Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Caroline Herbelin : 2017 Alf Andrew Heggoy Book Prize

[ndlr] Notre collègue Caroline Herbelin a été récompensée du prix pour son ouvrage Architectures du Vietnam Colonial paru en 2016. Félicitations.

2017 Alf Andrew Heggoy Book Prize

The Heggoy prize is awarded in honor of one of the Society’s founding members, Alf Andrew Heggoy, and recognizes the best book dealing with the French colonial experience from 1815 to the present.

Réf. : Caroline Herbelin, Architectures du Vietnam Colonial. Repenser le métissage (Paris: CTHS-INHA, 2016)

Caroline Herbelin’s Architectures du Vietnam Colonial is an essential and fascinating contribution to our understanding of the political, social and cultural history of Indochina, as well as to our more general comprehension of cultural exchanges within the French colonial Empire. The book also fills an important gap in our specific knowledge of colonial architecture in Indochina, since relatively little has been written about this region in comparison to other parts of the French empire.

Herbelin’s vivid study is based on an impressive array of sources – archival documents, a careful examination of colonial buildings both in the urban and rural regions of Vietnam, and interviews. The discussion thus does not remain at the colonial metropolitan level of administrative planning, but extends into the field and examines the exchanges of architectural knowledge, as well as colonial and local perceptions of culture and aesthetics.

The originality of this book lies in its examination of the ways in which colonial architecture became a part of social life in the colony, how it reflected not only power relations but was also intertwined with social, cultural and economic life. The study of colonial architecture in Vietnam serves for Herbelin as a tool to discuss the well-known but not always well-understood concept of hybridity in relation to a specific colonial practices.  Her nuanced and clear analysis of this concept provides a crucial service to scholars in colonial studies.

Herbelin argues that the construction of buildings was as a result of negotiation, various strategies and colonial and local power relations, but also of various aesthetic and technical solutions available on the spot. The many unexpected stories she uncovers demonstrates the limits of colonial control over the results of urban planning. In exploring the built environment in Indochina, Herbelin demonstrates how new cities were formed in which French people lived in Vietnamese buildings and vice versa.

Architectures du Vietnam Colonial  demonstrates that there is no such thing as colonial architecture per se, but rather that buildings and other infrastructure in French Vietnam were metissage phenomena created through complex interactions between different cultures that came together during the colonial moment.

Source : The French Colonial History Society

Funérailles de Trần Tử Miễn, secrétaire du VNQDÐ en France

[ndlr] Disparition soudaine le 4 mai 2018 de Trần Tử Miễn (nom secret Trần Hùng), secrétaire du Parti National du Viêt-Nam (VNQDÐ) pour la France, à l’âge de 69 ans. Fils du député Tran Van Tuyen (1913-1976), un des principaux chefs de ce parti sous la République du Viêt-Nam (Sud du 17e Parallèle, 1955-1975), Tran Tu Mien était également le frère ainé de Trần Tử Thanh, actuellement Président du conseil des délégués du VNQDÐ. Ce parti anticolonialiste, fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi et dirigé par Nguyen Thai Hoc (guillotiné à Yen Bai le 13 juin 1930), est interdit au Viêt-Nam depuis la chute de Saigon (30 avril 1975).

Les funérailles de ce dirigeant du VNQDÐ en Europe se sont déroulées le 11 mai 2018 au crématorium de Valenton (94) en banlieue parisienne. Le film de la cérémonie a été posté sur la chaîne YouTube. Rituel bouddhiste, salut au drapeau, hymnes nationaux et du parti, discours des proches et hommages dirigeants d’autres formations politiques, ce rare témoignage vidéographique mérite d’être signalé autant pour sa signification historique que pour sa dimension anthropologique.

FG

Việt Nam Quốc Dân Đảng
vô cùng xúc động khi nhận được hung tin:

Đồng chí Trần Hùng tức Trần Tử Miễn

– Bí Thư Xứ Bộ Pháp Quốc Việt Nam Quốc Dân Đảng
– Thứ nam cố đồng chí Trần Văn Tuyên
– Bào đệ đồng chí Trần Tử Thanh – Chủ Tịch Hội Đồng Đại Biểu Trung Ương VNQDĐ,

đã tạ thế lúc 12:10 ngày 4 tháng 5 năm 2018 tại Paris, Pháp Quốc

Hưởng thọ 69 tuổi

Sự ra đi của đồng chí Trần Hùng là mất mát to lớn
đối với Xứ Bộ Pháp Quốc VNQDĐ nói riêng, và
của Đảng bộ Châu Âu và Việt Nam Quốc dân Đảng nói chung

Hội Đồng Lãnh Đạo VNQDĐ tỏ lòng tiếc thương trước sự ra đi của đồng chí Trần Hùng
Xin chân thành chia buồn cùng đồng chí Trần Tử Thanh và toàn thể tang quyến.
Nguyện cầu hương linh cố đồng chí Trần Hùng sớm yên nghỉ trong cõi vĩnh hằng.

