Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

« MÉMOIRES D’INDOCHINE » 2019 : SÉANCE 5

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

17 avril 1975 : arrivée des Khmers rouges à Phnom Penh (par Tian)

Destins cambodgiens, de la guerre au génocide

Cette séance est consacrée à l’histoire contemporaine du Cambodge et l’étude du génocide perpétré par les Khmers rouges. Dans un premier temps nous verrons comment une génération d’artistes s’approprient l’histoire de leur pays pour construire un autre récit de la guerre, du génocide et du traumatisme à travers la bande dessinée. Comment cette forme de “langage indirect” transmet-elle le fait historique et les émotions qui en découle ? Comment exprimer par l’image l’indicible ? La seconde partie (exposés) reviendra sur la formation des cadres khmers rouges, le contexte de l’émergence de la révolution. L’avènement du totalitarisme et la pratique khmère rouge sera analysée à partir de deux témoignages écrits du génocide.

Séance 5 : mercredi 23 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Clémence Oliviero, “La bande dessinée à l’épreuve de la mémoire : à travers les œuvres de Séra et de Tian”, Mémoires d’Indochine, 11/03/2013 : https://indomemoires.hypotheses.org/6588

Mathilde Cambournac, “Art et mémoire au Cambodge : une illustration en bande dessinée”, Mémoires d’Indochine, 18/02/2014 : https://indomemoires.hypotheses.org/13565

Pour accompagner cette séance :

Cambodge – Mémoire – Khmers rouges : Faire résonner l’histoire avec la jeune génération, Cambodge Mag, 21/07/2017.

Lauriane Ung-Billault, Témoigner du génocide cambodgien – entre cinéma et bande dessinée les regards de Rithy Panh, Tian et Séra, Mémoire 2 recherche sous la direction de Edouard Lynch, ENSSIB, 2017. [PDF en ligne]

Isabelle Delorme, Quand la bande dessinée fait mémoire du XXe siècle. Les récits mémoriels historiques en bande dessinée, Paris, Les Presses du Réel, 2019. Présentation sur Mémoires d’Indochine. Présentation de l’éditeur : http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=6667

★ ★ ★

Exposé de Alexandre Thurbin

Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, 2013 (réédition augmentée en 2016). Présentation de l’éditeur.

Exposé de Vincent Roux

A propos de deux témoignages écrits de survivants de la prison S21 de Phnom Penh.

Illustration “à la une” : Illustration de l’application ”Learning on Khmer Rouge History”. Centre Bophana

Le jour où le Sud a gagné sa liberté : L’Indochine [2017]

Documentaire de France Télévisions, INA, TV Monde, Et la suite productions… réalisé en 2017 par Laurent Joffrin et Alain Portes.

Notre avis : La guerre d’Indochine n’en finit pas de hanter la mémoire française. Diffusé il y a deux ans sur la chaîne de l’Assemblée nationale (LCP), un documentaire réalisé en 2017 qui aurait pu être intéressant sur le rôle de Pierre Mendès France dans la recherche de la paix en Indochine en fournit une énième illustration.

Si la fin des prétentions impériales françaises signifiées par la défaite de Diên Biên Phu sont bien rappelées, on apprend peu de choses sur la réalité et la complexité de la situation du côté vietnamien (révolution d’août, division politique, guerre civile, encadrement chinois de l’armée populaire d’un côté et soutien américain de l’autre, création de l’armée nationale vietnamienne, période Bao Dai…). Le documentaire est rythmé par des anachronismes dans les images, des idées reçues sur le Viêt-Minh (“en sandales” en 1954) et des approximations (par exemple sur le territoire de la République de Cochinchine) ou une vision caricaturale de SM Bao Dai, chef de l’Etat associé (1949-1955) sans parler d’une confusion d’image entre Vo Nguyen Giap et Truong Chinh au passage 20:50-54.

