Archives de catégorie : Questions mémorielles

Projection du film Untold memories of Cambodia de Anne Yvonne Guillou – 20 mai 2022

A ne pas manquer.

Dans le cadre des Rencontres cinéma documentaire et sciences humaines de la MSH Mondes

Vendredi 20 mai 2022 de 13h à 15h

salle des conférences, Rdc, bâtiment Weber

Université de Paris-Nanterre

Projection du film 

Untold memories of Cambodia 

de Anne Yvonne Guillou

Documentaire de 49 min en khmer et en anglais, sous-titré en français, 2018.

Résumé

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.


La projection sera suivie d’une rencontre avec Anne Yvonne Guillou, anthropologue, chargée de recherche au CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, LESC) et Alicia Landbeck, docteure en psychologie clinique et psychopathologie, chercheure associée au Laboratoire Psy-DREPI (Dynamiques relationnelles et processus identitaires), Université de Bourgogne Franche Comté. 

Source : https://www.mshmondes.cnrs.fr/evenements/untold-memories-cambodia

30 tháng Tư và cuộc nội chiến Việt Nam – 30 avril 2022 – BBC

A l’occasion du 47e anniversaire de la chute de Saigon : deux voix en faveur d’une réconciliation nationale. A lire sur le site de la BBC, programme en vietnamien. Entretien avec Nguyễn Đình Bin, ancien ministre des Affaires étrangères de la RSVN et membre du Politburo du PCV (1996-2001) et tribune de Nguyễn Sĩ Bình, citoyen vietnamien résidant aux États-Unis.

Cựu thứ trưởng ngoại giao Việt Nam nói về ‘nội chiến’ và ‘Đảng trị lạc lõng’

Đúng ngày 30/4/2022, một cựu thứ trưởng ngoại giao, đảng viên Cộng sản Việt Nam, công bố bài viết, trong đó ông nói Đảng Cộng sản phải “đổi mới thật sự về chính trị”.

Lire la suite : https://www.bbc.com/vietnamese/vietnam-61280668


Ngày 30 tháng 4 năm 1975 là ngày mở ra bước ngoặt của lịch sử Việt Nam hiện đại. Có người gọi 30/4 là ngày giải phóng miền Nam, có người gọi đó là ngày thống nhất đất nước. Nhưng đến nay vẫn chưa có tên gọi nào để hầu hết người Việt gọi chung, hàn gắn chia cắt để cùng nhau đi tới.

Lire la suite : https://www.bbc.com/vietnamese/forum-61229737

Viêt Nam, un passé à recomposer – Mercredi 6 avril 2022 – ENS de Lyon

Un événement à ne pas manquer.

Juliette GALLI (ENS de Lyon) et François GUILLEMOT (IAO) présentent :

Projection et débat

Viêt Nam, un passé à recomposer

Mercredi 6 avril 2022, 18h00-20h00
Théâtre Kantor, ENS de Lyon

18h - 18h30 : entrée du public et
                              présentation de la soirée et des
                              intervenant-es 18h30 - 18h50 : projection
                              du film "Bach Hong" (2019)
                              d'Elsa Duhamel 18h50 - 19h40 : projection
                              du film "Viêt Nam, un passé à
                              recomposer" (2021) de Juliette Galli
                              19h40 - 20h00 : temps d'échange avec le
                              public.

La mémoire et l’histoire font du Viêt Nam un terrain d’observation particulièrement complexe. Traversé par la révolution indépendantiste, les guerres (civile et internationale) et les exils, le pays a retrouvé la paix au prix d’un sacrifice humain profondément inscrit dans l’histoire mondiale. Le séminaire Mémoires d’Indochine dispensé à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) s’est attaché depuis dix ans à élaborer une histoire d’en bas, à l’aune du vécu des populations locales. Pour clore cette recherche collective, cette projection/débat propose deux trajectoires d’exils vietnamiens en France. Celui d’une femme, Jeanne Dang, restituée par les images animées allégoriques de Bach-Hông, et celui d’un homme, l’Oncle Liêm puis de son fils, interviewés, par Juliette Galli. Ces deux récits interrogent tout à la fois passé et le présent, les brûlures de l’histoire et les souvenirs personnels.

Programme 

  • 18h00 – 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es
  • 18h30 – 18h50 : projection du film « Bach-Hông » (2019) de Elsa Duhamel
  • 18h50 – 19h40 : projection du film « Viêt Nam, un passé à recomposer » (2021) de Juliette Galli
  • 19h40 – 20h00 : temps d’échange avec le public

Liens

Les retours du passé : les souvenirs qu’ils n’auraient pas dû avoir – France Culture

La Série Documentaire (LSD) sur France Culture propose un retour sur les derniers témoins et survivants de l’univers concentrationnaire nazi. Présentation.

Comment penser la place du passé et la marque du XXème siècle dans nos sociétés européennes ?

À l’heure où le passé est parfois  convoqué à des fins politiques, nous sommes ​allés enregistrer sur les traces de l’Histoire principalement en Europe Centrale, dans l’épicentre des destructions de la seconde guerre et de l’extermination de masse des juifs. Sur les lieux, plusieurs générations décrivent leur confrontation souvent douloureuse mais toujours nécessaire avec le passé.

