Archives de catégorie : Articles biographiques

Bui Tin : « De la reddition de Saigon à l’exil en France et à la dissidence » par Charles Antoine de Nerciat [2000]

[ndlr] A l’occasion du décès du dissident Bui Tin, nous reproduisons ci-après l’article biographique de Charles Antoine de Nerciat, rédigé pour l’AFP en 2000. Notez que Bui Tin réfutait en 2013 avoir recueilli la reddition du gouvernement de Saigon mais était seulement présent en tant que journaliste, témoin historique, et néanmoins le plus haut gradé de l’armée populaire sur les lieux. Sur son rôle voir l’interview de Mặc Lâm sur RFA (30/04/2013).

PARIS – Le colonel Bui Tin, de l’armée de Hanoi, a assuré sa place dans l’histoire lorsqu’il a recueilli, le 30 avril 1975, la reddition de Saigon, mettant ainsi avec éclat un point final à quelque 30 années de guerre au Vietnam. A vrai dire, c’est un peu le hasard qui a mis ainsi, ce jour-là, à la vedette cet officier dont les galons ont été gagnés dans les grandes batailles livrées par les troupes communistes de Ho Chi Minh contre le corps expéditionnaire français, d’abord, puis contre les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens.

« Ca s’est déroulé accidentellement », a-t-il observé dans une interview à l’AFP. « Je n’y vois aucun mérite ». Bui Tin était bien l’officier du rang le plus élevé à pénétrer dans le palais présidentiel de Saigon –rebaptisée, depuis, Ho Chi Minh Ville –, mais, s’il était là, c’était non pas comme chef d’une unité mais comme correspondant de guerre du Quan Doi Nhan Dan, le journal de l’armée. Aussi, une fois la brève capitulation accomplie, s’est-il retiré dans un coin pour rédiger son article. Son papier terminé, il s’est enfin laissé aller à la détente. Il était, a-t-il raconté, « dans un état d’exaltation ». Cet état d’esprit ne devait pas durer longtemps.

Photo publiée dans le Viet Bao Online en 2012 dans un article de Bui Tin sur la chute de Saigon, le 30 avril 1975 © DR

 

« La désillusion à l’égard du régime de Hanoi est survenue pour moi immédiatement après avril 1975 », a déclaré Bui Tin. « On nous parlait de réconciliation nationale et de clémence des vainqueurs. Et voilà que militaires et fonctionnaires du régime vaincu étaient expédiés, par centaines de milliers, dans des camps de rééducation, soumis à une politique bizarre de travaux forcés, de sévices et de bourrage de crâne. » Le comportement de la police à l’égard des « boat people » devait, lui aussi, révolter Bui Tin qui accuse les forces de sécurité de s’être fait payer de substantiels pots-de-vin pour laisser ces réfugiés quitter clandestinement leur pays, souvent à bord de bateaux surchargés. « C’était rançonner les gens en or ou en dollars. Pour les envoyer à la mort », dit Bui Tin.

Maintenant âgé de 73 ans, l’officier à la tenue et au casque verts de jungle qui a reçu la reddition du dernier président sud-vietnamien, le général Duong Van Minh — le « Grand » Minh, ainsi surnommé du fait de sa taille inhabituelle pour un Vietnamien –, avait commencé sa carrière de combattant révolutionnaire dans les tous débuts de la guérilla contre les forces françaises. En 1954, il était à Dien Bien Phu lorsque l’armée communiste de Ho Chi Minh, devenue une force redoutable, remporta une victoire éclatante sur les troupes coloniales françaises, mettant fin à la domination de la France sur le Vietnam. Puis, ce furent les longues et dures années de combats contre les troupes américaines et sud-vietnamiennes. Bui Tin y a pris part, soit comme chef d’unités combattantes, soit comme correspondant de guerre.

