Archives de catégorie : Histoire orale / Vidéogrammes

La chute de Phnom Penh – Le récit d’André Pasquier, délégué du CICR

[ndlr] A l’occasion du souvenir de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975, un témoignage clé sur la chaîne HDSTE (L’Humanitaire dans tous ses Etats) : le « séisme humanitaire » du 17 avril raconté par André Pasquier.

En 1975, en pleine guerre froide, le Cambodge n’est pas qu’un simple conflit annexe de la guerre du Vietnam. Une guerre civile ravage le pays depuis déjà 5 années. La nouvelle république du Cambodge, soutenue par les Etats-Unis fait face à la révolte communiste des Khmers rouges. Alors que Phnom Penh est sur le point de tomber, les Etats Unis décident d’évacuer la ville, emportant avec eux tous les étrangers qui le désiraient. Fraîchement arrivé au Cambodge, André Pasquier, chef de délégation du CICR a pour volonté d’instaurer un dialogue avec les parties engagées dans le conflit.

Le 17 avril 1975, Phnom Penh, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers rouges. Dans le chaos de ces journées, André Pasquier, chef de la délégation du Comité Internationale de la Croix-Rouge, tente, en vain, avec une poignée de collègues de négocier un espace humanitaire, la protection des hôpitaux et des populations civiles.

Dans les années qui suivront, de 1975 à 1979, 1,7 million de Cambodgiens périront sous le régime Khmer rouge.

Voir aussi : Archives audiovisuelles du CICR

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire « Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est », coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration « à la une » : Sourire khmer par Sera © Dargaud

Vietnam War Documentary Film Launch Invitation

Présentation aux Etats-Unis (Virginie) d’un important projet d’histoire orale sur la guerre du Viêt-Nam. Le premier volet est consacré aux témoignages et à l’analyse de l’ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

Vietnam War Documentary Film Launch Invitation

The United States Intervention in Vietnam Through the Eyes of a Diplomat, 1965 1975

Dear invitees,

You are cordially invited to the official launch of the Vietnam War oral history documentary series People and History: The United States Intervention in Vietnam Through the Eyes of a Diplomat, 1965 1975.

Produced between 2013 and 2019, the 15-part, 17-hours Vietnamese-language documentary series interviewed Bùi Diễm, the former Republic of (South) Vietnam Ambassador to the United States from 1967 and 1972, on his perspective of the United States’ involvement in the Vietnam War. He shares his memories, reflections, as well as orally annotating and contextualizing several thousand pages of primary sources in his possession. The documentary also taps into Bùi Diễm’s immense knowledge from having lived through some of the most significant historical events and transformations in 20th-century Vietnamese history, American foreign policy, and the Cold War.

The series presents an overarching narrative covering the years from 1945 to 1975. Through Bùi Diễm’s recollections, the documentary series sheds light on an understudied perspective on the Vietnam War—a complicated and controversial historical event that is still imperfectly understood. The series is accompanied by more than 350 pages of Vietnamese transcription and 170 digitized files of original documents. More information on the project, please visit www.vietnamwarohp.com.


The launch will be held on Saturday, March 2, 2019, at 1:00 PM, in Founders Hall Multipurpose Room 125, George Mason University Law School, 3351 Fairfax Drive, Arlington, VA 22201.

Program:

1:00 PM – Greetings

1:30 PM – Opening ceremony

1:45 PM – Introducing guests

2:00 PM – Presentations by Alex-Thai D. Vo and Former Ambassador Bui Diem

2:45 PM – Selective screening

3:00 PM – Q&A

3:30 PM – Film signing by Amb. Bùi Diễm

4:00 PM – Adjourn

Your presence will be greatly appreciated. Please contact the following representatives for further information.

Dr. Nguyễn Mậu Trinh: 301- 461-8490; trinh.nguyenmau@gmail.com 

Mr. Thành Nhân: 301-257-8496; vothanhnhan@sbtn.tv

Mr. Alex-Thái Đ. Võ: 757-318-1661; vietnamwaroralhistoryproject@gmail.com.