Hội Đồng Lãnh Đạo VNQDĐ

Lê Thành Nhân, Lê Quốc Việt, Phan Thanh Châu, Trần Minh Vũ,
Lê Trung Khương, Nguyễn Khắc Ninh, Nguyễn Thiên Vân, Trần Việt Đạo

ĐỒNG THÀNH KÍNH PHÂN ƯU

 

Prix Phan Châu Trinh 2018 décerné à Pierre Brocheux et Daniel Hémery

[ndlr] Annonce sur le Prix vietnamien Phan Châu Trinh décerné le 24 mars dernier à Ho Chi Minh-Ville.

Le prix de la Fondation culturelle Phan Châu Trinh, un prix prestigieux qui récompense l’érudition vietnamienne, a été décerné cette année en Vietnamologie à MM. Pierre Brocheux et Daniel Hémery, tous deux historiens et anciens enseignants-chercheurs à l’Université Paris Diderot (connue sous le nom de Paris 7 à l’époque de leurs enseignements). Pierre Brocheux et Daniel Hémery sont les auteurs de nombreux ouvrages sur l’histoire du Viêt-Nam de la période coloniale à nos jours. Ils ont notamment co-écrit Indochine, la colonisation ambiguë (La Découverte, 2001) une référence incontournable sur la période 1858-1954. Ce prix récompense l’ensemble de leurs travaux historiques. Nous leur adressons ici nos plus chaleureuses félicitations.

Pour en savoir plus, lire leurs remerciements respectifs adressés au Comité de sélection :

Sur l’ensemble des récipiendaires du Prix en 2018 voir la page : Prix Phan Châu Trinh 2018

Pour une revue de presse sur ce prix de 2018 : MỘT SỐ TIN BÀI VỀ GIẢI THƯỞNG VĂN HÓA PHAN CHÂU TRINH LẦN THỨ XI, NĂM 2018

 

Bùi Tín : Nén hương lòng nhân ngày 30 tháng Tư

[ndlr] La voix du colonel Bùi Tín (né en 1927), exilé politique résidant en France depuis 1991 et journaliste indépendant. Dans le texte qui suit intitulé « Un encens de compassion pour le 30 avril », il publie un appel à la réconciliation nationale lancé au gouvernement communiste vietnamien à l’occasion de cette journée commémorative.

Le 30 avril 1975, date de la chute de Saigon, Bui Tin était présent au Palais de l’Indépendance lors de la capitulation du dernier gouvernement de la République du Viêt-Nam alors présidée par le général Duong Van Minh. Il est l’auteur de nombreux textes de réflexion sur le destin du Viêt-Nam contemporain, le communisme et la guerre.

Ngày kỷ niệm 30/4/1975 – 30/4/2018 đã tới.

Tôi viết bài báo ngắn này như thắp một nén hương lòng, đầy trĩu lo buồn vì từng là một nhân sống tại chỗ cho sự kiện lịch sử 30/4/1975, nhưng 43 năm qua tình hình đất nước xấu đi trông thấy về mọi mặt, chính trị lạc hậu, Nhà nước tham nhũng, đảng Cộng San thoái hóa suy thoái thê thảm, Công an và Quân đội mất phương hướng phục vụ nhân dân, xã hội băng hoại, đạo đức suy đồi, nền giáo dục vỡ trận.

Cuộc hòa giải dân tộc tùng hứa hẹn đã bị cố tình lãng quên và phản bội. Các lời cam kết long trọng ghi trên giấy trắng mực đen « tôn trọng quyền tự quyết của nhân dân miền Nam Việt Nam » và « không dùng vũ lực để thôn tính nhau » đã bị xâm phạm thô bạo vì đường lối đấu tranh giai cấp Mác-xít coi bạo lực luôn đồng nghĩa với cách mạng.

