Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

François Guillemot : Une photographie de l’édition littéraire vietnamienne pendant la guerre d’Indochine – 19 avril 2023 – Inalco

Intervention de François Guillemot dans la journée d’étude « Le livre et l’écrit dans la modernisation du Vietnam du milieu du XIXe siècle aux années 1940 », Inalco, mercredi 19 avril 2023.

Couvertures d’œuvres littéraires de Lê Van Truong © photo FG

Une photographie de l’édition littéraire vietnamienne pendant la guerre d’Indochine

François GUILLEMOT (docteur en histoire, IAO, CNRS – ENS)

À partir d’un corpus de 225 ouvrages édités au Viêt-Nam en 1949 et 1955 pendant l’existence de l’État associé du Viêt-Nam et en pleine guerre d’Indochine, il est possible d’enrichir notre connaissance sur l’édition littéraire de ce pays. Les informations disponibles sur chaque ouvrage édité permettent de compiler une série de données et d’envisager une histoire de l’édition de cette époque. Quelles étaient les maisons d’éditions, petites, grandes, disparues ? Que peut-on savoir de leurs catalogues ? Qui distribuait les ouvrages au nord ou au sud ? Que sait-on des librairies, des imprimeurs, des tirages, du lectorat ? Quels étaient les auteurs et autrices publiés ? Qui illustraient les couvertures des romans ? À quelle typologie et à quel le genre les ouvrages proposés étaient-ils identifiés ? À partir de ces différents éléments sur un échantillon limité, notre communication tentera d’établir une photographie de ce qu’était l’édition littéraire dans un temps de guerre civile et d’incertitudes politiques.

Couvertures d’un roman de Pham Thu Canh sur la guerre et couverture du peintre Bui Xuân Phai pour un roman de Pham Cao Cung © photo FG

Programme complet de la journée d’étude : http://www.inalco.fr/evenement/journee-etude-livre-ecrit-modernisation-vietnam-milieu-xixe-siecle-annees-1940

Journée d’étude : « Le livre et l’écrit dans la modernisation du Vietnam du milieu du XIXe siècle aux années 1940 » – 19 avril 2023.

Un événement important dans le cadre du cinquantième anniversaire des relations franco-vietnamiennes.

Journée d’étude

« Le livre et l’écrit dans la modernisation du Vietnam du milieu du XIXe siècle aux années 1940 »

Date : Mercredi 19 avril 2023 – 09:00 – 18:00

Lieu : Inalco, Maison de la recherche (2, rue de Lille – 75007 Paris) – Auditorium Dumézil

Evénement co-organisé par la Bibliothèque universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), le Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale – CRLAO (Inalco-CNRS-EHESS), le Groupe Sociétés Religions Laïcités – GSRL (CNRS-EPHE), l’Institut d’Asie Orientale – IAO (CNRS-ENS de Lyon) et l’Institut de recherches asiatiques – IRASIA (CNRS-Aix Marseille Université).

L’exposition “Le quốc-ngữ: L’écriture romanisée, vecteur d’une renaissance culturelle au Vietnam (1860-1945)” à la BULAC accompagnera cette journée d’étude qui s’inscrit également dans le cadre du 50e anniversaire des relations France-Vietnam.


Couverture du n° 5 de “Kim Lai tạp chí” (La revue Kim Lai) daté du 7 avril 1932. Collections de la BULAC, BIULO PER.11743

Argumentaire :

Dans le contexte troublé de la colonisation, le Vietnam est le seul pays asiatique à avoir abandonné l’usage officiel des sinogrammes au bénéfice d’une nouvelle écriture basée sur les caractères latins. Cette écriture, appelée quốc-ngữ, est le résultat d’une collaboration depuis le XVIIe siècle entre les missionnaires européens et les premiers lettrés chrétiens vietnamiens afin de faciliter l’évangélisation. Au cours du XIXe siècle, le développement de l’imprimerie à caractères mobiles au détriment de la xylographie a définitivement produit une mutation de la production de l’écrit.

