Extraits choisis de témoignages d’engagés et d’un journaliste chinois au Viêt-Nam

Extraits choisis de témoignages d’engagés et d’un journaliste chinois

traduction de Joachim Boittout

(ENS de Lyon)

 

LaoZ17_1
Xing Zhiyuan (1er à gauche) en mai 1965 accompagné des reporters du Journal de la Libération © Lao zhaopian

Mes deux voyages au Vietnam

 Xing Zhiyuan

 

Première partie, l’année 1965

La passe de l’amitié est le symbole de l’amitié sino-vietnamienne et le principal couloir par lequel la Chine assistait sans compensation le Vietnam en lui fournissant des ressources humaines et matérielles – civiles et militaires – considérables.

Comme d’un commun accord, les combattants et les cadres, emplis d’une ferveur internationaliste et d’un noble héroïsme révolutionnaire inébranlable, regardèrent en même temps leur montre afin de se souvenir à jamais de cet instant solennel [celui où ils franchissent la frontière et entrent au Vietnam].

C’est l’affection profonde du peuple vietnamien à l’égard des troupes chinoises qui m’a le plus marqué après notre entrée au Vietnam. Lorsque nos troupes passèrent dans la ville frontière vietnamienne, des femmes et des enfants se pressaient des deux côtés de la route ; ils portaient des vêtements neufs, et, le visage éclairé d’un large sourire, acclamaient notre arrivée avec ardeur.

[…] Le vieil homme pris le pinceau pour tracer un commentaire ; il ne parlait pas chinois mais connaissait des caractères et gratifia l’œuvre du peintre d’un « aussi vivant que l’original », suscitant immédiatement mon plus grand respect. Un grand nombre d’évènements comparables me firent ressentir avec acuité l’amitié sino-vietnamienne, dont on peut dire que les racines sont profondes et l’histoire lointaine.

Nous avions la peau noircie par le soleil de plomb qui brillait alors, et transpirions à grosses gouttes. Nos uniformes imbibés de sueur à longueur de journée moisissaient rapidement, si bien qu’un grand nombre d’entre nous développèrent des dermatoses qui les démangeaient atrocement. Les nuits étaient légèrement plus fraîches, mais il fallait alors se prémunir contre les assauts des serpents vénéneux, des scolopendres, des sangsues et des moustiques porteurs de maladies.

LaoZ17_3
L’auteur (1er sur la gauche) en février 1979 accompagné d’un commissaire politique, d’un officier et d ‘un soldat. Photo prise à Cao Bang © Lao zhaopian

Seconde partie, le conflit sino-vietnamien de février 1979

Depuis 1975 le Nord Vietnam avait libéré le Sud Vietnam et réalisé l’unité nationale ; afin d’imposer une hégémonie régionale, les autorités vietnamiennes appliquèrent des politiques de lutte et d’expulsion antichinoises. Animées d’un nationalisme étroit, elles mirent à la porte et poussèrent hors des frontières les chinois et les chinois d’outre-mer qui avaient largement contribué au développement économique de la région et à la résistance anti-américaine au Nord et au Sud du pays. Ils renvoyèrent ainsi 270.000 chinois en Chine, et en poussèrent quelques 100.000 autres à prendre la mer que leur errance au gré des flots conduisit en telle ou telle terre, déclenchant ainsi le phénomène qui choqua le monde entier, connu sous le nom de « boat people ». Les dirigeant Vietnamiens estimaient qu’après dix ans de troubles, la Chine était affaiblie et n’avait aucun moyen de riposter, aussi ordonnèrent-ils l’établissement de garnisons à la frontière sino-vietnamienne, tout en n’ayant de cesse de susciter des différends frontaliers, de massacrer les populations frontalières chinoises, et d’accaparer notre territoire. Ils prirent les conseils et la conciliance dont la Chine fit preuve pour un aveu de faiblesse et n’eurent de cesse de nous défier. Rien que dans l’année 1978, les troupes vietnamiennes pénétrèrent à plusieurs reprises en Chine et tuèrent plus de trois cent militaires et civils sur la frontière, appelant à « une guerre à grande échelle ».

