Le président Tô Lâm prête serment [Le Courrier du Vietnam]

Tô Lam, ministre de la Sécurité publique est confirmé dans sa nomination de Président de la République socialiste du Viêt-Nam.

Le nouveau président de la République, Tô Lâm. Photo : VNA/CVN

Tô Lâm, membre du Bureau Politique, ministre de la Police, député de la XVe législature de l’Assemblée nationale, a été élu président vietnamien pour le mandat 2021-2026, lors d’une séance de travail sur le personnel de la 7e session de la XVe législature de l’Assemblée nationale, tenue mercredi matin 22 mai à Hanoï.

Lire la suite : https://lecourrier.vn/le-president-to-lam-prete-serment/1232247.html


Voir également :

VNA/CVN, “Assemblée nationale : Tô Lâm élu président du Vietnam”, Le Courrier du Vietnam, 22 mai 2024. URL : https://lecourrier.vn/assemblee-nationale-to-lam-elu-president-du-vietnam/1232242.html

VNA/CVN, “Biographie du président de la République, Tô Lâm”, Le Courrier du Vietnam, 22 mai 2024. URL : https://lecourrier.vn/biographie-du-president-de-la-republique-to-lam/1232263.html

AFP / La Croix, “Vietnam : To Lam, ministre de la sécurité publique, confirmé comme nouveau président”, La Croix, 22 mais 2024. URL : https://www.la-croix.com/vietnam-to-lam-ministre-de-la-securite-publique-confirme-comme-nouveau-president-20240522 (accès libre)


Vidéo de la prestation de serment du nouveau Président de la RSVN : https://media.chinhphu.vn/video/chu-tich-nuoc-to-lam-tuyen-the-nham-chuc-18952.htm

Assurer les services de l’arrière dans la campagne de Dien Bien Phu [infographie Nhân Dân]

A l’appui d’une infographie parlante, rappel de la formidable mobilisation du gouvernement de la RDVN et de l’Armée populaire vietnamienne sur les services de l’arrière lors de la bataille de Diên Biên Phu. Infographie publiée sur le site de l’organe officiel du PCV.

La Victoire de Dien Bien Phu est l’une des victoires glorieuses dans l’histoire de la lutte du peuple vietnamien contre les agresseurs étrangers au 20e siècle. C’était une victoire de la résistance de longue durée et pénible du peuple vietnamien sous la direction du Parti et du Président Ho Chi Minh. L’un des facteurs majeurs de la victoire, c’étaient la volonté et les efforts de tout le peuple et de toute l’armée pour surmonter toutes les difficultés et libérer le pays.

Voir l’infographie : https://fr.nhandan.vn/assurer-les-services-de-larriere-dans-la-campagne-de-dien-bien-phu-post89221.html


Image “à la une” : procession de vélos pour ravitailler Diên Biên Phu, source : VNA

André Menras : Vietnam, entre le meilleur et le pire – 50 ans de fidélité aux combats de ma jeunesse [parution]

Parution d’un témoignage exceptionnel sur le long compagnonnage de André Menras avec le Viêt-Nam, pays dont il devenu citoyen en 2009. Une chronique sans fard, corrosive pour les pouvoirs et bienveillante pour les petites gens des rizières ou de la mer. A lire pour mieux comprendre les enjeux cruciaux de ce pays.

Présentation de l’éditeur ci-dessous.

Beaucoup d’aventuriers affirment que l’important n’est pas la destination mais le voyage lui-même. Et le mien a été beau. Partager jusque dans la prison une période décisive des combats d’un peuple en phase finale de décolonisation et voir naître la paix dans ce Vietnam martyrisé, continuer l’aventure avec lui pour construire la démocratie : quel privilège ! 

Tout au long de ce chemin, poussé par le hasard des grandes turbulences de l’Histoire et d’extraordinaires rencontres humaines, je me suis efforcé de rester « du côté des larmes », selon les mots de mon ami le poète Hoàng Hưng. Larmes, de douleur ou de joie qui réunissent dans un même espoir de bonheur ceux que l’on nomme les vainqueurs et les vaincus dans cette famille vietnamienne écartelée.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/vietnam-entre-le-meilleur-et-le-pire/

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

Christopher Goscha : Guerre d’Indochine, des prisonniers travailleurs dans l’armée française [L’Histoire n°519, mai 2024]

Une contribution inédite de l’historien Christopher Goscha à lire dans le n°519 de la revue L’Histoire. Amorce de l’article ci-dessous (accès sur abonnement).

