Tous les articles par indomemoires

Eté 2022 : la bibliothèque vietnamienne de l’IAO enrichit ses collections

A l’heure où la circulation internationale des ouvrages en langues asiatiques est soumise aux contraintes liées à la pandémie de coronavirus, la bibliothèque vietnamienne de l’IAO (Institut d’Asie Orientale, UMR 5062) à Lyon poursuit son développement par d’autres voies.

Depuis sa fondation en 2003, la bibliothèque en langue vietnamienne s’est enrichie chaque année de dons de chercheurs, spécialistes du Viêt Nam et de l’Asie du Sud-Est. Outre l’apport initial très important du Fonds Georges Boudarel, les collections vietnamiennes ont été régulièrement augmentées par des achats auprès de nos fournisseurs vietnamiens, français ou américains ou des dons de particuliers (Philippe Devillers, Daniel Hémery, Philippe Langlet, Paul Mus, Judy Stowe, Trân Van Ân…). L’ensemble de la collection réunit actuellement plus de 8000 ouvrages et près d’une centaine de titres de revues.

Cet été 2022 a été marqué par un don important d’ouvrages vietnamiens édités principalement aux Etats-Unis, au Canada ou en Europe. Par l’intermédiaire d’un vieil ami vietnamien, nous avons répondu présent pour réceptionner ce don situé en banlieue sud de Paris chez le Dr Phạm Hữu Thành, radiologue à la retraite. Trois chercheurs, spécialiste du Viêt-Nam, Pascal Bourdeaux (GSRL / EPHE-PSL), Laurent Gédéon (IAO / UCL) et François Guillemot (IAO / CNRS), ont pu évaluer la quantité d’ouvrages, autour d’un millier de titres, et repérer des collections importantes de revues. Quelques 85 caisses petites et grandes ont été ramenées à Lyon.

M. Pham Huu Thanh et Mme Vinh Long devant leur don pour l’IAO © FG 2022
Les chercheurs F. Guillemot, P. Bourdeaux et L. Gédéon en compagnie de M. Thành

Le fonds Phạm Hữu Thành, réceptionné en vrac doit cependant faire l’objet d’un tri conséquent car une partie des ouvrages et des revues sont abimés et de nombreux doublons sont présents dans la collection.

En effet, la particularité de ce fonds est qu’il rassemble en son sein de nombreux ouvrages ayant appartenu à l’écrivain Hồ Trường An (1938-2020), un auteur prolixe, spécialiste de la culture méridionale du Viêt Nam et ami des donateurs. Né en 1938 dans la province de Vĩnh Long et décédé en France en 2020, Hồ Trường An a consacré sa vie à l’écriture et la promotion de la culture méridionale. Parmi les quelques centaines d’ouvrages qui vont rejoindre prochainement les rayons des compactus de la collection vietnamienne de l’IAO à Lyon, une belle collection d’ouvrages rédigés par cet auteur et offerts par son ami Bernard Detrez pourra y figurer (une quarantaine d’ouvrages).

L’écrivain Hồ Trường An, décédé à Troyes en 2020. Source : Người Việt

Grâce à ce don, l’IAO va compléter ses collections en littérature, histoire et culture. Des auteurs et autrices fondamentaux pour la compréhension de la société vietnamienne des années 1990 et de l’exil seront ainsi fortement représentés. On peut compter parmi eux les écrivain-es clés du Renouveau (Đổi Mới) : Dương Thu Hương (1947-), Nguyễn Huy Thiệp (1950-2021), Tô Hoài (1920-2014)… mais aussi et surtout tout la production critique et fictionnelle des écrivains de Saigon qui ont poursuivi leur art littéraire jusque dans leur exil lointain. On peut citer : Doãn Quốc Sỹ (1923-), Duyên Anh (1935-1997), Đặng Phùng Quân (1942-), Kiệt Tấn (1940-), Lê Tất Điều (1942-), Mai Thảo (1927-1998), Nguyễn Mộng Giác (1940-2012), Nguyễn Ngọc Ngạn (1945-), Nguyên Sa (1932-1998), Nhậ̣t Tiến (1936-2020), Phạm Công Thiện (1941-2011), Phạm Duy (1921-2013), Tạ Chí Đài Trường (1938-2016), Tạ Tỵ (1921-2004), Võ Đình (1933-2009), Võ Phiến (1925-2105) ou Xuân Vũ (1930-2004).

