Archives de catégorie : Documentaires

« Bonne nuit Papa, ma famille au Cambodge » – film documentaire de Marina Kem

[ndlr] Le film documentaire de Marina Kem en replay sur la chaîne Arte jusqu’au 25 novembre 2015.

BonneNuitPapa

Terror in Little Saigon [présentation sur Democracy Now!]

[ndlr] L’affaire continue sur le site Democracy Now!

[Democracy Now! 11/11/2015] During the 1980s, five Vietnamese-American reporters were murdered in the United States. Despite lengthy FBI probes, none of the victims’ killers were ever brought to justice. Could a stunning new investigative documentary lead authorities to reopen the cases? We speak to journalists A.C. Thompson and Rick Rowley about their PBS Frontline report, « Terror in Little Saigon. » Thompson and Rowley uncover new evidence potentially tying a right-wing paramilitary Vietnamese exile group to the journalists’ deaths—and a U.S. government link that may have helped them evade justice.

[Democracy Now! 13/11/2015] During the 1980s, five Vietnamese-American reporters were murdered in the United States. Despite lengthy FBI probes, none of the victims’ killers were ever brought to justice. Part 2 of our conversation with A.C. Thompson and Rick Rowley, who teamed up on the new PBS Frontline report, Terror in Little Saigon. Thompson and Rowley uncover new evidence potentially tying a right-wing paramilitary Vietnamese exile group to the journalists’ deaths—and a U.S. government link that may have helped them evade justice. Could the documentary lead authorities to reopen the cases?

« Terror in Little Saigon » : les conditions de la recherche de la vérité sont-elles réunies ?

La toile n’en finit pas de jaser sur le documentaire maladroit et anachronique de Frontline mis en ligne le 3 novembre 2015. Le documentaire a secoué l’opinion publique vietnamienne en exil et ravivé une tension politique mise en sourdine depuis quelques années. Chacun apporte désormais sa contribution au débat.

Le 9 novembre 2015, l’organe officiel du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) en a profité pour réitérer son credo d’un Việt Tân « terroriste » tout en soulignant à plusieurs reprises le « népotisme » de l’organisation à travers le terme « gia đình trị » qui rappelle le régime de feu Ngô Đình Diệm1. Outre les invectives habituelles contre le Việt Tân (une organisation politique qui suscite une haine viscérale autant de la part des autorités communistes de Hanoi que de certains exilés), des échanges fructueux et des ajustements ont été proposés dans les entretiens en ligne de plusieurs médias vietnamiens de Californie. Le journal Người Việt a ainsi publié ainsi quatre interviews pour confronter les points de vue et la télévision locale vietnamienne Truyền Hình Việt Nam Cali Today a posté sur YouTube également cinq entretiens2. L’intégration au sein du documentaire de certains éléments présentés dans ces documents aurait été des plus utiles pour éviter les amalgames, le côté racoleur du titre et les effets de flou sur des points cruciaux de l’enquête.

Parmi toutes ces réactions, signalons l’entretien en anglais entre l’avocat Nguyễn Hoàng Duyên et le journaliste A.C. Thompson3, un échange tendu mais qui apporte quelques clarifications sur le contexte et la fabrique de ce documentaire. Le journaliste revient sur les contraintes internes lors de sa réalisation, sur les maladresses et les manques. Au fil de l’entretien, il modère son propos sur les certitudes avancées dans le documentaire (sans les réfuter pour autant) et présente ses excuses à la communauté vietnamienne exilée pour les amalgames involontaires. L’enquête à charge contre « Le Front » reste de toute évidence inachevée4 et la question du soutien occulte des Etats-Unis demeure sans preuves tangibles. De son côté, en tant que témoin clé, un des fils de Ðạm Phong (qui apparaît dans le documentaire) a réitéré ses accusations contre « Le Front » à partir de ses discussions avec son père à l’époque des faits et des menaces téléphoniques contre sa famille faites au nom du « Front »5. Enfin, des représentants des amicales de vétérans de la communauté vietnamienne de Californie ont dénoncé avec vigueur l’utilisation abusive de leurs images et du discours attenant les présentant comme des « va-t-en guerre ». A ce titre, ils exigent le retrait des images du documentaire concernant leur amicale6.

De fait, c’est peut-être un point capital, l’enquête inachevée pose un double défi. Si celle-ci pose un défi évident pour le Việt Tân, notamment celui d’apporter des réponses précises sur son passé clandestin (ce qui apparaît illusoire au regard de la gravité des faits reprochés)7, elle pose tout autant un défi à A.C. Thompson celui d’aller au bout de sa logique, celle de la recherche de la vérité. C’est, selon Thompson, l’objectif des appels à témoins lancés sur la toile mais est-ce la bonne méthode ? Cette vérité peut-elle encore surgir des rangs d’une communauté divisée sur la façon de procéder dans la lutte contre le communisme et de la promotion de la démocratie ? Peut-elle tout autant sortir de la bouche d’un ancien membre qui chercherait avant tout à régler des comptes ? Peut-elle provenir d’un ancien prisonnier ayant participé aux « Marches vers l’Est », vivant au Viêt-Nam, qui devra faire amende honorable pour s’assurer sa tranquillité au sein du régime policier actuel ? Dans le même ordre d’idée, peut-elle être divulguée par les autorités policières de la RSVN ?8 Ou par une personnalité quelconque qui, sur le sol américain, figure parmi les fidèles soutiens du régime en place ? De part et d’autre, le risque de manipulation est grand, une parole « corrompue » n’est pas à exclure. Or, personne jusqu’ici n’ose aborder cette délicate question si l’enquête se poursuit.

