Archives de catégorie : Actualités Laos

Danielle Tan : Chinese Engagement in Laos [ISEAS – Publication en ligne]

[ndlr] Nouvelle publication en ligne sur le Laos de notre collègue Danielle Tan.

Chinese Engagement in Laos: Past, Present, and Uncertain Future

By Danielle Tan

Executive Summary

  • During the colonial period, Laos welcomed the smallest overseas Chinese communities in Southeast Asia, communities that almost disappeared after the communist forces seized power in Laos in 1975.
  • Yet, this landlocked country shares a long history with China and even experienced a Golden Age thanks to the thriving caravan trade between Yunnan and mainland Southeast Asia. The Greater Mekong Subregion programme, launched by the Asian Development Bank, has revitalized these historical trade routes, causing thousands of Chinese migrants to pour onto the new roads of Laos, channelled through the North–South Economic Corridor linking Kunming to Bangkok.
  • The growing link between Laos and China has alarmed many scholars and development workers, both Lao and foreign; some even speak of a Chinese “shadow state” threatening Lao sovereignty and territorial integrity.
  • It is necessary to go beyond the image of Laos regularly depicted as a weak state, a victim of globalization, and of China in particular, to consider a less passive posture. The paper argues that China’s growing presence is far from eroding the power of the Lao communist regime. Instead, Chinese engagement allows the Lao state to cope with the challenges of globalization and to maintain its power at the same time.
  • The paper will highlight Chinese engagement in Laos throughout history by emphasizing their recurrent patterns of intermediation. Then, it will describe how Chinese networks have become key partners of the Lao state’s development policies. However, rising uncertainties over the neighbouring communist ally’s economic potential may push China to revise its development strategy in Laos.

Sarinda Singh: Upland development in Laos – 2 décembre 2014

[ndlr] Annonce d’une conférence sur le Laos suivie d’une table ronde à la Maison de l’Asie à Paris le 2 décembre 2014.

SarindaSingh

Conférence : Upland development in Laos

par Sarinda Singh

La conférence se tiendra le 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30 à la maison de l’Asie, 22 avenue du président Wilson à Paris 75016 (métro Iéna)

Les populations montagnardes du Laos connaissent actuellement de profondes modifications de leur mode de vie et de leurs moyens de subsistance. Réduction de la pauvreté et promotion de la gestion durable des forêts sont des objectifs gouvernementaux affirmés qui ne trouvent pas de traduction concrète sur le terrain où, bien au contraire, l’exploitation illégale de la forêt et les pratiques agricoles commerciales nouvelles prolifèrent en profitant du manque de gouvernance.

Sarinda Singh présentera en anglais, à l’appui d’un diaporama en français, les résultats de ses études sur le terrain à Savannakhet (Sud Laos) et en dégagera les grandes tendances et leur impact sur l’évolution des populations des hautes terres du pays.

Sarinda Singh est chercheure en anthropologie à l’Université de Queensland en Australie. Titulaire d’un doctorat de l’Australian National University, elle étudie les politiques locales de l’environnement et le développement rural au Laos et dans le nord-est du Cambodge. Ses publications traitent de la gestion des ressources naturelles, notamment forestières, du développement des barrages et du lien entre les rituels religieux et le développement.

Olivier Evrard, ethnologue à l’IRD (UMR Paloc) et Olivier Ducourtieux, maître de conférences à AgroParisTech (UMR Prodig) animeront avec Sarinda SIngh le débat qui suivra.

Programme en ligne PDF : Upland development in Laos

Source : CCL Laos

8 mars 2014 : Issara – l’exil et le souvenir de l’exil [RFI]

© 2014 RFI
© 2014 RFI

[ndlr] A l’occasion de la Journée internationale de la femme, portrait de Issara (le prénom a été changé) par Daryan Kianpour à lire sur RFI : enfance insouciante puis brisée, guerre, camp rééducation, exil, engagement social.

