Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

H-Diplo Roundtable XX, 2 on Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology

[ndlr] Une table ronde sur le dernier ouvrage de Tuong Vu, à lire sur le site de H Diplo.

Roundtable Editors: Thomas Maddux and Diane Labrosse

Roundtable and Web Production Editor: George Fujii
Introduction by Peter B. Zinoman

Tuong Vu.  Vietnam’s Communist Revolution:  The Power and Limits of Ideology.  Cambridge:  Cambridge University Press, 2017.  ISBN:  9781107154025 (hardback, $105.00); 9781316607909 (paperback, $35.99).

URL: http://www.tiny.cc/Roundtable-XX-2

Contents

Introduction by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

© 2018 The Authors.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 United States License.

 

Introduction

by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

I this forum on Tuong Vu’s Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology, four distinguished historians address critical questions raised in the book about the history of Vietnamese Communism. They include Christopher Goscha (the most important historian of Vietnam writing today in English), Sophie-Quinn Judge (author of the best biographical study of Ho Chi Minh in any language), Stein Tønnesson (a prolific scholar of the ‘international’ history of Vietnam in the 1940s) and Alec Holcombe, (a brilliant young historian of Vietnamese Communism). The four participants sort themselves into two factions, a war-era faction (Quinn-Judge and Tønnesson) who reject Tuong Vu’s central claims, and a post-war faction (Goscha and Holcombe) who endorse them. The division on exhibit here confirms that, despite the passage of over four decades, old disputes over interpretations of the Vietnam War remain unresolved.

While many Western-language studies have explored discrete periods in the history of Vietnamese Communism, Vietnam’s Communist Revolution is the first sweeping examination of the movement from its origins in the 1920s through the post-Vietnam War era. Based on a trove of vernacular-language sources of unparalleled scope and depth, it proposes a novel and interesting periodization of Vietnamese Communism (1917-1930, 1931-1940, 1940-1951, 1953-1960, 1957-1963, 1964-1975, 1976-1979, 1980-1991, 1991-2010) and offers a wide-ranging account of its evolution over time.   The historical insight featured in the book is especially impressive given Tuong Vu’s disciplinary background in political science. Supplementing his arguments about continuity and change, Tuong Vu advances the straightforward thesis that the most influential factor in the history of Vietnamese communism has been its leaders’ unwavering devotion to the political ideas of Karl Marx, Vladimir Lenin, Joseph Stalin, and Mao Zedong. This thesis makes a modest contribution to the political science scholarship, Tuong Vu notes, by adding “another case to the comparative literature, demonstrating the salience of revolutionary ideology in world politics” (13). In the context of Vietnam War studies, on the other hand, Tuong Vu’s thesis represents a forceful intervention into one of the oldest and most contentious debates in the field.

During the Vietnam conflict, ‘hawks’ and ‘doves’ disagreed about the fundamental political orientation of America’s enemy. For hawks, both the northern Democratic Republic of Vietnam (DRV) and the guerilla insurgency that it supported in the southern Republic of Vietnam (RVN) were principally motivated by a version of Communist internationalism. As evidence, hawks pointed to Ho Chi Minh’s long career as a Comintern agent, the integration of the DRV into the Eastern bloc, the violent social revolution (including the land reform and collectivization) that the Party spearheaded in the North, and the Vietnamese movement’s formal veneration of Mao and Stalin.  For hawks, the Communist leadership’s relentless and ultimately successful drive to conquer South Vietnam derived from a quasi-religious desire to liberate countrymen oppressed by capitalism and imperialism.

For doves, on the other hand, the Vietnamese Communist leadership’s core motivation was nationalism. As evidence, they pointed out that the two great causes animating the movement between 1925 and 1975 were freedom from colonial rule and territorial unification. They also found an intense nationalism in the trope of ‘resistance to foreign invasion’ that saturated the historical narratives and political culture promoted by Vietnamese Communism.  For doves, the critical nationalist agenda of the Vietnamese Communists was an important reason why the containment doctrine should never have been applied to the country and why the American intervention was misguided from the start.

Tuong Vu’s argument about the devotion of Vietnamese Communist elites to a radical leftist ideology reprises the hawkish position but he fortifies it significantly by mobilizing a massive new body of corroborating evidence. “In researching his topic,” Holcombe points out, “Tuong Vu took advantage of thousands of Party resolutions, orders, circulars, and general policy statements made public by the Vietnamese government in its 2001 Party Documents series. He appears to have read, cover to cover, every one of this series’ fifty-nine volumes, along with a variety of newspapers, archival materials, memoirs, and secondary scholarship.” Tuong Vu’s exceptionally wide reading impresses even his toughest critics. Tønnesson praises his “thorough research and impressive erudition” while Quinn-Judge, in an otherwise unsympathetic review, acknowledges that the “author has gone farther and deeper into this topic than any previous writer in English.”

