Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Bophana : Projections sur et autour du procès des Khmers rouges – 16 novembre 2018

[ndlr] Centre Bophana de Phnom Penh : annonce du programme du vendredi 16 novembre 2018.

Projection de film et diffusion en direct
du prononcé du jugement dans l’affaire 002/02


Ce vendredi 16 novembre 2018, à l’occasion du verdict du jugement de l’affaire 002/02 par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) à l’encontre de KHIEU Samphan et de NUON Chea, le centre Bophana organisera un programme exceptionnel, le vendredi 16 novembre 2018, afin de mettre en lumière cet événement historique.

– Retransmission en direct du procès dans notre centre de 9h30 à 12h

– Projection de films de 15h à 17h30 : deux films documentaires traitant du mariage forcé sous le régime Khmer Rouge, un des sujets traités dans l’affaire 002/02

1. “Théâtre de Danse Phka Sla” (produit par le centre Bophana, 2017, 82min, version khmère sous-titrée anglais)
2. “Noces Rouges” (réalisé par Lida Chan & Guillaume P. Suon, 2012, 58min, version khmère sous-titrée anglais)

Entrée libre
Contact :
Bophana Audiovisual Resource Center
64 Street 200
Okhnia Men
Phnom Penh 12211
Cambodia
+855 (0) 23 992 174
Copyright © 2018 Bophana Audiovisual Resource Center, All rights reserved.

Image « à la une » : © Photographie des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC)

Inside BGI social history (1927-1976)

[ndlr] Projet de l’Institut d’Asie Orientale coordonné par François Guillemot.

Les Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), fondées sous la colonisation française en 1927 par la maison Denis Frères (Bordeaux), ont connu une expansion économique importante au Viêt-Nam. Le départ de la France de Saigon en 1956 dans le contexte de la division du pays entre 1955 et 1975 n’a pas interrompu sa production.

A partir d’une documentation unique constituée d’une partie du fichier du personnel de la société, le projet vise à établir une histoire sociale et cartographique de la BGI. Cette documentation nous permettra d’étudier l’évolution du personnel, ses origines sociales et ses déplacements au Sud Viêt-Nam dans les années soixante et soixante-dix.

Le projet vise ainsi à restituer l’évolution et le rayonnement de cette société sous la République du Viêt-Nam jusqu’à la réunification, date à laquelle la société change de nom pour Brasseries et Glacières Internationales.

Si vous avez travaillé dans cette société pendant la période de la République du Viêt-Nam, n’hésitez pas à nous contacter : francois.guillemot@ens-lyon.fr

The Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), founded under French colonization in 1927 by Denis Frères (Bordeaux), has experienced significant economic expansion in Vietnam. The departure of France from Saigon in 1956 in the context of the division of the country between 1955 and 1975 did not interrupt its production.

Based on a unique documentation consisting of the company’s personnel file, the project aims to establish a social and cartographic history of the BGI. This documentation will allow us to study the evolution of the staff, their social origins and their movements in South Vietnam in the 1960s and 1970s.

The project thus aims to reconstruct the evolution and influence of this company in the Republic of Vietnam until reunification, when the company changed its name to Brasseries et Glacières Internationales

If you worked in this company during the period of the Republic of Vietnam, please do not hesitate to contact us: francois.guillemot@ens-lyon.fr


Vietnam : l’agent orange scruté in situ

[ndlr] Signalement d’une mission de terrain sur la guerre chimique pendant la guerre du Viêt-Nam et l’utilisation massive des pesticides aujourd’hui. Cette enquête soulevant de question sanitaires, historiques et sociales encore très sensibles est menée par Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, et Pierre Journoud, historien, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier.

Quarante-trois ans après la fin de la plus importante guerre chimique du XXe siècle, une mission de terrain inédite s’apprête à enquêter sur l’impact sanitaire de l’herbicide, qui a contaminé entre 2 et 5 millions de personnes. Mais aussi sur les pesticides encore utilisés.

Le projet n’a pas d’équivalent : une équipe scientifique pluridisciplinaire va enquêter en Asie du Sud-Est sur les conséquences de l’épandage de l’agent orange, défoliant employé par les États-Unis durant la guerre du Vietnam, et sur les effets aujourd’hui des pesticides utilisés par l’agriculture dans la région. Le dossier de cette mission d’expertise sera déposé ce jeudi pour validation à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, où sont basés la grande majorité des scientifiques, praticiens et professeurs investis dans cette recherche clinique. Après le verdict historique rendu en août dans l’affaire du jardinier américain Dewayne Johnson contre le géant de l’agrochimie Monsanto (jadis producteur de l’agent orange et aujourd’hui du glyphosate), les résultats de l’enquête sont très attendus.

