Tous les articles par indomemoires

La caricature en Asie orientale : circulations et regards croisés [appel à contribution]

Appel à contribution.

Extrême-Orient, Extrême-Occident

La caricature en Asie orientale :

circulations et regards croisés

La caricature peut se définir comme une œuvre graphique qui, par l’amplification, le décalage ou encore le détournement, transgresse les codes figuratifs et esthétiques habituels d’une aire culturelle donnée. La situation d’un personnage, la présence de certains attributs, voire la déformation graphique, peuvent contribuer à cette forme de subversion.

L’étude de la satire graphique, et plus spécifiquement de la caricature sous toutes ses formes, a connu un essor considérable ces vingt dernières années. La France a été particulièrement concernée pour des raisons qui tiennent notamment à l’actualité marquée par les attentats contre des dessinateurs de presse. La caricature n’est cependant pas une création récente et elle ne constitue pas non plus une spécificité de l’Occident. Comme le montre l’ouvrage Asian Punches: A Transcultural Affair (Hans Harder & Barbara Mittler (dir.), Springer, 2013), les dessins de presse se sont répandus dans le monde entier à partir du XIXe siècle et ils relèvent dès cette époque d’un imaginaire global, annonçant la mondialisation actuelle de la satire visuelle par le biais d’internet. Par ailleurs, des ouvrages comme Ukiyo-e Caricatures dirigé par Noriko Brandl et Sepp Linhart (Brill, 2013) ou Ôtsu-e : Imagerie populaire du Japon de Christophe Marquet (Picquier, 2015) n’hésitent pas à qualifier de « caricatures » des estampes japonaises aux contenus satiriques et humoristiques, produites dès la seconde moitié du XIXe siècle. L’immédiateté de ces images, leur efficacité, et leur caractère souvent polémique, qui attira parfois sur leurs auteurs les foudres du pouvoir et leur fit préférer l’anonymat, ne palissent pas face à leurs homologues plus tardives.

Ce numéro d’Extrême-Orient, Extrême-Occidents’inscrit dans le sillage de tels travaux et vise à mettre au jour l’existence et les modalités d’une satire visuelle en Asie de l’Est, hier et aujourd’hui, à travers les dimensions satirique, comique, parodique, ironique ou encore critique de l’image. Il s’agit d’étudier les emprunts, les réappropriations, les adaptations et circulations au sein d’une approche transculturelle Est/Ouest, mais également intra-asiatique. On tiendra également compte de la spécificité des médias et des modes de diffusion, ainsi que de l’hétérogénéité des contextes et de la culture visuelle des pays concernés dans leur profondeur historique.

Nous attendons donc des contributions portant sur des périodes et des aires géographiques variées comme la Chine et Taiwan, le Japon, la Corée et le Vietnam, qui pourront relever de disciplines aussi diverses que l’histoire de l’art, la théorie des médias, l’histoire sociale, politique et culturelle, la psychanalyse ainsi que la littérature.

Les propositions d’articles, en anglais ou en français, seront adressées aux deux rédacteurs en chef de la revue : matthias.hayek@ephe.psl.eu et pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr, ainsi qu’aux coordinateurs du numéro : marie.laureillard@univ-lyon2.fr et laurent.baridon@univ-lyon2.fr.

Les personnes qui envisagent de proposer une contribution sont invitées à se manifester en donnant un titre provisoire et un résumé, avant le 31 mai 2021.

Les manuscrits complets sont attendus au plus tard le 30 septembre 2021 et doivent suivre les consignes indiquées ici : https://journals.openedition.org/extremeorient/738.


La revue vietnamienne Ngày Nay [Temps Modernes] : Ping-pong international (Marianne, John Dull face aux dictateurs Mussolini et Hitler, 1938)

Call for Papers

Extrême-Orient, Extrême-Occident

Caricature in East Asia:

Circulations and Crossed Perspectives

Caricature can be defined as a graphic work which, through exaggeration, incongruity or reversal, transgresses the usual figurative and aesthetic codes of a given cultural area. The situation of a character, the presence of certain attributes, or even graphic distortion, can contribute to this form of subversion.