Mais, en 1990, le voilà qui prend le chemin de l’exil, et s’installe à La Courneuve, près de Paris. Par une coïncidence, c’est aussi en France que vit, en exil également, le Grand Minh, et les deux adversaires de 1975, le Nord-Vietnamien vainqueur et sûr de lui et le général sudiste vaincu, sont entrés en contact l’un avec l’autre. Le Grand Minh, âgé de 84 ans et souffrant, s’est retiré de la vie publique.

Bui Tin, au contraire, multiplie pétitions et déclarations, devenant une des voix les plus écoutées de la dissidence vietnamienne. Il vient de publier en France un livre, « Vietnam, la Face cachée du Régime » – une mise à jour d’un premier ouvrage publié en anglais en 1992. Comme dans son livre, Bui Tin a fait part à l’AFP de son indignation face à ce qu’il qualifie de « corruption » et « d’arrogance » de la part des dirigeants du Vietnam. Il s’est élevé contre la mise à l’écart par les successeurs de Ho Chi Minh, décédé en 1969, du célèbre général Vo Nguyen Giap, le héros de Dien Bien Phu qui, au fil des années, a perdu tous ses postes et doit se contenter d’un rôle de figuration occasionnel dans les grandes manifestations du régime.

Bui Tin a aussi réitéré de précédentes critiques contre l’occupation, de 1979 à 1989, du Cambodge par le Vietnam. « Cela a été l’enlisement, coûteux sur le plan moral comme sur le plan matériel, source d’isolement international pour le Vietnam », a-t-il jugé. « Il fallait aller au Cambodge pour en chasser le régime criminel des Khmers Rouges, puis remettre ce pays entre les mains de l’ONU et des pays voisins de l’ASEAN ».

« Tout cela fait que nous avons perdu un quart de siècle. 25 ans après notre entrée dans Saigon, le Vietnam est un pays à la traîne par rapport à ses voisins, et un pays sans liberté. » 

Par Charles Antoine de Nerciat – AFP, le 11 Avril 2000.

Lu également sur le site archivé de Patrick Guenin

 

En complément, l’interview de Bui Tin accordée à RFA le 30 avril 2013 dans laquelle il revient sur son rôle de témoin lors de la reddition du gouvernement de la République du Viêt-Nam au Palais de l’Indépendance à Saigon (30 avril 1975).


 

Illustration « à la une » : photo de Bui Tin, journaliste au Nhân Dân © DR

Disparition de l’historien Phan Huy Lê (1934-2018)

[ndlr] Une grande perte pour la Vietnamologie, le professeur Phan Huy Lê, célèbre historien et professeur vietnamien, est décédé à Hanoi le samedi 23 juin 2018 à l’âge de 84 ans.

De nombreux chercheurs occidentaux ont simultanément partagé cette triste nouvelle avec la communauté des chercheurs sur le Viêt-Nam, parmi eux : Pierre Asselin (San Diego State University), Hue-Tam Ho Tai (Harvard University emerita), Ben Kerkvliet (Australian National University emeritus), Shawn McHale (George Washington University), Nhung Tuyet Tran (University of Toronto), Philippe Papin (EPHE Paris), Emmanuel Poisson (Université Paris Diderot), Oscar Salemink (University of Copenhagen), Olivier Tessier (EFEO Saigon) et bien d’autres encore.

FG

Voir aussi : Lê Quỳnh, Học giả nước ngoài ‘mang ơn’ GS Phan Huy Lê, BBC Vietnamese, 25/06/2018.

Rappel biographique dans la presse vietnamienne :

Source : © Tuoi Tre

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Continuer la lecture de Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []

Trần Thiện Đạo (1933-2017)

[ndlr] Annonce du décès de Trần Thiện Đạo le 25 novembre 2017 à Villejuif à l’âge de 85 ans.

