Archives de catégorie : Informations liées au Séminaire

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 2

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Une visiteuse de l’exposition « Indochine des territoires et des hommes » au Musée de l’Armée, octobre 2013 © AFP

Postcolonial Studies sur l’Indochine, aperçu bibliographique

L’avènement du courant des Postcolonial Studies a bousculé la tradition historiographique française et l’emploi de cette notion se révèle tout aussi parcimonieux dans les études conduites par des chercheurs français. Cette séance reviendra sur la réception de ce courant en France avant de présenter quelques ouvrages clés sur la péninsule indochinoise qui s’inscrivent dans ou autour de ce champ. Notre attention se portera sur les « modes d’emploi » et la portée d’une notion plurielle à l’intersection de multiples problématiques – notion qui s’interroge, dans un effort réflexif, sur son propre fondement théorique.

Séance 2 : mercredi 2 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Nicolas Bancel, « Un malentendu postcolonial ? Réception et débats dans le champ académique français autour des Postcolonial Studies », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 29-70.

Burleigh Hendrickson, « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 155-173.

Entretiens vidéographiques :

Autres références signalées sur Mémoires d’Indochine : Études post-coloniales – Aperçus sur une notion en devenir

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 1

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Décoloniser l’histoire de l’Indochine »

★ ★ ★

Autel vietnamien de la diaspora dédié à l’empereur Quang-Trung Nguyễn-Huệ
(1752-1792) © DR

L’imaginaire national en question

Séance 1 : mercredi 25 septembre 2019 – salle de réunion de l’IAO

En termes d’imaginaire national, les pays de la péninsule indochinoise ont été riches de projets concurrents engagés dans un processus de décolonisation aussi violent que complexe. Terre de multiples projets indépendantistes et nationalistes, la péninsule a connu trois guerres civiles accrues par le contexte de la Guerre froide entre 1945 et 1991. Cette séance s’intéresse à la diversité des idéologies structurant les imaginaires nationaux indochinois. Au moment clé de 1975, date des réunifications au sortir de la guerre, nous verrons comment ces imaginaires pluriels se sont réduits sous la conduite d’Etats-Partis totalitaires puis autoritaires. Nous verrons également comment, à l’heure de la mondialisation, un certain nombre d’imaginaires nationaux survivent dans l’espace transnational sous la forme d’ethnoscapes militants.

Articles et ouvrages accompagnant la séance :

Appadurai, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot)

Chivallon, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. URL : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3-page-131.htm

Goscha, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. (Voir le CR de lecture de Xiao Han)

Guillemot, François, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique « Troisième voie » », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012. URL : http://journals.openedition.org/moussons/1043

Pfefferkorn Roland, Sanchez Jean-Noël, « La fabrique des imaginaires nationaux. Introduction », Raison présente, 2015/1 (N° 193), p. 13-17. URL : https://www.cairn.info/revue-raison-presente-2015-1-page-13.htm

★ ★ ★

Exposé oral

Exposé de Léo Matsuura [sous réserve]

  • Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006. 

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Image “à la une” :  Le drapeau aux « cinq couleurs » des fêtes populaires vietnamiennes

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2019

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Décoloniser l’histoire de l’Indochine »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Continuer la lecture de Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2019

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 7

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

Image de La fille du fleuve (Cô gái trên sông, Dang Nhat Minh, 1986)

★ ★ ★

Mémoires cinématographiques

Séance 7 : mercredi 14 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

La dernière séance du séminaire de cette année sera consacrée au cinéma et son rapport à la mémoire. En particulier, nous aborderons la question de la mémoire historique à travers les films de fiction vietnamiens. Pour illustrer notre propos, nous nous appuierons sur le travail cinématographique de Jean-Gabriel Périot en France, de Dang Nhat Minh au Viêt-Nam et de Rithy Panh au Cambodge autour de la question centrale : « Comment se fabrique la mémoire ? ».

La seconde partie sera dédiée aux exposés oraux consacrés aux mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh et aux récits du génocide perpétré par les Khmers rouges dans le Kampuchéa Démocratique (1975-1979).

Courts métrages commentés :

Jean-Gabriel Périot, Eût-elle été criminelle, court métrage, Envie de Tempête Productions, 2006, 09:39. Sur Vimeo.

