Archives de catégorie : Articles / Billets

Udaya. Journal of Khmer Studies n°15 [parution]

L’Association des Amis de Yosothor présente : 

Le dernier numéro de la revue Udaya – Udaya. Journal of Khmer Studies n°15, Ang Chouléan & Ashley Thompson (eds.) – est disponible en ligne en cliquant sur le lien suivant :  

https://www.yosothor.org/udaya/No-15-2020.html

Couverture et table des matières :

Commémorations officielles du quarantième anniversaire du renversement du régime des Khmers Rouges – Marine Bruder

Le 7 janvier 1979, l’armée des volontaires du Vietnam accompagnée du Front Uni du Salut National du Cambodge, un agrégat des différents mouvements de résistance cambodgienne, s’emparent de la capitale Phnom Penh aux mains de l’ennemi depuis « 3 ans, 8 mois et 20 jours ». Le régime génocidaire de Pol Pot ayant « provoqué la submersion et la destruction de la nation cambodgienne sous toutes ses formes » se délite mais persévère dans sa conquête du pays dans l’ombre.

La Guerre civile qui suit le renversement des Khmers rouges perdure pendant près d’une dizaine d’années, or le Vietnam dès lors au commandement souhaite imposer l’ordre et réunir cette nation terrifiée, souffrante et victime auprès d’une idéologie unique. Le clivage de la société est critique et les enjeux sont de tailles. Aux yeux du pouvoir vietnamien, le retour à l’ère du communisme des Khmers rouges signerait l’arrêt de mort de ce pays aux millénaires de traditions et coutumes. Cette jeune République Populaire du Kampuchéa n’a donc que d’autres choix l’instrumentalisation de la mémoire de cette nation. Les horreurs de ce génocide doivent être énoncées haut et fort pour que le peuple ne puisse oublier, pour que la nation se batte auprès de ceux qui rétablissent la justice.

Des lieux de cultes émergent des cendres des victimes : la prison S-21 espace clos des tragédies accueille et exhibe les ossements des ennemis de Pol Pot. Des sanctuaires s’animent auprès des sépultures disséminées dans l’ensemble du pays, des tribunaux populaires se réunissent pour juger les crimes du régime, des commissions d’enquêtes sont réalisées afin de rapporter les témoignages et les récits les plus poignants de cette sombre ère du Cambodge. De cette politique mémorielle deux dates sont choisies afin de convier le peuple dans son entièreté à célébrer la victoire dite « triomphante » du Vietnam et de la Résistance et se remémorer les pires atrocités commises. Le 7 janvier et le 20 mai deviennent ces deux dates officielles pour se souvenir du passé, en tirer des leçons et construire un avenir glorieux et prospère au Cambodge. Quarante ans plus tard, le peuple se souvient.

Lire l’ensemble du texte (PDF) :

Marine Bruder, étudiante en Master 2 ASIOC, a récemment effectué un stage en tant qu’assistante de recherche à l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC) basé à Bangkok. Intéressée par la géopolitique maritime asiatique, son mémoire de master propose une analyse des cadres de résolutions applicables aux conflits en mer de Chine méridionale.

Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales : CR de lecture de Vincent Leclair

Nelcya Delanoë et Caroline Grillot, Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales, Paris, L’Harmattan, 2020. Compte-rendu de lecture de Vincent Leclair.

Douze années. Douze années d’enquête sont concentrées dans ce petit livre original et haletant signé Nelcya Delanoë et Caroline Grillot. Une plongée dans les méandres de vies composées-décomposées-recomposées au gré de la dislocation puis du réagencement de ce qui fut l’Empire français et la colonisation.

Les deux autrices, Nelcya Delanoë (Poussières d’empires, Paris, PUF, 2002), historienne de la génération de 1968 qui arpente le monde depuis son enfance et l’ethnologue Caroline Grillot (Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite, ou re-socialisées : les “fiancées” vietnamiennes en Chine, Paris, IRASEC, 2010), chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale et spécialiste de l’antimonde et de l’apiculture Chinois, livrent dans ces 150 pages les fruits polymorphes d’un long travail composé de tours, de retours et de détours entre le Maroc, le Vietnam et la France, autant de circulations qui donnent à voir les complexes entrelacs existentiels de la génération des enfants de soldats marocains du Corps expéditionnaire français d’Extrême Orient (1945-56) qui désertèrent pour rallier le Viêt Minh.

L’ouvrage est original car polyphonique et buissonnant, ce que souligne la préface de François Guillemot, spécialiste de l’histoire du Viêt Nam. L’écriture à quatre mains relate le parcours de Dung, l’héroïne, femme vietnamienne née de la rencontre d’un soldat marocain du Corps Expéditionnaire Français en Extrême Orient (troupes envoyées en Indochine de 1946 à 1954) puis rallié au Viet Minh. Rappelons qu’environ un quart des troupes du CEFEO était composé de soldats algériens, tunisiens et marocains.

Lire la suite : https://clio-cr.clionautes.org/casablanca-hanoi-une-porte-derobee-sur-des-histoires-postcoloniales.html

Nhà văn Nguyễn Huy Thiệp qua đời, văn đàn Việt Nam ‘lòng buồn không tả nổi’

Annonce du décès du grand écrivain Nguyên Huy Thiêp décédé le 20 mars 2021 à l’âge de 72 ans.