The study of graphic satire, and more specifically of caricature in all its forms, has grown considerably over the last twenty years. France has been particularly involved in this field due in particular to the recent attacks on press cartoonists. However, caricature is neither a recent creation nor a feature unique to the West. As the book Asian Punches: A Transcultural Affair (Hans Harder & Barbara Mittler (eds.), Springer, 2013) shows, newspaper cartoons spread around the world from the 19th century onwards, and from then on they became part of a global worldview, foreshadowing the current globalisation of visual satire via the Internet. Moreover, works such as Ukiyo-e Caricatures directed by Noriko Brandl and Sepp Linhart (Brill, 2013) or Christophe Marquet’s Ôtsu-e : Imagerie populaire du Japon by (Picquier, 2015) do not hesitate to describe Japanese prints with satirical and humorous content, produced from the second half of the 19th century, as « caricatures ». The immediacy of these images, their effectiveness and often polemical nature, which sometimes drew the wrath of power upon their authors and made them prefer anonymity, do not pale in comparison with their later counterparts.

This issue of Extrême-Orient, Extrême-Occident follows in the wake of such works and aims to shed light on the existence and modalities of visual satire in East Asia, both past and present, through the comic, parodic, ironic and critical dimensions of the image. Our aim is to explore the borrowings, reappropriations, adaptations, and circulations within a East / West transcultural space, but also through an intra-Asian approach. The specificity of the media and the modes of diffusion will also be considered, as well as the heterogeneity of the contexts and different visual cultures of the countries in question in their historical in depth.

We are therefore expecting contributions covering various periods and different countries such as China and Taiwan, Japan, Korea and Vietnam, which may come from disciplines as diverse as art history, media theory, social, political and cultural history, psychoanalysis, and literature.

Proposals for papers, in English or French, should be addressed to the two chief editors, matthias.hayek@ephe.psl.eu and pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr, as well as to marie.laureillard@univ-lyon2.fr and laurent.baridon@univ-lyon2.fr, guest editors for this issue.

If you are interested in contributing to this issue, the editors kindly ask you to submit a tentative title and an abstract before May 31, 2021.

Full manuscripts should be submitted no later than September 30, 2021 and follow the submission guidelines outlined here: https://journals.openedition.org/extremeorient/739.

Viêt-Nam : défense de faire bouger les lignes !

En République socialiste du Viêt Nam (RSVN), rien de nouveau. Fort de son capital de sympathie pour son efficace lutte contre le coronavirus, l’Etat-Parti n’oublie pas la lutte contre cet autre « ennemi intérieur » susceptible de lui porter la contradiction. A l’approche du prochain Congrès national du PCV (du 25 janvier au 2 février 2021), le seul parti au pouvoir et le seul à être autorisé à l’exercer, journalistes et dissidents n’en finissent pas de subir la répression d’un autoritarisme revigoré par le contexte épidémique.

15 + 11 + 11 = 37 ans de prison

Le couperet est tombé. L’assaut contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression d’une façon plus générale trouve son expression la plus crue dans le procès rapide et inique du mardi 5 janvier 2021 à Hô Chi Minh-Ville. A l’approche du XIIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV), l’État-Parti renoue avec ses procès pédagogiques dont le message de terreur est clair : en République socialiste du Viêt-Nam, la chose publique, la « res publica » est chasse-gardée du Parti, exclusivement. Les trois journalistes qui viennent d’être condamnés à de très lourdes peines de prison (15 ans pour le premier, 11 ans chacun pour les deux autres) s’y attendaient sans doute. Pham Chi Dung (54 ans), Nguyen Tuong Thuy (69 ans) et Le Huu Minh Tuan (39 ans), membres de l’Association des Journalistes Indépendants fondée en 2014, avaient l’ambition de faire bouger les lignes, d’offrir au Parti, dont ils sont parfois issus, et au Viêt-Nam, leur pays, un nouvel horizon plus démocratique, plus fidèle à la défense des droits humains, plus conforme aux exigences d’une société civile responsable, plus respectueux de l’environnement. Tout ceci par le dialogue, la discussion, le débat.