Fait notable également, grâce à la collection Hồ Trường An, des autrices souvent invisibilisées dans l’historiographie du livre et de l’édition, sont à signaler : Nguyễn Thị Chân Quynh (1931-), Nguyễn Thị Hoàng (1939-), Nhã Ca (1939-), Phạm Thị Hoài (1960-), Phương Khánh (1936-2020), Trần Thị Diệu Tâm (1946-), Thụy Khuê (1944-), Vi Khuê (1931-2018).

Une autre particularité de ce fonds est de proposer un ensemble de sources littéraires et culturelles sur la partie méridionale du pays et le delta du Mékong. On y trouvera les grands auteurs du Sud ou installé au Sud comme Bình Nguyên Lộc (1914-1987), Hứa Hoành, Huỳnh Minh (1913-?), Nguyễn Hiến Lê (1912-1984), Nguyễn Văn Ba, Phạm Thắng, Phan Nhật Nam (1943-), Sơn Nam (1926-2008) ou encore Vương Hồng Sển (1902-1996). Ainsi l’ensemble de la collection vietnamienne s’enrichit sur le plan des monographies culturelles et régionales dédiées au Sud du pays.

D’autres ouvrages d’écrivains célèbres ou de groupe littéraire comme le Tự Lực Văn Đoàn sont aussi présents dans la collection comme les écrits des intellectuels Hồ Hữu Tường (1910-1980), Vũ Ngọc Phan (1902-1987), ainsi que de nombreux recueils et anthologies de poésie.

Aperçu des premiers ouvrages catalogués dans le domaine littéraire.
Parmi les récits personnels vietnamiens : Xuân Vũ, Nguyễn Thụy Long, Tô Hải, Cao Xuân Huy, Hoàng Liên… Photos FG

En outre, le domaine religieux est couvert grâce aux ouvrages de référence (histoire, textes et pratiques du bouddhisme). Sur le bouddhisme, on y retrouve ainsi les ouvrages de référence de Nguyên Phong, Nhất Hạnh (1926-2022) ou Tuệ Sỹ (1943-). Des collections sur la culture chinoise classique, notamment les romans « de capes et d’épées » et les grands romans à épisodes beaucoup lus dans le Sud du pays, font également parties de ce fonds très riche.

Enfin, dans le domaine des récits à portée historique, on retrouve les mémoires et témoignages des acteurs du conflit vietnamien : récits personnels vietnamiens témoignant de la guerre vue de la République du Viêt-Nam (Sud) comme celui de Cao Xuân Huy, récemment traduit en français, ou récits retraçant des aspects de l’histoire politique dans le Sud du pays (sur les Bình Xuyên, sur les différents pouvoirs républicains de Saigon entre 1955 et 1975, sur la résistance anticommuniste post-1975, sur l’univers concentrationnaire de la RSVN).

Il est encore trop tôt pour connaître la quantité d’ouvrages qui rejoindront les collections de l’IAO mais on peut estimer quelques 500 titres repérés, dûment sélectionnés. Au 1er octobre 2022, une centaine d’ouvrages ont été catalogués et ont rejoint les rayons de la bibliothèque. Parmi cet ensemble on retrouve les œuvres de Doãn Quốc Sỹ, Duyên Anh, Dương Thu Hương, Đặng Phùng Quân, Hồ Hữu Tường, Mai Thảo, Nguyễn Hiến Lê, Nguyễn Mộng Giác, Nguyễn Ngọc Ngạn, Nguyễn Thị Hoàng, Nhã Ca, Nhậ̣t Tiến, Phạm Thị Hoài, Võ Phiến (à venir), Xuân Vũ.

