Archives de catégorie : Programme des séances

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2019

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année notre champ d’investigation se portera sur des mémoires et des situations plurielles de l’Indochine colonisée en les confrontant aux concepts des sciences sociales développés ces dernières décennies.  Dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS) chaque génération de chercheurs fabriquent, inventent, expérimentent de nouveaux concepts, forgent de nouvelles grilles de lecture marquées du temps présent pour reconsidérer le passé et lui offrir une lisibilité renouvelée. Présentisme, socio-histoire, études postcoloniales, études décoloniales, subatern studies, telles sont quelques unes de ces grilles critiques qui entendent déconstruire ou reconstruire les objets de recherche en SHS.

Le séminaire de cette année s’intéressera donc à la question de la “décolonisation de l’histoire” de l’Indochine en s’appuyant sur ces concepts ou à travers les perspectives précitées. Si la question n’est pas nouvelle pour l’Algérie (Dulucq et Zytnicki, 2003), elle se pose désormais pour l’Indochine. Comment cette décolonisation de l’histoire est-elle possible ou nécessaire pour mieux saisir l’histoire partagée et les interactions asymétriques de la colonisation ? Seront posées ainsi la question des sources archivistiques et celle de leur construction pour nous permettre d’interroger les procédures de l’écriture de l’histoire des pays de la péninsule indochinoise. A partir de là, une approche critique des histoires officielles – coloniale légitimant l’action française ou postcoloniale légitimant les nationalismes vainqueurs – est envisageable.

Mots clés : archives de soi ; autobiographie ; communisme ; études décoloniales ; études postcoloniales ; guerre ; identité ; libération ; mémoire ; nationalisme ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

  • Séance introductive. Mercredi 18 septembre 2019 : Mémoires et décolonisation (notions, modalités, calendrier)
  • Séance 1. Mercredi 25 septembre 2019 : [à venir]
  • Séance 2. Mercredi 2 octobre 2019 : [à venir]
  • Séance 3. Mercredi 9 octobre 2019 : [à venir]
  • Séance 4. Mercredi 16 octobre 2019 : [à venir]
  • Séance 5. Mercredi 23 octobre 2019 : [à venir]
  • Séance 6. Mercredi 6 novembre 2019 : [à venir]
  • Séance 7. Mercredi 20 novembre 2019 : [à venir]

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie & ZYTNICKI, Colette (dir.), Décoloniser l’histoire ? De l’histoire coloniale aux histoires nationales en Amérique latine et en Afrique (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Société française d’Histoire d’Outre-Mer, 2003.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, “La Découverte / Poche”, 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, “Chroniques”, 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. “CNRS Alpha”, 2014. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2006. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la “communauté imaginée” d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, “Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991”, La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), “Transferts de mémoires”, Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du “retard” de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

A parcourir : Études postcoloniales – Aperçus sur une notion en devenir, Mémoires d’Indochine, 24/01/2013.

Fourton, Marjolaine, “Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique”, Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

Que sont les études post-coloniales ? – Entretiens vidéographiques 10-06-2012, Mémoires d’Indochine, 26/01/2013.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

[à venir]

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).


Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive.

Image “à la une” et illustration : Estampe de Dông Hô illustrant le combat des deux Soeurs Trung (Viêt-Nam)

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 7

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

Image de La fille du fleuve (Cô gái trên sông, Dang Nhat Minh, 1986)

★ ★ ★

Mémoires cinématographiques

Séance 7 : mercredi 14 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

La dernière séance du séminaire de cette année sera consacrée au cinéma et son rapport à la mémoire. En particulier, nous aborderons la question de la mémoire historique à travers les films de fiction vietnamiens. Pour illustrer notre propos, nous nous appuierons sur le travail cinématographique de Jean-Gabriel Périot en France, de Dang Nhat Minh au Viêt-Nam et de Rithy Panh au Cambodge autour de la question centrale : “Comment se fabrique la mémoire ?”.

La seconde partie sera dédiée aux exposés oraux consacrés aux mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh et aux récits du génocide perpétré par les Khmers rouges dans le Kampuchéa Démocratique (1975-1979).

Courts métrages commentés :

Jean-Gabriel Périot, Eût-elle été criminelle, court métrage, Envie de Tempête Productions, 2006, 09:39. Sur Vimeo.

