Archives de catégorie : Films de fiction

Cinéma vietnamien – Inalco – 8 novembre 2018

Le cycle de cinéma vietnamien se poursuit, prochaine séance le 8 novembre 2018. A ne pas manquer.

L’Inalco et l’Université Paris Diderot, en partenariat avec Yda, vous invitent à leur Cycle de cinéma vietnamien :

Une autre ville  / Thành phố khác

Court-métrage de fiction de Phạm Ngọc Lan, 2016, 25’, vostf. Sélectionné en compétition courts-métrages du Festival de Berlin 2016. Quand le paysage urbain façonne les relations humaines : une femme mûre, une jeune mariée et un groupe de jeunes gens cherchent la proximité dans l’anonymat de la grande ville.

Odeur / Mùi

Court métrage de fiction de Lê Bảo, 2014, 23’, vostf.  Sélectionné en compétition courts-métrages  du Festival de Singapour 2015. Sur un canal jonché de détritus, une jeune femme enceinte vit dans un panier flottant en attendant le jour de son accouchement dans une maternité où elle va vendre son enfant. Elle y rencontre une autre jeune femme dans la même situation.

La projection sera suivie d’un débat avec Trần Hải Hạc, responsable du ciné-club Yda, et Đoàn Cầm Thi (Inalco)

Jeudi 8 novembre 2018 de 17h à 19h

INALCO, Amphi 4

Contacts : huy-linh.dao@inalco.fr    /   emmanuel.poisson@univ-paris-diderot-fr

Accès : http://www.inalco.fr/institut/presentation-politique-institut/implantations-geographiques/pole-langues-civilisations

Yda : https://www.facebook.com/pages/YDA/1530764113840508

Lan Cao : Vietnam Wasn’t Just an American War [NYT]

[ndlr] Nouvel article sur la guerre, une perspective du côté vietnamien sous la plume de l’écrivaine Lan Cao.

More than 40 years after its end, the Vietnam War remains, for Americans, essentially an American experience, or more accurately, an American metaphor. The continuing American inability and unwillingness to include the Vietnamese perspective also speaks volumes about how the United States relates to the rest of the world. Americans want to be understood but rarely want to understand others.

Hollywood movies have been particularly powerful in shaping America’s Vietnam War narrative. The story line may change, but the backdrop is the same. Chaos, not just wartime chaos, not just the proverbial “war is hell” chaos, but its Asiatic variant — with the inscrutable and unknowable always lurking and pouncing upon the naïve American protagonist. Predictably, as in “Apocalypse Now,” there were fetid rivers, torrid jungles and impassive brown faces as backdrops to an American soldier’s odyssey through the heart of darkness that is Vietnam.

The overarching theme was Vietnam’s meaninglessness and what it did to Americans and America. There was always the tortured, psychologically unglued Vietnam veteran like the one in “The Deer Hunter.” Metaphor takes over as American prisoners of war were forced to endure Russian roulette, a supposedly popular game played in back alleys by natives who seemingly have little value for life. Whether this game existed was irrelevant. It served to symbolize the brutality of war and the lunacies of this particular war.

Lire la suite : New York Times, 22/03/1967.

Ouvrage de cette auteure :

Image « à la une » : Soldats sud-vietnamiens lors d’un engagement contre les troupes nord-vietnamiennes près de Khê Sanh © 1971 UPI radio by Willie Vicoy

Lịch sử và tuyên truyền [Histoire et propagande]

[ndlr] A l’occasion de la diffusion du film « Vivre avec l’histoire » (Sống cùng lịch sử), quelques réflexions d’intellectuels et d’enseignants sur les liens entretenus entre propagande et histoire au Viêt-Nam. Le film évoque la bataille de Dien Bien Phu et la vie du général Vo Nguyen Giap. Propos à écouter ou à lire sur Radio Free Asia.

VoNguyenGiap_SongCungLichSuVõ Nguyên Giáp, le général victorieux dans  “Sống cùng lịch sử”.

