont montré les travaux d’Eric Tagliacozzo pour les zones-frontières de l’empire britannique.

Santé publique entre policiers et médecins militaires

De cet essor du marché noir résulte une préoccupation majeure pour les autorités. En effet, en 1934 le général français Gaston Billotte affirme : “L’ennemi le plus redoutable en Indochine n’est pas le Chinois, ni l’Allemand, ni le rebelle [anticolonial], ce sont les maladies vénériennes” (p. 59). Ainsi, Christina Firpo consacre à ce fléau une grande partie de son ouvrage à cause de l’aspect très problématique de ces pathologies, par leur vaste et rapide propagation. Les antibiotiques contre la syphilis et la gonorrhée ne se développent qu’au milieu des années 1940, le préservatif n’est en outre pas populaire et il y a un véritable manque de sensibilisation aux maladies vénériennes. Peu de médecins arrivent à déterminer les symptômes et les maladies associées.

Dès le XIXe siècle, le gouvernement colonial impose la législation métropolitaine pour les travailleuses du sexe mais il n’a pas les moyens légaux de réguler les auberges non-enregistrées ou encore de forcer ces femmes à des examens gynécologiques. Paradoxalement, plus il y a des tentatives de régulation de cette industrie et plus les infections se propagent. Les allers-retours entre la métropole et la colonie font des militaires et des travailleurs une source de propagation majeure. Le 3 février 1921, le résident supérieur au Tonkin adopte une loi métropolitaine uniforme pour le travail du sexe concernant les concessions françaises, excluant de fait les territoires  restés sous juridiction vietnamienne depuis le Traité Patenôtre (1884) (p. 63). Les restrictions de 1921 poussent davantage les travailleuses du sexe à se tourner vers l’industrie du sexe clandestin, elle-même intrinsèquement dérégulée et propice à la transmission de maladies. Cette loi comporte en elle-même des failles comme un manque de définition claire des actes constituant le travail du sexe et donc des problèmes de surveillance et d’intervention. Les maladies vénériennes ont une dimension politique d’un point de vue juridique mais également dans le fait que les médecins coloniaux tentent de discréditer les médecins traditionnels, mais les populations continuent de s’y référer. Les mesures sont essentiellement prophylactiques et concernent la multiplication des dispensaires pour les populations indigènes. Ces derniers sont critiqués pour leurs mauvaises conditions d’hygiène et leurs conditions de vie (maladies, abus physiques et émotionnels, aspect carcéral), tel celui d’Hanoi.

Si tout le monde peut transmettre ces maladies, ce sont les femmes qui sont visées par les arrestations – en tant que travailleuses du sexe, ou liées à l’économie du divertissement ou encore comme me tây c’est-à-dire épouses et/ou concubines des soldats. Il n’est pas envisagé que ces femmes puissent contracter ces maladies à cause de leur mari.

De plus en plus d’acteurs de la santé publique voient les mesures de régulation comme un double échec : de surveillance et de prémunition des épidémies. Un débat entre les “régulationnistes” et les abolitionnistes s’engage, autrement dit entre les policiers et docteurs militaires contre les fonctionnaires de la santé publique et médecins des dispensaires. Enfin, de vastes organismes sont créés pour rénover les dispensaires, développer des traitements efficaces (1938), former les femmes dans les dispensaires pour une réorientation professionnelle et surtout les sensibiliser aux maladies. Cette sensibilisation est également mise en place auprès des militaires. C’est donc une surveillance de la transmission de ces maladies plutôt que sur le travail du sexe lui-même comme auparavant.

Sociologie des jeunes populations exploitées

Dans le cadre de son approche géographique du marché noir, Christina Firpo souligne entre autres l’omniprésence des arrangements dans le cadre d’une servitude pour dettes en Asie du sud-est. Ils concernent une population avec peu de moyens et dépourvue d’endroit où loger. En effet, le début du XXe siècle est marqué par un vaste mouvement de migrations volontaires ou forcées d’hommes, de femmes et d’enfants souvent vendus ou s’engageant dans les plantations, les usines, en tant que domestiques et surtout dans l’industrie du sexe illégale où la servitude pour dettes est généralisée. L’important est de savoir à quel point ces femmes sont au courant de toutes les modalités et conséquences de ce système. Son problème majeur réside dans une durée allongée du contrat par ajout d’intérêts aux emprunts ou par dévaluation des revenus de l’employée, donc sa mutation en exploitation. Dès les années 1920, le gouvernement colonial met en place des mesures contre ce système, sans particulièrement viser les travailleuses du sexe, et tente en parallèle de contrôler ces vastes mouvements migratoires. Ce dernier échoue notamment à cause du statut contraignant du protectorat pour poursuivre les trafiquants sur plusieurs territoires.

Au sein de cette population vulnérable, Christina Firpo insiste sur les plus jeunes. La multiplication du nombre d’enfants et d’adolescents dans les villes en recherche de travail alarme de plus en plus le gouvernement colonial qui cherche à régler leur problème de pauvreté. Leur méconnaissance du fonctionnement du crime organisé et leur désespoir font d’eux des proies faciles, notamment pour le travail du sexe – contraint ou choisi. Le marché du sexe pour les mineurs est davantage marqué par le secret donc très difficile à démanteler, en plus de l’absence de lieux centralisés. Ceux dans la confidence sont les garçons des auberges, les vendeurs itinérants et les tireurs de pousse-pousse, agissant comme intermédiaires entre les travailleuses du sexe et les clients. Ces dernières ont souvent entre 10 et 17 ans. L’industrie du sexe adolescent est une des conséquences d’une pauvreté du monde rural accentuée par les changements économiques radicaux entrepris par le gouvernement colonial. Ces enfants sont souvent des enfants de familles pauvres adoptés par d’autres familles puis expulsés ou vendus lorsqu’ils sont devenus des fardeaux.

Il y a également de nombreux enfants chinois en lien avec une clientèle chinoise solide, ou encore des enfants métisses marginalisés au sein de la société mais sexualisé par l’exotisme de leur physique. Les enfants sont aussi souvent enlevés par des me min et acheminés dans l’industrie du sexe ou alors embauchés comme domestiques et forcés à vendre du sexe au sein des maisons. Les me min sont des femmes d’environ 40-50 ans suscitant une peur panique parmi les populations puisqu’elles sillonnent les campagnes pour trouver des enfants et jeunes femmes à kidnapper en les droguant pour ensuite les vendre. Pour cela, elles sont en lien avec les auberges clandestines ayant pour façade les dance halls et les a dao singing houses, et signent parfois des contrats de servitude pour dettes à l’insu des personnes enlevées. Afin de défendre les enfants et adolescents, la brigade des mœurs cherchent à étendre ses prérogatives et à démanteler les organisations mais c’est peu efficace.

