Archives de catégorie : Actualités Viêt-Nam

Belles perspectives… : discours officiel vietnamien et contre-discours à l’occasion du partenariat France Viêt-Nam

[ndlr] Nous publions sur ce billet les deux discours qui se sont croisés (et percutés) à l’occasion de la venue en France de Nguyen Phu Trong, le Secrétaire général du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) du 26 au 28 mars 2018. Ce voyage officiel du « numéro un » de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) a été organisé dans le cadre des célébrations du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Viêt-Nam (1973) et du 5e anniversaire du Partenariat stratégique signé à Paris le 25 septembre 2013.

La voix du dirigeant…

Le premier texte intitulé « Belles perspectives des relations vietnamo-françaises » est une tribune officielle du Secrétaire général du PCV publiée par le journal Le Monde dans sa rubrique « Publicité ». Il s’agit plus précisément d’un publi-communiqué, une technique de marketing plutôt prisée par les entreprises1. Car vous l’avez compris, cette publicité payante2 vise à promouvoir les relations franco-vietnamiennes dans le cadre du Partenariat stratégique signé entre les deux pays en septembre 2013. C’est donc un exercice (assez rare de nos jours) de propagande d’État. Le chef d’un État-Parti, le PCV étant l’unique parti politique autorisé au Viêt-Nam, s’accorde cette façade publique dans la presse française pour faire entendre la voix officielle du Parti au pouvoir. La méthode est surprenante mais inscrite dans les pratiques habituelles de l’État-Parti vietnamien vis-à-vis de sa presse nationale. A quand une tribune payée par d’Erdogan pour promouvoir les relations européano-turques ? Ou celle du nouveau Grand Timonier chinois Xi Jinping pour vanter sa vision géopolitique du monde ? Les lecteurs du Monde ne peuvent être dupes de cet exercice d’autopromotion mais surtout, se demande-t-on, sont-ils le bon lectorat ? Car l’objectif n’est-il pas in fine d’inciter les chefs d’entreprise français à investir massivement au Viêt-Nam… après le RV manqué des années 1990-2000 ?3. Une publicité moins ostentatoire publiée dans Les Échos ou les grandes revues économiques françaises auraient été sans doute plus appropriée. En outre, cette tribune ne laisse plus aucun doute sur la primauté du Parti sur l’État vietnamien et de son dirigeant, « le vrai patron du Viêt-Nam » dont le portrait figure au centre de la tribune4. Mais il n’est ici question que de forme, je laisse nos lecteurs lire en ligne ce plaidoyer en trois parties pour une consolidation de nos relations.

Page du journal Le Monde, lire le texte en ligne sur Le Courrier du Vietnam

L’objectif pour le Viêt-Nam de faire « miroiter son dynamisme économique à Paris, » comme le présente Yves Bourdillon dans Les Échos a, semble-t-il, reçu un bon accueil puisqu’il a permis la signature de contrats importants avec les groupes EDF, Bouygues, Airbus et Safran rehaussant le très faible pourcentage d’échanges entre nos deux pays5. En effet, comme le rappelle le dirigeant communiste « la valeur des échanges commerciaux reste modeste et ne représente que 1% de la valeur totale des exportations et importations du Viêt Nam« . Les historiens et analystes s’accordent sur le fait que le recentrage du Viêt-Nam sur l’Asie opéré dans à partir des années 1990 a laissé la France sur le bord du chemin.

vs la voix des dissidents

Cette publicité officielle de l’État-Parti est percutée par un discours concurrent émanant des organisations de défense des droits de l’homme. Un premier texte très documenté sous la forme d’une « Lettre ouverte au Président de la République Française » a été publié le 26 mars par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme pour rappeler l’incongruité qu’il y avait à inviter un chef de Parti comme un Chef d’État alors que la « répression en cours » s’avère être « une des pires depuis l’ouverture économique du Dôi Moi en 1986 ». Et la lettre ouverte de revenir en détail sur la répression « pensée, planifiée et organisée » qui s’exerce sous la mandature de M. Trong contre la société civile vietnamienne en rappelant les condamnations de quelques figures récentes parmi les 130 prisonniers de conscience aujourd’hui incarcérés6. Un second texte, émanant des ONG Reporters sans frontières (RSF), de l’ACAT (Action by Christians for the Abolition of Torture) et de l’organisation politique Viêt Tân a été publié sur les sites de ces organisations sous la forme d’un communiqué de presse conjoint le 23 mars 2018. Comme pour le précédent texte de la FIDH, celui-ci insiste sur la répression actuelle contre les blogueurs, dissidents politiques et activistes sociaux et rappelle les mauvaises conditions de détention de certains d’entre eux. Le 23 mars, RSF appelait les autorités françaises « à poser les questions interdites » au Secrétaire général du PCV « sur l’état déplorable de la liberté de la presse dans son pays »7. Ces contre-discours qui interviennent à un moment clé visant à revigorer les relations franco-vietnamiennes démontre une fois de plus que l’État-Parti ne peut plus fonctionner en autarcie sans prendre en compte les améliorations attendues et réclamées par ses propres citoyens sur le plan des libertés civiques.

