Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

« Y a-t-il eu une troisième force au Viêt-Nam, 1947-1948 ? ». Réponse à M. Nghiêm Phong Tuân

Le 15 mai 2018, il y a un peu plus d’un an, le journal Diễn Đàn Forum en ligne publiait les remarques  de M. Nghiêm Phong Tuấn concernant mon ouvrage sur l’histoire du Đại Việt paru aux Indes savantes en 2012. Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat soutenue en 2003 à l’EPHE à Paris à l’issue d’un travail de cinq ans (1998-2003) sous la direction du Professeur Nguyễn Thế Anh. Il aura donc fallu neuf ans pour que ce travail sur le mouvement nationaliste non communiste, précisément sur l’histoire du parti Đại Việt Quốc Dân Đảng, soit porté à la connaissance public et je dois remercier les Indes savantes pour cette initiative courageuse car les ventes de ce type de grosses monographies (738 p., 39 euros) sont souvent anecdotiques dues à un public relativement limité. L’ouvrage ayant reçu une vive critique de M. Nghiêm Phong Tuấn (fils de Nghiêm Xuân Thiện, ancien Gouverneur du Nord Viêt-Nam en 1947-1948), j’ai décidé de répondre à la fois sur la forme de la critique et sur le fond, ce qui me paraît plus intéressant à travers une question posée en titre de ce billet.

NB : Deux notices biographiques courtes accompagnent notre réponse.

François Guillemot

Lire la suite : Dien Dan Forum

 

A la recherche de Huế : Constitution du Fonds Võ Quang à l’IAO

Le jeudi 6 juin 2019, les chercheurs Pascal Bourdeaux (EPHE-GSRL-PSL) et François Guillemot (CNRS-IAO) ont réceptionné un don important d’ouvrages sur le Viêt-Nam provenant de la bibliothèque de recherche de M. et Mme Võ-Quang à Sceaux. Présentation succincte ci-dessous.

Le fonds Võ Quang a été constitué par un couple de chercheurs chimistes passionnés par la culture vietnamienne et assidus des cours de l’EPHE sur l’histoire et la culture de la péninsule indochinoise dispensés par le professeur Nguyễn Thế Anh dans les années 1990.

Préservé dans leur appartement de Sceaux, ce fonds rassemble quelques 800 ouvrages en vietnamien et en français autour des thématiques suivantes :

  • histoire, littérature et culture de Huế, l’ancienne capitale impériale. A cet ensemble cohérent s’ajoutent quelques études sur le Champa au centre du Viêt-Nam ;
  • mémoires et essais d’acteurs historiques (principalement en vietnamien) ;
  • études historiques récentes sur le Viêt-Nam parues en français
  • littérature vietnamienne traduite en français et littérature vietnamienne contemporaine ;
  • littérature coloniale publiée dans les années 1920/1930, études littéraires sur la période et rééditions d’ouvrages chez Kailash ;
  • écrits scientifiques de M. Võ Quang Yến, collection de 16 volumes (21/29,7) ainsi que d’autres documents tapuscrits ;
  • collections de revue vietnamiennes.

Déménagé le jeudi 6 juin 2019, le fonds a été provisoirement stocké dans les locaux du CNRS à Ivry-sur-Seine.

Une grande partie de ces collections va enrichir le fonds vietnamien de l’IAO et sera mise à disposition des chercheurs, des étudiants et des lecteurs de la Bibliothèque Diderot de Lyon au sein de l’espace Asie Orientale (collection IAO) en cours de constitution.

La pagode de la Dame Céleste à Huê, photographie de Vo Quang Yên © DR

Profil des deux donateurs :

Né le 25 juin 1928 à Nam Phố Trung dans la province de Thừa Thiên au centre du Viêt-Nam, Võ Quang Yến fut reçu docteur ès Sciences à Paris. Il a soutenu une thèse à l’université de Paris en 1962 intitulée “Contribution à l’étude des additions sur les composés acétyléniques : chloroformylation des arylacétyléniques : hydratation des diacétyléniques”.

En tant que spécialiste de chimie organique, il fut chargé de recherche puis directeur de recherche au CNRS, travailla et enseigna cette discipline à l’École nationale supérieure de chimie de Paris.