Né au Viêt-Nam en 1933, il résidait et enseignait en France (et en Angleterre) depuis 1950. A la fois traducteur méticuleux des philosophes existentialistes (Camus, Sartre…) et critique littéraire, il a publié une dizaine d’ouvrages à Saigon avant 1975. Ses traductions ont été régulièrement éditées dans la revue Văn entre 1964 et 1975. Dans les années 1990-2000 a continué à rédiger des articles sur la littérature et la philosophie notamment pour la revue intellectuelle Hợp Lưu (Fountain Valley, Californie). Il était connu sur sa vision « rigoriste » de la traduction qui doit savoir intégrer les forces et les faiblesses du style des auteurs.

FG

Quelques-unes de ses traductions :

  • Cậu Hoàng Con (Le petit prince) của Antoine de Saint-Exupéry
  • Giao Cảm (Noces) của Albert Camus
  • Bề Trái Và Bề Mặt (L’envers et l’endroit) của Albert Camus
  • Sa Ðọa (La chute) của Albert Camus
  • Kín Cửa (Huis Clos) của Jean-Paul Sartre
  • Phấn Ðấu Cho Một Nền Tiểu Thuyết Mới (Pour un nouveau roman) của Alain Robbe-Grillet
  • Im Lặng Của Biển Cả (Le silence de la mer) của Vercors
  • Zadig của Voltaire
  • Ao Quỷ (La mare au diable) của George Sand

Pour en savoir plus :

Page hommage de la revue Dien Dan – Forum

Bảo Bình, Dịch giả kì cựu Trần Thiện Đạo qua đời, Thể thao & Văn hóa, 28/11/2017.

Nguyễn Quỳnh Trang, Dịch giả Trần Thiện Đạo: Phải tôn trọng văn phong của tác giả, Tuoi Tre, 09/01/2007 (theo Thể thao & Văn hóa).

Lire l’interview accordée à Thụy Khuê en 2000 : Nói chuyện với dịch giả Trần Thiện Ðạo

Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

[ndlr] Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition de Jean Maïs à l’âge de 82 ans. Père au sein de la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP), il est resté jusqu’à son dernier souffle un infatigable chroniqueur du Viêt-Nam contemporain dans la revue en ligne Églises d’Asie. Ses chroniques qui mériteraient d’être éditées forment un corpus de connaissances incomparables sur l’état et l’évolution de la société vietnamienne. Jean Maïs avait le Viêt-Nam en lui, riche de son expérience heureuse puis tragique (il fut incarcéré pendant neuf mois en camp de rééducation en 1975). Un grand spécialiste de ce pays s’en est allé, en silence, avec sa modestie légendaire.

FG
Continuer la lecture de Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

Phan Tấn Hưng : Những gì tôi biết về Trần Văn Bá [Việt Báo, 12/01/2017]

[ndlr] Commémoration de la mort du résistant pro-démocrate Tran Van Ba, fusillé le 8 janvier 1985. Rappel de la généalogie familiale tragique et du destin de Ba, ancien président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP). L’incarnation d’une résistance de long terme à l’oppression sous toutes ses formes.

CÂY CÓ CỘI, NƯỚC CÓ NGUỒN:
Trước khi nói về Trần Văn Bá, chúng ta thử tìm hiểu gia đình Trần Văn Bá. Bên Ngoại: Ông Cậu của TVB là Bùi Quang Chiêu, tốt nghiệp kỹû sư canh nông đầu tiên của VN được đào tạo tại Pháp, sáng lập viên đảng Lập Hiến VN năm 1919, bị CS ám sát tại Chợlớn năm 1945 cùng với 4 con trai và cô gái út, tổng cộng 6 người. Bên Nội: Thân phụ của TVB là Trần Văn Văn, tốt nghiệp HEC tại Pháp, kháng chiến chống Pháp trong thập niên 40, tham gia chính phủ Trần Trọng Kim năm 1945, bộ trưởng kinh tế trong chính phủ do Bảo Đại điều khiển (chính phủ độc lập đầu tiên), dân biểu trong quốc hội Lập Hiến năm 1966, hiện đại hóa chính trị, kinh tế và xã hội cho đất nước VN, bị CS ám sát ngày 07 tháng 12 năm 1966 tại Sàìgòn (sau khi trả lời phóng viên ngoại quốc ông sẽ ra tranh cử Tổng Thống năm 1967).