La revue littéraire Văn Học (année 1995) qui consacra des numéros spéciaux sur les 25 ans de littérature des Vietnamiens de l’étranger dont la littérature d’exil.

Sur le plan des revues, des collections quasi complètes de revues importantes éditées aux Etats-Unis entre 1980 et 2010 seront bientôt disponibles. Parmi celles-ci : Hợp Lưu, Khởi Hành, Làng Văn, Thế Kỷ 21, Văn, Văn Học… D’autres petites collections s’y ajoutent telles que Cao Thơm, Gió Văn, Hải Ngoại Nhân Văn, soit près d’une douzaine de titres. Ces revues essentiellement littéraires proposent un contenu très riche, de grande qualité, pour l’étude de la production intellectuelle en exil, les réseaux d’écrivains, le tissu associatif, les interactions et dialogues avec les écrivain-es du pays.

En provenance du Viêt-Nam, Kiến thức ngày nay, une revue de vulgarisation culturelle éditée à Hô Chi Minh-Ville et très lue dans le Sud rejoindra la collection.

En conclusion, le Fonds Phạm Hữu Thành présente la double particularité de témoigner du contenu d’une bibliothèque vietnamienne dans la communauté exilée avec de nombreux ouvrages toujours interdits de publication au Viêt-Nam et d’offrir une vue exceptionnelle sur le Sud par sa littérature, sa culture et son histoire avec ses prolongements au-delà des mers (hải ngoại).

L’IAO remercie chaleureusement le Dr Phạm Hữu Thành, Mme Lê Vĩnh Long et le regretté Hồ Trường An ainsi que son ami Bernard Detrez pour ce don de grande qualité.

FG, 03/10/2022.

Du port au monde. Une histoire globale des ports indochinois (1858-1956) – Colloque à Đà Nẵng les 27, 28 et 29 octobre 2022

Annonce d’un important colloque franco-vietnamien à Đà Nẵng (Viêt-Nam) les 27, 28 et 29 octobre 2022. Programmes téléchargeables ci-dessous en français, vietnamien et anglais.




Pour s’inscrire :

Un lien d’inscription est disponible sur la troisième page de la plaquette du programme (en vietnamien, en français ou en anglais). Les liens de connexion seront envoyés aux inscrits une semaine avant la tenue de l’événement. Comme indiqué sur le programme, les intéressé-es peuvent s’adresser au coordinateur du colloque aux deux adresses suivantes : 

Christopher Goscha – The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam

A ne pas manquer ! La guerre d’Indochine telle qu’elle fut. Présentation de l’éditeur.

Résumé :

On May 7, 1954, when the bullets stopped and the air stilled in Dien Bien Phu, there was no doubt that Vietnam could fight a mighty colonial power and win. After nearly a decade of struggle, a nation forged in the crucible of war had achieved a victory undreamed of by any other national liberation movement. The Road to Dien Bien Phu tells the story of how Ho Chi Minh turned a ragtag guerrilla army into a modern fighting force capable of bringing down the formidable French army.

Taking readers from the outbreak of fighting in 1945 to the epic battle at Dien Bien Phu, Christopher Goscha shows how Ho transformed Vietnam from a decentralized guerrilla state based in the countryside to a single-party communist state shaped by a specific form of “War Communism.” Goscha discusses how the Vietnamese operated both states through economics, trade, policing, information gathering, and communications technology. He challenges the wisdom of counterinsurgency methods developed by the French and still used by the Americans today, and explains why the First Indochina War was arguably the most brutal war of decolonization in the twentieth century, killing a million Vietnamese, most of them civilians.