Bộ phim mang đề tài lịch sử hiện đại của Việt Nam là “Sống cùng lịch sử” đã được nhiều người trong giới chuyên môn điện ảnh phân tích khía cạnh điện ảnh cũng như quảng bá trên thị trường của nó. Bên cạnh đó sự ế ẩm của bộ phim cũng phản ánh sự quan tâm của người Việt đối với lịch sử hiện đại của dân tộc. Sau đây là ý kiến một số nhà giáo và trí thức về việc này.

Người Việt có quay lưng với lịch sử không?

Bộ phim “Sống cùng lịch sử” đang gây xôn xao dư luận tại Việt Nam. Sự xôn xao này có nguyên nhân là sự ế ẩm của bộ phim, vì khi công chiếu lần đầu tiên có bán vé, người ta chỉ bán được đôi ba vé. Bộ phim còn gây xôn xao nữa là do số tiền to lớn mà nhà nước bỏ vào đó.

Một điều nữa cũng được mọi người bàn tán là chủ đề của bộ phim. Bộ phim nói về trận đánh Điện Biên Phủ và Đại tướng Võ Nguyên Giáp. Chủ đề lịch sử được một số người cho rằng không ăn khách, vì không được công chúng Việt Nam quan tâm.

Giáo sư Ngô Đức Thịnh, thành viên Hội đồng di sản quốc gia không đồng ý với nhận xét cho rằng người Việt Nam không quan tâm tới lịch sử.

Nói là người Việt Nam không quan tâm đến lịch sử là hết sức sai lầm, chỉ có điều là lịch sử đó thể hiện qua cái hình thái như thế nào. Ví dụ như phim ảnh mà nó sai lệch, nó không đúng sự thật, thì người ta không quan tâm. Và nó nặng tính tuyên truyền thì người ta không quan tâm. Trước kia ở Bảo tàng dân tộc học có cái triễn lãm về thời bao cấp có rất nhiều người xem. Những người làm phim biện bạch rằng như thế là quay lưng lại với lịch sử , hay không quan tâm tới lịch sử, như vậy là hoàn toàn sai.”

Lire la suite : RFA, 23/09/2014 (article de Kính Hòa).

SongCungLichSu

 

Pour en savoir plus :

  • Le film est diffusé sur le net sur plusieurs sites vietnamiens.

Les deux mondes – un film de Pham Van Nhan [1953]

[ndlr] Message de Lam Le.

Projection exceptionnelle et unique

dans les conditions techniques idéales de la Cinémathèque Française

Cinema

Lundi 16 juin à 19h30

du premier film de fiction tourné en France

LES DEUX MONDES (1953)

de

PHAM VAN NHAN

1er cinéaste vietnamien de France

Ancien Cong Binh 1939-40

et

Témoin dans le film “Cong Binh, la longue nuit indochinoise”

Phan, étudiant vietnamien à Paris, est atteint de la tuberculose. Il est hospitalisé dans un sanatorium universitaire de la banlieue parisienne. Loin de sa famille, qui ne peut plus subvenir à ses besoins à cause de la guerre, il continue malgré tout à travailler la nuit comme musicien dans les restaurants et les cabarets. Ses amis vietnamiens ne se rendent pas compte qu’il vit dans un total dénuement, dans un monde à part.

 

Film présenté par Lam Lê

 Pellicule 35mm, format original 1.33 en N&B

avec des acteurs et techniciens cong binh de 1939-40

VO en vietnamien et ST en français par la Cinémathèque Française

58, rue de Bercy 75012 – Métro Bercy

Source : Cinémathèque

Le film Odyssée vers Diên Biên sur les petits écrans [Vietnam+]

[ndlr] Annonce de la diffusion d’un film commémoratif sur la bataille de Dien Bien Phu (13 mars / 7 mai 1954) pour le soixantième anniversaire de cette victoire vietnamienne (RDVN).

DuongLenDienBien

Le film « Duong lên Diên Biên » (Odyssée vers Diên Biên) produit par la Télévision du Vietnam (VTV) et le Vietnam Feature Film Studio sera diffusé sur la chaîne VTV1 à partir du 24 avril, à l’occasion du 60 e anniversaire de la victoire de Diên Biên Phu.

