Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Survivor of Korean troops’ civilian killings in Vietnam files suit against Korean government [The Korea Herald]

[ndlr] Signalement d’un article de Ock Hyun-ju dans The Korea Herald (Corée du Sud) sur un des massacres de civils vietnamiens par l’armée sud-coréenne pendant la guerre du Viêt-Nam.

A Vietnamese woman filed a lawsuit against the Korean government on Tuesday over a massacre of civilians allegedly committed by South Korean troops during the Vietnam War, in the first of its kind filed some five decades after the atrocity.

The plaintiff is Nguyen Thi Thanh, 60, who lost family members at the hands of Korean troops in Phong Nhi in Quang Nam province in February 1968. She seeks 30,000,100 won ($24,400) in compensation and an apology from the Korean government.

According to her testimony, the incident took place when she was 8 years old, and she had to spend nearly a year in hospital after being shot in the stomach by Korean soldiers. In the village, some 74 people are believed to have been killed during the massacre.

Lire la suite : The Korea Herald, 21/04/2020. URL : http://m.koreaherald.com/view.php?ud=20200421000926

Photographie « à la une » : © Yonhap

Les Indochinois et le riz en Camargue [Arte]

[ndlr] Signalé par le journaliste Pierre Daum, voici un documentaire d’Arte à ne pas manquer sur les travailleurs indochinois puis européens de Camargue. En Replay sur Arte et posté sur YouTube sur la chaîne « Histoires coloniales ». Présentation ci-dessous.

Le riz, grain de folie camarguais

En 1939, 20 000 Vietnamiens furent réquisitionnés, la plupart de force, pour partir en France afin de travailler dans les usines d’armement. A l’automne 1941, 500 d’entre eux furent envoyés en Camargue, où ils participèrent à la relance de la riziculture.

Ce documentaire retrace cette histoire largement oubliée. Il a été diffusé à la télévision française le 5 mai 2020.

Little Saigon lặng lẽ tưởng niệm 45 năm 30/4 vì Covid-19 bao trùm

Les cérémonies du 30 avril pour le 45e anniversaire de la chute de Saigon sont annulées en Californie à cause de la pandémie. Un silence inhabituel à cette date.

« Little Saigon lặng lẽ tưởng niệm 45 năm 30/4 vì Covid-19 bao trùm ».

Ngọc Lan gửi đến cho BBC từ Westminster, California – Hoa Kỳ

Thành phố Westminster, trung tâm của người Việt tị nạn tại Hoa kỳ, ra thông báo sẽ không tổ chức Lễ Tưởng Niệm Tháng Tư Đen như mọi năm vì lệnh cách ly của tiểu bang liên quan đến đại dịch COVID-19.

Lire la suite : BBC Vietnamese, 30/04/2020.

Nous dénonçons une restriction sans précédent de l’accès aux archives contemporaines [pétition]

[ndlr] Pour une recherche solide, les archives publiques doivent être accessibles. Sans accès à cette documentation d’une grande richesse, pas de thèses et plus de postes de chercheur.es.

Faut-il encore s’inquiéter de l’accessibilité au public des plans du débarquement du 6 juin 1944 soixante-quinze ans après la Seconde Guerre mondiale, lesquels portent un tampon « secret » ? Protéger des informations secrètes est essentiel. Qui en douterait ? A condition toutefois que ces informations soient réellement sensibles et qu’elles constituent toujours un secret défense. Quand il n’y a plus de secret, il ne devrait plus rien y avoir à protéger.

Pourtant le Service historique de la Défense annonce la nécessité d’une « déclassification » formelle de tous les documents portant les fameux tampons « secret » depuis 1940. Pièce par pièce. Cette mesure provoque déjà une paralysie du service. Elle entraîne des délais de communication très longs, voire l’impossibilité d’accéder à des archives pourtant communicables de plein droit selon le Code du Patrimoine. En effet les archives dont la communication porte atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l’Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l’Etat, à la sécurité publique doivent être accessibles à tous après une échéance cinquante ans.

[…] nous demandons l’application du Code du Patrimoine et de la loi sur les archives de 2008, et donc l’accès immédiat et sans réserve à ces archives publiques à l’issue des délais légaux.

Lire la suite : Pétition en ligne

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia » – 30/01/2020

La mémoire du génocide vue du Cambodge.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia »

Date : Jeudi 30 janvier 2020 – 18:30 – 21:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Auditorium

En présence de la réalisatrice Anne Yvonne Guillou.

Intervenants : Michel Antelme et Alexandra De Mersan.