Dès le lendemain de la conquête militaire de la Cochinchine, l’instauration du régime colonial a promu l’usage du vietnamien romanisé pour des raisons administratives et politiques. Le développement de cette nouvelle façon d’écrire la langue vietnamienne a induit en conséquence d’importantes transformations culturelles. Le remplacement du sinogramme par le quốc-ngữ a été proposé dès le début de la colonisation en Cochinchine, avant d’être entériné par le dernier concours littéraire à Hué en 1919. Les éditions vietnamiennes en quốc-ngữ ont alors été florissantes dès les années 1870, comme le prouvent les très nombreuses translittérations et traductions d’écrits anciens, l’édition de dictionnaires, manuels de langues, des récits, etc… par l’administration coloniale, les lettrés chrétiens et plus largement une nouvelle élite émergente.

Au début du XXe siècle, la diffusion de l’écriture romanisée a été paradoxalement soutenue par les lettrés modernistes vietnamiens qui ont vu dans cette romanisation une opportunité de s’ouvrir à l’héritage intellectuel européen, de faciliter l’accès à de nouvelles connaissances qui serviront à édifier une nation moderne. Facile à lire et à écrire, le quốc-ngữ a été adopté par les Vietnamiens et sa diffusion a donné naissance à la presse et à la littérature moderne vietnamiennes. Les éditions locales s’étaient développées et les livres, porteurs de connaissances, ont circulé largement et sont devenus l’un des agents importants de modernisation, illustrant la réflexion de Franklin Roosevelt : “Les livres sont la lumière qui guide la civilisation”. Nous avons assisté à un véritable tournant dans l’histoire du Vietnam.

Depuis des décennies, le sujet de la modernisation du Vietnam a intéressé de nombreux chercheurs, mais les aspects techniques, matériels et linguistiques de l’édition dans ce processus restent encore peu étudiés. Ces questions seront abordées au cours de cette journée d’étude.

Contacts :
NGUYEN Thi Hai (thi-hai.nguyen@bulac.fr)
DAO Huy Linh (huy-linh.dao@inalco.fr)

Comité d’organisation
Pascal BOURDEAUX (GSRL, EPHE)
DAO Huy Linh (CRLAO, CNRS-EHESS-INALCO)
François GUILLEMOT (IAO, CNRS – ENS)
NGUYEN Thi Hai (BULAC)
NGUYEN Phuong Ngoc (IRASIA, CNRS – AMU)


Programme : http://www.inalco.fr/evenement/journee-etude-livre-ecrit-modernisation-vietnam-milieu-xixe-siecle-annees-1940

Hommage au Professeur Nguyên Thê Anh – par Louis Raymond

Le chevalier Nguyễn Thế Anh

Il y a dix jours, lorsque Nguyễn Thế Anh est décédé, Florence Tran m’a envoyé une photographie, qui m’a rappelé des souvenirs de la journée que nous avions passé avec lui en juillet 2021 à son domicile, dans la banlieue de Toulouse. C’était une image d’une bouteille, sur l’étiquette de laquelle il était possible de lire « Vin de Bordeaux – Le chevalier NGUYEN TA ». Je me suis alors revu en cette journée d’été dans le bureau de l’historien, avec ses papiers entassés et son ordinateur qui datait des années 2000, dans lequel il classait méthodiquement tous les articles qu’il avait lus, ainsi que ceux qu’il lui restait à lire. Florence avait sa caméra à l’épaule, et ce vieux Monsieur aux cheveux blancs me montrait ses bouteilles : il en faisait imprimer à son nom qu’on lui envoyait ensuite par colis, et s’amusait de la cocasserie du titre de « Chevalier ».

Pourtant, une dizaine de jours après son décès, je crois que ce mot lui correspond bien, pour le moins aussi bien que celui que j’avais employé dans l’article que j’avais rédigé à l’issue de notre rencontre : « un mandarin comme il n’en existe plus guère, aussi érudit qu’exigeant ». S’il y avait un trait de caractère qui était déterminant chez l’homme qu’était Nguyễn Thế Anh, c’était bien le sens de l’honneur. C’était un honneur parfois susceptible – d’ailleurs, je prenais toujours grand soin de m’adresser à lui avec les formes lorsque je lui écrivais un mail – et sans doute valait-il mieux ne pas l’avoir froissé, mais la droiture et la dignité qui étaient les siennes m’impressionnaient beaucoup. Elles expliquaient l’admiration que j’avais pour l’homme, au-delà du savant. Il y avait chez lui quelque chose d’ancien et de rare. Un chevalier, oui, mais alors, à la façon du chevalier de Bayard, sans peur et sans reproche. Un homme qui avait des principes, qui s’y obligeait avec rigueur, et qui les a tenus toute sa vie durant. Il était très confucéen, finalement.