Que retient-on de ces deux discours ? Tout d’abord une certaine complémentarité. Si le bilan économique positif du Renouveau (Dôi Moi, décrété en décembre 1986) est dûment souligné et avéré, il doit s’accompagner d’une transformation du régime comme l’ont réclamé les intellectuels les plus en vue, rédacteurs de la « Motion 72 » exigeant une refonte politique du régime, lors de la refonte de la constitution en 2013 8. Les appels de personnages clés comme l’économiste Lê Dang Doanh pour s’acheminer vers un Second Renouveau, à la fois économique (sur le plan structurel) et politique (sur le plan des institutions), permettant de libérer les énergies et de se débarrasser du carcan sécuritaire, restent lettre-morte9.

« Le sourire que tu envoies revient vers toi »

C’est avec ce sympathique proverbe hindou que le Président de la République, Emmanuel Macron, a terminé son discours à l’Élysée le 27 mars 2018 célébrant les cinq ans du partenariat stratégique franco-vietnamien. Ce beau discours plein d’espoir est néanmoins terni par un climat politique général alourdi. Depuis 2013, le pouvoir vietnamien a durci sa législation sur l’utilisation d’internet et a neutralisé la plupart des blogueurs et lanceurs d’alerte10. Une force dénommée « Force 47 » et dépendant de l’Armée populaire, annoncée le 25 décembre 2017, est dédiée au nettoyage des avis critiques sur la toile11. Du côté des affaires interne du Parti, c’est aussi le verrouillage. De nouvelles dispositions ont été décrétées (Décision 102-QD/TW) pour sanctionner plus lourdement les dérives économiques ou politiques des membres du parti12. La peur de « l’auto-évolution pacifique » des membres du PCV vers une émancipation politique inquiète toujours autant les dirigeants actuels. L’action de la dissidence, si mince soit-elle et souvent initiée par de jeunes activistes, est rapidement circonscrite et réprimée. L’ACAT rappelle dans son communiqué qu’en 2017, « Hanoi a lancé la pire vague de répression contre la liberté d’expression depuis vingt ans. Au moins 25 blogueurs, défenseurs des droits de l’homme et militants pro-démocratie ont été arrêtés ou déportés ». L’association en appelle au « devoir moral » de la France et de ses partenaires européens pour signifier aux dirigeants de la RSVN que de telles pratiques autoritaires doivent cesser. Si l’objectif affiché est « le renforcement de la relation [vietnamo-française] dans tous les domaines »13 cette exigence fait sens.

Le programme politique d’Emmanuel Macron « Révolution » traduit en vietnamien et diffusé au mois de mars 2018 au Viêt-Nam, accompagné d’un message explicite de Barack Obama en couverture « Il faut se battre pour la liberté – N’ayez pas peur ! » (Plus percutant qu’une page de pub dans le Nhân Dân [Le peuple], organe officiel du PCV…)

Et il y aurait beaucoup à dire sur la promotion de l’innovation du côté vietnamien car si les partenariats scientifiques se passent bien du côté des sciences dures, médicales et des sciences naturelles, il est beaucoup plus délicat de monter des projets innovants au sein des universités vietnamiennes dans le domaine des sciences sociales et humaines comme l’a démontré le projet d’un enseignement supérieur non-lucratif  porté par Mme Bui Tran Phuong, l’ancienne rectrice francophone de l’université privée Hoa Sen 14. L’expulsion manu militari du Viêt-Nam en juin 2017 du dissident Pham Minh Hoang, professeur de mathématiques dans une université à Hô Chi Minh-Ville et citoyen franco-vietnamien déchu de sa nationalité vietnamienne par le pouvoir en place, n’est pas non plus un signe encourageant15.

C’est dans ce contexte répressif que la RSVN entend promouvoir les « belles perspectives » d’avenir entre les deux pays et d’inciter les entreprises françaises à s’impliquer davantage dans l’économie vietnamienne. Est-ce bien réaliste ? Si la France, pragmatique, ne voit le Viêt-Nam que comme une opportunité pour investir l’Asie du Sud-Est, le pari moral et historique est risqué. La tâche « franco-vietnamienne » est donc immense et il ne suffira sans doute pas seulement d’un « sourire mutuel » (même si cela peut aider) pour engager le Viêt-Nam vers une nouvelle réforme à la fois politique et économique.

FG

MàJ 29/03/2018.

Annexe vidéographique et texte de la déclaration conjointe (sur le site de L’Élysée, 27/03/2018) :

Lectures :

Deux ouvrages à lire pour comprendre l’histoire contemporaine du Viêt-Nam :

  • Benoît de Tréglodé (sous la dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Libre cours », 2018. (12 auteur.es)
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2018.