A part le premier ministre de la RDVN Pham Van Dong, les Vietnamiens de tous bords apparaissent comme des figurants qui subissent dans ce documentaire encore bien trop franco-français. Aucun historiens vietnamien, chinois, russe, américain ou français… n’ont été mobilisés pour étayer le propos. Et pour finir, le titre alambiqué est inintelligible et ne remplit pas sa promesse. Doit-on comprendre : “le Sud a gagné sa liberté” face à la ténacité des dirigeants de la République démocratique du Viêt-Nam (le Viêt-Minh en tant que front politique ayant disparu en 1951) qui désirait réunifier le pays sous leur seul contrôle ? Il aurait mieux valu l’intituler : “La Paix en Indochine : le pari de Mendès France”. Pari risqué pour Mendès France et pari manqué pour ce documentaire qui ne donne pas à voir toute la complexité de la situation. A voir donc, avec en tête ces quelques précautions d’usage.

FG

Lien vers le documentaire : dailymotion

François Guillemot : Une histoire accélérée de la résistance vietnamienne à l’Empire français [entretien]

Mise en ligne le 25 septembre 2019 d’un entretien d’Arnaud Pagès avec l’historien François Guillemot sur le processus révolutionnaire et indépendantiste vietnamien. Publié sur RetroNews le site de presse de la BNF.

Historien, ingénieur de recherche au CNRS en charge de la documentation sur l’Asie du Sud-Est à l’Institut d’Asie Orientale (ENS de Lyon), François Guillemot est un spécialiste de l’histoire du Vietnam contemporain. Son travail, à la croisée de la documentation et de la recherche, permet de mieux comprendre la genèse, la structuration et l’évolution des mouvements de résistance face à la colonisation française, pour aboutir à l’indépendance fracturée du pays en 1954, au sortir de la guerre d’Indochine.

François Guillemot est l’auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam et Des Vietnamiennes dans la guerre civile aux éditions Les Indes savantes. Son ouvrage le plus récent Viêt-Nam, fractures d’une nation, paru en 2018 aux éditions La Découverte, revient sur le processus d’indépendance vietnamien.

Propos recueillis par Arnaud Pagès.

Lire l’entretien : RetroNews (inscription nécessaire)

Illustration “à la une” : Vo Nguyen Giap et Ho Chi Minh à l’époque du soutien de l’OSS au Viêt-Minh, circa 1945 © DR

Thomas Cooper : Bombing Missions of the Vietnam War

Mis en ligne en 2017, ce récit visuel, basé sur des sources américaines déclassifiées en 2016, donne une vision précise des bombardements pendant la guerre du Viêt-Nam entre 1965 et 1973.

Bombing Missions of the Vietnam War

A visual record of the largest aerial bombardment in history

Between 1965 and 1975, the United States and its allies dropped more than 7.5 million tons of bombs on Vietnam, Laos, and Cambodia—double the amount dropped on Europe and Asia during World War II. Pound for pound, it remains the largest aerial bombardment in human history.

The bombardment of North Vietnam and its neighbors began shortly after the Gulf of Tonkin incident in August 1964, and continued until the last American was airlifted out of Saigon over a decade later. All told, the U.S. Air Force, Navy, and Marine Corps together conducted at least 2.8 millioncombat missions against ground targets, while the air forces of South Vietnam, Laos, Australia, and South Korea added an additional 360,000 missions to the tally.

In late 2016, the United States Department of Defense publicly released records of almost every bombing and ground-attack mission flown during the Vietnam War. (Ground-attack missions are strikes against ground targets using using rockets, missiles, cannons, and other non-bomb ordnance.) The data, meticulously digitized from the aircrews’ original after-action reports, allows us to visually reconstruct the air campaign, shedding new light on its sheer scale, intensity, and complexity. […]

Thomas Cooper is a cartographer and product engineer on the Story Maps team; a displaced Oregonian; a forager of cultural sustenance; a fair-weather motorcyclist; and a onetime expert on Kyrgyz supermarkets.

