Archives de catégorie : Documentaires

4 juin 1989 : Il y a 30 ans Tiananmen

[ndlr] Il y a trente ans le 4 juin 2019, les chars de l’armée populaire chinoise répriment dans le sang le mouvement démocratique étudiant. Rappel vidéographique sur cet événement clé de l’histoire de la Chine contemporaine. Une mémoire consciencieusement effacée par le pouvoir en place. Mais le “printemps de Pékin” est désormais inscrit dans l’histoire mondiale.

Tiananmen, l’événement que la Chine veut effacer

À l’occasion des 30 ans de Tian’anmen, le journaliste Pierre Haski signe un portrait documentaire de Liu Xiaobo, l’un des plus grands dissidents chinois, et revient sur ce tournant dramatique et majeur de l’histoire du pays.

30 ans après, « L’homme de Tiananmen » reste encore une énigme

A l’occasion des 30 ans des évènements de Tiananmen, nous avons demandé à l’une des figures de cette révolte, l’écrivain et poète chinois Liao Yiwu – condamné à quatre ans de bagne pour avoir écrit un poème qui dénonçait le massacre du 4 juin 1989 – qui était l’homme de Tiananmen, celui qui s’est dressé devant les chars de l’armée chinoise, devenant à lui seul, le symbole de la lutte pour la liberté.

Thảm sát Thiên An Môn: Quan điểm của một người lính

Ngày 4 tháng 6 đánh dấu 30 năm vụ thảm sát Thiên An Môn, một cuộc đàn áp đẫm máu một phong trào dân chủ đã bị xóa khỏi lịch sử ở Trung Quốc, nhưng vẫn được nhớ đến bởi những người đã chứng kiến sự hỗn loạn tại Bắc Kinh. Khởi đầu chỉ là một cuộc tập họp tự phát của một nhóm sinh viên tương đối nhỏ vào ngày 15 tháng 4 năm 1989, nhưng đã biến thành một cuộc tụ tập của hơn 1 triệu người vào ngày 20 tháng 5, khi những công dân bình thường kéo đến để bày tỏ sự ủng hộ của họ đối với những người biểu tình. Chính phủ Trung Quốc gọi cuộc biểu tình là “cuộc nổi dậy phản cách mạng”, và đã tuyên bố thiết quân luật vào ngày 20 tháng 5, đồng thời huy động hơn 200.000 quân tại thủ đô. Trong số đó có ông Lý Hiểu Minh, một cựu quân nhân của Quân đội Giải phóng Nhân dân. Ông Lý Hiểu Minh cho biết tuy ông đã không có bắn một phát súng nào, nhưng ông vẫn mang cảm giác tội lỗi đối với cái chết của các sinh viên và thường dân khi những chiếc xe tăng tiến vào Quảng trường Thiên An Môn vào ngày 4/6. (Chaîne YouTube du Viêt Tân)

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :

La chute de Phnom Penh – Le récit d’André Pasquier, délégué du CICR

[ndlr] A l’occasion du souvenir de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975, un témoignage clé sur la chaîne HDSTE (L’Humanitaire dans tous ses Etats) : le “séisme humanitaire” du 17 avril raconté par André Pasquier.

En 1975, en pleine guerre froide, le Cambodge n’est pas qu’un simple conflit annexe de la guerre du Vietnam. Une guerre civile ravage le pays depuis déjà 5 années. La nouvelle république du Cambodge, soutenue par les Etats-Unis fait face à la révolte communiste des Khmers rouges. Alors que Phnom Penh est sur le point de tomber, les Etats Unis décident d’évacuer la ville, emportant avec eux tous les étrangers qui le désiraient. Fraîchement arrivé au Cambodge, André Pasquier, chef de délégation du CICR a pour volonté d’instaurer un dialogue avec les parties engagées dans le conflit.

Le 17 avril 1975, Phnom Penh, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers rouges. Dans le chaos de ces journées, André Pasquier, chef de la délégation du Comité Internationale de la Croix-Rouge, tente, en vain, avec une poignée de collègues de négocier un espace humanitaire, la protection des hôpitaux et des populations civiles.

Dans les années qui suivront, de 1975 à 1979, 1,7 million de Cambodgiens périront sous le régime Khmer rouge.

Voir aussi : Archives audiovisuelles du CICR

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire “Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est”, coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration “à la une” : Sourire khmer par Sera © Dargaud

Le monde selon Xi Jinping – Arte

A l’occasion du nouvel an lunaire, décryptage du “Rêve chinois” de Xi Jinping. A revoir jusqu’au 16 février 2019. Présentation de la chaîne Arte.

