Archives de catégorie : Films de fiction

Bụi Đời Chợ Lớn – guerre des gangs et violences à Cholon [trailer]

BuiDoiChoLon[ndlr] Le film « Bụi Đời Chợ Lớn » (littéralement « Les poussières de vie de Cholon », traduit Chinatown) de Charlie Nguyen a créé la polémique à sa sortie en avant-première.

Pour n’avoir pas respecté « les règles sur le cinéma », le film a été, pour l’instant, interdit de projection au Viêt-Nam et sa sortie officielle en salle prévue le 19 avril dernier a été reportée. Le scénario n’a semble-t-il pas été soumis à la censure au préalable et au final le fim comprend, selon les autorités, trop de « scènes de violence et de tuerie », « à la Hong Kong » [1]. Pour Tuoi Tre, le film devra se débarrasser de ses « scènes gore » pour espérer voir le jour [2].

Mettant en scène la guerre d’un jour entre deux gangs du quartier chinois de Saigon, le film contient d’inévitables scènes de violence dans la tradition des films d’arts martiaux asiatiques. Les amateurs de cinéma d’action et de voltiges martiales ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, fascinés par ce film comprenant « des combats à la machette » [3]. Son interdiction (provisoire?) est peut-être plus prosaïquement liée à la mauvaise réputation qu’il donne à voir de Cholon, ville puis quartier historique des Chinois de Saigon, dans un contexte où les relations sino-vietnamiennes restent empoisonnées par les tensions en Mer de Chine méridionale.

C’est en effet ce qui ressort des avis officiels qui condamnent (1) l’impact négatif que pourrait avoir le film sur les jeunes et (2) la fausse idée véhiculée par le film d’un quartier chinois où régneraient l’insécurité, la violence et les gangs [4], ce qui n’est effectivement pas le cas. Le réalisateur espère de son côté qu’après quelques modifications de façade, le Viêt-Nam respectera la liberté d’expression d’une fiction cinématographique qui ne prêtant pas refléter la réalité. Entre liberté artistique et contrôle social, les autorités communistes toujours très soucieuses de l’image renvoyée à l’étranger de leur pays, devront trancher.

FG, 28/04/2013.

[1] Voir : Hạnh Phương, « Bụi đời chợ Lớn » đã phạm luật như thế nào? », VietnamNet, 11/04/2013 ; Hoài Thi, Bụi đời Chợ Lớn giống ở… Hồng Kông, Bao Cong An Online, 13/04/2013.

[2] The gory local gangster flick’s ordeal, Tuoi Tre News, 16/04/2013.

[3] Voir par exemple : Voici la bande-annonce de « Bụi Đời Chợ Lớn » avec des combats à la machète !!!, Cinéma Nouvelles, 21/02/2013.

[4] The gory local gangster flick’s ordeal, art. cit.

* * *

Résumé en vietnamien :

Phim xoay quanh mối quan hệ phức tạp giữa 4 nhân vật chính là Hùng Chợ Lớn (Long Điền), Tài Nhớt (Hoàng Phúc), Phong Bụi (Johnny Trí Nguyễn) và Lâm (Hà Hiền). Lâm là em trai Hùng, vì quá si mê Hương (Huỳnh Bích Phương) — người tình của Tài Nhớt nên đã đắc tội với gã đối thủ máu lạnh. Vốn đã có âm mưu chiếm lấy Chợ Lớn nên nhân cơ hội này Tài Nhớt buộc Hùng phải đối đầu với mình. Để tăng thêm phần thắng, hắn đã tìm mọi cách khiến cho Phong Bụi — một cao thủ ẩn mình mà y luôn xem như anh em phải quay trở lại giúp y đánh bại Hùng. Và cuộc chiến đã nổ ra giữa 2 nhóm Tài Nhớt — Hùng Chợ Lớn với những trận đấu sinh tử một mất một còn… (VN Express).

