Archives de catégorie : Articles biographiques

Le grand compositeur Phạm Duy s’est éteint laissant derrière lui une “oeuvre patrimoniale”

Chợ Neo, 1949 – Phạm Duy, Thái Hằng, một tháng sau ngày cưới
© Pham Duy website

L’information a été divulguée par le poète Do Trung Quan à la BBC [1]. Selon VietNamNet, le grand compositeur Pham Duy est décédé le 27 janvier 2013 à 14h30 à l’âge de 93 ans [2]. Considéré comme un génie de la musique vietnamienne, il fit entrer celle-ci dans la modernité. Après 70 ans d’une carrière musicale exceptionnelle, il laisse à la postérité plus d’un millier de compositions.

Celles-ci démontrent le fort attachement du compositeur à son pays qui, depuis 1942, n’eut de cesse de créer des œuvres musicales reflétant l’évolution du Viêt-Nam en révolution puis plongé dans une guerre fratricide. Tout au long de sa longue carrière, Pham Duy composa, chanta, interpréta mais fit également des recherches en musicologie. Il amena tout un répertoire traditionnel et populaire (âm nhạc cổ truyền, dân ca) dans la nouvelle musique (tân nhạc) qu’il justifiait ainsi : “Je devais commencer ma création par des chansons véhiculant l’esprit du Viêt-Nam et, de plus, avec les ingrédients du Viet-Nam” [3].

Pham Duy naquit le 5 octobre 1921 à Hanoi sous le nom de Pham Duy Can. Il était un des trois fils de l’écrivain Pham Duy Ton (1881-1924), un lettré moderniste réputé pour être le premier “romancier social” de la littérature du XXe siècle [4]. Pendant la guerre d’Indochine, Pham Duy rejoignit le Viêt-Minh “une guitare à la main” puis abandonna les rangs de la résistance afin d’assurer sa propre sécurité, certaines de ces chansons étant jugées trop “sentimentales” [5].

© VietNamNet

En se réfugiant au Sud, il rallia de fait le camp de Saigon pour lequel il continua à composer. Comme des centaines de milliers de Vietnamiens, Pham Duy quitta son pays en 1975 à la suite de la chute de la République du Viêt-Nam. Il composa de nombreuses chansons pour ses compatriotes réfugiés et les boat people. Sa chanson patriotique “Viêt Nam Viêt Nam” fut souvent interprétée dans les spectacles musicaux de la communauté vietnamienne exilée. Il revint régulièrement dans son pays à partir de 2000 avant de s’installer définitivement à Ho Chi Minh-Ville en 2005. Son retour provoqua des débats au Viêt-Nam où une partie de son répertoire musical est toujours considéré comme “réactionnaire”. Il participa alors à de nombreux concerts à Ho Chi Minh-Ville ou Hanoi. Dernièrement très affecté par la mort de son fils aîné Duy Quang (survenue le 19/12/2012) aux États-Unis, sa santé se dégrada, il s’éteignit à l’hôpital un mois après.

L’ensemble de sa création constitue un patrimoine considérable pour la musique vietnamienne du XXe siècle. Une œuvre musicale qui, tour à tour, fut à la fois héroïque, bucolique ou romantique. Les textes de ses chansons forment également un corpus qui mérite d’être étudié en profondeur tant ils épousent le destin du Viêt-Nam au cours du vingtième siècle.

FG, 27/01/2013.

Notes

[1] “Nhạc sĩ Phạm Duy qua đời“, BBC, 27/01/1993.

[2] “Nhạc sĩ Phạm Duy qua đời ở tuổi 93“, VietNamNet, 27/01/1993.

[3] BBC, art. cit.

[4] VietnamNet, art. cit. Voir l’entrée en vietnamien Pham Duy Ton sur Wikipedia.

[5] Mặc Lâm, “Nhạc sĩ Phạm Duy: những bộc bạch cuối đời“, RFA, 23/06/2012.

  • A parcourir : L’album de famille (Tập Ảnh Gia Ðình) sur le site de Pham Duy.
  • A relire : les Mémoires de Pham Duy (Hồi ký Phạm Duy) en 3 volumes sur la période 1945-1975, publiés entre 1989 et 1991 chez Pham Duy Cuong Musical Productions.

 

* * *

Việt Nam Việt Nam – chung khúc trường ca Mẹ Việt Nam của Phạm Duyphần hòa âm của nhạc sĩ Lê Văn Khoa hòa âm Ban hợp xướng Ngàn Khơi trình bày cùng với Festival Orchestra do nhạc trưởng Trần Chúc điều khiển.

