Archives de catégorie : Articles / Billets

Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam

Pour accompagner le séminaire, deux fiches concises sur les deux lettrés modernistes du début du XXe siècle.

Inspiration républicaine à l’Ouest pour Phan Châu Trinh (gauche) et Voyage polito-militaire vers l’Est pour Phan Bôi Châu (droite)

Phan Châu Trinh (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’École Libre du Tonkin en 1907 et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays Condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin assigné à résidence Il se rend en France en 1911 et organise le combat anti-colonial De retour au Viêt-Nam en 1925 mais décède un an plus tard Son enterrement donne lieu à de grandes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, Inarne aujourd’hui l’idéal démocratique.

Phan Bôi Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, patriote, révolutionnaire. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial Organisateur du Voyage vers l’Est (Đông Du) au Japon Fonde l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 puis l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 Arrêté en 1925, il est d’abord condamné à mort puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế en 1940. Auteurs de textes historiques. Père du nationalisme révolutionnaire vietnamien.

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 1

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★


Mémoires anticoloniales

Séance 1 : mercredi 26 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Dans un premier temps, nous aborderons la question de la mémoire et de l’espace sociogéographique en péninsule indochinoise (anciens royaumes, « marche vers le sud », conflits). Après un bref rappel des tensions entre mémoire et histoire et du débat dans l’espace public nous nous pencherons sur les différentes formes d’écritures de soi dans cette partie de l’Asie. Nous mettrons enfin l’accent sur la notion de « situations ».

La seconde partie du séminaire dédiée à l’analyse des textes se focalisera sur le Paris anticolonial pour mieux saisir comment la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam s’est organisée hors de l’Indochine (en Asie ou en Europe) et quelles étaient les différentes voies pour accéder à cette indépendance. Nous évoquerons l’itinéraire politique des lettrés modernistes au Japon et l’action du groupe des « Cinq Dragons » à Paris. En particulier la voie réformiste de Phan Châu Trinh sera discutée.

Sources mobilisées :

Phan Boi Châu, « Mémoires de Phan Bôi Châu », traduction et notes de Georges Boudarel, France-Asie / Asia, 194-195, Vol. XII, n° 3-4, 3e et 4e trimestre 1968, p. 26-43 et p. 62-69.

Phan Van Truong : « De l’état d’esprit des Annamites vis-à-vis de la domination française » (p. 37-49), « Le lettré Phan-châu-Trinh et son calvaire » (p. 68-76), dans Une histoire de conspirateurs annamites à paris ou la vérité sur l’Indochine, Montreuil, Éditions L’Insomniaque, 2003. [Note de l’éditeur : « Ces mémoires ont été antérieurement publiés en feuilleton dans La Cloche Fêlée du 30 novembre 1925 au 15 mars 1926 puis par les éditions saïgonnaises Giadinh en 1928 »].

Sources complémentaires :

Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française. Première série : Moeurs coloniales, Paris, Librairie du Travail, [1924].

Nguyen An Ninh, « La France et l’Indochine », Europe, n° 31, 15 juillet 1925, p. 257-277.

Pour accompagner cette séance :

Mémento personnalités sur Mémoires d’Indochine

Brocheux, Pierre, « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945« , article en ligne sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

Goebel, Mickaël, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale, 1919-1939, Paris, La Découverte, coll. Sciences humaines, 2017. Présentation de l’éditeur.

Goscha, Christopher E. « Aux origines du républicanisme vietnamien. Circulations mondiales et connexions coloniales », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 131, no. 3, 2016, pp. 17-35. Article en ligne sur le portail Cairn.

Guillemot, François, « Les Cinq Dragons ou les voies divergentes du républicanisme vietnamien », in Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La découverte / Poche 476, 2018, p. 60-61 (Encadré 1).

Guillemot, François, « Actualité de Phan Châu Trinh (1872-1926) : lutte pour l’intelligence et intelligence de la lutte« , Mémoires d’Indochine, 25 mars 2013.

Phan Châu Trinh & Vinh Sinh (trad.), Phan Châu Trinh and his political writings, Ithaca, N.Y., Southeast Asia Program, Cornel University, Studies on Southeast Asia, 49, 2009. (publié au Viêt-Nam en 2018, voir ci-dessous)

Textes politiques du lettré moderniste Phan Châu Trinh, traduits de l’anglais dans une édition récente parue au Viêt-Nam (NXB Tre, 2018).

