Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Viêt Nam, un passé à recomposer – Mercredi 6 avril 2022 – ENS de Lyon

Un événement à ne pas manquer.

Juliette GALLI (ENS de Lyon) et François GUILLEMOT (IAO) présentent :

Projection et débat

Viêt Nam, un passé à recomposer

Mercredi 6 avril 2022, 18h00-20h00
Théâtre Kantor, ENS de Lyon

18h - 18h30 : entrée du public et
                              présentation de la soirée et des
                              intervenant-es 18h30 - 18h50 : projection
                              du film "Bach Hong" (2019)
                              d'Elsa Duhamel 18h50 - 19h40 : projection
                              du film "Viêt Nam, un passé à
                              recomposer" (2021) de Juliette Galli
                              19h40 - 20h00 : temps d'échange avec le
                              public.

La mémoire et l’histoire font du Viêt Nam un terrain d’observation particulièrement complexe. Traversé par la révolution indépendantiste, les guerres (civile et internationale) et les exils, le pays a retrouvé la paix au prix d’un sacrifice humain profondément inscrit dans l’histoire mondiale. Le séminaire Mémoires d’Indochine dispensé à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) s’est attaché depuis dix ans à élaborer une histoire d’en bas, à l’aune du vécu des populations locales. Pour clore cette recherche collective, cette projection/débat propose deux trajectoires d’exils vietnamiens en France. Celui d’une femme, Jeanne Dang, restituée par les images animées allégoriques de Bach-Hông, et celui d’un homme, l’Oncle Liêm puis de son fils, interviewés, par Juliette Galli. Ces deux récits interrogent tout à la fois passé et le présent, les brûlures de l’histoire et les souvenirs personnels.

Programme 

  • 18h00 – 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es
  • 18h30 – 18h50 : projection du film « Bach-Hông » (2019) de Elsa Duhamel
  • 18h50 – 19h40 : projection du film « Viêt Nam, un passé à recomposer » (2021) de Juliette Galli
  • 19h40 – 20h00 : temps d’échange avec le public

Liens

Brice Fossard : Les Élites indochinoises et les secrets de l’Occident

Parution de la thèse remaniée de l’historien Brice Fossard. Présentation de l’éditeur.

Cet ouvrage analyse le processus de diffusion des sports et du scoutisme en Indochine et explique les raisons de leur succès auprès de certaines fractions des populations colonisées. En effet, ces associations culturelles, d’abord réservées aux coloniaux avant la Grande Guerre, sont rapidement investies par les nouvelles élites indochinoises entre 1914 et la fin des années 1920. L’ouvrage présente ces nouvelles élites, politiques, économiques et culturelles qui élaborent des stratégies très différentes pour transformer leur société et modifier le rapport de force colonial grâce à l’irruption d’un nouvel acteur dans le champ politique, la jeunesse. L’administration coloniale tente alors d’encadrer ces activités au moment où la présence de la France est la plus contestée. Mais, des tentatives de développement autonome, en dehors de la tutelle coloniale, commencent à apparaitre dès 1925 dans le paysage sportif avant de gagner les troupes scoutes. 

L’enjeu historique de cette étude est de comprendre comment ces loisirs ont contribué à former une partie de la jeunesse autochtone, majoritairement urbaine et lettrée en français, et d’envisager le rôle de ces mouvements et activités dans la formation d’un nationalisme vietnamien moderne.

Brice Fossard est Membre associé au CRHIM (Lausanne) et membre de la Société Française d’Histoire du Sport.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/les-elites-indochinoises-et-les-secrets-de-loccident/

François Joyaux : Nouvelle histoire de l’Indochine française

Avis de parution. Présenté comme LE livre définitif sur l’histoire de l’Indochine française, l’historien François Joyaux propose une synthèse géopolitique de cet angle de l’Asie. Présentation de l’éditeur.

​L’histoire de l’Indochine française est bien connue : elle commence avec la conquête, dès 1858, de la Cochinchine, puis du Cambodge, du Tonkin, de l’Annam et enfin du Laos ; voit apparaître des mouvements indépendantistes et se dessiner des figures emblématiques, tel Ho Chi Minh au Vietnam ; et se termine par les accords de Genève qui mettent un terme à la guerre en 1954.

Mais le présent ouvrage aborde ce pan de notre passé sous un angle résolument novateur. Adoptant une démarche géopolitique, il révèle que cette partie de l’Extrême-Orient a avant tout été la scène d’un conflit permanent pendant près d’un siècle entre la France colonisatrice et la Chine suzeraine – que cette dernière ait été impériale, républicaine ou communiste. En outre, progressivement, d’autres grandes puissances ont elles aussi développé leurs ambitions politiques et économiques dans cette zone du continent asiatique : l’Angleterre, l’URSS, puis le Japon et les États-Unis. Cette analyse des relations internationales n’exclut cependant en rien l’étude des facteurs internes du conflit, et l’auteur revient notamment sur l’influence prépondérante des Missions catholiques, de la Marine, des Républicains et, surtout, des francs-maçons dans le processus expansionniste.

