Archives de catégorie : Documentaires

Un documentaire de Patrick Jeudy : Aventure en Indochine [France 3]

[ndlr] Diffusé le mercredi 20 février 2013 sur France 3 à 20h45, le nouveau documentaire de Patrick Jeudy met en scène Jean, un jeune aventurier, au contact d’une Indochine coloniale qui se délite et qui n’existe plus que dans les esprits des « petits blancs ». Car depuis le 11 mars 1945, l’empereur Bao Dai, puis de nouveau le 2 septembre 1945, le Président Ho Chi Minh, ont proclamé tour à tour l’indépendance du Viêt-Nam. Malgré des approximations, un récit « colonial » et une forte pincée d’exotisme, le documentaire offre des images rares de Hanoi, de Saigon ou de la campagne prises dans les années trente à cinquante où la population s’affaire. Jean le personnage graphique ne peut éviter les poncifs de l’imaginaire français : « fumerie et trafic d’opium », « femmes-enfants » vietnamiennes, cambodgiennes ou guerriers « Méos » des hauts-plateaux… Il est vite ramené à une réalité plus cruelle au contact de la guerre. Le fameux « mal jaune » qui rythme cette aventure… tourne peu à peu au cauchemar : le napalm, l’errance, la misère, le tombeau de Dien Bien Phu. L’aventure en Indochine de Patrick Jeudy donne à voir une tragédie franco-française, un mythe indochinois éternellement décalé.

Présentation officielle

Ce documentaire nous entraîne sur les pas de Jean, un jeune aventurier qui part tenter sa chance en Indochine en 1945.

Nous sommes au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. L’Indochine, occupée pendant les années de guerre par les Japonais, a souffert. La montée de la contestation et de la rébellion viêt-minh entretient un climat de peur. Mais le pays vit : les petits Blancs sont à leur poste dans les banques, les entreprises. Les fonctionnaires, les militaires, forment le tissu de la société européenne expatriée.

Notre héros part à l’aventure. Sur sa route, il va croiser des « petits Blancs » qui, comme lui, constituent le ferment de la présence française en Indochine : un médecin opiomane arrivé là dès le début des années 30 ; un pilote d’Aigle Azur, baroudeur de toutes les aventures indochinoises ; un marin, coureur de rivières et d’arroyaux au Tonkin et sur le Mékong ; une institutrice, attirée par les offres du ministère des Colonies du début du siècle visant à implanter des femmes françaises dans le pays, elle achètera une concession agricole et perdra tout lors d’une crue du Mékong ; un soldat, amoureux du pays et de ses populations, installé dans un poste au nord du pays, à la frontière chinoise.

Grâce au récit de leur vie, nous remontons le temps et découvrons l’Indochine des années 20, 30, et 40. Sur fond de fumeries d’opium, de congaïs, d’épouses délaissées, de grandes familles expatriées, de trafic de piastres, cette fresque romanesque traverse toute une époque et un continent, le Sud-est asiatique.

Un documentaire de Patrick Jeudy
Montage : Christine Marier
Documentaliste : Mathilde Guinard
Illustrations : Jérémie Gasparutto
Illustration musicale : Laurent Lesourd
Produit par Jean Labib et Anne Labro
En coprodruction avec l’ECPAD
Avec la participation de France Télévisions, de Public Sénat et TV5 Monde
Avec le soutien de la PROCIREP -Société des Producteurs, de l’ANGOA,

