Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Myanmar Crisis: Challenges and Hopes for a Way Forward (21th July 2021)

The Research Institute for Contemporary Southeast Asia – (Irasec) and the  Regional Center for Social Science and  Sustainable Development (RCSD), Chiang Mai University, invite you to the joint virtual debate on:

Myanmar Crisis:
Challenges and Hopes for a Way Forward

21th July 2021, 5 to 7 PM (Bangkok Time), on Zoom
https://cmu-th.zoom.us/j/99791942421
 
With Aurore Candier (Irasec), May Oo Mutraw (CMU),
Rémi Nguyen (Irasec) and Min Zin (CMU)
Opening by Christian Lechervy, Ambassador of France in Myanmar
A panel discussion led by Carol Isoux, Journalist

Coorganized by
Claire Thi Lien Tran, director of the Research Institute for Contemporary Southeast Asia (Irasec) and Chayan Vaddhanaphuti, director of the Regional Center for Social Science and Sustainable Development (RCSD), Chiang Mai University in partnership with the Institut français de Birmanie

Please find here below the link to the flyer (click on the picture) and do not hesitate to spread it in your networks.

Source : https://www.irasec.com/

ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. CR de lecture par Marine Chuberre

Compte-rendu de lecture : ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. Cultural Representations, Oxford, Lexington Books, 2005.

Dans son œuvre, la romancière Léonora Miano présente l’impossibilité de se défaire de la colonisation sans se pencher sur la question des fantasmes et des imaginaires qu’elle a véhiculée. Elle s’inscrit ainsi dans la lignée des réflexions de Aimé Césaire dans son Discours sur le colonialisme et de Frantz Fanon, dans Les damnés de la terre et Peau noire, masques blancs.1

L’ouvrage France and “Indochina”. Cultural representations, publié en 20052 par les deux chercheuses anglophones Kathryn Robson3 et Jennifer Yee4, propose d’explorer et d’analyser les continuités culturelles héritées de la colonisation française, à travers une approche inscrite dans les cultural studies et les études postcoloniales5. Au fil des articles rassemblés dans cet ouvrage, la notion qui apparaît en filigrane est donc celle des représentations de multiples thématiques transversales au fait colonial6, qui sont annoncées dès le préambule par Panivong Norindr7 et qui mêlent la question des relations de pouvoir pendant la colonisation, de l’expérience traumatique de la guerre et des capacités de résilience de la population8. Ces thématiques sont analysées au prisme des œuvres littéraires, cinématographiques, artistiques et des récits des populations, mémoires et archives historiques – textes ou photographies.

Alors que la précédente génération d’écrivains français avait tendance à s’inscrire dans une tradition littéraire caractérisée par un « sentimentalisme impulsif omniprésent dans la fiction et les romans d’acculturation »9, les auteurs de l’ouvrage souhaitent mettre en avant des œuvres proposant « une vision plus nuancée de l’image stéréotypée de la relation ambivalente qui lie la France et l’Indochine »10. Un des points de départ de France and “Indochina” est de considérer l’impérialisme français en Indochine comme « le produit d’un état d’esprit particulier qui doit être situé aussi bien historiquement que culturellement : l’impérialisme scientifique, la « mission civilisatrice » et l’industrialisation [allant] de pair avec l’idéologie républicaine et les ambitions de la France en tant que « Grande Puissance » sur la scène mondiale. »11 En ce sens, il est particulièrement dommage que l’ouvrage n’ait pas encore été traduit en langue française. A ce titre, les représentations culturelles sont doubles : elles désignent d’une part le point de vue des Français sur l’Indochine – qualifié « d’imaginaire français » dans l’article de Penny Edwards ou de « fantasmatique coloniale »12 par Panivong Norindr, et d’autre part la manière dont « la France a été représentée en Indochine même et par [les] personnes qui ont vécu ou visité la France »13. La contextualisation du terme même d’« Indochine » est un point particulièrement important afin d’appréhender cette démarche, dans la mesure où il semble revêtir une toute autre dimension en anglais. Les deux autrices font ainsi part du débat relatif à l’utilisation de ce terme dans le champ de l’histoire culturelle14 et font part de leur définition de « Indochine » comme le « produit de l’impérialisme français »15, aux ressorts économiques, politiques et culturels complexes.

Dans la lignée de Spivak et des subaltern studies16, ce recueil d’articles participe à faire émerger des voix, des regards et des perspectives trop souvent tues ou ignorées quand il s’agit de considérer les relations entre la France et l’« Indochine ». Une des questions qui se pose à la lecture de cet ouvrage est donc celle de la relation que la France a entretenue et entretient aujourd’hui avec l’Indochine, et des représentations culturelles qui découlent de ces relations, à plusieurs échelles, temporalités et prismes d’analyse. Il s’agit en effet de se demander ce que ces représentations culturelles nous disent de la France de cette époque et d’aujourd’hui. Comment la façon dont la France perçoit « l’Indochine » nous renseigne sur sa façon de se représenter dans le monde ? Aussi, il s’agira de considérer dans un premier temps la multiplicité des acteurs et des échelles considérées par cet ouvrage, signe de la richesse d’analyse qu’il apporte pour aborder le fait colonial, pour ensuite considérer les diverses thématiques abordées à travers le découpage éditorial choisi par Robson et Yee.