Đã có lời kêu gọi tâm huyết của Giáo sư đảng viên Đào Công Tiến, nguyên hiệu trường Đại Học kinh tế phía Nam từ năm ngoái là nên tổ chức một cuộc đại Cầu siêu, đại Sám hối nhân dịp này, tổ chức thăm viếng thắp hương, dâng hoa… tất cả các nghĩa trang lớn nhỏ, phần mộ các liệt sỹ hy sinh và mất tích thuộc tất cả mọi bên trong chiến tranh, phía Quân đội Nhân dân cũng như phía Quân đội Viềt nam Cộng hòa, các nghĩa trang của các đạo Phật giáo, Cao Đài, Hòa Hảo, Tin lành… cũng như các nghĩa trang quân đội Hoa kỳ, Canada, Tân tây lan, Úc, Thái lan… nếu còn có trên đất nước ta.

Lire la suite : VOA

Paris, 27 avril 1975 – 3 jours avant la chute de Saigon

L’image du jour : Paris, des étudiants vietnamiens manifestent pour soutenir la République du Viêt-Nam vivant ses derniers moments.

A l’initiative de Trần Văn Bá, président de l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris, « Une journée pour la terre natale » (« Một ngày cho quê hương »), dédiée aux événements historiques qui se déroulent au Viêt-Nam est programmée le 27 avril 1975 alors que le Sud Viêt-Nam s’effondre. Une marche silencieuse est organisée pour célébrer le sacrifice des soldats du Sud morts dans la guerre civile qui oppose le Sud et le Nord Viêt-Nam. La marque du deuil est évoquée par le bandeau blanc porté par les manifestants et les banderoles noires qui indiquent en lettres blanches : « Grande journée de deuil », « Honneur à nos soldats morts pour la liberté »…

Quelques trois cents étudiants vietnamiens des facultés du Quartier Latin, d’Orsay et de Nanterre convergent vers la Sorbonne. Le défilé  démarre de la Résidence universitaire Lutèce dans le 5e arrondissement, passe rue Gay Lussac (d’où est prise la photo par l’étudiant Trần Đình Thục) pour se rendre place de la Concorde. La marche silencieuse traverse le jardin du Luxembourg, se poursuit rue d’Assas où est localisée l’ambassade de la République du Viêt-Nam puis rejoint le Sénat. A proximité de l’ambassade américaine des slogans sont scandés : « A bas les Américains”, “A bas les communistes vietnamiens” …

Dans le quartier du Sénat, les étudiants vietnamiens manifestent dans une certaine tension craignant d’être pris à partie par les deux jeunesses françaises aux positions radicales opposées et prêtent à en découdre : l’extrême-gauche soutenant la lutte contre la guerre du Viêt-Nam et favorable au Viêt-Công et à Hanoi et l’extrême-droite, anticommuniste, soutenant l’intervention américaine et le régime de Saigon. Les jeunes vietnamiens qui défilent possèdent leur propre vision du conflit loin des extrêmes et des totalitarismes.

Après la chute de Saigon, le cliché de Trần Đình Thục est tombé dans l’oubli. En 2014, soit 39 ans après, l’écrivain Huy Phương publiait aux Etats-Unis un carnet de souvenirs liés au 30 avril 1975 avec en couverture la photo de Thục. De nouveau mise à l’honneur par l’édition de ce livre, Trần Đình Thục décide de l’offrir et de la dédicacer à la communauté vietnamienne exilée de Little Saigon en Californie. Une façon de dire à tous ceux qui souhaitent l’avènement d’un Viêt-Nam libre et démocratique : « Nous sommes toujours là » (Chúng ta vẫn còn đây).

FG


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Pour en savoir plus :

Oanh Ngo Usadi : I saw and heard Saigon falling, 43 years ago today

[ndlr] La chute de Saigon dans la mémoire d’une famille exilée.

After three decades of bloodshed, Vietnam’s civil war abruptly ended 43 years ago today, on April 30, 1975. The events surrounding this date are seared into the minds of every Vietnamese person of a certain age.

I was not yet four years old, but these are some of my earliest memories. There was no longer a North and South Vietnam divided at the 17th parallel, only the Socialist Republic of Vietnam.