Lê Huu Minh Tuân, Pham Chi Dung et Nguyên Tuong Thuy © DR

Que reproche le pouvoir communiste à ces trois journalistes ? Le plus célèbre d’entre eux, Pham Chi Dung, né en 1966, est un intellectuel dissident de notoriété publique1. Fondateur de l’Association des Journalistes indépendants, il la présidait jusqu’à son arrestation en novembre 2019. En cinq ans, cette association, regroupant quelques 70 adhérents, s’est dotée d’un outil de communication Việt Nam Thời Báo [Je Journal du Viêt-Nam] sur lequel Pham Chi Dung et ses quelques chroniqueurs commentaient l’actualité nationale ou internationale2. Ils y donnaient donc leur point de vue sans jamais organiser une attaque frontale contre le régime sachant qu’une ligne rouge franchie serait fatale. Cependant, Pham Chi Dung dans ses commentaires publics n’a jamais caché son intention de réformer l’État-Parti. Son parcours est celui d’un intellectuel engagé.

L’ombre pratique des « forces hostiles de l’étranger »

Cette simple disposition d’esprit et les actions qui en découlent sont considérées comme une atteinte à l’intégrité de la RSVN. C’est ce qui est reproché aux trois accusés : « production, détention, diffusion d’informations, de documents, d’articles dans le but de s’opposer à l’État »3. Selon le communiqué du ministère de la justice, ils ont écrit des articles pour « déformer et diffamer l’administration du peuple, enfreindre les intérêts du Parti communiste du Vietnam et de l’État »4 ; voilà une accusation des plus larges. Leur crime ? Écrire, commenter, exprimer des idées sans la validation des « comités d’éducation et de propagande », la police de la pensée vietnamienne. Il faut sans doute le rappeler, selon Emerlynne Gil d’Amnesty International : « Le seul crime de ces journalistes est d’avoir osé discuter de politique et d’autres questions d’intérêt public »5.

En réalité, derrière l’action des ces quelques journalistes, le pouvoir communiste redoute les liens et contacts pris avec des organisations politiques exilées susceptibles de renverser la donne ou d’exercer une quelconque influence sur la politique intérieure du pays. En effet, leur condamnation à de lourdes peines tient aussi au fait qu’ils auraient été « régulièrement été en contact avec des opposants au régime » à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant leur arrestation fin 2019 et mi-2020, rappelle l’AFP6. Les autorités de Hanoi agitent toujours dans ces cas précis le vieux spectre du Viêt Tân, l’organisation pro-démocratique basée aux États-Unis la plus honnie du régime.

Bandeau du « Journal du Viêt Nam » et sigle de l’Association des Journalistes Indépendants du Viêt Nam © DR

« Surveiller et punir » en RSVN

Que révèle cet acharnement ? Une fragilité, une obstination, une dérive vers plus d’autoritarisme ? Sans doute les trois à la fois. Le pouvoir a toujours usé d’une certaine paranoïa, processus interne au fonctionnement du communisme d’État avec le besoin d’un antagonisme construit selon les besoins du moment (ennemi intérieur ou extérieur, purge, campagne de rectification idéologique). Pour autant, l’État-Parti, même si traversé par de multiples tensions, ne semble pas fragile. L’obstination politique est aussi une forme récurrente de l’exercice du pouvoir dans ce sens que le PCV a toujours raison. Il donne le « la » et accepte encore difficilement la contradiction ne venant pas de propres ses rangs. Dérive autoritaire ? Force est de constater que la répression contre toute forme de dissidence s’est amplifiée ces dernières quinze dernières années, depuis les premières manifestations d’une société civile organisée. La quasi-totalité de la dissidence, politique ou intellectuelle7, est aujourd’hui neutralisée, emprisonnée ou exilée de force. En octobre 2020, ce fut l’arrestation de la célèbre militante féministe et éditrice Pham Doan Trang8 et depuis quinze ans la liste des (anciens et actuels) prisonniers d’opinion s’est considérablement étoffée.