et du Centre national du cinéma et de l’image animée

Avec les voix de Bernard Ferreira et Armelle Protte

Sélection officielle Festival du film d’Histoire Pessac 2012

Note d’intention de Patrick Jeudy

L’Indochine, je suis tombé dedans très jeune…

Alors appelé du contingent au fort d’Ivry, siège de l’Ecpa, j’ai travaillé auprès d’un des trois opérateurs mythiques de l’Indochine. André Lebon avait perdu sa jambe à Diên Biên Phu et, pendant plus de dix mois, j’ai écouté ses reportages avant même de les voir. Par lui, j’ai connu les rizières, les sites de Hongaïe, le Mékong, les combats de Nasan et ceux de Diên Biên Phu. Pas une journée ne s’écoulait à ses côtés sans que je ne rencontre certains de ces personnages mythiques de l’Annam, du Tonkin, du Cambodge : Jean Lartéguy, Bigeard, Roumienzoff et plus tard Hélie de Saint Marc. Alors un jour, j’ai accepté un premier projet sur la guerre. Puis un deuxième, un troisième encore, puis j’ai réalisé Les Quatre Lieutenants français. Mon envie ne s’est pas limitée aux seuls combattants de la guerre. Jean Lacouture m’a apporté une autre vérité, Philippe Sainteny, Philippe Franchini, Lucien Bodard ont peuplé mon imaginaire. Marguerite Duras lui a donné un autre cadre. Lorsque Jean Labib m’a soumis un nouveau projet ayant pour cadre l’Indochine, j’ai aussitôt pensé à l’écrivain populaire Jean Hougron. Il a été le chantre de ces « têtes brûlées » qui quittaient la France de la reconstruction pour chercher aventure, fortune ou, tout du moins, une existence plus riche que celle qu’ils vivaient. Son œuvre romanesque dépeint sans concession mais avec honnêteté l’Indochine française de petits Blancs. Cette envie d’Indochine, je n’ai pas voulu la circonscrire à la seule guerre. Des heures et des heures d’images retracent l’aventure de l’Indochine. Les frères Lumière, Albert Kahn, les cinéastes des années 30 et 40. Une richesse de documents retraçant la vie des peuples, le travail des colons, la continuité de l’état, la médecine… mais bien sûr, aussi, la fin désabusée de la présence française, l’exode des catholiques du Nord, la foi du Viêt-minh. Je réalise des films d’archives depuis plus de vingt ans. Mes sujets sont circonscrits à l’Amérique des années 50 et 60, à de Gaulle et à l’Indochine. Je me plais à raconter des histoires grâce à ces images que j’ai appris à connaître. Je connais leur force, leur rôle historique, mais aussi leurs mensonges. Dans ce film-là, je m’adresse plus à leur pouvoir romanesque qu’à une vérité avérée des documents. C’est résolument d’un discours de fiction que nous nous approchons. 

Patrick Jeudy

Source : France 3

Cambodia’s King Sihanouk to be cremated – BBC News 04-02-2013

[BBC News] Hundreds of thousands of people are expected to watch the cremation of the former Cambodian King, Norodom Sihanouk, on Monday.

The cremation will be marked with an elaborate ceremony in the capital, Phnom Penh. King Sihanouk died of a heart attack in Beijing at the age of 89. His embalmed body has been lying in state at the royal palace for three months to allow people to pay their respects. Jonathan Head reports from Phnom Penh.

 

Cambodia’s King Sihanouk to be cremated

 

Cambodia cremates former King Sihanouk

People from across Cambodia have queued to pay their respects

The body of Cambodia’s former King Norodom Sihanouk has been cremated in the capital, Phnom Penh.

Huge crowds gathered for the ceremony, which marked the final farewell for the man who was a prominent presence during decades of turmoil.

King Sihanouk died in Beijing in October at the age of 89. His embalmed body has been lying in state since then to allow people to pay their respects.

Foreign dignitaries from several nations were attending the ceremony.

Among them were French Prime Minister Jean-Marc Ayrault and Prince Akishino of Japan, the brother of the crown prince.

Chanting monks led Buddhist prayers for the former king, before an artillery salute sounded out and fireworks were set off.

His widow, Queen Monique, and the son in whose favour he abdicated, King Norodom Sihamoni, then lit the funeral pyre at the 15-storey-high purpose-built crematorium.

Some of the former king’s ashes will be scattered at the confluence of three rivers and the remainder stored in an urn in the royal palace.

The huge crowds who had been filing past the cremation site all day were kept away as the pyre was lit, and TV cameras were covered so the moment was private, the Associated Press reports.

Mixed legacy

Monday’s cremation marks the end of several days of commemorations for the former monarch, who died of a heart attack.

On Friday, tens of thousands of people turned out to watch as his golden sarcophagus was paraded through the streets of Phnom Penh to the crematorium.

Since then people from across Cambodia, dressed in mourning colours of white and black, have been lining up to file past his coffin, some holding lotus flowers.

« It’s the last day for us all to pay homage to the great hero king and to send him to heaven, » King Sihanouk’s long-time personal assistant Prince Sisowath Thomico was quoted as saying by AFP news agency.

