Archives de catégorie : Questions mémorielles

« Y a-t-il eu une troisième force au Viêt-Nam, 1947-1948 ? ». Réponse à M. Nghiêm Phong Tuân

Le 15 mai 2018, il y a un peu plus d’un an, le journal Diễn Đàn Forum en ligne publiait les remarques  de M. Nghiêm Phong Tuấn concernant mon ouvrage sur l’histoire du Đại Việt paru aux Indes savantes en 2012. Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat soutenue en 2003 à l’EPHE à Paris à l’issue d’un travail de cinq ans (1998-2003) sous la direction du Professeur Nguyễn Thế Anh. Il aura donc fallu neuf ans pour que ce travail sur le mouvement nationaliste non communiste, précisément sur l’histoire du parti Đại Việt Quốc Dân Đảng, soit porté à la connaissance public et je dois remercier les Indes savantes pour cette initiative courageuse car les ventes de ce type de grosses monographies (738 p., 39 euros) sont souvent anecdotiques dues à un public relativement limité. L’ouvrage ayant reçu une vive critique de M. Nghiêm Phong Tuấn (fils de Nghiêm Xuân Thiện, ancien Gouverneur du Nord Viêt-Nam en 1947-1948), j’ai décidé de répondre à la fois sur la forme de la critique et sur le fond, ce qui me paraît plus intéressant à travers une question posée en titre de ce billet.

NB : Deux notices biographiques courtes accompagnent notre réponse.

François Guillemot

Lire la suite : Dien Dan Forum

 

Di sản VNCH: Khi nền văn minh đã thắng ‘chế độ man rợ’ (VOA)

A l’occasion du 44e anniversaire de la chute de Saigon et de la fin de la République du Viêt-Nam, le journaliste Mạnh Kim analyse le choc culturel entre le nord communiste vainqueur et le sud vaincu militairement mais culturellement résilient.

Những ai sống ở miền Nam giai đoạn sau 30-4-1975 không thể nào quên những gì từng trải qua. Đó là những chuỗi ngày không chỉ khốn khổ về vật chất. Biết bao người không thể cầm được nước mắt khi chứng kiến cảnh hàng đống sách vở và băng đĩa nhạc bị đốt. Một cuộc thảm sát văn hóa đã xảy ra. Không chỉ sản phẩm văn hóa, con người của văn hóa cũng bị tận diệt. Nhà văn bị bỏ tù. Nhà báo bị “học tập cải tạo”. Nhà thơ đi đạp xích lô… Bất luận bị “tra tấn” và “truy diệt” tàn bạo như vậy, văn hóa VNCH vẫn không chết!

Lire la suite : VOA, 27/04/2019.

Image “à la une” : le drapeau de la République du Viêt-Nam flottant sur une colline du pays © Facebook Hong Thai Hoang / Source : Calitoday 2016

La chute de Phnom Penh – Le récit d’André Pasquier, délégué du CICR

[ndlr] A l’occasion du souvenir de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975, un témoignage clé sur la chaîne HDSTE (L’Humanitaire dans tous ses Etats) : le “séisme humanitaire” du 17 avril raconté par André Pasquier.

En 1975, en pleine guerre froide, le Cambodge n’est pas qu’un simple conflit annexe de la guerre du Vietnam. Une guerre civile ravage le pays depuis déjà 5 années. La nouvelle république du Cambodge, soutenue par les Etats-Unis fait face à la révolte communiste des Khmers rouges. Alors que Phnom Penh est sur le point de tomber, les Etats Unis décident d’évacuer la ville, emportant avec eux tous les étrangers qui le désiraient. Fraîchement arrivé au Cambodge, André Pasquier, chef de délégation du CICR a pour volonté d’instaurer un dialogue avec les parties engagées dans le conflit.

Le 17 avril 1975, Phnom Penh, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers rouges. Dans le chaos de ces journées, André Pasquier, chef de la délégation du Comité Internationale de la Croix-Rouge, tente, en vain, avec une poignée de collègues de négocier un espace humanitaire, la protection des hôpitaux et des populations civiles.

Dans les années qui suivront, de 1975 à 1979, 1,7 million de Cambodgiens périront sous le régime Khmer rouge.

Voir aussi : Archives audiovisuelles du CICR

Marion Joubert : Mapping Memories Cambodia, quand les petites histoires font la grande

[ndlr] La mémoire cambodgienne du génocide des Khmers rouges resurgit dans une application. Un article de Marion Joubert, journaliste du Petit Journal.

L’application mobile Mapping Memories Cambodia a été lancée le 2 février 2019 par le département de communication et médias de l’université royale de Phnom Penh. Une plateforme qui a pour ambition de faire sortir l’Histoire hors des musées.

Mapping Memories Cambodia (MMC) a pour but d’aider les jeunes Cambodgiens à comprendre comment  les générations précédentes ont vécu sous le régime des Khmers rouges. L’application, lancée le 2 février dernier, met en relation les récits personnels des survivants de la période des Khmers rouges avec  l’espace géographique actuel.

