Archives de catégorie : Articles / Billets

Viêt-Nam : défense de faire bouger les lignes !

En République socialiste du Viêt Nam (RSVN), rien de nouveau. Fort de son capital de sympathie pour son efficace lutte contre le coronavirus, l’Etat-Parti n’oublie pas la lutte contre cet autre « ennemi intérieur » susceptible de lui porter la contradiction. A l’approche du prochain Congrès national du PCV (du 25 janvier au 2 février 2021), le seul parti au pouvoir et le seul à être autorisé à l’exercer, journalistes et dissidents n’en finissent pas de subir la répression d’un autoritarisme revigoré par le contexte épidémique.

15 + 11 + 11 = 37 ans de prison

Le couperet est tombé. L’assaut contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression d’une façon plus générale trouve son expression la plus crue dans le procès rapide et inique du mardi 5 janvier 2021 à Hô Chi Minh-Ville. A l’approche du XIIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV), l’État-Parti renoue avec ses procès pédagogiques dont le message de terreur est clair : en République socialiste du Viêt-Nam, la chose publique, la « res publica » est chasse-gardée du Parti, exclusivement. Les trois journalistes qui viennent d’être condamnés à de très lourdes peines de prison (15 ans pour le premier, 11 ans chacun pour les deux autres) s’y attendaient sans doute. Pham Chi Dung (54 ans), Nguyen Tuong Thuy (69 ans) et Le Huu Minh Tuan (39 ans), membres de l’Association des Journalistes Indépendants fondée en 2014, avaient l’ambition de faire bouger les lignes, d’offrir au Parti, dont ils sont parfois issus, et au Viêt-Nam, leur pays, un nouvel horizon plus démocratique, plus fidèle à la défense des droits humains, plus conforme aux exigences d’une société civile responsable, plus respectueux de l’environnement. Tout ceci par le dialogue, la discussion, le débat.

Lê Huu Minh Tuân, Pham Chi Dung et Nguyên Tuong Thuy © DR

Que reproche le pouvoir communiste à ces trois journalistes ? Le plus célèbre d’entre eux, Pham Chi Dung, né en 1966, est un intellectuel dissident de notoriété publique1. Fondateur de l’Association des Journalistes indépendants, il la présidait jusqu’à son arrestation en novembre 2019. En cinq ans, cette association, regroupant quelques 70 adhérents, s’est dotée d’un outil de communication Việt Nam Thời Báo [Je Journal du Viêt-Nam] sur lequel Pham Chi Dung et ses quelques chroniqueurs commentaient l’actualité nationale ou internationale2. Ils y donnaient donc leur point de vue sans jamais organiser une attaque frontale contre le régime sachant qu’une ligne rouge franchie serait fatale. Cependant, Pham Chi Dung dans ses commentaires publics n’a jamais caché son intention de réformer l’État-Parti. Son parcours est celui d’un intellectuel engagé.

L’ombre pratique des “forces hostiles de l’étranger”

Cette simple disposition d’esprit et les actions qui en découlent sont considérées comme une atteinte à l’intégrité de la RSVN. C’est ce qui est reproché aux trois accusés : « production, détention, diffusion d’informations, de documents, d’articles dans le but de s’opposer à l’État »3. Selon le communiqué du ministère de la justice, ils ont écrit des articles pour « déformer et diffamer l’administration du peuple, enfreindre les intérêts du Parti communiste du Vietnam et de l’État »4 ; voilà une accusation des plus larges. Leur crime ? Écrire, commenter, exprimer des idées sans la validation des « comités d’éducation et de propagande », la police de la pensée vietnamienne. Il faut sans doute le rappeler, selon Emerlynne Gil d’Amnesty International : « Le seul crime de ces journalistes est d’avoir osé discuter de politique et d’autres questions d’intérêt public »5.

En réalité, derrière l’action des ces quelques journalistes, le pouvoir communiste redoute les liens et contacts pris avec des organisations politiques exilées susceptibles de renverser la donne ou d’exercer une quelconque influence sur la politique intérieure du pays. En effet, leur condamnation à de lourdes peines tient aussi au fait qu’ils auraient été “régulièrement été en contact avec des opposants au régime” à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant leur arrestation fin 2019 et mi-2020, rappelle l’AFP6. Les autorités de Hanoi agitent toujours dans ces cas précis le vieux spectre du Viêt Tân, l’organisation pro-démocratique basée aux États-Unis la plus honnie du régime.

