Tous les articles par indomemoires

Emmanuelle Peyvel : Être touriste dans un pays socialiste : le Vietnam [20 décembre 2017]

[ndlr] Annonce d’une conférence d’Emmanuelle Peyvel.

Mercredi 20 décembre à 18h
Café de la Cloche (Lyon)

Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Emmanuelle Peyvel sera l’invité de ce Café Géo . Elle a publié en 2016 L’invitation au voyage. Géographie post-coloniale du tourisme domestique au Viêt Nam, un ouvrage qui propose une vision décentrée de la mondialisation touristique, permettant de mieux comprendre toute la complexité avec laquelle se reconfigurent les rapports de pouvoir au sein des sociétés postcoloniales.

Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Dans le cadre de notre série Clés du Viêt-Nam contemporain, voici un premier aperçu des différents gouvernements vietnamiens entre 1945 et 1954. Les données seront complétés.

Continuer la lecture de Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Olivier Tessier : Inondations vs sécheresses dans le delta du fleuve Rouge (Vietnam) – 7 décembre 2017

[ndlr] Séance du 7 décembre 2017 du séminaire du CASE à travers deux interventions.

7 Décembre 2017

Inondations vs sécheresses dans le delta du fleuve Rouge (Vietnam) : une lutte séculaire de l’Etat et de la population contre les colères du fleuve

Olivier Tessier 

(EFEO, Centre Asie du Sud-Est UME 8170, CNRS/EHESS/INALCO)

 
Continuer la lecture de Olivier Tessier : Inondations vs sécheresses dans le delta du fleuve Rouge (Vietnam) – 7 décembre 2017

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Continuer la lecture de Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []

Danh Thành Do-Hurinville : Structures temporelles en vietnamien. Regard croisé sur le vietnamien et le français

[ndlr] Annonce de la deuxième séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » :

Structures temporelles en vietnamien : regard croisé sur le vietnamien et le français

par Danh Thành Do-Hurinville, Université de Franche-Comté

 

vendredi 8 décembre, de 16h à 18h

salle d’Histoire de l’École normale supérieure

(45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Cette communication, qui comporte trois parties, se donne pour objectif d’examiner les structures temporelles du vietnamien, langue isolante de la famille austroasiatique, afin de croiser les regards sur le vietnamien et le français, langue flexionnelle de la famille indo-européenne. Si le français, pour la narration littéraire, dispose de plusieurs temps verbaux (passé simple, passé composé, présent narratif, etc.), qu’en est-il du vietnamien, dépourvu de flexions verbales ?

Continuer la lecture de Danh Thành Do-Hurinville : Structures temporelles en vietnamien. Regard croisé sur le vietnamien et le français

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série « Vietnam ’67 », un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

Continuer la lecture de Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

Trần Thiện Đạo (1933-2017)

[ndlr] Annonce du décès de Trần Thiện Đạo le 25 novembre 2017 à Villejuif à l’âge de 85 ans.

Né au Viêt-Nam en 1933, il résidait et enseignait en France (et en Angleterre) depuis 1950. A la fois traducteur méticuleux des philosophes existentialistes (Camus, Sartre…) et critique littéraire, il a publié une dizaine d’ouvrages à Saigon avant 1975. Ses traductions ont été régulièrement éditées dans la revue Văn entre 1964 et 1975. Dans les années 1990-2000 a continué à rédiger des articles sur la littérature et la philosophie notamment pour la revue intellectuelle Hợp Lưu (Fountain Valley, Californie). Il était connu sur sa vision « rigoriste » de la traduction qui doit savoir intégrer les forces et les faiblesses du style des auteurs.

FG

Quelques-unes de ses traductions :

  • Cậu Hoàng Con (Le petit prince) của Antoine de Saint-Exupéry
  • Giao Cảm (Noces) của Albert Camus
  • Bề Trái Và Bề Mặt (L’envers et l’endroit) của Albert Camus
  • Sa Ðọa (La chute) của Albert Camus
  • Kín Cửa (Huis Clos) của Jean-Paul Sartre
  • Phấn Ðấu Cho Một Nền Tiểu Thuyết Mới (Pour un nouveau roman) của Alain Robbe-Grillet
  • Im Lặng Của Biển Cả (Le silence de la mer) của Vercors
  • Zadig của Voltaire
  • Ao Quỷ (La mare au diable) của George Sand

Pour en savoir plus :

Page hommage de la revue Dien Dan – Forum

Bảo Bình, Dịch giả kì cựu Trần Thiện Đạo qua đời, Thể thao & Văn hóa, 28/11/2017.

Nguyễn Quỳnh Trang, Dịch giả Trần Thiện Đạo: Phải tôn trọng văn phong của tác giả, Tuoi Tre, 09/01/2007 (theo Thể thao & Văn hóa).

Lire l’interview accordée à Thụy Khuê en 2000 : Nói chuyện với dịch giả Trần Thiện Ðạo

Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

[ndlr] Annonce officielle.

Le colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Continuer la lecture de Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

[ndlr] Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition de Jean Maïs à l’âge de 82 ans. Père au sein de la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP), il est resté jusqu’à son dernier souffle un infatigable chroniqueur du Viêt-Nam contemporain dans la revue en ligne Églises d’Asie. Ses chroniques qui mériteraient d’être éditées forment un corpus de connaissances incomparables sur l’état et l’évolution de la société vietnamienne. Jean Maïs avait le Viêt-Nam en lui, riche de son expérience heureuse puis tragique (il fut incarcéré pendant neuf mois en camp de rééducation en 1975). Un grand spécialiste de ce pays s’en est allé, en silence, avec sa modestie légendaire.