Days before, the radio inside our house in Saigon had been ticking off provinces that had fallen into North Vietnamese hands: some of them the hometowns of my relatives. As rumors of gory revenge preceded the communists’ advance, thousands of people abandoned their homes and fled to any place that was still free. Many, including my aunts, with husbands away fighting in the South Vietnamese Army, ended up at our house.

The presence of so many visitors had the feel of Tet, the Vietnamese New Year. But for this reunion, the mood was far from celebratory. I recall hearing the word hoa binh, meaning peace, sprinkled in conversations. My father explained that it meant the end of fighting and soldiers on both sides could go home. “For you, there would be no more hiding under the counters and staircases,” he said to me.

Lire la suite : Washington Examiner, 30/04/2018.

Commémoration du 30 avril 1975(« Black April ») en Californie :

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena – 27-28 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une importante  journée d’étude à l’UQAM (Montréal).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena

27-28 avril 2018

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Présentation de la journée d’étude :

Depuis la Seconde guerre mondiale, le monde a connu des conflits marqués par la guérilla, les guerres irrégulières et les « insurgencies ». Les gouvernements occidentaux confrontés à ces mouvements eurent toutes les peines à les arrêter. Les expériences nationales des guerres de décolonisation ont certes fait l’objet d’études, mais rares sont celles qui comparent la désintégration des empires occidentaux et qui s’interrogent sur la manière dont ces expériences coloniales peuvent nous aider à mieux comprendre les conflits qui secouent encore le monde aujourd’hui – en Syrie, Iraq et Afghanistan. Ce projet de collaboration avec l’Université d’Exeter – intitulé Comprendre les insurrections : Résonances du passé colonial – réunit des chercheurs européens et nord-américains à travers huit ateliers incluant le nôtre: « Les insurrections coloniales comme des phénomènes transnationaux. »

Cet évènement réunira une douzaine de spécialistes autour du thème des connexions transnationales qui ont pu exister entre les mouvements anticolonialistes d’un côté et les puissances impériales de l’autre. Quels liens, au juste, existaient entre ces mouvements anticolonialistes qui se battaient pourtant souvent très loin les uns des autres ? Comment ces mouvements insurrectionnels et contre-insurrectionnels ont-ils pu gagner des soutiens aux niveaux régional et international ? Quels furent les idées, les expériences, les savoirs et les matériaux qui circulaient entre les groupes ? Et comment l’opinion mondiale et les nouvelles organisations internationales ont-elles compris et interagi avec la décolonisation ?

Jusqu’à récemment, la plupart des chercheurs ont étudié les guerres de décolonisation dans un cadre national. Notre projet les resitue comme un phénomène interconnecté et global, tant pour les colonisés que pour les colonisateurs. Leurs dirigeants ont construit des réseaux de collaboration et des moyens d’échanges intellectuels, politiques, militaires et économiques. Les communistes vietnamiens luttant contre la France entre 1945 et 1954, par exemple, ont importé des modèles révolutionnaires de la Chine communiste avant de les exporter ailleurs. Les Français, Britanniques et Américains, de leur côté, ont échangé leurs propres modèles de « counter-insurgency » lors des guerres de décolonisation. La décolonisation s’est aussi mondialisée: les nationalistes algériens du Front de libération nationale (FLN) ont mené par exemple une bataille fascinante contre les Français à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour bien saisir les dimensions de ce processus transnational, nous avons fait appel à des historiens de la décolonisation (Afrique, Proche-Orient, Asie), des politologues, des juristes et même à l’un des responsables des archives de l’ONU. Cela nous permettra d’aborder pour la première fois le rôle de la mondialisation dans la décolonisation et son héritage pour les conflits d’aujourd’hui. Cette forme de combat transnational est d’autant plus présente aujourd’hui grâce au développement des technologies et des communications permettant aux insurgés comme Isis d’influencer l’opinion mondiale.

Programme ci-dessous :

Librairie Terre des livres – rencontre avec François Guillemot – samedi 7 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une rencontre à la librairie lyonnaise Terre des Livres.

Rencontre-débat avec François Guillemot à l’occasion de la parution de Viêt-Nam, fractures d’une nation ; une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, La Découverte, 2018.

Samedi 7 avril 2018 à 15 h

Librairie Terre des livres

86 Rue de Marseille, 69007 Lyon

Le débat sera animé par Cyrille Pandraud.

