Archives de catégorie : Reportages photographiques

Décryptage 5 : Retour sur les rebelles décapités de juin 1894

[ndlr] Suite de notre billet décryptage du 28 mars 2014 : « Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam« .

Il y a quatre ans, à l’occasion d’un billet « décryptage » nous avions mis en évidence l’origine de la reproduction en gravure d’une photo de pirates décapités en 1894 que de nombreux articles vietnamiens en ligne liaient à l’exécution des protagonistes de la révolte de Yên Bai en juin 1930. Malgré une certaine ressemblance, il ne s’agit pas des têtes des treize militants du VNQDÐ (Parti national du Viêt-Nam) guillotinés à l’aube du 17 juin 1930 à Yên Bái.

Olivier, un lecteur de Mémoires d’Indochine vient de contribuer à cette enquête photographique en nous livrant plusieurs éléments clés au sujet de deux photos présentées dans notre billet de mars 2014.

En effet, il possède dans sa collection personnelle l’original de la photographie qui a servi à illustrer un article de L’Illustration (N°2685 du samedi 11 août 1894) puis par la suite à l’édition de cartes postales.

Vendeur professionnel spécialisé dans les photos anciennes, il a récemment acquis auprès d’un brocanteur un lot de photographies prises pour la plupart en Chine et en Indochine entre 1860 et 1895. Selon lui, il s’agit sans doute d’archives appartenant à un ancien militaire français en poste en Asie.

Première photo décryptée :

N°1 Jean-Marie Le Priol (XIX-XX) ou Pierre Dieulefils (1862-1937), Indochine (Vietnam), Têtes de pirates décapités, Juin 1894, légende manuscrite sur le montage en haut « Juin 1894, Prisonniers pirates échappés des prisons d’Hanoï après avoir assassinés les sentinelles, repérés à 8 km de la ville barricadés dans une pagode », tirage albuminé, dimensions tirage 23,2 x 17,4 cm., du montage 31,3 x 24,2 cm.

Seconde photo décryptée :

Plus intéressant encore, ce lecteur nous rappelle l’origine de la seconde photographie, également présentée sur plusieurs sites vietnamiens comme étant celle des corps décapités des militants du VNQDÐ à Yên Bái. Et là, nouvelle surprise, puisque nous ne sommes plus en Indochine coloniale mais dans la Chine impériale comme l’indique sa légende.

N°2 William Saunders (1832-1892), Chine, exécution publique, vers 1865-70, inscription manuscrite à la mine sur le montage en français « Exécution – Hong-Kong », numéroté dans le négatif « 32 », tirage albuminé, dimensions photographie 27,3 x 19,2 cm., montage 31,2 x 24,2 cm.

Ces compléments d’information très utiles nous rappellent l’intérêt qu’il y a à revenir à la source d’une image véhiculée sur la toile et, ici, porteuse d’une erreur historique.

Les deux photographies sont en ligne sur la page Facebook de l’auteur (AuDiableVauvert, magasin en ligne sur Ebay) que nous tenons à remercier chaleureusement.

FG, 27/07/2018

1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », « La marche de la Jeunesse ».

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

« Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain »… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;

Cao Dai, une religion vietnamienne dans la banlieue de Paris – par Sylvia Romanelli [2016]

[ndlr] Récit visuel intéressant sur une religion vietnamienne assez méconnue. Publié par Sylvia Romanelli sur Storybuilder le 14 février 2016.

Si l’on en croit les guides touristiques du Vietnam, là où cette religion est née, le caodaïsme est « la rencontre de l’Occident et de l’Orient », un pot-pourri au vague goût new age, qui mélange les bodhisattvas bouddhistes avec les séances de spiritisme, et le yin et le yang du Taoïsme avec un décor kitsch au pur style Disney. Ajoutons enfin, cerise sur le gâteau, une vénération pour le moins inattendue pour Victor Hugo, William Shakespeare ou encore Jeanne d’Arc ; et tous les ingrédients sont là pour donner l’image d’une religion ridicule et grotesque, difficile à prendre au sérieux.

Mais il faut regarder un peu plus en profondeur.