TRẦN VĂN BÁ:
*. Sanh ngày 14 tháng 5 năm 1945 tại Sadec, miền Nam VN

Lire la suite : Việt Báo, 12/01/2017.

phan-tan-hung_nhung-gi-toi-biet-ve-tran-van-ba_11-1-2017

 

The Pre-Eminent Historian of War Gabriel Kolko, 1932-2014

gabriel-kolko[ndlr] Annonce de la disparition de Gabriel Kolko, célèbre historien de la guerre et auteur d’ « Anatomie d’une guerre » un des premiers ouvrages clés sur le conflit vietnamien publié en 1985. Il poursuivit son investigation sur le Viêt-Nam avec « Anatomie d’une paix » publié en 1997.

Son ouvrage Anatomy of a war fut publié en deux volumes en vietnamien sous le titre de : Giải phẫu một cuộc chiến tranh. Việt Nam, Mỹ và kinh nghiệm lịch sử hiện đại.

We received word this morning that our friend and long-time CounterPunch writer Gabriel Kolko died yesterday at his home in Amsterdam. Kolko, author of The Triumph of Conservatism, Anatomy of a War: the United States, Vietnam and the Modern Historical Experience, and Century of War: Politics, Conflicts and Society Since 1914, was one of the pre-eminent historians of our time. Kolko was born in Paterson, New Jersey in 1932. He attended Kent State University and received his doctorate in history from Harvard.  Along with Saul Landau, Kolko was one of the circle of historians trained at University of Wisconsin by the great William Appleman Williams. Kolko taught history for many years at York University in Toronto. He moved to Amsterdam soon after his retirement. Kolko’s books on the progressive era, the Cold War, Vietnam and the war on terror stand as some of the most trenchant and revealing documents of our time. For the past few years, Gabe had been working feverishly on an assessment of Vietnam in the decades after the war. Kolko had a profound influence on my thinking and it was a privilege to publish his writing over the last 15 years. A fuller appraisal of Kolko’s life and work is forthcoming.

Jeffrey St. Clair edits CounterPunch. He can be reached at: sitka@comcast.net.

Source : Counter Punch (reproduit sur VSG)

* * *

Gabriel_Kolko

Annonce en vietnamien sur le site Dien Dan Forum :

Nhà sử học Gabriel KOLKO, người bạn lớn của Việt Nam, đã từ trần ngày 19.5.2014

Kolko_GiaiPhau2

Phạm Đăng Cảnh, une figure discrète du Đại Việt Quốc Dân Đảng

ThayPhamDangCanhM. Phạm Đăng Cảnh, de son nom de guerre Nhân, est décédé le 6 mai 2014 à 5h du matin à Rouen lieu de sa résidence en France à l’âge de 94 ans. Ce monsieur discret et secret était une figure importante du parti Dai Viet (Đại Việt Quốc Dân Đảng) au Sud. Sa disparition nous donne l’occasion de survoler l’histoire du parti et sa difficile survivance en exil.

Lorsqu’entre 1940 et 1945, Trương Tử Anh, le chef de cette organisation nationaliste révolutionnaire décida d’implanter une cellule dans le Sud du pays, il envoya cinq étudiants de Hanoi pour accomplir cette mission. Phạm Đăng Cảnh au même titre que Nguyễn Văn Hướng (Phạm Hữu Lễ) ou Nguyễn Văn Kiều (Nghĩa) fit partie de ce groupe pour une tâche qui s’avéra compliquée. Cảnh alias « Bảy Cảnh » s’efforça de développer le parti aux côtés de Hướng puis de Nguyễn Tôn Hoàn. Cependant, le ĐVQDĐ implosa à la suite de l’échec de l’Etat national de Bảo Đại qu’il avait au départ soutenu dans l’espoir de le contrôler. Les scissions internes, déjà apparentes dès 1951, furent évidentes en 1954 lorsque globalement le parti Đại Việt fut divisé entre trois factions régionales. Bảy Cảnh, originaire du Sud, fut fidèle à la faction sudiste dirigée par Nguyễn Tôn Hoàn.

