Ma mère dans l’enfer des camps khmers rouges – par Prosith Kong

[ndlr] A l’occasion du 17 avril, Mémoires d’Indochine s’intéresse au court témoignage de Prosith Kong qui retrace l’expérience vécue de sa mère sous le régime des Khmers rouges.

17 avril 1975, à Battambang, province natale de ma mère.

Celle-ci avait 19 ans lorsqu’elle et sa famille ont rencontré les Khmers rouges pour la première fois. Vêtus de noir, ils étaient souriants mais armés. Ils venaient de prendre le pouvoir au Cambodge et tenaient des propos de paix réconfortants. C’est en partie ainsi qu’ils ont réussi à vider la capitale et les autres grandes villes de leurs habitants pour les amener vers les campagnes et les forêts. Ma mère se souvient très bien de ce premier contact :

« Ils disaient que la paix était revenue et que le roi (Norodom Sihanouk) aussi allait revenir. »

La foule était pleine de joie, croyant accueillir ses « libérateurs ».

Lire la suite : Bondy Blog. Paru le 18 février 2011

A Khmer Rouge soldier waves his pistol and orders store owners to abandon their shops in Phnom Penh, Cambodia, on April 17, 1975 as the capital fell to the communist forces.  A large portion of the city's population was reportedly forced to evacuate.  Photo from West German television film.  (AP Photo/Christoph Froehder)
17 avril 1975, un soldat khmer rouge ordonne aux commerçants de quitter la ville © 1975 AP Photo/Christoph Froehder. Source : http://www.nbcnews.com

Prosith Kong est auteur sur Bondy Blog, il a publié un entretien dans la revue trimestrielle Ravages (N°5, 7-2011), un numéro spécial sur le racisme intitulé « Sale race ».

  • Supplice chinois — Par Prosith Kong Etre Français d’origine asiatique aujourd’hui, c’est souffrir d’un racisme constant, ouvert, rigolard, dépourvu de mauvaise conscience. Récit.