While they do not map on to each other with complete precision, the dovish and hawkish positions dovetail with contending schools of historical interpretation of the Vietnam War known as orthodoxy and revisionism. The persistence of these tendencies in the field may be seen in two issues raised in the Forum about which reviewers express conflicting views. The first is the so-called ‘lost opportunity thesis’ which argues that an irrationally anti-Communist United States rejected friendly overtures from Ho Chi Minh during the 1940s and 50s thus driving the Vietnamese Communists into the arms of Beijing and Moscow. Citing copious textual evidence, Tuong Vu rejects this thesis, arguing that the zealous ideological partisanship of the Vietnamese leadership at the time made an alliance with America unlikely in the extreme. Goscha and Holcombe support Tuong’s Vu’s rejection of the ‘lost opportunity thesis,’ with Goscha noting that a similar argument about a lost American opportunity in communist China has been called convincingly into question by scholars such as Chen Jian.[1] Quinn-Judge and Tønnesson, on the other hand, continue to endorse ‘the lost opportunity thesis,’ with Quinn-Judge arguing that it was American intransience that radicalized the DRV.

A second issue over which reviewers disagree is Tuong Vu’s argument about internal factionalism within the Communist leadership. For Tuong Vu, factionalism in the Party has been overrated, as has a theory that the leadership was split between a moderate nationalist wing headed by Ho Chi Minh and a radical, internationalist wing led by Le Duan. Calling into question the characterization of Ho Chi Minh as a moderate nationalist, Tuong Vu suggests that what is most striking about the Vietnamese Communists was their shared commitment to the same overarching ideological project.   With some minor caveats, Holcombe endorses this interpretation adding that doves inflate the significance of factionalism within the Vietnamese Communist leadership for two instrumental reasons: it evokes the presence of moderate Communist elites who deserved American support and it heightens a contrast between a flexible, moderate Ho Chi Minh and a rigid extremist United States. Quinn-Judge and Tønnesson remain unconvinced by this revisionist argument.  The former argues that Ho Chi Minh was a moderate pragmatist with a strong nationalist streak. The latter attempts to resuscitate the fifty-year old interpretive scheme advanced by Huynh Kim Khanh which highlighted a conflict between ‘national patriots’ (led by Ho Chi Minh) and ‘proletarian internationalists’ (ultimately the Le Duan and Le Duc Tho faction).[2]

Contributors to the Forum raise additional questions and concerns. In response to Tuong Vu’s analysis of ‘factional divides within the party’ during the latter stages of the War, Goscha requests more historiography through additional engagement with the work of scholars who hold differing views. Holcombe attributes greater significance to Ho Chi Minh’s struggles with rivals in the 1930s and he disputes Tuong Vu’s optimistic speculation that the War was ‘winnable’ for the RVN. He also questions Tuong Vu’s conclusions about the ‘rationality’ of Hanoi’s post-war foreign policy. Quinn-Judge and Tønnesson question the book more aggressively. Quinn-Judge challenges its mono-causal explanatory framework and its static portrayal of Communist ideology. She restates her essentially sympathetic interpretation of Ho Chi Minh as a moderate, pragmatic nationalist, an argument of Tønnesson’s as well. Tønnesson rejects Tuong Vu’s overly rigid view of Communist ideology which, he claims, changed over time and included space for the expression of diverse positions.  He also argues that patriotism, not Communism, “carried the greatest normative weight for Vietnam’s Communist leaders.”

The critiques of Quinn-Judge and Tønnesson affirm the durability of divisions that date back fifty years. But they also introduce little new concrete evidence to back up their claims. This contrasts with the massive excavation of primary source material carried by Tuong Vu. Owing to his prodigious labors, the weight of the empirical record tips significantly in favor of his revisionist thesis.

ANOM : Dossiers de surveillance sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh

[ndlr] Voici une description détaillée de la documentation disponible sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence. Un instrument de recherche réalisé par Olivia Pelletier, conservateur du patrimoine, spécialiste de l’Indochine.

Cet instrument de recherche n’est pas l’inventaire d’un fonds particulier. Il s’agit de la description détaillée des dossiers de surveillance de Nguyen That Thanh alias Nguyen Ai Quoc, le futur Hô Chi Minh, conservés aux Archives nationales d’Outre-Mer. Ces dossiers dont l’ensemble représente plus de 9000 feuillets ont été établis par les différents services de la Sûreté française en Indochine et en métropole entre 1919 et 1955.

La première partie de l’instrument de recherche concerne le dossier (1 article) issu du fonds du Service de Liaison des originaires des territoires français d’outre-mer (SLOTFOM), établi par le service de la Sûreté en métropole entre 1919 et 1927 ; la deuxième partie décrit les documents (7 articles) produits en Indochine et conservés dans le fonds du Service de protection du corps expéditionnaire (SPCE) rattaché au cabinet du Haut commissaire.