VungTau1957
Le professeur Pham Dang Canh et ses élèves à Vung Tau en 1957 © THVT

Ces divisions perdurèrent alors que le parti fut mis hors-la-loi par le pouvoir diemiste entre 1955 et 1963. Ses principaux militants furent pourchassés ou jetés en prison ou encore exilés au Cambodge voisin et revinrent néanmoins en force sur la scène politique en 1964. La division profonde entre les différentes factions devait aboutir à la création de deux nouveaux partis issus de ses rangs. Le 14 novembre 1964, le Tân Đại Việt [Néo Dai Viet], rassemblant une partie des militants du Sud, fut créé sous l’égide de Nguyễn Ngọc Huy puis un an plus tard le Đại Việt Cách Mạng [Dai Viet révolutionnaire] vit à son tour le jour le 25 décembre 1965 sous la direction de Hà Thúc Ký rassemblant principalement les militants originaires du centre du pays. Cependant, le parti d’origine fondé par Trương Tử Anh (disparu en décembre 1946) continua sa route et Bảy Cảnh contribua à maintenir l’organisation sur pieds malgré les défections.

phamdangcanh
© daivietquocdandang.net

Les 11 et 12 octobre 1972, il présida le premier congrès du parti à Saigon. Bien qu’éclaté en plusieurs factions se réclamant toutes de l’héritage du fondateur Trương Tử Anh et de sa doctrine de combat « La survivance du peuple » (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn), les partisans du Đại Việt restèrent très actifs au Sud sous la République du Viêt-Nam (1967-1975). Plusieurs membres de cette mouvance furent députés ou sénateurs et elle bénéficia de soutiens importants dans l’armée (ARVN). Ce furent par exemple des officiers affiliés au Đại Việt qui tentèrent de renverser le pouvoir diemiste en 1960 et 1962. En outre, le quotidien Chính Luận [Opinions politiques], très influent au Sud à cette époque était dirigé par Đặng Văn Sung, également membre du Đại Việt depuis 1945.

La chute de Saigon intervenant, le ĐVQDĐ comme de nombreuses autres organisations nationalistes non communistes fut interdit et bon nombre de ces militants envoyés en camp de rééducation ou éliminés physiquement. Une longue période d’environ vingt ans sépare le démantèlement de l’organisation et sa reconstruction à l’étranger due en partie aux libérations de prisonniers politiques des camps communistes. A la faveur de regroupements familiaux autorisés ou lors de la mise en oeuvre du programme américain H.O. pour les anciens rééduqués, des membres du parti purent rejoindre la France mais surtout les Etats-Unis. En mai 1988, grâce à l’action de Nguyễn Ngọc Huy, les différentes factions se regroupèrent sous la première appellation d’origine Đại Việt Quốc Dân Đảng et la revue Đại Việt fut créée. Mais cette idylle fut de courte de durée car à la mort de Huy en juillet 1990, chaque faction reprit son propre chemin.