Les bons souvenirs de son enfance sont rares. Issara a très vite été confrontée à la dureté de la vie, trop vite arrachée de l’insouciance de son enfance, au Laos. A 50 ans, toujours hantée par son passé, elle reste optimiste.

« Pour moi, l’exil n’a pas commencé en France. L’exil s’est emparé de la maison, chez moi, quand du jour au lendemain le décor a changé, les gens ont changé et papa est parti ». C’était en 1975 et Issara n’avait que 11 ans. Ce jour-là, de la suavité de l’enfance et de l’école, elle est soudainement jetée dans l’abomination de la guerre,  des troubles politiques et tout ce qu’ils comportent : les camps de réfugiés, la trahison, le mensonge, le mépris. « Ça te construit pour toute ta vie », susurre-t-elle.

Elle boit une gorgée de son chocolat chaud pour bien avaler son émotion. Regard attentif, les cheveux longs et lisses rangés derrière la tête, ses mains étranglent la tasse… pour se réchauffer ou se concentrer. Très pudique, elle est avare de mots pour décrire ses malheurs. Mais elle n’hésite pas à dire sa reconnaissance aux personnes qui l’ont accueillie à son arrivée en France, en 1979.

Lire la suite : RFI, 07/03/2014.

Le Laos doit garantir le retour d’un dirigeant de la société civile victime de disparition [AI]

Logo_AmnestyInternationalLe gouvernement du Laos doit prendre immédiatement des mesures pour garantir le retour sain et sauf de Sombath Somphone, un dirigeant de la société civile qui a très probablement été victime d’une disparition forcée et qui se trouverait entre les mains des autorités, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public jeudi 13 juin 2013.

Ce document, intitulé Caught on Camera, étudie en détail le cas de Sombath Somphone, enlevé il y a six mois, le 15 décembre 2012 dans la soirée, en présence de membres des services de sécurité.

« D’après les preuves dont nous disposons, la conclusion la plus plausible est que Sombath Somphone a été victime d’une disparition forcée, imputable à des agents de l’État, a déclaré Rupert Abbott, chercheur d’Amnesty International sur le Cambodge, le Laos et le Viêt-Nam.

« Il appartient au gouvernement du Laos d’exiger publiquement qu’il soit libéré immédiatement et sans conditions et qu’il puisse rejoindre sa famille sain et sauf.

« Les autorités laotiennes doivent aussi mettre sur pied une nouvelle commission indépendante et la charger d’enquêter sur cette affaire, de veiller à ce que Sombath Somphone revienne sain et sauf auprès des siens et de faire juger, au cours de procès équitables, les personnes présumées responsables de sa disparition forcée.

Aux termes du droit international, on parle de disparition forcée lorsqu’une personne est arrêtée et détenue par des représentants de l’État ou leurs agents et que ceux-ci refusent de reconnaître la détention ou de révéler où se trouve la personne en question, ou ce qu’il lui est arrivé.

La disparition de Sombath Somphone a été enregistrée par une caméra de vidéosurveillance. Lorsque les séquences ont été montrées à la famille, celle-ci a pu les filmer à partir de l’écran.

L’enregistrement montre que Sombath Somphone a été arrêté à un poste de police à Vientiane, la capitale. Quelqu’un est parti au volant de sa voiture après qu’il en est sorti pour parler avec un policier. Trois hommes, dont Sombath Somphone, sont montés dans une camionnette munie d’un gyrophare, qui a suivi une moto dont le passager semblait tirer des coups de feu en l’air.

« Il est très préoccupant de constater que Sombath Somphone a été enlevé alors qu’il se trouvait devant un poste de police au centre de la capitale, et que la police n’a rien fait pour s’y opposer.

« Les propos de la police, selon lesquels la situation est normale, est absurde compte tenu des faits, notamment des coups de feu qui auraient été tirés sur les lieux. »

L’apparente implication des autorités laotiennes dans la disparition est étayée par le fait que la police n’a mené aucune enquête sérieuse sur l’affaire, qu’elle tenterait ainsi d’étouffer.