À Varsovie dans les ruines du ghetto, à Vienne dans la mémoire d’un des derniers témoins, sur le sol d’Auschwitz-Birkenau parsemé de fleurs, en Hongrie avec l’écrivain Peter Nadas et les souvenirs qu’il “n’aurait pas dû avoir”, le passé fait retour et prend mille et un visages.

Souvenirs, hantises, quête de traces, reconstitutions et fictions composent le terreau varié et complexe d’un nouveau travail de mémoire. Comme le constate Georges Didi Huberman, de “ce multiple en éclats, il peut naître aussi quelque chose, pour peu qu’une voix s’élève, qu’une écriture prenne le relais”.

Une série documentaire de Christine Lecerf, réalisée par Franck Lilin.

Épisode 1 : Exercices de Mémoire

Que se passera-t-il quand les derniers témoins ne seront plus là ? Quand ils ne pourront plus dire : j’y étais ? Pour nous qui venons après, ils se souviennent….

Épisode 2 : Mémoire des lieux

De quoi se souviennent les lieux ? Des centaines de corps gisent sous les maisons de Varsovie. Des milliers d’os parsèment les champs de Birkenau.

Épisode 3 : Mémoires en héritage

Comment vivre avec un passé que nous n’avons pas vécu et qui pourtant nous hante ? Occulter, endurer ou travailler les souvenirs, quel que soit le chemin…

Épisode 4 : Ecrire l’histoire

Comment écrire l’histoire? Écrivains et historiens traversent la même expérience. La forme est essentielle. Trouver les mots, le ton juste, le bon geste.

Source : https://www.franceculture.fr/emissions/serie/les-retours-du-passe

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 5

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

© FX

★ ★ ★

Guerre et mémoires, enjeux mémoriels

Séance 5 : mercredi 27 octobre 2021 (9-12h)

Le « phénomène guerre » en péninsule indochinoise a été particulièrement violent au cours du XXe siècle, illustré par des conflits en poupée de gigogne. Entre la conquête coloniale et l’avènement d’Etats-coloniaux pacifiés, la péninsule a connu un enchevêtrement de conflits d’intensités variées allant de la « small war », petite guerre, à la guerre de dimension internationale impliquant de nombreux pays sur cet Angle de l’Asie transformé en « front chaud de la Guerre froide ». En particulier, les trois pays de la péninsule indochinoise ont subi des guerres civiles cruelles engendrant des massacres, des exactions de tous ordres et des opérations militaires d’envergure. La péninsule a été, en outre, un terrain d’expérimentation pour de nouvelles armes chimiques et technologiques. La péninsule n’a recouvré véritablement la paix qu’à partir du désengagement militaire du Viêt Nam socialiste en 1989 du Cambodge voisin et à l’issue du processus démocratique khmer de 1993 sous l’égide de l’ONU. Ces différentes guerres (coloniales, décoloniales et post-coloniales) ont fortement marqué les consciences et ont laissé des traces profondes autant dans le paysage que dans le fonctionnement politique et social. Cette séance s’intéressera aux commémorations mémorielles officielles ou interdites qui découlent des conflits régionaux entre 1945 et 1990.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec deux investigations sur des problématiques elles aussi issues de la guerre : le parcours de femmes de Saigon actrices de la résistance et une expérience vécue de la censure politique vietnamienne.

Textes en discussion :

  • Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of a Victim turned Soldier, Bloomongton & Indianiapolis, Indiana University Press, 2012, p. 545-559 et 560-574.
  • Vo Nguyen Giap, Le haut commandement et le Printemps de la victoire, Hanoi, Éditions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2008, p. 301-317.

 

Pour un rapide survol des guerres dans la péninsule sur la longue durée :

Nicolas Regaud et Christian Lechervy, Les guerres d’Indochine, Paris, Presses universitaires de France, coll. “Que sais-je ?”, 1996.

Sur la situation dans le Sud du Viêt-Nam :

Shawn F. McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

Exposés oraux

Sacha Marquet :

Patricia D. Norland, The Saigon Sisters. Privileged Women in the Resistance, DeKalb, Illinois, Northern Illinois University Press, coll. “NIU Southeast Asian Series”, 2020.


Arthur Rochereau :


MàJ 27/10/2021.