Jean-Gabriel Périot, Nijuman No Borei (200.000 fantômes), court métrage, Envie de Tempête Productions, 2007, 10:54. Sur Vimeo.

Sources complémentaires

Banh Bao et Huu Ngoc, L’itinéraire du film de fiction vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. “Expériences vietnamiennes”, 1984.

Brossat, Alain et Périot, Jean-Gabriel, Ce que peut le cinéma. Conversations, Paris, La Découverte, “Cahiers libres”, 2018.

Pham Cong Anh, Panorama critique du cinéma nord-vietnamien et bref aperçu du cinéma sud-vietnamien, Paris, EPHE, Mémoire sous la direction de Georges Condominas, avril 1972, 254 p.

Pham Ngoc Truong, Trung Son, Luu Xuan Thu, Luong Duc, Huu Ngoc, Le film documentaire vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. “Expériences vietnamiennes”, 1987.

Robic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014.

Exposés oraux

Exposé de Annette Gravier

  • Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéaste vietnamien, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Presses universitaires Aix-Marseille

Exposé de Damien Corneloup

  • Stuart-Fox, Martin et Bunheang Ung, The murderous revolution. Life & death in Pol Pot’s Kampuchea, Orchid Press Publishing Limited, 1985. (3e édition en 1998).

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Olivier Christophe

  • Rithy Panh et Bataille, Christophe, L’élimination, Paris, Grasset, 2012.

Présentation de l’éditeur : Grasset

Image “à la une” : La fille du fleuve de Dang Nhat Minh (1986) © DR

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 6

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

“Carrying Buddy”. Près de Ben The, province de Binh Duong, au nord de Saigon, un soldat sud-vietnamien porte un frère d’arme blessé et inconscient sur ses épaules vers l’arrière du front pour le faire soigner © Associated Press, 1972.

Mémoires combattantes

Séance 6 : mercredi 7 novembre 2018 – salle de réunion R20

Les mémoires combattantes forment un corpus très important de la production livresque en péninsule indochinoise, en particulier au Viêt-Nam. Dès les années soixante, la République démocratique du Viêt-Nam (1945-1976) a édité des “mémoires de la révolution” (hồi ký cách mạng) pour inscrire le processus révolutionnaire comme fondateur de l’État et pour honorer ses acteurs. Après la guerre, des ambitions mémorielles antagonistes se sont de plus en plus affirmées. Sur le plan des mémoires combattantes, rédigées par des militaires, des révolutionnaires professionnels ou des hommes politiques, les récits apparaissent largement clivés. D’un côté, les vainqueurs élaborent une nouvelle historiographie nationale et organisent le récit mémoriel pour valider la guerre de réunification (1945-1975) et la légitimité de la direction du parti communiste. De l’autre côté, les vaincus de la guerre et les exclus du processus politique témoignent de l’existence d’une contre-histoire qui percute le récit national-communiste. Cette séance donnera un aperçu des engagements des uns et des autres.

Dans un second temps, nous écouterons trois exposés oraux avant de débattre. Chaque ouvrage présenté reprendra une thématique abordée lors des séances précédentes : la question des frontières et du banditisme au moment de la colonisation du Tonkin, la formation des révolutionnaires à Paris et l’espionnage sous la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975).

Textes discutés

Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of e victim turned soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 545-574 (Ch. 29 : “On the Viet Nam War” ; Ch. 30 : “Ever in my memory”).

Vo Nguyen Giap (général), Le haut commandement et le printemps de la victoire, Hanoi, Editions The Gioi, coll. Mémoires de guerre, 2008, p. 301-317 (Ch. X : “Quelques réflexions”).

Exposés oraux

Exposé de Thibaut Bara

  • Davis, Bradley Camp, Imperial Bandits. Outlaws and rebels in the China-Vietnam borderlands, Seattle, University of Washington Press, 
    Critical dialogues in Southeast Asian studies, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Washington University Press

Exposé de Clémence de Gail

  • Goebel, Mickael, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte, 2017. Traduit de l’anglais par Pauline Stockman.

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Exposé de Valentin Martin

  • Bass, Thomas A., Agent Z. 21, le meilleur ennemi des Américains. Saïgon 1946-1975, Paris, Tallandier, 2010. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Béatrice Vierne.