* * *

La version traduite en français sur des images extraites d’une ancienne vidéo de Thuy Nga Paris (1987)

Việt Nam Việt Nam – Hợp Ca


VietNam – VietNam – Hop Ca par HongTuyet

Nguyễn Khánh (1927-2013) : le général “barbichu” au destin pittoresque

Le général Nguyen Khanh est décédé le 11 janvier 2013 en Californie à l’âge de 86 ans. L’information a été divulguée par Nguyen Huu Chanh, le dirigeant du Parti du Peuple Vietnamien (Đảng Dân tộc Việt Nam) et fondateur du « Gouvernement du Viêt-Nam libre » (1995-2008), un gouvernement en exil dont Nguyen Khanh avait pris la tête en tant que « Chef d’Etat » en 2005. Ce militaire de carrière fut propulsé Chef d’Etat de la République du Viêt-Nam le 30 janvier 1964 à la suite du renversement de la Junte militaire qui avait elle-même renversée Ngo Dinh Diem, le Président de la Première République du Viêt-Nam.

Originaire de Tra Vinh, Nguyen Khanh naquit le 8 novembre 1927 et embrassa très jeune une carrière militaire. Diplômé de l’École militaire de Saumur puis de l’École Militaire Inter-Armes de Dalat (EMIAD), il devint officier au sein de l’armée nationale sous Bao Dai. En 1955, il participa à la campagne Hoang Dieu qui éradiqua les forces armées Binh Xuyen à Saigon-Cholon alors opposées à Ngo Dinh Diem. Il fut promu colonel (dai ta) pendant la Première République (1955-1963) puis gravit rapidement les échelons de l’armée après s’être chargé de la protection du pouvoir diemiste lors de la tentative de coup d’Etat militaire du 11 novembre 1960 à l’instigation du colonel Nguyen Chanh Thi. Ce fait d’arme lui valut d’accéder au grade de major-général, de devenir le chef d’Etat-major interarmées et enfin de commander le Deuxième corps d’armée de la RVN.

Le gouvernement “Dai Viet” de Nguyen Khanh en février 1964. On reconnaît de gauche à droite : Nguyen Van Thieu (2e), Do Mau, Tran Thien Khiem, Nguyen Khanh, Nguyen Ton Hoan, Nguyen Xuan Oanh, Phan Huy Quat et deux autres ministres. © Life

Comme de nombreux officiers supérieurs mécontents sous la Première République, il prit part au coup d’Etat contre Ngo Dinh Diem le 2 novembre 1963 à la suite duquel il fut promu lieutenant général. Cette montée en puissance au sein de l’armée l’amena à vouloir jouer un rôle politique après le renversement de Ngo Dinh Diem. Méfiant envers les officiers putschistes qui venaient de renverser le pouvoir diemiste, notamment Duong Van Minh jugé « neutraliste », Nguyen Khanh imposa un « remaniement » (chinh ly) de l’équipe de Minh en s’autoproclamant Président du Conseil militaire révolutionnaire et Commandant en chef de l’ARVN. La nuit du 30 au 31 janvier 1964, il mit aux arrêts les quatre généraux de la première junte (Duong Van Minh, Tran Van Don, Le Van Kim et Ton That Dinh) qui furent assignés à résidence à Dalat. Cependant, Duong Van Minh toujours très populaire, fut maintenu et c’est un triumvirat de généraux rivaux (Nguyen Khanh, Duong Van Minh, Tran Thien Khiem qui prit provisoirement la direction de la République) en de début d’année 1964. (voir photo ci-dessous)

Triumvirate giving press conference. Nguyen Khanh in civilian clothes, acting chief of state, Duong Van Minh, Commander in Chief General Tran Thien Khiem. © 1964 François Sully

Sur le plan politique, Nguyen Khanh poursuivit son épuration. Il évinça Nguyen Ngoc Tho, ancien Premier ministre et vice-Président de Ngo Dinh Diem, pour s’autoproclamer Premier ministre. Il fit appel aux chefs du parti Dai Viet, exilés ou en sommeil, pour organiser un nouveau pouvoir fort en lieu et place du vide créer par l’appareil diemiste. Cependant, également méfiant envers les ambitions secrètes du Dai Viet – ce parti revenant au pouvoir espérait fort s’y maintenir – il voulut au cours de l’année 1964 renforcer sa position de leader suprême de la République du Viêt-Nam. Le 16 août 1964, il prit une décision qui le mena à sa perte. Il tenta d’imposer la « Charte de Vung Tau », une disposition qui renforçait encore plus sa position à la Présidence (cumulant les postes de Chef d’Etat et de Premier ministre) et au commandement de l’armée. Il se heurta rapidement au refus de son cabinet Dai Viet ainsi qu’à l’agitation bouddhiste à Saigon et dans le centre du pays.

General Khanh addressing student mob in front of his palace. Saigon 25 Aug. 1964. © 1964 François Sully

Le 13 septembre 1964, ce fut au tour du colonel Huynh Van Ton, de confession catholique et d’obédience Dai Viet, de tenter le coup de force mais, faute du soutien espéré des autres généraux, il échoua. Les rivalités au sein de l’armée affaiblirent considérablement la République et agaça les Américains pendant que la résistance armée du Front National de Libération du Sud Viêt-Nam, le bras armé de Hanoi au Sud, renforçait ses positions. A Saigon, la réconciliation entre toutes les parties et clans (militaires, religieux, étudiants, politiciens) devient l’enjeu majeur de la survie de Nguyen Khanh qui s’appuya désormais sur ceux que l’on dénommait déjà les « Jeunes Turcs », les aspirants généraux Nguyen Cao Ky, Nguyen Chanh Thi, Le Nguyen Khang, Nguyen Van Thieu… Sous pression, il céda place à Phan Khac Suu au mois d’octobre 1964, un politicien respecté qui mit en place un gouvernement civil pendant une courte période pendant que Nguyen Khanh maintenait en tant que commandant en chef de l’armée. Nguyen Khanh fut d’ailleurs promu général à quatre étoiles (dai tuong / full general) par Phan Khac Suu en personne en février 1965. (voir photo ci-dessous).

The commander in chief of South’s Vietnam armed forces, Lt. Gen. Nguyen Khanh, receives his country’s medal of honor in a ceremony at the Gia Long Palace in Saigon. Pinning the award on Khanh’s uniform is Vietnamese Chief of State Phan Khac Suu. AP Radiophoto.

Le conflit au sein de l’armée n’en fut pas réglé (entre la vieille garde incarnée par Duong Van Minh et la nouvelle) pour autant et le 20 décembre 1964, les « Jeunes Turcs » imposèrent un nouveau gouvernement civil dirigé par Tran Van Huong qui rencontra très vite l’opposition bouddhiste à la suite d’une directive maladroite sur les affaires religieuses. L’armée intervint de nouveau le 27 janvier 1965 par un coup d’Etat « pacifique ». Il fut illustré par le retour de Phan Khac Suu comme chef d’Etat et la promotion de Phan Huy Quat, connu pour être affilié au « Dai Viet mandarinal » en tant que Président du conseil. Le 19 février 1965, Nguyen Khanh qui présidait le Conseil des Forces armées fut victime d’une nouvelle tentative de coup d’Etat. Celui-ci émanait du colonel Pham Ngoc Thao, catholique mais conservant des attaches avec le Nord et soupçonné de jouer un double-jeu voire d’être un agent du FNL infiltré, et du général Lam Van Phat, tous deux soutenus par le rigide général Tran Thien Khiem. Les « Jeunes Turcs » intervinrent de nouveau pour mettre un terme à ce jeu dangereux entre anciens militaires diemistes, anti-diemistes ou neutralistes en mettant définitivement fin à la prédominance de Nguyen Khanh. Ce dernier fut « délogé » par un autre jeune militaire ambitieux nommé Nguyen Cao Ky (1930-2011) en février 1965 et fut désormais astreint au rôle d’ambassadeur itinérant (le 25 février 1965), un rôle pratique pour l’évincer du pouvoir.

La couverture du Time le 7 août 1964.

Du côté du pouvoir politique, les jeunes chefs militaires Nguyen Cao Ky et Nguyen Van Thieu (1923-2001) décidèrent également de sceller le sort du gouvernement civil de Phan Huy Quat prisonnier des rivalités politiques internes entre le Dai Viêt et le VNQDD, les deux anciens partis nationalistes. Les manifestations de catholiques, de bouddhistes, d’étudiants rythmaient alors la vie de Saigon et tout cela devait cesser. Le duo “Ky-Thieu” écarta d’abord le général Nguyen Chanh Thi, en totale dissidence et qui faisait cause commune avec les bouddhistes, allergiques au pouvoir militaire, dans le Centre du Viêt-Nam. Mais, faute d’unification entre les différentes formations bouddhistes, le printemps de safran de 1966 fut rapidement écrasé. Pour revenir à une certaine stabilité et bénéficier du soutien américain, un processus soutenu de démocratisation du régime fut mis en place. Celui-ci fut organisé autour d’un calendrier électoral et la construction d’une nouvelle administration civile. Pendant ces trois années de tumultes (1963-1966), le FNL Sud Viêt-Nam, véritable bénéficiaire du désordre, se reconstitua.

Qu’advint-il de Nguyen Khanh après 1965 ? Son rôle politique éclair et controversé terminé, il rejoignit la France en 1966 puis les Etats-Unis en 1975 où il vécut en exil jusqu’à sa mort. Cette carrière ambitieuse faite de complots militaires ne lui porta pas chance. Sa vision d’un Sud Viêt-Nam conquérant prêt à reconquérir le Nord (Bac Tien et Oplan-34A) ne tint pas la route malgré l’espoir que cela pouvait susciter en 1965 avec le renforcement de l’intervention militaire américaine et le début des bombardements aériens sur le Nord. Son nationalisme outrancier anti-français d’abord puis anti-américain lui amena plus que problèmes que de soutiens. Surgi des rangs de l’armée de façon inattendue, surnommé le général “barbichu” (Tuong rau de), il reste une figure au destin pittoresque, improbable, dans la série des généraux de Saigon. Mais ce passage éclair dans l’histoire (janvier 1964 – février 1965) mérite beaucoup d’attention parce que révélateur des faiblesses intrisèques à la République du Viêt-Nam après l’éradication du pouvoir fort de Ngo Dinh Diem.

“Jour de honte nationale” manifestation nationale contre la séparation du pays dix ans plus tôt. Pantins en carton de De Gaulle et d’Ho Chi Minh aux côtés du pavillon Dai Viet. © 1964 Gilbert L. Meyers

Depuis 1965, on n’avait guère entendu la parole de Nguyen Khanh même en exil et, à notre connaissance, il n’a pas publié de Mémoires comme bon nombre d’officiers et de généraux de l’ARVN. Il a cependant  laissé un témoignage vidéographique en juin 2009 (voir Phong Van Tim Hieu). Il réapparut brusquement sur la scène politique des organisations en exil en 2005, soit 40 ans après ses déboires au Viêt-Nam. Il se rallia à la cause de Nguyen Huu Chanh, le responsable du Parti du Peuple et fondateur d’une organisation étiquetée « terroriste » en RSVN. Il faut dire que le « Gouvernement en exil » que Nguyen Khanh présida jusqu’à sa mort prônait de vive voix le renversement du régime communiste. Le journal de la Police populaire vietnamienne consacra en 2006 et en 2007 deux articles dénonçant les liens de Nguyen Khanh avec Nguyen Huu Chanh. Selon la BBC, le temps qu’il passa en exil fut involontaire car Nguyen Khanh après avoir quitté le Viêt-Nam espérait y revenir dans les années 1990 mais il en fut empêché. Ce qui explique peut-être sa reconversion dans un mouvement d’opposition radicale en exil. C’est d’ailleurs le Parti du Peuple du Viêt-Nam qui organisa ses funérailles le 19 janvier 2013 à Garden Grove en Californie (voir Nguoi Viet, 20/01/2013).

FG, 23/01/2013

Sources principales :

Nos informations biographiques reposent sur l’article de Wikipedia en langue vietnamienne très complet, l’article du 15/01/2013 de la BBC), l’article de Nguoi Viet Online du 13/01/2013, les deux articles sur le site de Thy Nga et Han Trinh sur le site Cong An Nhan Dan.com et les deux ouvrages suivants :

  • Lam Vinh The, Viet Nam Cong Hoa 1963-1967. Nhung nam xao tron, Hamilton, Ontario : Hoai Viet, 2010 / en langue anglaise : Vinh-The Lam, Republic of Vietnam 1963-1967. Years of Political Chaos, Hamilton, Ontario : Hoai Viet, 2010.
  • Mme Nguyen Anh Tuan, Les forces politiques au Sud Viêt-Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain :Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, Nouvelle série n° 31, 1967.

Voir le texte des services de propagande de la RDVN qui démontrent qu’ils suivaient de très près ce qui se passait à Saigon : Hai Thu – Binh Thanh, Saigon à l’heure des coups d’Etat, Hanoi, Editions en Langues étrangères, 1964 (IAO, Fonds Boudarel).

Voir également la galerie de photographies dans les collections de Manh Hai : Tướng râu dê Nguyễn Khánh.

L’homme trahi : “Debout” face à l’Etat-Parti sans repentir

De Doi Dien (Faire Face) à Dung Day (Debout) l’expression d’une conscience antitotalitaire

Le père rédemptoriste Chan Tin est décédé à Ho Chi Minh-Ville le 1er décembre 2012. Il laisse derrière lui une longue vie de lutte pour le respect de la personne humaine, pour les libertés fondamentales et les droits de l’homme. Cette lutte acharnée débuta dans les années soixante contre le régime de Saigon. Avec son infatigable compagnon de lutte le père Nguyen Ngoc Lan, il avait rêvé d’un socialisme à visage humain comme beaucoup d’intellectuels du Sud.

 

Pendant la guerre, ces idéalistes pour la plupart affiliés ou sympathisants du FNL n’avaient pas compris la profonde nature du marxisme-léninisme en vigueur au Nord. Celui d’un totalitarisme stalinien bien équipé en matière de contrôle social doté d’une puissance police politique modelée sur la Stasi de la RDA avec son quadrillage urbain, ses hordes de mouchards, ses assassinats silencieux ou ses disparitions inquiétantes.

Il y avait pourtant eu la réforme agraire des années cinquante avec son déferlement de brutalités et de crimes sans nom contre la paysannerie puis la répression des intellectuels du mouvement des revues Humanisme et Belles Œuvres et enfin l’affaire du « révisionnisme antiparti » dans les années soixante, purge à la nord-vietnamienne. En RDVN, les intellectuels restaient depuis dans la ligne de mire de la Sécurité publique. Mais les contestataires de Saigon ne s’imaginaient pas que le communisme de guerre pourrait investir le Sud avec sa loi d’airain et se moquer aussi ouvertement de leurs rêves et espoirs de réconciliation nationale. Etaient-ils pour autant naïfs ? Certes non, mais leur idéalisme les a plongés pendant de longues années dans une forme d’aveuglement : celui de croire que le « mauvais » régime de Saigon, brutal avec ses prisonniers politiques et ses étudiants rebelles, serait remplacé par un « bon » régime aux grandes vertus humanistes. L’avènement de “l’homme nouveau” ne donna à voir que la dégradation de l’être humain. Sa misère éclata au grand jour, misère sociale, politique et intellectuelle engendrant la longue vague des boat people.

Après la « grande victoire de 1975 », Nguyen Ngoc Lan et Chan Tin déchantèrent rapidement. Ce qui se mit en place au Sud balaya d’un trait leurs espoirs de réconciliation nationale. Le Sud fut puni comme un mauvais élève, les citadins furent soumis à la rééducation, subtile politique de terreur, l’économie fut étranglée par la doctrine de « droit de maître collectif » de Lê Duân, les religions furent sévèrement mise au pas et les « réactionnaires » éliminés peu à peu comme au bon vieux temps de 1945-1946. Il ne restait plus qu’à fuir ou à reprendre la lutte. Le père Chan Tin, auréolé de son passé de pourfendeur du régime de Saigon, put reprendre la lutte cette fois-ci contre le nouveau régime. Il restait déterminé à poursuivre son combat pour la démocratie et les droits humains élémentaires de la vie en société. D’abord tolérés par l’Etat-Parti, ses écrits furent rapidement interdits, notamment leur revue Dung Day (Debout) pourtant plutôt en phase avec la révolution préconisée par le régime. Cependant, son franc-parler déplut et ses prises de positions en faveur des libertés religieuses agacèrent. En 1988, il prit parti pour faire reconnaître les martyrs catholiques vietnamiens persécutés au XIXe siècle. Et puis vinrent les sermons d’avril 1990 dans lesquels il demandait au Parti et à l’Etat de “se repentir”, seule porte vers une véritable concorde nationale. Ces différents engagements lui valurent le 16 mai 1990, avec son compagnon de lutte Nguyen Ngoc Lan, d’être « assigné à résidence » pour « propagande contre le régime ». Il était devenu un « réactionnaire » de la pire espèce. Les deux hommes, parfaites figures de l’ennemi intérieur, furent accusés :

De Délit de propagande contre le régime socialiste (Article 82) à savoir de : « Propager des slogans de guerre psychologique, répandre de fausses nouvelles, créer le trouble dans la population et créer, détenir, diffuser des documents, des produits culturels dont le contenu s’oppose au régime socialiste ».

De Délit de sabotage de la politique d’union (Article 81) : c’est-à-dire de « susciter la haine, la discrimination, la division nationale, attenter à l’égalité des communautés des minorités nationales du Viêt Nam ». Un comble pour ceux qui n’avaient de cesse de promouvoir la réconciliation.

De Délit de calomnie (Article 117) : ce qui consiste à « déformer la vérité ou propager des allégations dont on sait clairement qu’elles sont mensongères en vue d’attenter à l’honneur d’autrui ou de lui faire subir un préjudice ». [1]

Cette assignation à résidence loin des siens sonna comme une prise de conscience qui ne le quitta désormais plus. Lors d’une interview réalisée en 1993 après trois ans de résidence surveillée, le père Chan Tin évoqua la trahison de 1975 :

Auparavant, lorsque je luttais pour les droits de l’homme, le Parti communiste s’en réjouissait et me soutenait tout à fait. A cette époque je pensais que la plupart de nos camarades communistes soutenaient notre combat à Saigon, parce qu’ils avaient à coeur la cause de notre peuple et de la personne humaine. Après 1975, alors que nous menions le même combat pour les droits de l’homme, le parti communiste et l’Etat socialiste s’y sont opposés; comme vous avez pu le constater, Nguyên Ngoc Lan et moi-même avons été mis en résidence surveillée. J’ai été exilé à Duyên Hai, appelé aujourd’hui Can Gio. [2]

Il expliquait ce changement d’attitude par l’instrumentalisation de l’opposition sudiste :

Pourquoi ces deux attitudes différentes ? Je les explique ainsi : le Parti communiste et les communistes n’agissent qu’en vue de s’emparer du pouvoir ou de le garder à n’importe quel prix. Le Parti a utilisé notre premier combat pour les droits de l’homme. Il l’a soutenu non pas par humanisme ou à cause des intérêts de la nation, mais parce que, d’une certaine façon, indirectement, il voulait s’appuyer sur nous pour parvenir au pouvoir. [3]

Son interview de 1993 rappelle la conception communiste de l’homme : « un instrument » par lequel on accède au pouvoir, par lequel on s’y maintient et par lequel se réalise la dictature du prolétariat. L’homme nouveau préconisé par le nouveau régime n’est qu’un « instrument », le rouage mécanique d’une énorme machine qui écrase les individus, les diversités, les intelligences avant de les reformater à son image c’est-à-dire pour les rendre inoffensifs, lobotomisés, neutralisés au service de l’Etat-Parti.

En avril 1990, le père Chan Tin avait donc courageusement appelé le Parti et l’Etat vietnamiens à se repentir de leurs fautes dans quatre sermons de Carême. Il espérait alors que le PCV suivrait l’exemple d’autres Partis et Etats communistes en Union soviétique et en Europe de l’Est [4]. Six ans plus tard, le 28 janvier 1996, alors rendu à la liberté depuis trois ans, Chân Tin reconnaissait amèrement : « Au lieu de se repentir et de se corriger, l’Etat s’est enfoncé encore davantage dans la voie de la violence exercée contre les hommes ». Le 4 mai 1998, Chân Tin et Nguyen Ngoc Lan décidèrent de se rendre aux funérailles de Nguyen Van Tran, un célèbre révolutionnaire du PCV au Sud entré en dissidence. Ils furent victimes d’un drôle d’« accident de circulation » à six heures du matin. Les deux hommes sont blessés (le père Chan tin moins gravement que Nguyen Ngoc Lan) mais fortement choqués par cette menace directe à leur intégrité physique pour les dissuader de poursuivre leurs actions.

Depuis les années 2000, le Viêt-Nam est entré dans un processus de modernisation et de développement effrénés accompagné d’une urbanisation intensive et d’une réduction sensible de la pauvreté. Mais les problèmes sociaux et les questions foncières touchant la paysannerie se sont démultipliés engendrant beaucoup de mécontentement. La relative accalmie des années 2000 a désormais laissé place à une nouvelle crispation du régime à la suite des différends avec la Chine (question des frontières maritimes) et des premières manifestations de rues de juin-juillet 2011. Depuis ces événements, les services de la Sécurité publique redoublent de vigilance et ont réactivé leurs “vieilles lunes” contre l’ennemi intérieur.

Kỷ niệm với Cha Chân Tín (Từ trái sang: ông bà Nguyễn Ngọc Lan-Thanh Vân, Cha Chân Tín, bà Quản Mỹ Lan, Hà Sĩ Phu). Source : Bauxite Viêt Nam

Epilogue douloureux. Malgré les multiples appels de Chan Tin pour la démocratie, pour un repentir sincère, pour la liberté religieuse, réitérés régulièrement entre 1990 et 1999, tout reste à faire. La Securitate vietnamienne conserve son efficacité, les dissidents meurent à petit feu dans les geôles de la RSVN, les paroles d’intellectuels bienveillants se sont prudemment effacées de la sphère publique, les blogueurs sont traqués, les jeunes catholiques sociaux d’aujourd’hui qu’il a en héritage ou les empêcheurs de tourner en rond sont physiquement attaqués. Le 1er janvier 2011, Chan Tin se retrouva premier cosignataire de l’Appel du Révérend Nguyen Van Ly (emprisonné à Hue) qui préconise “la dissolution du régime communiste afin d’instaurer un régime démocratique multipartite dans un Viêt-Nam de progrès et de paix”. Le régime de Saigon est tombé grâce à l’action de ces hommes convaincus qu’un monde de concorde et de réconciliation prendrait place avec la fin de la guerre. Ils étaient convaincus mais furent trahis par ceux là même en qui ils avaient placé tant d’espoir. Et depuis, réconciliation et repentir attendent…

François Guillemot, 03/12/2012.

NOTES

[1] “La presse et l’affaire Chan Tin”, Bulletin EDA, n° 90, 01/07/1990.

[2] “Les droits de l’homme au Vietnam : une interview du P. Chan Tin”, Bulletin EDA, n° 161, 16/09/1993.

[3] idem.

[4] “Pour le P. Chân Tin, le Parti communiste et L’Etat ne se sont pas encore repentis”, Bulletin EDA, n° 219,16/04/1996.

 

Pour en savoir plus sur le père Chân Tin, lire :

  • Tôn Thât Manh Tuong, “Chân Tin: A Non-Violent Struggle for Human Rights in Viet Nam”, The Sixties Project, 1994.
  • Do Manh Tri, “Le Père Chân Tin ou le devoir de parole”, EDA, septembre 1993. Sur le blog Dung Lac / Voir aussi Bulletin EDA, n°161, 16/09/1993. Dans les années 1990, la revue Tin Nha éditée en France se fit porte-parole de la dissidence vietnamienne notamment celle des catholiques portée par Chan Tin et Nguyen Ngoc Lan.
  • “Le père Chan Tin fait-il de la politique ?”, Bulletin EDA, n° 99, 16/11/1990.

Un an déjà : Regard amical sur l’homme de Ha Thuong, des affres de la guerre à la poésie épurée

Il y a un an disparaissait le poète Ha Thuong Nhan. Nous l’avions rencontré à plusieurs reprises chez lui en 1998 puis en 1999 à San Jose en Californie. Son départ attrista profondément ses proches et toucha le monde des lettres et de la poésie. Cat Bien, Du Tu Le, Hue Thu, Nguyen Lieu, Nguyen Manh trinh, Nhat Tuan, Van Quang évoquèrent le destin de leur ami disparu sur la blogosphère en octobre 2011.

Cet homme chaleureux m’avait ouvert sa porte comme à un ami et m’avait connecté aux personnalités historiques que je désirais interviewer pour mon compléter mon travail de thèse. C’est grâce à lui que je pus tenir des conversations téléphoniques avec Ha Thuc Ky (sans grand succès d’ailleurs) et surtout avec Nguyen Tuong Bach, le fils cadet de la célèbre famille de lettrés et de révolutionnaires Nguyen Tuong (dont Nhat Linh reste la figure marquante). M. Bach vivait alors dans le sud de la Californie et se prêta volontiers à mes questions sur le mouvement nationaliste vietnamien pendant la période révolutionnaire. Grâce à Ha Thuong Nhan, je pus également rencontrer Nguyen Ton Hoan et Pham Dang Canh deux hauts responsables du DVQDD en Californie alors que ce parti traversait une crise interne assez importante. Le rendez-vous fut organisé un jour de forte pluie à Mountain Valley chez Nguyen Ton Hoan et notre conversation enregistrée de part et d’autre dura une bonne heure autour d’une tasse de thé. Je pus par la suite me rendre chez le professeur Nguyen Van Canh à Oakland qui m’accueillit courtoisement et m’accorda un entretien sur mon sujet de recherche. D’autres contacts au Canada furent pris. A cette époque Ha Thuong Nhan, bien qu’affaibli, écrivait encore beaucoup de poèmes publiés en général dans la presse vietnamienne de Californie ou dans des revues intellectuelles de la communauté comme The Ky 21 ou Khoi Hanh. Toujours d’un esprit optimiste, M. Nhan avait une grande curiosité intellectuelle et lors de nos rencontres m’a souvent signalé un article sur mes thèmes de recherche dans les revues telles que Xay Dung ou dans la presse vietnamienne diffusée à San Jose. Aléas de la vie, depuis 1999, je ne l’ai plus revu. J’ai donc appris sa disparition assez tardivement environ quelques semaines après la triste nouvelle. Ce court billet me donne l’occasion de revenir sur sa biographie (provisoire en l’état).