King Sihanouk remained an influential figure in Cambodia until his death, despite abdicating in 2004.

He became king in 1941 while still a teenager, and led Cambodia to independence from France in 1953.

He was a presence through decades of political and social turmoil in Cambodia, despite long periods of exile overseas.

In later life he emerged as a peacemaker who helped bring stability back to his country, after an ill-fated choice to back the Khmer Rouge in its early years.

His record, says the BBC’s Jonathan Head, who is in Phnom Penh, is complex and showed many personal flaws.

But none of that was talked about among the crowds paying their last respects – they were simply mourning the loss of a giant personality, who has been one of the few constants in their tragic history.

« I don’t have any words to express the sorrow and suffering I feel when knowing his body will soon disappear, » Hin Mal, 79, told the Associated Press news agency.

« I love and respect King Sihanouk like my own father. »

Analysis

Jonathan Head – BBC News, Phnom Penh

Cambodia’s awful history has offered few figures of authority who engender respect, let alone affection. So it is perhaps fitting that so much of the population has joined the hushed lines snaking past the gilded sarcophagus of former King Sihanouk, a man whose tortuous career was inextricably entwined with the fate of his country.

Quietly, a few people have let it be known they would have pointed out some of Sihanouk’s glaring flaws at another time, but not when there is such a powerful public appetite to think fondly of the « Papa King », as he styled himself. Every public comment I have heard talks of his devotion to the country, and of the many good things he did for Cambodia.

But how good were they? Appointed king by the French colonial authorities at the age of 18 in 1941, Sihanouk proved to be a masterful tactician as he confounded their expectations and drove a successful campaign for Cambodian independence in 1955 [1953]. He then abdicated from the throne, and went on to become prime minister, and then chief of state. He had unchallenged power for more than a decade.

He used it to push through modernisation projects for his country. But many of these proved impractical, and many more were never properly implemented. He tolerated no opposition and harshly repressed anti-government movements, until being ousted by a coup in 1970. He always believed he was indispensible, and some believe this led to his fateful decision to ally himself with the Khmer Rouge, in the early 1970s and in the 1980s.

He was a complex character of many contradictions. The journalist Philip Short has summed him up thus: « An improbable mixture of rage and self-pity, acid and honey, brutality and sarcasm, passion and wit. »

Source : BBC News, 04/02/2013.

Le sommeil d’or ដំណេកមាស – film de David Chou [2012]

[ndlr] Le jeune cinéaste franco-cambodgien (1983-) Davy Chou a réalisé en 2012 un documentaire de 100 mn sur le cinéma cambodgien avant 1975. Ce travail de mémoire intitulé Le Sommeil d’or / Golden Slumbers / ដំណេកមាស (Dâmnek Meas en khmer), retrace l’âge d’or d’un cinéma entre 1960 et 1975 et donne la parole à ses rares survivants. Récit d’une destruction culturelle et d’une tentative de résurrection étonnante.

Synopsis

Le Sommeil d’or raconte l’histoire inconnue de la naissance et de la destruction du cinéma cambodgien, du premier film réalisé en 1960 à l’arrivée des Khmers Rouges en 1975. En 15 ans, près de 400 films ont été produits et le cinéma cambodgien a vécu une ascension irrésistible. Mais de 1975 à 1979, les Khmers Rouges prennent le pouvoir. Le cinéma est interdit, les salles sont fermées et les bobines de films laissées à l’abandon. Comptant parmi les nombreux « ennemis du peuple », la plupart des cinéastes et des acteurs sont tués. Aujourd’hui, il ne reste plus de cette histoire qu’une poignée de films, quelques survivants et beaucoup de souvenirs. A travers le témoignage de ces survivants et l’exploration des anciens lieux de cinéma, Le Sommeil d’Or tente de faire revivre la mythologie de cette cinématographie engloutie.

Le réalisateur du film, Davy Chou, est un français d’origine cambodgienne. Il est le petit-fils d’un ancien producteur de cinéma cambodgien, Van Chann. Davy Chou a passé un an et demi au Cambodge afin de faire des recherches, de retrouver les survivants et de les faire témoigner, afin que cette histoire sorte d’un oubli tragique. Ce film est dédié à la mémoire de tous les cinéastes, acteurs, scénaristes, producteurs, musiciens et chanteurs ayant disparu pendant le régime Khmer Rouge. Le film a été tourné en mars 2010 (Vycky Films).

