Le journalisme au Viêt-Nam et les périodiques vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la BNF

[ndlr] Aperçu sur la très riche collection de périodiques vietnamiens de la BNF. L’article, déjà ancien (1958), présente succinctement les principaux périodiques vietnamiens déposés à la BNF par le dépôt légal pendant la période coloniale. Le classement est effectué à travers trois périodes successives de parution (éclosion, floraison, maturité) et selon les thématiques abordées ou les types de périodiques.

TrungBacTanVan
Le journal Trung Bac Tân Van (Nouvelles du Centre et du Nord) édité de 1913 (n°1) à avril 1941 (n°7.265).

Le Journalisme au Viêt-Nam et les Périodiques Vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la Bibliothèque Nationale

Par Doan Thi-Do
Assistante à la Bibliothèque nationale.

Le Viêt-Nam à travers son passé a vécu sous le régime de la monarchie absolue depuis la première dynastie historique des Ngô (Xe siècle) jusqu’à la dynastie des Nguyen ; « Fils du Ciel» (Thien Tu), l’Empereur ou le Roi avait la «mission divine» de gouverner le pays par l’intermédiaire d’un corps de «mandarins» bien hiérarchisés. « Pères et mères du peuple», ceux-ci étaient des seigneurs dans leurs fiefs administratifs. Les habitants leur vouaient une obéissance passive ; dans leur vie simple et paisible, ils ignoraient, toutes les libertés démocratiques et particulièrement la liberté de la presse.

La presse elle-même n’existait pas. L’enseignement traditionnel reposait sur la diffusion des caractères chinois, véritables hiéroglyphes qui demandent au moins une dizaine d’années d’études laborieuses. Le programme des examens et des concours comportait exclusivement quelques dissertations littéraires et la connaissance approfondie des quatre traités classiques et des cinq livres canoniques (tu thu, ngu Kinh) composés depuis des millénaires par Confucius et ses disciples. L’histoire même du Viêt-Nam – pour ne pas parler d’autres disciplines scientifiques – était tenues sous le boisseau : elle ne regardait que les historiographes de la Cour, chargés de rédiger les « Annales ».

Le peuple vivait dans l’ignorance complète des événements du pays. Son optique visuelle et intellectuelle ne s’élargissait pas au delà du rideau de bambou qui ceint chaque village, marquant aussi, semblerait-il, une limite à l’horizon de l’esprit. Les difficultés des moyens de transport, la pénurie des grandes voies de communication accentuaient davantage cet isolationnisme et entravaient sérieusement la diffusion des nouvelles et les échanges d’idées. Tandis que le lettré aux ongles démesurément longs se claquemurait dans son ermitage entre des piles de manuscrits vétustés, le paysan cultivait jalousement sa parcelle de rizière, sans s’intéresser à rien, sauf à sa famille et à son village.

Aucun journal, aucune revue ne faisaient leur apparition. L’impression d’un ouvrage s’avérait sinon impossible, du moins tres difficile et onéreuse. Nos pères se résignaient à copier eux-mêmes leurs écrits en quelques exemplaires ou confiaient ce travail à leurs élèves ayant une belle écriture ; d’autres les recopiaient à leur tour, s’il s’agissait d’œuvres d’une haute tenue littéraire. Les chansons populaires fleurissaient ; seules, elles se transmettaient d’une bouche à l’autre, de proche en proche, constituant le beau florilège national.

Vers la seconde moitié du XIXe siècle, la France est venue nous tirer de notre torpeur séculaire. La romanisation de notre écriture, au xviie siècle, œuvre du grand missionnaire Alexandre de Rhodes (1591-1660), s’était répandue rapidement et avait donné un rapide essor à la diffusion de la langue et de la culture. Le nouvel alphabet remplace désormais les caractères chinois et sert de véhicule à l’enseignement, conjointement avec le français. Des publications, quelquefois bilingues, manuels scolaires, revues, journaux, commencent à paraître.

Dans le cadre limité de cet article, nous aborderons seulement l’élude des périodiques ; nous en présenterons à la fois un exposé historique et un aperçu général. Nous pourrons distinguer trois périodes, dans l’évolution de la presse au Viêt-Nam :

  • 1° Période d’éclosion (1865-1909).
  • 2° Période de floraison (1910-1934).
  • 3° Période de maturité (à partir de-1935).

Lire la suite : ENSSIB

Référence bibliographique du document :
Thi-do, Doan, “Journalisme au Viêt-Nam et les Périodiques Vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la Bibliothèque Nationale (Le)”, Bulletin d’informations de l’ABF, n°025, 1958, p.029-036.