Cet ouvrage retrace en partie l’épopée du peuple vietnamien voici 60 ans, a déclaré mardi à la presse à Hanoi, le chef du secrétariat de rédaction de la Télévision du Vietnam, Nguyên Hà Nam, en référence à la victoire de Diên Biên Phu en 1954.

La ligne directrice du scénario consiste à refléter la force de combativité de la guerre du peuple, la solidarité entre les soldats et la population, en particulier les bons sentiments des habitants du Nord-Ouest et les soldats de la Garde nationale.

Cette fresque épique nous conte l’extraordinaire odyssée des soldats généreux et d’un commerce agréable quittant la capitale Hanoi pour aller au combat et des jolies filles en service au front, et donne un aperçu unique notamment sur le courage et l’endurance, l’émotion et l’humanisme.

Lire la suite : Vietnam +, 16/04/2014.

Projection de la trilogie indochinoise de Lam Lê – Paris – 3 & 4 juillet 2013

[ndlr] A l’occasion de la sortie du DVD du film « Công Binh, la longue nuit indochinoise », le Cinéma La Clef (34 rue Daubenton, 75005 Paris) fera les 3 et 4 juillet prochains une projection exceptionnelle de trois films de Lam Lê. L’événement intitulé « La trilogie indochinoise » a programmé la projection des trois films suivants :

  • Poussière d’empire, 20h30 + débat à 22h, mercredi 3 juillet
  • Công Binh, 18h, mercredi 3 et jeudi 4 juillet
  • 20 nuits & un jour de pluie, 20h30 + débat à 22h, jeudi 4 juillet

TrilogieIndochinoise

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Source : message de Lam Lê, 19/06/2013.

Bụi Đời Chợ Lớn – guerre des gangs et violences à Cholon [trailer]

BuiDoiChoLon[ndlr] Le film « Bụi Đời Chợ Lớn » (littéralement « Les poussières de vie de Cholon », traduit Chinatown) de Charlie Nguyen a créé la polémique à sa sortie en avant-première.

Pour n’avoir pas respecté « les règles sur le cinéma », le film a été, pour l’instant, interdit de projection au Viêt-Nam et sa sortie officielle en salle prévue le 19 avril dernier a été reportée. Le scénario n’a semble-t-il pas été soumis à la censure au préalable et au final le fim comprend, selon les autorités, trop de « scènes de violence et de tuerie », « à la Hong Kong » [1]. Pour Tuoi Tre, le film devra se débarrasser de ses « scènes gore » pour espérer voir le jour [2].

Mettant en scène la guerre d’un jour entre deux gangs du quartier chinois de Saigon, le film contient d’inévitables scènes de violence dans la tradition des films d’arts martiaux asiatiques. Les amateurs de cinéma d’action et de voltiges martiales ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, fascinés par ce film comprenant « des combats à la machette » [3]. Son interdiction (provisoire?) est peut-être plus prosaïquement liée à la mauvaise réputation qu’il donne à voir de Cholon, ville puis quartier historique des Chinois de Saigon, dans un contexte où les relations sino-vietnamiennes restent empoisonnées par les tensions en Mer de Chine méridionale.

C’est en effet ce qui ressort des avis officiels qui condamnent (1) l’impact négatif que pourrait avoir le film sur les jeunes et (2) la fausse idée véhiculée par le film d’un quartier chinois où régneraient l’insécurité, la violence et les gangs [4], ce qui n’est effectivement pas le cas. Le réalisateur espère de son côté qu’après quelques modifications de façade, le Viêt-Nam respectera la liberté d’expression d’une fiction cinématographique qui ne prêtant pas refléter la réalité. Entre liberté artistique et contrôle social, les autorités communistes toujours très soucieuses de l’image renvoyée à l’étranger de leur pays, devront trancher.

FG, 28/04/2013.

