Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Du port au monde. Une histoire globale des ports indochinois (1858-1956) – Colloque à Đà Nẵng les 27, 28 et 29 octobre 2022

Annonce d’un important colloque franco-vietnamien à Đà Nẵng (Viêt-Nam) les 27, 28 et 29 octobre 2022. Programmes téléchargeables ci-dessous en français, vietnamien et anglais.




Pour s’inscrire :

Un lien d’inscription est disponible sur la troisième page de la plaquette du programme (en vietnamien, en français ou en anglais). Les liens de connexion seront envoyés aux inscrits une semaine avant la tenue de l’événement. Comme indiqué sur le programme, les intéressé-es peuvent s’adresser au coordinateur du colloque aux deux adresses suivantes : 

Christopher Goscha – The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam

A ne pas manquer ! La guerre d’Indochine telle qu’elle fut. Présentation de l’éditeur.

Résumé :

On May 7, 1954, when the bullets stopped and the air stilled in Dien Bien Phu, there was no doubt that Vietnam could fight a mighty colonial power and win. After nearly a decade of struggle, a nation forged in the crucible of war had achieved a victory undreamed of by any other national liberation movement. The Road to Dien Bien Phu tells the story of how Ho Chi Minh turned a ragtag guerrilla army into a modern fighting force capable of bringing down the formidable French army.

Taking readers from the outbreak of fighting in 1945 to the epic battle at Dien Bien Phu, Christopher Goscha shows how Ho transformed Vietnam from a decentralized guerrilla state based in the countryside to a single-party communist state shaped by a specific form of “War Communism.” Goscha discusses how the Vietnamese operated both states through economics, trade, policing, information gathering, and communications technology. He challenges the wisdom of counterinsurgency methods developed by the French and still used by the Americans today, and explains why the First Indochina War was arguably the most brutal war of decolonization in the twentieth century, killing a million Vietnamese, most of them civilians.

Panoramic in scope, The Road to Dien Bien Phu transforms our understanding of this conflict and the one the United States would later enter, and sheds new light on communist warfare and statecraft in East Asia today.

Source : https://press.princeton.edu/books/hardcover/9780691180168/the-road-to-dien-bien-phu


Geoffrey C. Gunn, Monarchical Manipulation in Cambodia – CR de lecture de Anatole Bernet

Geoffrey C. GUNN, professeur émérite à l’université de Nagasaki et professeur adjoint à l’université de Macau, fait don dans Monarchical Manipulation in Cambodia d’une synthèse fort utile à l’étude de la monarchie cambodgienne. Diplômé de l’université de Melbourne et de l’université Monash en Asian Studies, il couvre par ses travaux une grande variété d’aires culturelles asiatiques, du monde malais aux ports japonais. Geoffrey C. Gunn porte une attention particulière à la world history, se conformant à l’adage selon lequel cette histoire globale n’est en aucun cas une histoire du globe tout entier : Gunn peut ainsi se targuer d’être tant auteur d’une histoire de la « première mondialisation » eurasienne1 que de ce qu’il identifie comme des « regional world histories »2 ; histoires globales de Macao3 et du Timor4 y côtoient une étude de la place de Nagasaki dans le commerce asiatique des lingots sur deux siècles5. L’histoire globale de l’Asie tend – en toute logique – à se focaliser sur les espaces de mobilité fréquente et d’échanges nombreux que furent les ports, villes et autres comptoirs commerciaux. Aussi est-il bienvenu de constater que Geoffrey C. Gunn met à profit son expérience de l’histoire globale dans l’étude d’un pays – le Cambodge – dont la période coloniale française est caractérisée, contrairement au Viêt Nam, par le nombre limité d’interactions d’une population clairsemée avec le monde extérieur.

Paru en juin 2018, Monarchical Manipulation, dont le sous-titre est « France, Japan, and the Sihanouk Crusade for Independence », s’inscrit dans la continuité logique de deux ouvrages aux thématiques similaires que Gunn a consacré à l’Indochine française : un sur le Laos, paru en 1990 et réédité en 20196, et un sur le Viêt Nam, paru en 20147. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de caractériser les formes de contestations politiques et de révoltes qui émergent en contexte colonial. Toutefois, là où le Laos comme le Viêt Nam sont appréhendés par Gunn dans une perspective agraire – la révolte partant des campagnes pour atteindre en instance finale le siège urbain du pouvoir colonial, c’est une problématique monarchique qui constitue le fil rouge de cet ouvrage. Le propos de Gunn est de considérer le paysage politique à la sortie du régime colonial comme le fruit d’un continuum amorcé sous la période française, dans lequel les personnalités monarchiques en général et Norodom Sihanouk en particulier jouent un rôle décisif, qu’il soit actif ou passif. Divisé en dix-neuf chapitres répartis dans neuf parties, le contenu du livre mérite d’être développé, car le titre et le sous-titre de l’ouvrage peuvent prêter à confusion. D’une part, il ne s’agit pas uniquement d’une étude de la monarchie dans le cadre de l’intervention japonaise puis de l’accession progressive à l’indépendance, mais bien d’un ouvrage de synthèse sur l’ensemble de la période coloniale. Geoffrey Gunn met d’ailleurs tant à profit ses propres recherches aux archives que celles d’innombrables autres travaux sur le protectorat français du Cambodge, ce dont résulte un travail à l’exhaustivité notable. D’autre part, il ne s’agit certainement pas uniquement d’une histoire « par le haut » de la contestation politique au Cambodge mais bien aussi d’une histoire « par le bas ». Gunn fait grand cas des communautés migrantes et rurales, leur allouant des chapitres dédiés en amont de son propos, chapitres qui permettent par la suite de mieux souligner le rôle de ces communautés dans le contexte général. Fort de cette attention à une histoire du Cambodge « par le bas », le propos de l’ouvrage met en évidence plusieurs usages de la figure monarchique dans le Cambodge colonial : d’abord instrumentalisée par le pouvoir colonial dans le cadre du protectorat, elle devient source et support de revendications politiques dans les périodes d’instabilité politique, plaçant Norodom Sihanouk dans une position inédite lorsque l’occupant japonais s’empare du Kampuchéa vichyste. Elle se fait enfin actrice et étendard de l’indépendance dans le cadre de la « croisade » décrétée par Sihanouk.

