Archives de catégorie : Entretiens d’histoire

Les Accords de Paris, quarante ans plus tard – un film de Rina Sherman

AccordsdeParis40ansplustardDVDVigna[ndlr] Présentation de la réalisatrice.

LES ACCORDS DE PARIS

Quarante ans plus tard

Un film de Rina Sherman

HD, 74 min, 2014

Production : ACA LTFA – Distribution : Label K

Au mois de mars dernier, pendant une dizaine de jours, à Choisy le Roi, j’ai filmé Mme Nguyễn thị Bình, accompagné M. Trịnh Ngọc Thái, l’ancien ambassadeur du Vietnam à Paris, et de délégations françaises, italiennes et vietnamiennes lors des commémorations du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, organisée par la ville de Choisy-le-Roi dans la cadre de l’année croisée France-Vietnam.

En présence d’élus de Choisy-le-Roi, de grands témoins, d’historiens, de diplomates, de chauffeurs et d’amis français et vietnamiens, au travers retrouvailles émouvants avec amis et camarades, récits de grands témoins, précisions données par des chercheurs et des diplomates, j’ai filmé l’histoire au jour le jour des acteurs de ces célébrations mémorielles originales, tantôt caméra à l’épaule, tantôt caméra fixe, telle un stylo qui trace un trait dans le sillage de la grande et la petite histoire.

L’idée de ce film est de mettre en avant la dimension humaine des célébrations. L’attachement des uns à cette histoire qui est la leurs, la découverte des autres de cette héritage inconnu jusqu’à lors, mais aussi d’offrir une trace de ce moment particulier avec les différentes générations qui se sont retrouvées pour se souvenir du Vietnam, des luttes locales et internationales pour la liberté et la souveraineté de son peuple.

Lorsque le service Vie internationale de la Mairie de Choisy-le-Roi m’a demandé de réaliser un film sur cette célébration du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, je n’ai pas hésité un instant, même s’il nous restait que quelques jours pour préparer le tournage.

De suite, j’avais pressentie la grande et la petite histoire dans les événements à venir, esquissés avec une précision maintes fois répétée : Il va falloir suivre ; les choses risquent d’évoluer au fil du temps. Il a fallu donc préparer, pour une équipe réduite de deux personnes, plusieurs configurations de matériel de tournage : sur pied avec son séparé, à l’épaule avec son sur bras déporté monté, à l’épaule sans son séparé, avec l’idée de filmer sur le vif les grands et les petits moments de ces journées commémoratives.

Source : Rina Sherman

La marche de l’histoire : Le général Giáp [France-Inter]

[ndlr] Emission sur l’itinéraire du Général Vo Nguyen Giap diffusée le 20 novembre dans La marche de l’histoire (l’émission de Jean Lebrun sur France Inter).

Il y a soixante ans précisément, le général Navarre prenait la décision – qui paraît étrange a posteriori – de construire un grand camp retranché à Dien Bien Phu, destiné à attirer les troupes vietminh qui auraient dû venir s’y user. S’ensuivra une victoire des communistes dont leur chef, le général Giap, ne pourra fêter le soixantième anniversaire : il vient de mourir, à 102 ans.

vonguyengiap1944
Vo Nguyen Giap et une unité vietnamienne dans la jungle près de Kao Bak Lang en 1944 © domaine public – 2013

Ils m’ont mis dans la tombe une douzaine de fois, disait-il, mais je suis revenu.” Ils ? Ce ne sont ni les Français ni les Américains qui ont eux aussi fini par plier bagages, en 1975. Non, ce sont ses camarades d’un appareil communiste dont il n’a jamais voulu s’éloigner mais dont il n’a jamais pu prendre le contrôle non plus.

Ils ont vieilli ensemble, les bonnes et mauvaises fortunes politiques de Giap dépendant de plus puissants que lui. Au final, c’est lui qui l’emporte néanmoins. Sa mort a en effet provoqué un immense mouvement d’hommage. Au-delà du Vietnam : il était la seule personnalité du pays à avoir une dimension mondiale. A l’intérieur du pays plus encore. Si Giap avait toujours veillé à y présenter son profil le plus orthodoxe, il en laissait deviner un  autre qui pouvait se dévoiler en privé. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les partisans d’une évolution du régime vers le pluralisme font leur figure de proue du vieux héros que les hiérarques sont contraints de célébrer.