Présentation sur Galaxidion

Image “à la une” : Groupe de la guérilla Viêt Công traversant une rivière en 1966 (Wikipedia)

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 5

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Mme Nguyen Van Bong en 1973. Son époux, homme politique de premier plan, cofondateur du Mouvement National Progressiste, fut assassiné en pleine rue à Saigon le 10 novembre 1971 © DR

Mémoires “genrées”

Séance 5 : mercredi 24 octobre 2018 – salle de réunion R20

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (“genré et réconciliateur”) de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Dans un second temps, nous discuterons de l’évolution historiographique de la thématique “genre et guerre” proposée par Françoise Thébaud puis nous questionnerons les enjeux sociaux et historiques de l’analyse iconographique, enjeux soulevés par la publication de l’ouvrage collectif Sexe, race et colonies (la Découverte, 2018).

Enfin, la troisième partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux. Le premier s’intéressera aux enjeux de mémoire en Indonésie, le second à la vie quotidienne des populations civiles dans un contexte de guerre.

Textes discutés

Françoise Thébaud, “Penser les guerres du xxe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie”, in Les lois genrées de la guerre, Clio, Femmes, Genre, Histoire, n°39, 2014, p. 157-182. Article en ligne sur OpenEdition.

Nicolas Bancel, “Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »“, The Conversation, 17/10/2018. [Lire également les articles mentionnés par des liens]

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.

Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, “Les chemins de la sagesse”, 1995.

Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.

Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.

Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, “Graveurs de mémoire”, 2012.

Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).

Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.

Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.

Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

Exposés oraux

Exposé de Samia Kotele

  • Pramoedya Ananta Toer, The mute’s soliloquy : a memoir, Londres, Penguin books, 1999. (Titre original : Nyanyi Sunyi Seorang Bisu). 

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Gwendolène Chambon

  • Lone, Stewart, Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Greenwood, The Greenwood Press Daily Life Through History Series: Daily Lives of Civilians during Wartime, 2007. 

Présentation de l’éditeur : Thrift Books

Image “à la une” : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née en 1967).

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 4

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Groupe de montagnards armés, hauts-plateaux du centre du Viêt-Nam, 1962 © DR

Mémoires “minoritaires”

Séance 4 : mercredi 17 octobre 2018 – salle de réunion LLE

Certains groupes sociaux parviennent difficilement à produire et à diffuser des traces écrites de leur histoire. Transmis oralement, leurs récits de vie restent confinés dans un statut de “mémoires minoritaires”. A travers l’approche des subaltern studies, cette séance sera consacré aux récits mémoriels provenant d’ethnies minoritaires chez lesquelles la parole vernaculaire prime et à tendance à disparaître dans un contexte de domination politique, linguistique ou culturelle. Comment se construisent ces récits subalternes face au récit dominant, comment s’organise la résistance mémorielle dans de telles situations ? Comment la marge conteste la centralité et les normes imposées. Nous survolerons l’histoire de la résistance des mouvements montagnards des Hauts-plateaux du Viêt-Nam pour illustrer notre propos.

La seconde partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux autour des questions de l’altérité en situation coloniale, à travers la littérature, et en situation post-coloniale, à travers l’anthropologie culturelle et politique développée par le professeur Lê Huu Khoa.

Textes étudiés

“A History of Resistance to central Government Control”, in Repression of Montagnards. Conflicts over Land and Religion in Vietnam’s central Highlands, New York, Human Rights Watch, 2002, p. 13-27.

Po Dharma, “Le FULRO. Moment de l’histoire ou tradition de lutte des peuples du Campa” dans Po Dharma (avec la coll. de Mak Phoeum), Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006, p. 159-172.

Sources complémentaires sur Mémoires d’Indochine

Portraits

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

Autres liens

Blog militant : Montagnard Support Group

Télévision vietnamienne, chaîne de la sécurité publique : Vạch trần âm mưu phục hồi Fulro, “Tin lành Đê ga”, ANTV, 26/03/2017. Voir aussi sur Gia Lai Online.

Exposés oraux

Exposé de Mathilde Michel

  • Copin, Henri, L’Indochine des romans, Paris, Kailash, coll. “Asie imaginaire”, 2000.