Passionné de l’histoire et de la culture de Huế, M. Võ Quang Yến a acquis au fil des années de nombreux ouvrages sur cette partie du Viêt-Nam, sa région d’origine. Il a publié de nombreux articles de vulgarisation scientifique au Viêt-Nam avant 1975 (revues Bách Khoa, Phổ Thông...) puis à l’étranger notamment dans la revue Diễn Đàn éditée à Paris ou en ligne sur les sites Chim Việt Cành Nam, Diễn Đàn Forum, Khoa học Đời sống, VietSciences.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages en nom propre :

  • Nói chuyện khoa học [Discussions sur la science], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Vũ trụ và không gian [Univers et espace], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Giáo dục tính phái [Éducation du genre], Saigon, Lửa Thiêng, 1973.
  • Gửi thương về Huế [Message d’amour sur Huế], Hanoi, Văn Học, 2006 (récemment mis en ligne).
  • Cây nhà lá vườn, Đà Nẵng, 2014-2015.
  • Champa một thưở, Paris, Chim Việt Cành Nam , 2018.
  • Tình nghĩa sông nước, Paris, Chim Việt Cành Nam, 2019 (à paraître).

Son épouse Liliane Võ Quang, née Kouscher, est née le 9 février 1934 à Dijon. Elle fut diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (ENS-Cachan) et de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco) à Paris en 1959. Elle fut reçue docteure d’État en Sciences physiques en 1965 avec une thèse intitulée « Préparation des acétyléniques, étude des propriétés chimiques et physicochimiques des éthynylcyclopropanes ». Elle fut détachée au CNRS de 1960 à 1965 au Laboratoire de Recherches de Chimie organique de l’ENSCP du Professeur P. Cadiot et y mena des recherches jusqu’en 1981. A partir de 1981, elle rejoignit le Laboratoire de Bioorganique et Biotechnologie, CERCOA-ENSCP du Professeur F. Le Goffic.

Parmi ses nombreuses fonctions universitaires, elle enseigna la chimie à L’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris depuis 1964 où elle fut responsable du Laboratoire d’enseignement de chimie organique  1ère année ( 1974-1986 ) et à l’ENS-Cachan pour la préparation à l’agrégation de Sciences Physiques (1974-1986). A partir de 1985, elle passa Maître de Conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et l’année suivante, elle s’occupa de la coopération culturelle, scientifique et technique avec le Vietnam à travers plusieurs missions visant à préparer les plans du Laboratoire d’Enseignement de la Chimie de l’Université de Hanoi.

Également passionnée d’histoire et de littérature, elle est l’auteure d’une étude sur la plus célèbre des pagodes de Huế :

  • Le temple de la Dame céleste, Chùa Thiên Mụ à Huế : sanctuaire bouddhique et miroir de l’ancienne capitale du Vietnam, parue dans la revue Péninsule en 2004. Ce travail est issu de son mémoire de maîtrise de vietnamien soutenu à l’université Paris VII en 1998.

Dans un esprit philanthropique et dans le but de promouvoir les études vietnamiennes en France, M. & Mme Võ Quang Yến ont fait don de leur bibliothèque de recherche. Une grande partie de leur fonds rejoindra les collections de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062). Quelques ouvrages plus spécifiquement dédiés aux questions religieuses seront versés au fonds de l’UMR 8582 Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

François Guillemot, 10/06/2019.

MàJ 11/06/2019.

Illustrations : FG et Pascal Bourdeaux

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :

Vietnam War left a painful legacy for indigenous minority that fought alongside U.S.

[ndlr] Signalement d’un reportage de Charles Dunst sur un sujet peu évoqué. L’engagement de membres de minorités ethniques au côté des Américains pendant la guerre du Viêt-Nam.

Here in the windswept, rolling hills of central Vietnam, there are many reminders of the war that ended four decades ago.

Two Soviet-made tanks sit in the village of Dak To as monuments to the men who died retaking the region from U.S.-backed South Vietnam in 1972. The flag of the communist Viet Cong guerrillas is painted on roadside walls. Undiscovered land mines remain a hazard.

But for the indigenous minority that Vietnam’s French colonizers named the Montagnards, or “mountain people,” the legacy of the war is especially painful.

They fought alongside the Americans and continue to be regarded as enemies by the Vietnamese government, which routinely subjects them to surveillance, arbitrary arrest, land seizures and other abuses that have been documented by human rights groups.

“Hanoi’s perspective on the Montagnards seems fixed in a Vietnam War-era past,” said Phil Robertson, deputy director of Human Rights Watch’s Asia division. “Ever since the war ended in 1975, the Montagnards have faced systematic harassment, intrusive surveillance and persecution.”

Lire la suite : Los Angeles Times, 21/05/2019.

Image “à la une” : Dim, right, is a Montagnard who fought alongside U.S. Army special forces in the Vietnam War. Chuh A., left, is the son of a Montagnard veteran and was deported from the U.S. in 2017 © Charles Dunst / For The Times.

Asian Puppetry: Traditions and Transitions

[ndlr] Appel à contributions pour le JOSA.

