Ngo Van : Au pays de la Cloche fêlée [réédition]

AuPaysDeLaClocheFelee[ndlr] Nous signalons la réédition en poche de l’ouvrage de Ngo Van (1913-2005) qui témoigne des « tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale ». Personnage attachant, simple et chaleureux, à la fois acteur et témoin des événements révolutionnaires en Cochinchine, Ngo Van a réussi dans chacun de ses ouvrages sur le Viêt-Nam à restituer la voix des oubliés du processus révolutionnaire, la voix de ses camarades, les « lutteurs » qui furent broyés par la machine stalinienne.

Trotskiste mais non orthodoxe, habité par le Nam Bo (Sud) où il est né, Ngo Van était ouvert aux autres et étonnamment proches de ses compatriotes paysans, caodaïstes ou bouddhistes Hoa Hao. Le résumé ci-dessous provient de la présentation de l’éditeur parisien suivie du préambule en ligne sur Amazon. L’ouvrage, d’une lecture autant passionnante qu’incontournable, permet de mieux saisir la complexité des enjeux révolutionnaires d’alors.

L’art d’être libre et debout en terre asservie

Ce livre retrace, au fil des souvenirs d’un témoin engagé, une époque qui se clôt avec le début de la guerre d’Indochine. Les luttes sociales et révolutionnaires de ce temps, au-delà de l’affrontement avec le très ubuesque pouvoir colonial, se sont achevées par l’extermination de bon nombre de leurs protagonistes – combattants de l’impossible, victimes d’une double terreur, coloniale et stalinienne. C’est cette mémoire confisquée par les idéologies de tous les pouvoirs que ce récit entend raviver.

Ngo Van (1913-2005) naquit au hameau de Tân Lô à 15 km de Saigon. Il commença à travailler à l’âge de 14 ans dans la capitale cochinchinoise. En 1932, il rejoignit le mouvement communiste antistalinien et partagea la lutte des révolutionnaires au Viêtnam jusqu’à son émigration en France en 1948, où il devint métallo et fin lettré…

Préambule

NgoVan«Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger», pensait Blaise Pascal. A considérer l’actuelle République dite socialiste du Viêt-nam et son histoire officielle, acceptée partout quasiment sans esprit critique, je ne peux lire cette maxime sans ressentir avec force à quel point je suis un survivant.

Dans Viêt-nam 1920-1945, révolution et contre-révolution sous la domination coloniale*, j’ai essayé de restituer cette période qui fut marquée non seulement par la lutte contre l’impérialisme colonial, mais aussi par des mouvements qui tendaient radicalement à une révolution sociale, viscéralement internationaliste et insoumise à la stratégie de la Russie stalinienne. C’est sous l’angle d’un témoignage direct que je veux ici parler de ce temps. La plupart des participants à ce combat, quand ils ne furent pas massacrés, emprisonnés, envoyés au bagne par le pouvoir colonial français ou contraints à l’exil, tombèrent sous les coups mortels du parti, fondé par Ho chî Minh, qui portait l’étiquette «communiste».

Onze ans à peine s’étaient écoulés depuis la révolution d’Octobre en Russie quand je me suis trouvé consciemment confronté à la réalité oppressive de la société indochinoise et en révolte contre elle. Pour moi comme pour tant d’autres, la révolution russe c’était le signe plein d’espoir d’une libération possible. Pourtant déjà, au fil de mes années d’apprentissage de la vie et de la révolte, à travers de rares informations, des signaux inquiétants nous arrivaient aussi de là-bas. Des opposants révolutionnaires étaient traqués, Trotski venait d’être exilé. Par le biais de la IIIe Internationale, Staline imposait une stratégie totalitaire qui nous semblait trahir un internationalisme consubstantiel à tout engagement révolutionnaire. C’est tout naturellement autour des idées et des partisans de Trotski que s’est organisée notre critique du pouvoir stalinien, dont l’horreur s’exacerba de manière spectaculaire avec les procès de Moscou.

Depuis mon départ d’Indochine en 1948, si l’espoir et la conviction d’une nécessaire subversion d’un ordre du monde abject ne m’ont jamais quitté, ils se sont nourris aussi de réflexions nouvelles sur le bolchevisme et la révolution. J’ai retrouvé en France, dans les usines et ailleurs, des alliés, des Français, des colonisés, des Espagnols – autres survivants – lesquels, avec le POUM ou les anarchistes, avaient vécu une expérience parallèle à la nôtre : celle d’être engagés dans un combat sur deux fronts, contre un pouvoir réactionnaire et contre un parti stalinien en quête de pouvoir.

Ces rencontres, une relecture de Marx éclairée par les travaux de Maximilien Rubel, la découverte de l’existence des Conseils ouvriers dans la Bavière de 1919 ou de la révolte de Kronstadt dans la Russie de 1921, puis la résurgence des Conseils ouvriers dans la Hongrie de 1956, m’ont amené à la recherche de nouvelles perspectives révolutionnaires qui m’ont éloigné du bolchevisme-léninisme-trotskisme, développant en moi une méfiance absolue à l’égard de tout ce qui peut devenir «appareil». Les partis dits ouvriers (le parti léniniste en particulier) sont des embryons d’État. Une fois au pouvoir, ces partis constituent le noyau de la nouvelle classe dominante, et ne peuvent donner naissance qu’à un nouveau système d’exploitation de l’homme par l’homme. «L’existence de l’État et l’existence de l’esclavage sont indissociables» (Karl Marx).

«Ceux qui sont maîtres du présent, pourquoi ne seraient-ils pas maîtres du passé ?» écrivait avec lucidité George Orwell. Quand l’histoire épouse le discours du vainqueur, recouvrant et noyant toutes les luttes passées dans un manichéisme qui dissout les vrais enjeux, le présent s’impose comme inéluctable fatalité. L’avenir des sociétés humaines dépend donc de leur capacité à reprendre ce passé des mains froides de leurs maîtres actuels. Des voix se sont perdues : il faut tenter de leur redonner vie, retrouver la trace vivante de ce relais de révolte qui traverse les temps – et tenter de la restituer, comme un passage de témoin.

* L’Insomniaque, 1996 ; réédition Nautilus, 2000.

Réf.  Ngo Van, Au pays de la Cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Paris, L’Insomniaque, Petites insomnies, 2013, 221 p.

Pour en savoir plus :