Que l’investigation se poursuive donc… de façon impartiale, sans sensationnalisme, sans manipulations et sans arrières pensées politiques. La perspective s’avère quasi impossible à cause des enjeux actuels autour de la lutte pour la démocratie du Viêt-Nam. Cette lutte de l’ombre, ce combat inégal de longue haleine, mobilise d’un côté l’appareil de sécurité intérieure (Công An) et les services secrets (tình báo) sophistiqués d’un Etat-Parti solidement soutenu sur le plan international contre, de l’autre côté, quelques centaines d’activistes pro-démocrates à l’intérieur et à l’extérieur du pays. A.C. Thompson n’a pas su, semble-t-il, mesurer un enjeu essentiel : celui d’une lutte plus globale contre la dictature communiste dépassant largement le cadre de l’assassinat non résolu de cinq journalistes vietnamiens sur le territoire américain dans la décennie 1980-1990. A l’heure où avocats, net-citoyens et journalistes indépendants tentent à l’intérieur du pays d’échapper à une répression de plus en plus marquée, l’enquête paraît biaisée9. Soyons clairs, ceci n’excuse en rien ces assassinats sur lesquels la lumière devra être faite.

Souhaitable sans aucun doute, la vérité peut-elle émerger dans ces conditions ? Toute la difficulté est désormais là.

FG, MàJ 13/11/2015

Sur la même chaîne, on pourra suivre les entretiens du journaliste Nguyễn Xuân Nam :

Avec le Secrétaire général du Parti Việt Tân, une réfutation en bloc des accusations portées contre « Le Front » [vidéo mise en ligne le 06/11/2015] :

Avec l’ancien Colonel et chroniqueur Giao Chỉ Vũ Văn Lộc, retour sur le climat des années 80 et rappel du contexte de la résistance anticommuniste [vidéo mise en ligne le 05/11/2015] :

Avec Đỗ Hùng, représentant de la communauté vietnamienne de Little Saigon, plaidoyer pour sa ville et son développement pacifique depuis 25 ans [vidéo mise en ligne le 08/11/2015] :

Avec les représentants des amicales militaires de la communauté vietnamienne de Californie dénonciation de l’amalgame fait à partir des images les concernant [vidéo mise en ligne le 12/11/2015] :

Les article parus dans le journal Người Việt :


Les articles parus sur la chaîne vietnamienne de la BBC à Londres :

 

(à suivre).

Image « à la une » : « Le Front » lors de sa déclaration politique du 08/03/1982 sur la frontière thailandaise. Photo de Đỗ Thông Minh.

  1. An Chiến, « Bộ mặt thật của tổ chức khủng bố Việt tân » [Le véritable visage de l’organisation terroriste Viêt Tân], Nhân Dân, 09/11/2015. Rappelons que ceci intervient alors qu’à l’approche du XIIe congrès du PCV, des dissidents ont dénoncé le népotisme à l’intérieur du Parti []
  2. Voir les liens en fin de billet []
  3. Publié sur le site Cali Today : « AC Thompson trả lời các vấn đề qua phim ‘Terror in Little Saigon' » [AC Thompson répond aux questions soulevées par le film Terror in Little Saigon’], 09/11/2015 []
  4. « I don’t think it’s conclusive » reconnaît Thompson à plusieurs reprises []
  5. « Phim ‘Terror in Little Saigon’: Con trai ông Ðạm Phong lên tiếng » [‘Terror in Little Saigon’ : le fils de Dam Phong fait entendre sa voix], Người Việt, 11/11/2015 []
  6. Voir en ligne : Liên hội Cựu Quân Nhân và Hội Thiết Giáp phản đối phim ‘Terror in Little Saigon [La Fédération des anciens combattants et l’Association des blindés de l’ARVN protestent contre le film ‘Terror in Little Saigon’]. En particulier, la boucle animée de l’article de AC. Thompson, « Terror in Little Saigon. An old war comes to a new country » qui utilise des images du défilé commémoratif du 30 avril (date de la chute de Saigon) est d’un goût douteux []
  7. Voir à titre d’exemple dans un autre contexte autrement plus meurtrier la difficulté d’obtenir des informations fiables dans le cas de l’IRA et de son unité nommée The Squad chargée des assassinats []
  8. Lesquelles avaient réalisé en 2010 [?] un documentaire de près de 30 minutes sur la résistance anticommuniste sous le titre « Những cuộc hành quân không tới đích » diffusé sur VTV1 []
  9. Deux exemples récents parmi d’autres : Gia Minh, Vietnamese Authorities Detain And Beat Two Human Rights Activists, RFA, 09/11/2015 ; Gia Minh, Vietnamese Police Detain Lawyer Working on Case of Death-in-Custody Victim, RFA, 12/11/2015 []

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : séance 7

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 7 : mardi 17 novembre 2015

Récits graphiques de réfugiés vietnamiens

L’avènement de nouveaux régimes communistes totalitaires dans la péninsule indochinoise provoqua une vague sans précédent de réfugiés par mer et par terre (Boat and Land People). En novembre 1978, la détresse des Vietnamiens réfugiés de la mer mobilisa les intellectuels français autour du projet « Un Bateau pour le Viêt-Nam« . Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, André Gluksmann, Michel Foucault, Bernard Bouchner mais aussi les acteurs Simone Signoret et Yves Montand se firent les défenseurs des droits humains élémentaires au-delà de leurs différences politiques.