Voir aussi : ANOM

L’Humanité : Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné [1932]

[ndlr] Depuis quelques jours, l’itinéraire si particulier du révolutionnaire Nguyên Ai Quôc est de nouveau questionné sur la toile. Celui qui deviendra la Président Hô Chi Minh serait mort à Hong-Kong en 1932 comme le rappelle cet article du journal L’Humanité, publié à l’époque et désormais disponible sur Gallica. Autant dire que cela jette le trouble sur l’itinéraire marqué de zones d’ombre de cette personnalité mondialement connue, qui pris le soin de rédiger par deux fois sa propre biographie sous des pseudonymes. Si le décès de Quôc en 1932 était avéré cela constituerait une révolution à la fois historique et historiographique mais rien n’est moins sûr. Ce dossier aux allures de « théorie du complot » remue la blogosphère vietnamienne depuis dix ans lorsqu’un chercheur taïwanais publia en 2008 une biographie controversée et contestée sur Hô Chi Minh/Nguyên Ai Quôc affirmant qu’il s’agissait de deux hommes différents. Qu’en pensent les biographes renommés (Pierre Brocheux, William Duiker, Daniel Hémery, Sophie Quinn-Judge…) ? L’Humanité a-t-il publié un démenti plus tardif ?

Seule l’ouverture des archives vietnamiennes (et éventuellement chinoises) accompagnée de la liberté académique dans ces deux pays permettront d’éclairer les zones d’ombre qui jalonnent l’itinéraire de ce personnage historique.

Avec le recul et la prudence nécessaires, nous proposons aujourd’hui ce document-source étonnant comme contribution à l’histoire.  

L’Humanité du vendredi 19 juin 1931 (28e année, n° 11875) rapporte l’arrestation de Nguyên Ai Quôc à Shanghai. Il s’agit en réalité de Hong Kong. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Les impérialismes solidaires

Les Anglais arrêtent à Shanghaï le révolutionnaire annamite N’Guyen Aï Quoc

Les dépêches annoncent que la police anglaise a arrêté à Shanghaï le communiste annamite Nguyen Ai Quoc, ainsi qu’un Français du nom de Serge Lefranc (?).

La presse bourgeoise célèbre cette « importante capture ».

Il est certain que Nguyen Ai Quoc, qui milita en France pour l’adhésion de notre Parti à la Troisième Internationale et poursuit, depuis dix ans, une action énergique pour l’organisation de ses frères annamites, est l’un des meilleurs pionniers du mouvement communiste mondial.

Nous le saluons au moment où, comme Tao, il est frappé par la répression internationale.

L’impérialisme anglais de McDonald est ici en collaboration étroite avec l’impérialisme français, servis par nos chefs socialistes nationaux.

Mais nos adversaires délirent lorsque M. Jean Tourène, du Journal, ils affirment que l’arrestation en Chine de Nguyen Ai Quoc va arrêter le mouvement annamite.

Pas plus celle que Tao, pas plus celles que les fusillades du Premier Mai et les déportations en masse, l’arrestation de Nguyen Ai Quoc ne brisera l’élan révolutionnaire des travailleurs indochinois. Celui-ci a une base sociale trop solide.

C’est au contraire la révolution annamite qui, en chassant l’oppresseur, glorifiera les courageux camarades qui, comme Tao, comme Nguyen Ai Quoc et des milliers d’autres se sont dévoués à la cause des travailleurs d’Indochine.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403934z

Dans L’Humanité du mardi 9 août 1932 (29e année, n° 12292), sa mort est annoncée et un hommage lui est rendu. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Luttons pour libérer l’Indochine

Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné

Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois emprisonné par l’impérialisme britannique, de complicité avec l’impérialisme français est mort de la tuberculose à l’infirmerie de la prison de Hong Kong.

Militant héroïque, il ne cessa durant toute sa vie de se dépenser sans compter pour faire pénétrer le communisme dans l’Indochine opprimée par le fer et par le feu par l’impérialisme français ; pour grouper les masses ouvrières et paysannes pour la lutte libératrice.

Il fonda le Parti communiste indochinois qui fut à la tête des luttes des ouvriers et des paysans, et qui malgré la terreur que fait régner l’impérialisme, les conduira, avec le soutien actif du prolétariat de France, à la victoire.

L’impérialisme a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais il ne réussira pas à étouffer la lutte du peuple indochinois pour sa libération. Il vient d’interdire la plantation du riz pour « remédier» à la crise économique, mesure qui n’aura d’autre effet que d’accentuer la famine ; il vient d’incendier le village de Son Duong, jetant ainsi 64 familles sur la route. Mais 2.000 coolies licenciés des plantations de caoutchouc ont organisé une marche de la faim sur Saigon.

