Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Olga Dror : How China Used Schools to Win Over Hanoi

[ndlr] Signalement d’un article qui trouve une résonance particulière dans le contexte sino-vietnamien actuel.


How China Used Schools to Win Over Hanoi

by Olga Dror

In December 1966, the Democratic Republic of Vietnam, or North Vietnam, and the People’s Republic of China signed an agreement to establish schools for North Vietnamese children in China, with China providing the facilities, funds and equipment. America’s bombing campaign over North Vietnam was in high gear, and Hanoi wanted to move its students to a safe place.

What is truly remarkable about this cross-border educational effort was that it began in the midst of the Chinese Cultural Revolution, which started in May 1966 and destroyed the Chinese educational system (and left the Chinese economy in shambles). But the Chinese were willing to carve out space for the North Vietnamese because doing so served a higher, geopolitical purpose: competing with the Soviet Union for leadership of the global communist movement.

The Chinese program, known as Project 92, covered school construction and teaching equipment, as well as funds for daily expenses (the “92” refers to Sept. 2, 1945, the day Vietnam declared independence from France). One facility, the School of Sept. 2, was established specifically for children who had been relocated from South Vietnam. Another school, for military cadets, bore the name of Nguyen Van Troi, a young Saigonese who in May 1963 attempted to assassinate the American defense secretary, Robert McNamara, during his visit to South Vietnam, and who was executed by firing squad. Because the Chinese military was less affected by the Cultural Revolution than its civilian educational system, the military led the construction efforts.

Lire la suite : New York Times, 26/01/2018

Olga Dror is an associate professor of history at Texas A&M University and the author of the forthcoming book “Making Two Vietnams: War and Youth Identity, 1965-75.” This article draws on material that will appear in an essay in the spring 2018 issue of the Journal of Cold War Studies.


Illustration « à la une » : Chinese militia members pledged support for Vietnam in its war against the United States in 1966 © Bettmann/Getty Images

Cao Dai, une religion vietnamienne dans la banlieue de Paris – par Sylvia Romanelli [2016]

[ndlr] Récit visuel intéressant sur une religion vietnamienne assez méconnue. Publié par Sylvia Romanelli sur Storybuilder le 14 février 2016.

Si l’on en croit les guides touristiques du Vietnam, là où cette religion est née, le caodaïsme est « la rencontre de l’Occident et de l’Orient », un pot-pourri au vague goût new age, qui mélange les bodhisattvas bouddhistes avec les séances de spiritisme, et le yin et le yang du Taoïsme avec un décor kitsch au pur style Disney. Ajoutons enfin, cerise sur le gâteau, une vénération pour le moins inattendue pour Victor Hugo, William Shakespeare ou encore Jeanne d’Arc ; et tous les ingrédients sont là pour donner l’image d’une religion ridicule et grotesque, difficile à prendre au sérieux.

Mais il faut regarder un peu plus en profondeur.

Visite au temple d’Alfortville, en banlieue parisienne, pour découvrir une communauté qui s’interroge sur les moyens de transmettre aux jeunes de la deuxième génération le sens d’une religion dont la langue et les repères culturels leur échappent chaque jour davantage.

Lire la suite : StoryBuilder

Merrill A. McPeak : Bombing the Ho Chi Minh Trail

[ndlr] Article paru dans le New York Times le 26 décembre 2017, descente aux enfers sur la Piste Hô Chi Minh.

I spent 1967 flying air shows with the Thunderbirds, the Air Force aerobatic team, and worrying the war in Vietnam would be over before I got there. All my fighter pilot buddies were in the thick of it, and here I was in front of friendly crowds instead of enemy troops — recruiting duty instead of combat — and in an assignment I couldn’t leave before completing a two-year tour.

I needn’t have worried; the war would wait for me. When my turn came, I logged 269 sorties, many of them highly classified because we weren’t supposed to be flying over Laos. But we were, and my outfit’s job was to stop traffic down the Ho Chi Minh Trail.

Interestingly, the North Vietnamese didn’t call it the Ho Chi Minh Trail. It twisted through the Truong Son Mountains of the Central Highlands, which run nearly the length of Vietnam along its border with Laos and Cambodia. For the North, the trail was either the Truong Son Strategic Supply Route, or Highway 559, numerals that memorialized the month (May) and year (1959) the government of North Vietnam reached a formal decision to provide active support to the insurrection in the South.

Hanoi could never have sustained military operations in the South without a way to send men and supplies into the region. Of course, neither could we. We built an impressive, modern infrastructure — air bases, port facilities, pipelines, the huge supply depot at Long Binh.

Meanwhile, starting in the late 1950s, North Vietnam appropriated a piece of Laotian real estate the size of Massachusetts and constructed an infrastructure that in many ways mirrored ours: hundreds of miles of road, communications centers, ammo dumps, stockpiles of food and fuel, truck parks, troop bivouacs. The North Vietnamese did this in a much more difficult environment: a sparsely populated region of rugged mountains, triple-canopy jungle and dense primeval rain forest. It was one of history’s great achievements in military engineering, and all of it hidden from sight except for the trace of the road itself.