Hà Nội mùa đông năm 1946 – Film de Đặng Nhật Minh [1996]

Né en 1938 à Hue, Dang Nhat Minh, qui a débuté sa carrière en 1965 comme documentariste, a réalisé de nombreuses fictions qui font constamment référence à l’histoire mouvementée du Viêtnam. Tourné en 1984, « Tro ve » (Le retour) évoque le destin d’un ancien boat people revenant à Saïgon pour le compte d’une société étrangère et découvrant les aspects négatifs de la nouvelle économie libérale. Après « Thuong nho dong que » (Nostalgie de la campagne, 1995), primé à Nantes et à Rotterdam, il signe l’année suivante « Ha Noi: Mua dong nam 1946 » (Hanoi-Hiver 1946) qui évoque avec finesse la figure de Ho Chi Minh ainsi que la guerre d’indépendance contre les Français. Ecrivain, journaliste, Dang est également secrétaire général de la « Vietnam Cinema Association ».

Source : Trigon Film

Les mémoires cinématographiques (Hồi ký điện ảnh) du réalisateur peuvent être lues sur le site Viet Studies


 

At the Horizon « ປາຍທາງ » – Plai Tang

At the Horizon « ປາຍທາງ » the first Lao Thriller-Drama movie by the Lao New Wave Cinema Productions.
Officially screening at Lao-Itec, Vientiane, Laos on 22 Feb. 2012 ; French Institute theater, Vientiane, Laos 25 Feb. 2012.

Un cinéaste de 29 ans a mis il y a quelques mois le doigt sur des vérités qui dérangent : dans son film Plai Tang (« Sur l’horizon »), Anysay Keola évoque les questions de l’enrichissement et de la pauvreté, des liens du pouvoir et de la réussite, des enfants gâtés du parti. Un polar noir, violent, au message sans ambiguïté. « Mon film reflète la réalité d’un Laos contemporain où, franchement, il y a les gens bien placés qui ne pensent plus qu’à l’argent et ceux pour lesquels il est impossible de s’offrir les produits de luxe qui s’affichent partout », constate Anysay, chef de file de la « nouvelle vague lao ». « Au plan politique, ajoute-t-il, le système me fait penser à une sorte de monarchie » (extrait de : Bruno Philip, Le Monde, 03/11/2012).

For More Information :
www.atthehorizon-movie.com

Viêt-Nam, enfants de naguère: « Poussière de vie » – chronique de Didier Péron [1995]

[ndlr] Chronique de Didier Péron parue dans Libération à propos du film de Rachid Bouchared, Poussières de vie inspiré par La colline de Fanta, le roman de l’écrivain vietnamien Duyên Anh.

Cinéma. Viêt-Nam, enfants de naguère Poussières de vie, de Rachid Bouchareb, durée 1 h 27, avec Daniel Guyant, Gilles Chitlaphone, Jehan Pagés, Eric Nguyen… Lors du repli catastrophique des Américains du Viêt-Nam, beaucoup d’enfants, nés de pères GI, sont oubliés dans la tourmente. Rachid Bouchareb en a tiré «Poussières de vie», un film ambitieux qui manque toutefois de lyrisme.

SAIGON 1975. Les GI quittent le pays en pleine débandade et laissent derrière eux une masse d’enfants orphelins, métis amérasiens que le nouveau pouvoir en place se met en devoir de récupérer, histoire d’extirper à temps la mauvaise graine capitaliste de leur esprit encore tendre. Beaucoup, abandonnés, traînent dans les rues et sont raflés par centaines comme les prostitués, voleurs à la tire et autres «déchets de la bourgeoisie». Ces gamins ahuris et hirsutes vont atterrir après un pénible voyage en pleine brousse, dans les hauts-plateaux du Nord où les attendent une rééducation de fer dans un camp, vaste chantier inutile tenu par des militaires instructeurs fanatisés.

Lire la suite : Libération, 19/01/1995.

* * *

Poussières de vie par Rachid Bouchareb

 

Rachid Bouchareb : « Nous avons reconstitué un camp en pleine jungle pour travailler dans un réalisme total… »

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité » confie le réalisateur de « Poussières de vie ».

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité. Dans ma collaboration avec eux, j’essaie surtout de les accompagner dans la traduction spontanée des sentiments et des émotions qu’ils me donnent sur le plateau ».