Etudes de cas : A dao singers et taxi dancers

Enfin, Christina Firpo met en valeur deux figures centrales de femmes ayant un rapport plus ou moins important avec le travail du sexe : les a dao singers et les taxi dancers.

La figure des a dao singers est décrite dans un contexte de grand changement de leur image : de chanteuses traditionnelles aux travailleuses du sexe. En effet, ces lieux sont souvent des vitrines pour le travail du sexe. Ils sont très concentrés géographiquement, soit en zones périurbaines et hors de contrôle des autorités coloniales, soit dans les limites municipales comme à Hanoi dans la célèbre rue Khâm Thiên. Malgré les efforts des autorités, ces lieux du travail du sexe se maintiennent relativement bien pour trois raisons : la performance artistique est avancée face aux accusations des autorités ; le mouvement de refuge dans la culture traditionnelle suscite une forte demande ; les autorités disposent d’outils légaux limités même si elles tentent d’étendre leur contrôle par des décrets de planification urbaine et en forçant les chanteuses à des examens.

Outre les a dao singers, c’est la figure des taxi dancers qui est explicitée. Loin de la tradition, elle s’inscrit dans la vaste émergence des bals dansant, dans le style occidental, au milieu des années 1930. Les dance halls témoignent de la division urbain/rural comme échappatoire temporaire à la pauvreté et aux normes sociales régissant les rapports entre les sexes, ainsi qu’une image de la sophistication urbaine et de la modernité. La majorité des taxi dancers sont des paysannes pauvres ayant migré vers les villes. Les réactions à l’encontre des dance halls sont vives : les journalistes dénoncent leur aspect sombres, le capitalisme, le matérialisme, l’occidentalisation et le culte de la modernité ; le gouvernement colonial quant à lui s’inquiète des risques de maladies vénériennes chez les militaires constituant une grande partie de la clientèle. La composition de la clientèle est par ailleurs régulièrement évoquée pour en souligner la grande diversité – dans l’idée que cette étude complexe concentre des intérêts et des problématiques multiples. Finalement, Christina Firpo propose une comparaison intéressante entre les a dao singing houses et les dance halls : le premier lieu témoigne d’une volonté d’épouser la culture traditionnelle vietnamienne tandis que le second illustre nettement une forme d’occidentalisation.

***

L’ouvrage Black Market Business de Christina Firpo constitue bien une sociohistoire riche de la situation coloniale de l’entre-deux-guerres et du début de la Seconde guerre mondiale au Vietnam. Outre son travail sur les contextes politiques et économiques, elle propose un éclairage singulier sur les mémoires oubliées et notamment celles des femmes pauvres. S’appuyant sur de nombreuses sources (pp. 235-248), cet ouvrage rappelle les interrogations traversant le Le goût de l’archive d’Arlette Farge (1989), par des types de sources communs et surtout marqués par le défi que constitue leur approche.

Réf. : Firpo, Christina Elizabeth, Black Market Business. Selling sex in Northern Vietnam, 1920-1945, Ithaca & London, Cornell University Press, coll. “Studies of the Weatherhead East Asian Institute, Columbia University”, 2020. Notes (p. 195-234), bibliographie (p. 235-248) et index (p. 249-255).

Louise Arnoux-Maillet, promotion ASIOC 2021-2022.

Louise Arnoux-Maillet est étudiante en première année en Histoire à l’ENS de Lyon.

ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. CR de lecture par Marine Chuberre

Compte-rendu de lecture : ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. Cultural Representations, Oxford, Lexington Books, 2005.

Dans son œuvre, la romancière Léonora Miano présente l’impossibilité de se défaire de la colonisation sans se pencher sur la question des fantasmes et des imaginaires qu’elle a véhiculée. Elle s’inscrit ainsi dans la lignée des réflexions de Aimé Césaire dans son Discours sur le colonialisme et de Frantz Fanon, dans Les damnés de la terre et Peau noire, masques blancs.1

L’ouvrage France and “Indochina”. Cultural representations, publié en 20052 par les deux chercheuses anglophones Kathryn Robson3 et Jennifer Yee4, propose d’explorer et d’analyser les continuités culturelles héritées de la colonisation française, à travers une approche inscrite dans les cultural studies et les études postcoloniales5. Au fil des articles rassemblés dans cet ouvrage, la notion qui apparaît en filigrane est donc celle des représentations de multiples thématiques transversales au fait colonial6, qui sont annoncées dès le préambule par Panivong Norindr7 et qui mêlent la question des relations de pouvoir pendant la colonisation, de l’expérience traumatique de la guerre et des capacités de résilience de la population8. Ces thématiques sont analysées au prisme des œuvres littéraires, cinématographiques, artistiques et des récits des populations, mémoires et archives historiques – textes ou photographies.

Alors que la précédente génération d’écrivains français avait tendance à s’inscrire dans une tradition littéraire caractérisée par un « sentimentalisme impulsif omniprésent dans la fiction et les romans d’acculturation »9, les auteurs de l’ouvrage souhaitent mettre en avant des œuvres proposant « une vision plus nuancée de l’image stéréotypée de la relation ambivalente qui lie la France et l’Indochine »10. Un des points de départ de France and “Indochina” est de considérer l’impérialisme français en Indochine comme « le produit d’un état d’esprit particulier qui doit être situé aussi bien historiquement que culturellement : l’impérialisme scientifique, la “mission civilisatrice” et l’industrialisation [allant] de pair avec l’idéologie républicaine et les ambitions de la France en tant que “Grande Puissance” sur la scène mondiale. »11 En ce sens, il est particulièrement dommage que l’ouvrage n’ait pas encore été traduit en langue française. A ce titre, les représentations culturelles sont doubles : elles désignent d’une part le point de vue des Français sur l’Indochine – qualifié « d’imaginaire français » dans l’article de Penny Edwards ou de « fantasmatique coloniale »12 par Panivong Norindr, et d’autre part la manière dont « la France a été représentée en Indochine même et par [les] personnes qui ont vécu ou visité la France »13. La contextualisation du terme même d’« Indochine » est un point particulièrement important afin d’appréhender cette démarche, dans la mesure où il semble revêtir une toute autre dimension en anglais. Les deux autrices font ainsi part du débat relatif à l’utilisation de ce terme dans le champ de l’histoire culturelle14 et font part de leur définition de « Indochine » comme le « produit de l’impérialisme français »15, aux ressorts économiques, politiques et culturels complexes.

