Tous les articles par indomemoires

Commémorations officielles du quarantième anniversaire du renversement du régime des Khmers Rouges – Marine Bruder

Le 7 janvier 1979, l’armée des volontaires du Vietnam accompagnée du Front Uni du Salut National du Cambodge, un agrégat des différents mouvements de résistance cambodgienne, s’emparent de la capitale Phnom Penh aux mains de l’ennemi depuis « 3 ans, 8 mois et 20 jours ». Le régime génocidaire de Pol Pot ayant « provoqué la submersion et la destruction de la nation cambodgienne sous toutes ses formes » se délite mais persévère dans sa conquête du pays dans l’ombre.

La Guerre civile qui suit le renversement des Khmers rouges perdure pendant près d’une dizaine d’années, or le Vietnam dès lors au commandement souhaite imposer l’ordre et réunir cette nation terrifiée, souffrante et victime auprès d’une idéologie unique. Le clivage de la société est critique et les enjeux sont de tailles. Aux yeux du pouvoir vietnamien, le retour à l’ère du communisme des Khmers rouges signerait l’arrêt de mort de ce pays aux millénaires de traditions et coutumes. Cette jeune République Populaire du Kampuchéa n’a donc que d’autres choix l’instrumentalisation de la mémoire de cette nation. Les horreurs de ce génocide doivent être énoncées haut et fort pour que le peuple ne puisse oublier, pour que la nation se batte auprès de ceux qui rétablissent la justice.

Des lieux de cultes émergent des cendres des victimes : la prison S-21 espace clos des tragédies accueille et exhibe les ossements des ennemis de Pol Pot. Des sanctuaires s’animent auprès des sépultures disséminées dans l’ensemble du pays, des tribunaux populaires se réunissent pour juger les crimes du régime, des commissions d’enquêtes sont réalisées afin de rapporter les témoignages et les récits les plus poignants de cette sombre ère du Cambodge. De cette politique mémorielle deux dates sont choisies afin de convier le peuple dans son entièreté à célébrer la victoire dite « triomphante » du Vietnam et de la Résistance et se remémorer les pires atrocités commises. Le 7 janvier et le 20 mai deviennent ces deux dates officielles pour se souvenir du passé, en tirer des leçons et construire un avenir glorieux et prospère au Cambodge. Quarante ans plus tard, le peuple se souvient.

Lire l’ensemble du texte (PDF) :

Martina Thucnhi Nguyen – On Our Own Strength: The Self-Reliant Literary Group and Cosmopolitan Nationalism in Late Colonial Vietnam

Une parution à ne pas manquer ! Présentation de l’éditeur (University of Hawaii Press).

On Our Own Strength examines the political activities of the most influential intellectual movement in interwar French-occupied Vietnam. The far-reaching work of the Self-Reliant Literary Group (Tự Lực Văn Đoàn) included applied design, urban reform, fashion, literature, journalism, and cartoons; its work was deeply political in both form and intent. The Group drew upon a wide range of global intellectual currents and practices to build an enlightened public that would one day serve as the basis of a modern Vietnamese nation. Its nationalist vision sought a nonviolent middle path between colonialism and anticolonial struggle, advocating a process of gradual decolonization that ultimately ended in Vietnamese autonomy. This form of cosmopolitan nationalism proved tremendously popular among ordinary Vietnamese and necessarily shaped local politics, influencing the political agenda of even rival groups such as the newly revived Indochinese Communist Party (ICP). On Our Own Strength shows how the Group’s vision shaped the ways ICP positioned itself and sought popular support in the years leading up to the August Revolution and beyond. In later years, the party attempted to erase the Group’s early influence on national politics, banning their writings and casting them as little more than bourgeois literary figures. In recovering the Group’s unique response to the world around them, this book bridges the areas of political, cultural, and intellectual history, drawing them together into a rich narrative of Vietnamese nation-building from the bottom-up within a larger global context​.

Martina Thucnhi Nguyen offers a powerful model for the field of Vietnamese studies as it continues to move beyond simplistic and political narratives of its most tumultuous period. Groundbreaking in perception, her book engages broadly with global history, European history, and imperial studies to explore colonialism’s hybrid cultural and political forms. She examines how the Self-Reliant Literary Group weighed in on everything from women’s fashion and public housing to the major political ideologies of the era, in a unique style that mixed French-inflected ideas with Vietnamese norms and forms. As a deep case study of important figures on the Vietnamese moderate left, On Our Own Strength provides an injection of color and nuance into a history that is often too monochromatic.