Pris dans le collimateur de la Sécurité publique, ces journalistes et chroniqueurs politiques indépendants se sont transformés, bien malgré eux, en dissidents puis en « accusés » par l’État-Parti. Dans le Viêt Nam communiste la politique sociale et économique ne se discute pas hors du Parti, la remise en cause des principes de l’autoritarisme ne se discute pas, l’état policier construit depuis la prise du pouvoir en 1945 ne se discute pas malgré les appels à l’ouverture lors de la réforme de la constitution en 20139. Le PCV, fort de sa police et de son armée, peut poursuivre sa route en écrasant les trublions en toute quiétude. A l’approche du XIIIe Congrès du PCV, le message est clair et bien relayé par les médias officiels10. Réprimer pour prévenir. Condamner à de lourdes peines pour dissuader. Emprisonner pour étouffer. Rééduquer pour anéantir. C’est le « surveiller et punir » de la RSVN. « 170 prisonniers politiques sont actuellement incarcérés dans le pays, selon les données de l’ONG [Amnesty International] » rapporte l’AFP11. Quand cette interdiction de penser, d’exprimer des idées, de commenter la chose publique, prendra-t-elle donc fin ? Que restera-t-il comme force à ces journalistes, qui seront âgés respectivement de près de 70 ans, 80 ans et 50 ans pour le plus jeune d’entre eux, au sortir de 15 ans ou de 11 ans de camp et de maltraitance ? Leur engagement total pour la liberté d’expression fera-t-il des émules ?

Comme l’écrivait Pham Chi Dung dans une chanson écrite en détention peu avant Noël : « Le cachot ne peut emprisonner la volonté de liberté… » (« Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do…”)12. En matière de droits humains, l’espoir du Viêt Nam réside dans ces paroles-là.

FG, 07/01/2021. MàJ 08/01/2021.

Photographie « à la une » : Inauguration de la fondation de l’Association des Journalistes Indépendant du Viêt-Nam à Hanoi le 04/07/2014. Source : Dien Dan / Forum

Notes

  1. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/35303 []
  2. Cf. « Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù », BBC Vietnam, 05/01/2021 []
  3. Cf. Khanh Vu, « Vietnam : Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime », Reuters, 05/01/2021, version française Kate Entringer []
  4. Reuters, art. cit. []
  5. AFP, « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », TV5 Monde, 05/01/2021 []
  6. AFP, art. cit. []
  7. Par exemple l’affaire des éditions Tri Thuc en octobre 2018, voir : « Letter of support for Pr. Chu Hao and NXB Tri Thuc, https://indomemoires.hypotheses.org/31650 []
  8. Cf. « Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang », https://indomemoires.hypotheses.org/36574 []
  9. Voir sur ce sujet notre article : « La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ? », https://indomemoires.hypotheses.org/12313 ; « Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive », https://indomemoires.hypotheses.org/7196 []
  10. Cf. VNA/CVN, « Trois hommes poursuivis pour propagande contre l’État », Le Courrier du Vietnam, 05/01/2021 []
  11. « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », art. cit. []
  12. Cf. « VNTB – Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do », Viêt Nam Thoi Bao, 07/01/2021 []

Vietnam: trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti

[ndlr] Une information importante à lire sur TV5 Monde.

Trois journalistes vietnamiens ont été condamnés mardi à des peines de 11 à 15 ans de prison pour avoir critiqué le régime communiste, sur fond de répression croissante à l’approche du congrès du Parti.

Les congrès du Parti communiste, qui ont lieu tous les cinq ans, permettent de renouveler les membres du comité central et du bureau politique, l’instance dirigeante suprême qui en est issue.

Dans les mois qui précèdent, théâtres d’intenses tractations, les autorités ont l’habitude d’intensifier leur répression afin de prévenir toute perturbation.

Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan, membres de l’Association des journalistes indépendants du Vietnam et connus pour leurs plaidoyers en faveur de la démocratie, ont été reconnus coupables, lors d’un procès expéditif à Ho Chi Minh-Ville, d’avoir « fourni et diffusé des informations en ligne contre la République socialiste du Vietnam ».