Les acteurs coloniaux sont présentés dans leur pluralité, en évoquant à la fois les fervents soutiens et pourfendeurs du colonialisme en métropole, les administrateurs coloniaux et colons français, les populations colonisées et leurs multiples positions vis-à-vis de la colonisation française, et aujourd’hui la diversité des populations d’anciens pays colonisés dans leur rapport à la France, en France ou au Laos, au Cambodge et au Vietnam. Par exemple, de nombreux articles mentionnent les cinéastes et artistes Linda Lê17, Lâm Lê18, Trân Anh Hung19 et Rithy Panh20, sous le prisme des images de « l’Indochine » véhiculées dans leurs œuvres. Ou encore, la population chinoise présente dans le quartier de Saigon, Cholon, et sa place dans la société coloniale, est analysée par Julia Waters à travers une discussion de l’œuvre littéraire de Marguerite Duras, et notamment de L’Amant (1984) et L’Amant de la Chine du Nord (1991).21

De multiples espaces et temporalités sont étudiés à travers France and “Indochina”, qui propose une histoire connectée et vivante et une analyse des manifestations actuelles et passées du colonialisme22 Par exemple, Christopher Robinson23 mêle échelle locale et nationale en étudiant le rôle des chemins de fer dans la construction de l’identité nationale vietnamienne. Pour l’auteur, c’est également une occasion pour présenter les différentes attitudes de la population vietnamienne vis-à-vis de la colonisation : position critique, de collaboration ou de résignation en étudiant comment la confrontation de différentes populations dans le train cristallise les tensions sociales, économiques, raciales et politiques.  Pour ce qui est d’une échelle plus globale, Penny Edwards24 évoque, par exemple, l’importance du contexte de compétition coloniale entre la France et la Grande-Bretagne au sujet de l’Inde pour comprendre la place centrale qu’occupe Angkor dans la construction de l’Empire coloniale français, et l’insistance de l’administration coloniale sur la grandeur d’Angkor et sur ses racines culturelles indiennes. Penny Edwards souligne comment la façon dont sont représenté les temples d’Angkor dans la propagande coloniale a participé à la diffusion d’une conception stéréotypée et fantasmée de Angkor et de son histoire, qui a par exemple eut un impact significatif sur la production académique et sur les représentations qu’une partie de la population cambodgienne s’est faite de sa propre histoire.

Au-delà de son apport particulièrement détaillé dans l’appréhension des multiples facettes de la colonisation française en Indochine, cet ouvrage permet de mettre en lumière les principaux mécanismes à l’œuvre dans l’Empire colonial français en abordant six thématiques phares du projet colonial. Dans la première section, la question des monuments et des mémoires permet notamment de questionner la représentation que la France a d’elle-même, qu’elle souhaite projeter et de la façon dont elle conçoit les particularités historiques et culturelles des populations colonisées. Eric T. Jennings25 parle ainsi de « méta-narration » de l’Indochine dans le paysage culturel et mémoriel français, qui « présente une seule histoire de la France et de l’Indochine, perçue comme éternellement liée par les liens coloniaux »26 quand il évoque la mémorialisation des tirailleurs indochinois.

Les réseaux de transports et de communication sont quant à eux une façon d’interroger les représentations spatio-temporelles véhiculée par l’administration coloniale, les colons et les populations colonisées.27 Les deux articles de cette section considèrent que les transports étaient un support particulièrement privilégié de critique et de contestation de la colonisation, notamment dans les années 1930 au Vietnam28, en remettant notamment en question les bienfaits supposés du mouvement et de la vitesse apportés par le ‘progrès technique’.29

La thématique des maladies tropicales et de l’anxiété qu’elle suscite parmi la population des colons français est une occasion pour Cooper30 et Vann31 d’interroger leur rapport à la mort et à leur vulnérabilité en tant qu’humains, qui montre selon eux tout le paradoxe du projet colonial, s’affirmant comme puissant et fort mais refusant toute expression de vulnérabilité et d’anxiété (« cafard colonial »).

La quatrième partie traite notamment de la place et du rôle des femmes, colonisées et blanches, dans l’Empire colonial, en considérant les représentations littéraires, photographiques et cinématographiques sous le prisme du genre32, de la classe33 et de la notion de modernité.34 Enfin, les deux dernières sections proposent une analyse des écrits et films traitant de la colonisation et de ses prolongements dans le temps avec les guerres d’Indochine et la décolonisation.

Ainsi, chaque chapitre de cet ouvrage discute et met en exergue les complexités des différentes strates des représentations culturelles, à travers une analyse du langage et des idées et conceptions véhiculées par des supports visuels, textuels ou sonores. C’est là tout l’intérêt d’une démarche guidée par les cultural studies, que de mettre en lumière les ressorts culturels et symboliques de la colonisation, qui amène une discussion des intrications entre les enjeux de pouvoir, d’identité, de modernité et de progrès, intrinsèques au projet colonial impérialiste. Cette approche fondée sur les cultural studies fait d’ailleurs toute la richesse et la complexité de cet ouvrage, sa lecture nécessitant de porter une attention toute particulière aux imbrications, aux superpositions et aux antagonismes inhérents au projet colonial, préférant une présentation complexe et détaillée plutôt qu’une approche cohérente et organisée. Par exemple, de multiples auteurs évoquent la prégnance des questions d’anxiété et d’incertitude caractéristique de la période de transition que furent les années 1930 au Vietnam. C’est notamment le cas de Judith Henchy35 et de David Del Testa36, dont les considérations permettent à l’ouvrage de mener une analyse commune sur les effets d’un tel contexte historique en termes de vulnérabilité, signifiant par la même les contradictions qui animèrent les multiples sociétés englobées par les enjeux liés au colonialisme français.

Marine Chuberre, promotion ASIOC 2020-2021.


Références

Brocheux, Pierre, et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, Paris, La Découverte, 2001.

Césaire, Aimé, Discours sur le colonialisme; suivi de Discours sur la négritude, Paris, Présence africaine, 1955.

Cooper, Nicola, France in Indochina. Colonial Encounters, Oxford, Berg, 2001.

Fanon, Franz, Les damnés de la terre, A verba futuroruM, 2016.

Fanon, Frantz, Peau noire, masques blancs, Paris, Le Seuil, 2015.

Laurent, Sylvie. « Le ‘tiers-espace’ de Léonora Miano romancière afropéenne », Cahiers d’études africaines, 204 (2011): 769-810.