Bandeau du “Journal du Viêt Nam” et sigle de l’Association des Journalistes Indépendants du Viêt Nam © DR

« Surveiller et punir » en RSVN

Que révèle cet acharnement ? Une fragilité, une obstination, une dérive vers plus d’autoritarisme ? Sans doute les trois à la fois. Le pouvoir a toujours usé d’une certaine paranoïa, processus interne au fonctionnement du communisme d’État avec le besoin d’un antagonisme construit selon les besoins du moment (ennemi intérieur ou extérieur, purge, campagne de rectification idéologique). Pour autant, l’État-Parti, même si traversé par de multiples tensions, ne semble pas fragile. L’obstination politique est aussi une forme récurrente de l’exercice du pouvoir dans ce sens que le PCV a toujours raison. Il donne le « la » et accepte encore difficilement la contradiction ne venant pas de propres ses rangs. Dérive autoritaire ? Force est de constater que la répression contre toute forme de dissidence s’est amplifiée ces dernières quinze dernières années, depuis les premières manifestations d’une société civile organisée. La quasi-totalité de la dissidence, politique ou intellectuelle7, est aujourd’hui neutralisée, emprisonnée ou exilée de force. En octobre 2020, ce fut l’arrestation de la célèbre militante féministe et éditrice Pham Doan Trang8 et depuis quinze ans la liste des (anciens et actuels) prisonniers d’opinion s’est considérablement étoffée.

Pris dans le collimateur de la Sécurité publique, ces journalistes et chroniqueurs politiques indépendants se sont transformés, bien malgré eux, en dissidents puis en « accusés » par l’État-Parti. Dans le Viêt Nam communiste la politique sociale et économique ne se discute pas hors du Parti, la remise en cause des principes de l’autoritarisme ne se discute pas, l’état policier construit depuis la prise du pouvoir en 1945 ne se discute pas malgré les appels à l’ouverture lors de la réforme de la constitution en 20139. Le PCV, fort de sa police et de son armée, peut poursuivre sa route en écrasant les trublions en toute quiétude. A l’approche du XIIIe Congrès du PCV, le message est clair et bien relayé par les médias officiels10. Réprimer pour prévenir. Condamner à de lourdes peines pour dissuader. Emprisonner pour étouffer. Rééduquer pour anéantir. C’est le « surveiller et punir » de la RSVN. « 170 prisonniers politiques sont actuellement incarcérés dans le pays, selon les données de l’ONG [Amnesty International] » rapporte l’AFP11. Quand cette interdiction de penser, d’exprimer des idées, de commenter la chose publique, prendra-t-elle donc fin ? Que restera-t-il comme force à ces journalistes, qui seront âgés respectivement de près de 70 ans, 80 ans et 50 ans pour le plus jeune d’entre eux, au sortir de 15 ans ou de 11 ans de camp et de maltraitance ? Leur engagement total pour la liberté d’expression fera-t-il des émules ?

Comme l’écrivait Pham Chi Dung dans une chanson écrite en détention peu avant Noël : “Le cachot ne peut emprisonner la volonté de liberté…” (“Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do…”)12. En matière de droits humains, l’espoir du Viêt Nam réside dans ces paroles-là.

FG, 07/01/2021. MàJ 08/01/2021.

Photographie “à la une” : Inauguration de la fondation de l’Association des Journalistes Indépendant du Viêt-Nam à Hanoi le 04/07/2014. Source : Dien Dan / Forum

Notes

  1. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/35303 []
  2. Cf. “Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù”, BBC Vietnam, 05/01/2021 []
  3. Cf. Khanh Vu, “Vietnam : Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime”, Reuters, 05/01/2021, version française Kate Entringer []
  4. Reuters, art. cit. []
  5. AFP, “Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti”, TV5 Monde, 05/01/2021 []
  6. AFP, art. cit. []
  7. Par exemple l’affaire des éditions Tri Thuc en octobre 2018, voir : “Letter of support for Pr. Chu Hao and NXB Tri Thuc, https://indomemoires.hypotheses.org/31650 []
  8. Cf. “Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang”, https://indomemoires.hypotheses.org/36574 []
  9. Voir sur ce sujet notre article : “La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?”, https://indomemoires.hypotheses.org/12313 ; “Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive”, https://indomemoires.hypotheses.org/7196 []
  10. Cf. VNA/CVN, “Trois hommes poursuivis pour propagande contre l’État”, Le Courrier du Vietnam, 05/01/2021 []
  11. “Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti”, art. cit. []
  12. Cf. “VNTB – Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do”, Viêt Nam Thoi Bao, 07/01/2021 []

Vietnam: trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti

[ndlr] Une information importante à lire sur TV5 Monde.