Nhà văn Nguyễn Huy Thiệp qua đời, văn đàn Việt Nam ‘lòng buồn không tả nổi’

TTO – Theo tin từ anh Nguyễn Phan Khoa – con trai nhà văn Nguyễn Huy Thiệp – Nguyễn Huy Thiệp vừa qua đời lúc 16h45 hôm nay, ngày 20-3 tại nhà riêng sau một thời gian chống chọi với bệnh đột quỵ. Ông hưởng thọ 72 tuổi.

Lire la suite : https://tuoitre.vn/nha-van-nguyen-huy-thiep-qua-doi-van-dan-viet-nam-long-buon-khong-ta-noi-20210320171138752.htm


Voir aussi :

Vĩnh biệt nhà văn Nguyễn Huy Thiệp, một đời nghèo nhưng văn chương huy hoàng : https://tuoitre.vn/vinh-biet-nha-van-nguyen-huy-thiep-mot-doi-ngheo-nhung-van-chuong-huy-hoang-202103202002121.htm

« Pourquoi Buffle est devenu Bœuf ? » par Nguyễn Tấn Hưng

La dénomination traditionnelle de la 2ème année du cycle duodécimal du calendrier lunaire chinois, qui va débuter bientôt, est 丑 年 (ChŎu nián en pin yin ou Sửu niên en sino-vietnamien).

On l’appelle aussi plus populairement (Niú  nián en pin yin ou Ngưu niên  en sino-vietnamien, ou năm Trâu en vietnamien), comme le montre la couverture de ce calendrier chinois de 2021 :

Dans le passé pas si lointain, tout le monde savait qu’il s’agit de l’Année du Buffle. C’est ce qu’on voit, par exemple, sur ce timbre français de 2009, la dernière année ayant ce signe zodiacal :

Mais maintenant, presque tous les media occidentaux ne parlent que de « l’Année du Bœuf » (ou « Year of the Ox » en anglais).

Au niveau linguistique, ce n’est pas complètement faux, car le caractère désigne à la fois un bovin (sans précision du genre) et le buffle (Anthony Trần Văn Kiệm, p. 670).

Quant à la traduction de Sửu (), les dictionnaires traditionnels, tels que ceux d’Alexandre de Rhodes, de Lê Khả Kế – Nguyễn Lân, d’Anthony Trần Văn Kiệm (voir ci-dessous), sont unanimes pour dire que ce signe du zodiaque chinois est symbolisé par le buffle.

Ainsi nous, Asiatiques de culture sinisée, ne comprenons pas la dénomination « Année du Bœuf », car le bœuf est un animal castré incapable de procréer, alors que le buffle est, avant l’arrivée des motoculteurs, l’auxiliaire précieux, voire indispensable, des planteurs de riz.

Est-ce que ce non-sens culturel est dû à l’utilisation sans discernement des traducteurs numériques pour traduire le caractère qui signifie à la fois bovin (bœuf, vache, taureau) et buffle ?

Nguyễn Tấn Hưng

Bibliographie

  • Alexandre de Rhodes, Dictionarium annamiticum, lusitanum, et latinum, Rome, 1651, colonne 287).
  • Lê Khả Kế – Nguyễn Lân, Dictionnaire viêtnamien – Français, NXB Khoa Học Xã Hội, Hanoi, 1994, pp. 976 et 1255.
  • Anthony Trần Văn Kiệm, Giúp đọc nôm và Hán Việt, NXB Thuận Hóa, Huế, 1999, pp. 670 et 786.

Illustration « à la une » : Source : https://cuahangbaoholaodong.com © DR

David Brown : Vietnam Party Congress – Better Being Red than Right

Signalement de l’analyse politique de David Brown sur le congrès national du Parti communiste vietnamien qui s’est clôturé le 1er février 2021.

The 13th Congress of the Vietnamese Communist Party adjourned at last on February 1. The eight-day meeting – closed to outsiders except for the opening and closing ceremonies – wound up a year of intense internal politicking. Delegates ratified pre-cooked lists of leading cadres, the men and a handful of women who will populate the 200-member Central Executive Committee and its standing committee, the 18-member Politburo. And, of course, they acclaimed Nguyen Phu Trong’s agreement to stay on as the party’s general secretary.

The foreign journalists who’d parachuted in for the congress and spent most of their time in Hanoi soaking up local color at last had something to report – the 76-year-old Trong had been reelected for an unprecedented third term (cue stormy applause). They filed their copy and headed for the airport. Nearly 1,600 delegates, representing 5.1 million party members in party units spread over Vietnam’s 64 cities and provinces, scooted for home as a flare-up of Covid-19 sent Hanoi into lockdown. Vietnam’s domestic media dutifully reported that the 13th Congress had been a brilliant success, but it seems more likely that behind the facade of continuity and stability, this congress mainly papered over a couple of worrisome problems.

Lire la suite : Asia Sentinel. URL : https://www.asiasentinel.com/p/vietnam-party-congress-better-being

Illustration « à la une » : Pham Minh Chinh, le nouveau Premier ministre du Viêt-Nam, désigné au XIIIe congrès du PCV.