L’impérialisme français a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais malgré les milliers d’arrestations de vaillants communistes, d’ouvriers et de paysans qui ont lutté pour leur droit à la vie et pour leur libération, notre Parti communiste frère d’Indochine reste inébranlable à la pointe du combat. Des dizaines de nouveaux militants et révolutionnaires se lèvent pour continuer l’oeuvre de Nguyen Ai Quoc.

Au moment même où l’Impérialisme assassine Nguyen Ai Quoc dans ses prisons, l’héroïque Parti communiste d’Indochine lance son programme d’action qui sera le guide de millions d’ouvriers et de paysans dans leur lutte contre l’impérialisme français.

Le comité central du Parti communiste français, en s’inclinant devant la dépouille du chef communiste Nguyen Ai Quoc, salue avec enthousiasme le programme d’action du Parti communiste indochinois, signé de son comité central provisoire qui continuera et amplifiera la lutte commencée avec Nguyen Ai Quoc.

Ce document montre le degré de maturité auquel est parvenu notre jeune parti frère. Il prouve qu’en dépit d’une répression dépassant en horreur les plus sauvages atrocités des débuts du colonialisme, en dépit des monstrueux massacres de Nghe Tinh et de Nghe An, en 1930, l’impérialisme français n’a pu empêcher notre Parti frère d’Indochine de grandir, de se renforcer, de se lier chaque jour plus profondément a la lutte du peuple indochinois, aux prolétaires avant tout.

L’impérialisme français vient d’assassiner à la prison de Saïgon notre camarade Likvey, secrétaire du Parti communiste et de faire mourir en prison le fondateur de ce parti.

Le Comité central du Parti communiste Indochinois lui répondra par le développement, de son programme d’action qui libérera l’Indochine des vampires impérialistes et de leurs soutiens, les socialistes français et les féodaux bourgeois indigènes.

L’Humanité publiera des extraits du programme d’action du P. C. I.

Le Comité central du Parti communiste français appelle la classe ouvrière française à renforcer son alliance de combat avec le peuple indochinois, affamé et torturé, dans une lutte accentuée contre l’ennemi commun : l’impérialisme français.

Il demande particulièrement aux ouvriers socialistes d’entrer dans ce front, unique anti-impérialiste et de s’écarter de la voie sanglante du colonialisme où veut les entraîner leur parti, celui de Varenne, cette voie hideuse des têtes coupées réclamées par la fédération socialiste du Tonkin après Yen Bay et après l’insurrection du Nord-Annam.

Il demande aux soldats et aux marins français, coloniaux et légionnaires, eux aussi ouvriers et paysans, de ne jamais oublier que l’ouvrier, le coolie, le nha-qoué [nhà quê, paysan] d’Indochine sont leurs frères et que leurs vrais ennemis sont les oppresseurs de ce peuple martyr qui les envoient mourir sous un climat meurtrier pour les seuls intérêts des capitalistes français, des rois du caoutchouc, de l’industrie, de la banque.

Au moment où notre parti frère publie son programme d’action, puisons dans l’exemple de nouvelles forces pour soutenir leurs luttes libératrices et mener la nôtre propre en renforçant sur tous les terrains notre action révolutionnaire contre notre propre impérialisme.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404359z.item

Articles évoquant cette polémique :

Principales biographies sur Hô Chi Minh :

  • Hémery, Daniel [1990], Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard, 2013, nouvelle édition.

Nous invitons nos lecteurs/trices à relire également outre les biographies mentionnées ci-dessus l’ouvrage collectif édité en 1990 intitulé en français : Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới La Voie Nouvelle, 1990  et en vietnamien : Hồ Chí Minh. Sự thật về thân thế và sự nghiệp, Paris, Nhà Sách Nam Á, 1990.

FG

MàJ 07/09/2018

 

Bui Tin : « De la reddition de Saigon à l’exil en France et à la dissidence » par Charles Antoine de Nerciat [2000]

[ndlr] A l’occasion du décès du dissident Bui Tin, nous reproduisons ci-après l’article biographique de Charles Antoine de Nerciat, rédigé pour l’AFP en 2000. Notez que Bui Tin réfutait en 2013 avoir recueilli la reddition du gouvernement de Saigon mais était seulement présent en tant que journaliste, témoin historique, et néanmoins le plus haut gradé de l’armée populaire sur les lieux. Sur son rôle voir l’interview de Mặc Lâm sur RFA (30/04/2013).

PARIS – Le colonel Bui Tin, de l’armée de Hanoi, a assuré sa place dans l’histoire lorsqu’il a recueilli, le 30 avril 1975, la reddition de Saigon, mettant ainsi avec éclat un point final à quelque 30 années de guerre au Vietnam. A vrai dire, c’est un peu le hasard qui a mis ainsi, ce jour-là, à la vedette cet officier dont les galons ont été gagnés dans les grandes batailles livrées par les troupes communistes de Ho Chi Minh contre le corps expéditionnaire français, d’abord, puis contre les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens.