Vietnam fractures d'une nationLe Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

Belles perspectives… : discours officiel vietnamien et contre-discours à l’occasion du partenariat France Viêt-Nam

[ndlr] Nous publions sur ce billet les deux discours qui se sont croisés (et percutés) à l’occasion de la venue en France de Nguyen Phu Trong, le Secrétaire général du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) du 26 au 28 mars 2018. Ce voyage officiel du « numéro un » de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) a été organisé dans le cadre des célébrations du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Viêt-Nam (1973) et du 5e anniversaire du Partenariat stratégique signé à Paris le 25 septembre 2013.

La voix du dirigeant…

Le premier texte intitulé « Belles perspectives des relations vietnamo-françaises » est une tribune officielle du Secrétaire général du PCV publiée par le journal Le Monde dans sa rubrique « Publicité ». Il s’agit plus précisément d’un publi-communiqué, une technique de marketing plutôt prisée par les entreprises1. Car vous l’avez compris, cette publicité payante2 vise à promouvoir les relations franco-vietnamiennes dans le cadre du Partenariat stratégique signé entre les deux pays en septembre 2013. C’est donc un exercice (assez rare de nos jours) de propagande d’État. Le chef d’un État-Parti, le PCV étant l’unique parti politique autorisé au Viêt-Nam, s’accorde cette façade publique dans la presse française pour faire entendre la voix officielle du Parti au pouvoir. La méthode est surprenante mais inscrite dans les pratiques habituelles de l’État-Parti vietnamien vis-à-vis de sa presse nationale. A quand une tribune payée par d’Erdogan pour promouvoir les relations européano-turques ? Ou celle du nouveau Grand Timonier chinois Xi Jinping pour vanter sa vision géopolitique du monde ? Les lecteurs du Monde ne peuvent être dupes de cet exercice d’autopromotion mais surtout, se demande-t-on, sont-ils le bon lectorat ? Car l’objectif n’est-il pas in fine d’inciter les chefs d’entreprise français à investir massivement au Viêt-Nam… après le RV manqué des années 1990-2000 ?3. Une publicité moins ostentatoire publiée dans Les Échos ou les grandes revues économiques françaises auraient été sans doute plus appropriée. En outre, cette tribune ne laisse plus aucun doute sur la primauté du Parti sur l’État vietnamien et de son dirigeant, « le vrai patron du Viêt-Nam » dont le portrait figure au centre de la tribune4. Mais il n’est ici question que de forme, je laisse nos lecteurs lire en ligne ce plaidoyer en trois parties pour une consolidation de nos relations.

Page du journal Le Monde, lire le texte en ligne sur Le Courrier du Vietnam

L’objectif pour le Viêt-Nam de faire « miroiter son dynamisme économique à Paris, » comme le présente Yves Bourdillon dans Les Échos a, semble-t-il, reçu un bon accueil puisqu’il a permis la signature de contrats importants avec les groupes EDF, Bouygues, Airbus et Safran rehaussant le très faible pourcentage d’échanges entre nos deux pays5. En effet, comme le rappelle le dirigeant communiste « la valeur des échanges commerciaux reste modeste et ne représente que 1% de la valeur totale des exportations et importations du Viêt Nam« . Les historiens et analystes s’accordent sur le fait que le recentrage du Viêt-Nam sur l’Asie opéré dans à partir des années 1990 a laissé la France sur le bord du chemin.

vs la voix des dissidents

Cette publicité officielle de l’État-Parti est percutée par un discours concurrent émanant des organisations de défense des droits de l’homme. Un premier texte très documenté sous la forme d’une « Lettre ouverte au Président de la République Française » a été publié le 26 mars par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme pour rappeler l’incongruité qu’il y avait à inviter un chef de Parti comme un Chef d’État alors que la « répression en cours » s’avère être « une des pires depuis l’ouverture économique du Dôi Moi en 1986 ». Et la lettre ouverte de revenir en détail sur la répression « pensée, planifiée et organisée » qui s’exerce sous la mandature de M. Trong contre la société civile vietnamienne en rappelant les condamnations de quelques figures récentes parmi les 130 prisonniers de conscience aujourd’hui incarcérés6. Un second texte, émanant des ONG Reporters sans frontières (RSF), de l’ACAT (Action by Christians for the Abolition of Torture) et de l’organisation politique Viêt Tân a été publié sur les sites de ces organisations sous la forme d’un communiqué de presse conjoint le 23 mars 2018. Comme pour le précédent texte de la FIDH, celui-ci insiste sur la répression actuelle contre les blogueurs, dissidents politiques et activistes sociaux et rappelle les mauvaises conditions de détention de certains d’entre eux. Le 23 mars, RSF appelait les autorités françaises « à poser les questions interdites » au Secrétaire général du PCV « sur l’état déplorable de la liberté de la presse dans son pays »7. Ces contre-discours qui interviennent à un moment clé visant à revigorer les relations franco-vietnamiennes démontre une fois de plus que l’État-Parti ne peut plus fonctionner en autarcie sans prendre en compte les améliorations attendues et réclamées par ses propres citoyens sur le plan des libertés civiques.