Imposer et fortifier le protectorat (ch. 1-7)

Norodom 1er (extrait de Die katholischen Missionen, side 48, 1903).

Au milieu du XIXème siècle, le Cambodge se trouve dans une position de double vassalité entre le royaume du Siam et du Viêt Nam. Le pouvoir du roi khmer, fondé sur l’idée d’un deva-raja (« dieu-roi »), tend à décliner depuis le XVème siècle au profit des intermédiaires politiques et des membres de la famille royale. Le statut du pays reste néanmoins incertain selon des conceptions occidentales. C’est dans ce contexte que les Français imposent le protectorat au roi Norodom Ier par le traité d’Oudong le 5 juillet 1863. En décembre de la même année, le roi Norodom promet néanmoins des droits semblables au royaume de Siam suite à des pressions similaires. C’est donc une convention franco-thaï qui définit en 1867 le statut du Cambodge en tant que protectorat sans autonomie internationale, ce en échange des provinces d’Angkor et de Battambang, tenues par le Siam jusqu’en 1907, puis de nouveau brièvement pendant la Seconde Guerre mondiale. La monarchie cambodgienne devient à cette occasion l’auxiliaire de l’administration coloniale française : en 1866, Norodom fait de Phnom Penh, base d’opérations française, la nouvelle capitale du royaume, tandis que l’impôt colonial et les régimes de corvées qui l’accompagnent sont centralisés par le même pouvoir royal.

Le royaume du Cambodge ne dispose pas de règles de succession écrites : ce sont des dignitaires qui proclament le successeur dans la famille royale sur demande du roi. L’administration coloniale française s’immisce rapidement dans ce processus, choisissant indirectement le souverain en influant sur ses dignitaires : Norodom Yukanthor, anti-français, est écarté au profit de Sisowath (1904-1927), tandis que son successeur Monivong (1927-1941) est envisagé comme tel dans les rapports français dès 1913. La présence française contribue aussi à affirmer – pour mieux la manipuler – l’identité cambodgienne. L’École Française d’Extrême-Orient (implantée en 1907) tente de préserver le clergé bouddhiste Mana Nikaya majoritaire pour éviter au clergé Dhammayuttika Nikaya minoritaire sous influence siamoise d’acquérir un pouvoir jugé menaçant. Ces actions contribuent aussi à l’affirmation nationaliste khmère. En 1930, la khmerphile et directrice de la bibliothèque royale Suzanne Karpelès fonde aussi l’Institut Bouddhique ainsi qu’une Commission des Mœurs et Coutumes du Cambodge, institutions qui contribuent à l’affirmation d’une identité khmère.

Le fait colonial français se manifeste concrètement par une nouvelle organisation des zones rurales dans l’optique de collecter l’impôt. Les communautés villageoises (srok) choisissent à partir de 1901 un mesrok qui est responsable de la collecte des taxes. Elles sont remplacées en 1908 par des communes (khum) dirigées par un mekhum. Le système colonial de taxe et de corvée pèse lourd sur les plus défavorisés, et l’agriculture stagne : des épisodes de disette surgissent en 1906, 1911 et 1919, au point que l’administration coloniale interrompt temporairement les exportations vers la métropole. Dans ce contexte, les révoltes sont surtout paysannes et s’opposent au poids de l’impôt : les paysans se rassemblent en 1916 à Phnom Penh pour réclamer une réforme de la taxe, et en 1925 le collecteur d’impôt Félix Louis Bardez est lynché par une foule en colère. À ces prémisses cambodgiennes de la révolte se greffent des leaders qui tendent à être prétendants au trône : le prince Si Votha mène ainsi plusieurs rébellions entre 1876 et 1889. S’y ajoutent les ethnies « montagnardes », comme les Phnong, qui se rebellent en 1912-1914 et en 1931-1935 face à une administration coloniale pour qui ils sont les sauvages par excellence à soumettre au pouvoir de la puissance française.