Je n’ai pas connu Nguyễn Thế Anh en tant qu’élève, pour la bonne raison que je n’avais que 15 ans lorsqu’il a pris sa retraite de l’EPHE au milieu des années 2000. Je lui avais néanmoins dit que j’avais le sentiment qu’il était mon « grand-père historiographique », dans le sens où les historiens du Viêt Nam qui m’ont formé – François Guillemot, Pascal Bourdeaux, Benoît de Tréglodé et bien d’autres – sont passés entre ses mains de Professeur. Je l’ai connu d’abord par ses livres. Je me souviens d’une lecture éblouie de Monarchie et fait colonial au Viêt Nam, que j’avais emprunté à la bibliothèque Diderot de Lyon, et bien sûr, des articles dans Parcours d’un historien du Viêt Nam, ouvrage dans lequel je retourne piocher très régulièrement. Ce fut ensuite sa revue de presse multilingue, qui m’a tant aidé à mieux connaître l’Asie du Sud-Est et à travailler mon vietnamien, puisque je faisais des fiches de vocabulaire à partir des articles très pointus qu’il envoyait sur tel ou tel aspect de la culture vietnamienne. Il y a eu quelques échanges par mail également, puis enfin, cette rencontre, à l’initiative de Florence Tran, à Toulouse, en juillet 2021. Nous avions passé toute la journée ensemble et discuté pendant des heures, mais c’est l’unique fois où je l’ai vu.

Dans les échanges qui ont suivi son décès, Pascal Bourdeaux a eu ce mot : « Je crois qu’il était le représentant d’un Viêt Nam trahi ». La trahison, voilà qui a à voir avec l’honneur, précisément parce qu’elle accouche de ses antonymes. Quitter son pays le 26 avril 1975 avait été une immense douleur, mais il s’efforçait de ne pas se laisser submerger afin de rester lucide, à tout prix lucide. Il ne venait pas du Viêt Nam de la corruption, pas du Viêt Nam de l’autoritarisme, pas du Viêt Nam des règlements de compte, ni encore de celui des conflits de mémoire et des arrangements avec la vérité. Non, il venait d’un royaume qui n’a peut-être jamais existé, mais qui était une idée du Viêt Nam, de ce que son pays devait être, aurait dû être, ou pouvait devenir. Et ce royaume idéel, il le défendait à sa façon, non pas en faisant de la politique, mais en écrivant des livres, des articles et en formant des historiens qui ont pris sa suite. Il se battait aussi bien contre sa propre mémoire que contre le mensonge et la malhonnêteté, en prenant garde à ne jamais sombrer. C’était le chevalier Nguyễn Thế Anh.

Louis Raymond, journaliste indépendant, membre du bureau éditorial de la revue en ligne Les Cahiers du Nem.


Illustration “à la une” : Photo de Florence Tran

NGUYỄN THẾ ANH (1936-2023) : Parcours d’un historien du Viêt-Nam et de l’Asie

Cette page rassemble les différents hommages et textes publiés ou réédités à l’occasion de la disparition du Professeur Nguyên Thê Anh le dimanche 19 mars 2023. Les liens sont présentés dans une chronologie décroissante. Nous remercions Cao Viêt Anh pour les liens d’articles en vietnamien.

Biographies en ligne


Hommages de collègues, ami-es et anciens étudiant-es

  • Hommages de chercheur-es et ami-es des États-Unis publiés sur la liste du Vietnam Studies Group à Washington : Hue-Tam Ho Tai, Nguyên Ngoc Châu, Pham Ngoc Lân, Michele Thompson, Gábor Vargyas… (mars 2023)
  • Hommage de Claude Kerviel, ami de longue date.