Depuis 2012, le désormais “président à vie” Xi Jinping a concentré tous les pouvoirs sur sa personne, avec l’obsession de faire de la Chine la superpuissance du XXIe siècle. Plongée au cœur de son “rêve chinois”. Derrière son apparente bonhomie se cache un chef redoutable, prêt à tout pour faire de la Chine la première puissance mondiale, d’ici au centenaire de la République populaire, en 2049.

En mars dernier, à l’issue de vastes purges, Xi Jinping modifie la Constitution et s’intronise “président à vie”. Une concentration des pouvoirs sans précédent depuis la fin de l’ère maoïste. Né en 1953, ce fils d’un proche de Mao Zedong révoqué pour “complot antiparti” choisit à l’adolescence, en pleine tourmente de la Révolution culturelle, un exil volontaire à la campagne, comme pour racheter la déchéance paternelle. Revendiquant une fidélité aveugle au Parti, il gravira en apparatchik “plus rouge que rouge” tous les degrés du pouvoir.

Depuis son accession au secrétariat général du Parti en 2012, puis à la présidence l’année suivante, les autocritiques d’opposants ont réapparu, par le biais de confessions télévisées. Et on met à l’essai un système de surveillance généralisée censé faire le tri entre les bons et les mauvais citoyens. Inflexible sur le plan intérieur, Xi Jinping s’est donné comme objectif de supplanter l’Occident à la tête d’un nouvel ordre mondial. Son projet des “routes de la soie” a ainsi considérablement étendu le réseau des infrastructures chinoises à l’échelle planétaire. Cet expansionnisme stratégique, jusque-là développé en silence, inquiète de plus en plus l’Europe et les États-Unis.

Documentaire complet de Sophie Lepault et Romain Franklin (France, 2018, 1h15mn)

Pour aller plus loin sur la problématique Chine / Taïwan :

Les deux Chine : Taïwan face à Xi-Jinping, France Culture, 02/02/2019.

Hommage aux travailleurs indochinois – 21 octobre 2018

[ndlr] Message de Pierre Daum.

Dimanche 21 octobre

Hommage aux “travailleurs indochinois”

organisé dans l’ancienne Poudrerie de Saint-Chamas
par les maires de
Saint-Chamas et de Miramas

  • 11h00 : dépôt de gerbes
  • 12h00 Vin d’honneur
  • 13h00: repas convivial (réservation obligatoire 0621573449)
  • 16h30: projection du film Une histoire oubliée (52 mn, 2017) en présence de la réalisatrice Ysé Tran

De 1945 à 1950, plus d’un millier d’ouvriers vietnamiens ont été envoyés par le gouvernement français pour répondre à la demande de main d’oeuvre des multiples entreprises de Lorraine. Avec le statut particulier d’”indigène”, c’est-à-dire encadré par l’État, comme dans les colonies. Le film d’Ysé Tran part à la recherche de l’histoire singulière de ces hommes, arrachés à leurs villages pour les besoins de la guerre. 20 000 “travailleurs indochinois” ont débarqué à Marseille en 1939-1940 afin d’être utilisés dans les usines d’armement. Parqués dans des camps dans le Sud de la France après la capitulation de 1940, ils travaillent sans salaire, dans tous les secteurs de l’économie. À travers des témoignages de travailleurs indochinois centenaires ou presque, de leurs épouses et surtout de leurs enfants, et grâce à la découverte d’un fonds d’archives inédites, le film d’Ysé Tran dévoile enfin cette page longtemps ignorée de l’histoire ouvrière en Lorraine.

Fiche du film sur : Film documentaire

Cycle de cinéma vietnamien: “À qui appartient la terre ?” (4 octobre 2018)

Le problème de l’accaparement des terres est récurrent et massif au Vietnam où la question foncière mène à tous les abus et aboutit à des multiples réponses et réactions de la part des victimes.

L’Inalco et l’Université Paris Diderot, en partenariat avec le ciné-club Yda, vous invitent à la première de leur Cycle de cinéma vietnamien

À qui appartient la terre ?

Đất đai thuộc về ai ?

Documentaire vietnamien de Đoàn Hồng, Ateliers Varan, 2009, 54 mn, vostf.

L’Etat vietnamien décide de moderniser et d’implanter de vastes complexes touristiques sur toute la zone côtière de la région agricole du Quảng Nam, obligeant les paysans à quitter leurs terres. Le film relate les réactions des habitants, dont la plupart ont participé à la lutte pour l’Indépendance du Việt Nam.

La projection sera suivie d’un débat avec Trần Hải Hạc, responsable du ciné-club Yda

Jeudi 4 octobre 2018 de 17h à 19h
INALCO, Amphi 4
65 rue des Grands Moulins
75013 Paris

Contacts :
huy-linh.dao@inalco.fr
emmanuel.poisson@univ-paris-diderot-fr

Source : Blog de Vo Tran Nhat (Mediapart)