Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Claire Tran – Première Guerre mondiale : ces Asiatiques venus au front [Journal du CNRS]

[ndlr] A lire dans le Journal du CNRS en ligne, l’article de notre collègue Claire Tran Thi Lien, Directrice de l’IRASEC à Bangkok.

Pendant la Première Guerre mondiale, quelque 2 millions d’Asiatiques sont venus grossir les rangs sur le front en Europe et au Moyen-Orient. Ces soldats de l’ombre ont non seulement combattu mais ils ont aussi servi de main-d’œuvre dans les usines, notamment en France. Des expériences qui changèrent leur vie mais aussi leur vision du monde et qui contribuèrent à déclencher la décolonisation, comme l’explique l’historienne Claire Tran.

Alors que les commémorations de la Première Guerre mondiale sont l’occasion de revenir sur la vie éprouvante des Poilus dans les tranchées, celle de près de 2,5 millions de combattants et ouvriers venant d’Afrique et d’Asie reste encore méconnue. Parmi eux, 71 % étaient principalement des Indiens, des Chinois et des Vietnamiens. Que sait-on de la vie de ces 1 723 000 Asiatiques arrivés massivement en Europe et au Moyen-Orient entre 1914 et 1919 et plongés dans l’enfer de la guerre totale ? Au début du XXsiècle, États et sociétés d’Asie faisaient face à l’arrivée de centaines de milliers de colons occidentaux avec l’expansion impériale et l’imposition de « traités inégaux » , mais pendant plus de cinq ans, la Première Guerre mondiale entraîna en sens inverse une mobilité importante d’Asiatiques vers l’Europe.

Lire la suite : Le Journal du CNRS

Image « à une une » : Soldats siamois en route pour le Front, août 1918. © ECPAD

François Guillemot : La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire

[ndlr] Communication de François Guillemot dans le séminaire de l’ERC : Social Dynamics of Civil Wars.

La prochaine séance du séminaire « Social Dynamics of Civil Wars » aura lieu :

Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h à 20h  

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre Broca 

21 rue Broca, 75005 Paris

Bâtiment A / salle 701 / 7ème étage

Nous aurons le plaisir d’accueillir François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale (ENS Lyon), pour une intervention intitulée :

« La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire ».

Résumé :

L’intervention de François Guillemot questionnera à travers deux textes inédits la catégorie « guerre civile » confrontée à l’expérience vietnamienne entre 1945 et 1975. La plus grande partie de sa communication vise à expliquer comment la « guerre du peuple », théorisée par le général Vo Nguyên Giap, se transforme en « guerre civile révolutionnaire » au Sud dans le contexte de la Guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre sous l’égide de Lê Duân. Ainsi, deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. La stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de « guerre civile » est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Pour illustrer son propos, François Guillemot évoquera la pratique des « Biêt Dông », les commandos urbains vietnamiens dans la « guerre civile révolutionnaire » au sud. Une discussion générale suivra cette communication qui s’inscrit dans le cadre de l’ERC « Dynamiques sociales de la guerre civile » (Social Dynamics of Civil Wars) portée par Gilles Dorronsoro.

  • Ouvrage cité : François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, Poche / Sciences humaines et sociales, 2018.

Image « à la une » :  Echange de prisonniers vietnamiens entre le Nord et le Sud, Bien Hoa 1973. La pancarte dit : « Retourner chez les communistes s’est se suicider ». Source : Manh Hai

Bophana : Projections sur et autour du procès des Khmers rouges – 16 novembre 2018

[ndlr] Centre Bophana de Phnom Penh : annonce du programme du vendredi 16 novembre 2018.

Projection de film et diffusion en direct
du prononcé du jugement dans l’affaire 002/02


Ce vendredi 16 novembre 2018, à l’occasion du verdict du jugement de l’affaire 002/02 par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) à l’encontre de KHIEU Samphan et de NUON Chea, le centre Bophana organisera un programme exceptionnel, le vendredi 16 novembre 2018, afin de mettre en lumière cet événement historique.

– Retransmission en direct du procès dans notre centre de 9h30 à 12h

– Projection de films de 15h à 17h30 : deux films documentaires traitant du mariage forcé sous le régime Khmer Rouge, un des sujets traités dans l’affaire 002/02

1. “Théâtre de Danse Phka Sla” (produit par le centre Bophana, 2017, 82min, version khmère sous-titrée anglais)
2. “Noces Rouges” (réalisé par Lida Chan & Guillaume P. Suon, 2012, 58min, version khmère sous-titrée anglais)

Entrée libre
Contact :
Bophana Audiovisual Resource Center
64 Street 200
Okhnia Men
Phnom Penh 12211
Cambodia
+855 (0) 23 992 174
Copyright © 2018 Bophana Audiovisual Resource Center, All rights reserved.

Image « à la une » : © Photographie des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC)

Inside the BGI social history (1927-1976)

[ndlr] Projet de l’Institut d’Asie Orientale coordonné par François Guillemot.

Les Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), fondées sous la colonisation française en 1927 par la maison Denis Frères (Bordeaux), ont connu une expansion économique importante au Viêt-Nam. Le départ de la France de Saigon en 1956 dans le contexte de la division du pays entre 1955 et 1975 n’a pas interrompu sa production.

A partir d’une documentation unique constituée d’une partie du fichier du personnel de la société, le projet vise à établir une histoire sociale et cartographique de la BGI. Cette documentation nous permettra d’étudier l’évolution du personnel, ses origines sociales et ses déplacements au Sud Viêt-Nam dans les années soixante et soixante-dix.