Articles célébrant le parcours académique

  • Article de Cao Vit Anh : “Việt Nam học nhìn từ lịch sử nghiên cứu tại Ecole pratique des hautes études (EPHE, Pháp): “: Trường hợp sử gia Nguyễn Thế Anh (1936-nay)” [2019]
  • Chapitre d’ouvrage de Nguyễn Q. Thắng, “Nguyễn Thế Anh, Sử gia, nhà Việt học hiện đại”, in Các tác giả người Việt viết tiếng Pháp, Tp. Hồ Chí Minh : Nxb Tổng hợp thành phố Hồ Chí Minh, 2017, pp. 442-472.

Articles de l’auteur en ligne :

La place du Laos dans la littérature coloniale (29 octobre 2008)

Confucius et le confucianisme (19 février 2009)

France et Vietnam, les réalités d’un dialogue culturel de trois siècles (31 janvier 2011)

Le Viêt Nam : une société unique ? (3 février 2011)

Remarques sur les mouvements messianiques et millénaristes dans l’histoire du Vietnam (19 mai 2011)


Contributions dans des revues vietnamiennes

  • Articles publiés dans la revue Recherches sur Huê : Nghiên cứu Huế (9 tập).

Conférences en ligne

État et société du Viêt-Nam ancien (7 mars 2005)

Histoire et composition de l’Indochine (11 avril 2005)

La France en Indochine (23 mai 2005)


Entretiens en ligne

Disponible sur YouTube : https://youtu.be/8iP50AWjyb8


Liste des publications

Réalisée par Cao Việt Anh et arrêtée en mai 2022 cette liste regroupe 21 ouvrages, 123 références d’articles et de chapitres d’ouvrages avec mention de leur réédition ainsi que 32 comptes-rendus de lecture et deux travaux universitaires. Un ensemble de 178 références éditées entre 1965 et 2022.


Comptes-rendus de lecture en ligne des publications de Nguyên Thê Anh

Luật Khoa (2022),« “Việt Nam thời Pháp đô hộ”: 90 năm và những định mệnh lịch sử » : https://www.luatkhoa.com/2022/11/viet-nam-thoi-phap-do-ho-90-nam-va-nhung-dinh-menh-lich-su/

Nguyễn Quang Diệu (2021), « ‘Việt Nam vận hội’, góc nhìn Việt sử độc đáo từ bên ngoài của Nguyễn Thế Anh » : https://thanhnien.vn/viet-nam-van-hoi-goc-nhin-viet-su-doc-dao-tu-ben-ngoai-cua-nguyen-the-anh-1851100697.htm

Sơn Khê (2021), « Việt Nam vận hội : Góc nhìn đa chiều về lịch sử Việt Nam » : https://zingnews.vn/viet-nam-van-hoi-goc-nhin-da-chieu-ve-lich-su-viet-nam-post1184864.html

Mai Anh Tuấn (2021), « Việt Nam vận hội: Một góc nhìn về số phận Nho sĩ » : https://khoahocphattrien.vn/khoa-hoc/viet-nam-van-hoi-mot-goc-nhin-ve-so-phan-nho-si/20210225104459156p1c160.htm

Mai Anh Tuấn (2018), « “Theo dòng lịch sử”: Nhận thức mới, nhận thức lại về triều Nguyễn » : https://khoahocphattrien.vn/thoi-su-trong-nuoc/nhung-cuon-sach-khoa-hocdoi-song-duoc-yeu-thich-nhat-nam-2017/2018042302163381p882c918.htm

Việt Anh (2017), « Đọc sách “Việt Nam thời Pháp đô hộ” của Nguyễn Thế Anh »

Philippe Le Failler (BEFEO 2001, N.88): Guerre et paix en Asie du Sud-Est, Nguyên Thê Anh et Alain Forest (éd.) : https://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_2001_num_88_1_3541

Charles Fourniau (Annales. Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995), Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925), le crépuscule d’un ordre traditionnel, Nguyên Thê Anh : https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279373_t1_0454_0000_002


Pages éditeurs


Projection : Films vietnamiens – festival Cinéma du Réel – BULAC 29 mars 2023

La BULAC participe à la 45e édition du Cinéma du Réel. Projections et table ronde le mercredi 29 mars 2023.