[Les chinois d’outre-mer] s’étaient battus avec ardeur et avaient versé leur sang dans la lutte contre l’envahisseur américain pour la libération du Sud, et voilà qu’aujourd’hui ils ne possédaient même plus la moindre parcelle de terre au Vietnam. Face au grand nombre de défis insensés dont faisait preuve l’armée vietnamienne, notre armée ne put se contenir […].

À la différence de la campagne menée contre les États-Unis afin de porter assistance au Vietnam quelques dix ans auparavant, nous ne vîmes pratiquement pas l’ombre d’un Vietnamien lors de l’avancée de nos troupes. Les autorités leur avaient strictement interdit d’entrer en contact avec nous, et avaient chassé les populations  dans les forêts des zones montagneuses et dans les cavernes ; placées sous la surveillance de l’armée, elles ne pouvaient regagner leurs familles.

Réf. :  « Mes Deux voyages au Vietnam » est extrait du volume n°17 de la revue Lao zhaopian, paru en janvier 2001 (pp. 6-13), édité par Feng Keli.

 


LaoZ10_1
Soldats chinois à 19km de Pa Tan (province de Lai Chau au Viêt-Nam) © Lao zhaopian

Le jour tenu secret

 Chen Junkang

 

[…] Le voyage à Pékin de Hô Chi Minh [avait] transformé la myriade d’hommes des troupes chinoises en combattants internationalistes, qui se ruèrent en terre étrangère pour « porter assistance au Vietnam et lutter contre les États-Unis » comme on disait alors.

La tâche principale de notre unité était de se rendre à Diên Biên Phu pour couvrir l’unité de génie qui subissait alors le déferlements des assauts des avions ennemis ; cette unité devait alors réparer de toute urgence la route n°20 qui traversait le Laos et reliait le Sud du Vietnam.

Par un soleil de plomb sur la route de montagne sinueuse, écrasés par la chaleur, nous ne rencontrions quasiment aucun Vietnamien. Au début, après avoir franchi la frontière nous étions toujours à la recherche de quelque spectacle extraordinaire en cette terre étrangère si bien que lorsque nous apercevions des bornes kilométriques en langue étrangère sur le bord de la route, les compagnons d’armes revêtus d’un uniforme de l’armée nord-vietnamienne arrêtait la voiture pour se rassembler autour de celle-ci et en faire une photographie.

La fréquence des bombardements menés par l’armée américaine s’intensifiait de sorte que nous pouvions voir à tout moment sur notre route les vastes cratères laissés par les bombes ennemies. Les ponts étaient presque tous détruits […].

Le matin du 9 septembre 1967, des dizaines d’avions de chasse américains bombardèrent à tour de rôle nos pièces de DCA, imposant leur supériorité à l’artillerie chinoise qui venait alors d’entrer au Vietnam. La formation de F105 descendait en piqué pour lâcher ses bombes. C’était la première bataille que livrait l’unité depuis son entrée au Vietnam […].

[…] À cette époque c’est la Chine qui alimentait de façon continue le Vietnam en produits de consommation courante, qui constituaient une grande partie de ceux utilisés par les Vietnamiens, témoignage de la présence réelle du grand frère chinois à leurs côtés.

En ce temps là, de sérieuses divergences idéologiques séparaient les partis communistes chinois et russe ce qui rendait la position du Vietnam, pris en étau entre ces deux grands frères, fort délicate. La révolution battait son plein en Chine, et le Président de la République Populaire, Liu Shaoqi, avait subi critiques et attaques, ce qui intriguait les troupes vietnamiennes. Lorsqu’ils nous arrivaient d’avoir des interactions, nous les menions avec la plus grande prudence.

Réf. : « Le jour tenu secret » est extrait du volume n°10 de la revue Lao zhaopian, sorti en février 2003 (pp. 58-65), édité par Wang Jiaming.