Que retient-on de ces deux discours ? Tout d’abord une certaine complémentarité. Si le bilan économique positif du Renouveau (Dôi Moi, décrété en décembre 1986) est dûment souligné et avéré, il doit s’accompagner d’une transformation du régime comme l’ont réclamé les intellectuels les plus en vue, rédacteurs de la « Motion 72 » exigeant une refonte politique du régime, lors de la refonte de la constitution en 2013 8. Les appels de personnages clés comme l’économiste Lê Dang Doanh pour s’acheminer vers un Second Renouveau, à la fois économique (sur le plan structurel) et politique (sur le plan des institutions), permettant de libérer les énergies et de se débarrasser du carcan sécuritaire, restent lettre-morte9.

« Le sourire que tu envoies revient vers toi »

C’est avec ce sympathique proverbe hindou que le Président de la République, Emmanuel Macron, a terminé son discours à l’Élysée le 27 mars 2018 célébrant les cinq ans du partenariat stratégique franco-vietnamien. Ce beau discours plein d’espoir est néanmoins terni par un climat politique général alourdi. Depuis 2013, le pouvoir vietnamien a durci sa législation sur l’utilisation d’internet et a neutralisé la plupart des blogueurs et lanceurs d’alerte10. Une force dénommée « Force 47 » et dépendant de l’Armée populaire, annoncée le 25 décembre 2017, est dédiée au nettoyage des avis critiques sur la toile11. Du côté des affaires interne du Parti, c’est aussi le verrouillage. De nouvelles dispositions ont été décrétées (Décision 102-QD/TW) pour sanctionner plus lourdement les dérives économiques ou politiques des membres du parti12. La peur de « l’auto-évolution pacifique » des membres du PCV vers une émancipation politique inquiète toujours autant les dirigeants actuels. L’action de la dissidence, si mince soit-elle et souvent initiée par de jeunes activistes, est rapidement circonscrite et réprimée. L’ACAT rappelle dans son communiqué qu’en 2017, « Hanoi a lancé la pire vague de répression contre la liberté d’expression depuis vingt ans. Au moins 25 blogueurs, défenseurs des droits de l’homme et militants pro-démocratie ont été arrêtés ou déportés ». L’association en appelle au « devoir moral » de la France et de ses partenaires européens pour signifier aux dirigeants de la RSVN que de telles pratiques autoritaires doivent cesser. Si l’objectif affiché est « le renforcement de la relation [vietnamo-française] dans tous les domaines »13 cette exigence fait sens.

Le programme politique d’Emmanuel Macron « Révolution » traduit en vietnamien et diffusé au mois de mars 2018 au Viêt-Nam, accompagné d’un message explicite de Barack Obama en couverture « Il faut se battre pour la liberté – N’ayez pas peur ! » (Plus percutant qu’une page de pub dans le Nhân Dân [Le peuple], organe officiel du PCV…)

Et il y aurait beaucoup à dire sur la promotion de l’innovation du côté vietnamien car si les partenariats scientifiques se passent bien du côté des sciences dures, médicales et des sciences naturelles, il est beaucoup plus délicat de monter des projets innovants au sein des universités vietnamiennes dans le domaine des sciences sociales et humaines comme l’a démontré le projet d’un enseignement supérieur non-lucratif  porté par Mme Bui Tran Phuong, l’ancienne rectrice francophone de l’université privée Hoa Sen 14. L’expulsion manu militari du Viêt-Nam en juin 2017 du dissident Pham Minh Hoang, professeur de mathématiques dans une université à Hô Chi Minh-Ville et citoyen franco-vietnamien déchu de sa nationalité vietnamienne par le pouvoir en place, n’est pas non plus un signe encourageant15.