Les revendications politiques et le rôle de l’intermède japonais (ch. 8-13)

Deux communautés non-khmères majeures sont installées au Cambodge colonial : les Chinois et les Vietnamiens. Les Chinois, pour la plupart originaires de Hainan, sont historiquement présents au Cambodge comme commerçants du poivre. Concentrés autour de Kampot, ils forment des huiguan [会馆] (« congrégations ») qui disposent de leurs institutions et de leurs structures propres. Les Vietnamiens sont eux nombreux dans la région agricole de Prey Veng et dans celle, productrice de caoutchouc, de Chup. Ils constituent une force de travail privilégiée par les Français, car souvent moins onéreux. Ces communautés sont aussi une source d’inquiétude pour les autorités coloniales : les Vietnamiens sont considérés comme un danger car possibles agents de propagation du caodaïsme, tandis que les Chinois sont la cible de l’influence du Parti Communiste chinois et de l’aile gauche du Kuomintang dès les années 1920. Par la suite, c’est le Parti communiste indochinois de Ho Chi Minh qui exercent son influence idéologique sur le Cambodge. Dès 1936, Son Ngoc Thanh et Pach Chhoeun émergent comme figures précoces de la lutte khmère pour l’indépendance.

Le journal Nagara vatta, premier magazine en langue khmère.

Lorsque Norodom Sihanouk devient roi du Cambodge en 1941, le régime de Vichy incarné par Decoux tente d’appliquer au Cambodge la logique de « rénovation nationale » pétainiste. Ce « créationnisme culturel » voit notamment le passage du khmer à l’écriture romaine, et la création des Yuvan Kampuchearath (« Jeunes du Cambodge ») pour mobiliser la jeunesse. Une attaque du Siam en 1941 donne lieu à des défaites terrestres françaises mais aussi à une victoire navale qui pousse les Japonais à arbitrer le conflit en faveur du Siam. La perte subséquente d’un tiers du territoire cambodgien donne lieu à un immédiat mécontentement de la population. Le 20 juillet 1942, la « guerre des parapluies », révolte de moines après la suppression du journal Nagara vatta (កាសែតនគរវត្), donne lieu à l’arrestation de Pach Chhoeun et d’autres patriotes. Le coup de force japonais du 9 mars 1945 et l’instauration du royaume du Kampuchéa voient l’abrogation des traités de 1863 et 1884 par Sihanouk, ce qui en fait un état indépendant sous contrôle japonais. Le 9 août 1945, un de coup d’État par Son Ngoc Thanh et la création d’un Corps de Volontaires cambodgiens met en évidence la présence d’un mouvement d’indépendance radical républicain.

La conférence de Postdam (juillet-août 1945) prévoit une reddition japonaise au sud du 16ème parallèle aux forces du South East Asian Command (SEAC) basé à Singapour. Ce sont donc les Britanniques qui déposent Son Ngoc Thanh, lequel les pensait pro-indépendance. Ce sont aussi les Britanniques qui implémentent le 25 novembre 1945 les mesures de reddition alliées. Le 7 janvier 1946, le nouveau modus vivendi franco-cambodgien fait du Cambodge un royaume autonome de l’Union française, consacrant un retour au protectorat. Le statut de royaume autonome engendre néanmoins un nouveau paysage politique : les élections de 1946 (Convention constitutionnelle) et 1950 (Assemblée nationale) sont toutes les deux remportées par le Parti démocrate, anti-Sihanouk et anti-français. S’y oppose le timide Parti libéral mené par le prince Norindeth qui souffre d’être pro-français. Une constitution sur le modèle de la IVème République est proclamée le 7 mai 1947, mais l’opposition entre une Assemblée nationale démocrate et Norodom Sihanouk bloque le processus décisionnel. En juin 1952, Sihanouk dissout l’Assemblée et décide d’assumer directement le pouvoir jusqu’en 1955.

Du modus vivendi à la « croisade royale pour l’indépendance » (ch. 14-19)

Plusieurs nouveaux groupes d’action politiques se constituent au lendemain du modus vivendi. Le premier est celui des « moines bouddhistes », par extension toute personne faisant partie d’une école monastique, du clergé ou même de l’Institut Bouddhique. Saloth Sar est par exemple élevé dans un ordre Dhammayuttika Nikaya thaï, dont l’allégeance ne va pas à Norodom Sihanouk mais au souverain thaï. Le futur Pol Pot fait également partie du deuxième groupe majeur d’opposition politique : celui des membres du groupe scolaire du lycée Sisowath de Phnom Penh. S’y forme en 1946 un groupe de « Libération du Cambodge du colonialisme français ». Ces différents cercles subissent des influences étrangères multiples, qu’il s’agisse de la propagande du Viêt Minh ou du journal Vô San (« Prolétariat ») d’obédience trotskiste. Concomitamment, des guérillas rurales se déclarent dans les montagnes. Khmer Issarak est une guérilla khmère soutenue par Bangkok, que rejoint Son Ngoc Thanh en 1952. Le Comité de Libération du Peuple Khmer (CLPK) est actif à l’Ouest du pays, et l’année 1951 voit la création du Parti Révolutionnaire du Peuple Khmer (PRPK) par Son Ngoc Minh, d’autre part à la tête d’un Front Issarak Uni (FIU).