LaoZ10_3
Souvenir du Viêt-Nam. L’auteur (au 2e rang et dernier sur la droite)
au sein d’un groupe de soldats chinois et vietnamiens © Lao zhaopian

 


LaoZhaopian4
Meng Xiangwen au Viêt-Nam dans une zone qui fut inspectée par Ho Chi Minh © Lao zhaopian

1967 : Assister le Vietnam et lutter contre les Américains

Meng Xiangwen

La plupart étaient de nouvelles recrues que le combat emplissait d’ardeur. Chacun avait écrit une lettre de détermination, d’aucuns s’étaient même mordu la main pour les écrire avec leur propre sang. Tous manifestaient leur détermination à remplir leur mission au péril de leur vie, désireux de faire honneur à leur pays. L’expression « faire honneur à son pays » était employée à dessein, car l’URSS avait également envoyé des unités au Nord Vietnam chargées d’assurer la défense antiaérienne (les unités envoyées étaient des sections équipées de missiles téléguidés, des engins plus modernes que les nôtres ; en outre, la majeure partie d’entre elles étaient en garnison sur des zones particulièrement exposées). Les relations sino-soviétiques s’étaient détériorées et les armées des deux pays profitaient en secret de leur présence au Vietnam pour rivaliser de puissance, afin d’apparaître sous leur meilleur jour et de gagner les faveurs du Vietnam. C’est à cet effet que nos dirigeants avaient insisté à maintes reprises sur le fait qu’en arrivant au Vietnam nous aurions à livrer deux batailles : la première militaire, avec l’armée américaine, la seconde politique avec les troupes soviétiques.

Une autre raison expliquait que nos défaites initiales : avant que le commandant ne donne un ordre, il fallait lire un passage des Propos de Mao Zedong ; je me souviens que les phrases qu’on récitait le plus souvent étaient les suivantes : « ne pas se lancer dans une bataille sans l’avoir préparée »  ou  « appliquons-nous à anéantir l’envahisseur ». Parfois, avant même que le commandant n’ait donné l’ordre d’ouvrir le feu, on entendait le bruit des avions ennemis qui passaient. Après quelques leçons [tirées des Propos Mao Zedong] et avec l’accord des supérieurs nous cessâmes de réciter ces phrases. Durant l’été, nous abattîmes successivement plusieurs avions ennemis, ce qui combla d’aise les Vietnamiens. Le président Hô Chi Minh vint personnellement sur notre front en inspection et pour nous redonner courage.

Au Vietnam, la Chine et l’URSS livraient chacun la guerre de leur côté, les zones qu’elles défendaient étaient séparées, et les deux armées n’entretenaient pratiquement aucun relation. Mais lorsqu’ils leur arrivaient de se croiser par hasard, il se passait des choses fâcheuses. Il paraît qu’un véhicule de l’unité de DCA qui nous précédait tomba un jour nez à nez avec un autre véhicule des troupes soviétiques le long de la route n°1. Chacun voulait passer avant l’autre, si bien que la situation se tendit singulièrement, et l’on en vint aux armes. La Chine eut l’avantage sur l’URSS dans cet accrochage, aussi les Russes allèrent-ils se plaindre auprès du gouvernement vietnamien pris en tenaille entre ses deux grands-frères. Il lui était malaisé de se prononcer en faveur de l’un ou de l’autre si bien qu’il dut se contenter d’apaiser la situation.

Réf. : « Porter assistance au Vietnam et lutter contre les États-Unis » a été publié dans le n°5 de la revue Lao zhaopian (pp. 9-14), édité par Wang Jiaming.

LaoZhaopian3
Certificat de décoration décerné à l’auteur et signé le 17 mars 1968 par Pham Van Dong, premier ministre de la RDVN
© Lao zhaopian

Textes traduits du chinois par Joachim Boittout, à lire en regard du CR de lecture publié (le 19 mars 2013) sur Mémoires d’Indochine « Vivre la guerre, raconter la guerre : l’engagement de l’Armée Populaire de Libération chinoise aux côtés du Nord-Vietnam de 1965 à 1967 et en 1979 vu par ses acteurs ».