Norindr, Panivong. « Phantasmatic Indochina: French Colonial Ideology in Architecture Film and Literature. » (1996).

Robson, Kathryn, and Jennifer Yee, eds., France and Indochina: Cultural Representations, Lexington Books, Vol. 108, 2005.

Marine Chuberre est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon, après un Master 1 en Politique internationale à Sciences Po Bordeaux. Elle rédige actuellement un mémoire sur la question des droits humains dans les négociations entre l’Union européenne et le Cambodge. Elle a réalisé un stage de recherche à l’EFEO de Bangkok en 2018 et a participé à un programme de recherche au Centre d’Etudes Khmères de Siem Reap en 2019.

Illustration : Minh Hoang, « Le jardin de Tante n°5 », 2017.


Notes

  1. Laurent, Sylvie, « Le ‘tiers-espace’ de Léonora Miano romancière afropéenne », Cahiers d’études africaines, 204 (2011), p. 769-810, voir en particulier p. 8, 15 et 25. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/16857 ; consulté le 25/11/2020. []
  2. Comme annoncé dans les premières pages de l’ouvrage (p. xiii), les chapitres rassemblés ont été produits et présentés dans le cadre d’une conférence qui s’est tenue en Septembre 2003 à l’université de Newcastle (GB), intitulée : « Indochina, India and France : Cultural Representations ». L’organisation de cette conférence s’est faite en partenariat avec l’Institut français, la Society for French Studies, la Society for Francophone Postcolonial Studies et le fond de recherche de l’université de Newcastle, intitulé ‘the Arts and Humanities Research Fund », qui ont apporté leur assistance financière. []
  3. Kathryn Robson est professeure de littérature britannique à l’université de Newcastle, elle est membre de la Society for French Studies. L’écriture des femmes françaises contemporaines et notamment les questions de traumatisme, violence sexuelle et d’empathie sont au cœur de ses travaux de recherche Newcastle University, https://www.ncl.ac.uk/sml/staff/profile/kathrynrobson.html#background (consulté le 25/11/2020). []
  4. Jennifer Yee est une chercheuse australienne de l’university d’Oxford, en littérature moderne. Elle étudie notamment l’écriture coloniale et « exotique » et l’écriture francophone du XXe siècle. Elle a par exemple publié un ouvrage intitulé : Exotic Subversions in Nineteenth-Century French Fiction (Oxford: Legenda, 2008) ; Christ Church, Oxford University, https://www.chch.ox.ac.uk/staff/professor-jennifer-yee (consulté le 25/11/2020) ; Éditions Harmattan, https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=4353 (consulté le 25/11/2020) []
  5. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3. []
  6. Deux ouvrages traitant de thématiques similaires ont été publié antérieurement : Brocheux, Pierre, and Daniel Hémery. Indochine, la colonisation ambiguë. La découverte, 2001 ; Cooper, Nicola. « France in Indochina. Colonial Encounters, Berg. » (2001) []
  7. Le professeur associé Panivong Norindr était d’ailleurs membre du comité consultatif de la conférence en 2003. Ses thèmes de recherche de prédilection sont la théorie postcoloniale, les film et cultural studies et l’analyse des films et littérature en Indochine. Il a d’ailleurs publié un ouvrage s’inscrivant dans le champ des cultural studies en 1996, intitulé « Phantasmatic Indochina: French Colonial Ideology in Architecture Film and Literature » ; USC Dornsife, https://dornsife.usc.edu/cf/faculty-and-staff/faculty.cfm?pid=1003578 (consulté le 25/11/2020) []
  8. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xv []
  9. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xv. (“sentimalizing impulse pervasive in the fiction and novels of acculturation of the previous generation of writers”). []
  10. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xvi. (“an alternative and more nuanced view of the stereotypical image of the ambivalent relation linking France and Indochina”) []
  11. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3. (“French imperialism in Indochina was the product of a particular mindset that must be located historically as well as culturally: scientific imperialism, the “mission civilisatrice” and industrialization” went hand in hand with France’s Republican ideology and ambitions as a “Great Power” on the global stage.”) []
  12. « Fantasme colonial : réalité idéologique à travers laquelle les fantasmes coloniaux comme support du désir ont émergé, ont fonctionné et se sont manifestés » (Norindr, 1996) []
  13. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3. (“cultural representations are (at least) double: not only implying French views on Indochina, but also the way in which France has been portrayed within Indochina itself and by those people who lived in or visited France.”) []
  14. « Il est communément admis [dans cette discipline issue des cultural studies] que le terme ‘Indochine’ est une « construction artificielle », une « fiction élaborée », [pour reprendre les termes de Nicola Cooper]. D’autres historiens plus traditionnels tels que Pierre Brocheux et Daniel Hémery réfutent cette idée : « L’Indochine française, loin d’être artificielle, est le résultat non seulement du processus des événements et du choc des initiatives adverses, mais aussi de l’application d’un programme planifié à l’avance. » » Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 1. (““Indochina” is now often seen as an “artificial construction,” an “elaborate fiction.” More traditional historians such as Pierre Brocheux and Daniel Hémery, however, react against this idea: “French Indochina, far from being artificial, was the result not only of the process of events and the shock of opposing initiatives but the application of a program mapped out in advance.”” []
  15. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 1 (“the unity of Indochina was product of French imperialism”). []
  16. Robson & Yee, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. 3 []
  17. Tess, Do. « From Incest to Exile: Linda Le and the Incestuous Vietnamese Immigrants. » France and » Indochina »: Cultural Representations (2005): 165-179 ; Winston, Jane. « Playing Hardball: Linda Lê’s Trois Parques. » France and’Indochina’: Cultural Representations (2005): 193-206 []
  18. Tarr, Carrie. « Trần Anh Hùng as Diasporic Filmmaker. » France and ‘Indochina’: Cultural Representations (2005): 153-164 []
  19. Tarr, Carrie. « Trần Anh Hùng as Diasporic Filmmaker. » France and ‘Indochina’: Cultural Representations (2005): 153-164 []
  20. Norindr, France and “Indochina”. Cultural Representations, p. xvi []
  21. Waters, Julia. « Cholen, la capitale chinoise de l’Indochine francaise »: rereading Marguerite Duras’s (Indo) Chinese space. » France and ‘Indochina’: Cultural Representations (2005): 179-191. []
  22. « Ce volume concerne les représentations ou les cadres à travers lesquels les relations franco-indochinoises ont été comprises dans la période moderne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, période qui comprend l’apogée du colonialisme, la décolonisation et les nouvelles relations post-coloniales qui se sont mises en place depuis lors » (En version originale : “This volume concerns the representations or frames through which Franco-Indochinese relations were understood in the modern period, from the late nineteenth century to the present day, a period which includes the heyday of colonialism, decolonization, and the new post-colonial relations that have fallen into place since then.”) []
  23. Robinson, Christopher.  » Lines of Communication: Thematics of Direction and Strategies of Narration in Colonial Indochina. » France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 49-62 []
  24. Edwards, Penny. « Taj Angkor: Enshrining l’Inde in le Cambodge. » France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 14-16. []
  25. Jennings, Eric T. « Representing Indochinese Sacrifice: The Temple du Souvenir Indochinois of Nogent-sur-Marne. » France and » Indochina »: Cultural Representations (2005): 29-47 []
  26. Jennings, France and » Indochina »: Cultural Representations, p. 43. []
  27. Robinson, Christopher.  » Lines of Communication: Thematics of Direction and Strategies of Narration in Colonial Indochina. » France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 49-62. []
  28. Del Testa, David. « Automobiles and Anomie in French Colonial Indochina. » France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 63-77 []
  29. Henchy, Judith. « Vietnamese new women and the fashioning of modernity. » France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 121-138. []
  30. Cooper, Nicola. « Disturbing the Colonial Order: Dystopia and Disillusionment in Colonial Indochina. » France and Indochina: Cultural Representations (2005) : 79-94 []
  31. Vann, Michael. « Of Le Cafard and Other Tropical Threats: Disease and White Colonial Culture in Indochina. » France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 95-106 []
  32. Chiu, Lily V. « Camille’s Breasts: The Evolution of the Fantasy Native in Régis Wargnier’s Indochine. » France and “Indochina”: Cultural Representations. After the empire (2005): 139-152 []
  33. Ha, Marie Paule. « French Women and the Empire. » France and Indochina: Cultural Representations (2005) : 107-120 []
  34. Henchy, Judith. « Vietnamese new women and the fashioning of modernity. » France and Indochina: Cultural Representations (2005) : 121-138. []
  35. Ibid.  []
  36. Del Testa, David. « Automobiles and Anomie in French Colonial Indochina. » France and “Indochina”: Cultural Representations (2005): 63-77 []