En 1995, lors du premier véritable congrès du parti en exil, Phạm Đăng Cảnh fut l’un des trois vice-présidents de l’organisation aux côtés de Trương Văn Nguyên et Duy Thắng. Il fut membre du Comité directeur du parti et conserva la place de vice-président de l’organisation lors des Journées Đại Việt de 1998 alors que le parti traversait une période de dissension interne. Le 19 septembre 2001, Nguyễn Tôn Hoàn, le chef du parti en exil devait décéder en Californie. Un nouveau congrès fut organisé en 2002 et Phạm Đăng Cảnh devint président de l’organisation pour la mandature 2002-2005. Cependant, le décès de Hoàn provoqua une profonde scission au sein du parti qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

DaiHoiDang_HoiDongLanhDao_1995
Nguyen Van Canh, Nguyen Ton Hoan, Pham Dang Canh et Truong Van Nguyen en 1995 au sein du Conseil directeur du DVQDD © daivietquocdandang.net

Alors âgé de 85 ans en 2005, Phạm Đăng Cảnh prit en quelque sorte sa retraite politique lors du congrès du parti des 16 et 17 avril de cette année-là. Triệu Thanh Sơn, un autre membre historique également très âgé, fut désigné chef du parti pour la mandature 2005-2009. Le bureau directeur connut alors de nouvelles dissensions internes et deux membres importants furent exclus du parti (Phan Văn Song et Trương Việt Hoàng). En 2009, à la suite de ces divisions le parti nationaliste réorganisa son Conseil directeur lors du 70e anniversaire de la création de l’organisation révolutionnaire par Trương Tử Anh (1939). L’avocat Lâm Thủy prit la tête de l’organisation en tant que nouveau chef du parti et Trần Trọng Đạt, plus jeune, prit la direction du Comité central.

PhamDangCanh2002
Bay Canh en 2002

Enfin, les 7, 8 et 9 décembre 2012, le septième congrès du parti fut organisé à Little Saigon en Californie confirmant l’ascension de Trần Trọng Đạt (alias Thái Dương) en tant que nouveau leader jusqu’en 2017. Quant à Phạm Đăng Cảnh, il conserva son rôle de « conseiller », une place d’honneur attribuée aux anciens présidents et membres historiques de l’organisation. Au fil de cet inventaire, on s’aperçoit que l’on connait très peu de choses sur son parcours personnel si ce n’est qu’il fut enseignant à Vũng Tàu dans les années cinquante et présent dans les instances de son parti jusqu’à son décès.

Il était aux côtés de Nguyễn Tôn Hoàn lorsque nous l’avions rencontré aux Etats-Unis en décembre 1998. Phạm Đăng Cảnh était resté une figure incontournable du parti Đại Việt exilé. Un parti qui connut son apogée pendant la période de Bảo Đại (1948-1954) puis de nouveau en 1964 au Sud Viêt-Nam avant peu à peu de retomber dans l’oubli à la suite de la création des partis Đại Việt concurrents. Ce parti, qui plonge ses racines dans la période révolutionnaire, tente aujourd’hui de renouveler ses cadres et de se maintenir avec difficulté au sein de la communauté vietnamienne exilée. Bảy Cảnh était le dernier représentant encore vivant du groupe de militants envoyés au Sud en 1945, formés des militants Nhân, Lễ, Nghĩa, Trí, Tín, et Nhân, son nom de guerre, est le premier terme de cette formule évoquant les cinq vertus confucéennes. Membre du Comité central, Conseiller du Parti lors de son grand âge, ancien Président de l’organisation pendant une courte période, le professeur Phạm Đăng Cảnh restait profondément attaché à cette tradition révolutionnaire à la fois anticoloniale (et donc anti-française) et anticommuniste. Son destin personnel l’amena finalement jusqu’à Rouen où il résida jusqu’à son décès.

FG, mise à jour du 05/06/2014.

Lê Hiếu Đằng (1944-2014) – De la lutte anti-américaine à la dissidence anti-chinoise

LeHieuDangL’annonce a été faite sur les ondes de la BBC et de RFI : l’avocat et ancien leader étudiant sudiste du temps de la guerre est décédé à Ho Chi Minh-Ville le 22 janvier 2014 à l’Hôpital du peuple 115 à l’âge de 70 ans.

