Archives de catégorie : Articles / Billets

Khai Nguyen : A democratic revolution has just begun in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Analyse de la situation vietnamienne par le journaliste Khai Nguyen. Pas d’indication de sources pour les données chiffrées.

Massive but orderly protests across the country hint at the beginning of the end of Communist Party rule

On June 7, a group of about 300 ordinary Vietnamese in Phan Ri Cua City of Binh Thuan province formed the first rally against a draft law on special economic zones (SEZ). They had trouble before with an ongoing Chinese thermal power plant investment project in their own province and were opposed to more such Chinese investments.

Two days later, tens of thousands of workers at Pouyuen footwear company in Tan Tao Industrial Park, Ho Chi Minh City, went on strike against the SEZ draft law.

The following day, on June 10, many demonstrations sprung up in other cities throughout the country, including the capital of Hanoi, Nghe An, Da Nang, Khanh Hoa, Dac Lac, Binh Duong, Dong Nai, My Tho, Vinh Long, Kien Giang, and Ho Chi Minh City.

[…]

The government now spends about 82.1% of the national budget to pay salaries to government officials, military, police, 205 public security generals and five million Party members. The remaining 17.9% is earmarked for development investments.

Lire la suite : Asia Times, 08/07/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese protesters shout slogans against a proposal to grant companies lengthy land leases during a demonstration in Ho Chi Minh City on June 10, 2018  © AFP/Kao Nguyen

Dominique Foulon : “Pas de terre à louer pour la Chine” : manifestations sans précédent au Viêt Nam contre les zones économiques spéciales

[ndlr] Signalement d’un article de Dominique Foulon (Carnets du Viêt Nam) sur événements marquants de juin en RSVN.

Début juin (le 10 et le 11) se sont déroulées à travers le pays de multiples manifestations, souvent massives. Elles visaient surtout à protester contre l’intention du gouvernement d’accorder, à des sociétés étrangères opérant dans les zones économiques spéciales, des baux à long terme pouvant aller jusqu’à 99 ans. Présent aussi dans les esprits mais moins sur les affiches et les mots d’ordre des manifestants, le projet de loi qui dès le 1er janvier 2019 modifiera l’accès aux réseaux sociaux.

Lire la suite sur Europe Solidaire Sans Frontières

Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich (eds.) : Traders in Motion. Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace

[ndlr] Parution. Présentation de l’éditeur.

Traders in Motion

Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace
Edited by Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich

With essays covering diverse topics, from seafood trade across the Vietnam-China border, to street traders in Hanoi, to gold shops in Ho Chi Minh City, Traders in Motion spans the fields of economic and political anthropology, geography, and sociology to illuminate how Vietnam’s rapidly expanding market economy is formed and transformed by everyday interactions among traders, suppliers, customers, family members, neighbors, and officials.

The contributions shed light on the micropolitics of local-level economic agency in the paradoxical context of Vietnam’s socialist orientation and its contemporary neoliberal economic and social transformation. The essays examine how Vietnamese traders and officials engage in on-the-ground contestations to define space, promote or limit mobility, and establish borders, both physical and conceptual. The contributors show how trading experiences shape individuals’ notions of self and personhood, not just as economic actors, but also in terms of gender, region, and ethnicity. Traders in Motion affords rich comparative insight into how markets form and transform and what those changes mean.

Ref. : Endres, Kirsten W., and Ann Marie Leshkowich, eds. Traders in Motion: Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace. Southeast Asia Program Publications, Cornell University Press, 2018.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: Space, Mobility, Borders, and Trading Frictions
ANN MARIE LESHKOWICH AND KIRSTEN W. ENDRES

PART I. Space, Place, and Contentious Politics of Market Redevelopment
Introduction: The Spatial Politics of Marketplaces
LINDA J. SELIGMANN

Chapter 1
Making the Marketplace: Traders, Cadres, and Bureaucratic Documents in Lào Cai City
KIRSTEN W. ENDRES

Chapter 2
“Run and Hide When You See the Police”: Livelihood Diversification and the Politics of the Street Economy in Vietnam’s Northern Uplands
SARAH TURNER

Chapter 3
Grand Designs? State Agendas and the Lived Realities of Market Redevelopment in Upland Northern Vietnam
CHRISTINE BONNIN

Chapter 4
Ghost Markets and Moving Bazaars in Hanoi’s Urban Space
GERTRUD HÜWELMEIER

PART II. Circuits of Mobility, Identities, and Power Relations
Introduction: Moving and Shaking
ERIK HARMS

Chapter 5
A Mobile Trading Network from Central Coastal Vietnam: Growth, Social Network, and Gender
HY VAN LUONG

Chapter 6
Money, Risk Taking, and Playing: Shifting Masculinity in a Waste-Trading Community in the Red River Delta
MINH T. N. NGUYEN