Martina Thucnhi Nguyen – On Our Own Strength: The Self-Reliant Literary Group and Cosmopolitan Nationalism in Late Colonial Vietnam

Une parution à ne pas manquer ! Présentation de l’éditeur (University of Hawaii Press).

On Our Own Strength examines the political activities of the most influential intellectual movement in interwar French-occupied Vietnam. The far-reaching work of the Self-Reliant Literary Group (Tự Lực Văn Đoàn) included applied design, urban reform, fashion, literature, journalism, and cartoons; its work was deeply political in both form and intent. The Group drew upon a wide range of global intellectual currents and practices to build an enlightened public that would one day serve as the basis of a modern Vietnamese nation. Its nationalist vision sought a nonviolent middle path between colonialism and anticolonial struggle, advocating a process of gradual decolonization that ultimately ended in Vietnamese autonomy. This form of cosmopolitan nationalism proved tremendously popular among ordinary Vietnamese and necessarily shaped local politics, influencing the political agenda of even rival groups such as the newly revived Indochinese Communist Party (ICP). On Our Own Strength shows how the Group’s vision shaped the ways ICP positioned itself and sought popular support in the years leading up to the August Revolution and beyond. In later years, the party attempted to erase the Group’s early influence on national politics, banning their writings and casting them as little more than bourgeois literary figures. In recovering the Group’s unique response to the world around them, this book bridges the areas of political, cultural, and intellectual history, drawing them together into a rich narrative of Vietnamese nation-building from the bottom-up within a larger global context​.

Martina Thucnhi Nguyen offers a powerful model for the field of Vietnamese studies as it continues to move beyond simplistic and political narratives of its most tumultuous period. Groundbreaking in perception, her book engages broadly with global history, European history, and imperial studies to explore colonialism’s hybrid cultural and political forms. She examines how the Self-Reliant Literary Group weighed in on everything from women’s fashion and public housing to the major political ideologies of the era, in a unique style that mixed French-inflected ideas with Vietnamese norms and forms. As a deep case study of important figures on the Vietnamese moderate left, On Our Own Strength provides an injection of color and nuance into a history that is often too monochromatic.

Source : https://uhpress.hawaii.edu/title/on-our-own-strength-the-self-reliant-literary-group-and-cosmopolitan-nationalism-in-late-colonial-vietnam/

Exposition virtuelle « Les travailleurs indochinois » – du 10 au 18 Avril 2021

A explorer en ligne cette semaine.

Exposition virtuelle et témoignages associés du 10 au 18 Avril 2021.

Une exposition de Dzu LÊ LIÊU (Enseignante en audiovisuel au Lycée des Arènes de Toulouse et réalisatrice de Les Hommes des 3 Ky – Hulot Prod., CERRAVHIS, Médiathèque des Trois Mondes, 1996). Liêm-Khê LUGUERN (Enseignante au collège de Gaillac (Tarn) et docteur en histoire, thèse sous la direction de Gérard Noiriel, Les «travailleurs indochinois» – Étude socio-historique d’une immigration coloniale, 1939-1945). Laure TEULIÈRES (Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, rattachée au laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136) et codirectice de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire).

