Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Conférence – Débat : Emmanuel Poisson & François Guillemot présentent l’ouvrage de Cao Xuân Huy : En mars, fusils brisés – 21 janvier 2022

A ne pas manquer, présentation en visioconférence. Inscription sur le site de l’IAO. Un séminaire coordonné par Arnaud Nanta.

Vendredi 21 janvier 2022

de 14h-15h30

Emmanuel Poisson, professeur d’histoire sociale et économique du Vietnam classique et traducteur littéraire, Université de Paris.

François Guillemot, ingénieur de recherche au CNRS, Institut d’Asie Orientale, historien du Vietnam contemporain.

Au mois de mars 1975, un mois avant la chute de Saigon, le jeune lieutenant Cao Xuân Huy est fait prisonnier près de Huê. Dans un texte autobiographique qui fit des remous dans la communauté exilée, il relate la retraite et l’annihilation d’une unité de Marines sud-vietnamiens autour du 17e parallèle. Ce récit apocalyptique d’une armée en déroute, paru en 1986 aux États-Unis, est unique en son genre car les témoignages des « vaincus » restent largement inédits et inconnus du grand public. Pour resituer l’ouvrage, cette traduction française est accompagnée d’une introduction de deux historiens du Vietnam « Une guerre sans fard », d’un texte de l’écrivain Bao Ninh et d’une postface de l’écrivain Dô Khiêm. L’ouvrage est également agrémenté d’une bibliographie sur la guerre du Vietnam.

Lien : https://iao.cnrs.fr/actualite/presentation-de-louvrage-de-cao-xuan-huy-en-mars-fusils-brises/

Décès de Trần Quang Hải (1944-2021)

FAIRE-PART DE DÉCÈS 

Bạch Yến, Trần Minh Tâm, Thierry et Hugo Panchaud ont l’immense douleur de vous faire part de la disparition de son mari, leur père et grand père.

Tran Quang Hai © DR

Le Professeur  TRẦN  QUANG  HẢI

Musicien

Docteur en Ethnomusicologie

né le 13/05/1944 à Linh Đông, Thủ Đức, Gia Ðịnh, Saigon,

décédé le 29/12/2021 à Limeil-Brévannes (France) à l’âge de 77 ans.

La cérémonie sera célébrée le 04/01/2022 à 13:30 au Crématorium de Valenton, 13 Av. de la Fontaine Saint Martin, 94460 Valenton.


Giáo sư Trần Quang Hải qua đời tại Pháp, RFI, 30/12/2021.

Ca sĩ Bạch Yến vừa chính thức thông báo cho RFI Việt ngữ là giáo sư-nhạc sĩ Trần Quang Hải vừa qua đời lúc 0 giờ 46 phút ngày 30/12/2021 tại Pháp. Ban Việt ngữ xin thành kính phân ưu với gia đình ca sĩ Bạch Yến và gia đình giáo sư Trần Quang Hải. Cầu xin cho linh hồn giáo sư Trần Quang Hải sớm được siêu thoát.

Lire la suite : https://www.rfi.fr/vi/ph%C3%A1p/20211230-gi%C3%A1o-s%C6%B0-tr%E1%BA%A7n-quang-h%E1%BA%A3i-qua-%C4%91%E1%BB%9Di-t%E1%BA%A1i-ph%C3%A1p


Pour en savoir plus sur son travail d’ethnomusicologue :

Johanni Curtet et Quang Hải Trần, « Trần Quang Hải, expérimentateur de l’oralité », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3654

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 7

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Exemples de Mémoires de femmes vietnamiennes publiés au Viêt-Nam ou à l’étranger, en exil.

★ ★ ★

Mémoires et genre : mémoires genrées

Séance 7 : mercredi 17 novembre 2021 (9-12h)

Un coup d’œil sur nos rayons de bibliothèques et l’on sera surpris-e du poids écrasant des auteurs sur les autrices. En philosophie occidentale, les manuels présentent essentiellement des auteurs. Rares sont les femmes philosophes à être citées, à deux exceptions près Hannah Arendt et Simone de Beauvoir. Est-ce à dire qu’elles n’existent pas ? Rien n’est moins sûr car le processus de leur invisibilité est désormais connu (Michèle Le Doeuff, 1989 et 1998). En histoire, Michelle Perrot, dans un ouvrage célèbre, rappelait les lourds “silences de l’histoire” en ce qui concerne les femmes. “Écrire l’histoire des femmes suppose qu’on les prenne au sérieux, qu’on accorde au rapport des sexes un poids, même relatif, dans les événements et dans l’évolution des sociétés”, écrit-elle. Les nouvelles études sur le rôle des femmes dans la préhistoire (Anne Augereau, 2021) sont le signe d’un changement. Dans le domaine des études sur le genre la tendance s’inverse peu à peu avec l’apparition cette dernière décennie d’une multitude de productions nouvelles, décapantes et dérangeantes. Cependant, cette “prise de conscience” que retrace la sociologue Christine Détrez ne doit pas être passagère et épouser les simples contours d’une mode.