Accès au récit visuel : https://storymaps.esri.com/stories/2017/vietnam-bombing/index.html

« Y a-t-il eu une troisième force au Viêt-Nam, 1947-1948 ? ». Réponse à M. Nghiêm Phong Tuân

Le 15 mai 2018, il y a un peu plus d’un an, le journal Diễn Đàn Forum en ligne publiait les remarques  de M. Nghiêm Phong Tuấn concernant mon ouvrage sur l’histoire du Đại Việt paru aux Indes savantes en 2012. Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat soutenue en 2003 à l’EPHE à Paris à l’issue d’un travail de cinq ans (1998-2003) sous la direction du Professeur Nguyễn Thế Anh. Il aura donc fallu neuf ans pour que ce travail sur le mouvement nationaliste non communiste, précisément sur l’histoire du parti Đại Việt Quốc Dân Đảng, soit porté à la connaissance public et je dois remercier les Indes savantes pour cette initiative courageuse car les ventes de ce type de grosses monographies (738 p., 39 euros) sont souvent anecdotiques dues à un public relativement limité. L’ouvrage ayant reçu une vive critique de M. Nghiêm Phong Tuấn (fils de Nghiêm Xuân Thiện, ancien Gouverneur du Nord Viêt-Nam en 1947-1948), j’ai décidé de répondre à la fois sur la forme de la critique et sur le fond, ce qui me paraît plus intéressant à travers une question posée en titre de ce billet.

NB : Deux notices biographiques courtes accompagnent notre réponse.

François Guillemot

Lire la suite : Dien Dan Forum

 

A la recherche de Huế : Constitution du Fonds Võ Quang à l’IAO

Le jeudi 6 juin 2019, les chercheurs Pascal Bourdeaux (EPHE-GSRL-PSL) et François Guillemot (CNRS-IAO) ont réceptionné un don important d’ouvrages sur le Viêt-Nam provenant de la bibliothèque de recherche de M. et Mme Võ-Quang à Sceaux. Présentation succincte ci-dessous.

Le fonds Võ Quang a été constitué par un couple de chercheurs chimistes passionnés par la culture vietnamienne et assidus des cours de l’EPHE sur l’histoire et la culture de la péninsule indochinoise dispensés par le professeur Nguyễn Thế Anh dans les années 1990.

Préservé dans leur appartement de Sceaux, ce fonds rassemble quelques 800 ouvrages en vietnamien et en français autour des thématiques suivantes :

  • histoire, littérature et culture de Huế, l’ancienne capitale impériale. A cet ensemble cohérent s’ajoutent quelques études sur le Champa au centre du Viêt-Nam ;
  • mémoires et essais d’acteurs historiques (principalement en vietnamien) ;
  • études historiques récentes sur le Viêt-Nam parues en français
  • littérature vietnamienne traduite en français et littérature vietnamienne contemporaine ;
  • littérature coloniale publiée dans les années 1920/1930, études littéraires sur la période et rééditions d’ouvrages chez Kailash ;
  • écrits scientifiques de M. Võ Quang Yến, collection de 16 volumes (21/29,7) ainsi que d’autres documents tapuscrits ;
  • collections de revue vietnamiennes.

Déménagé le jeudi 6 juin 2019, le fonds a été provisoirement stocké dans les locaux du CNRS à Ivry-sur-Seine.

Une grande partie de ces collections va enrichir le fonds vietnamien de l’IAO et sera mise à disposition des chercheurs, des étudiants et des lecteurs de la Bibliothèque Diderot de Lyon au sein de l’espace Asie Orientale (collection IAO) en cours de constitution.

La pagode de la Dame Céleste à Huê, photographie de Vo Quang Yên © DR

Profil des deux donateurs :

Né le 25 juin 1928 à Nam Phố Trung dans la province de Thừa Thiên au centre du Viêt-Nam, Võ Quang Yến fut reçu docteur ès Sciences à Paris. Il a soutenu une thèse à l’université de Paris en 1962 intitulée “Contribution à l’étude des additions sur les composés acétyléniques : chloroformylation des arylacétyléniques : hydratation des diacétyléniques”.