Dans la lignée de Spivak et des subaltern studies16, ce recueil d’articles participe à faire émerger des voix, des regards et des perspectives trop souvent tues ou ignorées quand il s’agit de considérer les relations entre la France et l’« Indochine ». Une des questions qui se pose à la lecture de cet ouvrage est donc celle de la relation que la France a entretenue et entretient aujourd’hui avec l’Indochine, et des représentations culturelles qui découlent de ces relations, à plusieurs échelles, temporalités et prismes d’analyse. Il s’agit en effet de se demander ce que ces représentations culturelles nous disent de la France de cette époque et d’aujourd’hui. Comment la façon dont la France perçoit « l’Indochine » nous renseigne sur sa façon de se représenter dans le monde ? Aussi, il s’agira de considérer dans un premier temps la multiplicité des acteurs et des échelles considérées par cet ouvrage, signe de la richesse d’analyse qu’il apporte pour aborder le fait colonial, pour ensuite considérer les diverses thématiques abordées à travers le découpage éditorial choisi par Robson et Yee.

Les acteurs coloniaux sont présentés dans leur pluralité, en évoquant à la fois les fervents soutiens et pourfendeurs du colonialisme en métropole, les administrateurs coloniaux et colons français, les populations colonisées et leurs multiples positions vis-à-vis de la colonisation française, et aujourd’hui la diversité des populations d’anciens pays colonisés dans leur rapport à la France, en France ou au Laos, au Cambodge et au Vietnam. Par exemple, de nombreux articles mentionnent les cinéastes et artistes Linda Lê17, Lâm Lê18, Trân Anh Hung19 et Rithy Panh20, sous le prisme des images de « l’Indochine » véhiculées dans leurs œuvres. Ou encore, la population chinoise présente dans le quartier de Saigon, Cholon, et sa place dans la société coloniale, est analysée par Julia Waters à travers une discussion de l’œuvre littéraire de Marguerite Duras, et notamment de L’Amant (1984) et L’Amant de la Chine du Nord (1991).21

De multiples espaces et temporalités sont étudiés à travers France and “Indochina”, qui propose une histoire connectée et vivante et une analyse des manifestations actuelles et passées du colonialisme22 Par exemple, Christopher Robinson23 mêle échelle locale et nationale en étudiant le rôle des chemins de fer dans la construction de l’identité nationale vietnamienne. Pour l’auteur, c’est également une occasion pour présenter les différentes attitudes de la population vietnamienne vis-à-vis de la colonisation : position critique, de collaboration ou de résignation en étudiant comment la confrontation de différentes populations dans le train cristallise les tensions sociales, économiques, raciales et politiques.  Pour ce qui est d’une échelle plus globale, Penny Edwards24 évoque, par exemple, l’importance du contexte de compétition coloniale entre la France et la Grande-Bretagne au sujet de l’Inde pour comprendre la place centrale qu’occupe Angkor dans la construction de l’Empire coloniale français, et l’insistance de l’administration coloniale sur la grandeur d’Angkor et sur ses racines culturelles indiennes. Penny Edwards souligne comment la façon dont sont représenté les temples d’Angkor dans la propagande coloniale a participé à la diffusion d’une conception stéréotypée et fantasmée de Angkor et de son histoire, qui a par exemple eut un impact significatif sur la production académique et sur les représentations qu’une partie de la population cambodgienne s’est faite de sa propre histoire.

Au-delà de son apport particulièrement détaillé dans l’appréhension des multiples facettes de la colonisation française en Indochine, cet ouvrage permet de mettre en lumière les principaux mécanismes à l’œuvre dans l’Empire colonial français en abordant six thématiques phares du projet colonial. Dans la première section, la question des monuments et des mémoires permet notamment de questionner la représentation que la France a d’elle-même, qu’elle souhaite projeter et de la façon dont elle conçoit les particularités historiques et culturelles des populations colonisées. Eric T. Jennings25 parle ainsi de « méta-narration » de l’Indochine dans le paysage culturel et mémoriel français, qui « présente une seule histoire de la France et de l’Indochine, perçue comme éternellement liée par les liens coloniaux »26 quand il évoque la mémorialisation des tirailleurs indochinois.

Les réseaux de transports et de communication sont quant à eux une façon d’interroger les représentations spatio-temporelles véhiculée par l’administration coloniale, les colons et les populations colonisées.27 Les deux articles de cette section considèrent que les transports étaient un support particulièrement privilégié de critique et de contestation de la colonisation, notamment dans les années 1930 au Vietnam28, en remettant notamment en question les bienfaits supposés du mouvement et de la vitesse apportés par le ‘progrès technique’.29

La thématique des maladies tropicales et de l’anxiété qu’elle suscite parmi la population des colons français est une occasion pour Cooper30 et Vann31 d’interroger leur rapport à la mort et à leur vulnérabilité en tant qu’humains, qui montre selon eux tout le paradoxe du projet colonial, s’affirmant comme puissant et fort mais refusant toute expression de vulnérabilité et d’anxiété (« cafard colonial »).

La quatrième partie traite notamment de la place et du rôle des femmes, colonisées et blanches, dans l’Empire colonial, en considérant les représentations littéraires, photographiques et cinématographiques sous le prisme du genre32, de la classe33 et de la notion de modernité.34 Enfin, les deux dernières sections proposent une analyse des écrits et films traitant de la colonisation et de ses prolongements dans le temps avec les guerres d’Indochine et la décolonisation.

Ainsi, chaque chapitre de cet ouvrage discute et met en exergue les complexités des différentes strates des représentations culturelles, à travers une analyse du langage et des idées et conceptions véhiculées par des supports visuels, textuels ou sonores. C’est là tout l’intérêt d’une démarche guidée par les cultural studies, que de mettre en lumière les ressorts culturels et symboliques de la colonisation, qui amène une discussion des intrications entre les enjeux de pouvoir, d’identité, de modernité et de progrès, intrinsèques au projet colonial impérialiste. Cette approche fondée sur les cultural studies fait d’ailleurs toute la richesse et la complexité de cet ouvrage, sa lecture nécessitant de porter une attention toute particulière aux imbrications, aux superpositions et aux antagonismes inhérents au projet colonial, préférant une présentation complexe et détaillée plutôt qu’une approche cohérente et organisée. Par exemple, de multiples auteurs évoquent la prégnance des questions d’anxiété et d’incertitude caractéristique de la période de transition que furent les années 1930 au Vietnam. C’est notamment le cas de Judith Henchy35 et de David Del Testa36, dont les considérations permettent à l’ouvrage de mener une analyse commune sur les effets d’un tel contexte historique en termes de vulnérabilité, signifiant par la même les contradictions qui animèrent les multiples sociétés englobées par les enjeux liés au colonialisme français.