Jean-Gabriel Périot, Nijuman No Borei (200.000 fantômes), court métrage, Envie de Tempête Productions, 2007, 10:54. Sur Vimeo.

Sources complémentaires

Banh Bao et Huu Ngoc, L’itinéraire du film de fiction vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1984.

Brossat, Alain et Périot, Jean-Gabriel, Ce que peut le cinéma. Conversations, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2018.

Pham Cong Anh, Panorama critique du cinéma nord-vietnamien et bref aperçu du cinéma sud-vietnamien, Paris, EPHE, Mémoire sous la direction de Georges Condominas, avril 1972, 254 p.

Pham Ngoc Truong, Trung Son, Luu Xuan Thu, Luong Duc, Huu Ngoc, Le film documentaire vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1987.

Robic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014.

Exposés oraux

Exposé de Annette Gravier

  • Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéaste vietnamien, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Presses universitaires Aix-Marseille

Exposé de Damien Corneloup

  • Stuart-Fox, Martin et Bunheang Ung, The murderous revolution. Life & death in Pol Pot’s Kampuchea, Orchid Press Publishing Limited, 1985. (3e édition en 1998).

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Olivier Christophe

  • Rithy Panh et Bataille, Christophe, L’élimination, Paris, Grasset, 2012.

Présentation de l’éditeur : Grasset

Image « à la une » : La fille du fleuve de Dang Nhat Minh (1986) © DR

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 6

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

« Carrying Buddy ». Près de Ben The, province de Binh Duong, au nord de Saigon, un soldat sud-vietnamien porte un frère d’arme blessé et inconscient sur ses épaules vers l’arrière du front pour le faire soigner © Associated Press, 1972.

Mémoires combattantes

Séance 6 : mercredi 7 novembre 2018 – salle de réunion R20

Les mémoires combattantes forment un corpus très important de la production livresque en péninsule indochinoise, en particulier au Viêt-Nam. Dès les années soixante, la République démocratique du Viêt-Nam (1945-1976) a édité des « mémoires de la révolution » (hồi ký cách mạng) pour inscrire le processus révolutionnaire comme fondateur de l’État et pour honorer ses acteurs. Après la guerre, des ambitions mémorielles antagonistes se sont de plus en plus affirmées. Sur le plan des mémoires combattantes, rédigées par des militaires, des révolutionnaires professionnels ou des hommes politiques, les récits apparaissent largement clivés. D’un côté, les vainqueurs élaborent une nouvelle historiographie nationale et organisent le récit mémoriel pour valider la guerre de réunification (1945-1975) et la légitimité de la direction du parti communiste. De l’autre côté, les vaincus de la guerre et les exclus du processus politique témoignent de l’existence d’une contre-histoire qui percute le récit national-communiste. Cette séance donnera un aperçu des engagements des uns et des autres.

Dans un second temps, nous écouterons trois exposés oraux avant de débattre. Chaque ouvrage présenté reprendra une thématique abordée lors des séances précédentes : la question des frontières et du banditisme au moment de la colonisation du Tonkin, la formation des révolutionnaires à Paris et l’espionnage sous la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975).

Textes discutés

Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of e victim turned soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 545-574 (Ch. 29 : « On the Viet Nam War » ; Ch. 30 : « Ever in my memory »).

Vo Nguyen Giap (général), Le haut commandement et le printemps de la victoire, Hanoi, Editions The Gioi, coll. Mémoires de guerre, 2008, p. 301-317 (Ch. X : « Quelques réflexions »).

Exposés oraux

Exposé de Thibaut Bara

  • Davis, Bradley Camp, Imperial Bandits. Outlaws and rebels in the China-Vietnam borderlands, Seattle, University of Washington Press, 
    Critical dialogues in Southeast Asian studies, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Washington University Press

Exposé de Clémence de Gail

  • Goebel, Mickael, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte, 2017. Traduit de l’anglais par Pauline Stockman.

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Exposé de Valentin Martin

  • Bass, Thomas A., Agent Z. 21, le meilleur ennemi des Américains. Saïgon 1946-1975, Paris, Tallandier, 2010. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Béatrice Vierne.