GlucksmannSartreAron_1979
André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron sortent de l’Elysée le 16 juin 1979 après avoir défendu la cause des réfugiés vietnamiens et cambodgiens © Photographie de Richard Melloul.

Des décennies plus tard, les anciens boat-people commencent à décrire leur expérience traumatisante de survie. Cette séance discutera de ces témoignages et en particulier de la mise en récit graphique de « The Boat » de Nam Le. Nous visionnerons le récit illustré d’un père interrogé par son fils de 10 ans et le témoignage de la famille Tran ouvrant une porte sur l’actualité des migrants d’aujourd’hui.

Sources orales à discuter :

BoatPeople_France3

Exposés oraux

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux suivis d’une discussion générale conclusive sur l’ensemble du séminaire.


  • TheBoat_TheStorm_MattHuynh_NamLeAutour de la nouvelle de Nam Le, The Boat (Le Bateau) et du travail de Matt Huynh : « 1975-1990 Récits et mémoire des Boat People »

Exposé de Maëva Pegliasco

Voir en ligne le récit visuel The Boat


  • TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamTrinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt Nam. Un avocat témoigne Me Trinh Dinh Thao, Paris: L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994.

CR de lecture de Louise Gatinot

Présentation de l’éditeur : L’Harmattan


  • LucienTrong_EnferRougeMonAmourTrong, Lucien, Enfer rouge, mon amour, Paris : Seuil, 1980.

CR de lecture de Colette Bottazzi

Ouvrage en ligne : http://enferrougemonamour.free.fr/


* * *

Pour en savoir plus :

  • Cargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001.
  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Law, Sophia Suk-Mun, The Invisible Citizens of Hong Kong. Art and Stories of Vietnamese Boatpeople, Hong Kong: The Chinese University Press, 2014.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983.
  • Scott, Joanna Catherine, Indochina’s Refugees. Oral histories from Laos, Cambodia and Vietnam, Jefferson (NC) : McFarland,  1989.
  • Vaillant, Barbara, Boat people vietnamiens. Entre mémoire et diaspora, Paris : L’Harmattan, Recherches asiatiques, 2013.

[« Ne m’oubliez pas », avis de recherche concernant les disparus]

[L’exposition de 2010 à Rennes]

Liens :

Vietnamese Boat People Museum

Myanmar / Birmanie : élections générales du 8 novembre 2015

[ndlr] En attendant la publication des résultats officiels des élections générales birmanes petit rappel du contexte dans un récit vidéographique du Figaro (mise en ligne le 9 novembre 2015).

Longtemps refermé sur lui-même à cause d’une dictature militaire, le pays s’est ouvert et a entamé des réformes depuis quelques années. Aung San Suu Kyi, figure de l’opposition birmane, voit son combat pour la démocratie enfin aboutir.

  • RV sur le site du Guardian pour suivre en direct la publication des résultats des élections en Birmanie :

http://www.theguardian.com/world/live/2015/nov/09/myanmar-elections-aung-san-suu-kyi-hints-at-victory

Dossier spécial Myanmar General Elections sur Radio Free Asia

MyanmarGeneralElections

« Terror in Little Saigon » : Frontline / PBS – 3/11/2015

[ndlr] Annonce de la diffusion le 3 novembre 2015 sur la chaîne PBS d’un reportage d’investigation sur la communauté vietnamienne exilée de Californie à l’époque du développement de la résistance anticommuniste du Front National de Libération du Viêt-Nam dit Front Hoang Co Minh.

Frontline and ProPublica team up to investigate a wave of terror that targeted Vietnamese-American journalists. Uncovering a trail that leads from American cities to jungles in Southeast Asia, Frontline and ProPublica shine new light on a series of unsolved murders and attacks.

Between 1981 and 1990, five Vietnamese-American journalists in cities across the U.S. were murdered, and many others in the community were intimidated and attacked.

Who was responsible for this reign of terror — and why has that question gone unanswered for so long?

On November 3, FRONTLINE and ProPublica will unveil Terror in Little Saigon, a multiplatform investigation that reopens a domestic terrorism case that has gone unsolved for decades.

« From the Houston, Texas editor who was shot to death in his home — his paper was called Freedom — to the Orange County, California publisher who was killed inside his office in an arson attack, we wanted to look into these brutal murders and find answers, » says correspondent A.C. Thompson (Life and Death in Assisted Living, Law & Disorder), who spent two years digging into the case alongside director/producer Rick Rowley (Dirty Wars, Zapatista).

For the most part, the murders were overlooked by the mainstream press, and the victims have been forgotten.

« Typically, violent attacks on journalists spark public outrage and calls for answers, » Rowley says. « But no one was ever held accountable for the murders of these Vietnamese-American journalists. »

Drawing on thousands of pages of documents — including newly declassified FBI files as well as police records, CIA cables and immigration files — FRONTLINE and ProPublica tracked down the victims’ families, former law enforcement agents, and Vietnamese Americans across the country to shed new light on these cold cases.

The murdered journalists all worked for small-circulation Vietnamese-language publications serving the refugee population that had sought shelter in the U.S. after the fall of Saigon in 1975. And as FRONTLINE and ProPublica’s investigation found, there was another common thread: many of those publications had criticized a prominent, anti-Communist organization called the National United Front for the Liberation of Vietnam — or, « The Front » — whose ultimate goal was to restart the Vietnam War.

