Archives de catégorie : Histoire orale / Vidéogrammes

André Menras : Vietnam, entre le meilleur et le pire – 50 ans de fidélité aux combats de ma jeunesse [parution]

Parution d’un témoignage exceptionnel sur le long compagnonnage de André Menras avec le Viêt-Nam, pays dont il devenu citoyen en 2009. Une chronique sans fard, corrosive pour les pouvoirs et bienveillante pour les petites gens des rizières ou de la mer. A lire pour mieux comprendre les enjeux cruciaux de ce pays.

Présentation de l’éditeur ci-dessous.

Beaucoup d’aventuriers affirment que l’important n’est pas la destination mais le voyage lui-même. Et le mien a été beau. Partager jusque dans la prison une période décisive des combats d’un peuple en phase finale de décolonisation et voir naître la paix dans ce Vietnam martyrisé, continuer l’aventure avec lui pour construire la démocratie : quel privilège ! 

Tout au long de ce chemin, poussé par le hasard des grandes turbulences de l’Histoire et d’extraordinaires rencontres humaines, je me suis efforcé de rester « du côté des larmes », selon les mots de mon ami le poète Hoàng Hưng. Larmes, de douleur ou de joie qui réunissent dans un même espoir de bonheur ceux que l’on nomme les vainqueurs et les vaincus dans cette famille vietnamienne écartelée.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/vietnam-entre-le-meilleur-et-le-pire/

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

“À l’écoute des invisibles” – entretien avec Cao Vy, lauréat de la bourse Paul LeClerc du Comité d’histoire de la BnF

A lire dans la revue Chroniques de la BnF, n° 97, avril-juillet 2023. Propos recueillis par Mélanie Leroy-Terquem.

Vy Cao – 2023 – © Photo Guillaume Murat

Lauréat de la bourse Paul LeClerc du Comité d’histoire de la BnF, Vy Cao mène conjointement une thèse de doctorat sur l’histoire du livre en Cochinchine et un projet de recherche sur le traitement du dépôt légal indochinois. Accueilli en tant que chercheur associé à la mission pour la Gestion de la production documentaire et des archives de la BnF, il explore les dossiers des personnels vietnamiens en poste à la Bibliothèque nationale dans les années 1940 à 1960. Il explique pour Chroniques les enjeux de son travail, à la croisée de la bibliothéconomie et de l’histoire politique et culturelle.

Lire l’entretien : https://www.bnf.fr/fr/lecoute-des-invisibles

PDF de la revue en ligne : https://multimedia-ext.bnf.fr/Chroniques/Chroniques_97.pdf

Image “à la une” : Xuân 1942 Duy-Tân, Thư Xã xuất bản (source : portail France Vietnam)

Hommage à l’ami Nguyên Thê Anh – par Henri Copin

Anh, kumquats et orchidées

Le Professeur Nguyên Thê Anh et Henri Copin le 2 octobre 2022 © Photo Henri Copin 2022

Avec le Professeur Nguyên Thê Anh disparaît un grand historien de l’Asie. Ceux qu’il a accompagnés comme étudiants rappellent ses talents exceptionnels de savant et d’éveilleur. Et ils y ajoutent avec émotion la dimension humaine de celui qui savait aussi devenir un ami.

Mon domaine étant littéraire, je ne l’ai connu ni comme étudiant, ni comme disciple.  Nous nous sommes retrouvés, sur le tard, au carrefour de nos champs d’étude. Il a ainsi écrit sur le Laos en littérature, ce pays qui a marqué son enfance, et gravé ses premiers souvenirs. L’historien savait sortir de son domaine, et j’ai souvent fait appel à son érudition et surtout à sa finesse, jamais prises en défaut, et souvent confondantes.

Il rassemblait en lui les savoirs et les manières d’un lettré d’autrefois avec l’œil d’un homme de son temps, le tout enveloppé dans une profonde modestie, ouverte aux autres. J’ai nourri une constante admiration pour son style, classique, élégant, précis, toujours de très grande classe. Son œuvre en témoigne.