FG

Reproduction ci-après d’un extrait biographique publié sur Églises d’Asie :

Missionnaire au Vietnam, ad vitam

Né le 14 janvier 1935 à Château-Salins (Moselle), Jean Paul Félix ressent très tôt qu’il est appelé à devenir prêtre. Admis au Séminaire des Missions Etrangères en 1954, ordonné prêtre le 21 décembre 1961, il poursuit des études en lettres classiques à l’université de la Sorbonne avant de partir pour la mission de Nha Trang, au Vietnam, le 1er septembre 1966.

A son arrivée au Vietnam, le P. Maïs étudie la langue vietnamienne à Ham Tân, dans la province de Binh Tuy, pendant deux ans. Par la suite, il enseigne le français à l’Université catholique de Dalat et la philosophie en classe terminale de l’école d’Adran, jusqu’en 1975. Il contribue alors à la formation de nombreux responsables pastoraux actuels.

Arrêté par les autorités communistes alors qu’il circulait en moto, le P. Maïs est retenu en rééducation dans la forêt de Rung La et dans la prison de Ba Ria, d’avril 1975 à janvier 1976. Considérablement amaigri à sa libération, il est expulsé du pays quelques mois plus tard, le 28 mai 1976.

Au service de l’Eglise catholique du Vietnam

De retour en France, il envisage pendant un temps de repartir en mission, au Japon cette fois-ci. En accord avec le Conseil Central des MEP, le P. Maïs renonce à ce projet, s’installe à Paris et consacre son temps aux réfugiés vietnamiens et à l’information concernant la situation ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Au service des réfugiés vietnamiens et de leurs familles, il fournit à ceux-ci une assistance aussi précieuse que diverse : aide pédagogique, accompagnement administratif, participation à des campagnes de plaidoyer et de sensibilisation, …

Discret et cultivé, il apporte sa collaboration à la revue Echange France-Asie et à l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris, Eglises d’Asie. Sa maîtrise de la langue vietnamienne, la fiabilité de ses informations et la pertinence de ses analyses en font un observateur attentif de l’actualité ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Une arche du « pont commencé » par les missionnaires MEP depuis 360 ans

Son nom vietnamien, Ngô Thành Mai, témoigne de ses aptitudes littéraires et de son goût pour les jeux de mots. Honorant ses origines et son pays de mission, il se choisit Ngô pour nom de famille, un patronyme particulièrement fréquent au Vietnam, qui signifie « maïs » (dans le nord du pays). Son prénom, Mai, le radical de son nom français, rappelle ses racines tandis que Thành, le nom supplémentaire, se traduit par « c’est-à-dire ». « Maïs, ce qui signifie Maïs » est la traduction littérale de son nom vietnamien. Il publie d’ailleurs, en 1977, un mémoire à l’Inalco intitulé Morphologie et structuration générale des référents personnels en vietnamien.

D’une grande humilité, il offre le témoignage d’une vie donnée fidèlement à la foi, au service de l’Eglise catholique du Vietnam. Travailleur infatigable, sa dernière dépêche, consacrée au prochain abandon de la politique du couple à deux enfants, a été publiée fin octobre 2017, quelques jours avant son admission à l’hôpital.

A lire dans : In Memoriam : décès du P. Jean Maïs, membre de la Société des Missions Étrangères de Paris, Rédacteur à Églises d’Asie

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956 [Exposition au SHD]

[ndlr] Annonce de la nouvelle exposition du Service historique de la Défense (Vincennes) sur l’Indochine coloniale.

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956

Du 13 novembre 2017 au 10 février 2018

A peine un siècle, c’est le temps écoulé entre les premières opérations de la conquête, et le retrait des dernières forces françaises du Sud-Vietnam. Entre ces deux dates la France installe, puis perd sa domination sur les territoires des républiques actuelles du Vietnam, du Cambodge et du Laos.  La Marine française joua dans cette aventure un rôle important, d’abord parce qu’elle fut le principal artisan de la conquête et du gouvernement des premières implantations ; ensuite parce que le ministère de la Marine fut également longtemps celui des Colonies. L’Indochine parue à ce point son domaine réservé qu’on parla longtemps de « l’Indochine des amiraux ».

Le Service historique de la Défense et l’institut de recherche IrAsia se proposent d’évoquer le rapport très particulier entre la Marine et la « perle de l’empire » à travers une présentation d’archives, d’images et d’objets conservés dans les collections et fonds d’archives du SHD.

Entrée gratuite.

Des visites guidées seront proposées.

Commissaires d’exposition : Cyril Canet (SHD/CHA, Vincennes), Quoc-Thanh Nguyen (IRASIA)

Partenaire : IrAsia

L’unité mixte de recherche IrAsia est née le 1er janvier 2012 de la fusion de l’IRSEA, « Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique », avec l’équipe LEO2T, « Littératures d’Extrême-Orient, Textes et Traduction ». L’unité regroupe des chercheurs du CNRS et des enseignants-chercheurs de l’université d’Aix-Marseille (AMU) au sein de la Maison Asie-Pacifique (MAP) installée sur le campus Saint-Charles de Marseille.

Service historique de la Défense – Château de Vincennes – Avenue de Paris – 94306 Vincennes Cedex. Métro Château de Vincennes

Pavillon du roi, 1er étage, salles d’exposition.

  • Lundi 13h00-17h00
  • Mardi au jeudi 9h00-17h00
  • Vendredi 9h00-16h00
  • Samedi 9h30-15h00
  • Fermeture les dimanches et les jours fériés

Source : SHD