Tous les articles par indomemoires

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – Rencontres 2018 de l’AFRASE – mardi 27/11/2018

Vous trouverez ci-joint le programme et l’affiche des Rencontres 2018 de l’Afrase qui auront lieu le mardi 27 novembre 2018 à partir de 13h30 à la Maison de l’Asie (22 av. du Président Wilson, 75016 Paris). Cette année, la thématique explorée est :

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

Cinq intervenants – Evelyne Gauché, Sarah Coulouma, Martin Michalon, Clotilde Luquiau et Emmanuelle Peyvel – participeront à ces rencontres organisées par Rémi Desmoulière, membre du bureau de l’Afrase.

Les communications seront suivies par la présentation par leur auteur, Eugénie Mérieau,  de deux ouvrages sur la Thaïlande qui viennent de paraître. L’AG de l’association se tiendra à partir de 18h15 et la journée se conclura par un pot dînatoire. 

Afin de faciliter la logistique, merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com. A très bientôt !

Programme détaillé sur le site de l’AFRASE et sur Mémoires d’Indochine

Journée d’études sur la Presse indochinoise (1865-1854) : lundi 3 décembre 2018

Dans le cadre du programme CPER Périodiques Francophones Outre-Mer (PERFROM), une Journée d’Etudes est organisée à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70) lundi 3 décembre de 14h à 17h30, sur la presse indochinoise (1865-1954).

Mises à part quelques périodes, quelques thématiques et quelques aires géographiques particulières, l’histoire culturelle des ex-colonies françaises reste assez largement méconnue. C’est le cas de l’Indochine. Dans ce contexte, l’étude de la presse en langue française (journaux et revues, littéraires et généralistes) constitue un champ d’études qui permettrait de répondre à un certain nombre de questions. Parmi elles, la question des rapports entre centralité et périphérie est évidemment fondamentale. Non seulement entre la France métropolitaine et l’Indochine mais aussi entre l’Indochine et d’autres espaces coloniaux (Afrique du nord, Afrique occidentale, Méditerranée orientale, Madagascar, Antilles …). L’activité littéraire et culturelle telle qu’elle se structure au sein de ces journaux et revues est-elle l’œuvre exclusive de membres des communautés exogènes d’origine métropolitaine (colons, administrateurs, émigrés…) ? A-t-elle permis ou accompagné l’émergence de nouvelles élites locales ou seulement la mutation-adaptation des élites antérieures ? Cette question se pose avec une particulière acuité en Indochine avec le mouvement de lutte contre le mandarinat encouragé par l’administration coloniale et la généralisation de l’usage du Quoc Ngu qui donne lieu à la romanisation de la langue vietnamienne au tournant du XXe siècle, posant là des enjeux et des problématiques spécifiques en matière de transferts culturels et de contact colonial. Afin de proposer des réponses à ces questions, les collections de périodiques du Fonds indochinois de la BnF et encore plus les titres numérisés rendus accessibles par le portail de presse indochinoise de Gallica constituent un gisement documentaire d’une valeur inestimable sans lequel aucune recherche sérieuse ne peut espérer se développer. Ce sont quelques-unes de ces ressources que les chercheurs membres du réseau PERFROM (Périodiques francophones outre-mer, XIXe-XXe siècles) piloté par Le Mans Université ont exploités.

Bibliothèque nationale de France

Site François Mitterrand

Salle 70, 14h-18h

  • Giang-Huong Nguyen et Hélène Raymond (Bibliothèque nationale de France) : « La presse vietnamienne numérisée et le dépôt légal Indochinois à la BnF »
  • Laure Demougin (Université Paul Valéry – Montpellier III) : « Les premiers mots de la presse francophone au Vietnam : Le Courrier de Saïgon« 
  • Franck Laurent (Le Mans université) : « L’Indochine et L’Indochine enchaînée d’André Malraux et Paul Monin (1925-1926) »
  • François Vignale (Le Mans université) : « La Nouvelle Revue indochinoise (1936-1940) »

Lien vers le site de la BnF: http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/dpt_lla.html

Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris » – 28/11/2018

Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris ». Avec Eugénie Mérieau. En présence d’Aum Neko et Jaran Ditapichai.

A l’occasion de la sortie du livre de Eugénie Mérieau « Les Thaïlandais », nous vous invitons à participer au débat qui réunira l’auteur ainsi que Jaran Ditapichai, ancien commissaire aux droits de l’homme et Aum Neko, militante transgenre, tous deux réfugiés politiques à Paris, et poursuivis pour lèse-majesté.

Le débat sera modéré par Joris Zylberman, rédacteur en chef d’Asialyst. Il sera accompagné de deux séries de photographies : la série Samsara, d’Aline Deschamps, et Exils, de Camille Gazeau.

Continuer la lecture de Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris » – 28/11/2018

RTSreligion – Un maître zen de retour au Vietnam

[ndlr] Retour du vénérable Nhat Hanh sur la terre de ces ancêtres dans la pagode Tu Hiêu à Huê.