Présentation de l’éditeur : éditions Kailash

Exposé de Lou Eve

  • Lê Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, vol. 5 : L’espace cognitif du peuple, Paris, Les Indes savantes, 2016.

Présentation de l’éditeur : Les Indes savantes

Image “à la une” : Drapeau du FULRO © DR

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 3

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Le général Vo Nguyên Giap interviewé par le journaliste de l’armée Bui Tin © DR

Mémoires dissidentes

Séance 3 : mercredi 10 octobre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Les mémoires des dirigeants ne sont pas les seules à dresser le bilan de leur action politique. D’autres mémoires concurrentes s’inscrivent dans l’espace des “guerres de mémoires” pour dresser un contre-bilan de l’action des dirigeants de leur pays. Cette séance s’intéressera à ces mémoires “dissidentes” qui percutent la mémoire autorisée. Interdites à l’intérieur du pays, elles sont eu souvent un grand retentissement à l’extérieur comme le rappelle l’exemple des témoignages des dissidents de l’URSS. Dans certains cas, ces mémoires apparaissent moins comme un récit personnel et intime que l’occasion de proposer un récit critique et alternatif à l’histoire officielle.

Dans un second temps, à travers les lectures proposées nous revisiterons deux faits majeurs de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. La réforme agraire de 1953-1956 est exposée dans le regard critique de Bui Tin. L’ajournement d’une réconciliation nationale après la guerre de réunification forme la trame du récit de Doan Van Toai, ancien étudiant proche du Front national de libération du Sud Viêt-Nam. La mémoire et l’oubli seront donc au cœur de cette séance.

Textes étudiés :

Bui Tin, 1945-1999 Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999, chapitre II : “Réformes”.

Doan Van Toai, “The Lament for Vietnam”, The New York Times, 29 mars 1981. Article archivé en ligne sur le site du NYT.

Autres récits dissidents évoqués au cours de la séance :

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese War Widow to American Activist, Sertling, VA : Capital Books, 2001.

Bui Diem (avec David Chanoff), In the jaws of history, Bloomington, Ind. : Indiana University Press, 1999. Edité une première fois en 1987 (Boston, Houghton Mifflin), puis édité en vietnamien en 2000 (Pham Quang Khai  XB).

Hoàng Văn Hoan, Giọt nước trong biển cả (Hồi ký cách mạng) [Une goutte d’eau dans l’océan, (mémoires de la révolution)], Portland, Or. : Nhóm tìm hiểu lịch sử, 1991. Texte mis et ligne en 2005 et archivé sur le site Talawas. Notice biographique Wikipedia VN.

Nguyen Manh Tuong, Un excommunié. Hanoi 1954-1991 : procès d’un intellectuel, Paris, Quê Me, 1992. Présentation sur Mémoires d’Indochine.

Thích Thiện Minh, Hồi ký hai mươi sáu năm lưu đày dưới chế độ cộng sản Việt Nam của Thích Thiện Minh [Mémoires de 26 ans d’exil sous le régime communiste vietnamien], s.l., Hội Ái Hữu Tù Nhân Chính Trị Tôn Giáo Việt Nam, Phật lịch 2550 [2007]. Traduit et publié en anglais sous le titre : Memoirs of 26 years in exile in communist Viet Nam, Charleston, SC : Viet Nam Today, 2015.

Tô Hải, Hồi ký của một thằng hèn [Mémoires d’un lâche], Fall Church, VA : Tủ sách Tiếng Quê Hương, 2009. A memoir of ex-communist Vietnamese musician Tô Hải. Présentation succincte sur Mémoires d’Indochine.

Trần Đĩnh, Đèn cù : số phận Việt Nam dưới chế độ cộng sản. Tự truyện của người từng viết tiểu sử Hồ Chí Minh [La lanterne imagée : le sort du Viêt-Nam sous le régime communiste. Autobiographie d’une personne qui a auparavant écrit une biographie de Hô Chi Minh], USA : Người Việt Books, 2014, 2 vol. Notice Wikipedia VN.

Truong Nhu Tang (avec David Chanoff et Doan Van Toai), Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1986. Traduit de l’américain : A Vietcong Memoir, New York : Vintage Books, 1986.