Le dissident Tran Huynh Duy Thuc stoppe sa grève de la faim

[ndlr] Depuis le 14 août 2018, soit depuis un mois, le dissident Tran Huynh Duy Thuc, emprisonné dans la province de Nghe An était en grève de la faim.

Le 9 septembre dernier, son père a envoyé une lettre urgente au gouvernement de la RSVN, aux dirigeants de l’État-Parti et aux organisations internationales pour obtenir des informations sur la santé de son fils. Enfin, le 15 septembre, une visite familiale a été autorisée mais la conversation fut obstruée par les autorités policières et rapidement écourtée. L’état de santé de M. Thuc toujours en grève de la faim s’est dégradé. Selon la BBC, il est désormais question d’arrêter cette grève pour une question de survie.

Le 16 septembre, après une nouvelle visite familiale, Tran Huynh Duy Thuc a décidé d’arrêter sa grève de la faim soit au bout de 34 jours. La nouvelle a été annoncée à la BBC par son frère cadet Tran Huynh Duy Tan.

En juillet 2017, Amnesty International exigeait sa libération à travers sa campagne Lettres contre l’oubli. Une nouvelle campagne est lancée pour exiger sa libération. Arrêté en 2009, jugé en 2010, Thuc sera officiellement libérable en 2025. Il a formellement refusé d’être expulsé vers les États-Unis.

FG, MàJ 16/09/2018.

Mobilisation pour la libération de Tran Huynh Duy Thuc © Dan Lam Bao

Source : Dân Làm Báo

Sur le site de la BBC, programme en vietnamien :

Cambodia : CKS Research Fellowships 2019 [Appel à propositions]

[ndlr] Annonce du Center for Khmer Studies pour une bourse de recherche au Cambodge.

CAMBODIA

CKS Research Fellowships 2019:

Call for proposals: Deadline: 15 November 2018

The Center for Khmer Studies (CKS) provides in-country research fellowships for U.S., Cambodian, and French scholars (or EU citizens holding a French degree) and doctoral students on a yearly basis.

CKS Senior Research Fellows are given direct funding for their research, access to CKS resources, and are provided with logistical support and contacts while in Cambodia.

Senior fellowships are open to scholars in all disciplines in the social sciences and the humanities to pursue further research focusing on Cambodia only or Cambodia within a regional context.

Ph.D. fellowships are available for a maximum of 11 months for doctoral dissertation research. Senior long-term (6 to 9 months) and short-term (4 to 6 months or less) fellowships are available for scholars who already hold a Ph.D.

This year, we would like to encourage research proposals related to the following themes. These are not restrictive, and please do feel free to submit proposals addressing any other themes too.

  • Urban sustainability (urban mobility, smart cities, gentrification, cultural preservation, demography and migration, etc.)
  • Environmental protection/environmental sustainability/circular economy/inequalities
  • Mine action and social impact in the ASEAN region
  • Role of youth and arts in Cambodia’s social development
  • Intangible cultural heritage of Cambodia
  • China’s social, economic and/or cultural role/influence in Cambodia
  • Application of behavioral sciences research or technology/social innovation to any of the above topics

For more information, please contact the CKS Director, Mr. Natharoun Ngo, at natharoun.ngo@khmerstudies.org

Source : CKS website http://www.khmerstudies.org/fellowships/overview

L’Humanité : Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné [1932]

[ndlr] Depuis quelques jours, l’itinéraire si particulier du révolutionnaire Nguyên Ai Quôc est de nouveau questionné sur la toile. Celui qui deviendra la Président Hô Chi Minh serait mort à Hong-Kong en 1932 comme le rappelle cet article du journal L’Humanité, publié à l’époque et désormais disponible sur Gallica. Autant dire que cela jette le trouble sur l’itinéraire marqué de zones d’ombre de cette personnalité mondialement connue, qui pris le soin de rédiger par deux fois sa propre biographie sous des pseudonymes. Si le décès de Quôc en 1932 était avéré cela constituerait une révolution à la fois historique et historiographique mais rien n’est moins sûr. Ce dossier aux allures de « théorie du complot » remue la blogosphère vietnamienne depuis dix ans lorsqu’un chercheur taïwanais publia en 2008 une biographie controversée et contestée sur Hô Chi Minh/Nguyên Ai Quôc affirmant qu’il s’agissait de deux hommes différents. Qu’en pensent les biographes renommés (Pierre Brocheux, William Duiker, Daniel Hémery, Sophie Quinn-Judge…) ? L’Humanité a-t-il publié un démenti plus tardif ?