Projection de film d’atelier, 18h

Visuel du film À qui appartient la terre ? (Doan Hông Lê, 2009)
« À qui appartient la terre ? » de Đoàn Hồng Lê, 2009, 55′

Synopsis. L’État vietnamien décide de moderniser et d’implanter de vastes complexes touristiques sur toute la zone côtière de la région agricole de Quảng Nam, obligeant les paysans à quitter leurs terres. Le film relate les réactions des habitants, dont la plupart ont participé à la lutte de libération pour l’Indépendance du Vietnam.


Table ronde, 19h

Quand le cinéma documentaire raconte l’histoire d’un pays

Cette table ronde proposera aux cinéastes ayant encadré ou participé aux ateliers Varan Vietnam de dialoguer avec des enseignants-chercheurs ayant pour terrain le Vietnam.

Les ateliers de cinéma documentaire lancés en 2004 à Hanoï par les Ateliers Varan ont permis à des étudiants et réalisateurs d’expérimenter pour la première fois le cinéma direct et surtout le son synchrone. Avec la volonté de donner la parole à des individus, des populations, des groupes ethniques invisibilisés de la société vietnamienne, les stagiaires plongent, caméra numérique en main, dans une société ouverte au capitalisme depuis peu. Tout en donnant à voir l’histoire de ces vingt dernières années au Vietnam, leurs films témoignent d’un rapport au monde en train de se transformer, et de l’urgence de le raconter. Les enseignants-chercheurs présents se feront l’écho de ces transformations.

Table ronde avec :

  • Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE ;
  • Sylvie Gadmer, cinéaste et co-fondatrice des Ateliers Varan Vietnam ;
  • Đoàn Hồng Lê, cinéaste ;
  • Thi Hai Nguyen, chargée de collections pour le domaine vietnamien à la BULAC, chercheuse associée au Centre Asie du Sud-est (EHESS/CNRS) ;
  • Trần Phương Thảo, cinéaste et productrice à Varan Vietnam ;

animée par Yves de Peretti, cinéaste et formateur aux Ateliers Varan


Projection de films d’atelier

 

« Dans le quartier de Thành Công, il y a le village de Thành Công » de Phan Thị Vàng Anh, 2004, 33′

Synopsis. Dans un vieux quartier de Hanoi, de nouveaux hauts-parleurs doivent être réparés et installés. Vàng Anh filme avec humour l’animation suscitée par cet événement et nous plonge au cœur des contradictions vietnamiennes.

« Lune sur la briqueterie » de Lê Thu Minh, 2020, 36′

Synopsis. Installées le long du fleuve Mékong depuis des siècles, les briqueteries de Mang Thít ont été un symbole de la prospérité économique du delta. Aujourd’hui, le dernier four traditionnel va s’éteindre définitivement.

Source : La BULAC fait son Cinéma du réel – édition 2023 | BULAC

Hommage à Nguyên Thê Anh – par Keith W. Taylor (2008)

Nous postons ci-dessous un extrait (préface) de l’hommage rendu par l’historien américain Keith W. Taylor (Cornell University) à son collègue Nguyên Thê Anh lors de la parution d’un volume collectif édité en 2008 aux Indes savantes. Publié avec l’autorisation de l’auteur qui tenait à rappeler l’importance du travail rigoureux et novateur ainsi que l’indépendance d’esprit de son ami décédé.

Les historiens Nguyên Thê Anh et Keith W. Taylor en discussion lors d’un panel au 6e Congrès du GIS Asie à Paris le 28 juin 2017 © photo FG

Nguyen The Anh’s contribution to contemporary scholarship on Vietnam has been to inspire and to sustain a stream of academic thought that is both modern and national. His ability to countenance cultural diversity and a multi-centered national historiography contrasts with the recycling of traditional oligarchic absolutism masquerading as revolutionary nationalism that has prioritized scholarship in Vietnam since 1975. He has made a legacy not only with distinguished careers in two countries and with the contents of his work, but also by the nurturing encouragement that he has given to students and colleagues, to which this volume is a tribute.