D’une plume maîtrisée et efficace, François Joyaux nous propose donc une synthèse globale et totalement neuve sur près de cent ans d’histoire coloniale, des premières implantations en Asie jusqu’à la disparition définitive de l’Indochine française après la défaite de Dien Bien Phu. Un livre indispensable.

François Joyaux, professeur des Universités, spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Extrême-Orient, a enseigné à l’Institut national des langues et civilisations orientales, à Sciences Po et à la Sorbonne. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur l’Indochine, la Chine et les relations internationales en Asie. Il a publié chez Perrin, en 2019, une biographie consacrée à Nam Phuong, la dernière impératrice du Vietnam.

Source : https://www.lisez.com/livre-grand-format/nouvelle-histoire-de-lindochine-francaise/9782262088019

Publication of interviews with leaders and party members of nationalist parties in Vietnam on their activities 1945-1954

Le politiste Vu Tuong présente des nouvelles ressources disponibles en ligne pour l’histoire du nationalisme vietnamien.

I’m happy to announce new materials for researchers interested in studying Vietnam’s politics during 1945-1954. 

The US-Vietnam Research Center at the University of Oregon just began publishing a collection of interview transcripts. These interviews were conducted by Professor Nguyen Manh Hung (George Mason University, emeritus) under the auspices of the US Social Science Research Council, from 1986 to 2021. 

His 33 interviewees included leaders and important party members of nationalist parties in Vietnam in the first half of the 20th century, including Việt Nam Quốc Dân Đảng (Vietnam Nationalist Party), Đại Việt Quốc Dân Đảng (Nationalist Party of Greater Vietnam), and Đại Việt Duy Dân Đảng (Populist Revolutionary Party of Greater Vietnam). 

Here is Professor Nguyen Manh Hung’s introduction of the collection in English:
https://usvietnam.uoregon.edu/en/vietnams-nationalist-parties-1945-1954-interviews-with-witnesses/

In this article, readers can find links to interview transcripts in the Vietnamese page of the US-Vietnam Research Center’s website.

We first publish interviews with historical figures of Đại Việt Quốc Dân Đảng to be followed by the other two parties. We intend to publish one transcript every 2 weeks, and have published 4 such documents. FYI, all the transcripts are in original Vietnamese language and have not been translated into English.

Table of Content (in Vietnamese)

https://usvietnam.uoregon.edu/dang-phai-quoc-gia-viet-nam/

  • Introduction to Book I, about Đại Việt Quốc Dân Đảng 

https://usvietnam.uoregon.edu/phan-gioi-thieu-dai-viet-quoc-dan-dang/

  • Interview with Nguyễn Văn Canh  

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-nguyen-van-canh/

  • Interview with Phạm Văn Liễu

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-pham-van-lieu/

  • Interview with Đào Nhật Tiến

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-dao-nhat-tien/

  • Interview with Nguyễn Tôn Hoàn :

https://usvietnam.uoregon.edu/phong-van-nguyen-ton-hoan/

We hope this new source will be useful, and welcome suggestions or questions from readers. 
Best,
Tuong Vu

US-Vietnam Research Center, University of Oregon

Conférence – Débat : Emmanuel Poisson & François Guillemot présentent l’ouvrage de Cao Xuân Huy : En mars, fusils brisés – 21 janvier 2022

A ne pas manquer, présentation en visioconférence. Inscription sur le site de l’IAO. Un séminaire coordonné par Arnaud Nanta.

Vendredi 21 janvier 2022

de 14h-15h30

Emmanuel Poisson, professeur d’histoire sociale et économique du Vietnam classique et traducteur littéraire, Université de Paris.

François Guillemot, ingénieur de recherche au CNRS, Institut d’Asie Orientale, historien du Vietnam contemporain.

Au mois de mars 1975, un mois avant la chute de Saigon, le jeune lieutenant Cao Xuân Huy est fait prisonnier près de Huê. Dans un texte autobiographique qui fit des remous dans la communauté exilée, il relate la retraite et l’annihilation d’une unité de Marines sud-vietnamiens autour du 17e parallèle. Ce récit apocalyptique d’une armée en déroute, paru en 1986 aux États-Unis, est unique en son genre car les témoignages des « vaincus » restent largement inédits et inconnus du grand public. Pour resituer l’ouvrage, cette traduction française est accompagnée d’une introduction de deux historiens du Vietnam « Une guerre sans fard », d’un texte de l’écrivain Bao Ninh et d’une postface de l’écrivain Dô Khiêm. L’ouvrage est également agrémenté d’une bibliographie sur la guerre du Vietnam.

Lien : https://iao.cnrs.fr/actualite/presentation-de-louvrage-de-cao-xuan-huy-en-mars-fusils-brises/

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 7

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Exemples de Mémoires de femmes vietnamiennes publiés au Viêt-Nam ou à l’étranger, en exil.