Lire la suite :

TV5 Monde. URL : https://information.tv5monde.com/info/vietnam-trois-journalistes-emprisonnes-l-approche-du-congres-du-parti-390415

Voir également :

Khanh Vu, version française Kate Entringer, « Vietnam: Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime », Reuters, 05/01/2021. URL : https://uk.reuters.com/article/vietnam-securit-proces-idFRKBN29A18M


La nouvelle a été commentée dans la presse vietnamienne :

« Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù », BBC News / Vietnamese, 05/01/2021. URL : https://www.bbc.com/vietnamese/vietnam-55513271

« Nhà báo Phạm Chí Dũng bị kết án 15 năm tù, 3 năm quản chế », VOA, 05/01/2021. URL : https://www.voatiengviet.com/a/nha-bao-pham-chi-dung-bi-ket-an-15-nam-tu-3-nam-quan-che/5725001.html

Ái Chân, « Tuyên truyền chống Nhà nước, Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù », Sài Gòn Giải Phóng, 05/01/2021. URL : https://www.sggp.org.vn/tuyen-truyen-chong-nha-nuoc-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-707027.html

Tuyết Mai, « Bị cáo Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù », Tuổi Trẻ, 05/01/2021. URL : https://tuoitre.vn/bi-cao-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-20210105141726544.htm


Illustration « à la une » : Les trois accusés lors du procès au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : Nguyen Tuong Thuy, Le Huu Minh Tuan (en arrière-plan) et Pham Chi Dung © VNA

Laurent Gédéon : Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis [HDR].

Toutes nos félicitations à notre collègue Laurent Gédéon pour sa soutenance HDR.


Le vendredi 18 décembre à 15h, à l’ENS de Lyon, Laurent Gédéon, maître de conférences à l’Université catholique de Lyon, membre de l’Institut d’Asie Orientale, a soutenu son habilitation à diriger des recherches intitulée :

« Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».


Jury composé de :

  • Guibourg Delamotte, Maître de Conférences (HDR), INALCO
  • Guy Faure, Directeur de Recherche CNRS (émérite), IRASIA
  • Fabienne Jagou, Maître de Conférences (HDR), Ecole Française d’extrême Orient
  • Pierre Journoud, Professeur des Universités, université Paul Valéry, Montpellier 3
  • Frédéric Lasserre, Professeur titulaire, université Laval, Québec
  • Yveline Lecler, Professeur des Universités émérite, Sciences Po Lyon

Le dossier d’habilitation qui comporte deux volumes s’intitule « Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».

Le premier ou volume principal (272 p.) est axé sur la problématique des archipels Spratleys et Paracels, situés en mer de Chine méridionale et revendiqués simultanément par la République populaire de Chine et le Vietnam. La recherche a permis de valider l’hypothèse selon laquelle le Vietnam, s’il souhaite réaliser ses ambitions géostratégiques en mer de Chine méridionale, se trouve dans l’obligation d’intégrer une architecture géopolitique et sécuritaire régionale comprenant les États-Unis. Elle a également ouvert la voie à la définition d’un nouveau concept géopolitique de « géomaritimité ».

Le deuxième volume ou volume annexe (112 p.) propose un retour sur les travaux antérieurs ainsi qu’un recueil de quelques publications récentes. Ces travaux ont porté sur la communauté sino-vietnamienne (Hoa), le quartier de Cholon à Ho Chi Minh-Ville où elle se concentre et l’impact de sa présence sur les relations entre la Chine et le Vietnam. Une première partie de cette recherche a mis en lumière la persistance du rôle économique important des Hoa, en dépit de leur marginalisation temporaire pendant les années 1970-80 due à la réunification du Vietnam et la mise en place d’un nouveau modèle d’économie socialiste. Ces travaux ont ouvert la voie, dans une deuxième partie, à l’analyse des caractéristiques urbaines du quartier de Cholon et l’évolution du rôle joué par le canal (arroyo chinois) reliant ce quartier à la rivière Sai Gon. Cette recherche a mobilisé les outils offerts par les humanités numériques.

Photo « à la une » : Carte des revendications en mer de Chine méridionale. © CC Wikipédia

Vanessa Frangville : Travailler à partir de témoignages lorsque l’accès au terrain est impossible : le cas ouïghour

Annonce d’un séminaire de recherche de méthodologie. A ne pas manquer. PDF téléchargeable ci-après.

Pour en savoir plus : https://iett.univ-lyon3.fr/travailler-a-partir-de-temoignages-lorsque-lacces-au-terrain-est-impossible-le-cas-ouighour

Pierre-Emmanuel Bachelet : « Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »

Avis de la soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Bachelet.

« Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »,

Pierre-Emmanuel Bachelet

Thèse sous la direction de M. J-P. Bassino

Soutenance le vendredi 11 décembre 2020, à 9h.