Les autorités ont rejeté les offres d’assistance venues de l’extérieur, notamment pour analyser les images originales du système de vidéosurveillance.

« Le gouvernement du Laos doit maintenant faire en sorte que Sombath Somphone retourne sain et sauf auprès de sa famille. Tant que ce ne sera pas le cas, les critiques autour de sa disparition ne faibliront pas », a ajouté Rupert Abbott.

Peu de temps avant sa disparition, Sombath Somphone avait réalisé une étude dans tout le pays pour tenter de mesurer le bonheur à travers le Laos. Il avait également participé à la préparation du plus grand événement de la société civile jamais organisé dans son pays, le Forum des peuples Asie-Europe (AEPF), qui s’est tenu en octobre 2012.

Les participants au Forum ont été harcelés et des agents de sécurité ont saisi des exemplaires du document contenant les conclusions de l’étude de Sombath Somphone sur la vision du peuple laotien.

Peu après, le 7 décembre 2012, le gouvernement du Laos a expulsé du pays une femme qui travaillait dans le domaine du développement international, après qu’elle eut mis l’accent sur le peu de place réservé au débat dans le pays, et sur les conséquences de cet état de fait pour ceux qui s’expriment.

« La disparition forcée de Sombath Somphone semble être un maillon dans une chaîne d’événements destinée à réprimer la société civile et à restreindre la liberté d’expression au Laos, a dit Abbott.

« La communauté internationale devrait profiter de toute occasion qui se présente pour exiger des autorités laotiennes qu’elles respectent les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. »

Complément d’information
. Laos: Caught on Camera – The Enforced Disappearance of Sombath Somphone, rapport d’Amnesty International, 13 juin 2013.
. Rapport 2013 d’Amnesty International – Laos.
. On est sans nouvelles d’un Laotien enlevé, action urgente d’Amnesty International, 18 janvier 2013.

PRE01/280/2013
13 juin 2013

Ils ne l’oublient pas : à la recherche de Sombath Somphone

SombathLa disparition de Sombath Somphone, responsable d’une ONG laotienne, le 15 décembre 2012 a soulevé beaucoup d’émotions à Vientiane mais également sur le plan international. De nombreux articles ont été publiés depuis ce jour pour tenter de comprendre ce qui est aujourd’hui considéré comme un enlèvement par la police. La presse en langue française a consacré plusieurs articles sur cette mystérieuse affaire.

En particulier, Le Petit Journal, édité à Bangkok, d’autres médias nationaux ou des sites militants ont rappelé les conditions de cet enlèvement dans le but d’informer mais aussi de protéger ce militant dans le but de favoriser son éventuel retour.

Nous commençons cet aperçu par le signalement du site Sombath.org dédié à cette personnalité très respectée. Sombath Somphone été l’une des principale figure du Forum populaire Asie-Europe (AEPF) réuni à Vientiane en octobre 2012.

Where is Sombath?

Sombath Somphone was last seen in Vientiane on the evening of Saturday 15th December when he was driving home in his jeep.  His family and friends immediately contacted the police, visited hospitals, and informed Embassies, but nobody knew where Sombath had gone.

Two days later, CCTV footage became available that showed Sombath being stopped by police and then abducted.  The video can be seen here. [voir ci-dessous]

 Sombath is a friend, colleague and a visionary who has spent his life working for his people and country. This website hopes to facilitate his return to his family and work.

Lire la suite : Sombath.