Nguyen The Anh’s scholarship covers a wide range of topics and reveals a fresh and lively mind that is not confined by any form of dogma. He pioneered the study of the Nguyen dynasty long before it became fashionable to do so. This was the only major Vietnamese dynasty not based in Hanoi; it was a “southern” dynasty that could not be accommodated in a Hanoi-centric historiography except as a type of disloyalty to the nation, and, thusly categorized, it was considered unworthy of study. By researching this dynasty, Nguyen The Anh did not simply indicate resistance to the romanticized xenophobic heroics of revolutionary nationalism, and he did not merely open intellectual space for other ways of conceptualizing a Vietnamese historiography, but he offered a positive content to this option, a Vietnam engaged with the outside world rather than reactive and embattled, a Vietnam that had the intellectual confidence to accept and work through the inevitable confusions of rapid change and negotiated reform rather than giving in to the revolutionary temptation to set everything right with great spams of violence. This is increasingly important as Vietnamese studies moves further into the post-revolutionary era and as Vietnamese search with increasing urgency for alternatives to a worn-out vision of their national past.

My own appreciation of Nguyen The Anh can be conveyed by three themes that I believe are exemplified in his life and work: he reveals the creative energy produced by cross-border encounters whether understood as intranational or international; eschewing the simplistic inevitabilities of revolutionary ideology, he reveals national modernity in the experience of those who, once the revolutionary storm has been endured, must still live with the vicissitudes of gradual reform and change; finally, he reveals how, in the diaspora, a positive historiographic vision of the Vietnamese nation is kept alive through efforts to authorize Vietnam’s place in the contemporary world with a Vietnamese past that does not continually recycle in new forms of dogmatism.

Within these three themes is a tension between two fundamentally different ways of imagining Vietnam’s entrance to the modern world; these ways are exemplified by the two men who have become emblematic of early twentieth-century Vietnamese thought: Phan Boi Chau and Phan Chu Trinh. While Phan Boi Chau stood for revolutionary violence to resist French colonialism, Phan Chu Trinh advocated using the French to achieve reform and national renewal without violence. Those who chose to follow the path of violence has unsurprisingly prevailed; in doing so, they proposed a historiography that aims to justify the violence their ambitions have produced, and they propagated a national caricature of heroes constantly at war against foreign agression. What time has shown is that the wisdom of Phan Chu Trinh was deeper than that of Phan Boi Chau. Violence offers no shortcut to the future; on the contrary, it cuts a swath of human pain and fear that makes a mockery of the end to which it is thought to be a means.

The wisdom of Phan Chu Trinh is to openly encounter the alien with confidence that what is truly worth preserving, one’s own moral nature, cannot be destroyed without one’s own complicity. He understood the nation not as the fixed identity demanding obedience but as a project in motion inviting participation. In contrast, the career of Phan Boi Chau was propelled by a simple-minded determination to expel the foreigner in the name of a national identity that would in some natural way reassert itself once this was accomplished. The Vietnamese communists followed the path of Phan Boi Chau and we can now evaluate the results of that experiment as Vietnam continues to recover from decades of war and now struggles to enter the modern world on the path of Phan Chu Trinh.

The range of Nguyen The Anh’s scholarship is truly remarquable. He has writing many detailed studies of specific topics as well as broad studies that synthesize and analyze information from long periods of time. His work includes historical studies of geology, agriculture, and climatology; ideology and religion including Buddhism, Confucianism, popular religion and Marxism; commerce and trade; warfare; Sino-Vietnamese relations; relations between Vietnam and the West; East Asian and Southeast history; the history of the U.S.; the history of Vietnam generally; topics in Vietnamese history from the 15th through the 20th centuries, with particular emphasis on the Nguyen Dynastic and the French Colonial periods; and also studies of post-1945 Vietnamese history. This body of works engages all three themes mentioned above (border experiences, non-revolutionary nationalism, and a global view of the nation) with a large-minded confidence in being Vietnamese that can focus upon contact and change rather than identity and battle.

For example, in his work, borders are primarily places of encounter rather than demarcation. This theme to some extent can be understood as reflecting a “southern” rather than a “northern” Vietnamese perspective on borders. While the northern Vietnamese border has been fixed in one place for centuries, the southern border had expanded dramatically and has opened up contact with many other peoples and polities. A suspicion of “foreigners” and a defensive attitude toward borders is often taken as a “traditional Vietnamese perspective,” but, if so, it ignores the southern experience, which has successfully tested a sense of “being Vietnamese” amidst great cultural, linguistic, social, and economic diversity.