ClaireTranThiLienInvitée : Claire Tran Thi Lien

Maître de conférences en Histoire de l’Asie Orientale à l’Université Paris-Diderot.
Enseignante-chercheuse à l’Université Paris Diderot, ses travaux portent essentiellement sur les rapports entre politique et religions au Viêt Nam et dans la péninsule indochinoise de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui et tout particulièrement sur l’histoire du catholicisme au Viêt Nam. Elle s’intéresse également à l’histoire politique du Viêt Nam contemporain et en particulier à l’histoire encore peu étudiée en France de la République du Viêt Nam (1954-75). Ses recherches s’inscrivent dans une perspective comparatiste avec d’autres pays d’Asie du Sud-Est, mais aussi d’autres régimes communistes (République Populaire de Chine, République Populaire de Corée, URSS/Russie, République Populaire de Pologne). Membre du laboratoire Sedet (Sociétés en développement. Études transdisciplinaires) depuis 2005, elle est co-responsable de l’’axe Asie avec Gilles Guiheux, elle participe depuis 2011 à l’organisation d’un séminaire commun des groupes Asie des laboratoires Sedet (Paris Diderot) et HSTM (Inalco) autour du thème “Normes, circulations, gouvernance en Asie” qui se poursuit dans le cadre du nouveau laboratoire Cessma. Elle est membre de l’Afrase (Association Française pour la Recherche en Asie du Sud-Est). Elle a développé récemment, dans son corpus de sources, les sources photographiques et audio-visuelles, dans le cadre d’une collaboration avec l’Ina (Institut National de l’Audiovisuel). Elle est auteur d’une thèse Les catholiques vietnamiens pendant la guerre d’indépendance (1945-1954). Entre la reconquête coloniale et la résistance communiste.
  • A écouter sur France Inter (disponible en écoute jusqu’au 15/08/2016).

Le Forum de l’histoire : Cambodge [2008]

Cambodia_flag[ndlr] La tragédie cambodgienne sous le régime du Kampuchéa Démocratique (1975-1979) décryptée dans l’émission Le Forum de l’Histoire. L’animateur Vincent Hervouet s’entretient avec Pin Yathay, rescapé de la révolution khmère rouge, Sam Rainsy (en duplex), chef de file de l’opposition démocratique et Stéphane Courtois, historien, spécialiste des régimes communistes.

 * * *

 

  • Date de prise de vue 23/07/2008
  • Date de publication 04/02/2009
  • Durée 16:21 + 16:26


La tragédie du Cambodge – 1ère Partie par Ibn-Khaldun

 


La tragédie du Cambodge – 2ème Partie par Ibn-Khaldun

Nguyễn Đình Đầu : Người Việt Nam không chia rẽ – Les Vietnamiens ne sont pas divisés

nha-nghien-cuu-nguyen-dinh-dau[ndlr] Entretien rare avec le chercheur Nguyen Dinh Dau, originaire de Hanoi, aujourd’hui âgé de 93 ans. Avant de débuter l’entretien, le commentateur rappelle brièvement le parcours personnel de Nguyen Dinh Dau avant 1975 au sein de la résistance anticoloniale, de la révolution de 1945 puis aux côtés de la “Troisième force” pendant la guerre du Viêt-Nam.

Filmé dans son appartement d’Ho Chi Minh-Ville, le vieil homme se remémore la chute de Saigon en évoquant le rôle clé de Duong Van Minh le 30 avril 1975. Il rend ensuite hommage au général Tran Van Tra en insistant sur le caractère “national et uni” des Vietnamiens. Il entend ainsi mettre l’accent sur l’importance de la réconciliation nationale, raison qui le poussa à rester au Viêt-Nam après la réunification. L’entretien se concentre peu après sur la question sensible des îles Spratleys et Paracels à travers les cartes. Cela lui permet de réaffirmer la souveraineté ancienne du Viêt-Nam sur ces îlots contestés. Depuis des décennies, Nguyen Dinh Dau a rassemblé pour ses recherches un fonds cartographique exceptionnel de plus de 3000 cartes.

* * *

Phỏng vấn ông Bùi Diễm – cựu đại sứ VNCH nhân dịp kỷ niệm 40 năm ký Hiệp định Paris 1973

[ndlr] Le site Dan Lam Bao a mis en ligne l’interview en trois volets de Bui Diem, l’ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis, consacré aux Accords de Paris de janvier 1973. L’entretien a été réalisé à Washington DC par SBTN (Saigon Broadcasting Television Network) les 27 et 28 janvier 2013. Dans l’entretien ci-dessous, Bui Diem revient sur son expérience personnelle notamment auprès de Henry Kissinger lors des négociations menant à l’Accord de Paris. Il évoque la stratégie politico-militaire communiste en 1972, la négociation de fait entre Le Duc Tho et Kissinger imposée par Washington et expose avec clarté le dilemme qui se pose alors à la Seconde République du Viêt-Nam (Sud) qui n’a plus guère le choix que de signer.

 

* 1ère partie *

* 2e partie *

* 3e partie *

Que sont les études post-coloniales ? – Entretiens vidéographiques 10-06-2012

[ndlr] Retour sur quelques les problématiques récurrentes des études post-coloniales (nouveau raisonnement, nouveau paradigme, nouvelle mise en perpective, longue durée et universalité) à partir d’un questionnement sur la pertinence du concept même de “post-colonial”. Entretien mené pour Mediapart et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS) par Antoine Perraud.