En tant que spécialiste de chimie organique, il fut chargé de recherche puis directeur de recherche au CNRS, travailla et enseigna cette discipline à l’École nationale supérieure de chimie de Paris.

Passionné de l’histoire et de la culture de Huế, M. Võ Quang Yến a acquis au fil des années de nombreux ouvrages sur cette partie du Viêt-Nam, sa région d’origine. Il a publié de nombreux articles de vulgarisation scientifique au Viêt-Nam avant 1975 (revues Bách Khoa, Phổ Thông...) puis à l’étranger notamment dans la revue Diễn Đàn éditée à Paris ou en ligne sur les sites Chim Việt Cành Nam, Diễn Đàn Forum, Khoa học Đời sống, VietSciences.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages en nom propre :

  • Nói chuyện khoa học [Discussions sur la science], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Vũ trụ và không gian [Univers et espace], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Giáo dục tính phái [Éducation du genre], Saigon, Lửa Thiêng, 1973.
  • Gửi thương về Huế [Message d’amour sur Huế], Hanoi, Văn Học, 2006 (récemment mis en ligne).
  • Cây nhà lá vườn, Đà Nẵng, 2014-2015.
  • Champa một thưở, Paris, Chim Việt Cành Nam , 2018.
  • Tình nghĩa sông nước, Paris, Chim Việt Cành Nam, 2019 (à paraître).

Son épouse Liliane Võ Quang, née Kouscher, est née le 9 février 1934 à Dijon. Elle fut diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (ENS-Cachan) et de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco) à Paris en 1959. Elle fut reçue docteure d’État en Sciences physiques en 1965 avec une thèse intitulée « Préparation des acétyléniques, étude des propriétés chimiques et physicochimiques des éthynylcyclopropanes ». Elle fut détachée au CNRS de 1960 à 1965 au Laboratoire de Recherches de Chimie organique de l’ENSCP du Professeur P. Cadiot et y mena des recherches jusqu’en 1981. A partir de 1981, elle rejoignit le Laboratoire de Bioorganique et Biotechnologie, CERCOA-ENSCP du Professeur F. Le Goffic.

Parmi ses nombreuses fonctions universitaires, elle enseigna la chimie à L’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris depuis 1964 où elle fut responsable du Laboratoire d’enseignement de chimie organique  1ère année ( 1974-1986 ) et à l’ENS-Cachan pour la préparation à l’agrégation de Sciences Physiques (1974-1986). A partir de 1985, elle passa Maître de Conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et l’année suivante, elle s’occupa de la coopération culturelle, scientifique et technique avec le Vietnam à travers plusieurs missions visant à préparer les plans du Laboratoire d’Enseignement de la Chimie de l’Université de Hanoi.

Également passionnée d’histoire et de littérature, elle est l’auteure d’une étude sur la plus célèbre des pagodes de Huế :

  • Le temple de la Dame céleste, Chùa Thiên Mụ à Huế : sanctuaire bouddhique et miroir de l’ancienne capitale du Vietnam, parue dans la revue Péninsule en 2004. Ce travail est issu de son mémoire de maîtrise de vietnamien soutenu à l’université Paris VII en 1998.

Dans un esprit philanthropique et dans le but de promouvoir les études vietnamiennes en France, M. & Mme Võ Quang Yến ont fait don de leur bibliothèque de recherche. Une grande partie de leur fonds rejoindra les collections de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062). Quelques ouvrages plus spécifiquement dédiés aux questions religieuses seront versés au fonds de l’UMR 8582 Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

François Guillemot, 10/06/2019.

MàJ 11/06/2019.

Illustrations : FG et Pascal Bourdeaux

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :