Archives de catégorie : Articles de recherche

Jeunesses de première ligne 1945

On connaît peu de choses sur l’histoire des Jeunesses de Première ligne créée à Huê sous le gouvernement Tran Trong Kim et dirigée par Phan Anh, le ministre de la Jeunesse. Alors que le soixantième anniversaire de leur création a été célébré à Huê en 2005, l’écrivain francophone Huu Ngoc revient sur les grandes étapes de l’histoire de ce mouvement de jeunesse qui joua un rôle décisif lors de la prise du pouvoir du Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945. Il se remémore l’action de trois d’entre eux.

Le lecteur pardonnera la rhétorique habituelle des intellectuels communistes de la RSVN lorsqu’ils évoquent cette période cruciale de l’histoire du Viêt Nam (« gouvernement fantoche », « d’obédience japonaise »), qui ne sert qu’à valoriser l’antagonisme développé et entretenu par la pensée communiste.

Jeunesse de première ligne 1945 (par Huu Ngoc)

L’Ecole de la jeunesse de première ligne a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays.

La Truong thanh niên tiên tuyên (TNTT = École de la jeunesse de Première ligne) a vécu à peine deux mois (juillet – août 1945), mais les exploits patriotiques de ses membres pèsent lourd dans l’histoire contemporaine du Vietnam. Le Comité populaire de Huê vient de consacrer ses locaux (dans l’enceinte de la Compagnie du parc de la ville) « vestige historique national ». Si étrange que cela puisse paraître, cette institution fut créée sous l’égide du gouvernement fantoche Bao Dai-Trân Trong Kim d’obédience japonaise… Et les Japonais qui avaient occupé le Vietnam depuis 1940, avaient comme ennemi irréductible le Viêt Minh, ligue luttant pour l’indépendance nationale dirigée par Hô Chi Minh. Un paradoxe politique à élucider.

En septembre 1939, éclate la Seconde Guerre mondiale. En juin 1940, les nazis occupent la France. Quelques mois après, les Japonais prennent le Vietnam, gardant à leur service l’administration coloniale française relevant de Vichy. Le 9 mars 1945, sentant la fin toute proche de l’empire, ils renversent le régime français pour le remplacer. Ils accordent une pseudo-indépendance nationale au Vietnam, faisant de Bao Dai un roi d’obédience japonaise.

C’est dans ces circonstances que le ministre de la jeunesse Phan Anh (du cabinet Trân Trong Kim créé par Bao Dai) a fondé l’Ecole TNTT qui rassemble des étudiants venus à Huê après la fermeture de l’Université de Hanoi. L’avocat Phan Anh a joui d’un grand prestige parmi l’élite intellectuelle à cause de ses activités sociales et culturelles. Il est secondé dans la TNTT par Ta Quang Buu, mathématicien et physicien célèbre pour son érudition et son leadership du scoutisme. Ces deux intellectuels patriotes sont assez perspicaces politiquement pour savoir que le gouvernement Bao Dai-Trân Trong Kim ne peut durer, puisque l’Empire japonais est à deux doigts de s’effondrer. Mais ils profitent de son ombrelle officielle pour se doter d’un atout dans l’attente de proches bouleversements nationaux et internationaux : la capitulation de Tokyo, le débarquement allié pour le désarmement des troupes nipponnes, la reconquête française probable du Vietnam. Il s’agit pour eux de former rapidement des cadres militaires prêts à parer à toute éventualité en affichant un programme de formation de la jeunesse en général. Pour ne pas éveiller les soupçons japonais, l’administration de la TNTT est confiée à Phan Tu Lang, commandant en chef des maigres forces armées royales Bao An binh du Trung Ky (Centre Vietnam), un ancien officier de formation française.

La TNTT a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays. Phan Anh et Ta Quang Buu, dès l’ouverture de l’école, leur ont affirmé qu’ils seront libres de choisir leur voie à la sortie, selon l’appel de leur conscience.

Tokyo accepte la reddition inconditionnelle en mai 1945. La Révolution populaire dirigée par le patriote de renom Nguyên Ai Quôc (Hô Chi Minh) éclate le 19 août 1945, à Hanoi. Son organisation Viêt Minh a conquis le consensus populaire depuis 1941 grâce à une lutte intransigeante contre les Japonais et les Français occupant le pays. Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Vietnam.

Les jeunes révolutionnaires

L’occasion attendue par la TNTT est arrivée. Point étonnant que tous ses membres se rallient à la révolution dès la première heure.

Phan Anh et Ta Quang Buu sont devenus par la suite de brillants ministres du nouveau régime, le premier avec l’économie et le commerce, le second avec l’enseignement supérieur. Phan Tu Lang sera colonel de l’Armée populaire.

Le 23 août 1945, le Comité insurrectionnel de Huê se présente devant la population. Le service de sécurité est assuré par les étudiants de la TNTT qui, à cette occasion, se muent en forces armées révolutionnaires.

Le 23 août 1945, un groupe de la TNTT commandé par Nguyên Thê Luong, capture à temps un commando français dirigé par le commandant Castellan parachuté sur Hiên Si. Ce dernier est chargé par de Gaulle de contacter les éléments pro-français afin de préparer le retour de l’administration coloniale.

La TNTT est présente à la cérémonie d’abdication de Bao Dai en faveur du pouvoir révolutionnaire. Un TNTT, Hoàng Xuân Binh, est nommé officier d’ordonnance de Bao Dai pour l’accompagner à Hanoi où le souverain déchu participera au gouvernement Hô Chi Minh en tant que haut conseiller.

Les TNTT reçoivent la mission urgente de constituer vingt-cinq unités de la nouvelle Armée de Libération (section Thuân Hoa), placées sous leur commandement. Pour habiller mille combattants, ils ont recours à l’aide de petits commerçants de Huê. Quant aux armes et autre matériel, ils les prennent dans les dépôts japonais et français.

Des figures connues

Quand les troupes françaises débarquent au Sud, des centaines de ces combattants de Huê sont présents sur les fronts de Nha Trang et Saigon pour coopérer avec les forces armées locales. La guerre franco-vietnamienne se généralise. Les TNTT vont s’illustrer sur tous les fronts du Nord, du Sud au sein de l’Armée populaire devenue nationale. Huit TNTT portent les galons de général.

J’ai connu personnellement trois TNTT. Hoàng Xuân Binh, ancien étudiant en médecine, participait à la résistance dans le maquis du Sud. Il fut fait prisonnier par un lieutenant français. Homme de cœur, ce dernier avait de l’estime pour le jeune patriote et trouva un moyen pour le faire s’évader. Ils devaient se revoir après plusieurs décennies pour devenir de bons amis.

Dang Van Viêt, ancien étudiant en médecine aussi, ce fils d’une famille de grands mandarins et propriétaires fonciers a rejoint de bonne heure le Viêt Minh. Il a fait une centaine de combats et reçu sept blessures. Surnommé Tigre gris de la RC4 par les troupes français, il fut leur terreur à cause de ses attaques foudroyantes contre leurs garnisons et leurs convois. Dans le civil, ce colonel est devenu un brillant ingénieur.

Cao Van Khanh, enseignait avec moi dans un lycée privé de Huê de 1942 à 1945. Homme de devoir et très désintéressé, ce général s’est fait un nom comme brillant stratège, bras droit de Vo Nguyên Giap lors de la campagne du Sud Vietnam mettant fin à la guerre.

Dans le civil, d’autres TNTT ont réalisé des exploits dans des branches d’activité scientifique et culturelle, dorant le blason de la TNTT.

Huu Ngoc / CVN

Publié le 05/05/2012 sur le site Le Courrier du Vietnam