Sincerely,

Alex Thái Đ. Võ, Project Leader

Ph.D. Candidate, Cornell University 

Image « à la une » : Bui Diem dans son bureau © DR

Le monde selon Xi Jinping – Arte

A l’occasion du nouvel an lunaire, décryptage du « Rêve chinois » de Xi Jinping. A revoir jusqu’au 16 février 2019. Présentation de la chaîne Arte.

Depuis 2012, le désormais « président à vie » Xi Jinping a concentré tous les pouvoirs sur sa personne, avec l’obsession de faire de la Chine la superpuissance du XXIe siècle. Plongée au cœur de son « rêve chinois ». Derrière son apparente bonhomie se cache un chef redoutable, prêt à tout pour faire de la Chine la première puissance mondiale, d’ici au centenaire de la République populaire, en 2049.

En mars dernier, à l’issue de vastes purges, Xi Jinping modifie la Constitution et s’intronise « président à vie ». Une concentration des pouvoirs sans précédent depuis la fin de l’ère maoïste. Né en 1953, ce fils d’un proche de Mao Zedong révoqué pour « complot antiparti » choisit à l’adolescence, en pleine tourmente de la Révolution culturelle, un exil volontaire à la campagne, comme pour racheter la déchéance paternelle. Revendiquant une fidélité aveugle au Parti, il gravira en apparatchik « plus rouge que rouge » tous les degrés du pouvoir.

Depuis son accession au secrétariat général du Parti en 2012, puis à la présidence l’année suivante, les autocritiques d’opposants ont réapparu, par le biais de confessions télévisées. Et on met à l’essai un système de surveillance généralisée censé faire le tri entre les bons et les mauvais citoyens. Inflexible sur le plan intérieur, Xi Jinping s’est donné comme objectif de supplanter l’Occident à la tête d’un nouvel ordre mondial. Son projet des « routes de la soie » a ainsi considérablement étendu le réseau des infrastructures chinoises à l’échelle planétaire. Cet expansionnisme stratégique, jusque-là développé en silence, inquiète de plus en plus l’Europe et les États-Unis.

Documentaire complet de Sophie Lepault et Romain Franklin (France, 2018, 1h15mn)

Pour aller plus loin sur la problématique Chine / Taïwan :

Les deux Chine : Taïwan face à Xi-Jinping, France Culture, 02/02/2019.

Le merdier de Ted Post (1978) – version restaurée de 2017

Diffusion sur la chaîne Arte du film de Ted Post Le merdier (Go Tell the Spartans, 1978)  dans sa version restaurée de 2017. Présentation ci-dessous. 

Un film à revoir. Disponible du 04/02/2019 au 10/02/2019. Prochaine diffusion le lundi 4 février à 20:55

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis. Un major reçoit l’ordre d’envoyer un détachement à un avant-poste… Un brûlot énergique dénonçant l’absurdité de la présence américaine au Viêtnam. Burt Lancaster y force l’admiration.

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis dans la guerre fratricide opposant le Nord et le Sud. Le major Asa Barker dirige un camp de conseillers militaires américains prêtant main-forte à la lutte contre les Viêt-congs communistes. Il reçoit l’ordre de sa hiérarchie d’envoyer un détachement à Muc Wa, un avant-poste désert et néanmoins stratégique. Mais en manque de troupes, le vétéran constitue son équipe avec les moyens du bord : quelques nouvelles recrues peu aguerries, des civils vietnamiens et un groupe de militaires locaux, commandés par un sergent-traducteur particulièrement violent. Sur place, l’opération ne se déroule pas comme prévu…