Visite au temple d’Alfortville, en banlieue parisienne, pour découvrir une communauté qui s’interroge sur les moyens de transmettre aux jeunes de la deuxième génération le sens d’une religion dont la langue et les repères culturels leur échappent chaque jour davantage.

Lire la suite : StoryBuilder

Où est passé R49 ? [Opération Fluxus]

L’agent R49 a disparu. Il était dans son bureau vendredi matin puis il est parti sans prévenir. Il était en train d’écrire un article sur la disparition de l’écrivain Nht Linh (7 juillet 1963) puis il a relu des passages de L’Affaire allemande, une brochure de presse publiée par Libération sur le groupe Baader-Meinhof en 1977. Où est passé R49 ?

Dans cette enclave étroite et foisonnante où il a résidé 4217 jours, il a laissé quelques traces à la postérité et autant d’indices pour le retrouver : le Temple de la littérature à Hanoi sur un calendrier, deux femmes parachutistes de l’ARVN, Hồ Chí Minh en chef d’orchestre, une image de la ville de Huế dévastée en 1968, des enfants courant après un camion sur une route du Nord Viêt-Nam photographiés par Roger Pic, une traduction vietnamienne de Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche, une invitation au théâtre de l’œuvre Les paradis aveugles de Dương Thu Hương sur la réforme agraire radicale en RDVN… Une série de visages vietnamiens : Nguyễn Thái Hc le fondateur du parti national guillotiné à Yên Bái par les Français le 17 juin 1930, la chanteuse L Thu en couverture d’un 45t, le journaliste politique Trần Vit Sơn, une « guerillera » décorée, Nguyễn Thị Kim Huế, l’icône des Jeunesses de choc (TNXP)… D’autres encore, Hoàng Đo, le théoricien du groupe littéraire « Propre forces », Trương Tử Anh, fondateur du parti Đi Vit, Mme Đặng Thị Khiêm, femme d’affaires et militante politique, le général Võ Bẩm, initiateur des opérations sur la Piste Hồ Chí Minh, le portrait d’une jeune femme souriante photographiée au Palais de la Réunification à Saigon, le dessin de Petite Étoile… Au loin, Phénoménologie de l’esprit révolutionnaire de Vittorio Mathieu…

Qui connaît la vérité ? Guan Yu (關羽) le maître de la guerre du temps des Trois royaumes ? Et les trois génies taoïstes (Phúc Lộc Thọ, 福 祿 壽, Bonheur, Prospérité, Longévité), que savent-ils vraiment ? Et ces trois autres qu’ont-ils vu ? Lui, le dragon de rouille et de fer qui se tient près de la porte le sait, mais il ne dira rien… R49 ne reviendra plus sous cette forme mais il reviendra. Soyez-en sûrs. Adieu R49.

FG (texte et photos)

Journal d’Indochine 1949–1951

[ndlr] Signalement d’un projet en cours. Le designer graphique Sébastien Noguera (studio Chateau Fort Fort), travaille sur la transcription du carnet de guerre journalier, manuscrit et photographique, que son grand-père le gendarme Bernard Crombèke a rédigé durant sa période d’engagement en Indochine (1949–1951).

Complément photographique du «Journal d’Indochine 1949–1951» du gendarme Bernard Crombèke. Voici une sélection issue des 400 clichés datés et légendés du carnet de guerre décrivant le quotidien d’êtres humains au sein d’un des grands conflits du XXe siècle: la guerre d’Indochine (1946–1954). L’anthropologie d’un conflit…

Journal d'Indochine 1949—1951 from Château Fort Fort on Vimeo.