In Terror in Little Saigon, FRONTLINE and ProPublica uncover a trail of terror that leads from U.S. cities like Houston and San Francisco to the jungles of Southeast Asia. The investigative team tracked down former members of the Front, confirmed that the group had operated a secret assassination squad in the U.S., and uncovered new, potentially connected murder cases overseas.

A gripping new chapter in a long-dormant case, Terror in Little Saigon airs Tuesday, November 3 at 10/9c on PBS (check local listings) and will stream in full, for free, online at pbs.org/frontline. ProPublica’s major text story will be available that same day at propublica.org and at pbs.org/frontline.

Nguyen Van Thieu, Président de la République du Viêt-Nam, extraits d’entretiens en 1973

Extraits d’entretiens avec Nguyen Van Thieu en 1973 : extraits tirés de « Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam », film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source : INA.

La mer et le legs familial

[04:04 – 06:15]

Nguyen Van Thieu : J’aime la solitude, je suis comme un solitaire, dans ce sens que je… euh, enfin, pour les moments de repos, euh, de détente, j’aime être seul devant… un grand paysage comme la mer avec un horizon… très lointain d’ailleurs, une vue très large. C’est pour moi une source de méditation parce que j’ai passé toute mon enfance dans mon village, et puis fait… ma maison est tournée vers la mer et puis partout je vois la mer, les lagunes et les montagnes… Faut pas perdre cette habitude là, c’est pourquoi j’ai passé presque tous mes week-end, là où il y a un peu de mer, ou dans mon village natal ou dans une île quelconque ou au Cap Saint Jacques.

J’aime la mer avant tout, je voudrai continuer la carrière de mon grand père, de mon père. J’aimais voyager, j’aimais la mer. J’ai fait la marine marchande. Mon grand père était un amateur de jonques, alors il commandait une flotte de dix jonques, de douze jonques, pour transporter du nuoc mam de Phan Rang jusqu’à Saigon, et dans tous les… dans toutes les provinces du Sud de Saigon et des fois il est allez jusqu’à Singapour pour acheter des tissus, des étoffes, des dattiers [?] puis il est allé parfois jusqu’au, plus au nord, au nord de Hue, de Tourane, c’est comme ça. Dans le temps, c’était des jonques…, des grosses jonques et il est plus fort en navigation que moi. Et, j’ai dû lui demander des fois des conseils sur la navigation astronomique, même avec les livres que j’ai appris. C’est la pratique qui compte, il pouvait prédire les orages…

La pratique du pouvoir

[06:27 – 07:35]

NVT : Je ne m’assoie jamais dans mon bureau pour plus d’une heure. Je marche tout le temps et puis je m’assoie là, m’assoie là, m’assoie là, voyez-vous, bon ben… on ne peut pas me tenir pendant une ou deux heures exception faite pour des réunions, des conseils de ministres. Si j’avais la liberté de travailler comme eux… j’ai plusieurs bureaux dans ce palais, j’ai plusieurs bureaux.

Vous êtes comme Napoléon qui ne pouvait pas rester en place ?

NVT : (rires) Excusez-moi mais le moment où je donne le plus d’ordres c’est le matin quand je fais ma toilette alors j’ai un interphone, alors là, c’est, c’est… Oui, quand je me peigne, quand je me rase, quand je… ça c’est, c’est ça… Je m’en fous là où est le Premier ministre, où est mon chef de Cabinet, où est Nha [Hoang Duc Nha, son neveu], il peut être dans sa maison, en voiture, en déplacement mais… il faut que je puisse parler ou bien donner des ordres à travers l’officier de permanence pour qu’il puisse transmettre mais c’est là, où, à ce moment là que viennent les idées. Les ordres, les ordres viennent comme ça.

[Passage sur le petit dejeuner au Palais présidentiel, Nguyen Van Thieu aborde la question des prisonniers de guerre avec son chef de Cabinet et neveu Hoang Duc Nha]

NVT : J’ai mis beaucoup de temps pour euh… lire les dossiers, pour écouter mes collaborateurs exposer le problème. Mais quand à prendre une décision, j’ai pris une décision très vite, après avoir, si je peux employer le mot « pigé », et surtout après une nuit de réflexion.

[Passage sur une cérémonie présidée par Mme Thieu dédiée aux prisonniers militaires libérés des prisons communistes]

[Passage sur l’organisation par Mme Thieu de la fête des soeurs Trung, héroïnes nationales]

[Entretien privé avec Mme Thieu, elle raconte sa rencontre avec son futur époux, ses études, le contexte familial]

[Passage sur Mme Thieu qui rend visite à l’hôpital aux prisonniers libérés]

[16:10 – 16:37]

NVT : Je vais discuter avec le Président Nixon des… des relations d’après-guerre. C’est-à-dire, on ne parlera plus de guerre mais on parlera de paix et surtout entre les Etats-Unis et le Sud Viêt-Nam certainement des questions d’aide économique, d’investissements, euh, pour la reconstruction, pour le développement de long terme du Sud Viêt-Nam.

[Second passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans le cadre d’une réunion sur la pacification]

[Troisième passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

Une réunification pacifique ?