Pour participer à l’effort de guerre en métropole, la France est allée chercher dans l’Empire colonial des soldats et de la main-d’œuvre pour remplacer les hommes partis au front. Si le souvenir des bataillons d’Afrique n’a pas encore disparu, la présence des Indochinois en France est souvent méconnue.

De son nom complet « Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945) », cette exposition remarquable relève d’un projet culturel et pédagogique ambitieux : contribuer à transmettre au grand public le parcours de ces migrants, à travers histoires familiales et destins personnels. Exposition originale de 13 panneaux constituée en 2016 par Dzu Lê Liêu, Liêm-Khê Luguern, Laure Teulières, François Vuong Triêu et la Mission égalité diversité de la ville de Toulouse, dont une sélection vous est présentée par Made in Asia.

Pour en savoir plus :

Made in Asia : https://www.madeinasia.fr/session/exposition-les-travailleurs-indochinois/

Illustration « à la une » : Salut aux couleurs de la République Démocratique du Viêt-Nam naissante dans un camp de « travailleurs indochinois » vers 1948 © Collection LK Luguern

Mike Davis : Génocides tropicaux (2001) – CR de lecture par Maïlys De Colnet

En 2002, le livre Génocides tropicaux est récompensé par le prix de la World History Association pour son apport décisif au champ académique de l’histoire globale, mais également aux champs des études post-coloniales ou climatiques. Publiée en 2001, cette étude porte sur les grandes sécheresses du XIXe qui ont touché simultanément de nombreux pays de la planète, nommément l’Inde, la Chine, l’Afrique ou encore le Brésil, et dont les variations du phénomène climatique El Nino seraient la cause. Facteur climatique décisif, il est invoqué comme principale cause naturelle de famines ayant provoqué la mort d’environ 50 millions d’individus 1. Cependant, le fait climatique ne peut expliquer à lui seul l’ampleur mortifère de ces événements, s’y ajouteraient les forces du marché et de l’impérialisme. Ainsi, Mike Davis défend dans son livre l’idée selon laquelle la genèse de ce que l’on dénomme aujourd’hui « Tiers monde » se trouverait dans la convergence de ces différents facteurs, insistant particulièrement sur les choix politiques qui ont permis d’orchestrer ce qu’il nomme génocide.

L’auteur, Mike Davis, fervent militant marxiste, à la fois historien et géographe américain, est principalement connu pour ses travaux sur le pouvoir et les classes sociales, bien qu’il ait abordé de multiples autres thématiques dans ses ouvrages. Il s’inscrit ici dans la lignée historiographique des postcolonial studies. Sans le mentionner explicitement, sa démarche mobilise le concept de postcolonialité qui renvoie aux conséquences présentes du colonialisme passé, notamment à travers la dénonciation du capitalisme global et de l’impérialisme intellectuel. Il s’agit d’évoquer, à travers l’analyse, un produit du colonialisme2. Or, l’ambition de Mike Davis, en traitant d’une histoire oubliée, est justement de rétablir des causalités trop longtemps négligées. Il déconstruit ainsi les théories classiques qui rendent compte des origines du sous-développement. En premier lieu, il souligne l’insuffisance d’une explication qui reposerait exclusivement sur les phénomènes climatiques, son étude s’efforce de mettre en lumière les ressorts politiques. Le malthusianisme est également mis à mal, la surpopulation n’étant pas la cause première de la famine. Il en est de même pour le darwinisme social justifiant la disparition d’une population par le fait que seuls les plus forts survivront. La sélection naturelle ainsi appliquée ne préserverait que les plus aptes. S’ajoute enfin la dénonciation d’une perspective colonialiste dans laquelle les individus sont peints comme des fainéants qui ne méritent pas de toucher une aide financière de l’État par exemple.

Sa thèse porte sur l’origine du sous-développement dans « l’humanité tropicale » et sous-tend l’ensemble d’une analyse qu’il divise en quatre parties. La première et la seconde s’attachent à la description des trois sécheresses majeures ayant frappé le XIXe, 1876-1879, 1889-1891 et 1896-1902, et ce dans une perspective à la fois historique et sociale. La troisième partie de l’ouvrage s’attache quant à elle exclusivement à l’appréhension climatique des phénomènes puisqu’elle retrace les étapes de la compréhension entourant le phénomène El Nino oscillation australe (ENSO). La dernière partie s’intéresse à « l’écologie politique des famines » et relève les implications politiques, et surtout les motivations colonialistes, à l’origine de tels désastres humains. Ces différentes parties ne sont pas aussi clairement découpées qu’elles peuvent paraître au premier abord. Il semble donc plus pertinent d’aborder principalement les axes qui sous-tendent l’argumentation de l’auteur ; cette approche est celle privilégiée par les auteurs des différentes recensions du livre qui ont pu être réalisées jusqu’alors en ce qu’elle permet de saisir avec davantage de clarté la teneur du livre3. L’ouvrage interroge donc la genèse de la famine, et à travers elle celle du tiers monde, et tente d’en présenter les causes les plus significatives.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 74.

L’humanité tropicale aux prises de la famine

C’est avec force de détails que l’auteur décrit les souffrances liées aux famines du XIXe, le cannibalisme étant monnaie courante quand la population livrée à elle-même ne trouve d’autres alternatives pour survivre. L’auteur, pour signifier cette violence, se focalise essentiellement sur les cas de l’Inde et de la Chine lors de la sécheresse de 1876-1878.