Seule l’ouverture des archives vietnamiennes (et éventuellement chinoises) accompagnée de la liberté académique dans ces deux pays permettront d’éclairer les zones d’ombre qui jalonnent l’itinéraire de ce personnage historique.

Avec le recul et la prudence nécessaires, nous proposons aujourd’hui ce document-source étonnant comme contribution à l’histoire.  

L’Humanité du vendredi 19 juin 1931 (28e année, n° 11875) rapporte l’arrestation de Nguyên Ai Quôc à Shanghai. Il s’agit en réalité de Hong Kong. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Les impérialismes solidaires

Les Anglais arrêtent à Shanghaï le révolutionnaire annamite N’Guyen Aï Quoc

Les dépêches annoncent que la police anglaise a arrêté à Shanghaï le communiste annamite Nguyen Ai Quoc, ainsi qu’un Français du nom de Serge Lefranc (?).

La presse bourgeoise célèbre cette « importante capture ».

Il est certain que Nguyen Ai Quoc, qui milita en France pour l’adhésion de notre Parti à la Troisième Internationale et poursuit, depuis dix ans, une action énergique pour l’organisation de ses frères annamites, est l’un des meilleurs pionniers du mouvement communiste mondial.

Nous le saluons au moment où, comme Tao, il est frappé par la répression internationale.

L’impérialisme anglais de McDonald est ici en collaboration étroite avec l’impérialisme français, servis par nos chefs socialistes nationaux.

Mais nos adversaires délirent lorsque M. Jean Tourène, du Journal, ils affirment que l’arrestation en Chine de Nguyen Ai Quoc va arrêter le mouvement annamite.

Pas plus celle que Tao, pas plus celles que les fusillades du Premier Mai et les déportations en masse, l’arrestation de Nguyen Ai Quoc ne brisera l’élan révolutionnaire des travailleurs indochinois. Celui-ci a une base sociale trop solide.

C’est au contraire la révolution annamite qui, en chassant l’oppresseur, glorifiera les courageux camarades qui, comme Tao, comme Nguyen Ai Quoc et des milliers d’autres se sont dévoués à la cause des travailleurs d’Indochine.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403934z

Dans L’Humanité du mardi 9 août 1932 (29e année, n° 12292), sa mort est annoncée et un hommage lui est rendu. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Luttons pour libérer l’Indochine

Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné

Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois emprisonné par l’impérialisme britannique, de complicité avec l’impérialisme français est mort de la tuberculose à l’infirmerie de la prison de Hong Kong.

Militant héroïque, il ne cessa durant toute sa vie de se dépenser sans compter pour faire pénétrer le communisme dans l’Indochine opprimée par le fer et par le feu par l’impérialisme français ; pour grouper les masses ouvrières et paysannes pour la lutte libératrice.

Il fonda le Parti communiste indochinois qui fut à la tête des luttes des ouvriers et des paysans, et qui malgré la terreur que fait régner l’impérialisme, les conduira, avec le soutien actif du prolétariat de France, à la victoire.

L’impérialisme a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais il ne réussira pas à étouffer la lutte du peuple indochinois pour sa libération. Il vient d’interdire la plantation du riz pour « remédier» à la crise économique, mesure qui n’aura d’autre effet que d’accentuer la famine ; il vient d’incendier le village de Son Duong, jetant ainsi 64 familles sur la route. Mais 2.000 coolies licenciés des plantations de caoutchouc ont organisé une marche de la faim sur Saigon.

L’impérialisme français a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais malgré les milliers d’arrestations de vaillants communistes, d’ouvriers et de paysans qui ont lutté pour leur droit à la vie et pour leur libération, notre Parti communiste frère d’Indochine reste inébranlable à la pointe du combat. Des dizaines de nouveaux militants et révolutionnaires se lèvent pour continuer l’oeuvre de Nguyen Ai Quoc.

Au moment même où l’Impérialisme assassine Nguyen Ai Quoc dans ses prisons, l’héroïque Parti communiste d’Indochine lance son programme d’action qui sera le guide de millions d’ouvriers et de paysans dans leur lutte contre l’impérialisme français.