Marine Chuberre, promotion ASIOC 2020-2021.


Références

Brocheux, Pierre, et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, Paris, La Découverte, 2001.

Césaire, Aimé, Discours sur le colonialisme; suivi de Discours sur la négritude, Paris, Présence africaine, 1955.

Cooper, Nicola, France in Indochina. Colonial Encounters, Oxford, Berg, 2001.

Fanon, Franz, Les damnés de la terre, A verba futuroruM, 2016.

Fanon, Frantz, Peau noire, masques blancs, Paris, Le Seuil, 2015.

Laurent, Sylvie. “Le ‘tiers-espace’ de Léonora Miano romancière afropéenne”, Cahiers d’études africaines, 204 (2011): 769-810.

Norindr, Panivong. “Phantasmatic Indochina: French Colonial Ideology in Architecture Film and Literature.” (1996).

Robson, Kathryn, and Jennifer Yee, eds., France and Indochina: Cultural Representations, Lexington Books, Vol. 108, 2005.

Marine Chuberre est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon, après un Master 1 en Politique internationale à Sciences Po Bordeaux. Elle rédige actuellement un mémoire sur la question des droits humains dans les négociations entre l’Union européenne et le Cambodge. Elle a réalisé un stage de recherche à l’EFEO de Bangkok en 2018 et a participé à un programme de recherche au Centre d’Etudes Khmères de Siem Reap en 2019.

Illustration : Minh Hoang, “Le jardin de Tante n°5”, 2017.


Notes

  1. Laurent, Sylvie, « Le ‘tiers-espace’ de Léonora Miano romancière afropéenne », Cahiers d’études africaines, 204 (2011), p. 769-810, voir en particulier p. 8, 15 et 25. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/16857 ; consulté le 25/11/2020. []
  2. Comme annoncé dans les premières pages de l’ouvrage (p. xiii), les chapitres rassemblés ont été produits et présentés dans le cadre d’une conférence qui s’est tenue en Septembre 2003 à l’université de Newcastle (GB), intitulée : « Indochina, India and France : Cultural Representations ». L’organisation de cette conférence s’est faite en partenariat avec l’Institut français, la Society for French Studies, la Society for Francophone Postcolonial Studies et le fond de recherche de l’université de Newcastle, intitulé ‘the Arts and Humanities Research Fund », qui ont apporté leur assistance financière. []
  3. Kathryn Robson est professeure de littérature britannique à l’université de Newcastle, elle est membre de la Society for French Studies. L’écriture des femmes françaises contemporaines et notamment les questions de traumatisme, violence sexuelle et d’empathie sont au cœur de ses travaux de recherche Newcastle University, https://www.ncl.ac.uk/sml/staff/profile/kathrynrobson.html#background (consulté le 25/11/2020). []
  4. Jennifer Yee est une chercheuse australienne de l’university d’Oxford, en littérature moderne. Elle étudie notamment l’écriture coloniale et “exotique” et l’écriture francophone du XXe siècle. Elle a par exemple publié un ouvrage intitulé : Exotic Subversions in Nineteenth-Century French Fiction (Oxford: Legenda, 2008) ; Christ Church, Oxford University, https://www.chch.ox.ac.uk/staff/professor-jennifer-yee (consulté le 25/11/2020) ; Éditions Harmattan, https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=4353 (consulté le 25/11/2020) []
  5. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3. []
  6. Deux ouvrages traitant de thématiques similaires ont été publié antérieurement : Brocheux, Pierre, and Daniel Hémery. Indochine, la colonisation ambiguë. La découverte, 2001 ; Cooper, Nicola. “France in Indochina. Colonial Encounters, Berg.” (2001) []
  7. Le professeur associé Panivong Norindr était d’ailleurs membre du comité consultatif de la conférence en 2003. Ses thèmes de recherche de prédilection sont la théorie postcoloniale, les film et cultural studies et l’analyse des films et littérature en Indochine. Il a d’ailleurs publié un ouvrage s’inscrivant dans le champ des cultural studies en 1996, intitulé “Phantasmatic Indochina: French Colonial Ideology in Architecture Film and Literature” ; USC Dornsife, https://dornsife.usc.edu/cf/faculty-and-staff/faculty.cfm?pid=1003578 (consulté le 25/11/2020) []
  8. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xv []
  9. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xv. (“sentimalizing impulse pervasive in the fiction and novels of acculturation of the previous generation of writers”). []
  10. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xvi. (“an alternative and more nuanced view of the stereotypical image of the ambivalent relation linking France and Indochina”) []
  11. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3. (“French imperialism in Indochina was the product of a particular mindset that must be located historically as well as culturally: scientific imperialism, the “mission civilisatrice” and industrialization” went hand in hand with France’s Republican ideology and ambitions as a “Great Power” on the global stage.”) []
  12. « Fantasme colonial : réalité idéologique à travers laquelle les fantasmes coloniaux comme support du désir ont émergé, ont fonctionné et se sont manifestés » (Norindr, 1996) []
  13. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3. (“cultural representations are (at least) double: not only implying French views on Indochina, but also the way in which France has been portrayed within Indochina itself and by those people who lived in or visited France.”) []
  14. « Il est communément admis [dans cette discipline issue des cultural studies] que le terme ‘Indochine’ est une « construction artificielle », une « fiction élaborée », [pour reprendre les termes de Nicola Cooper]. D’autres historiens plus traditionnels tels que Pierre Brocheux et Daniel Hémery réfutent cette idée : « L’Indochine française, loin d’être artificielle, est le résultat non seulement du processus des événements et du choc des initiatives adverses, mais aussi de l’application d’un programme planifié à l’avance. » » Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 1. (““Indochina” is now often seen as an “artificial construction,” an “elaborate fiction.” More traditional historians such as Pierre Brocheux and Daniel Hémery, however, react against this idea: “French Indochina, far from being artificial, was the result not only of the process of events and the shock of opposing initiatives but the application of a program mapped out in advance.”” []
  15. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 1 (“the unity of Indochina was product of French imperialism”). []
  16. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3 []
  17. Tess, Do. “From Incest to Exile: Linda Le and the Incestuous Vietnamese Immigrants.” France and” Indochina”: Cultural Representations (2005): 165-179 ; Winston, Jane. “Playing Hardball: Linda Lê’s Trois Parques.” France and’Indochina’: Cultural Representations (2005): 193-206 []
  18. Tarr, Carrie. “Trần Anh Hùng as Diasporic Filmmaker.” France and ‘Indochina’: Cultural Representations (2005): 153-164 []
  19. Tarr, Carrie. “Trần Anh Hùng as Diasporic Filmmaker.” France and ‘Indochina’: Cultural Representations (2005): 153-164 []
  20. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xvi []
  21. Waters, Julia. “Cholen, la capitale chinoise de l’Indochine francaise”: rereading Marguerite Duras’s (Indo) Chinese space.” France and ‘Indochina’: Cultural Representations (2005): 179-191. []
  22. « Ce volume concerne les représentations ou les cadres à travers lesquels les relations franco-indochinoises ont été comprises dans la période moderne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, période qui comprend l’apogée du colonialisme, la décolonisation et les nouvelles relations post-coloniales qui se sont mises en place depuis lors » (En version originale : “This volume concerns the representations or frames through which Franco-Indochinese relations were understood in the modern period, from the late nineteenth century to the present day, a period which includes the heyday of colonialism, decolonization, and the new post-colonial relations that have fallen into place since then.”) []
  23. Robinson, Christopher. ” Lines of Communication: Thematics of Direction and Strategies of Narration in Colonial Indochina.” France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 49-62 []
  24. Edwards, Penny. “Taj Angkor: Enshrining l’Inde in le Cambodge.” France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 14-16. []
  25. Jennings, Eric T. “Representing Indochinese Sacrifice: The Temple du Souvenir Indochinois of Nogent-sur-Marne.” France and” Indochina”: Cultural Representations (2005): 29-47 []
  26. Jennings, France and” Indochina”: Cultural Representations, p. 43. []
  27. Robinson, Christopher. ” Lines of Communication: Thematics of Direction and Strategies of Narration in Colonial Indochina.” France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 49-62. []
  28. Del Testa, David. “Automobiles and Anomie in French Colonial Indochina.” France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 63-77 []
  29. Henchy, Judith. “Vietnamese new women and the fashioning of modernity.” France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 121-138. []
  30. Cooper, Nicola. “Disturbing the Colonial Order: Dystopia and Disillusionment in Colonial Indochina.” France and Indochina: Cultural Representations (2005) : 79-94 []
  31. Vann, Michael. “Of Le Cafard and Other Tropical Threats: Disease and White Colonial Culture in Indochina.” France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 95-106 []
  32. Chiu, Lily V. “Camille’s Breasts: The Evolution of the Fantasy Native in Régis Wargnier’s Indochine.” France and “Indochina”: Cultural Representations. After the empire (2005): 139-152 []
  33. Ha, Marie Paule. “French Women and the Empire.” France and Indochina: Cultural Representations (2005) : 107-120 []
  34. Henchy, Judith. “Vietnamese new women and the fashioning of modernity.” France and Indochina: Cultural Representations (2005) : 121-138. []
  35. Ibid.  []
  36. Del Testa, David. “Automobiles and Anomie in French Colonial Indochina.” France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 63-77 []

