Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Nguyễn Giáng Hương : Les collections vietnamiennes de la BnF – témoignage sur l’histoire culturelle et sociale du Vietnam

Très intéressante présentation de Nguyễn Giáng Hương sur le patrimoine culturel vietnamien de la BnF.

La conférence donnée le 8 mai 2023 au centre EFEO d’Hô Chi Minh ville par Mme Nguyễn Giáng Hương, responsable des fonds Asie du Sud-est à la bibliothèque nationale de France Bnf, donne un aperçu de la diversité et de la richesse des fonds d’archives et de documents imprimés consacrés au Vietnam, tout en soulignant leur indéniable valeur scientifique pour l’étude de l’histoire, de la société et de la civilisation vietnamiennes.

Tự Lực Văn Đoàn : une histoire éditoriale et intellectuelle – survol historiographique (années 1930-2020) / Guillemot François – séminaire France-Vietnam, 17 mai 2024

Le séminaire “France-Vietnam : un portail entre les cultures”, organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec l’EUR Translitteræ, est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois via ZOOM. Le Vendredi 17 mai 2024, 10h00-11h30, Nguyen Giang Huong accueillera François Guillemot (IAO/ENS Lyon) et Phung Ngoc Kien (Académie des Sciences Sociales du Vietnam) sur le sujet suivant : « Tự Lực văn đoàn – par ses propres forces ».

François Guillemot présentera un “survol historiographique” des publications du/sur et autour du Groupe littéraire autonome des années 1930 à aujourd’hui. Résumé :

L’histoire éditoriale et intellectuelle du Groupe littéraire autonome épouse les fluctuations de l’histoire vietnamienne au XXe siècle. Né en 1933 d’une volonté d’émancipation culturelle, économique, politique et sociale, les productions du groupe littéraire ont traversé les époques, entre popularité, condamnation, oubli, effacement et revitalisation, jusqu’au nouvelles analyses d’aujourd’hui. Notre communication se penchera sur six périodes clés :

  • L’émergence et l’apogée en situation coloniale (1932-1945) ;
  • Les rééditions pendant la période de l’Etat du Viêt-Nam (1948-1954) ;
  • Les rééditions et la réactivation au Sud sous la République du Viêt-Nam (1955-1975) ;
  • L’exil américain, la mémoire et la valorisation (années 1980-2010) ;
  • Le réexamen à l’époque du Renouveau vietnamien (années 1990-2000) ;
  • Les nouvelles études académiques et les ressources en ligne (années 2010-2020).

A l’issue de cette trajectoire vertigineuse, des interprétations sur la popularité constante des écrits de ce groupe peuvent être avancées entre mémoire et expérience historiques, modernité littéraire et patrimonialisation de certaines oeuvres emblématiques.


En première partie de ce séminaire, le chercheur Phùng Ngọc Kiên interviendra sur “L’ACCUMULATION DES CAPITAUX CHEZ TỰ LỰC VĂN ĐOÀN”.

Assurer les services de l’arrière dans la campagne de Dien Bien Phu [infographie Nhân Dân]

A l’appui d’une infographie parlante, rappel de la formidable mobilisation du gouvernement de la RDVN et de l’Armée populaire vietnamienne sur les services de l’arrière lors de la bataille de Diên Biên Phu. Infographie publiée sur le site de l’organe officiel du PCV.

La Victoire de Dien Bien Phu est l’une des victoires glorieuses dans l’histoire de la lutte du peuple vietnamien contre les agresseurs étrangers au 20e siècle. C’était une victoire de la résistance de longue durée et pénible du peuple vietnamien sous la direction du Parti et du Président Ho Chi Minh. L’un des facteurs majeurs de la victoire, c’étaient la volonté et les efforts de tout le peuple et de toute l’armée pour surmonter toutes les difficultés et libérer le pays.

Voir l’infographie : https://fr.nhandan.vn/assurer-les-services-de-larriere-dans-la-campagne-de-dien-bien-phu-post89221.html


Image “à la une” : procession de vélos pour ravitailler Diên Biên Phu, source : VNA

Christèle Dedebant : Le bagne des Annamites. Les derniers déportés politiques en Guyane [parution]

Parution d’une longue enquête historique de la journaliste Christèle Dedebant sur une histoire complètement oubliée des bagnes coloniaux. Présentation de l’éditeur.