Norodom Sihanouk, monarque et acteur de l’indépendance du Cambodge

Après avoir assumé personnellement le pouvoir politique, Norodom Sihanouk multiplie les missions diplomatiques pour obtenir au plus vite l’indépendance du Cambodge. En 1952, il effectue un voyage au Vatican, au Canada, aux États-Unis puis au Japon pour y établir des relations diplomatiques. Partout, il déclare l’intention à se ranger dans le camp capitaliste si l’indépendance est acquise. En France en 1953, il obtient du président de la République Vincent Auriol le transfert des Forces Armées Khmères au pouvoir royal, tandis que son Premier Ministre Penn Nouth obtient progressivement entre août et octobre 1953 le transfert des prérogatives de l’administration coloniale au Cambodge. Le 9 novembre 1953, Norodom Sihanouk fait une entrée triomphale à Phnom Penh, célébrant la victoire de sa « croisade pour l’indépendance ». Lors des accords de Genève, en 1954, le Cambodge est ainsi le seul pays indochinois représenté par lui-même, la France représentant le Laos et le Viêt Nam. L’indépendance ne règle pas pour autant toute inquiétude politique au Cambodge : abdiquant en 1955 en faveur de son père, Norodom Sihanouk dirige le pays par l’intermédiaire du Sangkum, une assemblée dont il nomme personnellement les membres. Sa répression des mouvements communistes donne lieu à un exil des étudiants vers les guérillas rurales. Le coup d’État de Lon Nol du 18 mars 1970 et la déstabilisation du pays qui s’ensuit constituent un prélude au régime des Khmers Rouges et au régime d’arbitraire total qu’ils imposent.

Conclusion

Le rôle de la monarchie dans l’histoire coloniale du Cambodge est premier. La domination coloniale que la France exerce sur le Cambodge est d’abord une domination sur les prérogatives de la monarchie khmère. Les membres de l’opposition politique et de manière générale de la vie politique cambodgienne sont jusque tardivement en priorité des membres de la famille royale. C’est enfin par les manipulations diplomatiques de Norodom Sihanouk que le Cambodge acquiert une indépendance relativement peu violente. L’ouvrage de Geoffrey Gunn a l’avantage de mettre en évidence une continuité entre des contextes politiques qui ne sont pas souvent rapprochés : l’Indochine française et les Khmers Rouges. Les lecteurs et lectrices francophones regretteront que l’ouvrage souffre de coquilles de langue française nombreuses, voire systématiques : le chapitre 6 s’intitule ainsi « Managing the paix français [sic] », faute d’accord reprise dans tout ledit chapitre. L’exhaustivité de Monarchical Manipulation in Cambodia et l’attention de l’auteur aux différentes communautés actrices de la contestation auront tôt fait de les faire pardonner ces quelques fautes d’édition, célébrant la synthèse qu’offre présentement Geoffrey Gunn à l’histoire coloniale du Cambodge.

Anatole Bernet, promotion ASIOC 2021-2022.

Anatole Bernet est agrégé d’Histoire et étudiant en deuxième année du Master Asie Orientale et Contemporaine (ASIOC).


Notes

  1. Geoffrey C. Gunn, First globalization: the Eurasian exchange, 1500-1800 (Rowman & Littlefield Publishers, 2003) []
  2. cf. https://geoffreycgunn.com/publications.php []
  3. Geoffrey C. Gunn, Encountering Macau: A Portuguese city-state on the periphery of China, 1557-1999 (Westview Press, 1996) []
  4. Geoffrey C. Gunn, Timor Loro Sae: 500 Years (Livros do Oriente, 1999) []
  5. Geoffrey C. Gunn, World trade systems of the east and west: Nagasaki and the Asian bullion trade networks (Brill, 2017) []
  6. Geoffrey C. Gunn, Rebellion In Laos: Peasant And Politics In A Colonial Backwater (Routledge, 2019) []
  7. Geoffrey C. Gunn, Rice wars in colonial Vietnam: the Great Famine and the Viet Minh road to power (Rowman & Littlefield, 2014) []

La mémoire est un repère – A propos du Portail et du Silence du bourreau de François Bizot

En 2012, après avoir donné la parole aux rares survivants et aux bourreaux en liberté de S-21, le cinéaste cambodgien Rithy Panh (en collaboration avec l’écrivain Christophe Bataille) produit un témoignage à la première personne, L’élimination. Par ce récit autobiographique, l’auteur livre une réflexion sur l’oubli, la mémoire, la violence et la nature des crimes qu’il a subis. Il écrit « La mémoire est un repère. Ce que je cherche, c’est la compréhension de la nature de ce crime et non le culte de la mémoire »1. La mémoire est conçue comme un socle, un axe, à partir duquel construire une pensée dynamique sur la nature du mal. S’appesantir dans la mémoire est paradoxalement une façon de s’enliser dans l’oubli2. Ainsi se pense le projet de L’élimination, comme une façon de transmettre l’histoire et de tirer des enseignements de la mémoire exemplaire et individuelle à travers l’imbrication de la parole subjective du témoin et la démarche d’un acteur de la mémoire3. Ces thèmes résonnent également dans les œuvres de François Bizot, qui s’inscrivent parfaitement dans cette didactique mémorielle.