Le comité central du Parti communiste français, en s’inclinant devant la dépouille du chef communiste Nguyen Ai Quoc, salue avec enthousiasme le programme d’action du Parti communiste indochinois, signé de son comité central provisoire qui continuera et amplifiera la lutte commencée avec Nguyen Ai Quoc.

Ce document montre le degré de maturité auquel est parvenu notre jeune parti frère. Il prouve qu’en dépit d’une répression dépassant en horreur les plus sauvages atrocités des débuts du colonialisme, en dépit des monstrueux massacres de Nghe Tinh et de Nghe An, en 1930, l’impérialisme français n’a pu empêcher notre Parti frère d’Indochine de grandir, de se renforcer, de se lier chaque jour plus profondément a la lutte du peuple indochinois, aux prolétaires avant tout.

L’impérialisme français vient d’assassiner à la prison de Saïgon notre camarade Likvey, secrétaire du Parti communiste et de faire mourir en prison le fondateur de ce parti.

Le Comité central du Parti communiste Indochinois lui répondra par le développement, de son programme d’action qui libérera l’Indochine des vampires impérialistes et de leurs soutiens, les socialistes français et les féodaux bourgeois indigènes.

L’Humanité publiera des extraits du programme d’action du P. C. I.

Le Comité central du Parti communiste français appelle la classe ouvrière française à renforcer son alliance de combat avec le peuple indochinois, affamé et torturé, dans une lutte accentuée contre l’ennemi commun : l’impérialisme français.

Il demande particulièrement aux ouvriers socialistes d’entrer dans ce front, unique anti-impérialiste et de s’écarter de la voie sanglante du colonialisme où veut les entraîner leur parti, celui de Varenne, cette voie hideuse des têtes coupées réclamées par la fédération socialiste du Tonkin après Yen Bay et après l’insurrection du Nord-Annam.

Il demande aux soldats et aux marins français, coloniaux et légionnaires, eux aussi ouvriers et paysans, de ne jamais oublier que l’ouvrier, le coolie, le nha-qoué [nhà quê, paysan] d’Indochine sont leurs frères et que leurs vrais ennemis sont les oppresseurs de ce peuple martyr qui les envoient mourir sous un climat meurtrier pour les seuls intérêts des capitalistes français, des rois du caoutchouc, de l’industrie, de la banque.

Au moment où notre parti frère publie son programme d’action, puisons dans l’exemple de nouvelles forces pour soutenir leurs luttes libératrices et mener la nôtre propre en renforçant sur tous les terrains notre action révolutionnaire contre notre propre impérialisme.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404359z.item

Articles évoquant cette polémique :

Principales biographies sur Hô Chi Minh :

  • Hémery, Daniel [1990], Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard, 2013, nouvelle édition.

Nous invitons nos lecteurs/trices à relire également outre les biographies mentionnées ci-dessus l’ouvrage collectif édité en 1990 intitulé en français : Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới La Voie Nouvelle, 1990  et en vietnamien : Hồ Chí Minh. Sự thật về thân thế và sự nghiệp, Paris, Nhà Sách Nam Á, 1990.

FG

MàJ 07/09/2018

 

RSF dénonce la condamnation à vingt ans de prison du blogueur vietnamien Le Dinh Luong

[ndlr] Communiqué de Reporters sans frontières à la suite de la lourde condamnation d’un blogueur vietnamien considéré par le Tribunal populaire qui l’a jugé comme un dangereux activiste du Viêt Tân, un parti d’opposition interdit.

Un an après son arrestation, le blogueur Le Ding Luong s’est vu infligé une peine record de vingt ans de réclusion criminelle pour avoir tenté d’informer ses concitoyens sur Internet. Reporters sans frontières (RSF) condamne ce verdict inique et appelle les députés européens à réagir pour ne pas cautionner une flagrante violation de la liberté d’informer.

C’est la plus longue peine jamais prononcée au Vietnam contre un citoyen qui tentait d’informer le public. A l’issue d’un procès expéditif, sans que les témoins de la défense n’est pu être cités à comparaître, le blogueur Le Dinh Luong a été condamné ce matin, jeudi 16 août, à une peine de vingt ans de prison pour « tentative de renversement de l’Etat”. L’un de ses “crimes” est d’avoir dénoncé sur Facebook la société taiwanaise Formosa, responsable d’une importante pollution marine dans la province centrale de Ha Tinh, ainsi que l’incurie des autorités vietnamiennes face à ce désastre environnemental.