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 4

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Photographie studio d’une famille vietnamienne dans les années cinquante © DR / Source Ngayxua.net

★ ★ ★

Famille et mémoires : récits familiaux et transmission

Séance 4 : mercredi 20 octobre 2021 (9-12h)

Au sein des familles se transmettent des valeurs socio-culturelles, des récits singuliers et des histoires particulières constitutives d’une identité familiale. Mais que transmettre à ses proches et descendant-es lorsque le traumatisme a été grand ? Combien de temps est nécessaire pour dévoiler des histoires familiales prises dans les bouleversements du XXe siècle ? Que faire des silences et du mutisme ? Que peut dire un boat people à sa descendance de sa traversée périlleuse en mer ? Comment l’engagement politique s’explique et se transmet dans les familles ? Quel est le rôle des photographies et de la correspondance personnelle, intime ou familiale ? Que peuvent faire les enfants et petits enfants face à la découverte d’un passé compliqué ? Pourquoi transmettre un destin et comment restituer des récits familiaux ? Telles sont les questions qui jalonneront cette séance en à travers les récits de vie des victimes, témoins ou bourreaux des grands phénomènes qui sont constitutifs de l’avènement des états post-coloniaux. Révolution, guerres, exils : il sera donc question de transmission du vécu, d’une écriture de soi chargée de valeurs, d’une éthique, d’un besoin de briser une invisibilité ou d’envisager une reconnaissance.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec une retour plus général sur l’Asie du Sud-Est comme aire culturelle pensée entre “cosmodrame” politique et traditions culturelles et une étude sur le Laos, ses sociétés et ses pouvoirs en devenir qui lui confère une place toute particulière en péninsule indochinoise.

Textes en discussion :

  • Chau Tran, Trân Van Thach (1905-1945). Une plume contre l’oppression, Paris, Les Indes savantes, 2020, p. 6-41.
  • Nguyên Thi Binh, Ma famille, mes amis et mon pays, Hanoi, Éditions Tri Thuc / HCM-Ville, Université Hoa Sen, 2015, p. 15-70.

Pour aller plus loin, voir :

  • “Des histoires de famille”, La lettre de l’Afrase, n°97, 2020.

Exposés oraux

Lucas Barattolo :

  • Paul Mus, L’angle de l’Asie, Paris, Hermann, 1977.

Ambre-Emilie Saillio-Arquier :

  • Vanina Bouté & Vatthana Pholsena (sous la dir.), Laos, sociétés et pouvoirs, Bangkok, IRASEC / Paris, Les Indes savantes, 2012.

Présentation de l’éditeur : https://www.irasec.com/ouvrage53

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 3

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

L’Empereur Bao Dai enfant en couverture de l’ouvrage La colonisation des corps (Vendémiaire, 2014).

★ ★ ★

Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 3 : mercredi 13 octobre 2021 (9-12h)

Le corps en situation coloniale, en période révolutionnaire et en guerre est resté un impensé des sciences sociales pendant des décennies. De son côté, bien en amont, l’anthropologie a investigué le plus souvent le corps de “l’autre”, mais qui est cet autre ? L’étude du corps en tant qu’objet a pourtant une réelle profondeur temporelle multiséculaire dans le champ médical avec la science anatomique ou par exemple l’acupuncture. Depuis le début des années 1990, cet objet d’étude complexe a investi toutes les sciences humaines et sociales.

Des corps sexualisés en Indochine jusqu’aux corps virilisés en révolution et impactés en guerre, cette séance s’intéresse à l’émergence de cette problématique dans les récits vietnamiens. Nous débuterons par un aperçu de la production académique sur ce champ de ces trente dernières années avant de nous plonger dans des documents aux motivations diverses et revêtant des formes plurielles autant visuelles que textuelles. En péninsule indochinoise prise dans une brutalisation générale des sociétés au XXe siècle, une question surgit : quelles mémoires pour quels corps ?

Par le biais de la littérature ou de la photographie, les corps sexualisés, maltraités, vénérés, iconiques, blessés, morts ou errants, oubliés et disparus, pendant les bouleversements majeurs de la péninsule indochinoise peuvent être appréhendés. Sous une multiplicité de paradigmes, l’expression directe ou détournée de la corporéité permet de briser les tabous culturels ou de formuler de nouvelles approches anthropologiques au sein d’État-partis soucieux des normes socio-culturelles.

Textes en discussion :

  • Larcher-Goscha, Agathe, « 1. Sports, colonialisme et identités nationales : premières approches du « corps à corps colonial » en Indochine (1918-1945) », dans : Nicolas Bancel éd., De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962. Paris, La Découverte, « TAP / série histoire contemporaine », 2003, p. 13-31. URL : https://www.cairn.info/de-l-indochine-a-l-algerie–9782707140074-page-13.htm.
  • Doan Cam Thi, “Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans ‘La survivante de la forêt qui rit’, nouvelle vietnamienne de 1991”, La Revue des Ressources, Lundi 2 avril 2007. URL : https://www.larevuedesressources.org/femme-fantasme-et-guerre,770.html

Témoignages :

  • Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien, Hanoi, Editions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2006, p. 75-123.
  • Autres récits évoqués : Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Editions Philippe Picquier, 1994 ; Dang Thuy Trâm, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles, Editions Philippe Picquier, 2010 ; Duong Thu Huong, Roman sans titre, Paris, Editions des Femmes, 1992 ; Lê Minh Khuê, “Lontaines étoiles” , dans Lointaines étoiles, Hanoi, Editions en Langue étrangère, 1973, p. 9-37.

A parcourir sur Mémoires d’Indochine :

Illustration « à la une » : 27 novembre 1965. Un Rangers sud-vietnamien transporte des cadavres de soldats. © Horst Faas