L’application est gratuite et bilingue, en anglais et en khmer. Pour Youk Chhang, directeur du centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), c’est essentiel car « il n’est pas possible de comprendre le génocide avec juste une seule langue ».  

Entre 2017 et 2018, environs 70 récits ont été rassemblés. Des histoires qui permettent aux utilisateurs de comprendre les privations et crimes subis par les Cambodgiens sous la période des Khmers rouges.

Lire la suite : Le Petit Journal, 09/04/2019.

Illustration “à la une” : En plein exode de Phnom Penh vers les campagnes © Vitou So, page facebook de MMC

Guillaume Zeller : Les cages de la Kempeitaï – Les Français sous la terreur japonaise. Indochine, mars-août 1945

Parution d’un ouvrage sur le sort relativement méconnu des Français après le coup de force japonais du 9 mars 1945 en Indochine. Présentation de l’éditeur.

9 mars 1945. Les Japonais s’emparent de l’Indochine française alors que l’issue de la guerre du Pacifique en faveur des Alliés ne fait plus le moindre doute. Après ce coup de force, ponctué de nombreux massacres, des milliers de Français, civils ou militaires, sont déportés dans des camps, incarcérés dans des prisons ou assignés à résidence.

Ces hommes et ces femmes connaissent des conditions de détention effrayantes dans les cachots et bagnes qui jalonnent la péninsule du nord du Tonkin jusqu’au sud de la Cochinchine. Sous la surveillance de la Kempeitaï, surnommée la « Gestapo japonaise », ils participent à des travaux harassants, souffrent de la faim et de la soif, subissent coups et tortures quand ils ne sont pas entassés dans des cages à tigres fétides d’où ils ne voient jamais le jour.

On estime que plus de 3 000 Européens sont morts pendant cette période. Les rescapés, dont les grands-parents de l’auteur, ont toujours été convaincus de ne devoir la vie qu’aux explosions nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki. Ces Français du bout du monde demeurent pourtant oubliés, écrasés entre la libération de la métropole et la guerre d’Indochine qui s’annonce, quand ils ne sont pas soupçonnés de complaisance envers le régime de Vichy. Plus de 70 ans après, il est temps que cette tragédie occupe sa juste place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller est journaliste. Il a été directeur de la rédaction d’i-Téléet de Direct 8. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine. Aux éditions Tallandier, il a déjà publié Oran, 5 juillet 1962. Un massacre oublié (2012) et La Baraque des prêtresDachau, 1938-1945 (2015).

Source : Tallandier

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire “Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est”, coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration “à la une” : Sourire khmer par Sera © Dargaud

Isabelle Delorme : Quand la bande dessinée fait mémoire du XXe siècle [parution]

Parution de la thèse d’Isabelle Delorme sur un sujet abordé dans le séminaire Mémoires d’Indochine. Présentation de l’éditeur.

Quand la bande dessinée fait mémoire du XXe siècle.

Les récits mémoriels historiques en bande dessinée

Isabelle Delorme

Le récit mémoriel historique en bande dessinée, d’Art Spiegelman à Marjane Satrapi, comme nouvelle forme de représentation de l’histoire, entre mémoire individuelle et mémoire collective.

Maus d’Art Spiegelman. Un choc visuel et narratif, récompensé par un prix Pulitzer spécial en 1992. La représentation zoomorphe de l’histoire des parents de l’auteur, Juifs polonais confrontés au génocide et figurés par des souris, les nazis l’étant par des chats. Maus, une révolution dans la bande dessinée modifiant à jamais le regard porté sur la Shoah.

La sidération passée, un certain nombre d’auteurs, telle Marjane Satrapi dans Persepolis ou Étienne Davodeau dans Les mauvaises gens, se sont engagés à la suite d’Art Spiegelman. Ils ont mis en mots et en images leur mémoire intime ou celle de leurs proches, à l’aune des événements historiques majeurs du XXe et du XXIe siècle. Témoignant de l’intérêt croissant porté à la mémoire dans les dernières décennies, le récit mémoriel historique en bande dessinée était né.

Le présent ouvrage cherche à mettre en lumière les caractéristiques de ce type d’album, en établissant qu’il s’agit là de récits de mémoire individuelle, représentatifs d’une mémoire collective. L’engagement moral de ne pas trahir la mémoire invoquée conduit les auteurs à mener d’importantes recherches et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques. La pratique documentaire induit l’inclusion fréquente de photographies et de documents d’archive dans les albums. Critiques, fidèles aux événements et conformes à l’historiographie, les récits mémoriels historiques sont une nouvelle forme de représentation de l’Histoire.

Professeure agrégée et docteur en histoire contemporaine, Isabelle Delorme a été lauréate d’une bourse Mark Pigott à la BnF en 2016-2017. Elle est responsable pédagogique du certificat pour jeunes réfugiés et enseignante à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Chercheuse associée au Centre d’Histoire de Sciences Po, elle s’intéresse à la représentation par la bande dessinée d’épisodes de mémoire traumatique et d’événements historiques contemporains.

Source : Les Presses du Réel