« Ca s’est déroulé accidentellement », a-t-il observé dans une interview à l’AFP. « Je n’y vois aucun mérite ». Bui Tin était bien l’officier du rang le plus élevé à pénétrer dans le palais présidentiel de Saigon –rebaptisée, depuis, Ho Chi Minh Ville –, mais, s’il était là, c’était non pas comme chef d’une unité mais comme correspondant de guerre du Quan Doi Nhan Dan, le journal de l’armée. Aussi, une fois la brève capitulation accomplie, s’est-il retiré dans un coin pour rédiger son article. Son papier terminé, il s’est enfin laissé aller à la détente. Il était, a-t-il raconté, « dans un état d’exaltation ». Cet état d’esprit ne devait pas durer longtemps.

Photo publiée dans le Viet Bao Online en 2012 dans un article de Bui Tin sur la chute de Saigon, le 30 avril 1975 © DR

 

« La désillusion à l’égard du régime de Hanoi est survenue pour moi immédiatement après avril 1975 », a déclaré Bui Tin. « On nous parlait de réconciliation nationale et de clémence des vainqueurs. Et voilà que militaires et fonctionnaires du régime vaincu étaient expédiés, par centaines de milliers, dans des camps de rééducation, soumis à une politique bizarre de travaux forcés, de sévices et de bourrage de crâne. » Le comportement de la police à l’égard des « boat people » devait, lui aussi, révolter Bui Tin qui accuse les forces de sécurité de s’être fait payer de substantiels pots-de-vin pour laisser ces réfugiés quitter clandestinement leur pays, souvent à bord de bateaux surchargés. « C’était rançonner les gens en or ou en dollars. Pour les envoyer à la mort », dit Bui Tin.

Maintenant âgé de 73 ans, l’officier à la tenue et au casque verts de jungle qui a reçu la reddition du dernier président sud-vietnamien, le général Duong Van Minh — le « Grand » Minh, ainsi surnommé du fait de sa taille inhabituelle pour un Vietnamien –, avait commencé sa carrière de combattant révolutionnaire dans les tous débuts de la guérilla contre les forces françaises. En 1954, il était à Dien Bien Phu lorsque l’armée communiste de Ho Chi Minh, devenue une force redoutable, remporta une victoire éclatante sur les troupes coloniales françaises, mettant fin à la domination de la France sur le Vietnam. Puis, ce furent les longues et dures années de combats contre les troupes américaines et sud-vietnamiennes. Bui Tin y a pris part, soit comme chef d’unités combattantes, soit comme correspondant de guerre.

Mais, en 1990, le voilà qui prend le chemin de l’exil, et s’installe à La Courneuve, près de Paris. Par une coïncidence, c’est aussi en France que vit, en exil également, le Grand Minh, et les deux adversaires de 1975, le Nord-Vietnamien vainqueur et sûr de lui et le général sudiste vaincu, sont entrés en contact l’un avec l’autre. Le Grand Minh, âgé de 84 ans et souffrant, s’est retiré de la vie publique.

Bui Tin, au contraire, multiplie pétitions et déclarations, devenant une des voix les plus écoutées de la dissidence vietnamienne. Il vient de publier en France un livre, « Vietnam, la Face cachée du Régime » – une mise à jour d’un premier ouvrage publié en anglais en 1992. Comme dans son livre, Bui Tin a fait part à l’AFP de son indignation face à ce qu’il qualifie de « corruption » et « d’arrogance » de la part des dirigeants du Vietnam. Il s’est élevé contre la mise à l’écart par les successeurs de Ho Chi Minh, décédé en 1969, du célèbre général Vo Nguyen Giap, le héros de Dien Bien Phu qui, au fil des années, a perdu tous ses postes et doit se contenter d’un rôle de figuration occasionnel dans les grandes manifestations du régime.

Bui Tin a aussi réitéré de précédentes critiques contre l’occupation, de 1979 à 1989, du Cambodge par le Vietnam. « Cela a été l’enlisement, coûteux sur le plan moral comme sur le plan matériel, source d’isolement international pour le Vietnam », a-t-il jugé. « Il fallait aller au Cambodge pour en chasser le régime criminel des Khmers Rouges, puis remettre ce pays entre les mains de l’ONU et des pays voisins de l’ASEAN ».

« Tout cela fait que nous avons perdu un quart de siècle. 25 ans après notre entrée dans Saigon, le Vietnam est un pays à la traîne par rapport à ses voisins, et un pays sans liberté. » 

Par Charles Antoine de Nerciat – AFP, le 11 Avril 2000.