1950 : prise dans un engrenage infernal et ayant besoin de main-d’oeuvre, l’armée française met massivement au travail des prisonniers vietnamiens, parfois même sur des zones de combat, tout en étant consciente de mépriser les règles internationales du droit humanitaire. Une dérive dévoilée pour la première fois.

Photo Paul Corcuff / ECPAD. Réf. ANN53-9R49 DEFENSE

Le 13 février 1991, lors d’un colloque au Sénat sur le Vietnam, un groupe d’anciens combattants de la guerre d’Indochine dénonce publiquement Georges Boudarel, maître de conférences à Paris-VII, alors qu’il s’apprête à prendre la parole, et l’accuse d’avoir servi de commissaire politique dans un camp viêt-minh communiste quarante ans plus tôt. Le chef de file de cette offensive, Jean-Jacques Beucler, vétéran du conflit et ancien prisonnier du viêt-minh, obtient que l’universitaire soit expulsé de l’événement. Les médias se saisissent de l’affaire et des centaines d’articles, d’images de Boudarel ainsi que de l’épouvantable expérience des Français tombés aux mains des communistes sont publiés dans la presse[1]. La conjoncture internationale facilitait ce processus mémoriel : la guerre froide touchait à sa fin, l’Union soviétique était en train de disparaître et les crimes du communisme en passe d’être dévoilés au grand public. […]

Source : https://www.lhistoire.fr/guerre-dindochine-des-prisonniers-travailleurs-dans-larm%C3%A9e-fran%C3%A7aise


Pour en savoir plus sur cette guerre, voir les derniers ouvrages de Christopher Goscha :

  • The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam (Princeton University Press, 2022)
  • The Penguin History of Vietnam (Penguin/Random House, 2016), Vietnam, A New History (Basic Books, 2016, version américaine du précédent livre)
  • Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954): An International and Interdisciplinary Approach (University of Hawa’ii Press, 2011)
  • Vietnam, Un État né de la guerre (Armand Colin, 2011).

Vincent Ricouleau : Histoire du bagne de Poulo Condore

Signalement des articles en ligne de Vincent Ricouleau qui propose une histoire du bagne de Poulo Condore sous l’angle du droit et de la médecine. Une enquête fouillée et intéressante en accès libre sur le site Village de la justice.

A suivre…


Illustration : photo du bagne, vue de bâtiments et de cellules. Source : Wikipedia / Tycho 2014.

Indochine, la colonisation oubliée – Nouvel Obs – 25 avril 2024

A l’occasion de la sortie du numéro Hors-Série du Nouvel Obs intitulé “Indochine, la colonisation oubliée”, une soirée-débat est organisée au siège du journal le jeudi 25 avril 2024. Détails ci-après.

Indochine, la colonisation oubliée – débat

de 18h30 à 20h30

Le Nouvel Obs, 75013, Paris, France.

67-69 AVENUE PIERRE MENDES FRANCE 75013 PARIS

Description

Il y a 70 ans, à Dien Bien Phu, la France était défaite par le Vietminh. 1858-1954 : de la conquête à la défaite, s’est déroulé presque un siècle. L’histoire de l’Indochine coloniale reste pourtant mal connue, effacée de nos mémoires collectives, réduite à des chromos exotiques. Dans ce hors-série exceptionnel, le Nouvel Obs décortique les rouages de la machine coloniale, du trafic d’opium à l’exploitation des corps, raconte la violence de la guerre d’Indochine, prémisse du désastre algérien. Et propose de renverser le regard en donnant la voix à des auteurs et artistes asiodescendants, qui interrogent cette histoire.

Pour le lancement de ce numéro, nous vous proposons une soirée avec deux tables rondes.

  • Colonisation, héritage empoisonné, avec Grace Ly, militante anti-raciste et autrice, Fabien Truong, sociologue et auteur, et Anna Moï, écrivaine
  • Mémoire et transmission, les récits des asiodescendants, avec Hanae Bossert, autrice du podcast « Ma tonkinoise », Alix Douart-Sinnouretty, autrice du podcast « Vietnam sur Lot », Mai Hua, réalisatrice du film « Les rivières ». 

Soirée animée par Doan Bui, journaliste le Nouvel Obs


Inscription/billetterie : https://my.weezevent.com/indochine-la-colonisation-oubliee

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search