Christopher Goscha, Vietnam. Un état né de la guerre – CR de lecture par Pierre Brocheux

Goscha_VietnamEtatGuerre1. Goscha, Christopher, Vietnam. Un état né de la guerre. 1945-1954, Paris, A.Colin, 2011, 464 p., bibliographie sélective, index, cartes.

2. Goscha, Christopher, Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Copenhagen, NIAS Press, 2011, 564 p., 1600 entrées  + bibliographie sélective, 4 index : général , des noms, des lieux et des évènements ; 7 cartes, 12 photos.

Devient le site La guerre d’Indochine. 1945-1956. Un outil multidisciplinaire. Un outil trilingue : français, anglais, quôc ngu agrémenté d’une riche Galerie de photos dont beaucoup sont inédites.

 * * *

1. Nous disposions en français de plusieurs ouvrages sur la guerre que la France mena dans ses anciennes possessions d’Indochine. Engagée d’abord pour y restaurer  sa « souveraineté  »  elle se mua en croisade du « monde libre » contre l’expansion du communisme, qui s’interrompit par une trêve avant que les États-Unis ne prennent la tête de la croisade. Et les interventions étrangères des deux côtés des barricades ont réveillé ou perpétué d’autres antagonismes régionaux.

L’ historiographie de ce conflit était restée l’apanage des Français et des Vietnamiens. Par conséquent et longtemps, elle exprima la vision et l’interprétation des deux belligérants : du côté vietnamien elle se confondit avec la geste de la résistance à la « reconquête » et le roman national du jusqu’auboutisme unificateur. Du côté adverse elle s’exprima dans deux registres contraires : la justification de la colonisation et la défense contre « l’impérialisme soviétique », à l’opposé, le procès d’un colonialisme français rajeuni par le néo-impérialisme américain. La lutte idéologique fut en même temps une bataille des mots, par exemple l’usage courant du terme Viet Minh par les Français pour désigner leur adversaire, l’isoler et le discréditer.

Entre les deux extrêmes, des historiens français ont fait un effort sensible pour dépasser les antagonismes idéologiques, les devoirs de mémoire et les nostalgies persistantes pour se consacrer au devoir  d’histoire inspiré et guidé par la  raison critique. Les travaux du regretté Jacques Dalloz, de Philippe Devillers, du général Gras, d’Alain Ruscio, d’Hugues Tertrais, de Pierre Journoud, de Michel Bodin (et que l’on m’excuse d’en oublier d’autres) sont allés dans ce sens.

Dans la mise à jour historiographique, le regard et la réflexion des historiens étrangers est important comme il l’est dans l’historiographie de la colonisation française. Avec deux livres, Christopher Goscha qui enseigne l’histoire à l’Université du Québec à Montréal, fait faire une avancée majeure à notre connaissance d’une histoire partagée France-Vietnam.

Le premier ouvrage n’est pas une histoire classique, linéaire et événementiel du conflit qui bouleversa l’Indochine pendant neuf ans, matériellement et humainement. Christopher Goscha a choisi délibérément un traitement thématique du sujet. Le livre n’est pas construit comme une thèse, un guide de recherche ou un manuel d’enseignement. Il se présente comme un essai, un genre qui n’est pas soumis aux contraintes de la didactique ni à l’obligation d’être exhaustif dans le traitement du sujet, mais qui, en revanche, permet certaines libertés d’approche, d’interprétation voire de style d’écriture.

L’ouvrage peut apparaître comme une suite au livre que le politologue Bernard Fall  a consacré à la République démocratique du Vietnam (Le Viet Minh, A.Colin, 1960) mais il n’en est ni une variante ni une mise à jour complémentaire. Il est novateur à bien des points de vue. Tout d’abord, il nous sort du duel franco-vietnamien, plus exactement il inscrit la confrontation dans « le conflit du siècle » (le XXème) : capitalisme versus  communisme ou, si l’on préfère, démocratie libérale vs démocratie totalitaire. Il lui donne une dimension internationale jusque et y compris dans son épilogue, la Conférence de Genève en 1954. En second lieu, l’angle de vue et la perspective où se place Christopher Goscha est asiatique. Enfin cette enquête historique est menée  sur le versant interne du Parti communiste indochinois et du « camp socialiste » qui soulève des interrogations jusque là ignorées voire occultées : les buts, et les ressorts, les calculs  des pays-frères socialistes. Autant que faire se peut car l’accès à  la documentation se heurte encore à de nombreux obstacles et Goscha reconnaît honnêtement qu’il n’a pas pu consulter les archives de la RDVN.