Trois journalistes vietnamiens ont été condamnés mardi à des peines de 11 à 15 ans de prison pour avoir critiqué le régime communiste, sur fond de répression croissante à l’approche du congrès du Parti.

Les congrès du Parti communiste, qui ont lieu tous les cinq ans, permettent de renouveler les membres du comité central et du bureau politique, l’instance dirigeante suprême qui en est issue.

Dans les mois qui précèdent, théâtres d’intenses tractations, les autorités ont l’habitude d’intensifier leur répression afin de prévenir toute perturbation.

Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan, membres de l’Association des journalistes indépendants du Vietnam et connus pour leurs plaidoyers en faveur de la démocratie, ont été reconnus coupables, lors d’un procès expéditif à Ho Chi Minh-Ville, d’avoir “fourni et diffusé des informations en ligne contre la République socialiste du Vietnam”.

Lire la suite :

TV5 Monde. URL : https://information.tv5monde.com/info/vietnam-trois-journalistes-emprisonnes-l-approche-du-congres-du-parti-390415

Voir également :

Khanh Vu, version française Kate Entringer, “Vietnam: Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime”, Reuters, 05/01/2021. URL : https://uk.reuters.com/article/vietnam-securit-proces-idFRKBN29A18M


La nouvelle a été commentée dans la presse vietnamienne :

“Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù”, BBC News / Vietnamese, 05/01/2021. URL : https://www.bbc.com/vietnamese/vietnam-55513271

“Nhà báo Phạm Chí Dũng bị kết án 15 năm tù, 3 năm quản chế”, VOA, 05/01/2021. URL : https://www.voatiengviet.com/a/nha-bao-pham-chi-dung-bi-ket-an-15-nam-tu-3-nam-quan-che/5725001.html

Ái Chân, “Tuyên truyền chống Nhà nước, Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù”, Sài Gòn Giải Phóng, 05/01/2021. URL : https://www.sggp.org.vn/tuyen-truyen-chong-nha-nuoc-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-707027.html

Tuyết Mai, “Bị cáo Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù”, Tuổi Trẻ, 05/01/2021. URL : https://tuoitre.vn/bi-cao-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-20210105141726544.htm


Illustration “à la une” : Les trois accusés lors du procès au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : Nguyen Tuong Thuy, Le Huu Minh Tuan (en arrière-plan) et Pham Chi Dung © VNA

« Mémoires d’Indochine » 2020 : Séance 6

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

Filles d’un groupement de Jeunesses de choc : transport de munitions pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

Femmes en guerre : actrices et victimes

Séance 6 : mercredi 25 novembre 2020 (visioconférence)

Reprise partielle d’une séance de 2018 sur les mémoires genrées.

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Pour accompagner cette présentation nous lirons au préalable le texte de Marguerite Rollinde “Genre et conflit. Femmes victimes, femmes actrices” (paru dans la revue Aspects, n°4, 2010, p. 115-130) et écouterons ensemble un extrait de la discussion sur l’ouvrage récent de Patrica D. Norland, The Saigon sisters (2020).

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

  • Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.
  • Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.
  • Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.
  • Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.
  • Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.
  • Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.
  • Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).
  • Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.
  • Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.
  • Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

★ ★ ★

Exposé de Sophie Rainaut :

Eléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, collection “Repères”, 2020.

Exposé de Marine Chuberre :

ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. Cultural Representations, Lanham, Lexington Books, 2005.

Illustration « à la une » : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Populisme et nationalisme vus du Viêt-Nam – Conférences 2019

[ndlr] Série de conférences instructives sur les dérives idéologiques qui préoccupent le Parti communiste vietnamien actuellement : populisme et nationalisme expliqués dans le cadre de l’éducation de la Sécurité publique (Công An) par le professeur Trân Viêt Thai.

  • Première vidéo : Le populisme.
  • Seconde vidéo : Nationalisme et Ultra-nationalisme.
  • Troisième vidéo : La question de la Mer Orientale.

“How Hanoi is Leveraging Anti-China Sentiments Online” by Dien Nguyen An Luong [ISEAS]

Mise en ligne d’un article intéressant de Dien Nguyen An Luong sur la gestion politique du sentiment anti-chinois au Viêt-Nam.