Lire la suite : Libération, 24/10/2018. (Arnaud Vaulerin)

Johann Grémont : « Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viêt Nam (1895-1940) »

Séance du séminaire de l’IAO à ne pas manquer. 

« Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viet Nam (1895-1940) »

Johann Grémont


Vendredi 26 octobre 2018, de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

Résumé : Conséquence des traités de 1883 et 1884 qui placèrent le Tonkin sous protectorat français, l’affirmation de l’ordre colonial aux confins de l’Empire fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé. A partir de 1896, les officiers français basés dans un chapelet de postes, et épaulés par leurs partisans, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions. L’analyse des mécanismes mis en œuvre pour contrôler la frontière permet de mettre en valeur l’équilibre fragile dans lequel s’inscrit l’exercice d’une police frontière où les troupes supplétives jouent au final un rôle de premier plan.

Affiche en ligne

Historien et enseignant, Johann Grémont est cadre en administration centrale. Ses recherches portent sur le maintien de l’ordre dans les colonies. Il est l’auteur de Maintenir l’ordre aux confins de l’empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam, 1895-1940, Paris, Maisonneuve et Larose nouvelles éditions / Hémisphères éditions, coll. Asie en perspective, 2018. Lien éditeur.

Hommage aux travailleurs indochinois – 21 octobre 2018

[ndlr] Message de Pierre Daum.

Dimanche 21 octobre

Hommage aux « travailleurs indochinois »

organisé dans l’ancienne Poudrerie de Saint-Chamas
par les maires de
Saint-Chamas et de Miramas

  • 11h00 : dépôt de gerbes
  • 12h00 Vin d’honneur
  • 13h00: repas convivial (réservation obligatoire 0621573449)
  • 16h30: projection du film Une histoire oubliée (52 mn, 2017) en présence de la réalisatrice Ysé Tran

De 1945 à 1950, plus d’un millier d’ouvriers vietnamiens ont été envoyés par le gouvernement français pour répondre à la demande de main d’oeuvre des multiples entreprises de Lorraine. Avec le statut particulier d’ »indigène », c’est-à-dire encadré par l’État, comme dans les colonies. Le film d’Ysé Tran part à la recherche de l’histoire singulière de ces hommes, arrachés à leurs villages pour les besoins de la guerre. 20 000 « travailleurs indochinois » ont débarqué à Marseille en 1939-1940 afin d’être utilisés dans les usines d’armement. Parqués dans des camps dans le Sud de la France après la capitulation de 1940, ils travaillent sans salaire, dans tous les secteurs de l’économie. À travers des témoignages de travailleurs indochinois centenaires ou presque, de leurs épouses et surtout de leurs enfants, et grâce à la découverte d’un fonds d’archives inédites, le film d’Ysé Tran dévoile enfin cette page longtemps ignorée de l’histoire ouvrière en Lorraine.

Fiche du film sur : Film documentaire

« Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects » – Call for papers

[ndlr] Appel à communication sur l’étude du républicanisme vietnamien. Une initiative importante pour la compréhension de la déchirure vietnamienne et ses conséquences politiques sur le long terme.

The Center for Asian-Pacific Studies and the Asian Studies Program at the University of Oregon, Eugene, OR, are pleased to announce the CALL FOR PAPERS for a Workshop on « Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects, » to be held on October 14-15, 2019 at the University of Oregon, Eugene, Oregon, USA.