La perspective dans laquelle l’auteur s’est placé lui a permis d’entrelacer le communisme, le nationalisme et l’internationalisme. Il aborde le point capital des relations entre les communistes vietnamiens et le Komintern puis avec la mouvance soviéto-maoïste (où j’ inclus le PCF) ; sur ce point, l‘examen des relations entre Ho Chi Minh, Staline, Mao, la position adoptée par le PCV vis à vis des Soviétiques et des Chinois au moment du conflit sino-soviétique soulèvent plus d’interrogations qu’il n’apporte de réponse.

La nouveauté du livre de Goscha est d’aborder la guerre dans sa dimension humaine, notamment le chapitre sur le traumatisme des corps et des esprits, dans tous les camps et chez tous les protagonistes, soldats et civils, combattants et prisonniers. Cette partie est inspirée par l’historiographie de la guerre moderne y compris les guerres récentes menées par les Américains. La notion de « brutalisation » et de « culture de guerre » introduites dans l’historiographie par l’Américain George Mosse et plus tardivement par le Français Stéphane Audoin-Rouzeau, apparaissent en filigrane de l’exposé de Goscha. Ce registre des souffrances humaines contient un chapitre sur la constitution d’un corps de santé militaire avec une digression sur le ralliement des élites professionnelles vietnamiennes (en l’occurrence le corps médical) à la résistance nationale.

Quels furent les ressorts de cette mobilisation générale, de cette levée en masse de la nation ? et ses limites et/ou sa décroissance ? L’enquête de Goscha permet de relativiser les proclamations unanimistes surtout à partir de l’allumage du « contre-feu nationaliste » en 1949 et sa  progression à partir de 1951. Mais on attend une réponse sur l’adhésion de certaines minorités ethniques, qu’il s’agisse des porteurs ou des combattants, lorsqu’on sait que le régiment qui vainquit les Français à That Khê-Dông Khê était composé de Tày (Thô) encadrés par des Kinh ; et qu’à Diên Biên Phu deux divisions de l’APVN étaient composées de Tày…

Le lecteur est captivé d’un bout à l’autre de sa lecture et son intérêt ne baisse à aucun moment. Le livre nous apprend beaucoup et plus, il nous donne envie d’en savoir davantage. C’est cette qualité qui me conduit à exprimer un regret et une objection. La dimension économique est absente et c’est dommage parce que, pour paraphraser un roi de France : le riz est « le nerf de la guerre » en outre dans un précédent ouvrage, Goscha traitait des connections extérieures et particulièrement du réseau thaïlandais.

Mon objection porte sur le titre, certes pertinent mais qui ne correspond pas  tout à fait à la réalité. En effet, lorsque Hô Chi Minh proclame la fondation de la République démocratique du Viet Nam il affirme «  Dôc lâp và  kiên quôc » / indépendance et restauration de  l’État.  Ses premières paroles et ses premiers gestes démontrent qu’il situe la jeune république dans la continuité avec l’état impérial et l’état colonial. Mais il est vrai que pendant neuf années de guerre « totale » (?) et le voisinage actif et interactif de la révolution communiste chinoise, l’État vietnamien n’a plus grand chose à voir avec le legs de la colonisation française ni avec les principes de la révolution française de 1789 que Hô Chi Minh évoqua dans son manifeste sur la place Ba Dinh le 2 septembre 1945. Mais la métamorphose était-elle programmée ou prédéterminée ? Ou naquit-elle de « la force des choses » qui dévie et défigure  les grands idéaux ?

2. Dans la foulée du livre précédent et toujours dans une approche globale et interdisciplinaire Christopher Goscha s’est attelé à l’édition d’un dictionnaire de la guerre d’Indochine qui est une oeuvre ambitieuse et de longue portée. Le résultat est impressionnant par son ampleur et son contenu informatif. Ce dictionnaire est l’aboutissement d’un travail de recherche qui dresse un état des lieux de notre connaissance mais ce dictionnaire ne fait pas seulement office d’aide-mémoire ou de raccourci pour aborder un thème, il offre des clés d’introduction à un sujet comme le prévoit l’auteur, il « can also provide an original way of looking at and engaging a subject intellectually » (p. 5).

Le dictionnaire a été mis récemment sur le site internet de l’UQÀM et par conséquent il est consultable en ligne, ce qui élargit considérablement son champ opérationnel. En outre et si j’ai bien compris, il est interactif et par conséquent on pourra combler les absences qui existent incontestablement dans l’édition imprimée. Mais il faudrait pour cela que la voie à suivre pour l’insertion de nouvelles entrées nous soit indiquée.

Pierre Brocheux



Citer ce billet
indomemoires (2013, 10 juin). Christopher Goscha, Vietnam. Un état né de la guerre – CR de lecture par Pierre Brocheux. Mémoires d'Indochine. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4zg