Anh m’a honoré de son amitié, et même d’une certaine intimité affective, née au fil de nos (trop rares) rencontres, et de nos échanges téléphoniques réguliers, de nos souvenirs ressemblants d’enfances indochinoises. Un mélange de confidences – la mémoire si tenace voire poignante de son enfance au Laos, de ses parents dont il rappelait la personnalité, d’anecdotes étonnantes sur des moments singuliers de sa vie, comme Huê en 1968, et de philosophie stoïque aussi. Il attendait la mort, disait-il. Et en même temps, il tenait la chronique de la vivacité de ses orchidées, et pleurait le gel récent des kumquats de son jardin qu’il dégustait chaque jour, pour sa santé…

Un ami, une relation lentement construite, discrète, solide comme le bois de gioï… Cher Anh, où que vous soyez, je sais que les orchidées fleurissent autour de vous et que les kumquats auront à cœur de vous fortifier !

Henri Copin, mars 2023

Agrégé de lettres modernes, docteur en littérature comparée, Henri Copin est professeur de lettres en lycée, à Saint-Louis du Sénégal, puis à Nantes et professeur à l’université permanente de Nantes. Il a passé son enfance au Viêt-Nam et au Cambodge.


Illustration “à la une” : Enivrante Andalousie © Photo Henri Copin 2023

Nguyên Thê Anh : État et société du Viêt-Nam ancien (entretien en 2005)

A l’occasion de la disparition du Professeur Nguyên Thê Anh, nous postons un entretien déjà ancien, disponible sur la chaîne Canal U. Au départ de l’entretien, Nguyên Thê Anh revient sur sa trajectoire d’historien.

Dans cet entretien, Monsieur NGUYÊN THÊ ANH, aborde plusieurs points essentiels de l’histoire du Vietnam. Partant de la dernière dynastie régnante au Vietnam – les  Nguyễn – qui a réussit à unifier le pays au début du XIXe siècle, il nous décrit le système confucéen de gouvernement adopté par cette dynastie. Puis il décrypte les rapports d’articulation entre le système administratif très structuré vietnamien et la colonisation française pour en venir au système administratif colonial. Il développe ainsi le thème de la perception du colonialisme français au Vietnam et les mouvements de résistance engendrés.

NGUYÊN THÊ ANH est ancien Recteur de l’Université de Huê, ancien professeur à l’Université de Saigon, ancien directeur du Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule Indochinoise (EPHE/CNRS), Professeur émérite de l’École Pratique des Hautes Études (Sciences Historiques et Philologiques) – IVe Section (Sorbonne). Il a dirigé le Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule indochinoise, qui rassemble des enseignants-chercheurs et des chercheurs travaillant sur l’évolution des différents pays du monde indochinois au cours des XIVe-XXe siècles, période de la formation des sociétés et États contemporains. Ainsi, tout en s’attachant spécialement à l’étude de l’histoire socioéconomique et intellectuelle du Viêt-Nam ancien, il a coordonné les activités du Centre autour de l’analyse des rapports entre les États et les cultures pour tenter d’évaluer, à partir des situations de contact, les convergences et les divergences entre les sociétés de la péninsule indochinoise et de l’Asie du Sud-Est en général. Dans cette optique, il a consacré ses séminaires des années 2003-2004-2005, à l’EPHE, à une réflexion approfondie sur la légitimation du pouvoir en péninsule indochinoise du XVIIIe au XXe siècle.

URL : https://www.canal-u.tv/chaines/fmsh/nguyen-the-anh/etat-et-societe-du-viet-nam-ancien

Vietnam, une guerre civile [documentaire Arte, diffusion 2023]

A ne pas manquer. Une autre vision de la guerre du Viêt-Nam qui met fin à un tabou. Un récit en images de Bernard George.

Alors que la RSVN célèbre les Accords de Paris (1973) censés mettre un terme au conflit vietnamien depuis 1945, rappel de ce que fut cette guerre fratricide à l’appui des nouvelles recherches. On regrettera l’absence de la période 1945-1954 aux origines de la guerre civile mais la question de l’engagement des femmes n’est pas éludée et bien traitée (voir extrait vidéo).

Présentation ci-après :

De la guerre d’Indochine (1946-1954) à celle du Viêtnam (1955-1975), un retour éclairant sur trois décennies d’un conflit qui, avant tout, a dressé les Vietnamiens les uns contre les autres.