Source : Tous Coprod.

 * * *

Le sommeil d’or – L’hommage de Davy Chou au cinéma cambodgien

Entretien sur TV5 Monde

* * *

Les films fantômes du Cambodge par Loïc Barrière

Des 400 films cambodgiens réalisés entre 1960 et 1975 il ne reste quasiment plus rien. Dans Le Sommeil d’Or qui sort le 19 septembre, Davy Chou part à la recherche de ces films fantômes. Le pari de ce magnifique documentaire est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

Le cinéma fut un art florissant au Cambodge durant quinze ans, de 1960 à 1975. Près de quatre cents films tournés dans le seul pays au monde dirigé par un roi-cinéaste. Des salles de cinéma pleines à craquer. Des affiches chatoyantes présentant les stars de l’époque. Le cinéma était un art populaire, notamment à Phnom Penh qui comptait des salles qui n’avaient rien à envier aux salles parisiennes. Réalisateurs, producteurs, acteurs et chanteurs ont fait vibrer tout un peuple jusqu’à ce que la guerre accouche d’un monstre, les Khmers rouges, qui non seulement assassinèrent le tiers de la population mais détruisirent les films, les photos et les livres. Le Cambodge a ceci de particulier qu’il est aussi l’un des seuls pays au monde à être orphelin de son cinéma. Près de quarante ans après la prise de Phnom Penh, il ne reste quasiment plus rien de la production cambodgienne, si ce n’est quelques pellicules sauvées de l’autodafé et copiées sur des bandes vidéo de piètre qualité. C’est la mémoire de toute une génération que les Khmers rouges ont tenté d’effacer. Le pari de Davy Chou, dont le magnifique Sommeil d’or sort en salle le 19 septembre, c’est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

La caméra de Davy Chou explore le Cambodge d’aujourd’hui pour nous parler de cet hier tragique. Des jeunes s’amusent dans cette salle de jeu, ce café karoke, dans une apparente insouciance. Dans une grande pauvreté, les habitants d’un vaste squat en ruine apparaissent sur l’écran. Ils vivent dans ce qui fut le cinéma Hemakcheat qui pouvait accueillir un millier de spectateurs. Il ne reste plus rien de cette époque, que les murs lépreux.

Lire la suite : Médiapart, 11/09/2012.

Le Centre Bophana à Phnom Penh – មជ្ឈមណ្ឌល បុប្ផាណា [2006]

[ndlr] En décembre 2006, le cinéaste Rithy Panh inaugurait le Centre Bophana à Phnom Penh, un centre de documentation historique à vocation pédagogique sur le passé khmer. La page d’entrée du site donne le ton de cette entreprise : « Je vois un lien entre l’absence de travail de mémoire et le déficit de démocratie, l’absence d’état de droit ou encore le sous-développement ». Les objectifs du Centre de ressources audiovisuelles sont rappelés ci-dessous à travers la page de présentation de son site et dans le reportage réalisé par Tristan Mendès-France et Alban Fischer lors de son inauguration.

 

Présentation

Le Centre Bophana

Notre ambition est de récolter, image après image, bribes de vie et éclats de voix. Pour tenter de comprendre, tenter de donner un nom, une âme, un visage, une voix à ceux qui en ont été privés. Rendre aux victimes d’une histoire meurtrière leur destin et leur mémoire. Retrouver la liberté de parole en intégrant la réflexion sur le passé à la construction du présent, afin de sortir de la tragédie et commencer à inventer le futur.

Il ne s’agit pas seulement de restaurer la mémoire, mais aussi de renouer la trame insaisissable d’une identité multiple et vivante, celle de la société cambodgienne contemporaine.

La genèse du projet

C’est au début des années 90 que le cinéaste Rithy Panh, en réalisant ses premiers documentaires au Cambodge, prend conscience de l’état critique du patrimoine audiovisuel du pays : après des décennies de guerres, de coups d’état et de folie génocidaire, les quelques archives épargnées semblent attendre que le temps, la chaleur ou la poussière achèvent de les effacer. Encore une décennie ou deux, et la mémoire audiovisuelle du Cambodge se réduira à zéro, chiffre emblématique de la période khmère rouge que chacun s’emploie pourtant à dépasser.