Le projet vise ainsi à restituer l’évolution et le rayonnement de cette société sous la République du Viêt-Nam jusqu’à la réunification, date à laquelle la société change de nom pour Brasseries et Glacières Internationales.

La préservation sur le long terme de ces documents internes à la société, constitués pendant la guerre du Viêt-Nam, apparaît également comme une nécessité pour les recherches actuelles et futures.

Si vous avez travaillé dans cette société pendant la période de la République du Viêt-Nam, n’hésitez pas à nous contacter : francois.guillemot@ens-lyon.fr

The Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), founded under French colonization in 1927 by Denis Frères (Bordeaux), experienced significant economic expansion in Vietnam. The departure of France from Saigon in 1956, and the division of the country between 1955 and 1975, did not interrupt its production.

Based on a unique documentation consisting of the company’s personnel files, the project aims to establish a social and cartographic history of the BGI. This documentation will allow us to study the evolution of the staff, their social origins and their geographic movements within South Vietnam in the 1960s and 1970s.

The project thus aims to reconstruct the development and influence of this company in the Republic of Vietnam at war until reunification, when the company changed its name to Brasseries et Glacières Internationales.

It appears necessary to preserve these internal documents digitally in a long term in order to support future research projects and maintain this specific historical record.

If you worked in this company during the period of the Republic of Vietnam, please do not hesitate to contact us: francois.guillemot@ens-lyon.fr


Vietnam : l’agent orange scruté in situ

[ndlr] Signalement d’une mission de terrain sur la guerre chimique pendant la guerre du Viêt-Nam et l’utilisation massive des pesticides aujourd’hui. Cette enquête soulevant de question sanitaires, historiques et sociales encore très sensibles est menée par Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, et Pierre Journoud, historien, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier.

Quarante-trois ans après la fin de la plus importante guerre chimique du XXe siècle, une mission de terrain inédite s’apprête à enquêter sur l’impact sanitaire de l’herbicide, qui a contaminé entre 2 et 5 millions de personnes. Mais aussi sur les pesticides encore utilisés.

Le projet n’a pas d’équivalent : une équipe scientifique pluridisciplinaire va enquêter en Asie du Sud-Est sur les conséquences de l’épandage de l’agent orange, défoliant employé par les États-Unis durant la guerre du Vietnam, et sur les effets aujourd’hui des pesticides utilisés par l’agriculture dans la région. Le dossier de cette mission d’expertise sera déposé ce jeudi pour validation à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, où sont basés la grande majorité des scientifiques, praticiens et professeurs investis dans cette recherche clinique. Après le verdict historique rendu en août dans l’affaire du jardinier américain Dewayne Johnson contre le géant de l’agrochimie Monsanto (jadis producteur de l’agent orange et aujourd’hui du glyphosate), les résultats de l’enquête sont très attendus.

Lire la suite : Libération, 24/10/2018. (Arnaud Vaulerin)

Johann Grémont : « Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viêt Nam (1895-1940) »

Séance du séminaire de l’IAO à ne pas manquer. 

« Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viet Nam (1895-1940) »

Johann Grémont


Vendredi 26 octobre 2018, de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

Résumé : Conséquence des traités de 1883 et 1884 qui placèrent le Tonkin sous protectorat français, l’affirmation de l’ordre colonial aux confins de l’Empire fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé. A partir de 1896, les officiers français basés dans un chapelet de postes, et épaulés par leurs partisans, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions. L’analyse des mécanismes mis en œuvre pour contrôler la frontière permet de mettre en valeur l’équilibre fragile dans lequel s’inscrit l’exercice d’une police frontière où les troupes supplétives jouent au final un rôle de premier plan.

Affiche en ligne

Historien et enseignant, Johann Grémont est cadre en administration centrale. Ses recherches portent sur le maintien de l’ordre dans les colonies. Il est l’auteur de Maintenir l’ordre aux confins de l’empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam, 1895-1940, Paris, Maisonneuve et Larose nouvelles éditions / Hémisphères éditions, coll. Asie en perspective, 2018. Lien éditeur.

Hommage aux travailleurs indochinois – 21 octobre 2018

[ndlr] Message de Pierre Daum.

Dimanche 21 octobre

Hommage aux « travailleurs indochinois »

organisé dans l’ancienne Poudrerie de Saint-Chamas
par les maires de
Saint-Chamas et de Miramas

  • 11h00 : dépôt de gerbes
  • 12h00 Vin d’honneur
  • 13h00: repas convivial (réservation obligatoire 0621573449)
  • 16h30: projection du film Une histoire oubliée (52 mn, 2017) en présence de la réalisatrice Ysé Tran

De 1945 à 1950, plus d’un millier d’ouvriers vietnamiens ont été envoyés par le gouvernement français pour répondre à la demande de main d’oeuvre des multiples entreprises de Lorraine. Avec le statut particulier d’ »indigène », c’est-à-dire encadré par l’État, comme dans les colonies. Le film d’Ysé Tran part à la recherche de l’histoire singulière de ces hommes, arrachés à leurs villages pour les besoins de la guerre. 20 000 « travailleurs indochinois » ont débarqué à Marseille en 1939-1940 afin d’être utilisés dans les usines d’armement. Parqués dans des camps dans le Sud de la France après la capitulation de 1940, ils travaillent sans salaire, dans tous les secteurs de l’économie. À travers des témoignages de travailleurs indochinois centenaires ou presque, de leurs épouses et surtout de leurs enfants, et grâce à la découverte d’un fonds d’archives inédites, le film d’Ysé Tran dévoile enfin cette page longtemps ignorée de l’histoire ouvrière en Lorraine.

Fiche du film sur : Film documentaire