L’Inde

Lors des sécheresses de 1873-1874 le vice-gouverneur du Bengale, Sir Richard Temple, combattait avec force la famine qui menaçait la région. Il importa massivement du riz de Birmanie et instaura parallèlement une aide financière destinée aux plus pauvres. Alors que grâce à ces initiatives il soustrait la population à une mort certaine ; on dénonce son « extravagance »4 jusque dans les journaux britanniques. Fort de cette expérience, il adoptera ensuite la posture de Lord Lytton, gouverneur général de l’Inde, qui s’oppose fermement à toute intervention à l’encontre de la famine. Même si l’intransigeance fasse à la mort dont faisait preuve Lord Lytton ne faisait pas l’unanimité, en témoigne l’opposition du principal chroniqueur de la famine Digby, sa politique l’emporte. Mike Davis écrit ainsi que : « la sécheresse fut consciemment transformée en famine par les décisions prises dans les palais des radjas et du vice-roi […] si on avait organisé les secours à temps et avec un peu d’énergie et, surtout, si on avait suspendu la collecte des impôts fonciers, on aurait pu réduire au minimum le nombre de victimes »5.

La Chine

L’empire chinois, ruiné à la suite de son ambition territoriale en Asie centrale, emprunte des fonds à taux usuraires aux puissances occidentales. La pauvreté est telle que les paysans en viennent à vendre leurs vêtements et leurs maisons pour s’acheter de quoi vivre. Les restes de leurs masures font office de moyens de combustion alors que l’hiver approche : « les pauvres dévorent leur propre toit »6. On creuse des « trous-pour-dix-mille-hommes »7 afin d’ensevelir les victimes de la tragédie dont la scène principale a lieu dans la province du Shanxi. La communauté internationale met plus d’une année à prendre conscience du désastre. Des opérations humanitaires sont menées, bien que les puissances occidentales ne soient « pas moins impitoyables que les États-Unis dans la collecte des indemnités censément dues par une Chine affamée »8.

A travers ces descriptions transparaissent clairement l’argumentaire de l’auteur qui souligne deux facteurs majeurs -le capitalisme et l’impérialisme- à l’origine du sous-développement des pays de « l’humanité tropicale ».

Capitalisme et libéralisme à l’œuvre

  • Destruction des organisations traditionnelles de subsistance et rhétorique du « laisser-faire »

L’insertion forcée des petits producteurs sur le marché international transforme la nature de leurs exploitations qui perdent leur fonction première de subsistance. Ce processus d’intégration d’une agriculture vivrière à l’économie de marché se traduit par une disparition de l’économie traditionnelle. La marchandisation de la production alors instaurée impose à l’individu de recourir à la médiation monétaire pour satisfaire ses besoins primaires, notamment alimentaires. Ce phénomène de monétarisation de la production agricole réduit à néant les structures sociales traditionnelles reposant sur la réciprocité et l’entraide, ressorts fondamentaux de la résilience d’une société en temps de crise9. Les productions favorisées sur le territoire national sont alors cultivées au titre de leur rentabilité en tant que bien d’exportation. L’auteur reprend l’affirmation de Polanyi selon laquelle « la source réelle des famines […] est le marché libre des céréales »10. Dans le cadre du système colonial orienté par la mise à disposition de matière première au profit de la puissance colonisatrice, les cultures de coton remplacent ainsi celles des légumes secs qui servaient jusqu’alors à nourrir les populations. En Inde, les cultures vivrières ont ainsi laissé place aux districts cotonniers et aux districts de blé de Narmada. Ces territoires rapidement convertis à des plantations souvent inadaptées à leurs conditions biophysiques reposent sur un système écologique précaire qui met en péril la sécurité alimentaire de l’ensemble de la population. La modernité incarnée par le télégraphe et les voies ferrées permet alors de connecter différentes régions du monde, les chocs climatiques et les déficits agricoles occasionnent un bouleversement non plus seulement local mais international. Ainsi la production de canne à sucre destinée à l’exportation réagit immédiatement à l’extraction du sucre de betteraves européennes, la baisse des prix est alors directement synonyme d’un appauvrissement drastique de la population.

Si la mondialisation économique imputable au capitalisme de marché est mobilisée par l’auteur pour rendre compte des famines majeures du XIXe siècle, elle s’associe d’une analyse des discours mobilisés par les colonisateurs en lien avec cette idéologie libérale. Mike Davis écrit de l’Inde qu’elle aurait été le pays « laboratoire de l’utilitarisme où des millions de vies étaient à la merci d’une foi dogmatique dans la toute-puissance des marchés »11. Selon lui, les dirigeants au pouvoir convaincus par la force de « lois implacables de la nature »12 cédaient à l’issue salvatrice que pouvait leur offrir la mention d’Adam Smith dans la justification de leurs choix politiques. Lord Lytton, gouverneur général des Indes, lors de la première famine évoquée par l’ouvrage s’oppose ainsi à toute forme d’interventionnisme économique en faveur de la population indienne ; il s’inscrit ainsi dans la lignée des enseignements de l’économiste et de son concept fondateur de « main invisible » régulant le marché13.

  • Des forces centripètes au service de la métropole

L’impérialisme informel et formel a lourdement pesé sur la transformation d’événements climatiques en catastrophes humaines. La comparaison avec la gestion des famines par les systèmes politiques en place au XVIIIe permet à l’auteur de mettre en lumière l’importance du facteur politique colonial dans l’hécatombe des famines du XIXe. En ce qui concerne la Chine du Nord, l’auteur mobilise l’exemple de Fang Guancheng qui de 1743 à 1744 aurait organisé l’aide alimentaire pour soutenir les paysans, et ce pendant 8 mois durant. Le gouvernement impérial était alors activement mobilisé. De même, en Inde les Moghols « considérai[en]t la protection du paysan comme une obligation essentielle »14. Ainsi en 1661 le souverain moghol Aurangzeb fit un achat massif de blé afin d’en faire don aux plus pauvres. La comparaison directe avec la gestion des famines indiennes par Lord Lytton ou Temple illustre la négligence volontaire d’un État colonial pour qui le pays est une « réserve fiscale » et non le lieu d’une « entreprise de charité »15. Les autorités coloniales demeurent inflexibles, l’auteur parle de « lois de fer », alors que leurs prédécesseurs étaient enclins à assouplir la levée d’impôt en temps de disette, on parle de « lois de cuir »16. On assiste alors à l’abandon du pacte de subsistance par lequel la responsabilité de l’État dans la prise en charge des besoins alimentaires était un fait avéré17. L’humanité tropicale au XVIIIe siècle aurait eu un niveau de développement comparable à celui de l’Europe18.