Lire la suite : RSF

Voir aussi :

Dans la presse contrôlée en RSVN :

Image « à la une » : A screen capture from Vietnamese state TV’s announcement of Le Dinh Luong’s arrest for “reactionary activities » (photo: Phu Dong).

Vĩnh biệt nhạc sĩ Tô Hải [1927-2018]

[ndlr] Décès le samedi 11 août du musicien et dissident Tô Hải, auteur-compositeur de nombreuses chansons de propagande pour la RDVN et auteur de Mémoires d’un lâche, une autobiographie parue aux Etats-Unis en 2009 après sa démission du Parti communiste vietnamien. Une vie partagée entre son adhésion au communisme de guerre puis son rejet radical.

ĐCV: Nhạc sĩ Tô Hải tên đầy đủ là Tô Đình Hải, sinh năm 1927. Ông là nhạc sĩ có nhiều sáng tác thuộc thể loại nhạc truyền thống và nhạc đỏ. Nhưng có lẽ ông được biết đến rộng rãi trong những năm cuối đời với cuốn hồi ký Một Thằng Hèn và tuyên bố từ bỏ đảng cộng sản Việt Nam.

Trong những năm cuối ông cũng viết rất nhiều bài trăn trở với hiện tình đất nước, vạch ra những thối nát của chế độ cộng sản.

Ông ra đi ngày hôm qua, 11/8/2018, cùng một ngày với nhà báo Bùi Tín.

Lire la suite : Dan Chim Viet, 12/08/2018.

Voir aussi :

Sur son oeuvre de propagande voir : Lê Toàn, Tô Hải Cuộc đời và sự nghiệp, Bai Ca Di Cung Thang Nam, 09/04/2012.

 

Reportage de RFA en 2017 :

Laos: le refus de transparence du gouvernement après l’effondrement d’un barrage [RFI]

[ndlr] Signalement d’un article d’Arnaud Dubus sur les conséquences de la rupture d’un barrage dans la région sud-est du Laos.

Plus de deux semaines après l’effondrement d’un barrage hydroélectrique dans le sud-est du Laos, le bilan exact de la catastrophe est encore inconnu. Le gouvernement laotien a indiqué que 30 personnes avaient été tuées, mais les témoignages des villageois évoquent un bilan beaucoup plus lourd, jusqu’à une centaine de morts. Ce manque de transparence s’explique en grande partie parce que cette catastrophe risque de remettre en cause la stratégie économique du gouvernement communiste laotien.

Lire la suite : RFI, 11/08/2018.

La catastrophe en vidéo :

Bui Tin : « De la reddition de Saigon à l’exil en France et à la dissidence » par Charles Antoine de Nerciat [2000]

[ndlr] A l’occasion du décès du dissident Bui Tin, nous reproduisons ci-après l’article biographique de Charles Antoine de Nerciat, rédigé pour l’AFP en 2000. Notez que Bui Tin réfutait en 2013 avoir recueilli la reddition du gouvernement de Saigon mais était seulement présent en tant que journaliste, témoin historique, et néanmoins le plus haut gradé de l’armée populaire sur les lieux. Sur son rôle voir l’interview de Mặc Lâm sur RFA (30/04/2013).

PARIS – Le colonel Bui Tin, de l’armée de Hanoi, a assuré sa place dans l’histoire lorsqu’il a recueilli, le 30 avril 1975, la reddition de Saigon, mettant ainsi avec éclat un point final à quelque 30 années de guerre au Vietnam. A vrai dire, c’est un peu le hasard qui a mis ainsi, ce jour-là, à la vedette cet officier dont les galons ont été gagnés dans les grandes batailles livrées par les troupes communistes de Ho Chi Minh contre le corps expéditionnaire français, d’abord, puis contre les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens.

« Ca s’est déroulé accidentellement », a-t-il observé dans une interview à l’AFP. « Je n’y vois aucun mérite ». Bui Tin était bien l’officier du rang le plus élevé à pénétrer dans le palais présidentiel de Saigon –rebaptisée, depuis, Ho Chi Minh Ville –, mais, s’il était là, c’était non pas comme chef d’une unité mais comme correspondant de guerre du Quan Doi Nhan Dan, le journal de l’armée. Aussi, une fois la brève capitulation accomplie, s’est-il retiré dans un coin pour rédiger son article. Son papier terminé, il s’est enfin laissé aller à la détente. Il était, a-t-il raconté, « dans un état d’exaltation ». Cet état d’esprit ne devait pas durer longtemps.