Source : https://uhpress.hawaii.edu/title/on-our-own-strength-the-self-reliant-literary-group-and-cosmopolitan-nationalism-in-late-colonial-vietnam/

Exposition virtuelle « Les travailleurs indochinois » – du 10 au 18 Avril 2021

A explorer en ligne cette semaine.

Exposition virtuelle et témoignages associés du 10 au 18 Avril 2021.

Une exposition de Dzu LÊ LIÊU (Enseignante en audiovisuel au Lycée des Arènes de Toulouse et réalisatrice de Les Hommes des 3 Ky – Hulot Prod., CERRAVHIS, Médiathèque des Trois Mondes, 1996). Liêm-Khê LUGUERN (Enseignante au collège de Gaillac (Tarn) et docteur en histoire, thèse sous la direction de Gérard Noiriel, Les «travailleurs indochinois» – Étude socio-historique d’une immigration coloniale, 1939-1945). Laure TEULIÈRES (Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, rattachée au laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136) et codirectice de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire).

Pour participer à l’effort de guerre en métropole, la France est allée chercher dans l’Empire colonial des soldats et de la main-d’œuvre pour remplacer les hommes partis au front. Si le souvenir des bataillons d’Afrique n’a pas encore disparu, la présence des Indochinois en France est souvent méconnue.

De son nom complet « Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945) », cette exposition remarquable relève d’un projet culturel et pédagogique ambitieux : contribuer à transmettre au grand public le parcours de ces migrants, à travers histoires familiales et destins personnels. Exposition originale de 13 panneaux constituée en 2016 par Dzu Lê Liêu, Liêm-Khê Luguern, Laure Teulières, François Vuong Triêu et la Mission égalité diversité de la ville de Toulouse, dont une sélection vous est présentée par Made in Asia.

Pour en savoir plus :

Made in Asia : https://www.madeinasia.fr/session/exposition-les-travailleurs-indochinois/

Illustration « à la une » : Salut aux couleurs de la République Démocratique du Viêt-Nam naissante dans un camp de « travailleurs indochinois » vers 1948 © Collection LK Luguern

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) : Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est – 9 avril 2021

Dernière séance du séminaire de l’IrAsia.

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) :

Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est.

  • Gilles de Gantès : Approcher une modernité asiatique avec des sources coloniales.
  • Aurore Candier : Les transformations des conceptions politiques en Birmanie au XIXème siècle.

Vendredi 09 avril 2021 à 14h en visioconférence.

Inscription et lien de connexion : louise.bertaux-pichard@univ-amu.fr

Pierre Petit : Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques – 15 avril 2021

A ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire « Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est » aura lieu ce jeudi 15 avril, de 14h à 17h.

Nous aurons le plaisir d’accueillir l’anthropologue Pierre Petit (Université libre de Bruxelles), pour un exposé intitulé :

Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques.

De 16h à 17h, nous continuerons notre atelier de travail de textes classiques avec une discussion d’un ensemble de textes (auteurs : Y. Goudineau, C. Archaimbault, F. Engelmann) autour de l’anthropologue Charles Archaimbault, présentés par Wu Yue.

La lecture des textes autour de C. Archaimbault est fortement conseillée pour cette séance. Ils sont disponibles à cette adresse: https://www.persee.fr/issue/asean_0859-9009_2001_num_8_1

Pour assister au séminaire, merci de contacter l’un des organisateurs ou de vous inscrire sur https://listsem.ehess.fr/

Bien cordialement

Vanina Bouté, Yves Goudineau et Catherine Scheer

Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales : CR de lecture de Vincent Leclair

Nelcya Delanoë et Caroline Grillot, Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales, Paris, L’Harmattan, 2020. Compte-rendu de lecture de Vincent Leclair.

Douze années. Douze années d’enquête sont concentrées dans ce petit livre original et haletant signé Nelcya Delanoë et Caroline Grillot. Une plongée dans les méandres de vies composées-décomposées-recomposées au gré de la dislocation puis du réagencement de ce qui fut l’Empire français et la colonisation.