Lu également sur le site archivé de Patrick Guenin

 

En complément, l’interview de Bui Tin accordée à RFA le 30 avril 2013 dans laquelle il revient sur son rôle de témoin lors de la reddition du gouvernement de la République du Viêt-Nam au Palais de l’Indépendance à Saigon (30 avril 1975).


 

Illustration « à la une » : photo de Bui Tin, journaliste au Nhân Dân © DR

Disparition du journaliste dissident Bùi Tín (1927-2018)

[ndlr] Le plus célèbre des dissidents vietnamiens, ancien journaliste et colonel de l’armée populaire du Viêt-Nam, réfugié en France depuis septembre 1990, est décédé le 11 août 2018 à Montreuil à l’âge de 91 ans. L’annonce a été faite par la BBC. Une voix importante pour la compréhension du Viêt-Nam contemporain s’est éteinte.

Ouest-France avec AFP, Vietnam. Mort en France d’un ex-colonel et dissident, Ouest-France, 12/08/2018.

  • Nhà báo Bùi Tín: ‘Hoa Xuyên Tuyết chính là khát vọng tự do’, BBC Vietnamese, 11/08/2018. Hoa xuyên tuyết là loài hoa ‘mỏng manh’, nhưng ‘mạnh mẽ’ và ‘kỳ diệu’, khiến người ta có thể tưởng tượng, liên hệ đến khát vọng, ước muốn tự do của dân tộc mình vươn lên khỏi mọi sự đàn áp, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín, người vừa qua đời hôm 11/8/2018 ở Pháp, hưởng thọ 91 tuổi, chia sẻ với BBC vài tháng trước khi ông mất từ Paris.
  • Nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín qua đời ở tuổi 91, VOA, 11/08/2018. Ông Bùi Tín, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến, cựu phó tổng biên tập báo Nhân Dân, chứng nhân của thời khắc lịch sử 30 tháng Tư, 1975 tại Dinh Độc Lập trong tư cách phóng viên chiến trường, vừa qua đời lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11 tháng Tám, tại bệnh viện André Grégoire, Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi. […]
  • Nhà báo Bùi Tín qua đời, RFA Vietnam, 11/08/2018. Nhà báo Bùi Tín, cựu Phó Tổng biên tập báo Nhân Dân, cơ quan ngôn luận của đảng Cộng Sản Việt Nam, vừa qua đời vào lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11/8 tại bệnh viện Andre Gregoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi.
  • “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, RFA Vietnam, 11/08/2018. “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, nhà báo Tường An, một người thân thiết với nhà báo Bùi Tín nói như vậy với chúng tôi vào rạng sáng ngày 11-8 từ Paris.
  • Nhà Báo Bùi Tín Từ Trần, Viet Bao Online, 11/08/2018. PARIS, Pháp quốc — Bản tin BBC cho biết nhà báo Bùi Tín đã qua đời lúc 1:25 sáng, giờ địa phương ngày 11/8 tại bệnh viện André Grégoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp, hưởng thọ 91 tuổi.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’analyse du journaliste Hoàng Long et au blog de Bùi Tín sur VOA

MàJ 12/08/2018

Décryptage 5 : Retour sur les rebelles décapités de juin 1894

[ndlr] Suite de notre billet décryptage du 28 mars 2014 : « Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam« .

Il y a quatre ans, à l’occasion d’un billet « décryptage » nous avions mis en évidence l’origine de la reproduction en gravure d’une photo de pirates décapités en 1894 que de nombreux articles vietnamiens en ligne liaient à l’exécution des protagonistes de la révolte de Yên Bai en juin 1930. Malgré une certaine ressemblance, il ne s’agit pas des têtes des treize militants du VNQDÐ (Parti national du Viêt-Nam) guillotinés à l’aube du 17 juin 1930 à Yên Bái.

Olivier, un lecteur de Mémoires d’Indochine vient de contribuer à cette enquête photographique en nous livrant plusieurs éléments clés au sujet de deux photos présentées dans notre billet de mars 2014.

En effet, il possède dans sa collection personnelle l’original de la photographie qui a servi à illustrer un article de L’Illustration (N°2685 du samedi 11 août 1894) puis par la suite à l’édition de cartes postales.

Vendeur professionnel spécialisé dans les photos anciennes, il a récemment acquis auprès d’un brocanteur un lot de photographies prises pour la plupart en Chine et en Indochine entre 1860 et 1895. Selon lui, il s’agit sans doute d’archives appartenant à un ancien militaire français en poste en Asie.

Première photo décryptée :

N°1 Jean-Marie Le Priol (XIX-XX) ou Pierre Dieulefils (1862-1937), Indochine (Vietnam), Têtes de pirates décapités, Juin 1894, légende manuscrite sur le montage en haut « Juin 1894, Prisonniers pirates échappés des prisons d’Hanoï après avoir assassinés les sentinelles, repérés à 8 km de la ville barricadés dans une pagode », tirage albuminé, dimensions tirage 23,2 x 17,4 cm., du montage 31,3 x 24,2 cm.