JOSA : Journal of the Oriental Society of Australia Vol. 51 


Asian Puppetry: Traditions and Transitions

Deadline: September 30, 2019

JOSA: Journal of the Oriental Society of Australia announces a themed issue (vol. 51) focusing on puppetry in Asia or in Asian diaspora. The issue invites work on historical or contemporary, traditional or experimental forms of puppetry. The journal welcomes any approach or discipline, including social, material, narrative, musicological, anthropological, or gender studies approaches. Papers on less well-known or little-researched practices or troupes will be given special consideration.   

Please submit inquiries or papers of 50008000 words and Chicago style to JOSA (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). 

JOSA is the peer-reviewed publication of the Oriental Society of Australia, and has been published continuously from 1960. It is the oldest journal on Asia currently published in Australia.Contact Info: 

JOSA editor (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). Contact Email: josh.stenberg@sydney.edu.au

Claire E. Edington: Beyond the Asylum Mental Illness in French Colonial Vietnam [parution]

[ndlr] Parution d’un ouvrage clé sur un sujet méconnu de l’histoire coloniale.

Claire Edington’s fascinating look at psychiatric care in French colonial Vietnam challenges our notion of the colonial asylum as a closed setting, run by experts with unchallenged authority, from which patients rarely left. She shows instead a society in which Vietnamese communities and families actively participated in psychiatric decision-making in ways that strengthened the power of the colonial state, even as they also forced French experts to engage with local understandings of, and practices around, insanity. Beyond the Asylumreveals how psychiatrists, colonial authorities, and the Vietnamese public debated both what it meant to be abnormal, as well as normal enough to return to social life, throughout the early twentieth century.

Straddling the fields of colonial history, Southeast Asian studies and the history of medicine, Beyond the Asylum shifts our perspective from the institution itself to its relationship with the world beyond its walls. This world included not only psychiatrists and their patients, but also prosecutors and parents, neighbors and spirit mediums, as well as the police and local press. How each group interacted with the mentally ill, with each other, and sometimes in opposition to each other, helped decide the fate of those both in and outside the colonial asylum.

Contents

List of Illustrations
Acknowledgments
Introduction: Writing the Social History of Psychiatry in French Colonial Vietnam
1. A Background to Confinement: The Legal Category of the “Insane” Person in French Indochina
2. Patients, Staff, and the Everyday Challenges of Asylum Administration
3. Labor as Therapy: Agricultural Colonies, Study Trips, and the Psychiatric Reeducation of the Insane
4. Going In and Getting Out of the Colonial Asylum: Families and the Politics of Caregiving
5. Mental illness and Treatment Advice in the Vietnamese Popular Press
6. Psychiatric Expertise and Indochina’s Crime Problem
Conclusion: Continuities and Change in Postcolonial Vietnam
Notes
Bibliography
Index

Source : Cornell University Press

Franck Michelin : La guerre du Pacifique a commencé en Indochine, 1940-1941 [parution]

Parution de la thèse remaniée de Franck Michelin. Un ouvrage clé pour la compréhension de cette période de l’histoire de l’Asie. Présentation de l’éditeur.

Le 23 septembre 1940, l’armée japonaise viole la frontière indochinoise malgré la conclusion d’un accord à Hanoï quelques heures plus tôt. Pour l’Indochine française, c’est le début de près de cinq années d’occupation, qui aboutissent, le 9 mars 1945, à l’élimination de la présence française. Ainsi, l’action des forces nippones a pour conséquence de précipiter l’indépendance du Vietnam, du Cambodge et du Laos, ainsi que celle de déclencher la Guerre d’Indochine. Pour le Japon, nouvel allié de l’Allemagne, c’est la première étape de l’expansion vers le sud qui mène, quinze mois plus tard, à l’éclatement de la Guerre du Pacifique.

Fruit d’un long travail de recherche et d’analyse d’archives françaises et japonaises, ce livre explore enfin le rôle du Japon, longtemps resté absent des études sur le second conflit mondial et sur les origines de la Guerre d’Indochine, bien qu’il ait précipité la crise qui allait changer pour toujours le destin de la France, celui de son ancienne colonie indochinoise, ainsi que celui de l’ensemble de la région Asie-Pacifique.

Spécialiste de l’histoire du Japon contemporain et des relations entre l’Europe et l’Asie, Franck Michelin est professeur à l’université Teikyo (Tokyo) et chercheur associé à l’université Paris-Sorbonne et à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon.

Ouvrage à paraître (10 avril 2019) chez Passés composés éditions en co-édition avec le Ministère des Armées, 2019, 360 p. ISBN : 978-2379330605 Prix : 22 €

Image “à la une” : Armée japonaise en Indochine, source : Forum, La guerre en images © DR