Chapter 7
“Strive to Make a Living” in the Era of Urbanization and Modernization: The Story of Petty Traders in a Hanoi Peri-urban Community
NGUYỄN THỊ THANH BÌNH

Chapter 8
Dealing with Uncertainty: Itinerant Street Vendors and Local Officials in Hanoi
LISA BARTHELMES

PART III. Borderwork
Introduction: Constructing, Maintaining, and Navigating Boundaries
CHRIS GREGORY

Chapter 9
Regulations and Raids, or the Precarious Place of Gold Shops in Vietnam
ALLISON TRUITT

Chapter 10
Moralities of Commerce in a Northern Vietnamese Trading Community
ESTHER HORAT

Chapter 11
Fuel Trade: People, Places, and Transformations along the Coal Briquetting Chain
ANNUSKA DERKS

Chapter 12
Arbitrage over the Beilun/Kalong River: Chinese Adjustments to Border Trade Practices in Vietnam
CAROLINE GRILLOT

Afterword
GRACIA CLARK

Contributors:
Lisa Barthelmes, Christine Bonnin, Gracia Clark, Annuska Derks, Kirsten W. Endres, Chris Gregory, Caroline Grillot, Erik Harms, Esther Horat, Gertrud Hüwelmeier, Ann Marie Leshkowich, Hy Van Luong, Minh T. N. Nguyen, Nguyen Thi Thanh Binh, Linda J. Seligmann, Allison Truitt, Sarah Turner.

Source : Cornell University Press

Tin buồn, triste nouvelle – Phan Huy Lê

[ndlr] Message de notre collègue Philippe Papin.

Photo : Philippe Papin

 

Kính gửi các anh chị và các bạn,

Tôi vô cùng thương tiếc và đau đớn báo tin : giáo sư Phan Huy Lê vừa qua đời đêm qua. Với tôi, đây là một tổn thất vô cùng to lớn bởi các bạn đều biết tôi đã từng gắn bó với thầy biết nhường nào. Đối với tôi giáo sư Phan Huy Lê không những là người thầy mẫu mực, một tấm gương để tôi luôn noi theo mà còn là một người bạn mà tôi yêu mến và trân trọng. Tôi xin có vài lời để thông báo tới các bạn tin buồn và tổn thất to lớn này, bởi trong giờ phút đau đớn này tôi quá xúc động để có thể nói được nhiều hơn.

Chers amis,

J’ai la douleur de vous transmettre la terrible nouvelle qui vient de me parvenir : le professeur Phan Huy Lê s’est éteint la nuit dernière. Je suis bouleversé. Vous savez combien j’étais lié à cet homme extraordinaire. Il a été mon professeur, mon maître, un modèle et un ami. Je voulais que vous soyez informés, mais je suis incapable d’en dire davantage tant je suis ému.

Dear Friends,

Professor Phan Huy Lê passed away last night. For me, it is an enormous loss, I am stricken. I was very closely connected to this extraordinary man. He was not only my professor, my mentor, a model for me to emulate but also a friend cherished, loved, and respected. Now, at this moment of pain, I  cannot say more because I am so moved.

Philippe Papin (Directeur d’études à l’EPHE)

Disparition de l’historien Phan Huy Lê (1934-2018)

[ndlr] Une grande perte pour la Vietnamologie, le professeur Phan Huy Lê, célèbre historien et professeur vietnamien, est décédé à Hanoi le samedi 23 juin 2018 à l’âge de 84 ans.

De nombreux chercheurs occidentaux ont simultanément partagé cette triste nouvelle avec la communauté des chercheurs sur le Viêt-Nam, parmi eux : Pierre Asselin (San Diego State University), Hue-Tam Ho Tai (Harvard University emerita), Ben Kerkvliet (Australian National University emeritus), Shawn McHale (George Washington University), Nhung Tuyet Tran (University of Toronto), Philippe Papin (EPHE Paris), Emmanuel Poisson (Université Paris Diderot), Oscar Salemink (University of Copenhagen), Olivier Tessier (EFEO Saigon) et bien d’autres encore.

FG

Voir aussi : Lê Quỳnh, Học giả nước ngoài ‘mang ơn’ GS Phan Huy Lê, BBC Vietnamese, 25/06/2018.

Rappel biographique dans la presse vietnamienne :

Source : © Tuoi Tre

1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », « La marche de la Jeunesse ».

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

« Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain »… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;

Viêt-Nam, une journée de manifestation sans échos

[ndlr] Alors que de nouvelles manifestations à la fois contre le projet de loi sur les trois zones économiques spéciales (ajourné) et contre la loi sur la cybersécurité (adopté), se déroulent dans le pays, un problème de réseau internet a été mis en avant par les autorités vietnamiennes.