Ha Thuong Nhan est le pseudonyme de Pham Xuan Ninh dont le véritable nom de naissance est Hoang Si Trinh. Il adopta le nom de Pham Xuan Ninh en 1945 grâce au professeur Pham Xuan Do qui le considérait comme un fils. Il naquit à Ha Thuong dans le district de Hau Loc, province de Thai Binh. Il pris par la suite le pseudonyme Hoang Trinh et surtout celui de Ha Thuong Nhan (l’homme de Ha Thuong) en hommage à son village natal. Il enseigna à l’école Dung Lac à Hanoi puis dans l’interzone IV au sein de la résistance Viet Minh. Il quitta la résistance en 1952 pour rejoindre Hanoi puis Saigon où il enseigna de nouveau dans des collèges de la capitale du Sud. Il intégra en 1955 l’armée nationale (ARVN) et reçut le grade de lieutenant-colonel. Sous la Première République du Viêt-Nam (1955-1963), il rédigea une Esquisse de la doctrine de la guerre psychologique et devint responsable de ce service (Nha Chien tranh tam ly). Le service de la guerre psychologique se transforma en Bureau général de la Guerre politique en 1965 puis sous la Seconde République (1967-1975). Il fut pendant un temps, au début des années soixante, Directeur de la Radio de l’armée puis rédacteur en chef et directeur du quotidien de l’armée Tien Tuyen (Premières lignes). Dès 1956, il écrivit sous d’autres pseudonymes pour des périodiques au Sud : Tieu Nha dans le quotidien Tu Do (Liberté) et Nam Phuong Soc dans le journal Ngon Luan. Il publia des poésies dans la presse saigonnaise et fut désigné par le gouvernement pour intégrer le jury national des Lettres, pour la poésie. Il fut membre du Centre des Lettres du Viêt-Nam. Après la chute de Saigon, il fut arrêté et envoyé en camp de rééducation. Il en sortit en 1983 et put rejoindre les Etats-Unis en 1990 en bénéficiant du programme Humanitarian Operation (H.O.) des Etats-Unis. En exil à San Jose, il écrivit des milliers de poésies. En 2010, un ouvrage de souvenirs lui fut consacré et un recueil de poésie fut publié. Il laisse derrière lui les deux recueils « Bên Trời Lận Đận » et « Thơ Hà Thượng Nhân ». Il décéda le 11 octobre 2011 à San Jose en Californie.

Ha Thuong Nhan était au cœur du système de la Guerre psychologique menée au Sud. Ce statut et son rôle dans la presse de la République du Viêt-Nam en fit un témoin privilégié des événements. C’est avec beaucoup d’émotion qu’il évoquait en 1998 le destin malheureux de ses compagnons d’armes et de ses amis journalistes décédés en camp de rééducation. Lui qui se passionnait pour la lecture des mémoires de Nguyen Tuong Bach (NXB Thach Ngu, 1998), lorsque je le rencontrais pour la première fois, est parti sans laisser de texte sur son action et ses souvenirs de la guerre civile. Trop de malheurs et sans doute quelques secrets. Âgé alors de 78 ans (en 1998), l’homme de Ha Thuong vivait simplement, entouré de l’affection des siens et était énormément respecté au sein de la communauté vietnamienne de San Jose. Il recevait beaucoup d’amis et partageait sa passion pour la poésie. Les yeux toujours rieurs et le sourire des gens heureux aux lèvres, il n’avait rien d’un guerrier. Comme si l’épreuve terrible de la guerre fratricide devait être noyée dans les mots simples, généreux, percutants de ses poésies.

FG, dimanche 28 octobre 2012.

 

Quelques hommages :