  • [18:46 – 19 :44]

NVT : Si les communistes respectaient le cessez-le-feu, il y a une solution politique très rapide, des élections, euH… qui devraient [se] dérouler le plus vite possible… alors la réunification ne pourrait se faire que par un choix libre et démocratique alors… on ne peut pas espérer avoir la liberté, la démocratie sous les communistes. Donc, personne ne peut prédire quand et comment les vingt millions d’habitants du Nord Viêt-Nam pourraient avoir une opportunité… d’exprimer leur volonté librement et démocratiquement. On écarte une guerre de réunification (rires). Moi, j’écarte une guerre de réunification, moi je préconise une réunification pacifique. Avec ça, c’est très difficile de prédire parce que… tant que les communistes sont là. C’est presque non faisable.

[Passage sur le catholicisme et la conversion de Nguyen Van Thieu, messe privée au Palais présidentiel suivie du rappel de la destruction de la cathédrale de La Vang à Quang Tri]

[Passage sur la cérémonie funéraire du vénérable bouddhiste Thich Tinh Khiet de la pagode An Quang et hommage de Nguyen Van Thieu]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans l’avion « Peaceful Cooperation » le menant à Washington]

[Passage sur le Palais de l’Indépendance, son histoire, le jardin et le bureau présidentiel]

Bao Dai, le Viêt-Minh et l’indépendance de 1945

  • [32:24 – 35:11]

NVT : Moi, j’étais né à Phan Rang qui était en… en Annam. Il y a ma sœur, mon beau-frère, ils surveillent la maison. Ca reste comme un… lié à un souvenir… une maison. Et je fais le marché, je faisais le marché dans ces villages, deux fois par jour pour ma sœur, voyez-vous et puis comme ça là… Et le pont… existait seulement depuis quatre années, cinq années depuis le programme de pacification. C’est pourquoi on l’appelait le pont de… de M. Thieu. Mais d’ici de cette montagne, j’ai surveillé les batailles navales entre Américains et Japonais dans la mer qui est à peu près à… cinq ou six kilomètres un peu plus loin. Et mon village a été bombardé le premier par l’aviation américaine en 1945. Parce que c’est tout près de Cam Ranh alors la chasse japonaise, la chasse américaine, engageaient une bataille dans le ciel et puis quand ils veulent décharger les bombes, ils le font ici.

En 1945, tout le monde était dans la jeunesse, dans la jeunesse de… sous… Bao Dai et après sous les… Viet Công, les Viêt Minh. Enfin, je peux dire que l’empereur Bao Dai… il a laissé passer l’occasion. Si vraiment, il était un empereur qui voulait lutter pour l’indépendance du pays, il n’aurait jamais permis aux… aux Viêt Công à ce moment de prendre le pouvoir. Moi, je me rappelle bien quand ils prenaient le pouvoir à Phan Rang où j’étais un des leaders du mouvement de jeunesse, ils avaient seulement des fusils. Nous en avons une cinquantaine mais parce qu’il manquait de leadership alors l’empereur Bao Dai, peut-être a été trompé, disant « je voudrais être un citoyen d’un pays indépendant que d’être un empereur d’un état colonisé », c’est trop beau comme… déclaration mais ce n’est pas pratique d’un point de vue politique.

Je travaillais en même temps… que j’étudiais. A ce moment là, j’étais dans une situation pécuniaire assez difficile, alors je m’engageais à travailler dans la direction du lycée Yersin en même temps je préparais mon baccalauréat.

[Passage sur la distribution des prix par Nguyen Van Thieu aux Championnats nationaux du Viêt-Nam]

[Passage sur Nguyen Van Thieu sur un petit bateau de pêche au large de Con Son, Thieu raconte un souvenir de jeunesse sur le chant des pêcheurs]

L’Armée nationale vietnamienne

  • [39:36 – 43:40]

Qu’est-ce qui vous a amené à vous engager dans l’armée ?

NVT : Ah, c’est la situation au Sud Viêt-Nam. J’étais dans la première promotion des officiers de l’Armée nationale vietnamienne, nous étions treize. Nous étions des sous-lieutenants élèves, c’est-à-dire la troisième née de Saint Cyr. Or, j’avais de très bons amis, il y avait toute une promotion qui venait ici se battre, c’est la promotion Général Frère, qui venait ici se battre. Alors, j’ai des amis très… très intimes, des très bons amis de promotion, qui ont été tué au Viêt-Nam… Le mal… Un de mes meilleurs amis qui a été tué sept après son arrivée au Viêt-Nam… dans le Nord.

La dernière, on m’a dit que la dernière bataille à laquelle vous avez participé avec l’armée française c’était, euh, l’opération, euh…

NVT : Atlante. Pas avec les Français. Pas avec l’armée français parce que… ça c’est la première fois qu’à l’armée vietnamienne a été donné un secteur et j’étais assigné à Binh Dinh pour commander dix bataillons pour débarquer et comme il n’y a pas dix bataillons au moment voulu alors… je dois débarquer à Song Cau beaucoup plus au Sud et puis remonter jusqu’à Binh Dinh. Mais, tous nous étions des Vietnamiens dans cette opération soutenue par la logistique française… et commandée par des Vietnamiens.

C’était la première fois qu’il y avait un… secteur confié complètement à des Vietnamiens ?