Lire la suite : Univers Ciné, 1995.

 

* * *

L’histoire

Son, fils d’officier noir américain, et sa mère, vietnamienne, cherchent à quitter le pays. Mais sans papiers américains, ils sont contraints de rester. En revenant de l’école, Son est embarqué par les bô-doï (soldats vietnamiens) qui ramassent les enfants errant dans les rues de Saïgon. Orphelins, cireurs de chaussures, délinquants, ils sont les « poussières de vie » d’un monde en décomposition. Entassés dans deux camions, quatre-vingts gamins, dont une vingtaine d’Amérasiens, sont transbahutés à travers le pays vers les « camps de rééducation » des hauts plateaux du nord. Arrivés à destination, un camp en pleine jungle, ils sont astreints aux travaux de défrichage et soumis à l’ordre et à la morale révolutionnaires. Toute tentative d’évasion se termine dans la « cage aux tigres » avant le départ définitif vers la « Colline de Fanta » qui se dresse tout près et dont Son percera le terrible secret… Minutieux, il consignera précieusement cet événement dans son journal qu’il tient au jour le jour. Son, Bob et Petit Haï vont alors tenter la folle aventure de l’évasion en construisant un radeau pour descendre la rivière, rejoindre le fleuve, et de là atteindre, Saïgon, la mer, et peut-être même… les États-Unis.

A propos du film
« Le Vietnam et les États-Unis ont voulu effacer ces enfants de leur mémoire, ces « poussières de vie », comme on les appelait à Ho Chi Minh Ville, ex-Saïgon. Ces milliers d’enfants dont le physique et le visage métissé sont une présence trop voyante de la guerre. Alors, ayant retrouvé les mêmes préoccupations chez un autre cinéaste franco-vietnamien, nous avons décidé d’écrire et d’adapter ensemble le roman de Duyên Anh, « La Colline de Fanta« . Tourner ce film était pour moi une continuité par rapport au sujet que j’avais déjà abordé dans « Cheb« , mon précédent film, sur le brassage des races et des cultures. » (Rachid Bouchareb)

Source : Africultures, publié par mangona le 17/10/2006.

Journey from the Fall (Vượt Sóng) [2007]

Inspired by the true sto­ries of Vietnamese refu­gees who fled their land after the fall of Saigon—and those who were forced to stay behind, Journey From The Fall fol­lows one family’s strug­gle for free­dom.

April 30, 1975 marked the end of Vietnam’s two-decade-old civil war and the start of the exodus of hun­dreds of thou­sands of refu­gees. Despite his alle­giance to the top­pled South Vietnamese govern­ment, Long Nguyen (as Long Nguyen) deci­des to remain in Vietnam. Imprisoned in a Communist re-edu­ca­tion camp, he urges his family to make the escape by boat without him. His wife Mai (Diem Lien), son Lai (Nguyen Thai Nguyen) and mother Ba Noi (Kieu Chinh) then embark on the arduous ocean voyage in the hope of rea­ching the U.S. and free­dom. Back in Vietnam, Long suf­fers years of soli­tary confi­ne­ment and hard labor, and finally des­pairs that his family has peri­shed. But news of their suc­cess­ful reset­tle­ment in America ins­pi­res him to make one last des­pe­rate attempt to join them.

 

Review by Kim Voynar

The American version of the Vietnam War generally ends on April 30, 1975, the day the last of the U.S. troops and diplomats boarded planes and helicopters and left Vietnam. But for many Vietnamese, especially for those who had been loyal to the toppled South Vietnamese government, the fall of Saigon and the takeover of the Communist Viet Cong government was only the beginning of a long, terrible journey. Many of these citizens, loyal to the former government, found themselves incarcerated in Communist « re-education » camps for years. Still more Vietnamese, many of them women and children, fled Vietnam for other Southeast Asian countries or America, and became known as the « boat people. »

Lire la suite / Read more : Blog Moviefone, posted 23/03/2007.