Dans le camp S-21, François Bizot avait découvert la photo de Douch, l’ancien chef du camp khmer où le Nancéien avait été emprisonné pendant trois mois. Photo © ER

En 2002, François Bizot, un ethnologue membre de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), publie Le portail4 où il livre deux récits. Le premier relate sa captivité au camp M-13 dans le maquis des Khmers rouges en 1971 et sa rencontre avec Douch, responsable de sa libération, mais également responsable de la mort de près de 18 000 personnes. Le second récit retrace le calvaire des ressortissants français de l’autre côté du « portail » de l’Ambassade après la prise en Phnom Penh en 1975. Tout au long de l’œuvre, c’est la maitrise de la langue khmère et des usages qui distinguera l’auteur par sa position de témoin privilégié et d’interprète entre deux mondes. En 2013, dans Le silence du bourreau5, François Bizot approfondit l’analyse de sa relation complexe avec Douch, voulant s’efforcer d’éclairer derrière le masque du monstre, la figure de l’homme responsable et pleinement conscient. Il relate le procès de Douch auquel il assiste en tant que témoin et transmet sa réflexion complexe en amont du procès sur l’humanisation du mal. Ce livre réunit aussi en annexe des documents d’histoire, comme les notes de lecture de Douch après sa lecture du Portail.

La mémoire, le silence et le Cambodge

A l’interrogation « le Cambodge fait-il œuvre de mémoire du drame qu’il a vécu ? » François Bizot répond :

« Le Cambodge est aujourd’hui peuplé de survivants dont la pensée permanente tourne autour de la plaie béante qu’ils portent en leur chair. (…) La souffrance au Cambodge est encore trop vive, trop fraîche, et tant que la génération qui a pleinement vécu l’horreur n’aura pas disparu, ce travail ne pourra véritablement se faire. (Cf. « Victimes et bourreaux », Revue des Deux Mondes, 2001, p. 121‑125).

Parler au Cambodge des crimes des Khmers rouges et des massacres massifs des civils semble encore difficile ; en effet, la proximité quotidienne des bourreaux et des victimes, les plaies et sillons indélébiles dans le paysage urbain et les esprits a produit l’indicible, le silence. Le témoignage de Bizot présente l’avantage cynique d’une double distance : celle d’abord d’être un étranger, géographiquement et culturellement, qui n’a été pris qu’individuellement dans la spirale criminelle khmère et une fois libéré, a pu quitter l’œil du cyclone pour un autre chez lui ; celle ensuite d’être étranger au crime du bourreau notoire Douch, ne pouvant se positionner que sur son emprisonnement à M-13 et n’ayant pas assisté au massacre organisé du camps S-21. Cette double distance permet à François Bizot de témoigner dans l’espace créé par « les silences entre les coups de fusils », silence des anonymes morts dans les camps, silence de l’indicible d’une population meurtrie, silence amplifié par le désintérêt premier de la communauté internationale.

« Tout mon passé cambodgien, à peine réveillé en moi, vint s’échouer contre cette image d’un présent sans mémoire. (…) Un drame « sans importance », en quelque sorte, cloué dans mon imagination, sans la moindre solennité, et dont les preuves tangibles s’évanouissaient dans le devenir des choses, sous l’hermétisme des traces qu’elles portent comme les déformations émouvantes de leurs reflets à la surface du temps » (Bizot, Le portail, op. cit., p. 23).

Fixer l’évanescence ou « l’inconsistance » du Cambodge devient alors une mission pour François Bizot, nécessaire et douloureuse6.

Pourquoi et comment témoigner ? La mémoire, l’écriture et la géologie

Le premier mouvement de François Bizot est de dédier le Portail à Lay et Son, ses associés qui avaient été fait prisonniers avec lui et ont trouvé la mort dans un camp. C’est aussi en leur nom qu’il témoigne lors du procès de Douch :

« Qu’il me soit permis, en cette circonstance, d’évoquer la mémoire des prisonniers de M.13, dont le souvenir ne me quitte plus. Et en particulier de mes deux collaborateurs, Ung Hok Lay et Kang Son, qui ont été exécutés plus tard, dans un autre camp, parce qu’ils avaient travaillé avec moi. C’est en leur nom à tous que je veux témoigner aujourd’hui. »

Pourtant le projet de François Bizot dépasse le fait de sortir certaines victimes de l’anonymat, en effet, à travers une expérience exemplaire passée par le filtre de la mémoire, l’auteur livre une réflexion plus large sur l’écriture de l’histoire et du crime. Lors d’un échange sur France Culture7, François Bizot utilise une métaphore géologique face au souvenir : comme des strates qui apparaissent pour celui qui fouille un terrain, afin d’y découvrir des dépôts, des morceaux de pierre plus durs, des filons dans la pierre qui permettaient de faire gravir un sentier inconfortable. Le fait d’avoir trouvé en soi des filons, des vérités, spécifiques au témoin, plus précises que les explications des chroniques :

« Je me retrouvais avec la conviction que ce qui m’apparaissait comme vrai n’apparaissait pas dans le discours habituel, dans ce que l’on peut penser et être amené à faire penser à nos enfants sur les crimes de masses, sur le bourreau et sur l’homme. »

Le Portail est une forme de collection de sensations et de souvenirs auxquels François Bizot donne une forme pour offrir au lecteur une compréhension de la rupture historique que constituent les évènements cambodgiens. Sinon comment saisir la complexité de ce moment et de la figure de Douch ? L’écriture de Bizot montre les limites d’une méthodologie souvent téléologique de l’historien et simplificatrice de la Justice. Avoir vécu en première personne la rencontre avec le bourreau donne à Bizot une forme de compréhension plus ample de la subtilité. C’est par l’écriture qu’il cherche à trouver cette précision :

« En réalité, parce que l’écriture implique une manière d’atteindre les choses plus subtiles que celle qui suffit au fonctionnement habituel de l’esprit, il me devenait aisé, au fil des phrases, d’entrer dans la peau de n’importe quel tyran, juste en passant par les voies ad hoc : l’exercice n’a pas d’équivalent pour étaler devant soi les vrais secrets de notre intime nature, et la distance entre Douch et moi s’amenuisait encore » (Bizot, Le silence du bourreau, op. cit., p. 213).