C’est dans ce contexte répressif que la RSVN entend promouvoir les « belles perspectives » d’avenir entre les deux pays et d’inciter les entreprises françaises à s’impliquer davantage dans l’économie vietnamienne. Est-ce bien réaliste ? Si la France, pragmatique, ne voit le Viêt-Nam que comme une opportunité pour investir l’Asie du Sud-Est, le pari moral et historique est risqué. La tâche « franco-vietnamienne » est donc immense et il ne suffira sans doute pas seulement d’un « sourire mutuel » (même si cela peut aider) pour engager le Viêt-Nam vers une nouvelle réforme à la fois politique et économique.

FG

MàJ 29/03/2018.

Annexe vidéographique et texte de la déclaration conjointe (sur le site de L’Élysée, 27/03/2018) :

Lectures :

Deux ouvrages à lire pour comprendre l’histoire contemporaine du Viêt-Nam :

  • Benoît de Tréglodé (sous la dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Libre cours », 2018. (12 auteur.es)
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2018.

Notes

  1. Cette pratique, autrefois utilisée par les groupes pharmaceutiques ou les compagnies touristiques pour vanter leurs produits commerciaux est aujourd’hui déclinante []
  2. A hauteur de 150.000 euros selon le dissident Pham Minh Hoang, en exil forcé : « Hai tấm hình: Sự khác biệt không chỉ 150 ngàn Euros, » Viêt Tân, 28/03/2018 []
  3. Voir l’extrait souligné par Miche De Grandi dans la chronique « Le livre du jour » : « Pourquoi la France a perdu pied au Viêt Nam, » Les Échos, 27/03/2018 []
  4. Cf. « France: le chef des communistes vietnamiens reçu à l’Elysée, » RFI, 28/03/2018 []
  5. Cf. « La France signe pour plusieurs milliards d’euros de contrats avec le Vietnam, » BFM Business, 27/03/2018 []
  6. Cette Lettre est signée conjointement par la FIDH, La Ligue des Droits de l’Homme et l’ONG vietnamienne Quê Me / Vietnam Committee on Human Rights []
  7. Cf. « Vietnam : la France doit interpeller le chef du Parti communiste sur la répression de la liberté de la presse, » RSF, 23/03/2018 []
  8. « Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp, » Mémoires d’Indochine, 07/02/2013 []
  9. Voir son entretien à la BBC en 2015 : « Việt Nam đang rất cần cuộc ‘đổi mới lần hai’, » BBC Tiêng Viêt, 19/08/2015 []
  10. Voir sur ce sujet notre article : « Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du ‘Décret 72’, » Mémoires d’Indochine, 09/08/213 []
  11. Voir Mai Hoa, « Hơn 10.000 người trong ‘Lực lượng 47’ đấu tranh trên mạng, » Tuoi Tre, 25/12/2017 []
  12. Voir « Toàn văn Quy định xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm, » VietnamNet, 07/12/2017 []
  13. « Viêtnam : La France doit exiger le plein respect des droits de l’homme, » ACAT, 26/03/2018 []
  14. Sur le renouveau éducatif promue par la rectrice, historienne, docteur de l’Université Lyon 2, voir les deux entretiens en ligne : Huy Quân, « TS.Bùi Trân Phượng, Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen: ‘Phải đúng nghĩa giáo dục và đúng nghĩa đại học’«  » HSU, 11/10/2017 et Quang Tuan, « Hoa Sen: Non-profit university orientation« , The Saigon Times, 09/07/2015 []
  15. Cf. Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie, » Le Monde, 21/07/2017 []

Seconde guerre mondiale : quand la France enrôlait de force des travailleurs indochinois [TV5 Monde]

[ndlr] TV5 Monde rappelle le sort des Travailleurs indochinois dans l’émission « Grand angle ».

Entre 1939 et 1940, 20 000 Indochinois du Vietnam colonisé émigrent en France, forcés de participer à l’effort de guerre. La majorité d’entre eux n’en repartent qu’en 1948, en plein conflit pour l’indépendance. Tous resteront silencieux sur leur passé. Le journaliste Pierre Daum exhume leur histoire en 2009 dans l’ouvrage « Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952) », illustrée fin 2017 dans la bande dessinée « Les Linh Tho immigrés de force » de Clément Baloup.

Voir et lire le documentaire : TV5 Monde (dossier de Marion Chastain)