Archives de catégorie : Actualités Cambodge

App-learning on Khmer Rouge History – 25 juillet 2017 – Bophana Center

[ndlr] Annonce du Centre Bophana à Phnom Penh.

App-learning on Khmer Rouge History

Dear Sir/Madam,

You are cordially invited to the Inauguration Ceremony of the educational smart-device application created in the framework of “App-learning on Khmer Rouge History” by Bophana Center. The ceremony will be held on Tuesday, July 25th, 2017 at 5 p.m. at the Bophana Center. At the ceremony and onwards, you can download the created application for free of charge.

Please RSVP to the invitation below by email to: communication@bophana.org

We look forward to welcoming you!

Sincerely yours,
Bophana Center

Patrick Heuveline : La mémoire des corps : Conséquences sanitaires du régime khmer rouge – Phnom Penh, 4 avril 2017

[ndlr] Annonce d’une prochaine conférence à Phnom Penh dans le cycle des Conférences « Temps, Espace, Mémoire » IRASEC organisé par Anne Yvonne Guillou, anthropologue CNRS / IRASEC, Phnom Penh, 4 avril 2017.

La mémoire des corps : Conséquences sanitaires du régime khmer rouge

Patrick Heuveline, Professeur au département de Sociologie à l’UCLA


Mardi 4 avril à 18h30


Conférence en français traduite en khmer et en anglais
Entrée libre

Les rations alimentaires distribuées durant le régime khmer rouge aux groupes de population déportés étaient insuffisantes au vu des dépenses physiques liées au travail forcé et ont conduit à une malnutrition généralisée. L’invasion vietnamienne qui a chassé les Khmers Rouges du pouvoir a aussi perturbé la récolte et, avec des stocks de nourriture réduits, une famine s’en est suivie. Les preuves les plus flagrantes de ces effets de la malnutrition ont été réunies à propos des famines en Europe aux 19e et 20e siècles. Toutefois, le Cambodge présente un cas très différent de celui des pays européens.

Source : Institut Français Cambodge

Institut français du Cambodge
218 rue 184 – BP 827 – Phnom Penh
T: +855 (0) 23 213 124 / 125

Vong Sokheng : French responsible for Viet migration, says Hun Sen [Phnom Penh Post]

[ndlr] Sortie remarquée du Premier ministre cambodgien sur les migrations de Vietnamiens au Cambodge. Article de . L’information a été reprise par une partie de la presse vietnamienne.

Prime Minister Hun Sen said yesterday he was not responsible for the presence of Vietnamese people in Cambodia, explaining that many immigrants put down roots here after the French colonial authorities brought them in to work on their rubber plantations.

A fluent speaker of Vietnamese, Hun Sen was installed in power during Vietnam’s occupation of the country in 1985 and has battled claims of subservience to the country’s historical enemy, including turning a blind eye to rampant illegal immigration.

During a speech in Tbong Khmum province, which borders Vietnam and has long had one of the country’s highest concentrations of rubber fields, Hun Sen called on younger generations to educate themselves on the history of migrations from Vietnam.

“The Vietnamese people did not come and live in Cambodia during the present time; the French brought them here,” Hun Sen said after officially unveiling a new paved road in the newest province.

Lire la suite : The Phnom Penh Post, 03/11/2016.

Voir également :

Images « à la une » : Hun Sen, le Premier ministre du Cambodge © Reuters (vue sur Tuoi Tre).

 

L’Asie du Sud-Est 2016 [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique.

L’Asie du Sud-Est 2016

Bilan, enjeux et perspectives

ASE2016_couvDirigé par Abigaël Pesses
Les Indes Savantes – Irasec, Paris – Bangkok, janvier 2016, 456 p.
ISBN : 978-2-84654-444-3

Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année 2015, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l’année 2016 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts, L’Asie du Sud-Est 2016 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée sur chacun des onze pays de la région, L’Asie du Sud-Est 2016 propose quatre dossiers et un débat sur des sujets d’actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie par pays des événements des douze derniers mois ainsi qu’un répertoire des principaux partis politiques en Asie du Sud-Est.

Sommaire

Les dossiers de l’année

  • L’Asean peut-elle transformer l’Asie du Sud-Est en région intégrée ? (Bruno Jetin)
  • La Chine en Asie du Sud-Est : entre pré carré et rivalités géopolitiques grandissantes (Barthélémy Courmont, Frédéric Lasserre et Éric Mottet)
  • L’Inde et l’Asie du Sud-Est, une relation proche mais lointaine (Jean-Raphaël Chaponnière)
  • Les zones communes de développement : une solution en mer de Chine méridionale ? (Nathalie Fau)

Débat

  • Appropriations politiques des rôles féminins en Asie du Sud-Est (Sarah Anaïs Andrieu, Élodie Coffre et Abigaël Pesses)

La région

  • Birmanie (Bénédicte Brac de la Perrière)
  • Brunei (Marie-Sybille de Vienne)
  • Cambodge (Julie Blot et Anne Yvonne Guillou)
  • Indonésie (Jean-Marc de Grave)
  • Laos (Éric Mottet)
  • Malaisie (Elsa Lafaye de Micheaux)
  • Philippines (François-Xavier Bonnet)
  • Singapour (Éric Frécon)
  • Thaïlande (Jean Baffie)
  • Timor-Leste (Christine Cabasset)
  • Vietnam (Laurent Gédéon et François Guillemot)

Annexe

  • Répertoire des principaux partis politiques  en Asie du Sud-Est (François Vezier)

Source : IRASEC

Cambodge : une cité perdue antérieure à Angkor [SciencePost]

[ndlr] Signalement d’un article.