Panoramic in scope, The Road to Dien Bien Phu transforms our understanding of this conflict and the one the United States would later enter, and sheds new light on communist warfare and statecraft in East Asia today.

Source : https://press.princeton.edu/books/hardcover/9780691180168/the-road-to-dien-bien-phu


C. Goscha : La guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle ? (L’Histoire, n°499)

A lire dans le magazine L’Histoire, numéro 499 : une nouvelle analyse de l’historien Christopher Goscha sur la guerre d’Indochine et sa violence multiforme (1945-1954).

Les exactions commises par l’armée française contre les populations civiles en Indochine restent largement méconnues. Bombardements au napalm, massacres de civils, déshumanisation de l’adversaire : la spirale de la violence n’a pas commencé avec les Américains.

Lien : https://www.lhistoire.fr/la-guerre-de-d%C3%A9colonisation-la-plus-violente-du-xxe-si%C3%A8cle (article pour abonné.es)


Image “à la une” : Prisonniers de l’Armée populaire du Viêt Nam, bataille de Diên Biên Phu. Source : http://dienbienphuredstarminiatures.blogspot.com/2014/06/dien-bien-phu-some-pictures-in-memory.html © DR

La violence politique vue par les historiens… collège de France – jeudi 23 juin 2022

Journée d’étude au Collège de France. A ne pas manquer.

Deux chercheurs de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon participent au colloque organisé conjointement par le Pr. Anne Cheng et le Pr. Henry Laurens.

Jeudi 23 Juin 2022
Collège de France – Amphithéâtre Guillaume Budé, 11 place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

  • François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”
  • Arnaud Nanta, “Les sources primaires des officiers japonais lors du massacre de Nankin : construction du fonds, typologie, débats”

Présentation en ligne : https://www.college-de-france.fr/site/anne-cheng/symposium-2021-2022.htm

Programme en ligne : https://www.college-de-france.fr/media/anne-cheng/UPL2109539299766013963_AFF_Cheng_Laurens_21_22.pdf


François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”

Retour vers le nord (RDVN) des prisonniers de guerre, la pancarte dit “Retourner chez les communistes c’est se suicider”.

Résumé :

La guerre du Viêt-Nam, conflit emblématique du XXe siècle, a mis à rude épreuve sa population à travers une guerre civile de 30 ans entre 1945 et 1975. Mais que sait-on finalement des pratiques polémologiques de cette guerre d’unification aux multiples strates ? Notre intervention questionnera la catégorie “guerre civile” et les violences de guerre dans le cadre du conflit vietnamien entre 1945 et 1975. Il s’agira de comprendre comment “la guerre du peuple”, théorisée par le général Vo Nguyên Giap dans un ouvrage célèbre, se transforme peu à peu en “guerre civile révolutionnaire” au Sud dans le contexte de la guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre. Avec la primauté donnée à la “violence révolutionnaire”, nous avançons l’idée que deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. Ce glissement vers la stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de “guerre civile” est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975).

Pour écouter la conférence :

L’autre Viêt-Nam. Jalons pour l’histoire d’une révolution démocratique empêchée – 19 mai 2022 – IrAsia

Dans le cadre du séminaire de recherche sur le Viêt Nam et de la coopération inter-laboratoires IAO / IrAsia / EPHE, François Guillemot fera une présentation sur une recherche en cours.

Date : jeudi 19 mai 2022, 9-12h

Lieu : Université Aix-Marseille, laboratoire IrAsia UMR 7306

Résumé :

Avant la victoire communiste de 1975, il a existé de multiples options alternatives à la réunification nationale et l’indépendance du pays. Cette communication permettra de poser quelques jalons provisoires sur les artisans et partisan.es d’une « praxis non-révolutionnaire » pour accéder à l’indépendance tout en menant un combat pour les valeurs démocratiques.