Un site à visiter 65 photos d’époque en ligne : http://journal-indochine.tumblr.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/journalindochine/

Nam Thanh : Cuộc tranh đấu lịch sử của Phật Giáo Việt Nam [xb 1964]

[ndlr] Ressource en ligne. La lutte des bouddhistes vietnamiens en 1963 contre la dictature de Ngo Dinh Diem.

namthanh_cuocdautranhlichsucuaphatgiaovn

Cuốn sách Cuộc Tranh Đấu Lịch Sử Của Phật Giáo Việt Nam được Viện Hóa Đạo GHPGVNTN xuất bản vào năm 1964 với các hình ảnh, bài viết sắp xếp trình tự theo diễn biến phong trào đấu tranh của Phật giáo Việt Nam năm 1963. Nhân dịp kỷ niệm 50 năm Bồ tát Thích Quảng Đức vị pháp thiêu thân (20/4 Quý Mão 1963 – 20/4 Quý Tỵ 2013) Đạo Phật Ngày Nay xin giới thiệu ebook (bản scan) của cuốn sách này.

Source : Thu Vien Hoa Sen

Ảnh độc về đạo Cao Đài ở miền Nam năm 1930 [Walter Bosshard]

[ndlr] Images rares du photographe suisse Walter Bosshard (1892-1975) sur le Caodaïsme en 1930. Le temple d’origine de Tây Ninh en 1930 quatre ans après la création de la religion. Il fut reconstruit en 1947 dans l’architecture que l’on connaît aujourd’hui. Aperçu.

Voir la suite : Kien Thuc (30/05/2016)

Visite vintage du Palais de l’Indépendance [1967-1975]

[ndlr] Séries de reportages sur les appartements des anciens dirigeants de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975) dans l’actuel Palais de la Réunification. Ouverture au public à partir du 28 avril 2016 de deux nouvelles salles : la chambre du Président Nguyen Van Thieu et le bureau de travail de Nguyen Cao Ky, ancien vice-président. Une commémoration « vintage », visite guidée.

Dinh Độc Lập lần đầu cho du khách tham quan phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu và nơi làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, từng là tổng thống và phó tổng thống chính quyền miền nam Việt Nam trước 1975.

Photo 01 : Từ ngày 28/4, 2 phòng mới được phục chế này được Di tích lịch sử Dinh Độc Lập mở cửa phục vụ khách tham quan. [Ouverture de nouvelles salles à visiter dans le Palais de la Réunification]

Photo 02 : Phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ.  [Bureau de Nguyen Cao Ky]

Photo 03 : Một trong hai tủ sách tại phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, đa số là sách lịch sử. [Une des deux bibliothèques du Bureau de Nguyen Cao Ky, principalement des livres d’histoire]

Photo 04 : Khu vực tiếp khách trong phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ. Trên tường treo ảnh vợ ông – bà Đặng Tuyết Mai. [Espace de réception dans le Bureau de Nguyen Cao Ky. Portrait de son épouse Dang Tuyet Mai sur le mur]

Photo 05 : Bà Đặng Tuyết Mai (mẹ MC Nguyễn Cao Kỳ Duyên) quê Hà Nội, vốn là tiếp viên Hàng không. Bà thua ông Kỳ 14 tuổi, hai người cưới nhau vào tháng 11/1964. [Portrait de Dang Tuyet Mai (mère de la MC Nguyen Cao Ky Duyen), originaire de Hanoi et ancienne hôtesse de l’air]

Photo 06 : Cùng với phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, dịp này Dinh Độc Lập mở cửa phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu, người giữ ghế tổng thống giai đoạn 1967-1975. [Ouverture aux visites publiques de la chambre de Nguyen Van Thieu, ancien président de la RVN de 1967 à 1975]

Photo 07 : Giường ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu trong Dinh Độc Lập. [Le lit du Président Nguyen Van Thieu]

Photo 08 : Ảnh bà Nguyễn Thị Mai Anh, vợ ông Nguyễn Văn Thiệu, được đặt sát cạnh giường ngủ. [Photo de Mme Nguyen Thi Mai Anh, épouse de Nguyen Van Thieu, posée sur la table de nuit de gauche]

Photo 09 : Đồng hồ cổ được đặt bên giường ngủ. [L’horloge posée sur la table de nuit de droite]

Photo 10 : Bàn trang điểm của bà Mai Anh. [Table de maquillage de la première dame]

Photo 11 : Khu vực để áo quần và giày dép của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu nằm đối diện phòng ngủ. [Mobilier de rangements destinés aux habits du couple présidentiel]

Photo 12 : Những bộ áo quần của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu. [Costumes et vêtements du couple présidentiel]

Source : Trung Sơn, Lần đầu mở cửa phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, VnExpress, 28/04/2016.