Photo publiée dans le Viet Bao Online en 2012 dans un article de Bui Tin sur la chute de Saigon, le 30 avril 1975 © DR

 

« La désillusion à l’égard du régime de Hanoi est survenue pour moi immédiatement après avril 1975 », a déclaré Bui Tin. « On nous parlait de réconciliation nationale et de clémence des vainqueurs. Et voilà que militaires et fonctionnaires du régime vaincu étaient expédiés, par centaines de milliers, dans des camps de rééducation, soumis à une politique bizarre de travaux forcés, de sévices et de bourrage de crâne. » Le comportement de la police à l’égard des « boat people » devait, lui aussi, révolter Bui Tin qui accuse les forces de sécurité de s’être fait payer de substantiels pots-de-vin pour laisser ces réfugiés quitter clandestinement leur pays, souvent à bord de bateaux surchargés. « C’était rançonner les gens en or ou en dollars. Pour les envoyer à la mort », dit Bui Tin.

Maintenant âgé de 73 ans, l’officier à la tenue et au casque verts de jungle qui a reçu la reddition du dernier président sud-vietnamien, le général Duong Van Minh — le « Grand » Minh, ainsi surnommé du fait de sa taille inhabituelle pour un Vietnamien –, avait commencé sa carrière de combattant révolutionnaire dans les tous débuts de la guérilla contre les forces françaises. En 1954, il était à Dien Bien Phu lorsque l’armée communiste de Ho Chi Minh, devenue une force redoutable, remporta une victoire éclatante sur les troupes coloniales françaises, mettant fin à la domination de la France sur le Vietnam. Puis, ce furent les longues et dures années de combats contre les troupes américaines et sud-vietnamiennes. Bui Tin y a pris part, soit comme chef d’unités combattantes, soit comme correspondant de guerre.

Mais, en 1990, le voilà qui prend le chemin de l’exil, et s’installe à La Courneuve, près de Paris. Par une coïncidence, c’est aussi en France que vit, en exil également, le Grand Minh, et les deux adversaires de 1975, le Nord-Vietnamien vainqueur et sûr de lui et le général sudiste vaincu, sont entrés en contact l’un avec l’autre. Le Grand Minh, âgé de 84 ans et souffrant, s’est retiré de la vie publique.

Bui Tin, au contraire, multiplie pétitions et déclarations, devenant une des voix les plus écoutées de la dissidence vietnamienne. Il vient de publier en France un livre, « Vietnam, la Face cachée du Régime » – une mise à jour d’un premier ouvrage publié en anglais en 1992. Comme dans son livre, Bui Tin a fait part à l’AFP de son indignation face à ce qu’il qualifie de « corruption » et « d’arrogance » de la part des dirigeants du Vietnam. Il s’est élevé contre la mise à l’écart par les successeurs de Ho Chi Minh, décédé en 1969, du célèbre général Vo Nguyen Giap, le héros de Dien Bien Phu qui, au fil des années, a perdu tous ses postes et doit se contenter d’un rôle de figuration occasionnel dans les grandes manifestations du régime.

Bui Tin a aussi réitéré de précédentes critiques contre l’occupation, de 1979 à 1989, du Cambodge par le Vietnam. « Cela a été l’enlisement, coûteux sur le plan moral comme sur le plan matériel, source d’isolement international pour le Vietnam », a-t-il jugé. « Il fallait aller au Cambodge pour en chasser le régime criminel des Khmers Rouges, puis remettre ce pays entre les mains de l’ONU et des pays voisins de l’ASEAN ».

« Tout cela fait que nous avons perdu un quart de siècle. 25 ans après notre entrée dans Saigon, le Vietnam est un pays à la traîne par rapport à ses voisins, et un pays sans liberté. » 

Par Charles Antoine de Nerciat – AFP, le 11 Avril 2000.

Lu également sur le site archivé de Patrick Guenin

 

En complément, l’interview de Bui Tin accordée à RFA le 30 avril 2013 dans laquelle il revient sur son rôle de témoin lors de la reddition du gouvernement de la République du Viêt-Nam au Palais de l’Indépendance à Saigon (30 avril 1975).