Vu Thu Hiên, Đêm giữa ban ngày : hôi ký chính trị của một người không làm chính trị [La nuit en plein jour, mémoires politiques d’un homme qui ne fait pas de politique], Westminster, CA : Văn Nghệ, 1997. Extrait traduit dans Georges Boudarel & Nguyen Van Ky, Hanoi 1936-1996 : du drapeau rouge au billet vert, Paris, Autrement, 1997. Voir aussi : Vincent Hugueux, “Viêtnam : la nuit en plein jour entretien avec Vu Thu Hiên”, Politique internationale, 1997, n° 77, pp. 267-282.

Sur les auteurs des textes, à lire sur Mémoires d’Indochine :

Image “à la une” : Tribunal populaire spécial pendant la réforme agraire radicale en RDVN, Photographie de Franz Faber © 1955

“Mémoires d’Indochine” 2018 : séance 2

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Hô Chi Minh lisant le journal Nhân Dân (Le Peuple), organe du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam, dans le maquis Viêt Bac en 1951. Titre de la première page : “La révolution d’octobre” avec les portraits de Lénine et de Staline © DR

Mémoires de dirigeants

Séance 2 : mercredi 3 octobre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Cette séance sera consacrée à l’étude des trajectoires biographiques et politiques de trois personnalités historiques de la péninsule indochinoise : l’empereur Bao Dai (1913-1997), le président Hô Chi Minh (1890-1969) et le roi Norodom Sihanouk (1922-2012). Nous insisterons sur leurs autobiographies respectives et ce qu’elles apportent comme connaissances à l’histoire de la péninsule. Entre justification politique et volonté de maîtriser l’image que l’on se fait d’eux ou que l’on se fera d’eux dans l’histoire, Hô Chi Minh et Norodom Sihanouk, personnages complexes, ont particulièrement soigné les récits les concernant.

La seconde partie du séminaire dédiée à l’analyse des textes portera sur l’itinéraire de Hô Chi Minh, jalonné d’énigmes. Le fondateur de la République démocratique du Viêt-Nam fut l’auteur sous divers pseudonymes de ses propres biographies. Il s’agira de décrypter cette mise en scène visant à nourrir un culte de la personnalité sur le modèle soviétique dès 1948.

Sources mobilisées :

Bao Dai, Le Dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, p. 99-123 (“L’agression japonaise” et “La révolution Viêt-Minh”).

Tran Dân Tiên, L’itinéraire de Hô Chi Minh jusqu’à 1945, Hanoi, Éditions Thê Gioi, 1995 (rédaction en 1948), pp. 46-77 [de son arrivée à Moscou jusqu’à la fondation du front Viêt-Minh].

Sihanouk, Norodom, Souvenirs doux et amers, Paris, Hachette / Stock, 1981, pp. 19-34 (“Qui êtes-vous, Prince Sihanouk”, “Mon horoscope”, “Le ‘petit peuple’ et moi”).


Portrait de SM Bao Dai, dernier empereur du Viêt-Nam, Huê 16 mars 1943.

Sources complémentaires :

Mémento personnalités : séance 2

Dror, Olga, “Traditions and Transformations in the Formation of Hồ Chí Minh’s Cult,” The Journal of Asian Studies, 75:2, May 2016, pp. 433-466.

Goscha, Christopher, “Bao Dai et Sihanouk : la fabrique indochinoise des rois coloniaux” in Agathe Larcher-Goscha et François Guillemot (dir.), La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, 2014, pp. 127-175.

Goscha, Christopher E. & Ivarson, Søren, “Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos”, Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81.

Quinn-Judge, Sophie, Ho Chi Minh, the missing years, London, Hurst & Company, 2003. (ch. 6 : “Death in Hong Kong, burial in Moscow? (1931-38)”, pp. 191-220.

[Collectif], Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới – La Voie Nouvelle, 1990.

Document vidéographique :

Gilles Cayatte, « Les 9 vies de Norodom Sihanouk », France 5 / Alegria / INA, 2008, 52 mn. Présentation sur Mémoires d’Indochine

Autres documents sur Mémoires d’Indochine :

Image “à la une” : portraits de Sihanouk et de Hô Chi Minh sur les monnaies nationales.