Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Bui Tin : « De la reddition de Saigon à l’exil en France et à la dissidence » par Charles Antoine de Nerciat [2000]

[ndlr] A l’occasion du décès du dissident Bui Tin, nous reproduisons ci-après l’article biographique de Charles Antoine de Nerciat, rédigé pour l’AFP en 2000. Notez que Bui Tin réfutait en 2013 avoir recueilli la reddition du gouvernement de Saigon mais était seulement présent en tant que journaliste, témoin historique, et néanmoins le plus haut gradé de l’armée populaire sur les lieux. Sur son rôle voir l’interview de Mặc Lâm sur RFA (30/04/2013).

PARIS – Le colonel Bui Tin, de l’armée de Hanoi, a assuré sa place dans l’histoire lorsqu’il a recueilli, le 30 avril 1975, la reddition de Saigon, mettant ainsi avec éclat un point final à quelque 30 années de guerre au Vietnam. A vrai dire, c’est un peu le hasard qui a mis ainsi, ce jour-là, à la vedette cet officier dont les galons ont été gagnés dans les grandes batailles livrées par les troupes communistes de Ho Chi Minh contre le corps expéditionnaire français, d’abord, puis contre les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens.

« Ca s’est déroulé accidentellement », a-t-il observé dans une interview à l’AFP. « Je n’y vois aucun mérite ». Bui Tin était bien l’officier du rang le plus élevé à pénétrer dans le palais présidentiel de Saigon –rebaptisée, depuis, Ho Chi Minh Ville –, mais, s’il était là, c’était non pas comme chef d’une unité mais comme correspondant de guerre du Quan Doi Nhan Dan, le journal de l’armée. Aussi, une fois la brève capitulation accomplie, s’est-il retiré dans un coin pour rédiger son article. Son papier terminé, il s’est enfin laissé aller à la détente. Il était, a-t-il raconté, « dans un état d’exaltation ». Cet état d’esprit ne devait pas durer longtemps.

Photo publiée dans le Viet Bao Online en 2012 dans un article de Bui Tin sur la chute de Saigon, le 30 avril 1975 © DR

 

« La désillusion à l’égard du régime de Hanoi est survenue pour moi immédiatement après avril 1975 », a déclaré Bui Tin. « On nous parlait de réconciliation nationale et de clémence des vainqueurs. Et voilà que militaires et fonctionnaires du régime vaincu étaient expédiés, par centaines de milliers, dans des camps de rééducation, soumis à une politique bizarre de travaux forcés, de sévices et de bourrage de crâne. » Le comportement de la police à l’égard des « boat people » devait, lui aussi, révolter Bui Tin qui accuse les forces de sécurité de s’être fait payer de substantiels pots-de-vin pour laisser ces réfugiés quitter clandestinement leur pays, souvent à bord de bateaux surchargés. « C’était rançonner les gens en or ou en dollars. Pour les envoyer à la mort », dit Bui Tin.

Maintenant âgé de 73 ans, l’officier à la tenue et au casque verts de jungle qui a reçu la reddition du dernier président sud-vietnamien, le général Duong Van Minh — le « Grand » Minh, ainsi surnommé du fait de sa taille inhabituelle pour un Vietnamien –, avait commencé sa carrière de combattant révolutionnaire dans les tous débuts de la guérilla contre les forces françaises. En 1954, il était à Dien Bien Phu lorsque l’armée communiste de Ho Chi Minh, devenue une force redoutable, remporta une victoire éclatante sur les troupes coloniales françaises, mettant fin à la domination de la France sur le Vietnam. Puis, ce furent les longues et dures années de combats contre les troupes américaines et sud-vietnamiennes. Bui Tin y a pris part, soit comme chef d’unités combattantes, soit comme correspondant de guerre.