Lire la suite : New York Times

Illustration « à la une » : Merrill McPeak in Vietnam © NYT

Pierre Asselin : Vietnam’s American War – A History

[ndlr] Parution le 11 janvier 2018 du nouvel ouvrage de Pierre Asselin portant sur la conduite de la guerre vue de Hanoi.

Communist forces in the Vietnam War lost most battles and suffered disproportionally higher casualties than the United States and its allies throughout the conflict. The ground war in South Vietnam and the air war in the North were certainly important in shaping the fates of the victors and losers, but they alone fail to explain why Hanoi bested Washington in the end. To make sense of the Vietnam War, we must look beyond the war itself. In his new work, Pierre Asselin explains the formative experiences and worldview of the men who devised communist strategies and tactics during the conflict, and analyzes their rationale and impact. Drawing on two decades of research in Vietnam’s own archives, including classified policy statements and reports, Asselin expertly and straightforwardly relates the Vietnamese communist experience – and the reasons the war turned out the way it did.

Continuer la lecture de Pierre Asselin : Vietnam’s American War – A History

Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]

[ndlr] Appel à participation. Date limite : 14 janvier 2018.


Site and Space in Southeast Asia

Deadline: 14 January 2018

The organisers of Site and Space in Southeast Asia seek applications for participation in a two-year funded research opportunity exploring the art, architecture, and landscape of Southeast Asia.

Site and Space in Southeast Asia explores the intersections of urban space, art and culture in three cities—Yangon, Penang, and Huế—through collaborative, site-based research. With major funding from the Getty Foundation and partners from within and beyond the region, Site and Space in Southeast Asia seeks to support innovative research in the art and architectural histories of the region, foster professional networks among early career scholars, and expand engagement with an ever more global field.

Continuer la lecture de Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]

Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Dans le cadre de notre série Clés du Viêt-Nam contemporain, voici un premier aperçu des différents gouvernements vietnamiens entre 1945 et 1954. Les données seront complétés.

Continuer la lecture de Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Continuer la lecture de Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série « Vietnam ’67 », un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

Continuer la lecture de Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » – 24/11/2017

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire de recherche porté par l’ENS à Paris.

Le labex TransferS est heureux de vous annoncer l’ouverture d’un nouveau séminaire à l’École normale supérieure

« France-Vietnam : un portail entre les cultures », organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF)

La première séance se tiendra vendredi 24 novembre, de 17h à 19h, en salle Weil (ENS, 45 rue d’Ulm)

Périodiques Francophones d’Outre-Mer XXe-XXIesiècle : cas du Vietnam

par Franck Laurent et François Vignale, Université du Maine

L’objectif du projet PERFROM est de constituer un réseau de chercheurs travaillant, selon des approches diverses, sur la presse périodique en langue française hors d’Europe, des années 1830 jusqu’à nos jours. Le Vietnam constitue un terrain intéressant parce qu’en raison de la richesse et de la variété de sa production imprimée, il offre la possibilité de confronter sur un laps de temps court (1920-1940) l’ensemble des formes et des contenus propres à la presse périodique en situation coloniale.

Suivi par « Étude sur la revue Indochine hebdomadaire Illustrée« , présentée par Lê Ngoc Phu (étudiant à l’EPHE).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Le séminaire se tiendra un vendredi par mois. L’ensemble du programme sera prochainement disponible.

Source : TransferS

Pham Xuan Thach : Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain – 01/12/2017

[ndlr] Annonce de la Section des Études vietnamiennes de Paris.

Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) est très heureuse de recevoir Pham Xuan ThachProfesseur à l’Université Nationale de Hanoi pour une intervention intitulée :

Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain

Comment écrire librement la guerre lorsque la guerre et l’écriture elles-mêmes sont des actes hautement idéologiques ? Pham Xuan Thach analysera deux figures de la littérature vietnamienne contemporaine : Bao Ninh dont l’unique roman, Le Chagrin de la guerre, demeure un des textes majeurs des années 1986-1991, et Nguyen Binh Phuong dont la création domine la scène littéraire depuis 1991. Quelles empreintes le réalisme socialiste a-t’il laissé dans l’œuvre de Bao Ninh ? Comment a-t-il dû combattre cette doctrine dominante pour forger son propre discours sur la guerre ? De quelle manière Nguyen Binh Phuong, quant à lui, a-t-il pu se libérer du cadre idéologique dont il est issu ? Plus généralement, dans quelle mesure la littérature vietnamienne a-t-elle pris congé des héritages du réalisme socialiste durant ces trois dernières décennies ?

Il interviendra le vendredi 1er décembre 2017, de 16h à 17h30dans l’amphi 4 de l’Inalco (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris).

Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous.

Soyez les bienvenus !