Né dans la province de Quang Nam le 6 janvier 1944, Le Hieu Dang suivit des études de droit à Saigon en 1964 et épousa avec hardiesse la lutte anti-américaine pour l’indépendance nationale. En particulier, il fut un des leaders étudiants les plus actifs au sein de l’Association générale des étudiants de Saigon pendant la période de la guerre.

Il exerça des responsabilités dans des organisations paracommunistes au Sud Viêt-Nam notamment en tant que vice secrétaire général de l’Alliance des Forces nationales de la Démocratie et de la Paix de 1968 à 1977. Condamné à mort par contumace par le régime de Saigon, il fut pendant 45 ans un compagnon de route du communisme vietnamien et fut pendant vingt ans (1989-2009) le vice président du Front de la Patrie à HCM-Ville.

Ce pedigree très officiel bascula ces dernières années lorsque, à partir de 2011, Le Hieu Dang repris son activisme de jeunesse en manifestant régulièrement pour la cause de la lutte anti-chinoise. Dégouté par l’immobilisme de l’Etat-Parti sur les questions territoriales en Mer de Chine méridionale (archipels des Paracels et Spratleys) et sur les questions de démocratie politique, il devint de plus en plus critique envers le Parti communiste vietnamien, l’organisation à laquelle il avait été fidèle pendant plus de quatre décennies.

LeHieuDang_BieuTinh
Le Hieu Dang à la manifestation anti-chinoise du 1er juillet 2012 à HCM-Ville. © Bauxite Việt Nam

En janvier 2013, il fit partie des 72 intellectuels signataires qui proposèrent un changement radical de constitution dans le sens d’une véritable démocratisation du régime. Au mois d’août 2013, il fit des aveux politiques en dénonçant la répression exercée contre les jeunes patriotes vietnamiens, accusant le PCV d’avoir trahi l’idéal révolutionnaire, trahi le peuple et ses propres compagnons de route. Il appela à la création d’un nouveau parti politique « social-démocrate » comme alternative à « l’illusion socialiste ». Le 4 décembre dernier, il rédigea une lettre proclamant haut et fort son abandon du parti.

Vilipendé par le pouvoir communiste pour cette dissidence assumée, il conserva néanmoins de nombreuses amitiés au sein de l’appareil envieuses de son courage. De la lutte anti-américaine à lutte anti-chinoise, Le Hieu Dang symbolise une forme de patriotisme séditieux qui dépasse aujourd’hui les frontières du pays. Ses prises de position pour la démocratie résonnent comme une tragédie amère pour tous celles et ceux qui avaient cru au renversement de la République du Viêt-Nam (Sud, 1955-1975) comme solution définitive pour établir un Viêt-Nam réunifié et pacifié au socialisme à visage humain. La désillusion fut immense.

FG, 23/01/2014.

 * * *

Hommages et actualités de la presse en ligne

Mise à jour du 27/01/2014.

Lê Hiếu Đằng (1944-2014)Dien Dan Forum

Lê Hiếu Đằng: Một biểu tượng suốt đời tranh đấuViet Studies (reprise de l’article de RFA)

Luật gia Lê Hiếu Đằng qua đời, thọ 70 tuổi, RFA, 22/01/2013.

Nhớ Lê Hiếu Đằng – Giáp Văn Dương, Viet Studies, 24/01/2014.

Ông Lê Hiếu Đằng qua đời, Thanh Niên Online, 23/01/2014.

Ông Lê Hiếu Đằng qua đời ở Sài Gòn, Nguoi Viet, 22/01/2013.

Ông Lê Hiếu Đằng ‘đau đáu’ về đất nước, BBC, 22/01/2014.

Vĩnh biệt Anh Lê Hiếu Đằng!, Viet Studies, 26/01/2014.