L’art contribue largement à l’entreprise de la mémoire, par le film, la musique, ou l’écriture, il semble que l’art puisse livrer une compréhension plus fine de la rencontre avec l’altérité ou l’indicible autour duquel l’histoire gravite.

D’un témoin dans l’histoire … au témoin du tribunal : Limites de la justice internationale

L’écriture de Bizot dépasse également la sphère artistique pour en faire un acteur, aux premières loges de l’histoire, dévoilant ainsi la frontière poreuse entre l’histoire et la mémoire exemplaire. Si Le Portail apparait comme une œuvre nécessaire, Le silence du bourreau nait de la présence de François Bizot au procès, faisant de ce texte un objet d’histoire par la mise en scène des échanges judiciaires et privés entre Douch et Bizot. En effet, François Bizot a envoyé une édition du Portail au « détenu » Douch8, dont les impressions de lectures constituent un document particulièrement intéressant figurant en première annexe du Silence du bourreau9. Le procès de Douch a lieu en 200910 et constitue pour Bizot un exemple des limites de la Justice Internationale face aux questionnements sur le mal et l’inhumain, développés par Hannah Arendt et Primo Lévi.

« À regarder Douch dans le box des accusés, sous l’éclairage outrancier des « Chambres extraordinaires au sein des Tribunaux cambodgiens » qui tombe aussi à plein sur moi, j’ai envie de me lever pour dénoncer l’hypocrite tabou, et demander aux juges d’oser nous faire entendre les moments où le bourreau khmer rouge, dans le même uniforme soudain que le bourreau nazi, dévoile sa sensibilité et ses doutes, expose en plein jour les caractères fondamentaux de son humanité, de quelle manière il fut un homme violent, lâche, léger ; et par là profondément humain. »

De la même façon que Rithy Panh11, François Bizot demande le courage de regarder celui qu’on masque comme bourreau par confort. Ainsi, il est possible de lire les lignes de Bizot comme un combat contre cette simplification, comme une façon de rendre la mémoire productive, en rejoignant la dénomination de mémoire exemplaire de Tzvetan Todorov. François Bizot enjoint son lecteur à accepter l’inconfort de voir l’humain dans le monstre :

« Ce procès sera utile s’il nous fait prendre conscience que Douch était au départ un homme comme tout le monde. (…) Juger impitoyablement Douch, oser habiliter l’homme en lui de plein droit, c’est aussitôt prendre peur. Mais c’est aussi le moyen de nous mener à une conscience claire de ce que nous sommes vraiment. (…) À mesure que l’on observe sans feindre la monstruosité des autres, on finit tôt ou tard par la reconnaître en soi. »

propos qui seront repris par la Justice à travers la parole du co-avocat français de la Défense, Me Roux :

« Monsieur le procureur, vous avez manqué votre rendez-vous avec l’histoire ! […] Vous avez fait un réquisitoire traditionnel dont la philosophie n’est autre que : “Cet homme est un monstre, enfermez-le pour quarante ans, et tout ira mieux dans la société !” Ce discours est usé, il faut aller plus loin. Il faut essayer de comprendre les mécanismes qui font qu’un homme – bien sous tous rapports, comme on dit –, devient un jour un bourreau. C’est cela que j’aurais aimé vous entendre aborder ! Parce que, à Nuremberg, on a dit la même chose : “Ces gens sont des monstres. On va les condamner à mort, et cela servira d’exemple.” Mais après Nuremberg, il y a eu le Cambodge, il y a eu le Rwanda. Qu’est-ce que cette exemplarité que vous recherchez ? Elle sert à quoi dans vos discours convenus, tant que vous n’abordez pas le vrai problème ? » (Bizot, Le silence du bourreau, op. cit., annexe 2.)

Photographies de prisonniers de Tuol Sleng / S.21 © Roobens (sur son blog)

En conclusion : une autre voix/e : se remémorer, transmettre, patienter

C’est certainement dans ces failles révélées de l’histoire et de la Justice que peut se placer le récit de mémoire et l’art à valeur mémorielle. En effet, ce qui motive principalement l’écriture de François Bizot est de montrer Douch comme un être humain et responsable de ces actes afin de se méfier de nous-même et ne pas reproduire l’histoire : « Je cite souvent Tzvetan Todorov, dit Bizot, qui avance, au rebours de la sagesse populaire, qu’essayer de comprendre ce n’est pas nécessairement pardonner. Doit-on se contenter de répéter à jamais que les crimes contre l’homme sont inoubliables ? inexcusables ? impardonnables ?… Il serait plus utile de commencer par apprendre à se méfier de nous-mêmes. Pas seulement des autres.12. Le récit mémoriel vise d’autres objectifs, surement plus pédagogique que le récit d’histoire, parce que capable de résonner avec ces lecteurs de façon plus profonde, grâce à cette émotion d’une voix nue.