Commémorations officielles du quarantième anniversaire du renversement du régime des Khmers Rouges – Marine Bruder

Le 7 janvier 1979, l’armée des volontaires du Vietnam accompagnée du Front Uni du Salut National du Cambodge, un agrégat des différents mouvements de résistance cambodgienne, s’emparent de la capitale Phnom Penh aux mains de l’ennemi depuis « 3 ans, 8 mois et 20 jours ». Le régime génocidaire de Pol Pot ayant « provoqué la submersion et la destruction de la nation cambodgienne sous toutes ses formes » se délite mais persévère dans sa conquête du pays dans l’ombre.

La Guerre civile qui suit le renversement des Khmers rouges perdure pendant près d’une dizaine d’années, or le Vietnam dès lors au commandement souhaite imposer l’ordre et réunir cette nation terrifiée, souffrante et victime auprès d’une idéologie unique. Le clivage de la société est critique et les enjeux sont de tailles. Aux yeux du pouvoir vietnamien, le retour à l’ère du communisme des Khmers rouges signerait l’arrêt de mort de ce pays aux millénaires de traditions et coutumes. Cette jeune République Populaire du Kampuchéa n’a donc que d’autres choix l’instrumentalisation de la mémoire de cette nation. Les horreurs de ce génocide doivent être énoncées haut et fort pour que le peuple ne puisse oublier, pour que la nation se batte auprès de ceux qui rétablissent la justice.

Des lieux de cultes émergent des cendres des victimes : la prison S-21 espace clos des tragédies accueille et exhibe les ossements des ennemis de Pol Pot. Des sanctuaires s’animent auprès des sépultures disséminées dans l’ensemble du pays, des tribunaux populaires se réunissent pour juger les crimes du régime, des commissions d’enquêtes sont réalisées afin de rapporter les témoignages et les récits les plus poignants de cette sombre ère du Cambodge. De cette politique mémorielle deux dates sont choisies afin de convier le peuple dans son entièreté à célébrer la victoire dite « triomphante » du Vietnam et de la Résistance et se remémorer les pires atrocités commises. Le 7 janvier et le 20 mai deviennent ces deux dates officielles pour se souvenir du passé, en tirer des leçons et construire un avenir glorieux et prospère au Cambodge. Quarante ans plus tard, le peuple se souvient.

Lire l’ensemble du texte (PDF) :

Marine Bruder, étudiante en Master 2 ASIOC, a récemment effectué un stage en tant qu’assistante de recherche à l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC) basé à Bangkok. Intéressée par la géopolitique maritime asiatique, son mémoire de master propose une analyse des cadres de résolutions applicables aux conflits en mer de Chine méridionale.

Mike Davis : Génocides tropicaux (2001) – CR de lecture par Maïlys De Colnet

En 2002, le livre Génocides tropicaux est récompensé par le prix de la World History Association pour son apport décisif au champ académique de l’histoire globale, mais également aux champs des études post-coloniales ou climatiques. Publiée en 2001, cette étude porte sur les grandes sécheresses du XIXe qui ont touché simultanément de nombreux pays de la planète, nommément l’Inde, la Chine, l’Afrique ou encore le Brésil, et dont les variations du phénomène climatique El Nino seraient la cause. Facteur climatique décisif, il est invoqué comme principale cause naturelle de famines ayant provoqué la mort d’environ 50 millions d’individus 1. Cependant, le fait climatique ne peut expliquer à lui seul l’ampleur mortifère de ces événements, s’y ajouteraient les forces du marché et de l’impérialisme. Ainsi, Mike Davis défend dans son livre l’idée selon laquelle la genèse de ce que l’on dénomme aujourd’hui « Tiers monde » se trouverait dans la convergence de ces différents facteurs, insistant particulièrement sur les choix politiques qui ont permis d’orchestrer ce qu’il nomme génocide.