★ ★ ★

Mémoires et genre : mémoires genrées

Séance 7 : mercredi 17 novembre 2021 (9-12h)

Un coup d’œil sur nos rayons de bibliothèques et l’on sera surpris-e du poids écrasant des auteurs sur les autrices. En philosophie occidentale, les manuels présentent essentiellement des auteurs. Rares sont les femmes philosophes à être citées, à deux exceptions près Hannah Arendt et Simone de Beauvoir. Est-ce à dire qu’elles n’existent pas ? Rien n’est moins sûr car le processus de leur invisibilité est désormais connu (Michèle Le Doeuff, 1989 et 1998). En histoire, Michelle Perrot, dans un ouvrage célèbre, rappelait les lourds “silences de l’histoire” en ce qui concerne les femmes. “Écrire l’histoire des femmes suppose qu’on les prenne au sérieux, qu’on accorde au rapport des sexes un poids, même relatif, dans les événements et dans l’évolution des sociétés”, écrit-elle. Les nouvelles études sur le rôle des femmes dans la préhistoire (Anne Augereau, 2021) sont le signe d’un changement. Dans le domaine des études sur le genre la tendance s’inverse peu à peu avec l’apparition cette dernière décennie d’une multitude de productions nouvelles, décapantes et dérangeantes. Cependant, cette “prise de conscience” que retrace la sociologue Christine Détrez ne doit pas être passagère et épouser les simples contours d’une mode.

Des outils sont forgés comme les dictionnaires sous la direction des chercheures Christine Bard et Sylvie Chaperon (Dictionnaire des féministes, PUF, 2017) ou sous la direction de Catherine Achin et de Laure Bereni (Dictionnaire genre et science politique, Science Po, Les Presses, 2013), l’Encyclopédie critique du genre sous la direction de Juliette Rennes (La Découverte, 2016 et 2021 pour l’édition en ligne) ou encore Feu ! Abécédaire des féminismes présents coordonné par la philosophe Elsa Dorlin (Libertalia, 2021). Une nouvelle histoire illustrée avec une riche iconographie se construit comme le démontrent les ouvrages de Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel (Ne nous libérez pas, on s’en charge, 2020), ou Combattantes sous la direction de Martial Poiron (Seuil, 2020). Des précis sont édités comme l’Histoire mondiale des féminismes de Florence Rochefort (coll. Que Sais-Je ?, 2018), des collections sont initiées comme “EgalE à égal” chez Belin ou de conséquents recueils d’articles (Geneviève Fraisse, La fabrique du féminisme, Le passager clandestin, 2012 ; Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions, Creaphis Editions, 2016) donnent à voir l’évolution et l’affirmation d’une pensée. Des archives féministes sont constituées pour offrir à la recherche des sources sur des travaux ignorés ou sur des actions invisibilisées.

Cette dernière séance du séminaire Mémoires d’Indochine s’intéressera à l’émergence des études de genre en péninsule indochinoise. Au Viêt-Nam, l’historienne vietnamienne Bui Trân Phuong est sans doute la pionnière dans ce domaine avec sa thèse soutenue en 2008 en langue française consacrée à l’émergence du féminisme dans ce pays confucéen en situation coloniale. Cependant, du point de vue des sources, rares sont encore les récits de vie des femmes dans cet angle de l’Asie. En particulier, les autrices vietnamiennes, à l’intérieur du pays ou en terre d’exil, ont forgé leurs propres récits de la révolution et de la guerre. On peut compter parmi elles les grandes écrivaines Duong Thu Huong, Nha Ca, Pham Thi Hoai mais aussi sur quelques activistes des deux camps (Nord et Sud Viêt-Nam). Au Cambodge, les témoignages de femmes martyrisées sous le régime de Pol Pot ont également vu le jour. D’autres récits, comme celui d’une grand-mère Hmong, montrent l’importance qu’il y aurait à mener une étude genrée des événements tragiques du XXe siècle de l’Indochine coloniale aux États post-coloniaux mais aussi dans leurs dimensions transnationales et multiethniques. Ou comment concevoir une histoire qui lie “race, genre, classe” (selon le concept développé par le Black Feminism) et écologie.

Pour approfondir, voir l’aperçu bibliographique en ligne : “CONSTELLATION” : OUTILS POUR L’ÉTUDE DU GENRE ET DES FÉMINISMES. URL : https://guerillera.hypotheses.org/5042

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux derniers exposés oraux autour de deux sujets liés à la domination et à l’émancipation en Indochine coloniale.

Visioconférence et texte :

Christine Détrez : “Des femmes au genre : les étapes d’une prise de conscience” (conférence de mars 2021).


Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/255


Recensions d’ouvrage pour accompagner la séance :



Numéro spécial de revue :

Sous la direction de Naomi Davidson et Capucine Boidin, Le genre des indépendances, CLIO, Femmes, Genre, Histoire, n° 53, 2021. Aperçu en ligne : https://journals.openedition.org/clio/19549

Exposés oraux

Louise Arnoux-Maillet :

  • Christina E. Firpo, Black Market Business. Selling Sex in Northern Vietnam, 1920–1945, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2020.


Anatole Bernet :

Geoffrey Gunn, Monarchical Manipulation in Cambodia. France, Japan, and the Sihanouk Crusade for Independence, Copenhague, NIAS Press, 2018. Présentation : https://www.niaspress.dk/book/monarchical-manipulation-in-cambodia/


Illustration “à la une” : Récits de vie de femmes vietnamiennes.