Documentaire écrit et réalisé par :

Anne Yvonne Guillou et Jean Mathis

Film de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages).

Coproduction CNRS/CASE – PCRD/SEATIDE – ERC/Corpses of Mass Violence Programm – GIZ, 2017.

Description:

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge,- une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chercheuse au CNRS (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, CNRS-Université Paris Nanterre). Elle a une triple formation de sociologue, d’anthropologue et d’orientaliste. Elle a d’abord effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (à partir de 1990). Depuis une quinzaine d’années, elle travaille sur les processus de constructions des mémoires collectives, en particulier celles du régime khmer rouge, ainsi que sur le système religieux khmer. Ses enquêtes ethnographiques villageoises ont été menées en particulier – mais non exclusivement – dans la province de Pursat.

Source : INALCO

Xuân Thao Ninh : L’État du Viêt-Nam dans ses rapports avec la France (1949-1955) – Thèse

Une nouvelle thèse sur l’histoire de l’État du Viêt-Nam, contribution à une histoire délaissée depuis les années cinquante. Soutenue le 12 novembre 2019. Résumé de couverture.

Affiche de propagande de l’État du Viêt-Nam, la construction d’un État indépendant associé à la France dans le contexte de la Guerre froide © DR

L’État du Vietnam dans ses rapports avec la France (1949-1955). Une autre voie pour l’indépendance du Vietnam

« L’État du Viêt-Nam » reste encore un sujet controversé figurant parmi « les zones d’ombres » de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Après l’échec des négociations de 1946, le gouvernement de Hồ Chí Minh choisit la guerre contre les Français, pour l’indépendance du pays. Bảo Đại et ses partisans nationalistes et pro-français s’orientent vers une voie pacifique et une indépendance progressive. Par les accords du 8 mars 1949 naît « l’État du Viêt-Nam » dirigé par son chef Bảo Đại. Il s’agit d’un État associé à la France au sein de l’Union française. De mars 1949 à octobre 1955, six présidents du Conseil (Bảo Đại, Nguyễn Phan Long, Trần Văn Hữu, Nguyễn Văn Tâm, Bửu Lộc, Ngô Đình Diệm) dirigent dix cabinets ministériels pour construire un État nationaliste non-communiste, en pleine guerre d’Indochine et de la guerre froide. L’existence de l’État du Viêt-Nam permet le développement du nationalisme vietnamien qui donne naissance à la République du Viêt-Nam en octobre 1955.

Dong Tam, le combat de villageois pour conserver leurs Terres

Alors que la situation se tend dans le village de Dong Tam, district de My Duc, à 40 km de Hanoi, nous publions un rappel des faits pour comprendre la résistance des villageois à l’accaparement de leurs terres.

Voici les faits, après recueil de témoignages et consultation d’articles de presse :

Le village de Dong Tam est situé à environ 40 kilomètres de Ha Noi dans le district de My Duc. Il est habité, depuis la nuit des temps, par des paysans qui cultivent essentiellement du riz, du maïs et des arbres fruitiers.

Depuis le mois de novembre 2016, un conflit oppose les villageois et le pouvoir administratif de la Ville de Ha Noi à propos d’un ensemble de terres cultivables d’une superficie totale de 59 Hectares, et ce conflit a pris une tournure rocambolesque le 15 avril 2017 incluant
des rebondissements dignes d’un roman policier.

Les paysans de Dong Tam ont en effet donné leur accord en 1980, au pouvoir central, pour l’occupation d’une zone de 47 hectares de terres destinée à la construction, leur avait-il été expliqué, d’un aéroport militaire vital pour la défense nationale. 40 ans après, aucun aéroport n’ayant été construit pour cause d’incompatibilité, révélée après sondages, avec la nature des sols, ce projet semblait avoir été définitivement abandonné et les terres sont restées inutilisées depuis 1980.

Les villageois disposent par ailleurs d’une zone de 59 hectares dont ils tirent une partie de leurs moyens de subsistance, mais depuis 2016 Le nouveau pouvoir de Ha Noi veut s’accaparer ces terres cultivées qui n’ont jamais fait l’objet d’un quelconque projet de transaction. Il veut maintenant acheter ces 59 hectares, qui plus est, pour un prix dérisoire, au grand dam des paysans qui refusent pour deux raisons principales :

  • Un prix sous-évalué.
  • L’intention (suspectée) du pouvoir de vouloir revendre ensuite les terrains au prix fort à des investisseurs pour la construction d’une ville nouvelle dite « ville intelligente »(( Appellation utilisée dans la presse vietnamienne traduite littéralement )) avec un budget d’un milliard de dollars.