NVT : Non, j’étais au secteur de Hung Yen au Nord Viêt-Nam, au sud de Hanoi, ça c’était le premier secteur vietnamisé. Alors, c’est le morceau le plus dur qui a été passé à nous par la zone Sud, enfin… j’étais… je travaillais avec le Général Cogny. Alors j’ai plusieurs fois rouspété et puis… (rires) même j’ai envoyé un rapport de tonnerre au Général Cogny [René Cogny, 1904-1968]. Il était venu : « Qui a rédigé ce rapport ? » Alors il y avait là un commandant… un commandant français qui est chef d’Etat-Major, un colonel vietnamien qui était commandant de secteur, moi j’étais lieutenant chef du troisième bureau. J’ai rédigé le rapport. Et… Alors il signe comme ça, après avoir lu, il signe. Le commandant mais…, le Général Cogny, il dit que : « C’est formidable ce rapport ». Il ne pensait pas que c’est le commandant français qui avait osé, et puis il a répondu que : « Quel est celui qui a rédigé ce rapport ? ». Je dis que : « Mon général c’est moi ! » Il dit que : « Pourquoi ? », « – Mais je dois dire la vérité ». Alors le général Hinh qui est mon chef d’Etat-Major, il a été signalé par le Général Cogny, le général Hinh était venu, il dit : « Viens ici » : « C’est bon, c’est bien comme officier mais tu n’as pas le droit de faire ça. Tu feras ça quand tu seras général mais pas maintenant. (rires)

Qu’est-ce vous avez ressenti au moment de la chute de Dien Bien Phu ?

NVT : J’étais à ce moment là lieutenant-colonel à Song Cau. Tout le monde, enfin… officiers vietnamiens comme français, on était très triste parce que ça c’est… Mais moi je vous dis franchement, si il n’y avait pas la politique en France, si on est pas battu en politique, on ne… même à Paris, la chute de Dien Dien Phu avec la perte de quinze mille hommes, ça ne justifie pas la perte d’une guerre. Et la chute de Dien Bien Phu en comparaison avec la chute de Quang Tri, de Kontum, de Binh… Binh Dinh, qu’est-ce que c’est ? Et quinze mille hommes par rapport à 180.000 Français, c’est même pas un dixième de l’armée, plus 180… 120.000 Vietnamiens. On peut toujours continuer la guerre si on en avait les moyens. C’est juste qu’on a dit qu’on a perdu la guerre à Paris, pas en Indochine. Dien Bien Phu, mais c’est un coin qu’on ne peut même pas retrouver sur la carte, c’est un nom tout à fait inconnu.

[Passage sur le Conseil des Généraux au Palais de l’Indépendance]

Vo Nguyen Giap et la conduite de la guerre

  • [44:35 – 46:35]

NVT : Dès le début de (19)68, Vo Nguyen Giap a fait une erreur très grave, il a recommencé cette erreur en 1972. Il a sous-estimé l’armée sud-vietnamienne [Passage sur l’ARVN à l’entrainement]. Il a sous-estimé aussi l’armée américaine et il croyait que tout devrait se passer au Viêt-Nam en 1967-68 comme… ça c’était passé au Viêt-Nam en 1953 ou en 1954. Or, tout était différent. L’armée française à ce moment là n’était pas aussi puissante que l’armée américaine et bien doté au point de vue matériel que l’armée américaine… dans cette guerre. De plus, l’armée vietnamienne est considérée comme si elle n’existait pas. Il y a quelques bataillons, régiments séparés sous le commandement vietnamien ou sous le commandement français, il n’y avait presque pas de gouvernement. Les… les leaders… de Hanoi, ils n’ont pas bien compris tout ça. C’est pourquoi il ont commis des erreurs très graves au point de vue politique, psychologique, comme militaire. Et c’est aussi une des causes, euh… de leur défaite parce que, euh… ils ont mal compris et ils s’étaient trompés. Et que la guerre de… de 1965-1972 devraient être comme la guerre de 1950, 1954.

[Passage sur Nguyen Van Thieu examinant les armes prises à l’ennemi à Sa Huynh et inspection du secteur]

[49:03 – 46:35]

NVT : Vo Nguyen Giap, il pensait qu’il pourrait continuer à faire le Napoléon de 1972 comme il était le Napoléon vietnamien de 1953-54.

[Passage sur Nguyen Van Thieu inspectant les troupes et les positions sud-vietnamiennes]

[50:35 – 51:12]

NVT : Alors j’ai dis ça à quelques Américains qui me demandaient ça. Et qu’on s’attendait à ce que pouviez terminer cette guerre en trois mois avec votre massive aviation. Alors c’était, au contraire, le gradualisme qui prévaut dans la politique de la guerre. On ne peut pas faire la guerre avec gradualisme.

La population au Nord Viêt-Nam s’attendait à ce qu’on libérait le Nord Viêt-Nam dès le premier bombardement américain en 1966, alors ils étaient découragés.

  • [51:24 – 51:53]

NVT : Si j’avais tous [eu] les moyens nécessaires, j’aurai cassé le corps de bataille de Giap même au Laos… en 1971.

Vous n’aviez pas suffisamment de moyens à l’époque ?

NVT : Pas suffisamment de moyens, la logistique était très difficile, très longue à suivre et les Américains ne voulaient pas… s’engager totalement dans cette bataille.

Vous connaissez le Général Giap, personnellement ?

NVT : Non, j’ai entendu parler de lui. Et je… J’ai entendu parler de lui comme un professeur d’histoire de… dans un collège… au collège de Gia Long à Hanoi quand j’étais encore collégien.