La guerre du Viêtnam (1955-1975), qui a succédé presque immédiatement à celle d’Indochine (1946-1954), est restée dans la mémoire collective comme la victoire d’un mouvement de libération nationale contre l’impérialisme américain. Un an après les accords de Genève (1954) consacrant la défaite de la puissance coloniale française et la division du pays entre le Nord communiste de Hô Chi Minh et la république nationaliste du Sud, Washington décide en effet de soutenir cette dernière, et s’investit de plus en plus lourdement, en troupes et en armements, dans le conflit. Cet engagement massif a occulté la tragique guerre civile qui a dressé les Vietnamiens les uns contre les autres pendant plus de vingt ans, soumis à deux dictatures antagonistes. 

Descente aux enfers 

Grâce notamment à de saisissantes archives et à des extraits de récits individuels, cet épisode des Coulisses de l’histoire déroule avec nuance et précision les étapes d’une descente aux enfers fratricide, qui a déchiré le pays jusque dans l’intimité des familles, y compris après la victoire du Nord communiste et la réunification du pays sous son pouvoir. Le film laisse ainsi entrevoir l’ampleur d’un traumatisme dont aucun des deux camps n’est sorti indemne, en montrant comment le mythe façonné en partie par la propagande des vainqueurs a passé sous silence l’immense souffrance de tout un peuple. 

Réalisation : Bernard George / France / 2021, diffusion 2023

Lien URL : https://www.arte.tv/fr/videos/103520-000-A/les-coulisses-de-l-histoire/

Documentaire en ligne du 10/01/2023 au 17/03/2023.


Voir également sur le sujet : LA GUERRE CIVILE AU VIÊT-NAM, APPROCHE POLÉMOLOGIQUE ET PRATIQUE RÉVOLUTIONNAIRE

Publication of interviews with leaders and party members of nationalist parties in Vietnam on their activities 1945-1954

Le politiste Vu Tuong présente des nouvelles ressources disponibles en ligne pour l’histoire du nationalisme vietnamien.

I’m happy to announce new materials for researchers interested in studying Vietnam’s politics during 1945-1954. 

The US-Vietnam Research Center at the University of Oregon just began publishing a collection of interview transcripts. These interviews were conducted by Professor Nguyen Manh Hung (George Mason University, emeritus) under the auspices of the US Social Science Research Council, from 1986 to 2021. 

His 33 interviewees included leaders and important party members of nationalist parties in Vietnam in the first half of the 20th century, including Việt Nam Quốc Dân Đảng (Vietnam Nationalist Party), Đại Việt Quốc Dân Đảng (Nationalist Party of Greater Vietnam), and Đại Việt Duy Dân Đảng (Populist Revolutionary Party of Greater Vietnam). 

Here is Professor Nguyen Manh Hung’s introduction of the collection in English:
https://usvietnam.uoregon.edu/en/vietnams-nationalist-parties-1945-1954-interviews-with-witnesses/

In this article, readers can find links to interview transcripts in the Vietnamese page of the US-Vietnam Research Center’s website.

We first publish interviews with historical figures of Đại Việt Quốc Dân Đảng to be followed by the other two parties. We intend to publish one transcript every 2 weeks, and have published 4 such documents. FYI, all the transcripts are in original Vietnamese language and have not been translated into English.

Table of Content (in Vietnamese)

https://usvietnam.uoregon.edu/dang-phai-quoc-gia-viet-nam/

  • Introduction to Book I, about Đại Việt Quốc Dân Đảng 

https://usvietnam.uoregon.edu/phan-gioi-thieu-dai-viet-quoc-dan-dang/

  • Interview with Nguyễn Văn Canh  

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-nguyen-van-canh/

  • Interview with Phạm Văn Liễu

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-pham-van-lieu/

  • Interview with Đào Nhật Tiến

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-dao-nhat-tien/

  • Interview with Nguyễn Tôn Hoàn :

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-nguyen-ton-hoan/

We hope this new source will be useful, and welcome suggestions or questions from readers. 
Best,
Tuong Vu

US-Vietnam Research Center, University of Oregon