Surveiller et punir dans l’Empire colonial français.
Le 6 mai 1931, aux abords du bois de Vincennes, on inaugurait l’une des attractions majeures de l’entre-deux-guerres : l’Exposition coloniale internationale. Au même moment, de l’autre côté du globe, le vapeur français “La Martinière” quittait le port de Saigon dans le plus grand secret. Dans ses cales, 535 “indigènes” de 18 à 35 ans, – des “Annamites”, comme on appelait les Indochinois, enfermés dans des cages de fer, en partance pour la Guyane. Ce 17 mai 1931, quand le vapeur “La Martinière” avait levé l’ancre en direction de Cayenne, la France était à la tête du deuxième empire colonial du monde. Sa domination s’exerçait sur un territoire dix-huit fois plus vaste que l’Hexagone.

Docteure en histoire contemporaine, journaliste au magazine Géo, Christèle Dedebant vit à Aix-en-Provence et faits de fréquents séjours à Cayenne.

URL éditeur : https://www.actes-sud.fr/le-bagne-des-annamites


Photographie “à la une” : Camp Crique Anguille. Allée dans les vestiges. Photo : Chatsam, 10 juin 2017 (source : Wikipedia)

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

Christopher Goscha : Guerre d’Indochine, des prisonniers travailleurs dans l’armée française [L’Histoire n°519, mai 2024]

Une contribution inédite de l’historien Christopher Goscha à lire dans le n°519 de la revue L’Histoire. Amorce de l’article ci-dessous (accès sur abonnement).

1950 : prise dans un engrenage infernal et ayant besoin de main-d’oeuvre, l’armée française met massivement au travail des prisonniers vietnamiens, parfois même sur des zones de combat, tout en étant consciente de mépriser les règles internationales du droit humanitaire. Une dérive dévoilée pour la première fois.

Photo Paul Corcuff / ECPAD. Réf. ANN53-9R49 DEFENSE

Le 13 février 1991, lors d’un colloque au Sénat sur le Vietnam, un groupe d’anciens combattants de la guerre d’Indochine dénonce publiquement Georges Boudarel, maître de conférences à Paris-VII, alors qu’il s’apprête à prendre la parole, et l’accuse d’avoir servi de commissaire politique dans un camp viêt-minh communiste quarante ans plus tôt. Le chef de file de cette offensive, Jean-Jacques Beucler, vétéran du conflit et ancien prisonnier du viêt-minh, obtient que l’universitaire soit expulsé de l’événement. Les médias se saisissent de l’affaire et des centaines d’articles, d’images de Boudarel ainsi que de l’épouvantable expérience des Français tombés aux mains des communistes sont publiés dans la presse[1]. La conjoncture internationale facilitait ce processus mémoriel : la guerre froide touchait à sa fin, l’Union soviétique était en train de disparaître et les crimes du communisme en passe d’être dévoilés au grand public. […]

Source : https://www.lhistoire.fr/guerre-dindochine-des-prisonniers-travailleurs-dans-larm%C3%A9e-fran%C3%A7aise


Pour en savoir plus sur cette guerre, voir les derniers ouvrages de Christopher Goscha :

  • The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam (Princeton University Press, 2022)
  • The Penguin History of Vietnam (Penguin/Random House, 2016), Vietnam, A New History (Basic Books, 2016, version américaine du précédent livre)
  • Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954): An International and Interdisciplinary Approach (University of Hawa’ii Press, 2011)
  • Vietnam, Un État né de la guerre (Armand Colin, 2011).

Vincent Ricouleau : Histoire du bagne de Poulo Condore

Signalement des articles en ligne de Vincent Ricouleau qui propose une histoire du bagne de Poulo Condore sous l’angle du droit et de la médecine. Une enquête fouillée et intéressante en accès libre sur le site Village de la justice.

A suivre…


Illustration : photo du bagne, vue de bâtiments et de cellules. Source : Wikipedia / Tycho 2014.