Mais, en 1990, le voilà qui prend le chemin de l’exil, et s’installe à La Courneuve, près de Paris. Par une coïncidence, c’est aussi en France que vit, en exil également, le Grand Minh, et les deux adversaires de 1975, le Nord-Vietnamien vainqueur et sûr de lui et le général sudiste vaincu, sont entrés en contact l’un avec l’autre. Le Grand Minh, âgé de 84 ans et souffrant, s’est retiré de la vie publique.

Bui Tin, au contraire, multiplie pétitions et déclarations, devenant une des voix les plus écoutées de la dissidence vietnamienne. Il vient de publier en France un livre, « Vietnam, la Face cachée du Régime » – une mise à jour d’un premier ouvrage publié en anglais en 1992. Comme dans son livre, Bui Tin a fait part à l’AFP de son indignation face à ce qu’il qualifie de « corruption » et « d’arrogance » de la part des dirigeants du Vietnam. Il s’est élevé contre la mise à l’écart par les successeurs de Ho Chi Minh, décédé en 1969, du célèbre général Vo Nguyen Giap, le héros de Dien Bien Phu qui, au fil des années, a perdu tous ses postes et doit se contenter d’un rôle de figuration occasionnel dans les grandes manifestations du régime.

Bui Tin a aussi réitéré de précédentes critiques contre l’occupation, de 1979 à 1989, du Cambodge par le Vietnam. « Cela a été l’enlisement, coûteux sur le plan moral comme sur le plan matériel, source d’isolement international pour le Vietnam », a-t-il jugé. « Il fallait aller au Cambodge pour en chasser le régime criminel des Khmers Rouges, puis remettre ce pays entre les mains de l’ONU et des pays voisins de l’ASEAN ».

« Tout cela fait que nous avons perdu un quart de siècle. 25 ans après notre entrée dans Saigon, le Vietnam est un pays à la traîne par rapport à ses voisins, et un pays sans liberté. » 

Par Charles Antoine de Nerciat – AFP, le 11 Avril 2000.

Lu également sur le site archivé de Patrick Guenin

 

En complément, l’interview de Bui Tin accordée à RFA le 30 avril 2013 dans laquelle il revient sur son rôle de témoin lors de la reddition du gouvernement de la République du Viêt-Nam au Palais de l’Indépendance à Saigon (30 avril 1975).


 

Illustration « à la une » : photo de Bui Tin, journaliste au Nhân Dân © DR

Disparition du journaliste dissident Bùi Tín (1927-2018)

[ndlr] Le plus célèbre des dissidents vietnamiens, ancien journaliste et colonel de l’armée populaire du Viêt-Nam, réfugié en France depuis septembre 1990, est décédé le 11 août 2018 à Montreuil à l’âge de 91 ans. L’annonce a été faite par la BBC. Une voix importante pour la compréhension du Viêt-Nam contemporain s’est éteinte.

Ouest-France avec AFP, Vietnam. Mort en France d’un ex-colonel et dissident, Ouest-France, 12/08/2018.

  • Nhà báo Bùi Tín: ‘Hoa Xuyên Tuyết chính là khát vọng tự do’, BBC Vietnamese, 11/08/2018. Hoa xuyên tuyết là loài hoa ‘mỏng manh’, nhưng ‘mạnh mẽ’ và ‘kỳ diệu’, khiến người ta có thể tưởng tượng, liên hệ đến khát vọng, ước muốn tự do của dân tộc mình vươn lên khỏi mọi sự đàn áp, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín, người vừa qua đời hôm 11/8/2018 ở Pháp, hưởng thọ 91 tuổi, chia sẻ với BBC vài tháng trước khi ông mất từ Paris.
  • Nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín qua đời ở tuổi 91, VOA, 11/08/2018. Ông Bùi Tín, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến, cựu phó tổng biên tập báo Nhân Dân, chứng nhân của thời khắc lịch sử 30 tháng Tư, 1975 tại Dinh Độc Lập trong tư cách phóng viên chiến trường, vừa qua đời lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11 tháng Tám, tại bệnh viện André Grégoire, Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi. […]
  • Nhà báo Bùi Tín qua đời, RFA Vietnam, 11/08/2018. Nhà báo Bùi Tín, cựu Phó Tổng biên tập báo Nhân Dân, cơ quan ngôn luận của đảng Cộng Sản Việt Nam, vừa qua đời vào lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11/8 tại bệnh viện Andre Gregoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi.
  • “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, RFA Vietnam, 11/08/2018. “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, nhà báo Tường An, một người thân thiết với nhà báo Bùi Tín nói như vậy với chúng tôi vào rạng sáng ngày 11-8 từ Paris.
  • Nhà Báo Bùi Tín Từ Trần, Viet Bao Online, 11/08/2018. PARIS, Pháp quốc — Bản tin BBC cho biết nhà báo Bùi Tín đã qua đời lúc 1:25 sáng, giờ địa phương ngày 11/8 tại bệnh viện André Grégoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp, hưởng thọ 91 tuổi.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’analyse du journaliste Hoàng Long et au blog de Bùi Tín sur VOA