Bibliographie :

  • Bizot, François. 2002. Le portail. Folio. Gallimard.
  • Bizot, François. 2013. Le silence du bourreau. Folio. Gallimard.
  • Bizot, François (avec Nathalie de Baudry Asson). 2001. Victimes et bourreaux. Revue des Deux Mondes, p. 121–125.
  • Cambodge : les « chambres extraordinaires » vues de l’intérieur. 2008. Mouvements 53: 158–165.
  • Dossier n° 001 | ECCC. 2021. https://www.eccc.gov.kh/fr/case/topic/90. (page consultée le 27 novembre).
  • France culture. 2021. Le silence du bourreau. https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/le-silence-du-bourreau. (page consultée le 27 novembre).
  • François Bizot : retour sur les années Khmers rouges. 2007. Le Monde.fr, 7 Décembre.
  • Bizot, François, 2012. “Le juge, la victime et l’accusé Khmer rouge”, Le Monde.fr (page consultée le 11 janvier).
  • Panh, Rithy avec Christophe Bataille. 2012. L’Élimination. Grasset.
  • Petitjean, Vincent. 2013. “Rithy Panh : un art de la Mémoire”. Témoigner / Getuigen. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz. Fondation Auschwitz et de la mémoire d’Auschwitz ASBL: 122–134. https://doi.org/10.4000/temoigner.511.
  • Todorov, Tzvetan. 2015. Les Abus de la mémoire. Arléa. Poche

Salomé Raymondjean, promotion ASIOC 2021-2022.

Salomé Raymondjean est étudiante en Master 2 d’Etudes chinoises à l’ENS de Lyon. Après un premier mémoire sur la E-Justice en Chine, elle rédige actuellement un mémoire sur l’organisation de l’espace urbain chinois au service de la surveillance intelligente.

Notes

  1. PANH Rithy, L’Élimination, Grasset, 11 janvier 2012. []
  2. TODOROV Tzvetan, Les Abus de la mémoire, Arléa, 2015, (Poche). L’auteur propose une distinction entre deux types de mémoire (que nous reprenons dans ce CR de lecture) : 1) la mémoire littéraire, statique, qui impose le passé au présent et 2) la mémoire exemplaire, sur laquelle peut se fonder une réflexion sur l’avenir. Il écrit « La mémoire ne s’oppose nullement à l’oubli. Les deux termes qui forment contraste sont l’effacement (l’oubli) et la conservation ; la mémoire est, toujours et nécessairement, une interaction des deux. » []
  3. PETITJEAN Vincent, « Rithy Panh : un art de la Mémoire », dans Témoigner. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, Fondation Auschwitz et de la mémoire d’Auschwitz ASBL, no 115, 1 mars 2013, p. 122‑134. []
  4. BIZOT François, Le portail, Gallimard, 2002, (Folio) []
  5. BIZOT François, Le silence du bourreau, Gallimard, 2013, (Folio) []
  6. BIZOT François, Le portail, op. cit. « Les lignes qui suivent ont toutes été écrites dans l’inconfort, penché vers l’avant, le front appuyé sur ce grillage que les Khmers rouges après 1975 (…) ont repeint d’un enduit cellulosique vert, aujourd’hui écaillé, mais sous lequel l’ancienne couleur grise est encore visible par endroits » []
  7. Cf. Le silence du bourreau (franceculture.fr) consulté le 27 novembre 2021. []
  8. Ibid., p. 145. « J’avais prévu qu’une copie du Portail lui soit remise au plus vite, son avocat assurant qu’il s’agissait là d’une chose qu’on ne pouvait pas lui refuser. La curiosité que j’avais de recueillir à chaud ce qu’il penserait en me lisant, d’entendre ses mots à la place des miens, de confronter mon récit à ses propres souvenirs (quitte à faire un ajout dans une autre édition), m’avait même poussé à lui faire assurer ce droit en haut lieu ». []
  9. Ibid., p. 197 []
  10. Dossier n° 001 | ECCC (consulté le 27 novembre 2021). []
  11. PANH Rithy, L’Élimination, op. cit. « Réaffirmer, au risque d’être taxé d’hérésie, la vérité devant laquelle nous reculons depuis les origines : l’humanité du monstre. » []
  12. Cf. François Bizot : retour sur les années Khmers rouges (lemonde.fr) []

Viêt Nam, un passé à recomposer – Mercredi 6 avril 2022 – ENS de Lyon

Un événement à ne pas manquer.

Juliette GALLI (ENS de Lyon) et François GUILLEMOT (IAO) présentent :

Projection et débat

Viêt Nam, un passé à recomposer

Mercredi 6 avril 2022, 18h00-20h00
Théâtre Kantor, ENS de Lyon

18h - 18h30 : entrée du public et
                              présentation de la soirée et des
                              intervenant-es 18h30 - 18h50 : projection
                              du film "Bach Hong" (2019)
                              d'Elsa Duhamel 18h50 - 19h40 : projection
                              du film "Viêt Nam, un passé à
                              recomposer" (2021) de Juliette Galli
                              19h40 - 20h00 : temps d'échange avec le
                              public.