L’auteur, Mike Davis, fervent militant marxiste, à la fois historien et géographe américain, est principalement connu pour ses travaux sur le pouvoir et les classes sociales, bien qu’il ait abordé de multiples autres thématiques dans ses ouvrages. Il s’inscrit ici dans la lignée historiographique des postcolonial studies. Sans le mentionner explicitement, sa démarche mobilise le concept de postcolonialité qui renvoie aux conséquences présentes du colonialisme passé, notamment à travers la dénonciation du capitalisme global et de l’impérialisme intellectuel. Il s’agit d’évoquer, à travers l’analyse, un produit du colonialisme2. Or, l’ambition de Mike Davis, en traitant d’une histoire oubliée, est justement de rétablir des causalités trop longtemps négligées. Il déconstruit ainsi les théories classiques qui rendent compte des origines du sous-développement. En premier lieu, il souligne l’insuffisance d’une explication qui reposerait exclusivement sur les phénomènes climatiques, son étude s’efforce de mettre en lumière les ressorts politiques. Le malthusianisme est également mis à mal, la surpopulation n’étant pas la cause première de la famine. Il en est de même pour le darwinisme social justifiant la disparition d’une population par le fait que seuls les plus forts survivront. La sélection naturelle ainsi appliquée ne préserverait que les plus aptes. S’ajoute enfin la dénonciation d’une perspective colonialiste dans laquelle les individus sont peints comme des fainéants qui ne méritent pas de toucher une aide financière de l’État par exemple.

Sa thèse porte sur l’origine du sous-développement dans « l’humanité tropicale » et sous-tend l’ensemble d’une analyse qu’il divise en quatre parties. La première et la seconde s’attachent à la description des trois sécheresses majeures ayant frappé le XIXe, 1876-1879, 1889-1891 et 1896-1902, et ce dans une perspective à la fois historique et sociale. La troisième partie de l’ouvrage s’attache quant à elle exclusivement à l’appréhension climatique des phénomènes puisqu’elle retrace les étapes de la compréhension entourant le phénomène El Nino oscillation australe (ENSO). La dernière partie s’intéresse à « l’écologie politique des famines » et relève les implications politiques, et surtout les motivations colonialistes, à l’origine de tels désastres humains. Ces différentes parties ne sont pas aussi clairement découpées qu’elles peuvent paraître au premier abord. Il semble donc plus pertinent d’aborder principalement les axes qui sous-tendent l’argumentation de l’auteur ; cette approche est celle privilégiée par les auteurs des différentes recensions du livre qui ont pu être réalisées jusqu’alors en ce qu’elle permet de saisir avec davantage de clarté la teneur du livre3. L’ouvrage interroge donc la genèse de la famine, et à travers elle celle du tiers monde, et tente d’en présenter les causes les plus significatives.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 74.

L’humanité tropicale aux prises de la famine

C’est avec force de détails que l’auteur décrit les souffrances liées aux famines du XIXe, le cannibalisme étant monnaie courante quand la population livrée à elle-même ne trouve d’autres alternatives pour survivre. L’auteur, pour signifier cette violence, se focalise essentiellement sur les cas de l’Inde et de la Chine lors de la sécheresse de 1876-1878.

L’Inde

Lors des sécheresses de 1873-1874 le vice-gouverneur du Bengale, Sir Richard Temple, combattait avec force la famine qui menaçait la région. Il importa massivement du riz de Birmanie et instaura parallèlement une aide financière destinée aux plus pauvres. Alors que grâce à ces initiatives il soustrait la population à une mort certaine ; on dénonce son « extravagance »4 jusque dans les journaux britanniques. Fort de cette expérience, il adoptera ensuite la posture de Lord Lytton, gouverneur général de l’Inde, qui s’oppose fermement à toute intervention à l’encontre de la famine. Même si l’intransigeance fasse à la mort dont faisait preuve Lord Lytton ne faisait pas l’unanimité, en témoigne l’opposition du principal chroniqueur de la famine Digby, sa politique l’emporte. Mike Davis écrit ainsi que : « la sécheresse fut consciemment transformée en famine par les décisions prises dans les palais des radjas et du vice-roi […] si on avait organisé les secours à temps et avec un peu d’énergie et, surtout, si on avait suspendu la collecte des impôts fonciers, on aurait pu réduire au minimum le nombre de victimes »5.

La Chine

L’empire chinois, ruiné à la suite de son ambition territoriale en Asie centrale, emprunte des fonds à taux usuraires aux puissances occidentales. La pauvreté est telle que les paysans en viennent à vendre leurs vêtements et leurs maisons pour s’acheter de quoi vivre. Les restes de leurs masures font office de moyens de combustion alors que l’hiver approche : « les pauvres dévorent leur propre toit »6. On creuse des « trous-pour-dix-mille-hommes »7 afin d’ensevelir les victimes de la tragédie dont la scène principale a lieu dans la province du Shanxi. La communauté internationale met plus d’une année à prendre conscience du désastre. Des opérations humanitaires sont menées, bien que les puissances occidentales ne soient « pas moins impitoyables que les États-Unis dans la collecte des indemnités censément dues par une Chine affamée »8.

A travers ces descriptions transparaissent clairement l’argumentaire de l’auteur qui souligne deux facteurs majeurs -le capitalisme et l’impérialisme- à l’origine du sous-développement des pays de « l’humanité tropicale ».