Retranscription des dialogues et intertitres : FG

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 3

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 3 : mardi 13 octobre 2015

Affirmation de deux Viêt-Nam (1945-1975)

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui prévoient la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution et en guerre de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) au Nord (1945-1976) et de la République du Viêt-Nam (1955-1975). La situation des deux Viêt-Nam pendant les années soixante sera analysée dans le contexte de la Guerre froide à partir des entretiens avec des personnalités de premier plan : Ho Chi Minh, le président de la RDVN, Nguyen Van Thieu, le président de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975), Pham Van Dong, Premier ministre de la RDVN et Bui Diem, ancien conseiller de Phan Huy Quat puis de Nguyen Cao Ky et ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux.

Sources orales à discuter :

Cinq Colonnes à la Une : Interview de Ho Chi Minh, juin 1964  [Extrait] Phỏng vấn chủ tịch Hồ Chí Minh – Tháng 6/1964 – Source originale : INA.

HoChiMinh_5ColonnesUne_une[date : 5 juin 1964, durée : 09:38, texte retranscrit ici]

 

Profils INA : Nguyen Van Thieu (Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu )
Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam
Un film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source originale : INA.

NguyenVanThieu_Profils[date : 5 avril 1973, durée : 52:23, texte retranscrit ici]

Interview with Pham Van Dong, 1981

OpenVault_PhamVanDong[date : 19 février 1981, durée : 58:03, texte traduit en regard]

Interview with Bui Diem [1], 1981

BuiDiem[date : 03 juin 1981, durée : 32:55, texte en anglais en regard]

Exposés oraux

  • RobicDiaz_L'IndochineDansLeCinémaFrançaisRobic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2015.

CR de lecture de Lorène Delhoume

Présentation de l’éditeur : PUR

  • NguyenCongLuan_NationalistVietnamWars Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam wars. Memoirs of a victim turned soldier, Bloomington: Indiana University Press, 2012.

CR de lecture de Lauriane Simony

Présentation de l’éditeur : IUPress

 

Pour aller plus loin :

Consulter les sources de la séance de l’année dernière (2014) en fin de billet.

Interview avec Ho Chi Minh, 5 juin 1964 – Cinq colonnes à la une [INA]

[ndlr] Retranscription de l’introduction et du dialogue.

Hanoi. Le carrefour de l’ancienne rue Paul Bert et du Petit lac à l’heure de la sortie d’usine. Pas une seule voiture mais beaucoup de vélos sur lesquels se déplacent lentement, machinalement, la foule des travailleurs dans une régularité impressionnante.

La sensation que ce pays est anormale ne nous a pas quitté au Nord Viêt Nam. Anormale d’abord parce que toute vie individuelle a disparu au bénéfice d’un effort collectif extraordinaire, dirigé d’une main de fer à l’intérieur d’un dispositif de sécurité draconien. Anormale ensuite parce que, dans ce pays coupé en deux depuis dix ans, un grand nombre de familles vivent le drame de la rupture qui alimentent à sa façon la guerre du Sud.

Entretien avec Ho Chi Minh

Est-ce que vous pensez, Monsieur le Président, qu’il y a une solution militaire à la guerre du Sud Viêt Nam ?

Ho Chi Minh : Non, parce que ah, vous savez bien que le peuple Viêt Nam, c’est un Un, et le pays du Viêt Nam, c’est Un. Les Américains veulent faire une guerre d’agression, comme qu’ils disent, une guerre non déclarée. Comme vous savez aussi, vous avez pu lire dans la presse mondiale, que plus la guerre [se] prolonge, plus les Américains et leurs valets, n’est-ce pas, comment dire ça, [se tournant vers quelqu’un à côté], sa lầy… s’enliser… et plus, ils supportent des échecs comme vous savez là récemment. Par conséquent, la guerre ne peut pas durer éternellement, et je suis très heureux que les politiciens haut placés français ont reconnu cela.

Vous pensez que le général de Gaulle pourrait en quelque sorte, à un certain moment, arbitrer le conflit ?

HCM : Arbitrer ! Qu’est-ce que vous comprenez par le mot arbitrer ? Nous ne sommes pas des équipes de football. [Rire].

Mais au-delà des Accords de Genève si je ne me trompe, une idée du général de Gaulle est la neutralisation de tout le Sud-Est Asiatique. Est-ce que c’est une idée qui vous semble intéressante ?

HCM : Comme j’ai déjà dit quelquefois, c’est une idée intéressante, mais ça dépend [de] la volonté de ces peuples, et… la manière comment on procède… à réaliser.

C’est une grande question… et je ne peux pas dire que je suis d’accord,… je ne dis pas que je ne suis pas d’accord, n’est-ce pas ? Parce que.. vous dites par exemple fleurs, fleurs ; il y a beaucoup de sortes de fleurs, il y a des roses, des blanches, des rouges, etc. des fleurs qui sentent bon, d’autres qui ne sentent pas bon… , mais on dit fleurs, n’est-ce pas ?

Monsieur le Président, nous avons constaté avec chagrin au cours de notre voyage au Nord Viêt Nam, que l’influence française est devenue à peu près inexistante dans votre pays. Les moins de 25 ans ne comprennent plus du tout le français. Et je me demande si, à votre idée, des rapports peuvent se rétablir tels que la France continue à jouer… une sorte de rôle culturel ici ?