* * *

Pour aborder ce phénomène de reconceptualisation que sont les études post-coloniales, sont réunis quatre universitaires de haut vol. Emmanuelle Saada, historienne et sociologue à la lumière du droit, est spécialiste de la colonisation et de l’empire français, professeure à l’université Columbia (New York). Elle a publié un maître livre : Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté (La Découverte, 2007). Souleymane Bachir Diagne, philosophe né au Sénégal, normalien, également professeur à Columbia, auteur de Bergson dans les colonies (CNRS-Éditions, 2011). Mamadou Diouf, lui aussi professeur à Columbia. Jean-François Bayart, ancien directeur du Ceri (Centre d’études et de recherches internationales) de Science-Po, blogueur à Mediapart, auteur d’un livre polémique sur le boomerang post-colonial en France : Les études postcoloniales, un carnaval académique (Karhala, 2010).

Que sont les études post-coloniales ? (1/3)

Cette première vidéo part du contresens induit par le préfixe “post”. Faudrait-il plutôt parler de “métacolonial” – sur le modèle de métaphysique –, à propos de cette appréhension du savoir (épistémologie) ? Parce qu’il s’agit bien d’une « remise en cause dans la manière de raisonner » (Mamadou Diouf). L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, publié en anglais (1978) par Edward Saïd (1935-2003) marque une rupture. Aujourd’hui, comme le note Emmanuelle Saada, la France s’entiche de ce label des études post-coloniales, alors qu’elles semblent s’essouffler dans la sphère culturelle anglo-saxonne…


Que sont les études post-coloniales ? (1/3) par Mediapart

Que sont les études post-coloniales ? (2/3)

Cette vidéo examine le changement de paradigme (de point de vue sur le monde) lié aux études coloniales, qui sont en définitive « une manière qu’a l’universel de s’interroger » (Souleymane Bachir Diagne), à travers la « compréhension de l’historicité du moment colonial encastré dans des durées longues », complexes et qui s’enchaînent (concaténation), selon Jean-François Bayart.


Que sont les études post-coloniales ? (2/3) par Mediapart

Que sont les études post-coloniales ? (3/3)

Cette troisième vidéo vidéo revient sur les tensions qui travaillent les études post-coloniales au sujet de l’universel.


Que sont les études post-coloniales ? (3/3) par Mediapart

Trajectoires post-coloniales – Entretiens vidéographiques 11-06-2012

[ndlr] Pour faire suite au billet précédent sur la question des études post-coloniales, nous proposons de poursuivre la réflexion avec cet échange scientifique qui aborde le sujet en partant des trajectoires fondatrices du concept pour terminer sur les questions plus politiques du temps présent. L’entretien est mené pour Mediapart et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS) par Antoine Perraud (source : Daily Motion).

* * *

Pour aborder ce phénomène de reconceptualisation que sont les études post-coloniales, sont réunis quatre universitaires de haut vol. Emmanuelle Saada, historienne et sociologue à la lumière du droit, est spécialiste de la colonisation et de l’empire français, professeure à l’université Columbia (New York). Elle a publié un maître livre : Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté (La Découverte, 2007). Souleymane Bachir Diagne, philosophe né au Sénégal, normalien, également professeur à Columbia, auteur de Bergson dans les colonies (CNRS-Éditions, 2011). Mamadou Diouf, lui aussi professeur à Columbia. Jean-François Bayart, ancien directeur du Ceri (Centre d’études et de recherches internationales) de Science-Po, blogueur à Mediapart, auteur d’un livre polémique sur le boomerang post-colonial en France : Les études postcoloniales, un carnaval académique (Karhala, 2010).

Trajectoires post-coloniales 1/3

Cette vidéo revient sur la généalogie des débats (Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon, Albert Memmi, voire Michel de Certeau…), passe en revue les fondements idéologiques des études post-coloniales (la nation, la modernité, la réification du moment colonial), s’arrête sur le cheminement français, puis s’attarde sur la pollution du concept d’identité…


Trajectoires post-coloniales (1/3) par Mediapart

Trajectoires post-coloniales 2/3

Cette vidéo envisage les études post-coloniales à travers le prisme du religieux, dans lequel Senghor voyait une force de convergence (Souleymane Bachir Diagne). La République française, laïque et impérialiste, entretenait des rapports retors et complexes avec la religion, comme le rappelle Jean-François Bayart, qui insiste sur la relation délicate entre Frantz Fanon et Ali Shariati, jeune chantre iranien de l’islam politique…


Trajectoires post-coloniales (2/3) par Mediapart

Trajectoires post-coloniales 3/3

Cette ultime vidéo aborde le souci d’universalisme critique en butte aux dérives indigénistes ou nativistes. Pour comprendre le sous-texte de cet échange, voici ce qu’écrivait Jean-François Bayart dans Les études postcoloniales. Un carnaval académique : « Les postcolonial studies s’emparent désormais de toutes les situations de domination à travers les âges, sans craindre les anachronismes ni les non-sens. Les Palestiniens, naturellement, en butte au “colonialisme”, voire au régime d’apartheid sioniste, mais aussi les Gastarbeiter turcs en Allemagne, sont censés relever d’une situation “post-coloniale”, bien que la “colonialité” d’Israël fasse débat et que la Turquie ne fût jamais colonisée. »


Trajectoires post-coloniales (3/3) par Mediapart