Notes

  1. Cette pratique, autrefois utilisée par les groupes pharmaceutiques ou les compagnies touristiques pour vanter leurs produits commerciaux est aujourd’hui déclinante []
  2. A hauteur de 150.000 euros selon le dissident Pham Minh Hoang, en exil forcé : « Hai tấm hình: Sự khác biệt không chỉ 150 ngàn Euros, » Viêt Tân, 28/03/2018 []
  3. Voir l’extrait souligné par Miche De Grandi dans la chronique « Le livre du jour » : « Pourquoi la France a perdu pied au Viêt Nam, » Les Échos, 27/03/2018 []
  4. Cf. « France: le chef des communistes vietnamiens reçu à l’Elysée, » RFI, 28/03/2018 []
  5. Cf. « La France signe pour plusieurs milliards d’euros de contrats avec le Vietnam, » BFM Business, 27/03/2018 []
  6. Cette Lettre est signée conjointement par la FIDH, La Ligue des Droits de l’Homme et l’ONG vietnamienne Quê Me / Vietnam Committee on Human Rights []
  7. Cf. « Vietnam : la France doit interpeller le chef du Parti communiste sur la répression de la liberté de la presse, » RSF, 23/03/2018 []
  8. « Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp, » Mémoires d’Indochine, 07/02/2013 []
  9. Voir son entretien à la BBC en 2015 : « Việt Nam đang rất cần cuộc ‘đổi mới lần hai’, » BBC Tiêng Viêt, 19/08/2015 []
  10. Voir sur ce sujet notre article : « Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du ‘Décret 72’, » Mémoires d’Indochine, 09/08/213 []
  11. Voir Mai Hoa, « Hơn 10.000 người trong ‘Lực lượng 47’ đấu tranh trên mạng, » Tuoi Tre, 25/12/2017 []
  12. Voir « Toàn văn Quy định xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm, » VietnamNet, 07/12/2017 []
  13. « Viêtnam : La France doit exiger le plein respect des droits de l’homme, » ACAT, 26/03/2018 []
  14. Sur le renouveau éducatif promue par la rectrice, historienne, docteur de l’Université Lyon 2, voir les deux entretiens en ligne : Huy Quân, « TS.Bùi Trân Phượng, Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen: ‘Phải đúng nghĩa giáo dục và đúng nghĩa đại học’«  » HSU, 11/10/2017 et Quang Tuan, « Hoa Sen: Non-profit university orientation« , The Saigon Times, 09/07/2015 []
  15. Cf. Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie, » Le Monde, 21/07/2017 []

Saigon show uncovers century of conflict and political turmoil [VnExpress]

[ndlr] Exposition sur la période de la Première République du Sud Viêt-Nam à lire sur l’édition internationale en ligne de VnExpress (article de Manh Tung).

The Independence Palace has witnessed countless events unfold and shape the course of Vietnamese history.

Ho Chi Minh City will open an exhibition on Friday telling the story of its Independence Palace, one of the country’s most famous landmarks.

The « From Norodom Palace to Independence Palace 1868-1966″ exhibition will feature a collection of over 500 documents, pictures and artifacts showcasing the history of the Independence Palace, especially from the lesser-known time period between 1868 and 1966, said Tran Thi Ngoc Diep, director of the Independence Palace.

This exhibition is the most comprehensive ever about the palace, said Diep.

The exhibition will display how the palace was constructed and how its left-wing was destroyed by bombs during the war, and depict the rise and fall of former President of the Republic of Vietnam Ngo Dinh Diem. It will also show the self-immolation of Buddhist monk Thich Quang Duc in protest of the persecutions of Buddhists under Diem’s regime.

A central part of the exhibition is its colossal reserve of valuable historical documents, collected by historians from around the world. Many of them came from archives centers in Vietnam, the United States and France.

“We want to provide viewers with an interpretation of history itself, not just its recreation,” said Edward Miller, a professor of history and author of the book “Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam”, who is one of the organizers.

“You must understand history in its particular context, not in isolated, separate time periods,” he said.

Lire la suite : VnExpress International, 07/03/2018

Pour en savoir plus :

Illustration « à la une » : l’historien Edward Miller présentant un panneau de l’exposition sur Ngo Dinh Diem © VnExpress/Manh Tung

 

Nhạc Sĩ Nguyễn Văn Đông (1932-2018)

[ndlr] Décès le 26 février dernier à Saigon du musicien et ancien Colonel de l’ARVN Nguyễn Văn Đông. Sélection d’une série d’articles parus au Viêt-Nam et à l’étranger.

Le colonel Nguyễn Văn Đông en uniforme © DR

 

Nhạc Sĩ vào Quân đội từ Thiếu Sinh Quân- Nguyễn Văn Đông từ trần tại Việt Nam, thọ 87 tuổi, Nguoi Viet, Northwest Vietnamese News, 26/02/2018. Nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông (sinh năm 1932), là một nhạc sĩ gắn liền với quân ngũ từ thiếu thời ở bậc Trung học đệ nhất cấp từ năm 14 tuổi- Từng là một nhạc sĩ quân đội với chức vụ cao quyền thế trong làng văn nghệ Việt Nam và nổi tiếng trước 1975. phục vụ liên tục trong quân đội cho đến 1975 vì thế đã phải chịu nhiều năm tù đầy “cải tạo”…… Một số bút danh khác của ông là Phượng Linh, Phương Hà, Vì Dân và Đông Phương Tử.

Nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông, tác giả ‘Chiều mưa biên giới’ qua đời, Tuoi Tre, 27/02/2018. Ca sĩ Giao Linh, người thân thiết của nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông, cho Tuổi Trẻ Online hay nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông qua đời vào 19h30 ngày 26-2 tại Bệnh viện Chợ Rẫy (TP.HCM), hưởng thọ 86 tuổi.

Quynh Trang, Nhạc sĩ “Chiều mưa biên giới” ra đi trong nhẹ nhàng, Phap Luât, 27/02/2018. Theo lời kể của vợ cố nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông thì những phút cuối đời người nhạc sĩ tài hoa này diễn ra nhẹ nhàng. Gia đình xin miễn chấp điếu, hoa quả trong tang lễ.

Tác giả ca khúc Chiều Mưa Biên Giới qua đời ở Sài Gòn, BBC Vietnamese, 27/02/2018. Tin cho hay tác giả ca khúc Chiều Mưa Biên Giới qua đời tại TP. Hồ Chí Minh vào đêm 26/2, hưởng thọ 85 tuổi.

Trần Tiến Dũng/Người Việt, Viếng tang lễ giản dị của nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông, Người Việt, 28/02/2018. Những ngày sau Tết Mậu Tuất, người dân Sài Gòn nhận tin buồn về sự ra đi của nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông.

Nhật Bình/Người Việt, Người Sài Gòn nghiêng mình tiễn đưa nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông, Người Việt, 02/03/2018. Trưa 2 Tháng Ba, tức 15 Tháng Giêng năm Mậu Tuất, nhiều người dân Sài Gòn đã đến tiễn đưa nhạc sĩ, cựu Đại Tá VNCH Nguyễn Văn Đông về nơi an nghỉ cuối cùng.

Tân phong, R.I.P Colonel!, Viêt Tân, 03/03/2018. Hôm 26.02.2018, một người Sài Gòn, một cựu quân nhân VNCH, một nhạc sĩ tài hoa đã qua đời: Đại tá Nguyễn Văn Đông.

Illustration « à la une » : Di ảnh nhạc sĩ Nguyễn Văn Đông trước xe tang © Người Việt

Vietnam jails activist for 14 years for livestreaming pollution march [The Guardian]

[ndlr] En RSVN, le tribunal populaire de la province de Nghe An prononce une peine de 14 ans de prison pour un activiste social de 24 ans.

Hoang Duc Binh had posted footage on Facebook of fishermen protesting following a huge chemical spill from a steel plant.

A court in central Vietnam has sentenced an activist to 14 years in jail for livestreaming fishermen marching to file a lawsuit against a Taiwan-owned steel plant’s spill of toxins into the ocean.

Hoang Duc Binh, 34, was convicted of abusing democratic freedoms to infringe on the interests of the state, organisation and people, and opposing officers on duty, following a trial on Tuesday by the people’s court in Nghe An province, lawyer Ha Huy Son said.

Fellow activist Nguyen Nam Phong was given two years in jail for opposing officers on duty.

During last February’s livestream on Facebook, Binh commented that the fishermen were stopped and beaten by authorities. Son said Binh told the court that he made the comments, but he denied committing a crime because what he said was true.

The court said his comments were untrue and slandered authorities.

Reuters reported that the 14-year jail term is one of the toughest sentences to have been delivered against an activist in Vietnam.

Lire la suite : The Guardian, 6/02/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese activist Hoang Duc Binh (centre L) standing inside the courtroom with co-accused Nguyen Nam Phong in Nghe An province. © Vietnam News Agency/AFP/Getty Images

Décès de Jayne Susan Werner, spécialiste du Viêt-Nam

[ndlr] Nous répercutons cette triste nouvelle reçue sur le réseau du Vietnam Studies Group (VSG) le 1er février dernier.

A la suite d’une longue maladie, la chercheuse Jayne Werner est décédée en ce début d’année 2018. Spécialiste de l’histoire vietnamienne moderne et contemporaine, elle est l’auteure de plusieurs monographies clés, dont une sur le Caodaïsme sous la colonisation et la guerre et une autre sur le genre à l’époque du Renouveau (depuis 1986). Comme l’indique sa page personnelle en ligne, elle a également co-édité plusieurs autres livres, deux sur la guerre américaine et un second sur les questions de genre.

Sa courte biographie en ligne la resitue dans le paysage international de la Vietnamologie :

Elle fait partie de la génération inaugurale des érudits du Viêt-Nam formés à l’Université Cornell et dans les autres centres de recherche sur l’Asie du Sud-Est aux États-Unis au cours des années 1960. Au cours de sa première année à Cornell, elle est tombée sous le charme des études vietnamiennes et de ce pays, une passion continue. Elle a fait son premier voyage au Viêt-Nam en 1972 et parle le vietnamien et le français.

Elle eut ensuite une longue carrière d’enseignement et de recherche à l’Université de Columbia (1981-2015) puis en tant que Professeure émérite à l’Université de Long Island.

Elle avait récemment publié (2012) avec George Dutton et John Whitmore, un instrument de travail capital sur les sources de la tradition vietnamienne sous la forme d’un « reader » rassemblant les textes clés de cette tradition du Viêt-Nam ancien à l’indépendance nationale. Plusieurs chercheurs lui ont rendu hommage comme George Dutton, son collègue et ami, ou l’historien David G. Marr dont elle était étudiante à Cornell en 1969-1971 dont il souligna la rigueur intellectuelle et son étude pionnière sur le Caodaïsme.

