Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Indochine, une guerre japonaise – Film documentaire de Philippe Fréling (2020)

Diffusion le 1er septembre 2020 sur la chaîne Histoire TV et rediffusion le 6 septembre à 17h15, le 8 septembre à 22h55, le 13 septembre à 06h25 et le 18 septembre à 00h15. Un film documentaire de Philippe Fréling en deux parties, co-production de Kami Productions et ECPAD. Synopsis ci-dessous :

Cette mini-série documentaire en 2 épisodes met en lumière un fait méconnu de l’histoire de la guerre d’Indochine. Si ce combat entre un peuple colonisé et son colonisateur a vu s’affronter, de 1946 à 1954, Vietnamiens et Français, c’est bien l’action d’un troisième protagoniste – le Japon – qui en a favorisé le déclenchement.

Le premier épisode, Le loup dans la bergerie, montre comment entre 1940 et 1942, les Japonais se sont servis de l’Indochine vichyste pour se lancer, au lendemain de l’attaque de Pearl Harbour, à la conquête de l’Asie du sud-est.

Le second épisode, La terre brûlée, raconte comment les Japonais, constatant que la guerre tourne en leur défaveur, en sont venus à prendre possession de l’Indochine pour y installer un régime de terreur et ruiner tout l’édifice colonial français.

Le Viet Minh, mouvement nationaliste d’obédience communiste, se renforce alors dans sa lutte pour l’indépendance du Vietnam. Après la capitulation japonaise, les Français ne parvenant pas à reprendre pied dans ce qui fut « la perle » de leur empire, Ho Chi Minh appelle au soulèvement populaire : la guerre d’Indochine commence.

Source :  ECPAD

Tran Ngoc Chau, Vietnamese counterinsurgency specialist, dies at 96 of coronavirus complications

[ndlr]  Parution dans le Washington Post (accès limité depuis l’Europe) d’un article biographique intéressant de Harrison Smith sur Tran Ngoc Chau un personnage dont le destin est intimement lié à la déchirure nationale vietnamienne et qui a défrayé la chronique au Sud Viêt-Nam dans les années 1969-1970.

Tran Ngoc Chau, a Vietnamese soldier and politician who battled French colonial forces and later the communist Viet Cong, emerging as an influential American ally before being imprisoned in Saigon on treason charges, died June 17 at a hospital in the West Hills section of Los Angeles. He was 96.

His daughter Tamminh Tran Kapuscinska said the cause was complications from covid-19, the disease caused by the novel coronavirus.

Mr. Chau was part of a dwindling group of Vietnamese whose lives were dominated by three decades of conflict, including the resistance against Japanese occupation during World War II, the battle for independence against colonial France and the war that followed the country’s 1954 partition, which pitted the communist North against the U.S.-backed South.

Lire la suite / Read more : The Washington Post, 10/07/2020.

Image « à la une » : Tran Ngoc Chau dans les années cinquante à l’académie militaire de Dalat © DR

Survivor of Korean troops’ civilian killings in Vietnam files suit against Korean government [The Korea Herald]

[ndlr] Signalement d’un article de Ock Hyun-ju dans The Korea Herald (Corée du Sud) sur un des massacres de civils vietnamiens par l’armée sud-coréenne pendant la guerre du Viêt-Nam.

A Vietnamese woman filed a lawsuit against the Korean government on Tuesday over a massacre of civilians allegedly committed by South Korean troops during the Vietnam War, in the first of its kind filed some five decades after the atrocity.

The plaintiff is Nguyen Thi Thanh, 60, who lost family members at the hands of Korean troops in Phong Nhi in Quang Nam province in February 1968. She seeks 30,000,100 won ($24,400) in compensation and an apology from the Korean government.

According to her testimony, the incident took place when she was 8 years old, and she had to spend nearly a year in hospital after being shot in the stomach by Korean soldiers. In the village, some 74 people are believed to have been killed during the massacre.