Les deux autrices, Nelcya Delanoë (Poussières d’empires, Paris, PUF, 2002), historienne de la génération de 1968 qui arpente le monde depuis son enfance et l’ethnologue Caroline Grillot (Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite, ou re-socialisées : les “fiancées” vietnamiennes en Chine, Paris, IRASEC, 2010), chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale et spécialiste de l’antimonde et de l’apiculture Chinois, livrent dans ces 150 pages les fruits polymorphes d’un long travail composé de tours, de retours et de détours entre le Maroc, le Vietnam et la France, autant de circulations qui donnent à voir les complexes entrelacs existentiels de la génération des enfants de soldats marocains du Corps expéditionnaire français d’Extrême Orient (1945-56) qui désertèrent pour rallier le Viêt Minh.

L’ouvrage est original car polyphonique et buissonnant, ce que souligne la préface de François Guillemot, spécialiste de l’histoire du Viêt Nam. L’écriture à quatre mains relate le parcours de Dung, l’héroïne, femme vietnamienne née de la rencontre d’un soldat marocain du Corps Expéditionnaire Français en Extrême Orient (troupes envoyées en Indochine de 1946 à 1954) puis rallié au Viet Minh. Rappelons qu’environ un quart des troupes du CEFEO était composé de soldats algériens, tunisiens et marocains.

Lire la suite : https://clio-cr.clionautes.org/casablanca-hanoi-une-porte-derobee-sur-des-histoires-postcoloniales.html

Soutenance de thèse : Estelle Miramond « De la lutte anti-traite à la mise au travail » (29 mars 2021)

Annonce d’une soutenance de thèse sur la Laos contemporain.

De la lutte anti-traite à la mise au travail.  Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation

par Estelle Miramond

La soutenance aura lieu le lundi 29 mars à 9 heures à l’Université de Paris, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris.

Au vu du contexte sanitaire sanitaire, elle se déroulera en semi-présentiel et sera transmise par visio-conférence.

Le jury est composé de :

  • Pascale ABSI, Examinatrice, Chargée de recherche, IRD
  • Vanina BOUTÉ, Co-directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Picardie
  • Jules FALQUET, Directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Paris
  • Jane FREEDMAN, Rapportrice, Professeure, Université Paris 8
  • Yves GOUDINEAU, Président, Directeur d’études, École française d’Extrême-Orient
  • Pierre PETIT, Examinateur, Professeur, Université Libre de Bruxelles
  • Maud SIMONET, Rapportrice, Directrice de recherche, CNRS
Travailleuses laotiennes © Estelle Miramond

Résumé de la thèse

Au Laos, les programmes de lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle des femmes se multiplient depuis la décennie 2000. Le pays, l’un des plus pauvres de la région, connaît une migration de main d’œuvre féminine importante vers la Thaïlande voisine, notamment dans l’industrie du sexe. Les études consacrées à la lutte contre la traite se concentrent principalement sur les discours anti-traite et se focalisent sur la répression du travail sexuel. Au contact des femmes concrètement prises en charge par ces politiques, la thèse s’appuie sur une ethnographie de long cours réalisée dans des centres de réhabilitation pour victimes de traite du Laos et des dortoirs d’usines de Vientiane et Savannakhet.

Mobilisant un cadre théorique féministe matérialiste, la thèse fait émerger le concept de « politique d’immobilisation ». Le terme désigne les formes institutionnalisées de restriction des mobilités spatiales et sociales de jeunes femmes imposées au nom de leur protection et facilitant l’exploitation de leur travail. La thèse montre que le secteur anti-traite prolonge des formes d’appropriation collective et individuelle des femmes également en jeu dans l’institution familiale et sur le marché du travail. Les centres de réhabilitation et les dortoirs d’usines sont analysés comme des espaces d’immobilisation et de mise en ordre du genre créant aussi les conditions d’une remise en cause partielle de ses frontières.

Mots clefs : migrations  –  travail  –  études de genre  –  anthropologie de l’humanitaire – féminisme matérialiste  –  secteur anti-traite  –  refuges  –  politiques d’immobilisation  –  Laos  – dortoirs d’usines. 

Illustration « à la une » : Annexe photographique © Estelle Miramond