Archives de catégorie : Articles / Billets

Tìm thấy bản thu âm Vọng cổ hoài lang thập niên 1920

Trouvaille d’un disque 78 tours d’un célèbre titre de théâtre rénové (Cai Luong) dans un musée français. Article en vietnamien.

LTS: Tiến sĩ Nguyễn Lê Tuyên là nhà soạn nhạc, nghiên cứu âm nhạc và nghệ sĩ guitar danh tiếng, có nhiều am hiểu về nghệ thuật đờn ca tài tử và cải lương. Mới đây, ông đã tìm thấy một bản thu âm bài “Vọng cổ hoài lang” của thập niên 1920 trong bảo tàng Pháp. Người Đô Thị trân trọng giới thiệu tư liệu quý hiếm này, cùng bài viết của Tiến sĩ Nguyễn Lê Tuyên gửi riêng cho Người Đô Thị.

Lire l’article : https://nguoidothi.net.vn/bau-vat-nam-bo-vong-cohoai-lang-trong-bao-tang-phap-31501.html

Viêt Nam un cri qui vient de l’intérieur – Projection / débat – mardi 12 octobre 2021

Projection / débat à ne pas manquer. Un regard inédit sur le Viêt-Nam.

François Guillemot (Institut d’Asie Orientale) et Dominique Foulon (Carnets du Viêt Nam)

présentent

Une projection / débat en présence du réalisateur

le mardi 12 octobre au Théâtre Kantor, 18h-21h

Viêt Nam un cri qui vient de l’intérieur (2020)

Un film de André Menras

Le réalisateur André Menras recueille la parole d’une génération de dissidents, de pêcheurs et de paysans vietnamiens en lutte contre les injustices sociales ainsi que contre l’expansionnisme chinois. Ce film politique dénonce les expropriations foncières abusives et l’autoritarisme de l’État-Parti à travers des témoignages peu connus. Tourné de façon clandestine, le film s’attache à mettre en lumière les conflits qui traversent la société vietnamienne tout en questionnant l’évolution politique du pays.

Nguyễn Thế Anh, l’historien sur le fil – par Louis Raymond

Beau portrait d’un grand historien du Viêt Nam par Louis Raymond. A lire sur les Cahiers du Nem.

Nguyễn Thế Anh est un historien du Viêt Nam et de l’Asie du Sud-Est, né en 1936, auteur de plus de 120 publications, livres ou articles. La réalisatrice de films documentaires Florence Tran avait prévu de filmer avec lui une série d’entretiens au cours des mois de juin et juillet 2021, et m’avait proposé d’animer l’un d’eux. J’ai accepté avec d’autant plus d’enthousiasme que ce devait être ma première rencontre avec un auteur aux écrits duquel je ne cesse de revenir. Portrait d’un intellectuel sur le fil, qui a toujours tenté de faire son métier sans faire de la politique, quitte à se retrouver parfois pris entre deux feux.

Lire la suite : http://lescahiersdunem.fr/nguyen-the-anh-lhistorien-sur-le-fil/

Illustration “à la une” : Le professeur Nguyên Thê Anh © 2021 Florence Tran

Do Huu Vi, pionnier de l’aviation militaire

Signalement d’un article de Lina Sankari paru dans le journal L’Humanité dans sa série “Ces invisibles qui font l’histoire de France“.

Premier aviateur vietnamien, le soldat mène les premiers vols de reconnaissance au Maroc. Pendant la Première Guerre mondiale, il survole les lignes ennemies et transmet des informations essentielles.

Timbre à l’effigie de Do Huu Vi (1883-1916) édité en Indochine en 1930.


Son regard dit tout à la fois le sérieux de la mission et l’espièglerie d’un homme à peine sorti de l’enfance. Car l’heure est à l’exaltation. Partout, on s’enthousiasme pour les premiers engins volants et l’armée comprend vite quels profits elle pourrait en tirer. Lui sera le premier aviateur vietnamien. Né le 17 février 1883, issu d’une riche famille de Cholon, près de l’ancienne Saigon, Do Huu Vi réalise des prouesses aux commandes.