Principaux ouvrages :

Dutton, George ; Werner, Jayne ; Whitmore, John (eds), Sources of Vietnamese tradition, University of Columbia Press, 2012. Cote IAO : 601AV.12/59

Werner, Jayne, Gender, Household and State in Post-Revolutionary Vietnam, Routledge, ASSA Women in Asia Series, 2009. Cote IAO : 104AV.11/79

Bélanger, Danièle & Werner, Jayne (ed.), Gender, Household, State: Dổi Mới in Vietnam, Cornell Southeast Asia Program Publications, 2002.

Hunt, David & Werner, Jayne (ed.), The American War in Vietnam, Cornell Southeast Asia Program Publications, 1993.

Luu Doan Huynh & Werner, Jayne S. (ed.), The Vietnam War: Vietnamese and American Perspectives, M.E. Sharpe, 1993. 605AV.03/1134

Werner Jayne Susan, Peasant Politics and Religious Sectarianism: Peasant and Priest in the Cao Dài in Viêt Nam, Yale University Southeast Asia Monograph Series, 1981.

 

Lien vers sa page : http://www.jaynewerner.org/

FG, d’après VSG

Ý kiến về lễ kỷ niệm 50 năm Mậu Thân ‘rầm rộ’ [BBC Vietnamese]

[ndlr] Une chronique intéressante sur la commémoration officielle par la RSVN de l’Offensive du Têt 1968, à lire comme illustration de la persistance d’une des fractures vietnamiennes.

Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng cùng các lãnh đạo cao nhất trong Đảng Cộng sản dự lễ kỷ niệm 50 sự kiện mà Việt Nam gọi là « Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968 ».

Năm 1968, biến cố tổng tấn công trên khắp các địa phương của Việt Nam Cộng Hòa đã tạo ra bước ngoặt trong Chiến tranh Việt Nam.

Bí thư Thành ủy TP.Hồ Chí Minh Nguyễn Thiện Nhân phát biểu tại buổi lễ, nêu lập trường chính thức của Đảng:

« Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968 mãi mãi là biểu tượng sáng ngời của lòng yêu nước, của ý chí quyết tâm sắt đá, tinh thần quyết chiến, quyết thắng của toàn Đảng, toàn dân và toàn quân ta để giành độc lập, tự do, được dẫn dắt, soi đường bởi sự lãnh đạo tài tình, đường lối đúng đắn của Đảng ta và Chủ tịch Hồ Chí Minh vĩ đại ».

Ý kiến ‘phi chính thức’

Tuy vậy, giáo sư Nguyễn Khắc Mai, cựu Vụ trưởng Vụ Nghiên cứu, Ban Dân vận Trung ương Đảng Cộng sản Việt Nam nói với BBC: « Tôi cho rằng không nên làm kỷ niệm Mậu Thân rầm rộ, nghiên cứu thì cứ nghiên cứu để tìm ra bài học ngăn ngừa chuyện ấy trong tương lai. »

« Không nên khoét sâu những nỗi đau của một cuộc chiến huynh đệ tương tàn như vậy. »

« Người nhà đánh nhau, nồi da xáo thịt thì oai hùng nỗi gì mà tưởng niệm. »

« Hơn nữa, tôi thấy bây giờ dư luận không để ý nhiều đến buổi lễ này. »

« Bây giờ không phải bất kỳ sự kiện nào Đảng làm thì người ta cũng theo dõi, hoan nghênh đâu, » ông Khắc Mai cho hay.

Hôm 1/2, nhà báo tự do Nguyễn An Dân bình luận với BBC:

« Đảng Cộng sản Việt Nam dùng chữ « tri ân », vậy lễ này tri ân những người nằm xuống vì cái gì? Vì họ chiến đấu cho đảng? Hay vì họ nội chiến với chính đồng bào của mình? »

Lire la suite : BBC Vietnamese, 01/02/2018.

Image « à la une » : April 1969: a South Vietnamese woman mourns over the body of her husband, found with 47 others in a mass grave near Hue © AP Photo/Horst Faas

La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien

La reprise en main du Parti communiste vietnamien (PCV) sur les affaires du pays se confirme au fil des mois. Depuis le XIIe Congrès marqué par l’éviction de Nguyên Tân Dung, Premier ministre de la RSVN pendant dix ans, de 2006 à 2016, le niveau politburo a entrepris une vaste opération de reprise de contrôle sur une partie du monde politico-économique qui lui échappait – les fameux groupes d’intérêts – et sur ses propres cadres. Cette opération se déroule actuellement sous deux formes : la première consiste à re-discipliner les cadres du Parti, la seconde à lutter contre la corruption. Ces deux outils apparaissent néanmoins comme un moyen de consolider le dirigeant actuel du PCV Nguyên Phu Trong, secrétaire général du PCV depuis 2011 et son équipe. On a pu observer ces dernières semaines les moyens mis en œuvre pour traquer jusqu’à l’étranger, hors des frontières du Viêt-Nam, des hauts cadres impliqués dans des réseaux économiques susceptibles de damer le pion au parti et, ce n’est guère un hasard, souvent lié au réseau politico-économique de l’ancien Premier ministre. Compte tenu de la complexité du dossier et le temps qu’il conviendrait de passer pour l’analyser en profondeur, la rapidité de l’enquête et du jugement questionne déjà les avocats du pays1.