Les préoccupations de Rithy Panh font écho à celles du cinéaste Ieu Pannakar, alors responsable de la Direction du Cinéma au sein du Ministère de la Culture et des Beaux Arts du Cambodge ; les deux hommes se prennent à rêver d’un lieu de mémoire et de création, où le patrimoine audiovisuel retrouverait un sens et une nouvelle dynamique.

Le projet de Centre de ressources audiovisuelles voit le jour dans un contexte plus favorable aujourd’hui : l’on reconnaît aux archives historiques et à la culture un rôle clé dans l’expression de l’identité d’une nation et dans la constitution de son patrimoine.

Les autorités cambodgiennes ont rapidement adhéré au principe et facilité l’hébergement du Centre. Puis les collaborations engagées au niveau français (coopération bilatérale, appuis techniques et financiers, accès aux collections des grands centres d’archives) ont apporté un soutien décisif. En quelques mois, le projet a pris forme et promet au Cambodge de se doter enfin d’un espace qui recueille et donne la parole à ceux restés trop longtemps silencieux.

En évoquant le nom de Bophana, le Centre veut se faire le relais du message de résistance, de courage et de dignité que cette jeune prisonnière du centre de détention S21 a laissé. Le projet qu’il porte, celui de reconstituer le patrimoine audiovisuel cambodgien, vise à ouvrir un accès à la mémoire. Pour se souvenir, transmettre une histoire et une culture aux générations futures, et bâtir ensemble un avenir.

Source : Centre Bophana

Image extraite de Bophana, une tragédie cambodgienne
(Rithy Panh, 1996)

* * *

Cambodge, une mémoire en question

Blogtrotters.fr Jour 2 – par Tristan Mendès-France et Alban Fischer [09:00]


[JOUR2] Centre Bophana Cambodge Rithy Panh par BlogTrotters

Les débuts de la guerre d’Indochine : Hanoï en décembre 1946 [archives ina]

Le 19 décembre 1946 marque le début de la guerre d’Indochine : après le bombardement du port de Haiphong le 23 novembre 1946 par la Marine française, le Viet Minh, dirigé par Hô Chi Minh (président de la République démocratique du Viêt Nam, dont l’indépendance a été proclamée à Hanoi le 2 septembre 1945), décide de lancer une offensive ayant pour but la libération de la ville de Hanoï. À 20 heures, une explosion dans la centrale électrique de la ville annonce le début de l’insurrection. Des ressortissants français sont massacrés et des maisons pillées. Ho Chi Minh appelle tout le peuple vietnamien à se soulever contre la présence française : « Que celui qui a un fusil se serve de son fusil, que celui qui a une épée se serve de son épée, que chacun combatte le colonialisme. » (source : You Tube / INA)

Les débuts de la guerre d’Indochine : Hanoï en décembre 1946

16/01/1947. Le ministre de la France d’Outre-mer, Marius Moutet, se rend à Hanoï un mois après le déclenchement de l’insurrection vietminh.

Contexte historique

A l’automne 1946, les relations entre la France et le Vietminh se détériorent, et chaque camp renforce ses positions militaires. Les opérations prennent de l’ampleur : la marine française bombarde le port de Haïphong le 23 novembre, causant la mort de centaines de civils. Ho Chi Minh et le général Giap se préparent à une action contre la France.

C’est dans ce contexte qu’à Paris, Léon Blum devient chef du gouvernement, et propose à Ho Chi Minh de reprendre les négociations. Ce dernier accepte, mais sa lettre, transmise de façon non urgente par les autorités militaires françaises, arrive à Paris le 20 décembre. Or, à Hanoï, la situation se dégrade : le 19 décembre, à 20 heures, l’électricité est coupée par le Vietminh, dont les hommes forcent les maisons et tuent des civils. Ce « coup de force de Hanoï » est un échec, mais il radicalise encore les positions des militaires français et vietnamiens. Ho Chi Minh lance le 21 décembre un appel à la lutte à outrance. La guerre d’Indochine a commencé.