Lire la suite : https://www.humanite.fr/do-huu-vi-pionnier-de-laviation-militaire-717229

Illustration “à la une” : photo de l’aviateur Do Huu Vi accompagnée de sa signature. Source : Wikipedia

Udaya. Journal of Khmer Studies n°15 [parution]

L’Association des Amis de Yosothor présente : 

Le dernier numéro de la revue Udaya – Udaya. Journal of Khmer Studies n°15, Ang Chouléan & Ashley Thompson (eds.) – est disponible en ligne en cliquant sur le lien suivant :  

https://www.yosothor.org/udaya/No-15-2020.html

Couverture et table des matières :

Commémorations officielles du quarantième anniversaire du renversement du régime des Khmers Rouges – Marine Bruder

Le 7 janvier 1979, l’armée des volontaires du Vietnam accompagnée du Front Uni du Salut National du Cambodge, un agrégat des différents mouvements de résistance cambodgienne, s’emparent de la capitale Phnom Penh aux mains de l’ennemi depuis « 3 ans, 8 mois et 20 jours ». Le régime génocidaire de Pol Pot ayant « provoqué la submersion et la destruction de la nation cambodgienne sous toutes ses formes » se délite mais persévère dans sa conquête du pays dans l’ombre.

La Guerre civile qui suit le renversement des Khmers rouges perdure pendant près d’une dizaine d’années, or le Vietnam dès lors au commandement souhaite imposer l’ordre et réunir cette nation terrifiée, souffrante et victime auprès d’une idéologie unique. Le clivage de la société est critique et les enjeux sont de tailles. Aux yeux du pouvoir vietnamien, le retour à l’ère du communisme des Khmers rouges signerait l’arrêt de mort de ce pays aux millénaires de traditions et coutumes. Cette jeune République Populaire du Kampuchéa n’a donc que d’autres choix l’instrumentalisation de la mémoire de cette nation. Les horreurs de ce génocide doivent être énoncées haut et fort pour que le peuple ne puisse oublier, pour que la nation se batte auprès de ceux qui rétablissent la justice.

Des lieux de cultes émergent des cendres des victimes : la prison S-21 espace clos des tragédies accueille et exhibe les ossements des ennemis de Pol Pot. Des sanctuaires s’animent auprès des sépultures disséminées dans l’ensemble du pays, des tribunaux populaires se réunissent pour juger les crimes du régime, des commissions d’enquêtes sont réalisées afin de rapporter les témoignages et les récits les plus poignants de cette sombre ère du Cambodge. De cette politique mémorielle deux dates sont choisies afin de convier le peuple dans son entièreté à célébrer la victoire dite « triomphante » du Vietnam et de la Résistance et se remémorer les pires atrocités commises. Le 7 janvier et le 20 mai deviennent ces deux dates officielles pour se souvenir du passé, en tirer des leçons et construire un avenir glorieux et prospère au Cambodge. Quarante ans plus tard, le peuple se souvient.

Lire l’ensemble du texte (PDF) :

Marine Bruder, étudiante en Master 2 ASIOC, a récemment effectué un stage en tant qu’assistante de recherche à l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC) basé à Bangkok. Intéressée par la géopolitique maritime asiatique, son mémoire de master propose une analyse des cadres de résolutions applicables aux conflits en mer de Chine méridionale.

Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales : CR de lecture de Vincent Leclair

Nelcya Delanoë et Caroline Grillot, Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales, Paris, L’Harmattan, 2020. Compte-rendu de lecture de Vincent Leclair.

Douze années. Douze années d’enquête sont concentrées dans ce petit livre original et haletant signé Nelcya Delanoë et Caroline Grillot. Une plongée dans les méandres de vies composées-décomposées-recomposées au gré de la dislocation puis du réagencement de ce qui fut l’Empire français et la colonisation.

Les deux autrices, Nelcya Delanoë (Poussières d’empires, Paris, PUF, 2002), historienne de la génération de 1968 qui arpente le monde depuis son enfance et l’ethnologue Caroline Grillot (Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite, ou re-socialisées : les “fiancées” vietnamiennes en Chine, Paris, IRASEC, 2010), chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale et spécialiste de l’antimonde et de l’apiculture Chinois, livrent dans ces 150 pages les fruits polymorphes d’un long travail composé de tours, de retours et de détours entre le Maroc, le Vietnam et la France, autant de circulations qui donnent à voir les complexes entrelacs existentiels de la génération des enfants de soldats marocains du Corps expéditionnaire français d’Extrême Orient (1945-56) qui désertèrent pour rallier le Viêt Minh.

L’ouvrage est original car polyphonique et buissonnant, ce que souligne la préface de François Guillemot, spécialiste de l’histoire du Viêt Nam. L’écriture à quatre mains relate le parcours de Dung, l’héroïne, femme vietnamienne née de la rencontre d’un soldat marocain du Corps Expéditionnaire Français en Extrême Orient (troupes envoyées en Indochine de 1946 à 1954) puis rallié au Viet Minh. Rappelons qu’environ un quart des troupes du CEFEO était composé de soldats algériens, tunisiens et marocains.

Lire la suite : https://clio-cr.clionautes.org/casablanca-hanoi-une-porte-derobee-sur-des-histoires-postcoloniales.html