 

Trailer for Journey from the Fall, directed by Ham Tran

Fiche du film sur Wikipedia

Heaven and Earth – Film d’Oliver Stone [1993]

Entre ciel et terre. Drame de Oliver Stone avec Debbie Reynolds, Haing S. Ngor, Joan Chen, Le Hiep Thi, Tommy Lee Jones.

Ly est une jeune vietnamienne. Nous suivons son épopée avant, pendant et après la guerre du Vietnam : entre le départ de son village investi par les troupes américaines pour se rendre à Saigon, sa rencontre avec un soldat américain, son envol vers les Etats-Unis et son retour au pays avec ses deux enfants…
Récompenses : Golden Globes 1994 : Golden Globe de la meilleure musique de film. Le scénario du film s’est basé sur les deux ouvrages autobiographiques de Le Ly Hayslip.

 

Heaven and Earth Trailer (1993)

 

Heaven & Earth 1993 / Trời và Trái Đất / Full movie by Oliver Stone

 

Heaven and Earth – Land Theme – Kitaro

 

Đất Khổ – Land of Sorrows – Terre de douleurs [1971-1974]

[ndlr] Film vietnamien dont le tournage débute en 1971 et se termine en 1974. Le scénario du film s’appuie sur deux romans de Nha Ca. Il relate le vie d’une famille confrontée à la guerre et aux grandes offensives militaires de 1965, 1968 et 1972. Le célèbre compositeur et poète Trinh Cong Son y joue le premier rôle. Sans doute une des raisons pour lequelles le film fut interdit de projection au Sud Viêt-Nam pendant la guerre. Jugé à l’époque « anti-guerre et gauchisant ».

ĐẤT KHỔ: Kịch bản dựa trên tác phẩm Đêm Nghe Tiếng Đại Bác và Giải Khăn Sô Cho Huế của nhà văn Nhã Ca. Khởi sự quay đầu thập niên 1970 và hoàn tất năm 1973 lấy bối cảnh từ 3 biến cố chính trong lịch sử chiến tranh Việt Nam: vụ Tranh Đấu Phật Giáo năm 1965 ở Huế, Việt Cộng tấn công vào Tết Mậu Thân (1968), và mùa hè Đỏ Lửa (1972), cũng gây nhiều sôi nổi và bị cấm chiếu trước 1975 ở miền Nam VN vì nội dung « phản chiến và khuynh tả. »

 

Version sous-titrée en anglais

* * *

Filmed in 1971, the movie is set in Hue in the days before and during the Tet Offensive 1968 by VC. Its the harrowing and poignant story of the love of family, homeland, and culture during the Vietnam War. This Vietnamese, English-subtitled film dramatizes the effect of the Vietnam War on a single South Vietnamese family, the inner conflict of decisions, ideology by each member of the family.

* * *

Cuốn phim như là bi kịch cho mỗi gia đình Việt Nam, trong cuộc chiến Quốc Gia-Cộng Sản, soi rọi những khía cạnh của cuộc chiến qua tâm cảnh của những nhân vật sống trong thời cuộc: người lính Biệt Động Quân bị lạc ra khỏi binh chủng; một người anh đi lính quân lực Việt Nam Cộng Hòa; người em trai nghệ sĩ đào ngũ với cái nhìn « hiện sinh ngây thơ » về cuộc chiến (nhạc sĩ Trịnh Công Sơn ở lứa tuổi 30); bà mẹ góa chịu đựng (Bích Hợp, nghệ sĩ số 1 của sân khấu cải lương Bắc Hà di cư); cô chị gái, như Hòn Vọng Phu, mòn mỏi đợi ý trung nhân chưa về (Xuân Hà), và cô em út, một teenage sâu sắc với nhiều chất vấn và bất mãn về thời thế (Vân Quỳnh). Phim Đất Khổ cũng có sự xuất hiện của diễn viên Hoa Kỳ Jerry Liles, trong vai một người Mỹ dân sự cao lồng ngồng, bị « mồ côi » và bất lực trong bối cảnh Việt Nam, rất khác với vai trò chủ động của những nhân vật người Mỹ trong những phim ảnh Hollywood về chiến tranh Việt Nam. Đạo diễn: Hà Thúc Cần.

 

 A propos de ce film voir aussi :