Malgré l’opposition des villageois, le pouvoir a envoyé une société de travaux publics pour clôturer le terrain et entreprendre des travaux d’infrastructures.

Le 15 avril 2017, quelques dirigeants locaux du Parti sont venus accompagnés d’une brigade de police mobile et d’agents de sécurité en civil. Une délégation du village, sous l’autorité de Monsieur Kinh (82 ans), a tenté en vain de les faire revenir sur leur décision ; les policiers ont alors violenté Monsieur Kinh, puis arrêté et transféré au commissariat du district les 4 personnes qui l’accompagnaient.

Confrontées à cette situation intolérable, les femmes du village se sont concertées, ont alerté les villageois, « invité » les policiers à les suivre dans la salle des fêtes du village et les ont enfermés à double tour en exigeant que Monsieur Kinh soit libéré, précisant que s’il arrivait malheur à Monsieur Kinh, les 38 « invités » resteraient prisonniers. Elles les gardèrent 7 jours durant, une captivité qui sera cependant acceptée sans trop de mal par de jeunes policiers dont
on ne s’était probablement jamais occupé auparavant avec tant d’attentions, et par des autorités sans doute pas très droites dans leurs bottes.

Monsieur Kinh fut transféré à l’hôpital Viet Duc (hôpital vietnamo-allemand) à Ha Noi où les médecins confirmèrent une fracture de la jambe gauche. Son grand âge rendait l’opération délicate. Il reçut les soins qui s’imposaient ; plusieurs délégations politiques de haut niveau, dont le vice-ministre de l’Intérieur, des délégations et des personnalités peut-être prises au piège de calculs difficilement avouables, lui ont même rendu visite et fait des excuses. Il était gardé jour et nuit par 3 policiers apparemment chargés de sa sécurité, et le président de Ha Noi viendra en personne lui affirmer à plusieurs reprises qu’il se rendrait au village afin de mettre un terme au conflit.

Monsieur Kinh reste handicapé à ce jour et utilise le fauteuil roulant pour se déplacer.

Le président de la ville de Ha Noi est venu au village le 22 avril 2017 où il a affirmé par écrit, et signé, qu’il allait superviser une enquête destinée à déterminer si ces 59 hectares de terres cultivables appartiennent aux villageois ou à la Défense nationale. Il s’est engagé à ne pas poursuive pénalement les villageois qui ont « kidnappé » les 38 policiers et fonctionnaires de sécurité, et promis de punir celui ou ceux qui ont maltraité le vieux Monsieur Kinh.

Mais il avait à peine tourné les talons que le pouvoir hanoïen tourna casaque.

En juin 2017, les villageois apprirent que la Police de la ville de Ha Noi avait porté plainte contre eux au motif de séquestration de personnes exerçant un mandat public, les accusant de « voler » des terres appartenant à l’État.

Fin juillet 2017, la commission d’expertise mandatée par la ville de Ha Noi concluait que ces 59 hectares appartenaient bien à la Défense nationale.

Suite aux conclusions de cette commission, les villageois font appel au premier ministre et au président du pays qui ont alors dépêché des experts centraux pour réexaminer le statut de ces
parcelles.

Deux ans plus tard, le 25 avril 2019, cette nouvelle expertise a confirmé, approuvant ainsi les conclusions de la précédente commission, et en produisant des documents de propriété
soudainement apparus, que les 59 hectares appartenaient réellement à la Défense nationale.

Aux villageois indignés et plus que jamais décidés à défendre leurs terres, elle rétorque qu’ils auraient dû conserver les doubles en leur possession.

Depuis lors, le pouvoir procède à des intimidations, il publie des vidéos, et des articles pour diffamer Monsieur Kinh et ses amis, et menace ceux qui sont opposés à cette confiscation illégale des terres.

Des incursions militaires ont lieu périodiquement, des mouchards espionnent les opposants et des policiers en civil surveillent leurs habitations, ce qui rend la vie au village extrêmement oppressante.

Selon les dernières informations, le pouvoir envisagerait avant la fête du Têt lunaire, le 25 janvier prochain, un assaut armé pour déloger les opposants et surtout occuper cette parcelle litigieuse de 59 hectares avec des engins et des camions Tandis que les villageois sont déterminés à rester sur leurs terres.

L’inaction risque d’annoncer un bain de sang…

Tran Thi. Le 6 janvier 2020.

Illustration « à la une » : M. Lê Dinh Ky, un paysan de Dông Tâm en lutte.