MàJ 12/08/2018

La révolution permanente, de l’âge de pierre à l’ère numérique [Le Monde / Idées]

[ndlr] Parution d’un numéro Hors Série de Le Monde / La Vie consacré aux révolutions analysées dans le temps long de l’histoire des hommes.

Les journalistes du « Monde » et de « La Vie », accompagnés des meilleurs spécialistes, retracent dans ce hors-série l’histoire des grands bouleversements politiques et les étapes d’un débat d’idées qui accompagne, depuis des siècles, la réflexion sociétale et politique indissociable des idéaux de liberté et de justice.

L’histoire ne se réduit pas à la chronique décourageante de la domination où l’on a le choix entre servir le pouvoir et s’y opposer sans espoir. » (Patrick Boucheron)

Lire la suite : Le Monde / Idées

Décryptage 5 : Retour sur les rebelles décapités de juin 1894

[ndlr] Suite de notre billet décryptage du 28 mars 2014 : « Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam« .

Il y a quatre ans, à l’occasion d’un billet « décryptage » nous avions mis en évidence l’origine de la reproduction en gravure d’une photo de pirates décapités en 1894 que de nombreux articles vietnamiens en ligne liaient à l’exécution des protagonistes de la révolte de Yên Bai en juin 1930. Malgré une certaine ressemblance, il ne s’agit pas des têtes des treize militants du VNQDÐ (Parti national du Viêt-Nam) guillotinés à l’aube du 17 juin 1930 à Yên Bái.

Olivier, un lecteur de Mémoires d’Indochine vient de contribuer à cette enquête photographique en nous livrant plusieurs éléments clés au sujet de deux photos présentées dans notre billet de mars 2014.

En effet, il possède dans sa collection personnelle l’original de la photographie qui a servi à illustrer un article de L’Illustration (N°2685 du samedi 11 août 1894) puis par la suite à l’édition de cartes postales.

Vendeur professionnel spécialisé dans les photos anciennes, il a récemment acquis auprès d’un brocanteur un lot de photographies prises pour la plupart en Chine et en Indochine entre 1860 et 1895. Selon lui, il s’agit sans doute d’archives appartenant à un ancien militaire français en poste en Asie.

Première photo décryptée :

N°1 Jean-Marie Le Priol (XIX-XX) ou Pierre Dieulefils (1862-1937), Indochine (Vietnam), Têtes de pirates décapités, Juin 1894, légende manuscrite sur le montage en haut « Juin 1894, Prisonniers pirates échappés des prisons d’Hanoï après avoir assassinés les sentinelles, repérés à 8 km de la ville barricadés dans une pagode », tirage albuminé, dimensions tirage 23,2 x 17,4 cm., du montage 31,3 x 24,2 cm.