In the same vein lies a stream of thought about how the nation has entered what we call the modern world. While the dominant view has emphasized northern-oriented visions of national continuity going back thousands of years as the cornerstone of the modern nation, Nguyen The Anh understands the implications of a very simple fact: that the modern nation of Vietnam is gift of the south. It arose in the south, from Saigon, in the late eighteenth century, with the founders of the Nguyen dynasty, which created, for the first time ever, the Vietnam that we see on the map today. This Vietnam was put together by armies marching north, not south, from the so-called “frontier,” often disdained as a place of contamination, not from the “ancient heartland” celebrated by revolutionary enthusiasts.

Also, when southern viewpoints were disallowed expression in Vietnam, Nguyen The Anh has provided leadership for international scholarship that has remained free to explore the great complexity of Vietnamese culture and historical experience, moving far beyond the brave simplicities of revolutionaries. This is a great gift for Vietnam today as the post-revolutionary era offers opportunities for a more diverse climate of opinion.

Finally, I want to mention a fourth aspect of Nguyen The Anh’s legacy, which is of a different order, namely his reputation as an excellent historian who has rigorously studied texts and archival materials. He has been a mentor for many students who have learned how to be scholars from his example, and this will continue to have a positive effect upon the study of Vietnam in the future. Although his work arrives at theoretical implications, it grows from the discipline of scientific investigation rather than from prior ideological commitments.

For many scholars of Nguyen The Anh’s generation, living through the great upheavals caused by the decline of colonialism, the rise of revolutionary nationalism, and civil wars for control of the nation state, scholarship is a form of politics, a means to affirm a moral judgment against one’s political enemies, a sublimated form of resentment directed not only at what is understood as a dominating alien power of a rival national power, but also at once’s national self because of the nation’s inability to maintain the uncontaminated purity of its pre-colonial origins. Nguyen The Anh’s work has not succumbed to this simplistic reduction of scholarship to ideology. On the contrary, it has been a constant source of inspiration for scholarship that responds to an unfettered human curiosity about the past and a commitment to scientific methodological norms. This is no small achievement in the context of modern Vietnamese studies. […]

Keith W. Taylor, 2008.


Lien vers l’ouvrage : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/monde-du-viet-nam-vietnam-world/

The Intellectual History of Buddhism in the Republic of Viet Nam (1955-1975)

Parution d’un important numéro spécial multilingue sur le mouvement bouddhiste sous la République du Viêt-Nam (1955-1975) sous la direction de Olga Dror (Texas A&M University) et de Wynn Gadkar-Wilcox (Western Connecticut State University). N° 35 de la Kyoto Review of Southeast Asia, accès en ligne.

Images of Buddhist protest are an enduring part of the collective memory of the Second Indochina War. Along with the most iconic image of Thích Quảng Đức’s June 1963 self-immolation in protest of Ngô Đình Diệm’s Buddhist policy, images of marches and protest meditations in Saigon abound. On the surface, the proximate reasons for these protests have been well understood since they began: in 1963, groups of politically active Buddhist monks, led by a faction from Huế were upset over the Diệm administrations heavy-handed enforcement of a restriction on sectarian flags, and over Diệm’s insensitivity to Buddhist concerns. In 1965-66, Buddhists, again led from Huế and now politically engaged on an even broader level, were calling for a swift end to military dictatorship; some went further and called for a withdrawal of US troops and a negotiated settlement to end the war.

[…]

This volume presents an exploration of this intellectual context for Buddhist political actions in Vietnam in the 1960s. Each essay focuses on exploring the motivations of key Buddhist actors. They attempt to delve into key Buddhist journals and texts to discover the connections between political actions of the 1960s and Buddhist experiences from the 1930s to 1950s. 

Lire la suite : The Intellectual History of Buddhism in the Republic of Viet Nam (1955-1975) – Kyoto Review of Southeast Asia

Sommaire :

Article 1


Article 2


Article 3


Article 4


Article 5