Rectification idéologique et verrouillage intérieur

L’histoire du Parti communiste vietnamien est jalonnée de campagnes de « rectification idéologique » et de mises à l’épreuve de ses membres. La purge brutale initiée par la réforme agraire radicale de 1953-1956 n’a pas été rééditée du fait de sa violence contre-productive et de la fracture qu’elle a laissé au sein du mouvement communiste2. Par contre, des purges internes plus douces, du moins beaucoup moins brutales qu’en Chine populaire et surtout moins médiatisée par le pouvoir en place, ont été menées tout au long de la guerre de réunification. La plus célèbre reste la campagne contre le révisionnisme anti-parti initiée en 1967 pour museler la branche pro-soviétique du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam et mener tambour battant la guerre de réunification3. Ce système d’autocontrôle, pour préserver l’unité et le caractère monolithique du parti a bien fonctionné pendant la guerre dans le secret d’une information étatique triée sur le volet.

Il fonctionne aujourd’hui, quarante-trois ans après la fin de la guerre civile, de moins en moins bien surtout depuis l’avènement de la politique de Renouveau (lors du VIe Congrès de décembre 1986). D’une part, parce que la politique pragmatique initiée par le Dôi Moi a remis en selle les « experts » au détriment des « rouges » et d’autre part, parce qu’il fallait réinventer une voie idéologique, celle de « l’économie de marché à orientation socialiste » pour accompagner les changements économiques et sociaux. Ces dernières trois décennies ont ainsi vu émerger des sensibilités plus ou moins concurrentes au sein du PCV. On a ainsi parlé de plusieurs binômes antagonistes tels que rénovateurs vs conservateurs sur le plan politique,  pro-américains vs pro-chinois sur la question de la Mer de Chine méridionale, libéraux vs planificateurs sur le plan économique, services secrets militaires (Cuc 2) vs service secrets policiers (Cuc 5) sur la conduite de la sécurité nationale, nordiste vs sudiste, etc. Tous étant d’accord pour maintenir la cohésion fondamentale du Parti pour se maintenir au pouvoir. A l’issue du XIIe congrès national, le secrétaire général, reconduit dans ses fonctions, avait déclaré à la presse :

« Nous tenons à suivre les recommandations de l’Oncle Hô : préserver la solidarité au sein du Parti, protéger la moralité du Parti pour diriger le peuple sur la voie choisie par le Parti, le Président Hô Chi Minh et le peuple »4

Ce facteur (primauté de la cohésion) exige que les affaires se règlent dans le secret du fonctionnement du Parti, dans les alcôves des Comités populaires et des différentes instances d’auto-contrôle de l’État-Parti (les comités d’éducation et de propagande et les services de contrôle dédiés à la discipline de Parti). Autrement dit, le PCV dispose d’une police interne qui veille à la cohésion et à la soumission des différentes sensibilités au Politburo en exercice. La publication du Décret 102 du Politburo le 15 novembre 2017 concernant la discipline du Parti est claire5. Gare à ceux qui s’écartent de la ligne officielle, qui enfreignent les lois strictes du règlement ou qui entendent s’émanciper par le pouvoir économique. Une lecture des événements récents peut-être faire dans ce sens. Et si l’on remonte dans le passé, les cas de Nguyên Van Linh et de Vo Van Kiêt peuvent être évoqués pour montrer à quelle point la ligne rouge dessinée par le Politburo ne peut être franchie. Rappel des faits à travers les affaires Trinh Xuân Thanh, Dinh La Thang et Vu Nhôm.

Procès pédagogiques et regrets éternels

Récemment, l’opinion publique vietnamienne a suivi avec assiduité un long feuilleton de « procès pédagogiques » contre la corruption. Si le feuilleton « comment faire tomber de hauts-cadres corrompus indisciplinés » déclenche une passion populaire et une certaine empathie de la population pour la répression des comportements abusifs, il semble cacher des desseins politiques plus complexes qui ont maille à partie avec les dirigeants actuels soucieux d’imposer une discipline de fer à ses cadres. En effet, depuis la destitution de Nguyên Tân Dung en janvier 2016, une lutte interne s’est engagée pour reprendre le contrôle du Parti notamment au Sud. Le « réseau » de l’ancien Premier ministre est l’objet d’attaques ciblées. La première victime de poids fut Dinh La Thang, un membre du Politburo, né en 1960 et originaire de Nam Dinh, objet d’une action disciplinaire du Parti et poussé à la démission du Comité du Parti à Hô Chi Minh-Ville dont il était secrétaire depuis un an et 94 jours6. M. Thang est finalement destitué (provisoirement) le 8 décembre 2017 de ses fonctions de Vice-directeur du Comité central du Parti pour l’économie et de celle de député de l’Assemblée nationale pour la province de Thanh Hoa. En dehors de ces dernières fonctions, Dinh La Thang fut désigné par le Premier ministre Phan Van Khai (en fin de mandat) à la fin de l’année 2005 pour intégrer le bureau directeur chargé de la gestion de l’entreprise d’État PetroVietnam dont il assura la présidence à partir de janvier 20067. Le 22 janvier M. Thang était condamné en première instance à 13 ans de prison pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences »8.