Thich Nhat Hanh, 92 ans, est une figure emblématique dans le monde bouddhiste, connu en Occident pour sa pratique de la méditation de pleine conscience, le « mindfulness ». Son retour au pays ne semble pourtant pas convenir aux autorités vietnamiennes. A écouter sur RTS (Radio télévision Suisse).

Voir aussi :

Thich Nhat Hanh, figure du bouddhisme engagé, de retour au Vietnam, mais sous surveillance, France Soir, 20/11/2012. Aux abords de la pagode où Thich Nhat Hanh, maître zen aux centaines de milliers d’adeptes à travers le monde, s’est retiré pour finir ses jours, la police secrète vietnamienne veille.

Thây est de retour au Vietnam, Village des Pruniers, 02/11/2018. Les moines et les moniales de la communauté internationale de Bouddhisme engagé du Village des Pruniers se tiennent aux côtés de leur enseignant bien-aimé, le maître zen, leader spirituel mondial, artisan de paix et poète Thich Nhat Hanh, alors qu’il retourne dans son pays natal. Depuis qu’il a célébré son 92e anniversaire le mois dernier, il a exprimé le vif désir de retourner dans son «temple racine», le temple Tu Hieu de Hué au Vietnam, pour y vivre ses derniers jours. Thich Nhat Hanh a transformé un formidable défi physique résultant de l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime il y a quatre ans en un enseignement puissant en continuant de vivre chaque instant de manière paisible et joyeuse, en donnant à sa présence un sens profond.

Le Vietnam demande à la Chine de respecter sa souveraineté [CVN]

[ndlr] Mer de Chine méridionale : Le dossier de la « Mer de l’Est », selon la dénomination vietnamienne, revient sur le devant de la scène.

Le Vietnam s’oppose résolument à l’installation par la Chine d’une nouvelle structure sur le récif de Bong Bay (Bombay) dans l’archipel vietnamien de Hoàng Sa (Paracels), et demande à la Chine de mettre fin immédiatement à l’opération et de ne pas mener des actions similaires, a déclaré la porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères, Nguyên Phuong Trà.

Lire la suite : Le Courrier du Vietnam, 22/11/2018.

Précédents articles sur ce sujet :

Words Without Borders : « The weight of history : Writing from Vietnam »

[ndlr] Annonce d’un numéro spécial consacré à la littérature vietnamienne. Nous remercions Hélène Blanchard (CASE) pour nous avoir transmis cette information.

Présentation
This month we bring you writing from Vietnam. The prose writers and poets here explore and depict lives shaped by the country’s fraught politics as well as by their own personal histories. Poet and literary critic Nhã Thuyên escorts us through the poetic underground. In two wildly contrasting portraits of marriage, Bùi Ngọc Tấn pens a gentle ode to lifelong love, and Trần Dần observes a household torn apart by infidelity and political betrayal. Trần Thị NgH’s wry divorcée looks back at her checkered romantic past, while Dương Nghiễm Mậu unfurls a hallucinatory reunion. Poets P.K., Pháp Hoan, and Nguyễn Hoàng Quyên suggest the vitality of the poetic scene in Vietnam today. Guest editors Nhã Thuyên and Kaitlin Rees contribute an illuminating introduction. 
Elsewhere we present writing on mourning and remembrance.

A lire sur : https://www.wordswithoutborders.org/issue/november-2018-vietnam

François Guillemot : La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire

[ndlr] Communication de François Guillemot dans le séminaire de l’ERC : Social Dynamics of Civil Wars.

La prochaine séance du séminaire « Social Dynamics of Civil Wars » aura lieu :

Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h à 20h  

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre Broca 

21 rue Broca, 75005 Paris

Bâtiment A / salle 701 / 7ème étage

Nous aurons le plaisir d’accueillir François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale (ENS Lyon), pour une intervention intitulée :

« La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire ».

Résumé :

L’intervention de François Guillemot questionnera à travers deux textes inédits la catégorie « guerre civile » confrontée à l’expérience vietnamienne entre 1945 et 1975. La plus grande partie de sa communication vise à expliquer comment la « guerre du peuple », théorisée par le général Vo Nguyên Giap, se transforme en « guerre civile révolutionnaire » au Sud dans le contexte de la Guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre sous l’égide de Lê Duân. Ainsi, deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. La stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de « guerre civile » est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Pour illustrer son propos, François Guillemot évoquera la pratique des « Biêt Dông », les commandos urbains vietnamiens dans la « guerre civile révolutionnaire » au sud. Une discussion générale suivra cette communication qui s’inscrit dans le cadre de l’ERC « Dynamiques sociales de la guerre civile » (Social Dynamics of Civil Wars) portée par Gilles Dorronsoro.

  • Ouvrage cité : François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, Poche / Sciences humaines et sociales, 2018.

Image « à la une » :  Echange de prisonniers vietnamiens entre le Nord et le Sud, Bien Hoa 1973. La pancarte dit : « Retourner chez les communistes s’est se suicider ». Source : Manh Hai