[1] Voir : Hạnh Phương, « Bụi đời chợ Lớn » đã phạm luật như thế nào? », VietnamNet, 11/04/2013 ; Hoài Thi, Bụi đời Chợ Lớn giống ở… Hồng Kông, Bao Cong An Online, 13/04/2013.

[2] The gory local gangster flick’s ordeal, Tuoi Tre News, 16/04/2013.

[3] Voir par exemple : Voici la bande-annonce de « Bụi Đời Chợ Lớn » avec des combats à la machète !!!, Cinéma Nouvelles, 21/02/2013.

[4] The gory local gangster flick’s ordeal, art. cit.

* * *

Résumé en vietnamien :

Phim xoay quanh mối quan hệ phức tạp giữa 4 nhân vật chính là Hùng Chợ Lớn (Long Điền), Tài Nhớt (Hoàng Phúc), Phong Bụi (Johnny Trí Nguyễn) và Lâm (Hà Hiền). Lâm là em trai Hùng, vì quá si mê Hương (Huỳnh Bích Phương) — người tình của Tài Nhớt nên đã đắc tội với gã đối thủ máu lạnh. Vốn đã có âm mưu chiếm lấy Chợ Lớn nên nhân cơ hội này Tài Nhớt buộc Hùng phải đối đầu với mình. Để tăng thêm phần thắng, hắn đã tìm mọi cách khiến cho Phong Bụi — một cao thủ ẩn mình mà y luôn xem như anh em phải quay trở lại giúp y đánh bại Hùng. Và cuộc chiến đã nổ ra giữa 2 nhóm Tài Nhớt — Hùng Chợ Lớn với những trận đấu sinh tử một mất một còn… (VN Express).

Hà Nội mùa đông năm 1946 – Film de Đặng Nhật Minh [1996]

Né en 1938 à Hue, Dang Nhat Minh, qui a débuté sa carrière en 1965 comme documentariste, a réalisé de nombreuses fictions qui font constamment référence à l’histoire mouvementée du Viêtnam. Tourné en 1984, « Tro ve » (Le retour) évoque le destin d’un ancien boat people revenant à Saïgon pour le compte d’une société étrangère et découvrant les aspects négatifs de la nouvelle économie libérale. Après « Thuong nho dong que » (Nostalgie de la campagne, 1995), primé à Nantes et à Rotterdam, il signe l’année suivante « Ha Noi: Mua dong nam 1946 » (Hanoi-Hiver 1946) qui évoque avec finesse la figure de Ho Chi Minh ainsi que la guerre d’indépendance contre les Français. Ecrivain, journaliste, Dang est également secrétaire général de la « Vietnam Cinema Association ».

Source : Trigon Film

Les mémoires cinématographiques (Hồi ký điện ảnh) du réalisateur peuvent être lues sur le site Viet Studies


 

At the Horizon « ປາຍທາງ » – Plai Tang

At the Horizon « ປາຍທາງ » the first Lao Thriller-Drama movie by the Lao New Wave Cinema Productions.
Officially screening at Lao-Itec, Vientiane, Laos on 22 Feb. 2012 ; French Institute theater, Vientiane, Laos 25 Feb. 2012.

Un cinéaste de 29 ans a mis il y a quelques mois le doigt sur des vérités qui dérangent : dans son film Plai Tang (« Sur l’horizon »), Anysay Keola évoque les questions de l’enrichissement et de la pauvreté, des liens du pouvoir et de la réussite, des enfants gâtés du parti. Un polar noir, violent, au message sans ambiguïté. « Mon film reflète la réalité d’un Laos contemporain où, franchement, il y a les gens bien placés qui ne pensent plus qu’à l’argent et ceux pour lesquels il est impossible de s’offrir les produits de luxe qui s’affichent partout », constate Anysay, chef de file de la « nouvelle vague lao ». « Au plan politique, ajoute-t-il, le système me fait penser à une sorte de monarchie » (extrait de : Bruno Philip, Le Monde, 03/11/2012).