Au fond du trou

Le nom de l’avant-poste où se situe le principal de l’action, Muc Wa, est un jeu de mots sur l’expression anglaise muck war, « guerre embourbée » en français. C’est de cela dont il s’agit : l’enlisement des soldats américains dans un conflit qu’ils ne comprennent pas. « C’est leur guerre« , entend-on tout au long du film, comme un leitmotiv. Situé quelques mois avant le véritable engagement de l’armée américaine, alors que plane encore le spectre de la défaite de la France en Indochine, le film annonce et miniaturise à l’échelle d’un seul avant-poste l’ampleur du chaos qui va suivre. Dans un milieu hostile, les hommes sont la cible d’ennemis invisibles et exécutent des ordres qui paraissent absurdes. Ils sont exaltés, patriotes, suicidaires ou se réfugient dans les opiacés. Qui peut en sortir indemne ? Avec Le merdier, Ted Post, par ailleurs réalisateur prolifique pour la télévision (La quatrième dimension) et le cinéma (Le secret de la planète des singesMagnum Force) signe un brûlot pacifiste percutant, avec un Burt Lancaster fascinant en vétéran à l’empathie bourrue.

Source : Arte

Hommage aux travailleurs indochinois – 21 octobre 2018

[ndlr] Message de Pierre Daum.

Dimanche 21 octobre

Hommage aux « travailleurs indochinois »

organisé dans l’ancienne Poudrerie de Saint-Chamas
par les maires de
Saint-Chamas et de Miramas

  • 11h00 : dépôt de gerbes
  • 12h00 Vin d’honneur
  • 13h00: repas convivial (réservation obligatoire 0621573449)
  • 16h30: projection du film Une histoire oubliée (52 mn, 2017) en présence de la réalisatrice Ysé Tran

De 1945 à 1950, plus d’un millier d’ouvriers vietnamiens ont été envoyés par le gouvernement français pour répondre à la demande de main d’oeuvre des multiples entreprises de Lorraine. Avec le statut particulier d’ »indigène », c’est-à-dire encadré par l’État, comme dans les colonies. Le film d’Ysé Tran part à la recherche de l’histoire singulière de ces hommes, arrachés à leurs villages pour les besoins de la guerre. 20 000 « travailleurs indochinois » ont débarqué à Marseille en 1939-1940 afin d’être utilisés dans les usines d’armement. Parqués dans des camps dans le Sud de la France après la capitulation de 1940, ils travaillent sans salaire, dans tous les secteurs de l’économie. À travers des témoignages de travailleurs indochinois centenaires ou presque, de leurs épouses et surtout de leurs enfants, et grâce à la découverte d’un fonds d’archives inédites, le film d’Ysé Tran dévoile enfin cette page longtemps ignorée de l’histoire ouvrière en Lorraine.

Fiche du film sur : Film documentaire

Cinéma vietnamien – Inalco – 8 novembre 2018

Le cycle de cinéma vietnamien se poursuit, prochaine séance le 8 novembre 2018. A ne pas manquer.

L’Inalco et l’Université Paris Diderot, en partenariat avec Yda, vous invitent à leur Cycle de cinéma vietnamien :

Une autre ville  / Thành phố khác

Court-métrage de fiction de Phạm Ngọc Lan, 2016, 25’, vostf. Sélectionné en compétition courts-métrages du Festival de Berlin 2016. Quand le paysage urbain façonne les relations humaines : une femme mûre, une jeune mariée et un groupe de jeunes gens cherchent la proximité dans l’anonymat de la grande ville.

Odeur / Mùi

Court métrage de fiction de Lê Bảo, 2014, 23’, vostf.  Sélectionné en compétition courts-métrages  du Festival de Singapour 2015. Sur un canal jonché de détritus, une jeune femme enceinte vit dans un panier flottant en attendant le jour de son accouchement dans une maternité où elle va vendre son enfant. Elle y rencontre une autre jeune femme dans la même situation.

La projection sera suivie d’un débat avec Trần Hải Hạc, responsable du ciné-club Yda, et Đoàn Cầm Thi (Inalco)

Jeudi 8 novembre 2018 de 17h à 19h

INALCO, Amphi 4

Contacts : huy-linh.dao@inalco.fr    /   emmanuel.poisson@univ-paris-diderot-fr

Accès : http://www.inalco.fr/institut/presentation-politique-institut/implantations-geographiques/pole-langues-civilisations

Yda : https://www.facebook.com/pages/YDA/1530764113840508