La mémoire et l’histoire font du Viêt Nam un terrain d’observation particulièrement complexe. Traversé par la révolution indépendantiste, les guerres (civile et internationale) et les exils, le pays a retrouvé la paix au prix d’un sacrifice humain profondément inscrit dans l’histoire mondiale. Le séminaire Mémoires d’Indochine dispensé à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) s’est attaché depuis dix ans à élaborer une histoire d’en bas, à l’aune du vécu des populations locales. Pour clore cette recherche collective, cette projection/débat propose deux trajectoires d’exils vietnamiens en France. Celui d’une femme, Jeanne Dang, restituée par les images animées allégoriques de Bach-Hông, et celui d’un homme, l’Oncle Liêm puis de son fils, interviewés, par Juliette Galli. Ces deux récits interrogent tout à la fois passé et le présent, les brûlures de l’histoire et les souvenirs personnels.

Programme 

  • 18h00 – 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es
  • 18h30 – 18h50 : projection du film « Bach-Hông » (2019) de Elsa Duhamel
  • 18h50 – 19h40 : projection du film « Viêt Nam, un passé à recomposer » (2021) de Juliette Galli
  • 19h40 – 20h00 : temps d’échange avec le public

Liens

Brice Fossard : Les Élites indochinoises et les secrets de l’Occident

Parution de la thèse remaniée de l’historien Brice Fossard. Présentation de l’éditeur.

Cet ouvrage analyse le processus de diffusion des sports et du scoutisme en Indochine et explique les raisons de leur succès auprès de certaines fractions des populations colonisées. En effet, ces associations culturelles, d’abord réservées aux coloniaux avant la Grande Guerre, sont rapidement investies par les nouvelles élites indochinoises entre 1914 et la fin des années 1920. L’ouvrage présente ces nouvelles élites, politiques, économiques et culturelles qui élaborent des stratégies très différentes pour transformer leur société et modifier le rapport de force colonial grâce à l’irruption d’un nouvel acteur dans le champ politique, la jeunesse. L’administration coloniale tente alors d’encadrer ces activités au moment où la présence de la France est la plus contestée. Mais, des tentatives de développement autonome, en dehors de la tutelle coloniale, commencent à apparaitre dès 1925 dans le paysage sportif avant de gagner les troupes scoutes. 

L’enjeu historique de cette étude est de comprendre comment ces loisirs ont contribué à former une partie de la jeunesse autochtone, majoritairement urbaine et lettrée en français, et d’envisager le rôle de ces mouvements et activités dans la formation d’un nationalisme vietnamien moderne.

Brice Fossard est Membre associé au CRHIM (Lausanne) et membre de la Société Française d’Histoire du Sport.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/les-elites-indochinoises-et-les-secrets-de-loccident/

François Joyaux : Nouvelle histoire de l’Indochine française

Avis de parution. Présenté comme LE livre définitif sur l’histoire de l’Indochine française, l’historien François Joyaux propose une synthèse géopolitique de cet angle de l’Asie. Présentation de l’éditeur.

​L’histoire de l’Indochine française est bien connue : elle commence avec la conquête, dès 1858, de la Cochinchine, puis du Cambodge, du Tonkin, de l’Annam et enfin du Laos ; voit apparaître des mouvements indépendantistes et se dessiner des figures emblématiques, tel Ho Chi Minh au Vietnam ; et se termine par les accords de Genève qui mettent un terme à la guerre en 1954.

Mais le présent ouvrage aborde ce pan de notre passé sous un angle résolument novateur. Adoptant une démarche géopolitique, il révèle que cette partie de l’Extrême-Orient a avant tout été la scène d’un conflit permanent pendant près d’un siècle entre la France colonisatrice et la Chine suzeraine – que cette dernière ait été impériale, républicaine ou communiste. En outre, progressivement, d’autres grandes puissances ont elles aussi développé leurs ambitions politiques et économiques dans cette zone du continent asiatique : l’Angleterre, l’URSS, puis le Japon et les États-Unis. Cette analyse des relations internationales n’exclut cependant en rien l’étude des facteurs internes du conflit, et l’auteur revient notamment sur l’influence prépondérante des Missions catholiques, de la Marine, des Républicains et, surtout, des francs-maçons dans le processus expansionniste.

D’une plume maîtrisée et efficace, François Joyaux nous propose donc une synthèse globale et totalement neuve sur près de cent ans d’histoire coloniale, des premières implantations en Asie jusqu’à la disparition définitive de l’Indochine française après la défaite de Dien Bien Phu. Un livre indispensable.

François Joyaux, professeur des Universités, spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Extrême-Orient, a enseigné à l’Institut national des langues et civilisations orientales, à Sciences Po et à la Sorbonne. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur l’Indochine, la Chine et les relations internationales en Asie. Il a publié chez Perrin, en 2019, une biographie consacrée à Nam Phuong, la dernière impératrice du Vietnam.

Source : https://www.lisez.com/livre-grand-format/nouvelle-histoire-de-lindochine-francaise/9782262088019