Le ministre Marius Moutet est alors chargé d’une mission de conciliation par Léon Blum. A sa descente d’avion, il est pris en charge par l’état-major, qui veut lui faire partager son point de vue : on ne peut pas négocier avec le Vietminh, il n’est pas digne de confiance. Alors que Ho Chi Minh envoie un message à Marius Moutet pour lui proposer une rencontre, la lettre, interceptée par les services de l’amiral d’Argenlieu, n’arrive pas à son destinataire, qui visite Hanoï en ruine. Marius Moutet tire pour conclusion de sa visite que le Vietminh n’est pas un interlocuteur valable, et la thèse de Thierry d’Argenlieu l’emporte : « avant toute négociation, il faut une décision militaire ».

Éclairage média

Ce reportage est emblématique de l’analyse de certains militaires français, à un moment où le pouvoir politique envisage de négocier avec les nationalistes vietnamiens. Précédé par une bande-annonce qui souligne le caractère exceptionnel et authentique des images, le document s’ouvre par une vue aérienne de Hanoï et de sa banlieue, où brûlent des maisons : c’est la guerre.

A sa descente d’avion, le ministre Marius Moutet rencontre d’abord les autorités militaires, avec les généraux Leclerc, Valluy et Morlière – qui remplace Thierry d’Argenlieu en déplacement à Paris – puis civiles (Jean Sainteny). Le temps accordé aux militaires l’emporte grandement sur celui donné à Jean Sainteny, que l’on aperçoit essentiellement lors du salut aux couleurs, avec le bras en écharpe car il a été blessé lors des combats. Le montage montre ensuite une voiture blindée en patrouille dans la ville. Deux types d’images sont utilisées : des images tournées de la voiture même qu’empruntent Marius Moutet et le général Morlière pour inspecter la ville, et des images de combats de rues tournées à d’autres moments. Des cadavres de soldats français sont filmés en plan rapproché, ainsi qu’une colonne de jeunes adolescents vietnamiens faits prisonniers « les armes à la main » selon le commentaire. A ces scènes de guerre succède la visite de la résidence de Ho Chi Minh, entourée de tranchées qui abritent des soldats : la découverte, en apparence fortuite, d’un casque japonais au fond d’une tranchée suggère que le Vietminh n’est que l’incarnation d’un ennemi étrange qui a perdu la guerre mais se refuse à l’admettre. La lutte du Vietminh ne présente pas alors de caractère national, c’est une guerre étrangère, non légitime.

Le reportage renforce cette analyse en enchaînant sur la visite de l’Institut Pasteur d’Hanoï, qui illustre l’argument traditionnel en faveur de la colonisation : la France apporte le progrès – ici la santé – et la civilisation à un peuple qui ne peut que souscrire à cet effort humanitaire. La colonisation et l’action de la France sont justes, les refuser est incompréhensible.

Source : INA / Jalons pour l’histoire du temps présent

June 24 1979: Vietnamese Boat People – The Price of Freedom

[ndlr] Images rares d’un bateau de réfugiés vietnamiens sur le point de sombrer dans la mer à proximité des côtes malaises. Sauvetage en mer réussi et vue générale des réfugiés sur la plage de Poulo Bidong. [émission 60 Minutes, 1979]

June 24 1979 Vietnamese Boat People – The Price of Freedom

* * *

Réfugiés : STIRN a poulo-bidong

Dans le cadre de la campagne française « aide aux réfugiés », Olivier Stirn, secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, a rendu visite au camp de réfugiés de l’île de Poulo-Bidong et pour témoigner du soutien de la France aux boat people.- Visite du camp par la délégation.- Interview d’Olivier Stirn sur les conditions de vie deplorables de ce camp.- Visite du bateau « île de lumière » avec le docteur Kouchner.

INA, 2 juillet 1979.

Xin Đừng Quên Tôi – Forget me not – Ne m’oubliez pas

[ndlr] En 1995, Vietnam Exodus lançait une campagne intitulé « Xin Đừng Quên Tôi – Forget me not » auprès des réfugiés pour recueillir des informations sur les boat people disparus. Une mission en Thaïlande était organisée pour retrouver les jeunes filles et femmes boat people disparues (enlevées ou décédées en mer). L’avis de recherche ci-dessous a été posté sur You Tube en 2009 pour sensibiliser l’opinion internationale sur ce problème.