Abstract:

Scholarly interest in the Republic of Vietnam (RVN) has surged in the last decade. Yet Republican Vietnam is a much broader subject, ranging from the spread of republican ideas to French Indochina at the turn of the century to the memories of the RVN among the diaspora and the resurgence of interests in republican values in Vietnam today, and everything in between. We invite paper proposals from US, international and Vietnam-based scholars to address the following questions and topics:

• Vietnamese republicanism: its character, history, evolution, current status, and historical relations to communism and monarchism
• The RVN’s life and legacies: political, security, economic, social, cultural, religious and educational institutions and policies under the RVN
• The experience of the RVN in nation-building and in the struggle for democratic rule and constitutional order compared with other postcolonial contexts
• The evolution of Republican ideas, leaderships, and institutions from the First Republic (1955-63) to the Interregnum (1963-67) to the Second Republic (1967-75)
• The significance of the Republican experience in Vietnamese history; lessons from that experience
• Parallels between the civil wars of 20th-century Vietnam and earlier civil wars in Vietnamese history
• Historiography of the RVN: in today’s Vietnam, in foreign scholarship, among the diaspora
• Anticommunism in Vietnam and among the diaspora abroad: its main themes and organizations; its relationship with republicanism
• The diaspora: political, economic, cultural, religious, and educational organizations; issues of trauma, memories, and identity
• The study of the RVN and Vietnamese republicanism: challenges and prospects

Please submit your paper proposals by March 1st, 2019 to Tuong Vu, Department of Political Science, University of Oregon, at: StudyingRepublicanVietnamConf@gmail.com. Authors whose proposals are selected will be notified by April 15th, 2019. A draft of proposed papers is due by August 15th.

Paper presenters will be provided with funds for travel and accommodation during the Workshop. For updates on the Workshop, please use this link: https://caps.uoregon.edu/2018/10/08/studying-republican-vietnam/. We expect to edit and publish workshop papers with a university press.

Tuong Vu
University of Oregon, Eugene, OR 97403
http://polisci.uoregon.edu/profile/thvu/

Image « à la une » : Enveloppe Premier jour « Le Viêt-Nam dans la lutte et la reconstruction », 1966 © DR

Archive of FULRO Colonel Kosem to Shed New Light on Insurgency [VOA]

[ndlr] Signalement d’un article présentant un fonds d’archives d’un chef militaire cambodgien qui pourrait permettre de mieux comprendre l’histoire du FULRO, le mouvement insurrectionnel montagnard des hauts-plateaux du Viêt-Nam. Article de Aun Chhengpor et Nov Povleakhena pour VOA Khmer.

Les Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO.

On an overcast afternoon last week, rain lashed the roofs of the modest villas of Phnom Penh’s well-to-do Boeung Keng Kang neighborhood.

At one house, decorated with antiques and handmade wooden furniture, portraits of a smiling man in a paratrooper’s uniform is on display.

The man was Les Kosem, born an ethnic Cham in the 1920s, who later rose to become one of Cambodia’s highest-ranking generals during the Second Indochina War.

His complicated relationship with the resistance movements of the highland peoples of Vietnam, the Cham in Cambodia and Khmer in the Mekong region, made him one of the most controversial of Cambodia’s decorated military leaders over the years leading up to the Khmer Rouge takeover in 1975.

Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO. The group sought greater autonomy for the Cham Muslims and Hindus of Cambodia, for the Khmer people living to the south in modern-day Vietnam, and for the Montagnard hill people.

Lire la suite : VOA, 12/05/2018.

Illustration « à la une » :  Le colonel Les Kosem en uniforme, non datée, offerte au Centre de documentation des archives cambodgiennes par son épouse © Les Kosem Collection/Documentation Center of Cambodia Archives.

Correspondance internationale : Nguyên Ai Quôc est vivant ! [1933]

Pour clore la discussion du séminaire sur le parcours de Hô Chi Minh, notamment sur sa période à Hong-Kong, nous reproduisons ci-dessous un des rares articles corrigeant l’annonce de sa mort.

Nguyen Ai Quoc est vivant !

On avait lu l’année dernière l’annonce de la mort du courageux militant Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois.

Or la nouvelle était fausse car nous apprenons que Nguyen Ai Quoc, condamné à deux ans de détention par le Tribunal militaire de Hong-Kong, vient d’être relâché.

Cette annonce de la soi-disant mort de Nguyen Ai Quoc était une odieuse canaillerie des requins de l’Indochine qui ont agi ainsi pour empêcher que la campagne pour la libération de Nguyen Ai Quoc prenne de l’extension.

L’émoi causé par son arrestation avait été considérable parmi tout le peuple opprimé de l’Indochine et l’annonce de sa mort est une manœuvre immonde à l’actif de l’impérialisme français.