Seconde photo décryptée :

Plus intéressant encore, ce lecteur nous rappelle l’origine de la seconde photographie, également présentée sur plusieurs sites vietnamiens comme étant celle des corps décapités des militants du VNQDÐ à Yên Bái. Et là, nouvelle surprise, puisque nous ne sommes plus en Indochine coloniale mais dans la Chine impériale comme l’indique sa légende.

N°2 William Saunders (1832-1892), Chine, exécution publique, vers 1865-70, inscription manuscrite à la mine sur le montage en français « Exécution – Hong-Kong », numéroté dans le négatif « 32 », tirage albuminé, dimensions photographie 27,3 x 19,2 cm., montage 31,2 x 24,2 cm.

Ces compléments d’information très utiles nous rappellent l’intérêt qu’il y a à revenir à la source d’une image véhiculée sur la toile et, ici, porteuse d’une erreur historique.

Les deux photographies sont en ligne sur la page Facebook de l’auteur (AuDiableVauvert, magasin en ligne sur Ebay) que nous tenons à remercier chaleureusement.

FG, 27/07/2018

Au cœur de la guerre du Việt Nam : herbicides, napalm et bulldozers contre les montagnes d’A Lưới

[ndlr] Signalement d’un article en ligne et des travaux d’Amélie Robert, géographe, enseignante et chercheure associée de l’UMR 7324 CITERES (CNRS, Université de Tours).

Résumé : Situées dans la partie occidentale de la province de Thừa Thiên Huế (Centre-Việt Nam), les montagnes d’A Lưới ont été lourdement affectées par la guerre du Việt Nam (1961-1975). Zone refuge pour les Việt Cộng, traversées par la piste Hồ Chí Minh – axe stratégique pour ces derniers –, elles subissent de nombreux épandages d’herbicides et bombardements, y compris au napalm, avec une intensité plus grande que dans les autres unités paysagères. Ces pratiques sont perpétrées par les troupes américano-sud-vietnamiennes qui mènent une véritable guerre contre l’environnement de l’ennemi. Mais celui-ci est aussi à l’origine de perturbations. Il recourt notamment aux bulldozers pour la construction des nombreuses voies de la piste Hồ Chí Minh. La comparaison des cartes d’occupation des sols de circa 1954 et 1975, dressées le long de transects, révèle les dynamiques paysagères survenues pendant la guerre. Certains sylvosystèmes de la région montagneuse d’A Lưới régressent, surtout dans la vallée principale. Mais d’autres progressent, conséquences indirectes de la guerre. En raison des combats, les montagnards, ethnies minoritaires, modifient leurs pratiques puis désertent la région, favorisant ainsi la reconquête forestière sur les terres délaissées. Pour les Kinh, ethnie majoritaire, la guerre est l’occasion de se familiariser avec la région montagneuse, jusque-là délaissée.

Pour en savoir plus, voir la thèse de l’auteure (2011) :

  • Amélie Robert, « Dynamiques paysagères et guerre dans la province de Thua Thiên Huê (Viêt Nam Central), 1954-2007 – Entre défoliation, déforestation et reconquêtes végétales » (thèse téléchargeable sur Tel-Archives).

Publications et communications d’Amélie Robert sur le portail Hal-SHS

George Dutton – 2017 Premio Fondaçaõ Oriente (Oriental Foundation Prize)

[ndlr] Annonce de Judith A. N. Henchy sur le Vietnam Studies Group : « Congratulations to VSG member Professor George Dutton of UCLA, who was awarded the Portuguese Orient Foundation (Fondaçaõ Oriente) Prize 2017 for his book on Philiphê Bỉnh, “A Vietnamese Moses ».


Professor George Dutton’s latest book, “A Vietnamese Moses” receives the 2017 PREMIO FONDAÇAÕ ORIENTE (ORIENTAL FOUNDATION PRIZE)

Professor George Dutton’s latest book, A Vietnamese Moses (UC Press, 2017) has just received the 2017 Premio Fondaçaõ Oriente (Oriental Foundation Prize) for the best book on a topic related to the history of the Portuguese overseas empire in Asia. The prize is administered by the Portuguese Marine Academy on behalf of the Fondaçaõ Oriente, both of which are based in Lisbon, Portugal.