 

Illustration « à la une » : photo de Bui Tin, journaliste au Nhân Dân © DR

360 jeunes bouddhistes déjouent la répression policière contre le Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse [Quê Me]

[ndlr] Article sur le Mouvement laïc Famille Bouddhique du Viêt-Nam (Gia Đình Phật tử Việt Nam), une organisation éducative non-reconnue par la RSVN. Fondé sur le modèle scout en 1943 et affilié à l’Eglise bouddhique unifiée du Viêt-Nam (interdite en 1980 par les autorités communistes), le mouvement compte 300.000 membres dans tout le pays. Sa devise est « Bi – Trí – Dũng » (Compassion, Sagesse, Courage).

PARIS, 12 août 2018 (VCHR & BIIB) – La police et les autorités locales de Hué ont harcelé, intimidé et intercepté les membres du Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse (MBJ, Gia Đình Phật từ Việt Nam) qui organisaient leur Camp d’été annuel à Huế. Cette nouvelle vague de répression contre le MBJ confirme les sérieux doutes qui existaient sur les droits des groupes religieux non-enregistrés, comme l’Église Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) et son organisation pour la jeunesse, le MBJ, d’avoir des activités religieuses sous l’empire de la Loi sur les Croyances et la Religion.

Comme on le craignait, depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur les Croyances et la Religion en janvier 2018, les groupes religieux non-enregistrés sont devenus de plus en plus vulnérables. La loi ne considère que les groupes qui se sont enregistrés et ont obtenu la reconnaissance de l’État. Elle n’offre aucun cadre légal pour les activités des groupes religieux non-reconnus. Elle reprend par ailleurs le vocabulaire vague du Code pénal pour criminaliser les activités religieuses arbitrairement perçues comme « sapant la sécurité nationale »« nuisant à l’éthique sociale »« divisant les personnes suivant des croyances et des religions différentes », etc.. Selon de nouveaux décrets administratifs, les groupes religieux qui ont des activités sans avoir obtenu le certificat d’enregistrement prévu par la loi sont passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 30 millions de dongs (1130€) et des cadres chargés des questions religieuses ont été déployés dans tout le pays pour contrôler et punir ceux qui « violent la réglementation sur la religion ou les croyances ».

Lire la suite : Quê Me

360 young Buddhists escape Police repression to attend Summer Camp in Hue

PARIS, 12 August 2018 (VCHR – IBIB) – Police and local authorities in Hue harassed, intimidated and intercepted members of the Buddhist Youth Movement (BYM – Gia Đình Phật tử Việt Nam) as they organized the movement’s annual Summer Camp in Huế. This new crackdown on the BYM raises serious concerns about the rights of non-registered groups such as the Unified Buddhist Church of Vietnam (UBCV) and its member, the BYM, to conduct religious activities under Vietnam’s new Law on Belief and Religion.

Read more : Que Me

Dù bị Công an ngăn cấm, hăm doạ, đàn áp, 360 trại sinh Dũng-Hiếu-Hạnh Gia Đình Phật tử Thừa Thiên – Huế đã về Đất Trại Long Quang — HT. Thích Chí Viên cùng hơn 40 Huynh trưởng và Đoàn sinh Gia Đình Phật tử Khánh Hoà bái kiến Đức Tăng Thống Thích Quảng Độ

PARIS, ngày 12 tháng 8 năm 2018 (PTTPGQT) — Văn phòng Viện Hoá Đạo vừa chuyển đến Phòng Thông tin Phật giáo Quốc tế bài tường thuật của Gia Đình Phật tử Vụ về Trại Dũng – Hiếu – Hạnh tại Tu viện Long Quang, Huế, cùng cuộc bái kiến Đức Tăng Thống Thích Quảng Độ của Hoà thượng Thích Chí Viên, Chánh Đại diện Giáo hội Phật giáo Việt Nam Thống nhất (GHPGVNTN) tỉnh Khánh Hoà và hơn 40 Huynh trưởng, Đoàn sinh Gia Đình Phật tử Việt Nam (GĐPTVN) tại Thanh Minh Thiền Viện, Saigon.

Doc thêm : Quê Me (reportage photographique complet)

Image « à la une » : © 2018 IBIB