[parution] Keith W. Taylor : A History of the Vietnamese

Taylor_AHistoryOfTheVietnameseL’historien américain Keith W. Taylor vient de publier son imposante histoire des Vietnamiens considérée sur la longue durée. Cette nouvelle publication de près de 700 pages d’un des plus grand spécialiste du Viêt-Nam se présente déjà comme une référence incontournable des Vietnamese Studies. L’ouvrage organisé chronologiquement s’articule autour de 13 chapitres revisitant le Viêt-Nam et plus particulièrement les Vietnamiens qui ont façonné ce pays des origines à nos jours. Le premier chapitre pose le contexte du Viêt-Nam pré-impérial jusqu’à l’avènement de l’indépendance vis-à-vis des Han (pp. 14-50). Le second chapitre s’intéresse à la dynastie des Ly (pp. 51-107) ; le troisième à celle des Tran (pp. 108-164) ; le quatrième à celle des Lê (pp. 165-223).

On quitte l’histoire des trois grandes dynasties vietnamiennes (près d’un tiers de l’ouvrage) pour se plonger à partir du cinquième chapitre dans le chaos des guerres régionales (pp. 224-257) et internes entre le nord et le sud au XVIIème siècle (pp. 258-318). Le chapitre sept se focalise sur le Viêt-Nam divisé des seigneurs Trinh et Nguyen pour en souligner les divergences (pp. 319-364). La guerre civile qui mène à l’avènement des Tay Son reprend au chapitre 8 (pp. 365-397). Le chapitre 9 est consacré à la dernière grande dynastie vietnamienne des Nguyen jusqu’à son déclin au contact de l’Occident (pp. 398-445). Cet ensemble dédié à la guerre régionale puis interne aux Vietnamiens forme le second tiers de l’ouvrage.

Mais les Vietnamiens n’en n’ont pas fini avec la guerre. Celle-ci se prolonge avec le chapitre 10 consacré à la conquête française (pp. 446-483) puis l’auteur décrypte dans le chapitre suivant les nouvelles relations et interactions avec le colonisateur (pp. 484-523). La guerre toujours, revient en force au chapitre 12 (pp. 524-560) englobant l’Indochine dans une nouvelle configuration avec la France. Le dernier chapitre expose la situation au sortir de la guerre d’Indochine, du Viêt-Nam divisé à la réunification par la guerre. Enfin, l’auteur clot son étude par une rétrospective (pp. 620-626, et non une conclusion insiste Taylor) qui permet à l’auteur de replacer les Vietnamiens dans une longue durée en considérant l’importance de la matrice chinoise dans la construction de l’espace et de la mentalité de ce peuple aux composantes si diverses. De ce fait, il interroge l’unité du peuple vietnamien en soulignant les contrastes et différences ethniques, culturelles ou religieuses qui habitent ce peuple. Troisième point, il démontre la réelle difficulté qui existe alors dès que l’on veut expliciter ce qu’est un Vietnamien (Being Vietnamese has many forms) autrement que par la langue ou par l’espace particulier que ce peuple occupe sur la planète (p. 626). Enfin, note qui peut se lire comme touche d’optimisme, cette pluralité intrinsèque du Viêt-Nam, à la fois faiblesse et force, pourraient multiplier les possibilités à l’avenir (Being Vietnamese offers many options). L’ouvrage (sans notes de bas de page) se termine par un essai bibliographique conséquent (pp. 627-643) qui balaye par chapitres les sources principales qui ont nourri la réflexion de l’auteur et qui fait office de références bibliographiques. Plusieurs annexes (figures, tables, cartes) et un index mettent un point final à cette ambitieuse synthèse rapidement présentée ici.

FG, 25/06/2013

[Présentation de l’éditeur ci-dessous]

The history of Vietnam prior to the nineteenth century is rarely examined in any detail. In this groundbreaking work, K. W. Taylor takes up this challenge, addressing a wide array of topics from the earliest times to the present day – including language, literature, religion and warfare – and themes – including Sino-Vietnamese relations, the interactions of the peoples of different regions within the country, and the various forms of government adopted by the Vietnamese throughout their history. A History of the Vietnamese is based on primary source materials, combining a comprehensive narrative with an analysis which endeavors to see the Vietnamese past through the eyes of those who lived it. Taylor questions long-standing stereotypes and clichés about Vietnam, drawing attention to sharp discontinuities in Vietnam’s past. Fluently written and accessible to all readers, this highly original contribution to the study of Southeast Asia is a landmark text for all students and scholars of Vietnam.

Réf. Keith W. Taylor, A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, 696 p.

Keith W. Taylor is a professor in the Department of Asian Studies at Cornell University. His career began in the U.S. army, where he was deployed in the US-Vietnam War. He has now been researching Vietnam for nearly forty years, and his work has made a fundamental contribution to the field.

Source : Cambridge University Press