Source : UCLA

Vencedores  do Prémio “Fundação Oriente”/2017 

Em 29 de novembro o júri decidiu, por maioria, atribuir ex aequo o prémio “Fundação Oriente” /2017, no valor de cinco mil euros, aos trabalhos “A governação de Timor no século XVIII” e “A Vietnamese Moses”, da autoria de José Vilas Boas Tavares e George E. Dutton, respetivamente.

Source : Academia Marinha

 

Giáo sư Nguyễn Thế Anh : Theo dòng lịch sử [Tạp chí Xưa và Nay]

[ndlr] Présentation de l’ouvrage du professeur Nguyên Thê Anh, Directeur d’études émérite de l’EPHE dans le numéro 494 de la revue vietnamienne Tạp chí Xưa và Nay (4-2018), p. 54-55, recension de Nguyen Duy Long.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

« Masters of Their Own Destiny »: Asians in the First World War and its Aftermath [call for papers]

[ndlr] Annonce de l’IRASEC à Bangkok. 

L’Irasec organise avec l’université Chulalongkorn une conférence sur le thème  “Masters of Their Own Destiny”: Asians in the First World War and its Aftermath” qui se tiendra du 9 au 11 Novembre 2018 à Bangkok. Date limite d’envoi des propositions : 25 juillet 2018.

“Masters of Their Own Destiny”: Asians in the First World War and its Aftermath

 

An International Conference and a Photography Exhibition organized by the History

Department, Faculty of Arts, Chulalongkorn University and the Institute of Research on Contemporary Southeast Asia (IRASEC – CNRS)

 

Dates:                9-11 November 2018 

Venue:              Chulalongkorn University, Bangkok, Thailand

Despite being qualified as a “World War”, the First World War has long been studied primarily in a Eurocentric perspective, notwithstanding the massive participation of non-Western populations in the war (more than two million soldiers or workers, colonial and non-colonial, from Africa and Asia) and the importance of their expectations along with their disillusionment with the Paris peace treaties. In the last fifteen years, there has been greater interest in the participation of the colonized populations in the war effort, in terms of military and economic, as well as social and cultural aspects of the war within the colonial society. But the Asian States and societies have still been considered marginal. Many important reference works on international relations of Asia consider that it is only after the Second World War and the decolonization movements, that the Asian States became true actors, “masters of their own destiny”. They seem to have overlooked an important fact that three sovereign Asian countries (Japan, China, and Thailand) entered into the First World War on the Allied side. Nevertheless, in recent years, several works have been published on the First World War from the Asian perspective.

The perspective of this conference is to consider the First World War as a key moment which permitted, for the first time in history, important migrations of people and the circulation of ideas, objects, and techniques between Asia and Europe in both ways. By overcoming the oversimplified Eurocentric vision that the masses in colonized countries came to support the European war effort, the aim of this conference is to highlight the Asian individual and collective trajectories, marked by their desire to become the “masters of their own destiny” in the colonial and total war contexts. We hope to join together the perspectives of global history, micro history, and history from below. A biographical approach with the illustration of the individuals’ “non-standard” experiences could allow us to measure the impact of a particular experience of war and of Europe on their lives and their family circle, as well as on their societies.

It is the question of analyzing the experience of war, the conditions in Europe, and the return to their homeland from diverse sources: military archives (including the army’s postal censorship commission), colonial archives, diplomatic archives, intimate letters, press, photographs, memories and literary works, etc. How did Asian workers or soldiers seize that exceptional opportunity to “take charge of their own destiny” at both the individual and national level? How did the Asians apply that “exceptional” experience of the First World War and expatriation to their personal and social life? What was the impact of these individuals on the political, economic, social, and cultural destiny of the Asian peoples under Western domination? The transition from individual aspirations by using experiences from Europe, to political aspirations in coming back to their homeland, in other words their capacity to become “masters of their own destiny” will be particularly explored.