HCM : Avec la France surtout, et avec tous les autres pays, nous voulons avoir une coopération amicale, culturelle, économique, etc… , mais je suis sûr que vous ne voulez pas avoir, n’est-ce pas, que la France ait l’influence qu’elle avait avant, … c’est une autre chose… mais coopération culturelle, économique, qu’est ce qu’il y a encore ?, sportive par exemple, etc… etc… nous, nous[le] désirons.

Si la guerre se cristallise au Sud et se poursuit encore pendant quelques années, pensez-vous que l’avenir économique du Nord Viêt Nam soit viable ?

HCM : Je suis sûr que ça non seulement viable, mais ça progresse. Parce que vous avez vu vous-même, vous avez constaté vous-même que, ici, nous travaillons beaucoup, notre peuple travaille beaucoup, avec abnégation, n’est-ce pas, avec dévouement, avec enthousiasme. D’un côté, nous travaillons pour…, comment dirais-je, pour principalement, n’est-ce pas, de nos propres forces, et aussi nous avons l’aide fraternelle des pays socialistes, n’est-ce pas. Jusqu’ici, nous avons déjà réalisé des progrès, pas tant comme nous le voulons, nous avons réalisé des progrès et dans l’avenir, nous progressons nous-mêmes.

Vous mentionnez là l’aide des pays socialistes. Est-ce que cette aide ne s’est pas trouvée légèrement compromise à la suite du conflit idéologique entre la Russie et la Chine ?

HCM : Non, parce que ces questions, n’est-ce pas, n’est pas différence idéologique entre nos différents partis-frères, c’est nos affaires intérieures ; ça passera et l’union… l’unité, ça se fera. Mais l’aide fraternelle continue et continuera, c’est très précieuse pour nous.

Certains ont l’impression chez nous, Monsieur le Président, que le Nord Viêt Nam se trouve actuellement assez isolé, asphyxié même, et, politiquement , il ne pourra difficilement éviter de devenir une sorte de satellite de la Chine. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

HCM : Jamais !

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 2

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 2 : mardi 06 octobre 2015

« Travailleurs indochinois » dans l’Europe en guerre

Cette séance sera en grande partie consacrée à la question des “Travailleurs indochinois” (une catégorie à interroger), enrôlés de force ou engagés volontaires lors des deux guerres mondiales pour soutenir “l’effort de guerre”. Une première vague amena plus de 90.000 “lính thợ” (soldats et ouvriers) en France pendant la guerre de 1914-1918 de laquelle la France sortit victorieuse. Une deuxième vague concerna environ 20.000 recrutés pendant la Seconde guerre mondiale dans le contexte de la défaite de 1940 et de l’occupation allemande. En suivant le parcours de certains d’entre eux à travers les documents proposés, nous aborderons la question plus générale des migrations coloniales et du contact avec le colonisateur. Nous interrogerons la pratique mémorielle autour des “Travailleurs indochinois” et le rapport particulier de ces “immigrés malgré eux” avec leur pays d’origine.

Sources orales à discuter :

Trois courtes vidéos extraites de la chaîne « Histoire coloniales » sur YouTube.

Article à lire : Luguern Liêm-Khê, « Ni civil ni militaire : le travailleur indochinois inconnu de la Seconde Guerre mondiale », Le Mouvement Social 2/ 2007 (n° 219-220), p. 185-199. URL : www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2007-2-page-185.htm / DOI : 10.3917/lms.219.0185

 * * *

Exposés oraux dans la 2ème partie du séminaire :

  • NgoVan_AuPaysDeLaClocheFeleeNgo Van, Au pays de la cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Montreuil : L’insomniaque, 2000.

CR de lecture de Nelly Didelot

Présentation sur le site dédié à Ngo Van : Le Chat qui pêche.

  •  LamLe_CongBinh2Lam Le, Cong Binh, la longue nuit indochinoise, Adr Productions, Blaq out collection, 2013.

Présentation et recension du film par Alice Voisin

Page Facebook du film.

* * *

Lectures complémentaires :

  • Anh Van, « Les travailleurs vietnamiens en France, 1939-1950 », Chroniques vietnamiennes, n°4, été 1988, pp. 10-17.
  • Daum, Pierre, Immigrés de force. Les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Arles : Solin / Actes Sud, 2009. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/134002601 / Cote IAO : 604AI.13/170. Voir également : “A propos d’un livre”, Carnets du Viêt Nam, n° 23, octobre 2009, pp. 18-21, notamment la note de lecture de Pierre Brocheux en ligne sur le site de Pierre Daum immigresdeforce.org (PDF).
  • Le Van Ho, Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande guerre, Paris : Editions Vendémiaire, coll. Empires, 2014. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/180917293
  • Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X Nanterre, 1988. Document en ligne sur le site travailleurs-indochinois.org (PDF).
  • Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, « Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948 », Actes de l’Histoire de l’Immigration, 2001, article en ligne (première édition en 1989 dans le Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, n° 10 (p. 5-21), publié à l’Université de Nanterre).

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine

* * *

Sitographie :

Site de Joël Pham dédié à la mémoire des Travailleurs indochinois et comprenant une petite base de données de 318 anciens Công Binh (Mémorial Công Binh).

Site du journaliste Pierre Daum consacré à la promotion de son ouvrage sur les « Immigrés de force » (Actes Sud, 2009).

Blog en langue vietnamienne consacré à l’histoire des ONS Vietnamiens.

Plaquette pédagogique de l’exposition « Les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale » organisée en janvier 2011 dans le département de l’Hérault.

Musée de l’histoire de l’immigration : Dossier thématique réalisé par Liêm-Khê Luguern