 

*

LeHieuDang_DangMoi
« Une société vraiment démocratique comprenant des partis d’opposition, à mon avis, est une chose très saine ».
© Dien Dan Xa Hoi Dan Su
LeHieuDang_XaHoiDanSu
« Avec une société civile vigoureuse on peut espérer mobiliser la force de la nation toute entière pour s’opposer à l’expansionisme de Beijing ».
© Huynh Ngoc Chenh Blog

* * *

Sur le Blog de Nguyen Xuan Dien

NHÂN SĨ TRÍ THỨC HÀ NỘI HỌP MẶT TƯỞNG NIỆM ÔNG LÊ HIẾU ĐẰNG

BBC, RFI ĐƯA TIN ÔNG LÊ HIẾU ĐẰNG QUA ĐỜI

TIN BUỒN: VÔ CÙNG THƯƠNG TIẾC VĨNH BIỆT LUẬT GIA LÊ HIẾU ĐẰNG

* * *

Lê Hiếu Đằng (Wikipedia VN)

* * *

Annonce du décès et dernière entrevue à l’hôpital sur la chaîne de L’église des Rédemptoristes à Saigon.

Triste nouvelle – Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014)

VinhSinhNous avons appris tardivement comme d’autres la très triste nouvelle de la disparition à 70 ans du Professeur Vĩnh Sính, historien et spécialiste des relations vietnamo-japonaises. Comme le souligne Tran Huu Dung sur le site Dien Dan – Forum, il y a des pertes inconsolables. Celle de Vĩnh Sính le 1er janvier 2014 en est une.

Professeur émérite à l’Université d’Alberta au Canada, Vĩnh Sính laisse derrière lui une série de travaux importants sur le mouvement Dong Du au début du XXe siècle, sur le révolutionnaire Phan Boi Chau et le moderniste Phan Châu Trinh. Il fut également l’un des premiers à s’intéresser à l’itinéraire de Komatsu Kiyoshi, ami des révolutionnaires et indépendantistes vietnamiens.

Quelques références :

  • Edited and translated by Vinh Sinh, Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, Cornell University, Southeast Asia Program Publications, 2009.
  • « Phan Châu Trinh (1872-1926) et sa conception  de la modernisation du Vietnam », in Gilles de Gantès & Nguyen Phuong Ngoc, Vietnam, le moment moderniste, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2009, pp. 115-123.
  • « Komatsu Kiyoshi and French Indochina », Moussons 3 (2001 ), pp. 57-86. [sommaire en PDF]
  • Việt Nam và Nhật Bản – Giao lưu Văn hoá, Nxb Văn Nghệ TP. HCM, 2000. [sélection d’articles publiés au Viêt-Nam]
  • Overturned Chariot: The Autobiography of Phan Boi Chau, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1999.
  • Hyôden Tokutomi Sohô [Tokutomi Soho: A Critical Biography], Iwanami Shoten, 1994.
  • Phan Bội Châu and the Đông Du Movement, Yale Center for International and Area Studies, Council on Southeast Asia Studies, © 1988. PDF en ligne. Avec les contributions de Vinh Sinh (ed.), Nguyen The Anh, Nguyen Khac Kham, Shiraishi Masaya, Furuta Motoo, Huynh Sanh Thong.

Sources : Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014), Dan Luan, 05/01/2014 & Vĩnh Sính (1944-2014), Dien Dan – Forum.

Voir aussi Tran Huu Dung, Nhớ Vĩnh Sính, Dien Dan – Forum, 07/01/2014.

FG

Hommage de Edward Miller, Associate Professor of History, Dartmouth College

This is indeed a terrible loss.  I first got to know Prof. Sinh via email when I was in graduate school.  At the time, I was working on a paper on Confucianism in South Vietnam.  Quite presumptuously, I emailed him a great many questions about the subject out of the blue.  He graciously sent detailed replies to each query.  In the years after that, Prof. Sinh continued to be exceedingly generous with his time and expertise on modern Vietnamese politics and culture, and he often went out of his way to share his research and published work with me.  He will be greatly missed.

PhanChauTrinhPoliticalWritings

PhanBoiChau_OverturnedChariot