Possible avenues of research include (among others):

o   Experience of Asian soldiers on the European front  o Experience of Asian workers in Europe

o   Testimonies of Asian diplomats and officials in Europe

o   Asian political activists and the making of new political networks in Asia o Asian students in Europe and the making of new elite in Asia o Asian mediators of new technics: the making of new professions in Asia

 

Other events: 

Ø  A photography exhibition entitled “Asians and the Great War”

Ø  A special session on the filmed archives on the Great War with screening and debates of film archives

Ø  Excursion for participants to WWI-related sites and museums and attendance at the 11 November commemoration ceremony in Bangkok

Submission of proposal

Paper proposals should include a title, an abstract (250 words maximum) and a brief personal biography of 150 words for submission by 25 July 2018.

Please submit your proposal using the provided paper proposal to claire.tran@irasec.com, bhawan.r@chula.ac.th, and v.vacharakirin@gmail.com.

Successful applicants will be notified by 15 August 2018 .

Organisers

Bhawan Ruangsilp (History Department, Chulalongkorn University)

Claire Thi Liên Trân (Institute of Research on Contemporary Southeast Asia (IRASEC – CNRS, Bangkok)

  • Appel à contributions sur la page Facebook de l’Institut .

Illustration « à la une » : The Siamese Expeditionary Force during the 1919 Paris Victory Parade.

‘Hàng nghìn người’ tiễn đưa nhà sử học của VN [BBC Vietnamese]

[ndlr] L’hommage à l’historien Phan Huy Lê se poursuit. Il démontre l’importance de l’influence de cet historien pour la recherche historique vietnamienne et son approche professionnelle non dictée par des considérations politiques mais simplement historiques. Il est considéré à juste titre comme le Rénovateur de la science historique en RSVN (Nhà đổi mới sử học). Ses funérailles à Hanoi, mercredi 27 juin, ont rassemblé des milliers de personne.

Tang lễ nhà sử học, nguyên Chủ tịch Danh dự Hội Khoa học Lịch sử Việt Nam, Giáo sư Phan Huy Lê (1934-2018), diễn ra tại Hà Nội hôm thứ Tư có hàng ngàn người tham dự, trong đó có nhiều sinh viên, cựu học trò, nhà giáo và người dân tới tiễn đưa, theo truyền thông nhà nước.

Nguyên Chủ tịch nước Trương Tấn Sang, các quan chức đương kim Ủy viên Bộ Chính trị như Ủy viên thường trực Ban Bí thư Trần Quốc Vượng, Trưởng ban Tổ chức Trung ương Phạm Minh Chính; Phó Thủ tướng Vũ Đức Đam và nhiều nhân vật quan trọng khác được tường thuật đã tham dự lễ truy điệu và ghi sổ tang, vẫn theo đài báo trong nước hôm 27/6/2018.

Văn phòng Tổ chức UNESCO tại Việt Nam cùng ngày ra thông cáo bày tỏ ‘niềm tiếc thương sâu sắc’ trước sự ra đi của Giáo sư Phan Huy Lê, người vừa từ trần hôm 23/6 tại Hà Nội, thọ 84 tuổi. Thông cáo của UNESCO có đoạn:

« Chúng tôi xin chia buồn sâu sắc tới gia đình của Giáo sư Phan Huy Lê, một con người mẫu mực cho giới trí thức, nghiên cứu. Giáo sư Phan Huy Lê đã mở cánh cửa nghiên cứu về khoa học xã hội và nhân văn của Việt Nam với thế giới thông qua nỗ lực tuyệt vời của ông dành cho thúc đẩy trao đổi và hợp tác với giới học thuật quốc tế. […]

Lire la suite, article de Quốc Phương : BBC Vietnamese, 28/06/2018.

Illustration « à la une » : © VNU/USSH

1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », « La marche de la Jeunesse ».

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

« Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain »… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;