Voir également :

Ảnh hiếm về đền thờ Vua Hùng ở Sài Gòn trước 1975 [diaporama]

[ndlr] Diaporama en ligne sur le temple des Rois Hung à Saigon avant 1975. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

(Kiến Thức) – Đền thờ vua Hùng là ngôi đền nổi tiếng có tuổi đời gần một thế kỷ của Sài Gòn.

anh-hiem-ve-den-tho-vua-hung-o-sai-gon-truoc-1975-hinh-4
Sau năm 1954, đền được đổi tên là đền Quốc Tổ Hùng Vương, thờ Vua Hùng và một số nhân vật lịch sử khác như Lê Văn Duyệt, Trần Hưng Đạo, Khổng Tử © 1956 DR

Photothèque de l’École française d’Extrême-Orient

[ndlr] Message de Marie Aberdam concernant la photothèque en ligne de l’EFEO.

 

Chères et Chers collègues,

Une partie des collections (45 000 clichés) de la photothèque de l’École française d’Extrême-Orient est désormais accessible sur le site internet www.collection.efeo.fr.

Cette photothèque virtuelle va s’enrichir régulièrement au fur et à mesure de l’avancée du renseignement de la base de données et de la numérisation des quelque 180 000 clichés conservés à l’EFEO.

Nous vous souhaitons une agréable navigation sur notre site.

* * *

Dear Colleagues,

A part of the collections (45 000 photographs) of the École française d’Extrême-Orient (French School of Asian Studies) is now online on the website www.collection.efeo.fr.

This virtual library will be regularly updated as and when the approximately 180,000 photographs which compose the EFEO’s collection are digitized and included in the database.

Enjoy !

* * *

Dès la création de lÉcole française d’Extrême-Orient (EFEO), les chercheurs ont ressenti le besoin de se doter d’outils de recherche et de compléter les notes et les croquis par la photographie. Une photothèque s’est donc constituée en même temps que l’École se dotait d’une bibliothèque de recherche.

À partir de 1933, l’EFEO s’adjoint les services d’un photographe professionnel, Jean Manikus. Secondé par Nguyen Huu Tho, il crée un service photographique qui fonctionne de 1933 à 1959, constituant ainsi les importants fonds patrimoniaux de l’EFEO. Lorsque, sous la pression des événements politiques, l’EFEO transfère son siège de Hanoi à Saigon en septembre 1954, une copie du fonds photographique est envoyée à Paris où le siège de l’École est définitivement installé en 1961. La photothèque de Paris est ainsi créée, prenant la relève de celle de Hanoi.

Aujourd’hui, plus de 180 000 clichés y sont conservés. Les supports, reflet de l’évolution des techniques photographiques, sont de nature différente : plaques de verre au gélatinobromure d’argent, le plus souvent stéréoscopiques ; négatifs ; diapositives ; tirages argentiques et couleurs ; clichés numériques. Les thèmes traités illustrent la richesse des disciplines de l’EFEO : architecture, archéologie, épigraphie, ethnographie, histoire de l’art… Du fait de l’implantation historique de l’École et de ses missions, le Cambodge et le Vietnam sont particulièrement bien illustrés ainsi que, dans une moindre mesure, le Laos. La création de nouveaux Centres EFEO à partir des années cinquante (Inde, Chine, Indonésie, Thaïlande, etc.) augmente et diversifie les archives.

Ces photographies ont un intérêt scientifique majeur, complétant rapports de missions et journaux de fouilles. La campagne de numérisation des fonds entreprise en 2002 se poursuit assurant ainsi la conservation des photographies et leur diffusion auprès de la communauté scientifique et du grand public.

Pour toute reproduction, merci de prendre contact avec la photothèque (voir la rubrique Crédits http://collection.efeo.fr/ws/web/app/report/a-propos.html ).

Poster Phototheque EFEO (PDF)