Des outils sont forgés comme les dictionnaires sous la direction des chercheures Christine Bard et Sylvie Chaperon (Dictionnaire des féministes, PUF, 2017) ou sous la direction de Catherine Achin et de Laure Bereni (Dictionnaire genre et science politique, Science Po, Les Presses, 2013), l’Encyclopédie critique du genre sous la direction de Juliette Rennes (La Découverte, 2016 et 2021 pour l’édition en ligne) ou encore Feu ! Abécédaire des féminismes présents coordonné par la philosophe Elsa Dorlin (Libertalia, 2021). Une nouvelle histoire illustrée avec une riche iconographie se construit comme le démontrent les ouvrages de Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel (Ne nous libérez pas, on s’en charge, 2020), ou Combattantes sous la direction de Martial Poiron (Seuil, 2020). Des précis sont édités comme l’Histoire mondiale des féminismes de Florence Rochefort (coll. Que Sais-Je ?, 2018), des collections sont initiées comme “EgalE à égal” chez Belin ou de conséquents recueils d’articles (Geneviève Fraisse, La fabrique du féminisme, Le passager clandestin, 2012 ; Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions, Creaphis Editions, 2016) donnent à voir l’évolution et l’affirmation d’une pensée. Des archives féministes sont constituées pour offrir à la recherche des sources sur des travaux ignorés ou sur des actions invisibilisées.

Cette dernière séance du séminaire Mémoires d’Indochine s’intéressera à l’émergence des études de genre en péninsule indochinoise. Au Viêt-Nam, l’historienne vietnamienne Bui Trân Phuong est sans doute la pionnière dans ce domaine avec sa thèse soutenue en 2008 en langue française consacrée à l’émergence du féminisme dans ce pays confucéen en situation coloniale. Cependant, du point de vue des sources, rares sont encore les récits de vie des femmes dans cet angle de l’Asie. En particulier, les autrices vietnamiennes, à l’intérieur du pays ou en terre d’exil, ont forgé leurs propres récits de la révolution et de la guerre. On peut compter parmi elles les grandes écrivaines Duong Thu Huong, Nha Ca, Pham Thi Hoai mais aussi sur quelques activistes des deux camps (Nord et Sud Viêt-Nam). Au Cambodge, les témoignages de femmes martyrisées sous le régime de Pol Pot ont également vu le jour. D’autres récits, comme celui d’une grand-mère Hmong, montrent l’importance qu’il y aurait à mener une étude genrée des événements tragiques du XXe siècle de l’Indochine coloniale aux États post-coloniaux mais aussi dans leurs dimensions transnationales et multiethniques. Ou comment concevoir une histoire qui lie “race, genre, classe” (selon le concept développé par le Black Feminism) et écologie.

Pour approfondir, voir l’aperçu bibliographique en ligne : “CONSTELLATION” : OUTILS POUR L’ÉTUDE DU GENRE ET DES FÉMINISMES. URL : https://guerillera.hypotheses.org/5042

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux derniers exposés oraux autour de deux sujets liés à la domination et à l’émancipation en Indochine coloniale.

Visioconférence et texte :

Christine Détrez : “Des femmes au genre : les étapes d’une prise de conscience” (conférence de mars 2021).


Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/255


Recensions d’ouvrage pour accompagner la séance :



Numéro spécial de revue :

Sous la direction de Naomi Davidson et Capucine Boidin, Le genre des indépendances, CLIO, Femmes, Genre, Histoire, n° 53, 2021. Aperçu en ligne : https://journals.openedition.org/clio/19549

Exposés oraux

Louise Arnoux-Maillet :

  • Christina E. Firpo, Black Market Business. Selling Sex in Northern Vietnam, 1920–1945, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2020.


Anatole Bernet :

Geoffrey Gunn, Monarchical Manipulation in Cambodia. France, Japan, and the Sihanouk Crusade for Independence, Copenhague, NIAS Press, 2018. Présentation : https://www.niaspress.dk/book/monarchical-manipulation-in-cambodia/


Illustration “à la une” : Récits de vie de femmes vietnamiennes.

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 6

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

“L’interrogatoire” © Vann Nath

★ ★ ★

Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 6 : mercredi 10 novembre 2021 (9-12h)