De la revendication de réforme de l’Etat colonial à la contestation du parti unique par la dissidence actuelle une histoire des idées peut ainsi prendre forme et rappeler la complexité politique intrinsèque de ce pays. A partir des textes produits par des Vietnamien-nes engagé.es dans la lutte pour l’indépendance et la liberté politique, l’ouvrage fait émerger les alternatives oubliées, effacées ou proscrites par l’historiographie officielle.

A travers tout le XXe siècle, de la situation coloniale en passant par la révolution indépendantiste et la guerre civile jusqu’aux transformations politiques post-réunification, nous tenterons de comprendre pourquoi et comment le pluralisme politique n’a pu se maintenir et ce que cela implique pour les temps présents.

Enfin, ces regards critiques sur l’Etat colonial, la monarchie ou le communisme et ces aspirations pour une transformation pacifique ou l’avènement d’une démocratie sociale à visage humain conservent encore aujourd’hui toute son actualité pour penser le Viêt Nam de demain.

La communication sera suivie d’une discussion.

Source : IAO – https://iao.cnrs.fr/actualite/lautre-viet-nam-jalons-pour-lhistoire-dune-revolution-democratique-empechee/

Disparition : Linda Lê (1963-2022)

Nous avons appris la disparition de l’écrivaine Linda Lê. Immense tristesse. La presse lui rend hommage.

« J’aime l’incandescence des mots, que les livres soient des brasiers » (Linda Lê)

  • France Info Culture / AFP, “La romancière Linda Lê est morte à l’âge de 58 ans”, France Info, 9 mai 2022 :

L’autrice serait décédée d’une longue maladie d’après sa maison d’édition. En 2019, elle avait été récompensée du prix littéraire Prince de Monaco.

URL : https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/la-romanciere-linda-le-est-morte-a-l-age-de-58-ans_5127430.html


  • Le Monde / AFP, “La romancière française Linda Lê est morte”, Le Monde, 9 mai 2022 :

Elle avait 23 ans quand est paru son premier roman, « Un si tendre vampire », en 1986, mais c’est avec « Les Évangiles du crime », en 1992, qu’elle s’est sentie naître à la littérature, disait-elle.

URL : https://www.lemonde.fr/livres/article/2022/05/09/mort-de-la-romanciere-linda-le_6125354_3260.html


  • Astrid de Larminat, “Mort à 58 ans de la romancière Linda Lê, éternelle exilée”, Le Figaro, 9 mai 2022 :

DISPARITION – Elle disait être entrée en littérature avec Les Évangiles du crime, paru en 1992. Pour l’ensemble de son œuvre incandescente, l’auteure française d’origine vietnamienne avait reçu en 2009 le prix Prince Pierre de Monaco.

URL : https://www.lefigaro.fr/livres/mort-a-58-ans-de-la-romanciere-linda-le-eternelle-exilee-20220509


  • Frédérique Roussel, “Disparition. Mort de Linda Lê, partie retrouver les ombres”, Libération, 9 mai 2022 :

La romancière et critique née au Vietnam, autrice d’une trentaine de livres essentiellement chez Bourgois, s’est éteinte lundi 9 mai à 58 ans.

URL : https://www.liberation.fr/culture/livres/mort-de-linda-le-partie-retrouver-les-ombres-20220509_NADQN6BBQZETRGK4F4OMRC7JDI/


  • Elisabeth Philippe, “Linda Lê, l’écrivaine à l’œuvre peuplée de fantômes, est morte”, L’Obs, 9 mai 2022 :

Romancière née au Vietnam, autrice de « Cronos » et de « Lame de fond », Linda Lê s’est éteinte, lundi 9 mai. Elle avait 58 ans.

URL : https://www.nouvelobs.com/bibliobs/20220509.OBS58200/linda-le-l-ecrivaine-a-l-uvre-peuplee-de-fantomes-est-morte.html


Image “à la une” : La romancière Linda Lê (Mathieu Bourgois)