Seconde photo décryptée :

Plus intéressant encore, ce lecteur nous rappelle l’origine de la seconde photographie, également présentée sur plusieurs sites vietnamiens comme étant celle des corps décapités des militants du VNQDÐ à Yên Bái. Et là, nouvelle surprise, puisque nous ne sommes plus en Indochine coloniale mais dans la Chine impériale comme l’indique sa légende.

N°2 William Saunders (1832-1892), Chine, exécution publique, vers 1865-70, inscription manuscrite à la mine sur le montage en français « Exécution – Hong-Kong », numéroté dans le négatif « 32 », tirage albuminé, dimensions photographie 27,3 x 19,2 cm., montage 31,2 x 24,2 cm.

Ces compléments d’information très utiles nous rappellent l’intérêt qu’il y a à revenir à la source d’une image véhiculée sur la toile et, ici, porteuse d’une erreur historique.

Les deux photographies sont en ligne sur la page Facebook de l’auteur (AuDiableVauvert, magasin en ligne sur Ebay) que nous tenons à remercier chaleureusement.

FG, 27/07/2018

Au cœur de la guerre du Việt Nam : herbicides, napalm et bulldozers contre les montagnes d’A Lưới

[ndlr] Signalement d’un article en ligne et des travaux d’Amélie Robert, géographe, enseignante et chercheure associée de l’UMR 7324 CITERES (CNRS, Université de Tours).

Résumé : Situées dans la partie occidentale de la province de Thừa Thiên Huế (Centre-Việt Nam), les montagnes d’A Lưới ont été lourdement affectées par la guerre du Việt Nam (1961-1975). Zone refuge pour les Việt Cộng, traversées par la piste Hồ Chí Minh – axe stratégique pour ces derniers –, elles subissent de nombreux épandages d’herbicides et bombardements, y compris au napalm, avec une intensité plus grande que dans les autres unités paysagères. Ces pratiques sont perpétrées par les troupes américano-sud-vietnamiennes qui mènent une véritable guerre contre l’environnement de l’ennemi. Mais celui-ci est aussi à l’origine de perturbations. Il recourt notamment aux bulldozers pour la construction des nombreuses voies de la piste Hồ Chí Minh. La comparaison des cartes d’occupation des sols de circa 1954 et 1975, dressées le long de transects, révèle les dynamiques paysagères survenues pendant la guerre. Certains sylvosystèmes de la région montagneuse d’A Lưới régressent, surtout dans la vallée principale. Mais d’autres progressent, conséquences indirectes de la guerre. En raison des combats, les montagnards, ethnies minoritaires, modifient leurs pratiques puis désertent la région, favorisant ainsi la reconquête forestière sur les terres délaissées. Pour les Kinh, ethnie majoritaire, la guerre est l’occasion de se familiariser avec la région montagneuse, jusque-là délaissée.

Pour en savoir plus, voir la thèse de l’auteure (2011) :

  • Amélie Robert, « Dynamiques paysagères et guerre dans la province de Thua Thiên Huê (Viêt Nam Central), 1954-2007 – Entre défoliation, déforestation et reconquêtes végétales » (thèse téléchargeable sur Tel-Archives).

Publications et communications d’Amélie Robert sur le portail Hal-SHS

George Dutton – 2017 Premio Fondaçaõ Oriente (Oriental Foundation Prize)

[ndlr] Annonce de Judith A. N. Henchy sur le Vietnam Studies Group : « Congratulations to VSG member Professor George Dutton of UCLA, who was awarded the Portuguese Orient Foundation (Fondaçaõ Oriente) Prize 2017 for his book on Philiphê Bỉnh, “A Vietnamese Moses ».


Professor George Dutton’s latest book, “A Vietnamese Moses” receives the 2017 PREMIO FONDAÇAÕ ORIENTE (ORIENTAL FOUNDATION PRIZE)

Professor George Dutton’s latest book, A Vietnamese Moses (UC Press, 2017) has just received the 2017 Premio Fondaçaõ Oriente (Oriental Foundation Prize) for the best book on a topic related to the history of the Portuguese overseas empire in Asia. The prize is administered by the Portuguese Marine Academy on behalf of the Fondaçaõ Oriente, both of which are based in Lisbon, Portugal.

Source : UCLA

Vencedores  do Prémio “Fundação Oriente”/2017 

Em 29 de novembro o júri decidiu, por maioria, atribuir ex aequo o prémio “Fundação Oriente” /2017, no valor de cinco mil euros, aos trabalhos “A governação de Timor no século XVIII” e “A Vietnamese Moses”, da autoria de José Vilas Boas Tavares e George E. Dutton, respetivamente.