 

A newspaper clipping about missing Lao activist Sombath Somphone. © ABC
A newspaper clipping about missing Lao activist Sombath Somphone. © ABC

 

Laos – Absence inexpliquée d’une figure respectée de la société civile

Depuis samedi 15 décembre, l’absence inexpliquée de Sombath Somphone suscite une inquiétude à la mesure de sa notoriété. Après avoir bénéficié de bourses pour étudier aux États-Unis, ce fils de paysans s’efforçait de promouvoir tant l’éducation des plus défavorisés que de susciter des débouchés pour les productions locales notamment à travers le Centre de formation pour un développement participatif (PDTC) fondé en 1996. Cette organisation est devenue une inspiration pour les organisations non gouvernementales et travailleurs sociaux oeuvrant au Laos qui sollicitaient fréquemment les conseils de Sombath devenu une référence avant même que ne lui soit attribuée une des plus importantes distinctions en Asie, le prix Ramon Magsaysay for Community Leadership. Samedi dernier cette figure de la société civile laotienne n’a pas regagné son domicile dans la capitale laotienne où il était pourtant attendu par son épouse singapourienne.

Lire la suite : Le Petit Journal, 20/12/2012.

 

Laos – La dignité des peuples de l’ASEAN insultée par la disparition de Sombath

C’est à l’échelle de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est que les défenseurs des droits de l’Homme thaïlandais ont désormais choisi d’évoquer la disparition de Sombath Somphone. On est toujours sans nouvelles de ce directeur d’une organisation non gouvernementale laotienne depuis que sa jeep a été stoppée le 15 décembre 2012 devant un poste de police à Vientiane. Selon Jon Ungphakorn, il faut en finir avec le principe de non-ingérence qui préside aux relations entre les membres de l’ASEAN. Et pour Angkhana Neelapaijit, épouse du président de l’association des avocats musulman disparu en 2004 à Bangkok “les cas de Sombath et de mon mari sont similaires: un avertissement à tous ceux qui défendent les droits des autres“.

Lire la suite : Le Petit Journal, 11/01/2013.

 

Laos : le militant Sombath Somphone ne répond plus

Les Laotiens de Vientiane en parlent à mots couverts et en lançant des coups d’œil furtifs autour d’eux. Mais dans cette capitale aux allures de gros village, le nom de Sombath Somphone est présent dans beaucoup d’esprits. Ce militant, qui a créé en 1996 une ONG dans le domaine de la formation et du développement rural, a disparu depuis le 15 décembre. Un clip enregistré par une caméra de circuit fermé et diffusé sur YouTube montre les dernières images que l’on a de lui : un policier en moto lui intime l’ordre de descendre de sa jeep, puis Sombath, encadré par deux hommes, grimpe dans un véhicule utilitaire.

Lire la suite : Libération, 16/01/2013.

 

Laos: Où est Sombath Somphone?

Sombath Somphone, économiste et formateur sur le développement laotien, a été vu pour la dernière fois le 15 décembre 2012. Un mois après sa mystérieuse disparition, ses amis et partisans du monde entier demandent au gouvernement laotien d’intensifier les recherches pour le retrouver.

Sombath Somphone a été vu pour la dernière fois à Vientiane dans la soirée du samedi 15 décembre alors qu’il rentrait chez lui au volant de sa jeep. Sa famille et ses amis ont tout de suite averti la police, fait le tour des hôpitaux et informé les ambassades, mais personne ne savait où était Sombath.

Deux jours plus tard, des images sur CCTV (chaîne d’information chinoise) montraient Sombath arrêté par la police et enlevé.

Sombath a créé le Centre Participatif de Formation au Développement au Laos et son travail d’une vie entière sur l’éducation et le développement local a été reconnu par le prix Ramon Magsaysay qui lui a été décerné en 2005. Ce prix est l’équivalent asiatique du Prix Nobel pour le leadership communautaire.

Lire la suite : AlterAsia, 20/01/2013.

 

Sombath, le disparu de Vientiane

Depuis bientôt trois mois, Sombath Somphone, 62 ans, personnalité éminente de la société civile du Laos, militant écologiste et de la cause du développement durable, figure mondialement reconnue par ses pairs comme incarnant la voix déterminée des paysans les plus pauvres de son pays, a disparu. Le 15 décembre 2012, il a pris sa voiture et s’est évaporé.