Le second personnage issu des rangs du PCV à être inquiété a fait la une de la presse vietnamienne en début d’année. Dirigeant entre 2009 et 2013 de l’entreprise d’État PetroVietnam (Petrovietnam Construction Joint Stock Corporation), Trinh Xuan Thanh (né en 1966) fut accusé d’avoir fui à Berlin en Allemagne après avoir causé des pertes massives à hauteur de 4 milliards de VND (environ 145 millions d’ euros) pour l’entreprise publique. Ce héros du travail (récompensé en 2011), aurait provoqué ce trou par des malversations volontaires notamment en plaçant l’argent hors du Viêt-Nam. Kidnappé en Allemagne par la police secrète vietnamienne et arrêté, il est extradé vers son pays le 23 juillet 2017 pour y être jugé9. Fait notable, membre du PCV, Trinh Xuan Thanh a débuté sa carrière en Allemagne de 1990 et 1995. Fait-il partie de ces « retours de l’Est » qui ont apporté du crédit au Renouveau économique ? Outre cet aspect économique, l’affaire s’avère politique. En effet, avant son départ en Allemagne en septembre 2016, M. Thanh avait demandé expressément de quitter le Parti et ses différentes fonctions soulignant un manque de confiance envers le Politburo actuel et en particulier envers Nguyên Phu Trong le secrétaire général du PCV. Sa demande a été publié dans la presse10 mais aussi sur un blog dissident (voir plus bas).

A partir du lundi 8 janvier, un procès pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences », et « détournement de biens » s’ouvrait à Hanoi avec Trinh Xuan Thanh et neuf co-accusés11. Cependant, décidé à faire entendre sa voix, le principal accusé a plaidé non coupable, mettant en avant le manque de preuves. Néanmoins au cours de cette semaine d’audience la défense de M. Thanh s’est modifié et les médias vietnamiens ont relayé ses regrets et excuses publiques dans le style le plus pur des procès pédagogiques : excuses à Nguyên Phu Trong envers lequel il avait des émis des doutes politiques12. Faire amende honorable c’est aussi tenter de sauver sa peau car la condamnation est lourde : la perpétuité. Or, les excuses de M. Thanh parasitée par sa contestation des faits (il aurait été l’objet d’une manipulation) n’ont pas suffi à réduire considérablement sa peine. Lors d’une seconde audience concernant une autre affaire de corruption (PVP Land) le 5 février 2018, la tribunal populaire de Hanoi inculpa M. Thanh de « détournement de biens » et confirma pour la seconde fois sa condamnation à la perpétuité. Son fils (Dinh Manh Thang), inculpé également, écopa de neuf ans de prison13.

Bùi Thanh Hiếu alias Người Buôn Gió (le vendeur de vent), le célèbre blogueur avec lequel Trinh Xuân Thanh prit contact pour relayer sa décision de quitter le Parti expose sur son blog son sentiment vis-à-vis de l’application du droit vietnamien :

Không có toà án, không có nhà nước, không có luật pháp. Chỉ có bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, đảng trưởng đảng cộng sản là trên hết tất thảy mọi thứ. Tại một phiên toà của nhà nước pháp quyền mà bị cáo xin lỗi một ông đảng trưởng như vậy, lẽ ra phải là nỗi đau và nhục của một đất nước mà mọi giá trị về pháp luật đều thua một ông đảng trưởng một đảng. Thế nhưng lại hân hoan đưa những lời xin lỗi của bị cáo như thế lên báo chí, truyền thông như một thắng lợi?14

Pas de tribunal, pas d’État, pas de loi. Seul le secrétaire général Nguyen Phu Trong, chef du parti communiste, passe avant toute chose. Dans un État respectueux de la loi si un accusé s’excuse de la sorte auprès d’un chef de parti, cela apparaîtrait douloureux et humiliant pour le pays, signifiant que toutes les valeurs juridiques ont été foulées au sol pour le chef d’un parti unique. Faut-il considérer les regrets et les excuses de l’accusé dans les médias comme une victoire ?

En effet, l’important pour le Parti réside dans cet acte de contrition. Il se s’agit pas d’inciter ou de permettre aux journalistes d’enquêter sur l’affaire et ses ramifications, d’investiguer le champ de la corruption dans les hautes sphères de l’État ni même de donner à comprendre le mécanisme qui mène à de telles dérives. Il ne s’agit pas d’un exercice de droit et de justice. Pour l’heure, seules les excuses publiques de « l’accusé » comptent. Le Parti en sera-t-il pour autant sain et sauf ?

FG

[à suivre]

Image « à la une » : Dinh La Thang au tribunal © 2018 Zing / P.D.