Mais maintenant la vie de notre camarade miné par la maladie est à nouveau en danger car on peut lire dans la Volonté indochinoise du 26 mars : « Les autorités anglaises ont fait relâché le dangereux révolutionnaire et obligeront ainsi tous les services d’ordre de l’Indochine à exercer une surveillance excessivement serré en prévision d’un retour possible de Nguyen Ai Quoc en Indochine. »

Le gouvernement français regrette sans doute de n’avoir pas pu s’entendre avec l’impérialisme anglais comme il l’avait fait pour Joseph Ducroux, que la police anglaise remit dans les mains de la police anglaise dans des conditions d’une scandaleuse illégalité.

L’impérialisme français veut donc mettre la main sur notre camarade pour pouvoir le faire mourir en prison ou au bagne.

Il ne faut pas permettre le nouveau crime qui se prépare. Travailleurs qui avez arraché le retour de Ducroux en France, arrachez à l’impérialisme français le droit pour Nguyen Ai Quoc de se rendre en toute liberté là où il veut.

Protestez auprès du ministre Sarraut et du gouverneur Pasquier. Exigez qu’ils laissent Nguyen Ai Quoc libre !

Extrait de Correspondance internationale, n° 45-46, p. 574, 1933. Reproduit dans Nguyen Khoa Diem et al., The Legal Case of Nguyen Ai Quoc (Ho Chi Minh) in Hong-Kong, 1931-1933 (documents and photographs), Hanoi, The National Political Publishers – The Ho Chi Minh Museum, 2006, pp. 226-227.


L’article paru dans Correspondance internationale, n° 45-46, 1933.

Selon Pierre Brocheux, auteur d’une biographie sur Hô Chi Minh qui fait autorité, la négociation serrée en les autorités françaises et britanniques concernant l’extradition de Nguyen Ai Quoc trouve son épilogue grâce à une astuce de maître Loseby, l’avocat de Quoc :

C’est alors que pour dénouer la situation, l’avocat utilisa un leurre : à la fin de l’année 1932, il diffusa la nouvelle de Nguyen Ai Quoc. L’événement en soi était plausible étant donné que l’on disait Quoc tuberculeux. Aussi, peu de gens, si ce n’est personne ne mit en doute l’information. Le Daily Worker et L’Humanité l’annoncèrent ; à Moscou, les Vietnamiens de l’UTO organisèrent une veillée funèbre ; à Paris, Léo Poldès rappela avec émotion le souvenir de Nguyen le Patriote dans son journal Le Faubourg.

Dans le camp opposé, on prit na nouvelle au sérieux. Dans la Revue des Deux Mondes, J. Dorsenne l’avait prédit : « […] le leader annamite, plus encore que par la justice humaine, est condamné par la justice divine. la tuberculose ne pardonne pas et si la décision des juges de Londres n’intervient pas bientôt, Nguyen Ai Quoc, le doux illuminé aux mains teintées de sang, aura probablement vécu… ».

Loseby, avec l’aide, on n’ose dire la complicité, du vice-gouverneur, mit en scène la fuite de Quoc.

Cf. Pierre Brocheux, Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Paris, Editions Payot & Rivages, Biographie Payot, 2003, p. 94.

Ouvrage publié en 2006 au Viêt-Nam par le Musée Ho Chi Minh rassemblant la documentation sur « le cas juridique Nguyen Ai Quoc » à Hong-Kong. Cote IAO : 603AV.06/236.

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914)

Parution aux éditions de la Sorbonne. Présentation de l’éditeur.

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule Indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Source : Éditions de la Sorbonne

Colette Zytnicki : Traces historiques et mémoire collective

Conférence de l’historienne Colette Zytnicki (Université Toulouse – Jean Jaurès) abordant la question des « traces involontaires » et les interactions entre mémoire et histoire. Mise en ligne sur Canal U.

Mémoire et traces, séance 1 : Des archives environnementales aux archives papier, des traces mnésiques aux traces historiques, de la mémoire individuelle à la mémoire collective, de l’histoire de la terre à celle des sociétés humaines.

Références mentionnées :

Carlo Ginzburg, « Signes, Traces, Pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980/6, n°6.

Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil / Histoire, 1989 (réédition 1997). Résumé en ligne.

Jules Michelet, Histoire de France, Livre IV, Paris, Flammarion, 1833 (réédition 1974).

Charles-Victor Langlois & Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898.

Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Paris, Bayard, 2011. Résumé en ligne.

François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, Histoire, La librairie du XXIe siècle, 2003. Résumé en ligne.