For More Information :
www.atthehorizon-movie.com

Viêt-Nam, enfants de naguère: « Poussière de vie » – chronique de Didier Péron [1995]

[ndlr] Chronique de Didier Péron parue dans Libération à propos du film de Rachid Bouchared, Poussières de vie inspiré par La colline de Fanta, le roman de l’écrivain vietnamien Duyên Anh.

Cinéma. Viêt-Nam, enfants de naguère Poussières de vie, de Rachid Bouchareb, durée 1 h 27, avec Daniel Guyant, Gilles Chitlaphone, Jehan Pagés, Eric Nguyen… Lors du repli catastrophique des Américains du Viêt-Nam, beaucoup d’enfants, nés de pères GI, sont oubliés dans la tourmente. Rachid Bouchareb en a tiré «Poussières de vie», un film ambitieux qui manque toutefois de lyrisme.

SAIGON 1975. Les GI quittent le pays en pleine débandade et laissent derrière eux une masse d’enfants orphelins, métis amérasiens que le nouveau pouvoir en place se met en devoir de récupérer, histoire d’extirper à temps la mauvaise graine capitaliste de leur esprit encore tendre. Beaucoup, abandonnés, traînent dans les rues et sont raflés par centaines comme les prostitués, voleurs à la tire et autres «déchets de la bourgeoisie». Ces gamins ahuris et hirsutes vont atterrir après un pénible voyage en pleine brousse, dans les hauts-plateaux du Nord où les attendent une rééducation de fer dans un camp, vaste chantier inutile tenu par des militaires instructeurs fanatisés.

Lire la suite : Libération, 19/01/1995.

* * *

Poussières de vie par Rachid Bouchareb

 

Rachid Bouchareb : « Nous avons reconstitué un camp en pleine jungle pour travailler dans un réalisme total… »

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité » confie le réalisateur de « Poussières de vie ».

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité. Dans ma collaboration avec eux, j’essaie surtout de les accompagner dans la traduction spontanée des sentiments et des émotions qu’ils me donnent sur le plateau ».

Lire la suite : Univers Ciné, 1995.

 

* * *

L’histoire

Son, fils d’officier noir américain, et sa mère, vietnamienne, cherchent à quitter le pays. Mais sans papiers américains, ils sont contraints de rester. En revenant de l’école, Son est embarqué par les bô-doï (soldats vietnamiens) qui ramassent les enfants errant dans les rues de Saïgon. Orphelins, cireurs de chaussures, délinquants, ils sont les « poussières de vie » d’un monde en décomposition. Entassés dans deux camions, quatre-vingts gamins, dont une vingtaine d’Amérasiens, sont transbahutés à travers le pays vers les « camps de rééducation » des hauts plateaux du nord. Arrivés à destination, un camp en pleine jungle, ils sont astreints aux travaux de défrichage et soumis à l’ordre et à la morale révolutionnaires. Toute tentative d’évasion se termine dans la « cage aux tigres » avant le départ définitif vers la « Colline de Fanta » qui se dresse tout près et dont Son percera le terrible secret… Minutieux, il consignera précieusement cet événement dans son journal qu’il tient au jour le jour. Son, Bob et Petit Haï vont alors tenter la folle aventure de l’évasion en construisant un radeau pour descendre la rivière, rejoindre le fleuve, et de là atteindre, Saïgon, la mer, et peut-être même… les États-Unis.

A propos du film
« Le Vietnam et les États-Unis ont voulu effacer ces enfants de leur mémoire, ces « poussières de vie », comme on les appelait à Ho Chi Minh Ville, ex-Saïgon. Ces milliers d’enfants dont le physique et le visage métissé sont une présence trop voyante de la guerre. Alors, ayant retrouvé les mêmes préoccupations chez un autre cinéaste franco-vietnamien, nous avons décidé d’écrire et d’adapter ensemble le roman de Duyên Anh, « La Colline de Fanta« . Tourner ce film était pour moi une continuité par rapport au sujet que j’avais déjà abordé dans « Cheb« , mon précédent film, sur le brassage des races et des cultures. » (Rachid Bouchareb)

Source : Africultures, publié par mangona le 17/10/2006.