Le besoin d’exorciser un traumatisme vécu peut prendre la forme d’une œuvre artistique, textuelle, corporelle ou encore visuelle. Les manifestations de l’indicible dans l’art pictural réaliste du peintre Vann Nath en constitue une illustration frappante. D’autres formes d’art-thérapeutique existent comme moyen de médiation après une expérience traumatisante. La littérature des écrivaines Kim Thuy et Linda Lê, la peinture de Dinh Y Nhi, le témoignage concentrationnaire de Lucien Trong ou le travail documentaire de Rithy Panh, les romans graphiques de Marcelino Truong, de Matt Huynh (sur une œuvre de Nam Lê) ou de Séra possèdent une dimension à la fois mémorielle et thérapeutique permettant de transfigurer une souffrance intérieure, un stress post-traumatique et de communiquer aux autres des émotions et son propre régime de véracité. L’ expression vidéographique, la danse ou les performances permettent aussi à l’artiste de “témoigner de son existence, et tenter d’inscrire son histoire personnelle, parfois intime, dans une histoire humaine globalisée” (Sonia Winter). De même la question du silence doit être interrogée car il faut souvent des décennies pour que la parole se libère et que des mots donnent sens à ce que l’on a traversé. Cette séance s’intéressera à travers quelques exemples au travail de mémoire par les arts et à ses aspects transgénérationnels.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec le retour d’expérience de François Bizot face à son geôlier khmer rouge et la présentation de récits de vie d’exilés vietnamiens.

Textes en discussion :

Quelques sites et notices d’artistes :

Pour accompagner la séance :

Compte-rendu en ligne de l’ouvrage de Karine Meslin, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France : https://journals.openedition.org/lectures/42683

Exposés oraux


Salomé Raymondjean :


Juliette Galli :

  • Entretiens sur des parcours vietnamiens.

Image “à la une” : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née à Hanoi en 1967).

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 5

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

© FX

★ ★ ★

Guerre et mémoires, enjeux mémoriels

Séance 5 : mercredi 27 octobre 2021 (9-12h)

Le « phénomène guerre » en péninsule indochinoise a été particulièrement violent au cours du XXe siècle, illustré par des conflits en poupée de gigogne. Entre la conquête coloniale et l’avènement d’Etats-coloniaux pacifiés, la péninsule a connu un enchevêtrement de conflits d’intensités variées allant de la « small war », petite guerre, à la guerre de dimension internationale impliquant de nombreux pays sur cet Angle de l’Asie transformé en « front chaud de la Guerre froide ». En particulier, les trois pays de la péninsule indochinoise ont subi des guerres civiles cruelles engendrant des massacres, des exactions de tous ordres et des opérations militaires d’envergure. La péninsule a été, en outre, un terrain d’expérimentation pour de nouvelles armes chimiques et technologiques. La péninsule n’a recouvré véritablement la paix qu’à partir du désengagement militaire du Viêt Nam socialiste en 1989 du Cambodge voisin et à l’issue du processus démocratique khmer de 1993 sous l’égide de l’ONU. Ces différentes guerres (coloniales, décoloniales et post-coloniales) ont fortement marqué les consciences et ont laissé des traces profondes autant dans le paysage que dans le fonctionnement politique et social. Cette séance s’intéressera aux commémorations mémorielles officielles ou interdites qui découlent des conflits régionaux entre 1945 et 1990.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec deux investigations sur des problématiques elles aussi issues de la guerre : le parcours de femmes de Saigon actrices de la résistance et une expérience vécue de la censure politique vietnamienne.

Textes en discussion :

  • Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of a Victim turned Soldier, Bloomongton & Indianiapolis, Indiana University Press, 2012, p. 545-559 et 560-574.
  • Vo Nguyen Giap, Le haut commandement et le Printemps de la victoire, Hanoi, Éditions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2008, p. 301-317.

 

Pour un rapide survol des guerres dans la péninsule sur la longue durée :

Nicolas Regaud et Christian Lechervy, Les guerres d’Indochine, Paris, Presses universitaires de France, coll. “Que sais-je ?”, 1996.

Sur la situation dans le Sud du Viêt-Nam :

Shawn F. McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

Exposés oraux

Sacha Marquet :

Patricia D. Norland, The Saigon Sisters. Privileged Women in the Resistance, DeKalb, Illinois, Northern Illinois University Press, coll. “NIU Southeast Asian Series”, 2020.


Arthur Rochereau :


MàJ 27/10/2021.

Shawn F. McHale: The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945–1956 [parution]

Une nouvelle étude sur la partie méridionale du Viêt-Nam, de la Cochinchine à l’avènement de la Première République du Viêt Nam (Sud, 1955-1963). Un ouvrage clé proposant une nouvelle histoire de la guerre de résistance, à ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

Shawn McHale explores why the communist-led Resistance in Vietnam won the anticolonial war against France (1945–54), except in the South. He shows how broad swaths of Vietnamese people were uneasily united in 1945 under the Viet Minh Resistance banner, all opposing the French attempt to reclaim control of the country. By 1947, Resistance unity had shattered and Khmer-Vietnamese ethnic violence had divided the Mekong Delta. From this point on, the war in the south turned into an overt civil war wrapped up in a war against France. Based on extensive archival research in four countries and in three languages, this is the first substantive English-language book focused on southern Vietnam’s transition from colonialism to independence.

Shawn F. McHale is Associate Professor of History and International Affairs, George Washington University. His first book, Print and Power: Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam (University of Hawaii Press, 2004), was a finalist for the Benda Prize in Southeast Asian Studies.

Source : https://www.cambridge.org/fr/academic/subjects/history/south-east-asian-history/first-vietnam-war