Pour l’auteur le désastre induit par les sécheresses du XIXe, et ses conséquences actuelles que rappelle l’appellation Tiers-monde, sont directement imputables à un choix politique des gouvernements coloniaux. Il note le maintien d’une levée d’impôts malgré l’incapacité des paysans à la financer autrement qu’aux dépens de leur vie ou encore le détournement des fonds destinés à la prévention de la famine (en Inde ils financent la guerre d’Afghanistan). L’impérialisme informel est également perceptible, notamment dans le cas du Brésil, puisque la Grande Bretagne exerçait un contrôle sur la dette extérieure du pays qui ne bénéficiait alors plus d’aucune autonomie fiscale à l’origine d’une incapacité à agir efficacement contre les famines. L’humanité tropicale située dans le giron des puissances coloniales leur était donc soumise. Les périphéries ne devant leur droit à l’existence qu’à la mesure dans laquelle elles pouvaient servir les intérêts des centres. L’exemple de la politique des commandes publiques qui étouffait l’Inde en l’obligeant au rachat de produits britanniques obsolètes illustre particulièrement ce fait.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 63.
  • La famine au service de l’expansion coloniale

En plus d’avoir participé à l’aggravation des pénuries alimentaires induites par les sécheresses du XIXe, les institutions coloniales ont tiré parti de ces désastres pour accroître leur puissance. Les tribus autonomistes qui prétendaient encore résister aux autorités coloniales furent annihilées. Ainsi, à Bornéo les Hollandais profitent de l’affaiblissement des populations indigènes dû à la sécheresse pour les soumettre. Les tribus dayaks qui étaient jusqu’alors encore indépendantes et empêchaient les colonisateurs d’exploiter les vastes étendues de forêt vierge, furent contraintes de se vendre comme force de travail en échange de nourriture. Elles renoncèrent par là-même à leur liberté.

Aux origines de la famine et du sous-développement

  • Libéralisme & impérialisme, la tentation de l’exagération

Si Mike Davis parvient parfaitement à mettre en lumière l’importance décisive des choix politiques dans la gestion plus ou moins funeste des famines, la mise en exergue du rôle des théories libérales ne paraît pas absolument s’appliquer à l’étude présentée. En effet, si les autorités coloniales mentionnent l’idéologie d’économistes comme Smith, il ne s’agit pas tant de suivre aveuglément leur propos19  que d’assouvir les intérêts économiques de la puissance quel qu’en soit le coût humain. Il semble donc que la théorie économique ait peu à voir avec le déroulement effectif de la famine. La lecture explicitement engagée de l’histoire globale qui est faite par l’auteur, bien qu’elle dénonce à juste titre l’incurie du pouvoir coloniale, semble tomber sous le coup de l’exagération. C’est justement ce que lui reproche Amartya Sen20 à propos du passage de l’économie traditionnelle à l’économie de marché. Il souligne que les résultats de l’entrée dans l’économie de marché ne sont pas aussi manichéens que le suggère Mike Davis. Si la politique économique est accompagnée de l’action étatique, alors elle peut au contraire rendre possible l’émancipation des populations les plus pauvres. Fort de ce constat, il souligne que les famines les plus meurtrières du XXe siècle ont eu lieu en dehors du cadre capitaliste, notamment en Chine entre 1958-61 avec environ 30 millions de morts estimés. La volonté de nuance que présente Amartya Sen peut être étayée par les recherches qui portent sur la notion de « grande divergence » qui tente de définir le point de départ des inégalités de développement identifiables entre les pays. L’étude de Broadberry et al. qui porte sur la divergence entre la Grande Bretagne et l’Inde souligne ainsi que : « Indian living standards were already subs-tantially below the British level during the seventeenth century »21. Ces conclusions vont à l’encontre des affirmations de l’auteur. Mike Davis insiste sur le rôle de l’impérialisme colonisateur dans les écarts de développement perceptibles à l’époque contemporaine. Elles démontrent qu’avant même le début de la période coloniale, l’Inde s’écartait déjà de la trajectoire anglaise.

  • Crise de subsistance ou crise d’accès

En prenant pour objet la famine, l’auteur s’intéresse à un sujet hautement politique puisque s’y associe la question de la responsabilité de millions de morts mais également conditionne la mise en place de politiques publiques visant à pallier de tels événements. Mike Davis, pour traiter ce sujet, s’inscrit dans une lignée historiographique qui valorise l’aspect construit des famines prétendument induites par des « accidents climatiques »22. En ce qui concerne l’Inde, les écrits datant du XIXe d’hommes politiques indiens nationalistes, comme Naoroji qui parle de « drain of wealth »,23 dénonçant le rôle de la politique impériale dans les famines initie la réflexion élaborée par l’auteur24. Cependant, c’est le travail détaillé de l’économiste Amartya Sen qui marque surtout le champ étudié par Mike Davis. Il analyse les héritages coloniaux à l’origine de l’insécurité alimentaire25. Pour Amartya Sen, les famines n’ont pas pour cause la pénurie de nourriture mais plutôt le fait que son accès soit rendu impossible aux plus pauvres. Il parle de droit d’accès à l’alimentation et développe la notion de capabilité ou non à s’insérer sur le marché alimentaire. La diminution du nombre de famines au cours du XXe irait de pair avec la démocratisation croissante du monde. Cette pensée constitue le fil directeur du propos tenu par Mike Davis et reste fondatrice dans l’appréhension des questions de développement et de sécurité alimentaire.