Jury de thèse :

  • M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, ENS de Lyon
  • Mme Nadine BÉLIGAND, Maîtresse de conférences, Université Lyon 2
  • M. Leonard BLUSSÉ, Professeur émérite, Université de Leiden
  • M. Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO
  • M. François LACHAUD, Directeur d’études, EFEO
  • Mme Antonella ROMANO, Directrice d’études, EHESS              

La soutenance sera limitée au jury sur Zoom, mais sera diffusée en direct sur Youtube, ce qui permettra à toutes les personnes intéressées d’y assister. Vous pourrez y accéder au lien suivant : https://youtu.be/CPCheVKiPTc 


Résumé :

Cette thèse vise à analyser l’une des connexions majeures des mers de Chine à l’époque moderne : les relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa. A partir du milieu du XVIe siècle, l’impossibilité d’accéder au marché chinois pousse les marchands japonais à investir de plus en plus dans le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Pour les Japonais, le Đại Việt présente des avantages décisifs : il accueille des marchands venus de Chine et est le seul pays de la région à produire lui-même de la soie. De plus, les autorités des deux pays partagent une conception similaire de l’étiquette et une instruction fondée sur les mêmes classiques. Le Champa, quant à lui, revêt une importance capitale auprès des autorités japonaises en tant que pourvoyeur de bois précieux. Ces relations connaissent une profonde restructuration au cours des années 1630, quand le shogunat interdit aux Japonais de quitter le pays, sans que cette connexion ne disparaisse. Par ailleurs, ces contacts avec le monde extérieur ont permis à une cartographie spécifiquement japonaise de se développer. Les cartes réalisées, si elles se fondent sur des modèles européens ou chinois, parviennent cependant à les réinventer et à les dépasser.

La proximité entre le Japon et le Đại Việt en a donc fait des partenaires privilégiés, ce qui a permis l’établissement de communautés japonaises dans les ports viêt. Ces résidents japonais y ont occupé une fonction centrale, celle d’intermédiation entre Européens et autorités viêt. L’objectif de ce travail de recherche est d’expliciter les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et d’analyser les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite, en recourant notamment à des modélisations informatiques.

Abstract :

This dissertation aims to analyse one of the major connections in the early modern China seas, the relations between Japan, Đại Việt and Champa. From the mid-16th century onwards, as they were unable to access the Chinese market, Japanese traders increasingly invested in trade with Southeast Asia, where they were able to exchange silver and copper against silk and tropical products. Đại Việt offered decisive advantages for the Japanese. Merchants coming for China went there to trade and it was the only country to produce silk on its own. Furthermore, the authorities in both countries shared a same vision of diplomacy and their instruction was based on the same classics. As for the Champa, it was of particular importance for the Japanese authorities as a supplier of precious woods. These relations underwent a thorough reorganisation in the 1630’s, when the shogunate prohibited the Japanese from leaving the country, but this connection remained strong. Besides, these contacts with the outside world enabled a specifically Japanese cartography to emerge. Although they were based on European or Chinese models, these maps succeeded in reinventing and going beyond these models.

The proximity between Japan and Đại Việt made them privileged partners and led to the settlement of Japanese communities in Viêt ports. These Japanese residents played a crucial role in these societies, as go-betweens between the European and Viêt authorities. The purpose of this research work is to demonstrate how this common understanding emerged, and to analyse the networks that shaped it, notably through computer modelling.


Illustration « à la une » : document de P-E. Bachelet © DR

Nguyễn Ngọc Châu : Sur le Caodaïsme vietnamien [2020]

Nous remercions M. Nguyễn Ngọc Châu pour l’autorisation de vous proposer sur Mémoires d’Indochine la mise à jour de sa monographie parue précédemment en 2017. Il y traite dans la globalité et dans le détail l’histoire de cette nouvelle religion typiquement vietnamienne née dans le delta du Mékong dans les années 1920.

Document téléchargeable.


Pour en savoir plus voir le site personnel de l’auteur : https://sites.google.com/view/nguyenngocchau/mes-articles

Illustration « à la une » : Temple caodaïste sur l’avenue Tran Hung Dao #1 © 2012 François Guillemot / Virtual Saigon