Source : Academia Marinha

 

Giáo sư Nguyễn Thế Anh : Theo dòng lịch sử [Tạp chí Xưa và Nay]

[ndlr] Présentation de l’ouvrage du professeur Nguyên Thê Anh, Directeur d’études émérite de l’EPHE dans le numéro 494 de la revue vietnamienne Tạp chí Xưa và Nay (4-2018), p. 54-55, recension de Nguyen Duy Long.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

« Masters of Their Own Destiny »: Asians in the First World War and its Aftermath [call for papers]

[ndlr] Annonce de l’IRASEC à Bangkok. 

L’Irasec organise avec l’université Chulalongkorn une conférence sur le thème  “Masters of Their Own Destiny”: Asians in the First World War and its Aftermath” qui se tiendra du 9 au 11 Novembre 2018 à Bangkok. Date limite d’envoi des propositions : 25 juillet 2018.

“Masters of Their Own Destiny”: Asians in the First World War and its Aftermath

 

An International Conference and a Photography Exhibition organized by the History

Department, Faculty of Arts, Chulalongkorn University and the Institute of Research on Contemporary Southeast Asia (IRASEC – CNRS)

 

Dates:                9-11 November 2018 

Venue:              Chulalongkorn University, Bangkok, Thailand

Despite being qualified as a “World War”, the First World War has long been studied primarily in a Eurocentric perspective, notwithstanding the massive participation of non-Western populations in the war (more than two million soldiers or workers, colonial and non-colonial, from Africa and Asia) and the importance of their expectations along with their disillusionment with the Paris peace treaties. In the last fifteen years, there has been greater interest in the participation of the colonized populations in the war effort, in terms of military and economic, as well as social and cultural aspects of the war within the colonial society. But the Asian States and societies have still been considered marginal. Many important reference works on international relations of Asia consider that it is only after the Second World War and the decolonization movements, that the Asian States became true actors, “masters of their own destiny”. They seem to have overlooked an important fact that three sovereign Asian countries (Japan, China, and Thailand) entered into the First World War on the Allied side. Nevertheless, in recent years, several works have been published on the First World War from the Asian perspective.

The perspective of this conference is to consider the First World War as a key moment which permitted, for the first time in history, important migrations of people and the circulation of ideas, objects, and techniques between Asia and Europe in both ways. By overcoming the oversimplified Eurocentric vision that the masses in colonized countries came to support the European war effort, the aim of this conference is to highlight the Asian individual and collective trajectories, marked by their desire to become the “masters of their own destiny” in the colonial and total war contexts. We hope to join together the perspectives of global history, micro history, and history from below. A biographical approach with the illustration of the individuals’ “non-standard” experiences could allow us to measure the impact of a particular experience of war and of Europe on their lives and their family circle, as well as on their societies.

It is the question of analyzing the experience of war, the conditions in Europe, and the return to their homeland from diverse sources: military archives (including the army’s postal censorship commission), colonial archives, diplomatic archives, intimate letters, press, photographs, memories and literary works, etc. How did Asian workers or soldiers seize that exceptional opportunity to “take charge of their own destiny” at both the individual and national level? How did the Asians apply that “exceptional” experience of the First World War and expatriation to their personal and social life? What was the impact of these individuals on the political, economic, social, and cultural destiny of the Asian peoples under Western domination? The transition from individual aspirations by using experiences from Europe, to political aspirations in coming back to their homeland, in other words their capacity to become “masters of their own destiny” will be particularly explored.

Possible avenues of research include (among others):

o   Experience of Asian soldiers on the European front  o Experience of Asian workers in Europe

o   Testimonies of Asian diplomats and officials in Europe

o   Asian political activists and the making of new political networks in Asia o Asian students in Europe and the making of new elite in Asia o Asian mediators of new technics: the making of new professions in Asia

 

Other events: 

Ø  A photography exhibition entitled “Asians and the Great War”

Ø  A special session on the filmed archives on the Great War with screening and debates of film archives

Ø  Excursion for participants to WWI-related sites and museums and attendance at the 11 November commemoration ceremony in Bangkok

Submission of proposal

Paper proposals should include a title, an abstract (250 words maximum) and a brief personal biography of 150 words for submission by 25 July 2018.

Please submit your proposal using the provided paper proposal to claire.tran@irasec.com, bhawan.r@chula.ac.th, and v.vacharakirin@gmail.com.

Successful applicants will be notified by 15 August 2018 .

Organisers

Bhawan Ruangsilp (History Department, Chulalongkorn University)

Claire Thi Liên Trân (Institute of Research on Contemporary Southeast Asia (IRASEC – CNRS, Bangkok)

  • Appel à contributions sur la page Facebook de l’Institut .

Illustration « à la une » : The Siamese Expeditionary Force during the 1919 Paris Victory Parade.