Les dernières images que l’on a peut-être de lui sont celles, floues, de caméras de surveillance filmant un homme qui pourrait être Sombath à un poste de police où il venait de s’arrêter pour montrer ses papiers lors d’un contrôle sur une grande avenue de Vientiane, la capitale du Laos.

Lire la suite : Le Monde, 08/03/2013, par Bruno Philip.

 

Training for youth and development workers © Sombath.org
Training for youth and development workers © Sombath.org

 

Laos – La disparition de Sombath déclenche l’angoisse de la société civile

Un mois après la disparition mystérieuse du militant Sombath Sompone, la société civile du Laos vit dans la peur bien que le régime communiste assure qu’il n’a rien à voir avec les faits.

Cet homme de 62 ans, fondateur de l’organisation non gouvernementale Participatory Development Training Centre (PADETC), militant pour un développement durable, a disparu à Vientiane le 15 décembre dernier alors qu’il rentrait chez lui en voiture.

Des images de cameras de surveillance, obtenues par la famille de Sombath et mises en ligne sur Internet, le montrent se faire emmener depuis un poste de police par deux individus non identifiés. Il n’a pas réapparu depuis.

Lire la suite : Le Petit Journal, 18/03/2013.

 

Laos: John Kerry exige des explications sur la disparition d’un militant de la société civile

Cent jours exactement après la disparition au Laos du militant Sombath Somphone, le secrétaire d’Etat américain John Kerry est directement intervenu auprès des autorités laotiennes pour exiger des explications sur son sort. C’est la seconde requête des Etats-Unis auprès de Vientiane sur cette affaire.

Lire la suite : RFI, 25/03/2013.

 

Disparition de Sombath Somphone au Laos – Les Etats-Unis haussent le ton

Le secrétaire d’État américain aux Affaires étrangères a demandé au gouvernement laotien de retrouver sans délai un directeur d’ONG disparu voici 100 jours.

Les proches de Sombath Somphone sont sans nouvelle de lui depuis le 15 décembre. Ce directeur d’ONG spécialisée dans le développement durable a disparu à Vientiane alors qu’il rentrait chez lui au volant de sa jeep. Des images de vidéo-surveillance ont montré son véhicule garé devant un poste de police, et Sombath Somphone emmené par deux hommes dans une autre voiture. Des organisations de défense des droits de l’homme telles que Human Rights Watch accusent le gouvernement laotien d’être à l’origine de cette disparition. Ce que celui-ci nie farouchement.

Lire la suite : Le Petit Journal, 26/03/2013.

 

Pour en savoir plus :

* * *

Young Laotians Highlight Legacy of Unexploded Bombs

[ndlr] Le Laos, petit pays enclavé entre le Viêt-Nam et la Thaïlande, a payé un prix très fort pendant la Seconde guerre d’Indochine. Durant cette période, peu de gens savent que le Laos a été le pays le plus bombardé au monde. En particulier, le sud du pays a essuyé une pluie de feu lorsque les Américains décidèrent de tenter de détruire la Piste Ho Chi Minh entre 1964 et 1973. Les conséquences de ce désastre humain et écologique se font sentir jusqu’à aujourd’hui car de nombreuses bombes non explosées poursuivent leur tâche mortelle. Rappel de cette réalité par deux jeunes laotiens en mission aux Etats-Unis.

ThoummySilamphan
Thoummy Silamphan in a video grab from YouTube © Legacies of War

Two young Laotians are touring the U.S. to educate Americans on the dangers of unexploded bombs dropped on their country by the U.S. during the Vietnam War and to raise funding for the removal of these dangerous explosives.

Thoummy Silamphan, 26, who lost a limb to unexploded ordinance, and Manixia Thor, a 25-year-old leader of a female bomb clearance team, joined Washington-based nongovernmental organization Legacies of War on its “Voices of Laos” tour across a dozen cities.