EXECUTIVE SUMMARY
• In this era of blossoming social media, anti-China sentiments have morphed and manifested online, compelling Vietnamese authorities to keep close tabs on it.
• In a political system that prizes legitimacy and political stability above all else and that is on the verge of a leadership transition, the authorities have increasingly looked to social media to gauge anti-China sentiments and to calibrate their responses accordingly.
• Anti-China protests in 2018 were a bitter pill for the Vietnamese authorities to swallow, leaving significant imprints on how their tools for dealing with anti-China sentiments are designed.
• The fight against the Covid-19 pandemic has seen the Vietnamese authorities finding an unlikely venue for boosting their legitimacy, one that they previously sought to repress: anti-China sentiments.
• The authorities have been able to make the most of the combination of propaganda and anti-China sentiments to shape critical China-related coverage in the mainstream media.
• It is unlikely, however, that they have enough political and technological wherewithal to do the same online any time soon.

URL : https://www.iseas.edu.sg/wp-content/uploads/2020/09/ISEAS_Perspective_2020_115.pdf

Image “à la une” : Manifestants à Ho Chi Minh-Ville en 2018 © Kao Nguyen/Agence France-Presse

Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang

Signalement d’articles sur la récente arrestation de Pham Doan Trang, éditrice, musicienne et dissidente.

Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang

Portrait. Les autorités vietnamiennes ont annoncé, mercredi 7 octobre, avoir arrêté la dissidente Pham Doan Trang, 42 ans, journaliste et écrivaine de renom, militante pour la liberté de la presse et des droits civils. Emprisonnée, elle risque jusqu’à 20 ans de prison pour « opposition à l’État » vietnamien.

Lire la suite : La Croix, 08/10/2020.


Vietnam: RSF condamne l’arrestation d’une célèbre écrivaine militante des droits de l’homme.

Pham Doan Trang est une écrivaine vietnamienne de renom, militante pour la liberté de la presse et les droits civils. Elle a été arrêtée mardi soir à son domicile à Ho Chi Minh-Ville et placée en détention pour « propagande contre l’État ». RSF condamne son arrestation et exige sa libération immédiate et inconditionnelle.

Lire la suite : RFI, 07/10/2020.


Viêt-Nam. Une éminente défenseure des droits humains a été arrêtée et risque fortement d’être torturée.

“L’arrestation de Pham Doan Trang est inacceptable. Elle est l’une des grandes figures de la défense des droits humains au Viêt-Nam. Elle est un modèle pour les innombrables jeunes militant·e·s qui réclament un Viêt-Nam plus juste, plus inclusif et plus libre”. Ming Yu Hah, directrice régionale adjointe pour le travail de campagne à Amnesty International

Lire la suite : Amnesty International, 07/10/2020.

Décolonisations : des héros méconnus ? 14/10/2020

[ndlr] Annonce d’une conférence / débat au Palais de la Porte Dorée à Paris.

Fidèle à son objectif de diffusion des connaissances, le Musée national de l’histoire de l’immigration propose, avec ses partenaires, un cycle de rencontres débats dédié aux réalités migratoires et aux thèmes d’actualité.

Comment écrire une histoire des décolonisations prenant le contre-pied de l’histoire dominante, officielle, émanant des anciens pays colonisateurs ? Telle est la question à laquelle Karim Miské, Pierre Singaravélou et Marc Ball ont répondu dans une série documentaire et un livre éponyme paru en septembre en coédition entre Arte et le Seuil : Décolonisations.

De l’Inde au Congo, en passant par le Vietnam ou le Sénégal, l’histoire écrite du point de vue des colonisés est traversée de nombreuses figures connues ou méconnues qui ont incarné la résistance de leurs peuples et porté leurs combats pour la libération.

Cette rencontre permet d’interroger la nature même des décolonisations. Se limitent-elles à une période historique marquant la fin des Empires européens ? N’ont-elles pas commencé au premier jour de la colonisation ? En finit-on jamais de décoloniser l’histoire ? Que partageons-nous aujourd’hui de cet héritage ?

  • En partenariat avec Arte.
  • Avec Pierre Singaravélou, historien, Karim Miské, écrivain et réalisateur, et Marc Ball, réalisateur, tous trois co-auteurs de Décolonisations, Paris, Arte éditions, 2020. 
  • Rencontre animée par Anaïs Kien, journaliste (France Culture).

Source : Musée National de l’Histoire de l’Immigration