Lire la suite : The Korea Herald, 21/04/2020. URL : http://m.koreaherald.com/view.php?ud=20200421000926

Photographie « à la une » : © Yonhap

Les Indochinois et le riz en Camargue [Arte]

[ndlr] Signalé par le journaliste Pierre Daum, voici un documentaire d’Arte à ne pas manquer sur les travailleurs indochinois puis européens de Camargue. En Replay sur Arte et posté sur YouTube sur la chaîne « Histoires coloniales ». Présentation ci-dessous.

Le riz, grain de folie camarguais

En 1939, 20 000 Vietnamiens furent réquisitionnés, la plupart de force, pour partir en France afin de travailler dans les usines d’armement. A l’automne 1941, 500 d’entre eux furent envoyés en Camargue, où ils participèrent à la relance de la riziculture.

Ce documentaire retrace cette histoire largement oubliée. Il a été diffusé à la télévision française le 5 mai 2020.

Little Saigon lặng lẽ tưởng niệm 45 năm 30/4 vì Covid-19 bao trùm

Les cérémonies du 30 avril pour le 45e anniversaire de la chute de Saigon sont annulées en Californie à cause de la pandémie. Un silence inhabituel à cette date.

« Little Saigon lặng lẽ tưởng niệm 45 năm 30/4 vì Covid-19 bao trùm ».

Ngọc Lan gửi đến cho BBC từ Westminster, California – Hoa Kỳ

Thành phố Westminster, trung tâm của người Việt tị nạn tại Hoa kỳ, ra thông báo sẽ không tổ chức Lễ Tưởng Niệm Tháng Tư Đen như mọi năm vì lệnh cách ly của tiểu bang liên quan đến đại dịch COVID-19.

Lire la suite : BBC Vietnamese, 30/04/2020.

Nous dénonçons une restriction sans précédent de l’accès aux archives contemporaines [pétition]

[ndlr] Pour une recherche solide, les archives publiques doivent être accessibles. Sans accès à cette documentation d’une grande richesse, pas de thèses et plus de postes de chercheur.es.

Faut-il encore s’inquiéter de l’accessibilité au public des plans du débarquement du 6 juin 1944 soixante-quinze ans après la Seconde Guerre mondiale, lesquels portent un tampon « secret » ? Protéger des informations secrètes est essentiel. Qui en douterait ? A condition toutefois que ces informations soient réellement sensibles et qu’elles constituent toujours un secret défense. Quand il n’y a plus de secret, il ne devrait plus rien y avoir à protéger.

Pourtant le Service historique de la Défense annonce la nécessité d’une « déclassification » formelle de tous les documents portant les fameux tampons « secret » depuis 1940. Pièce par pièce. Cette mesure provoque déjà une paralysie du service. Elle entraîne des délais de communication très longs, voire l’impossibilité d’accéder à des archives pourtant communicables de plein droit selon le Code du Patrimoine. En effet les archives dont la communication porte atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l’Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l’Etat, à la sécurité publique doivent être accessibles à tous après une échéance cinquante ans.

[…] nous demandons l’application du Code du Patrimoine et de la loi sur les archives de 2008, et donc l’accès immédiat et sans réserve à ces archives publiques à l’issue des délais légaux.

Lire la suite : Pétition en ligne

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia » – 30/01/2020

La mémoire du génocide vue du Cambodge.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia »

Date : Jeudi 30 janvier 2020 – 18:30 – 21:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Auditorium

En présence de la réalisatrice Anne Yvonne Guillou.

Intervenants : Michel Antelme et Alexandra De Mersan.

Documentaire écrit et réalisé par :

Anne Yvonne Guillou et Jean Mathis

Film de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages).

Coproduction CNRS/CASE – PCRD/SEATIDE – ERC/Corpses of Mass Violence Programm – GIZ, 2017.

Description:

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge,- une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chercheuse au CNRS (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, CNRS-Université Paris Nanterre). Elle a une triple formation de sociologue, d’anthropologue et d’orientaliste. Elle a d’abord effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (à partir de 1990). Depuis une quinzaine d’années, elle travaille sur les processus de constructions des mémoires collectives, en particulier celles du régime khmer rouge, ainsi que sur le système religieux khmer. Ses enquêtes ethnographiques villageoises ont été menées en particulier – mais non exclusivement – dans la province de Pursat.

Source : INALCO