Selon ces dernières, la rupture d’un cable sous-marin empêche ou ralentit fortement l’utilisation d’internet en direction de l’international. Personne n’est vraiment dupe sur cette rupture soudaine le 16 juin, un jour avant cette journée de manifestation, comme le souligne le quotidien Nguoi Viet en Californie dont l’envoyé spécial se trouve à Saigon. En 2017, le cable dit AAG, long de plus de 20.000 km reliant le Viêt-Nam à l’Asie du Sud-Est et aux États-Unis a subi 4 ou 5 fois (selon les sources) des ruptures de cet ordre.

Les images qui nous parviennent des différentes paroisses de la province de Ha Tinh démontrent que la mobilisation ne faiblit pas. Partout ailleurs, les forces de sécurité, déployées en nombre, en uniformes ou en civils, ont empêché les manifestants de défiler. De nouvelles stratégies de mobilisation sont étudiées par les protestataires.

FG, MàJ 19/06/2018.

Voir :

Sur les manifestations du dimanche 17 juin 2018, voir la page dédiée sur le site de la BBC, programme en vietnamien :

Vidéos de la grande manifestation dans la paroisse Van Hanh, province de Ha Tinh.

Une pensée pour Bùi Văn Minh (1960-2018)

[ndlr] Notre ami Bùi Văn Minh nous a quitté la semaine dernière le 1er juin à l’âge de 58 ans. Je l’ai connu il y a trente ans alors qu’il était arrivé en France dans la vague des réfugiés boat people. Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et d’Aérotechnique, il était devenu ingénieur chez Renault. Travailleur acharné, il a reçu la médaille d’honneur du travail Argent en 2015, délivrée par la Préfecture du Val-de-Marne. Habité par le Viêt-Nam, Minh a été un des responsables du Comité culturel, organisateur du spectacle du nouvel an lunaire, au sein de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP). Ses funérailles se sont déroulées ce matin vendredi 15 juin 2018 au Crématorium d’Arcueil. Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches. Le sourire d’un jeune homme courageux, on pense à toi.

 

Merci à Hoàng pour la photo ©DR

FG

Vietnam : sur les réseaux sociaux, des images de manifestations violentes contre des Chinois [Le Monde]

[ndlr] Le journal Le Monde et d’autres médias français reviennent sur la situation préoccupante du Viêt-Nam. Résumé vidéographique des manifestations des 9 et 10 juin dernier.

Des centaines de manifestants ont défilé dans plusieurs villes du Vietnam, samedi 9 et dimanche 10 juin. A Hanoï, la capitale, la police a arrêté plus d’une douzaine de protestataires, dimanche. Toutes ces personnes protestaient contre un projet de loi créant des zones économiques spéciales pour les investissements étrangers afin de relancer l’économie dans trois provinces du pays. Dans ces endroits, les contraintes fiscales et administratives seraient moindres que dans le reste du Vietnam. Et selon les manifestants, les premiers bénéficiaires de ces zones ne seront pas les Vietnamiens mais plutôt les investisseurs chinois. Au printemps 2014, déjà, des manifestations contre la Chine s’étaient déroulées au Vietnam dans un contexte de tensions entre les deux pays au sujet des revendications chinoises sur la presque totalité de la mer de Chine méridionale. Le gouvernement vietnamien a décider de reporter le vote de ce projet de loi. Quelques jours plus tard, il a toutefois adopté une loi restreignant les libertés sur les réseaux sociaux et interdisant les appels aux rassemblements publics. (Source : YouTube)

Lire aussi sur la nouvelle loi contrôlant internet :

Benjamin Stora : « L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires »

[ndlr] Entretien intéressant avec Benjamin Stora dans La Marseillaise.

A l’occasion de la retraite universitaire de Benjamin Stora, le Mucem a accueilli cette semaine un colloque international rendant hommage à ses travaux. Mais la venue de cet historien spécialiste de la guerre d’Algérie a déclenché certaines indignations sélectives qui démontrent encore la nécessité de la construction d’un « récit commun ». Dans le but d’établir la vérité des faits et apaiser les mémoires.

Beaucoup de grands historiens on été engagés. Marc Bloch, contre le nazisme, Pierre Vidal-Naquet, Albert Soboul, François Furet ou encore Michelet qui était pour la Révolution française. Me faire le reproche d’être un historien engagé, c’est du coup aussi leur reprocher d’avoir été engagés pour la République, la résistance. L’engagement est une tradition française. A croire que ces gens-là ne connaissent pas l’histoire culturelle française. Il y avait d’ailleurs également des historiens engagés à droite ou l’extrême-droite comme Taine. Il y a un grand historien français engagé à droite, Raoul Girardet, qui était pour l’Algérie française. Il a produit des récits très intéressants sur l’histoire coloniale. Je ne vais pas les nier. Je les regarde même si je ne suis pas d’accord avec lui. L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires. Maintenant, la grande question consiste à approcher au plus près l’aspect scientifique avec les archives, les preuves, la cohérence du récit, donner la parole à tous les points de vue, les confronter… C’est cela le travail de l’historien.

[…]

Lire la suite : La Marseillaise, 02/06/2018.