Capitalisme et libéralisme à l’œuvre

  • Destruction des organisations traditionnelles de subsistance et rhétorique du « laisser-faire »

L’insertion forcée des petits producteurs sur le marché international transforme la nature de leurs exploitations qui perdent leur fonction première de subsistance. Ce processus d’intégration d’une agriculture vivrière à l’économie de marché se traduit par une disparition de l’économie traditionnelle. La marchandisation de la production alors instaurée impose à l’individu de recourir à la médiation monétaire pour satisfaire ses besoins primaires, notamment alimentaires. Ce phénomène de monétarisation de la production agricole réduit à néant les structures sociales traditionnelles reposant sur la réciprocité et l’entraide, ressorts fondamentaux de la résilience d’une société en temps de crise9. Les productions favorisées sur le territoire national sont alors cultivées au titre de leur rentabilité en tant que bien d’exportation. L’auteur reprend l’affirmation de Polanyi selon laquelle « la source réelle des famines […] est le marché libre des céréales »10. Dans le cadre du système colonial orienté par la mise à disposition de matière première au profit de la puissance colonisatrice, les cultures de coton remplacent ainsi celles des légumes secs qui servaient jusqu’alors à nourrir les populations. En Inde, les cultures vivrières ont ainsi laissé place aux districts cotonniers et aux districts de blé de Narmada. Ces territoires rapidement convertis à des plantations souvent inadaptées à leurs conditions biophysiques reposent sur un système écologique précaire qui met en péril la sécurité alimentaire de l’ensemble de la population. La modernité incarnée par le télégraphe et les voies ferrées permet alors de connecter différentes régions du monde, les chocs climatiques et les déficits agricoles occasionnent un bouleversement non plus seulement local mais international. Ainsi la production de canne à sucre destinée à l’exportation réagit immédiatement à l’extraction du sucre de betteraves européennes, la baisse des prix est alors directement synonyme d’un appauvrissement drastique de la population.

Si la mondialisation économique imputable au capitalisme de marché est mobilisée par l’auteur pour rendre compte des famines majeures du XIXe siècle, elle s’associe d’une analyse des discours mobilisés par les colonisateurs en lien avec cette idéologie libérale. Mike Davis écrit de l’Inde qu’elle aurait été le pays « laboratoire de l’utilitarisme où des millions de vies étaient à la merci d’une foi dogmatique dans la toute-puissance des marchés »11. Selon lui, les dirigeants au pouvoir convaincus par la force de « lois implacables de la nature »12 cédaient à l’issue salvatrice que pouvait leur offrir la mention d’Adam Smith dans la justification de leurs choix politiques. Lord Lytton, gouverneur général des Indes, lors de la première famine évoquée par l’ouvrage s’oppose ainsi à toute forme d’interventionnisme économique en faveur de la population indienne ; il s’inscrit ainsi dans la lignée des enseignements de l’économiste et de son concept fondateur de « main invisible » régulant le marché13.

  • Des forces centripètes au service de la métropole

L’impérialisme informel et formel a lourdement pesé sur la transformation d’événements climatiques en catastrophes humaines. La comparaison avec la gestion des famines par les systèmes politiques en place au XVIIIe permet à l’auteur de mettre en lumière l’importance du facteur politique colonial dans l’hécatombe des famines du XIXe. En ce qui concerne la Chine du Nord, l’auteur mobilise l’exemple de Fang Guancheng qui de 1743 à 1744 aurait organisé l’aide alimentaire pour soutenir les paysans, et ce pendant 8 mois durant. Le gouvernement impérial était alors activement mobilisé. De même, en Inde les Moghols « considérai[en]t la protection du paysan comme une obligation essentielle »14. Ainsi en 1661 le souverain moghol Aurangzeb fit un achat massif de blé afin d’en faire don aux plus pauvres. La comparaison directe avec la gestion des famines indiennes par Lord Lytton ou Temple illustre la négligence volontaire d’un État colonial pour qui le pays est une « réserve fiscale » et non le lieu d’une « entreprise de charité »15. Les autorités coloniales demeurent inflexibles, l’auteur parle de « lois de fer », alors que leurs prédécesseurs étaient enclins à assouplir la levée d’impôt en temps de disette, on parle de « lois de cuir »16. On assiste alors à l’abandon du pacte de subsistance par lequel la responsabilité de l’État dans la prise en charge des besoins alimentaires était un fait avéré17. L’humanité tropicale au XVIIIe siècle aurait eu un niveau de développement comparable à celui de l’Europe18.

Pour l’auteur le désastre induit par les sécheresses du XIXe, et ses conséquences actuelles que rappelle l’appellation Tiers-monde, sont directement imputables à un choix politique des gouvernements coloniaux. Il note le maintien d’une levée d’impôts malgré l’incapacité des paysans à la financer autrement qu’aux dépens de leur vie ou encore le détournement des fonds destinés à la prévention de la famine (en Inde ils financent la guerre d’Afghanistan). L’impérialisme informel est également perceptible, notamment dans le cas du Brésil, puisque la Grande Bretagne exerçait un contrôle sur la dette extérieure du pays qui ne bénéficiait alors plus d’aucune autonomie fiscale à l’origine d’une incapacité à agir efficacement contre les famines. L’humanité tropicale située dans le giron des puissances coloniales leur était donc soumise. Les périphéries ne devant leur droit à l’existence qu’à la mesure dans laquelle elles pouvaient servir les intérêts des centres. L’exemple de la politique des commandes publiques qui étouffait l’Inde en l’obligeant au rachat de produits britanniques obsolètes illustre particulièrement ce fait.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 63.
  • La famine au service de l’expansion coloniale

En plus d’avoir participé à l’aggravation des pénuries alimentaires induites par les sécheresses du XIXe, les institutions coloniales ont tiré parti de ces désastres pour accroître leur puissance. Les tribus autonomistes qui prétendaient encore résister aux autorités coloniales furent annihilées. Ainsi, à Bornéo les Hollandais profitent de l’affaiblissement des populations indigènes dû à la sécheresse pour les soumettre. Les tribus dayaks qui étaient jusqu’alors encore indépendantes et empêchaient les colonisateurs d’exploiter les vastes étendues de forêt vierge, furent contraintes de se vendre comme force de travail en échange de nourriture. Elles renoncèrent par là-même à leur liberté.