Des archéologues ont découvert dans la jungle du Cambodge une cité perdue du nom de Mahendraparvata, une ancienne cité khmère plus ancienne que la célèbre cité d’Angkor.

Depuis 2013, une cité khmère est fouillée dans la jungle du Cambodge. Cette dernière a été découverte par Damian Evans, un archéologue australien collaborant avec l’École française d’Extrême-Orient, avec l’aide de Jean-Baptiste Chevance, directeur de la Fondation Archéologie et Développement basée à Siem Reap, ville touristique comptabilisant 4 millions visiteurs chaque année.

Lire la suite : Science Post, 23/01/2016.

Image « à la une » : Lidar Scan / Carte du site de Mahendraparvata, révélée par la technologie LIDAR (Capture d’écran YouTube)

Cambodge : nouvel exil pour le chef de l’opposition menacé d’emprisonnement [Le Monde]

[ndlr] Retour des tensions et violences politiques au Cambodge. Nouvel exil pour le chef de l’opposition. Article de François Bougon, chef adjoint au service International.

Pour le chef de l’opposition cambodgienne, Sam Rainsy, c’est un scénario bien connu. Pour la quatrième fois dans sa carrière, il a choisi le chemin de l’exil pour échapper à la prison. La fois précédente, cela avait duré quatre ans, entre 2009 et 2013. « En France, pays de Victor Hugo et de Charles de Gaulle, beaucoup se sont exilés et ont attendu des jours meilleurs », explique au Monde Sam Rainsy, dans son appartement parisien.

Nouvelle illustration de la dégradation du climat politique après plus d’un an d’une ouverture timide dans cette démocratie particulière, la justice a ressorti une vieille affaire de diffamation puis l’a accusé de complicité de « complot », ce qui pourrait l’envoyer derrière les barreaux pendant plus de dix ans. Le jour même où il devait reprendre l’avion en direction du Cambodge depuis la Corée du Sud, le Parlement levait son immunité parlementaire. Mardi 1er décembre, un tribunal de Phnom Penh a convoqué Sam Rainsy pour un nouveau dossier de diffamation.

La fin de la « culture du dialogue »

Lire la suite : Le Monde, 07/12/2015.

Des rats géants entraînés à jouer les démineurs [Ouest-France]

[ndlr] Reportage insolite à lire sur le Cambodge, terre à déminer pour des décennies.

Le Cambodge figure parmi les pays les plus affectés au monde par les mines. Plus de 64 000 blessures causées par des mines terrestres et autres restes d’explosifs de la guerre ont été recencées dans ce pays depuis 1979 causant plus de 25 000 amputations. Pour aider au déminage, les autorités élèvent… des rats géants.

Lire la suite : Ouest-France, 10/07/2015. Reportage de Georges Nickels, correspondant au Cambodge.

Image « à la une » : © Georges Nickel / Transterra Media

Retour sur une illusion (projection)

Six lycéens suisses rencontrent Ong Thong Hoeung et son épouse Bounnie, un couple de Cambodgiens âgés, qui ont survécu à l’enfer du régime des Khmers rouges. Encadrés par les réalisateurs, ils apprennent peu à peu à connaître Ong et Bounnie et découvrent comment l’amitié et la confiance peuvent devenir des outils pour comprendre l’Histoire. Un récit touchant sur le devoir de mémoire.

RetourSurUneIllusion

Un film de Elena Hazanov & Claudio Recupero
 (Association Façonneurs de Mémoire)
Cinéma – Documentaire – 73 min – DCP

Source : Visions du réel

Les maux du Cambodge dans le rétroviseur de Rithy Panh – par Frédéric Burnand, Genève

[ndlr] Il y a 40 ans, les Khmers rouges entraient dans Pnom Penh. Entretien avec le cinéaste Rithy Panh. A lire en ligne.

Il y a 40 ans, les jeunes maquisards communistes de Pol Pot instaurent leur régime de terreur et de mort par la prise de Phnom Penh. Cinéaste de la mémoire cambodgienne, Rithy Panh revient sur cette tragédie et son dernier film présenté en première mondiale à Genève le mois dernier.

RithyPanhmars2014
Rithy Panh © 2015 Frédéric Burnand/Swissinfo

Lire l’entretien : Swissinfo, 16/05/2015.

 

17 avril 1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir au Cambodge

Flag_DemocraticKampuchea.svg[ndlr] Rappel d’une des dates les plus sombres de l’histoire du Cambodge contemporain : 17 avril 1975, les Khmers rouges victorieux après cinq ans de guerre civile investissent Phnom Penh et vident la ville de ses habitants. Ceux que les Khmers rouges nomment « les 17 avril », « le peuple nouveau », urbanisé, intellectuel et commerçant, vont disparaître lors d’une brutale épuration politique et sociale qui doit façonner le Kampuchéa Démocratique de Pol Pot.

 


1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir… par Monde-contemporain

Le 17 avril 1975, après cinq ans de guerre civile, les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge. C’est la fin du gouvernement pro-américain du maréchal Lon Nol. Les Khmers rouges menés par Pol Pot s’emparent du pouvoir et instaurent un régime répressif qui provoquera des centaines de milliers de morts. L’évacuation des villes, la collectivisation et les travaux forcés, les exécutions de masses conduisent à un véritable génocide du peuple cambodgien.

Commentaire & réalisation : Jakob Schlüpmann  –  © 2010

Source : Aleph99.info