Mike Davis parvient donc, à travers cet ouvrage, à peindre des événements de l’histoire fréquemment occultés. Il souligne les choix politiques sous-jacents à ce qu’on décrit trop souvent comme étant le fruit de phénomènes strictement naturels. Si l’approche explicitement idéologique de cet essai historique doit être nuancée en ce qu’elle peut conduire à des affirmations trop catégoriques, notamment en ce qui concerne la question des théories économiques ; il convient d’en relever l’intérêt académique majeur. La prise en compte du fait naturel comme objet politique initie en effet une démarche universitaire récente qui en souligne les enjeux géopolitiques. A l’heure du changement climatique et des débats internationaux qu’il suscite, l’analyse de Mike Davis s’inscrit ainsi parfaitement dans le nouveau champ disciplinaire qu’est la géopolitique de l’environnement26.

Maïlys de Colnet, promotion ASIOC 2020-2021

Maïlys de Colnet est étudiante en dernière année de master Asie orientale et contemporaine au sein du département de Sciences sociales de l’ENS de Lyon. Intéressée par les questions environnementales, elle rédige un mémoire de géopolitique sur la coopération environnementale sino-européenne.

Les illustrations sont extraites de l’ouvrage.


Notes

  1. La notion de famine telle qu’elle est abordée dans le livre étudié subsume les fragilités induites par la malnutrition et renvoie au développement d’épidémies qui lui sont connexes []
  2. Burleigh, Hendrickson. « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », dans Florian Alix et al., Postcolonial Studies : modes d’emploi, Presses universitaires de Lyon, p. 155-173 []
  3. On pense ici notamment au compte-rendu de lecture d’Amartya Sen « Apocalypse Then », Books. The New York Times, Février 2001. URL : https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html, ou encore à celui de Cyrille Ferraton https://journals.openedition.org/asterion/97 []
  4. Davis, Mike. Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, La Découverte, 2003, p. 47. []
  5. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 62-63 []
  6. Ibid., p. 73. []
  7. Ibid., p. 84 []
  8. Ibid., p. 91 []
  9. Cette idée est également développée dans O Grada, Cormac, Famine : a short history, Princeton University Press, 2010 qui présente les groupes traditionnels comme développant « leur propre stratégie préventive de niche contre la famine » []
  10. O Grada, Cormac, Famine: a short history, Princeton University Press, 2010, p. 15 extrait de Polanyi, Karl, The Great Transformation, Boston, 1944, p. 160, trad. française : La Grande Transformation, Gallimard, 1983 []
  11. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 41 []
  12. Ibid., p. 42 []
  13. Dans La Richesse des nations, tome 4, p. 140, Smith s’intéresse à la famine qui frappa le Bengale en 1770. Selon lui le marché aurait régulé temporellement et géographiquement les conséquences négatives potentielles []
  14. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 312 []
  15. Ibid., p. 43 []
  16. Ibid., p. 311 []
  17. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  18. Ibid., p. 320 []
  19. Ferraton, Cyrille, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion , p. 337. [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 20 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asterion/97  []
  20. Sen, Amartya. « Apocalypse Then », Books. The New York Times, Février 2001. https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html []
  21. Broadberry, Stephen et al., « India and the great divergence: An Anglo-Indian comparison of GDP per capita, 1600-1871 », dans Explorations in Economic History, 2015, vol 55. p. 71 []
  22. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 305 []
  23. Naoroji, Dadabhai, Poverty and un-British rule in India, Swan Sonnenschein & Co, 1901 []
  24. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  25. Dreze, Jean & Sen, Amartya. Hunger and Public Action, Clarendon Press, 1989 []
  26. Dalby, Simon, « The geopolitics of climate change », Political Geography, novembre 2013, vol. 37, p. 38-47 []

Nguyễn Ngọc Châu : Sur le Caodaïsme vietnamien [2020]

Nous remercions M. Nguyễn Ngọc Châu pour l’autorisation de vous proposer sur Mémoires d’Indochine la mise à jour de sa monographie parue précédemment en 2017. Il y traite dans la globalité et dans le détail l’histoire de cette nouvelle religion typiquement vietnamienne née dans le delta du Mékong dans les années 1920.

Document téléchargeable.


Pour en savoir plus voir le site personnel de l’auteur : https://sites.google.com/view/nguyenngocchau/mes-articles

Illustration « à la une » : Temple caodaïste sur l’avenue Tran Hung Dao #1 © 2012 François Guillemot / Virtual Saigon

Mémoires d’Indochine – Synopsis 2012-2020

Vue d’ensemble des différents synopsis de ce séminaire de recherche que nous animons à l’ENS de Lyon depuis 2008 et sous le titre de « Mémoires d’Indochine » depuis 2012. Liens vers les synopsis sous la galerie.

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Séminaire dispensé à l’ENS de Lyon dans le cadre du Master ASIOC (Asie orientale contemporaine), 21 heures, en co-habilitation avec l’Institut d’Études Politiques de Lyon (Sciences Po Lyon).

2020 : Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/36470

2019 : Décoloniser l’histoire de l’Indochine. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/34474

2018 : Mémoires, récits de vie en situations. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/28256

2017 : Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/25508

2016 : Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/23509

2015 : Paroles  « provoquées » et mémoires partagées. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/19474

2014 : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/15859

2013 : Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/10934

2012 : Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/152

Séminaire Décolonisations en péninsule indochinoise

Séminaire dispensé à l’ENS de Lyon dans le cadre du Master ASIOC (Asie orientale contemporaine), 21 heures, Institut d’Études Politiques de Lyon (Sciences Po Lyon), années universitaires : 2008-2009, 2009-2010, 2010-2011, 2011-2012.