Aux origines de la famine et du sous-développement

  • Libéralisme & impérialisme, la tentation de l’exagération

Si Mike Davis parvient parfaitement à mettre en lumière l’importance décisive des choix politiques dans la gestion plus ou moins funeste des famines, la mise en exergue du rôle des théories libérales ne paraît pas absolument s’appliquer à l’étude présentée. En effet, si les autorités coloniales mentionnent l’idéologie d’économistes comme Smith, il ne s’agit pas tant de suivre aveuglément leur propos19  que d’assouvir les intérêts économiques de la puissance quel qu’en soit le coût humain. Il semble donc que la théorie économique ait peu à voir avec le déroulement effectif de la famine. La lecture explicitement engagée de l’histoire globale qui est faite par l’auteur, bien qu’elle dénonce à juste titre l’incurie du pouvoir coloniale, semble tomber sous le coup de l’exagération. C’est justement ce que lui reproche Amartya Sen20 à propos du passage de l’économie traditionnelle à l’économie de marché. Il souligne que les résultats de l’entrée dans l’économie de marché ne sont pas aussi manichéens que le suggère Mike Davis. Si la politique économique est accompagnée de l’action étatique, alors elle peut au contraire rendre possible l’émancipation des populations les plus pauvres. Fort de ce constat, il souligne que les famines les plus meurtrières du XXe siècle ont eu lieu en dehors du cadre capitaliste, notamment en Chine entre 1958-61 avec environ 30 millions de morts estimés. La volonté de nuance que présente Amartya Sen peut être étayée par les recherches qui portent sur la notion de « grande divergence » qui tente de définir le point de départ des inégalités de développement identifiables entre les pays. L’étude de Broadberry et al. qui porte sur la divergence entre la Grande Bretagne et l’Inde souligne ainsi que : « Indian living standards were already subs-tantially below the British level during the seventeenth century »21. Ces conclusions vont à l’encontre des affirmations de l’auteur. Mike Davis insiste sur le rôle de l’impérialisme colonisateur dans les écarts de développement perceptibles à l’époque contemporaine. Elles démontrent qu’avant même le début de la période coloniale, l’Inde s’écartait déjà de la trajectoire anglaise.

  • Crise de subsistance ou crise d’accès

En prenant pour objet la famine, l’auteur s’intéresse à un sujet hautement politique puisque s’y associe la question de la responsabilité de millions de morts mais également conditionne la mise en place de politiques publiques visant à pallier de tels événements. Mike Davis, pour traiter ce sujet, s’inscrit dans une lignée historiographique qui valorise l’aspect construit des famines prétendument induites par des « accidents climatiques »22. En ce qui concerne l’Inde, les écrits datant du XIXe d’hommes politiques indiens nationalistes, comme Naoroji qui parle de « drain of wealth »,23 dénonçant le rôle de la politique impériale dans les famines initie la réflexion élaborée par l’auteur24. Cependant, c’est le travail détaillé de l’économiste Amartya Sen qui marque surtout le champ étudié par Mike Davis. Il analyse les héritages coloniaux à l’origine de l’insécurité alimentaire25. Pour Amartya Sen, les famines n’ont pas pour cause la pénurie de nourriture mais plutôt le fait que son accès soit rendu impossible aux plus pauvres. Il parle de droit d’accès à l’alimentation et développe la notion de capabilité ou non à s’insérer sur le marché alimentaire. La diminution du nombre de famines au cours du XXe irait de pair avec la démocratisation croissante du monde. Cette pensée constitue le fil directeur du propos tenu par Mike Davis et reste fondatrice dans l’appréhension des questions de développement et de sécurité alimentaire.

Mike Davis parvient donc, à travers cet ouvrage, à peindre des événements de l’histoire fréquemment occultés. Il souligne les choix politiques sous-jacents à ce qu’on décrit trop souvent comme étant le fruit de phénomènes strictement naturels. Si l’approche explicitement idéologique de cet essai historique doit être nuancée en ce qu’elle peut conduire à des affirmations trop catégoriques, notamment en ce qui concerne la question des théories économiques ; il convient d’en relever l’intérêt académique majeur. La prise en compte du fait naturel comme objet politique initie en effet une démarche universitaire récente qui en souligne les enjeux géopolitiques. A l’heure du changement climatique et des débats internationaux qu’il suscite, l’analyse de Mike Davis s’inscrit ainsi parfaitement dans le nouveau champ disciplinaire qu’est la géopolitique de l’environnement26.

Maïlys de Colnet, promotion ASIOC 2020-2021

Maïlys de Colnet est étudiante en dernière année de master Asie orientale et contemporaine au sein du département de Sciences sociales de l’ENS de Lyon. Intéressée par les questions environnementales, elle rédige un mémoire de géopolitique sur la coopération environnementale sino-européenne.

Les illustrations sont extraites de l’ouvrage.


Notes

  1. La notion de famine telle qu’elle est abordée dans le livre étudié subsume les fragilités induites par la malnutrition et renvoie au développement d’épidémies qui lui sont connexes []
  2. Burleigh, Hendrickson. « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », dans Florian Alix et al., Postcolonial Studies : modes d’emploi, Presses universitaires de Lyon, p. 155-173 []
  3. On pense ici notamment au compte-rendu de lecture d’Amartya Sen “Apocalypse Then”, Books. The New York Times, Février 2001. URL : https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html, ou encore à celui de Cyrille Ferraton https://journals.openedition.org/asterion/97 []
  4. Davis, Mike. Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, La Découverte, 2003, p. 47. []
  5. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 62-63 []
  6. Ibid., p. 73. []
  7. Ibid., p. 84 []
  8. Ibid., p. 91 []
  9. Cette idée est également développée dans O Grada, Cormac, Famine : a short history, Princeton University Press, 2010 qui présente les groupes traditionnels comme développant « leur propre stratégie préventive de niche contre la famine » []
  10. O Grada, Cormac, Famine: a short history, Princeton University Press, 2010, p. 15 extrait de Polanyi, Karl, The Great Transformation, Boston, 1944, p. 160, trad. française : La Grande Transformation, Gallimard, 1983 []
  11. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 41 []
  12. Ibid., p. 42 []
  13. Dans La Richesse des nations, tome 4, p. 140, Smith s’intéresse à la famine qui frappa le Bengale en 1770. Selon lui le marché aurait régulé temporellement et géographiquement les conséquences négatives potentielles []
  14. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 312 []
  15. Ibid., p. 43 []
  16. Ibid., p. 311 []
  17. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  18. Ibid., p. 320 []
  19. Ferraton, Cyrille, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion , p. 337. [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 20 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asterion/97  []
  20. Sen, Amartya. “Apocalypse Then”, Books. The New York Times, Février 2001. https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html []
  21. Broadberry, Stephen et al., “India and the great divergence: An Anglo-Indian comparison of GDP per capita, 1600-1871”, dans Explorations in Economic History, 2015, vol 55. p. 71 []
  22. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 305 []
  23. Naoroji, Dadabhai, Poverty and un-British rule in India, Swan Sonnenschein & Co, 1901 []
  24. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  25. Dreze, Jean & Sen, Amartya. Hunger and Public Action, Clarendon Press, 1989 []
  26. Dalby, Simon, « The geopolitics of climate change », Political Geography, novembre 2013, vol. 37, p. 38-47 []