Présentation sur Galaxidion

Image « à la une » : Groupe de la guérilla Viêt Công traversant une rivière en 1966 (Wikipedia)

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 5

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Mme Nguyen Van Bong en 1973. Son époux, homme politique de premier plan, cofondateur du Mouvement National Progressiste, fut assassiné en pleine rue à Saigon le 10 novembre 1971 © DR

Mémoires « genrées »

Séance 5 : mercredi 24 octobre 2018 – salle de réunion R20

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Dans un second temps, nous discuterons de l’évolution historiographique de la thématique « genre et guerre » proposée par Françoise Thébaud puis nous questionnerons les enjeux sociaux et historiques de l’analyse iconographique, enjeux soulevés par la publication de l’ouvrage collectif Sexe, race et colonies (la Découverte, 2018).

Enfin, la troisième partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux. Le premier s’intéressera aux enjeux de mémoire en Indonésie, le second à la vie quotidienne des populations civiles dans un contexte de guerre.

Textes discutés

Françoise Thébaud, « Penser les guerres du xxe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie », in Les lois genrées de la guerre, Clio, Femmes, Genre, Histoire, n°39, 2014, p. 157-182. Article en ligne sur OpenEdition.

Nicolas Bancel, « Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »« , The Conversation, 17/10/2018. [Lire également les articles mentionnés par des liens]

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.

Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.

Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.

Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.

Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.

Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).

Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.

Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.

Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

Exposés oraux

Exposé de Samia Kotele

  • Pramoedya Ananta Toer, The mute’s soliloquy : a memoir, Londres, Penguin books, 1999. (Titre original : Nyanyi Sunyi Seorang Bisu). 

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Gwendolène Chambon

  • Lone, Stewart, Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Greenwood, The Greenwood Press Daily Life Through History Series: Daily Lives of Civilians during Wartime, 2007. 

Présentation de l’éditeur : Thrift Books

Image « à la une » : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née en 1967).

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 4

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Groupe de montagnards armés, hauts-plateaux du centre du Viêt-Nam, 1962 © DR

Mémoires « minoritaires »

Séance 4 : mercredi 17 octobre 2018 – salle de réunion LLE

Certains groupes sociaux parviennent difficilement à produire et à diffuser des traces écrites de leur histoire. Transmis oralement, leurs récits de vie restent confinés dans un statut de « mémoires minoritaires ». A travers l’approche des subaltern studies, cette séance sera consacré aux récits mémoriels provenant d’ethnies minoritaires chez lesquelles la parole vernaculaire prime et à tendance à disparaître dans un contexte de domination politique, linguistique ou culturelle. Comment se construisent ces récits subalternes face au récit dominant, comment s’organise la résistance mémorielle dans de telles situations ? Comment la marge conteste la centralité et les normes imposées. Nous survolerons l’histoire de la résistance des mouvements montagnards des Hauts-plateaux du Viêt-Nam pour illustrer notre propos.

La seconde partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux autour des questions de l’altérité en situation coloniale, à travers la littérature, et en situation post-coloniale, à travers l’anthropologie culturelle et politique développée par le professeur Lê Huu Khoa.

Textes étudiés

« A History of Resistance to central Government Control », in Repression of Montagnards. Conflicts over Land and Religion in Vietnam’s central Highlands, New York, Human Rights Watch, 2002, p. 13-27.

Po Dharma, « Le FULRO. Moment de l’histoire ou tradition de lutte des peuples du Campa » dans Po Dharma (avec la coll. de Mak Phoeum), Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006, p. 159-172.

Sources complémentaires sur Mémoires d’Indochine

Portraits

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

Autres liens

Blog militant : Montagnard Support Group

Télévision vietnamienne, chaîne de la sécurité publique : Vạch trần âm mưu phục hồi Fulro, “Tin lành Đê ga”, ANTV, 26/03/2017. Voir aussi sur Gia Lai Online.

Exposés oraux

Exposé de Mathilde Michel

  • Copin, Henri, L’Indochine des romans, Paris, Kailash, coll. « Asie imaginaire », 2000.

Présentation de l’éditeur : éditions Kailash

Exposé de Lou Eve

  • Lê Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, vol. 5 : L’espace cognitif du peuple, Paris, Les Indes savantes, 2016.

Présentation de l’éditeur : Les Indes savantes

Image « à la une » : Drapeau du FULRO © DR