Pour en savoir plus, voir les entrées :

Voir aussi le débat de la BBC :

MàJ 05/02/2018.

Notes

  1. Voir le débat à la BBC []
  2. Voir : « Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique« , Mémoires d’Indochine, 25/11/2015 []
  3. , « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 479-500 ; , « ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 451-477 []
  4. VNA, CVN, « Gala saluant le succès du XIIe Congrès du PCV« , Le Courrier du Vietnam, 29/01/2016 []
  5. Voir en ligne : Quy định 102-QĐ/TW 2017 xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm. Un florilège de mesures disciplinaires qui nécessiterait à lui seul un article de recherche []
  6. A titre de comparaison, Lê Thanh Hai (né en 1950), son prédécesseur, était resté à ce poste neuf ans et trois mois, de 2006 à 2015 []
  7. Il gravit encore un échelon dans la structure qui gère l’entreprise à partir de décembre 2008 []
  8. Voir : VNA, « Trinh Xuân Thanh condamné à la perpétuité, Dinh La Thang à 13 ans de prison« , Vietnam +, 22/01/2018 []
  9. Cette affaire souleva les protestations diplomatiques officielles de l’Allemagne. De retour au Viêt-Nam et sous pression policière, Trinh Xuan Thanh avança que son retour était volontaire []
  10. Journal Thanh Niên du 6/09/2016 []
  11. Cf. VNA/CVN, « Le parquet expose ses arguments contre Trinh Xuan Thanh« , Le Courrier du Vietnam, 16/01/2018 []
  12. Trịnh Xuân Thanh hối hận, gửi lời xin lỗi Tổng bí thư, VietnamNet, 17/01/2018 ; Kami, Lời xin lỗi của Trịnh Xuân Thanh, Đinh La Thăng và tư duy của quan chức Cộng sản, RFA Vietnam, 19/01/2018 []
  13. Voir Trịnh Xuân Thanh bị tuyên chung thân lần hai, BBC Vietnamese, 05/02/2018 ; Tiến Nguyên, Tuyên phạt Trịnh Xuân Thanh tù chung thân, Đinh Mạnh Thắng 9 năm tù, Dân Tri, 05/02/2018 []
  14. Voir en ligne : Cháu xin lỗi bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, 19/01/2018 []

Coupe asiatique U23, les futurs héros du Têt 2018 ?

[ndlr] Voici quelques articles sur les héros de la semaine : l’équipe vietnamienne a remporté la demi-finale contre le Qatar lors de la Coupe d’Asie U23… Attendons la finale samedi prochain avec l’Ouzbékistan. Un fait social à suivre.

VNA, Football U23 : le Vietnam demande à la Chine de favoriser l’arrivée des supporters vietnamiens, Vietnam +, 24/01/2018. Une note diplomatique a été ​envoyée à l’ambassade de Chine afin de demander à la Chine de favoriser les vols de Vietnam Airlines et de Vietjet Air transportant des supporters vietnamiens à Changzhou pour assister à la finale du Championnat d’Asie de football U23 opposant le Vietnam à l’Ouzbékistan.

VNA, Football : le Vietnam chavire de bonheur, Vietnam +, 24/01/2018. En battant des géants du sous-continent asiatique et de l’Océanie comme l’Australie, l’Irak et le Qatar – respectivement lors des éliminatoires, des quarts et des demi-finales – pour se qualifier pour la finale du Championnat d’Asie U23, le Onze vietnamien Espoirs a envoyé des millions de Vietnamiens au septième ciel !

VNA/CVN, Les médias internationaux dithyrambiques après la victoire du Onze vietnamien U23, Le Courrier du Vietnam, 23/01/2018. La victoire du Onze vietnamien U23 face au Qatar, candidate au titre de champion de l’Asie U23 2018, pour se qualifier en finale, a secoué les médias internationaux, asiatiques notamment.

JS Grond, Quand le Vietnam s’embrase pour son équipe U23 (vidéo), Europe 1, Sports, 23/01/2014. A la surprise générale, la sélection du Vietnam se retrouve en finale de la Coupe d’Asie U23. Mardi, en Chine, les jeunes joueurs du Sud-Coréen Park Hang-Seo ont accroché le Qatar (2-2), grâce à un doublé de la pépite Nguyen Quang Hai, avant de remporter la séance de tirs au but (4-3).

Un témoignage de Danang :

I am in Da Nang, and I can’t speak to every event of the past 25 years, but I have to imagine the celebration Tuesday night is at the top of the list. I have never seen anything like it. Impromptu parades of motorbikes and trucks clogged every main artery along the Han River and its bridges. The Vietnamese flag was everywhere, not by decree, but in spontaneous, mostly youthful revelry. The streets were filled with a kind of sincere joy almost impossible to describe. There was very little police presence. An old-timer watching from the side walk embraced me and kept shouting, « It’s a revolution! There is nothing the police can do! » (From Da Nang, Ben Quick, American University in Vietnam).

Résultat des courses : après un rude combat sous la neige, le Viêt-Nam s’incline un contre deux buts face à l’Ouzbékistan. La « révolution » a été ajournée.

Illustration « à la une » : © Thuyishere sur Twitter

MàJ 29/01/2018