The U.S. military dropped two million tons of bombs on Laos over a nine-year period up to 1973 while attempting to disrupt the Vietcong supply line known as the Ho Chi Minh Trail during the Vietnam War.

Experts estimate that about 30 percent of cluster bombs failed to explode after they were dropped from high-flying U.S. aircraft over Laos and that much of the country’s northern region and its eastern border with Vietnam remain contaminated with the explosives.

“To this day there are 600 living survivors of UXO [unexploded ordnance] explosions and many of them are children, Thoummy told RFA’s Lao Service in an interview last week.

“Of the 600 survivors, less than 100 have received any aid and are in desperate need of it,” he said.

The Voices of Laos tour kicked off on April 3 in New York when the United Nations marked the International Day of Mine Awareness and Assistance in Mine Action.

Funded by the U.S. State Department, the trip has taken the two young Lao speakers through California, Oregon, Washington, and Minnesota, and culminates in the U.S. capital on April 30—the anniversary of the end of the Vietnam War.

They have held discussions along the way on how individuals and communities in Laos are affected by unexploded Vietnam War-era ordnance and bombs, how the problem is being addressed in the country, and ways in which people in the U.S. can help to clear Laos of bombs and support survivors of accidents.

Lire la suite : Radio Free Asia, 23/04/2013. Reported by Manichanh Phimphachanh for RFA’s Lao Service. Translated by Manichanh Phimphachanh. Written in English by Joshua Lipes.

Le Laos fait son entrée à l’OMC

Emblem_of_LaosPlus de 15 ans après avoir présenté sa demande d’accession, le Laos deviendra officiellement samedi [02/02/2013] le 158e membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Pays pauvre, dirigé depuis 1975 par le Parti communiste, le Laos (ou République démocratique populaire lao) a dû mettre en œuvre de sérieuses réformes de son économie et de ses institutions avant d’être admis au sein de l’OMC. Le renforcement de la gestion des finances publiques a entre autres été mis en branle, ainsi que l’amélioration du système bancaire. L’ouverture de la Bourse de Vientiane en 2010, où les entreprises d’État ont été introduites, a entériné le passage à une économie de marché.

Avec une population de 6 millions d’habitants et un PIB qui a atteint 8,3 milliards de dollars américains en 2011, soit 320 $US par habitant, le Laos connaît une croissance forte et constante depuis près de 20 ans, qui se situe en moyenne entre 6 % et 8 %. Pour 2013, la Banque asiatique de développement prévoit une croissance de 7,9 % pour le pays.

Cette croissance est alimentée par l’augmentation des investissements étrangers, qui sont passés de 300 millions de dollars en 2005 à 1,5 milliard en 2011, selon des chiffres de la Banque mondiale. Ces investissements sont toutefois dans une proportion de 80 % orientés vers les secteurs de l’hydroélectricité et des mines.

Ainsi, le barrage de Nam Theun 2, construit par Électricité de France au centre du pays, vend 90 % de l’énergie qu’il génère à la Thaïlande, rapportant 80 millions de dollars par an à l’État laotien depuis 2010.

Par ailleurs, le secteur des services affiche une croissance importante, notamment grâce au tourisme. L’exploitation de la filière agroforestière est également priorisée par le pays, qui produit, en plus du bois en quantité, du maïs, du riz, de la canne à sucre, du caoutchouc, du manioc, du soja et du café.

Pourtant, malgré la forte croissance économique observée ces dernières années, le sous-développement du pays demeure. Cette situation s’explique par l’avènement d’une économie fortement tournée vers le marché extérieur, qui profite peu à la population.

De plus, la dette publique est élevée, à environ 55 % du PIB, le secteur bancaire reste fragile compte tenu d’une capitalisation insuffisante et le pays connaît un niveau élevé de corruption.

Avant l’OMC, le Laos a adhéré à la Zone de libre-échange de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et à la Communauté économique de l’ASEAN.

Source : Radio Canada, 02/02/2013.

Voir aussi :