8 mars 2013 : Trois vietnamiennes d’honneur à l’honneur

La journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars 2013 est l’occasion de mettre l’accent sur le destin de quelques-unes d’entre elles. Si notre collègue Juliette Lancel a raison de rappeler l’origine « léniniste » de cette journée mondiale[1], il ne faut pas oublier qu’au Viêt-Nam, les révolutionnaires Phan Boi Chau (1867-1940) et Nguyen An Ninh (1900-1943) contribuèrent fortement à la reconnaissance du rôle sociopolitique des femmes [2].

Le 9 décembre 2012, à l’occasion du 64ème anniversaire de la Journée mondiale des droits de l’homme, le prix vietnamien 2012 des droits de l’homme était solennellement remis à trois femmes dont une est encore incarcérée au Viêt-Nam. La cérémonie s’était tenue à la Maison de la Culture de Côte-des-Neiges de la ville de Montréal. Elle avait été organisée en coopération par le Vietnam Human Rights Network (VNHRN) et la Communauté des Vietnamiens Nationalistes de la région de Montréal, sous le parrainage de 18 organisations vietnamo-canadiennes et le soutien de la communauté vietnamienne de San Diego aux États-Unis ou encore l’Association internationale des Médecins du Viêt Nam libre [3].

TroisLauréates

La cérémonie s’était déroulée dans une atmosphère solennelle dans les deux langues française et anglaise. Le Dr Nguyen Tung Ba, chef du réseau VNHRN, précisait à cette occasion le sens de la remise du prix vietnamien des droits de l’homme à ces trois femmes.

Le Vietnam Human Rights Award de cette année revêt une signification particulière car les trois femmes honorées sont des activistes qui se dressées pour défendre les droits des gens ordinaires. Ces trois activistes, la blogueuse Ta Phong Tan, Mme Pham Thanh Nghien et Mme Huynh Thuc Vy ont surmonté la peur suscitée par l’oppression et la tyrannie. Le régime peut les persécuter physiquement mais il ne pourra pas subjuguer leur combat pour la liberté, la dignité et la justice [4].

Rappelons succinctement le parcours de ces trois femmes ordinaires au destin remarquable.

PhamThanhNghienPham Thanh Nghien, l’honneur de la patrie

Pour ses prises de position antichinoises sur internet, cette jeune militante pro-démocrate de 34 ans a été arrêtée le 18 septembre 2008 et jugée à Haiphong le 29 janvier 2010 lors d’un procès en huit-clos. Elle fut condamnée à quatre années de prison ferme suivies par trois années d’assignation à résidence (jusqu’en septembre 2015). Libérée le 19 septembre 2012, Pham Thanh Nghien poursuit actuellement son combat « à la maison » en tirant également l’expérience de son emprisonnement qui lui révéla la face cachée du régime. Elle faisait part de son état de santé affaibli à sa sortie de prison en septembre 2012. De petite taille et très déterminée, cette « courageuse fille », comme le note RFA, donne du fil à retordre à la Sécurité publique de Hai Phong qui mobilise des dizaines de policiers pour la surveiller [5]. Elle incarne l’honneur du petit Viêt-Nam face aux ambitions militaires chinoises en Mer orientale.

A propos de la remise de ce prix, elle déclarait :

« Plus que toute autre, je sais qu’il existe beaucoup de gens plus méritants que moi. Qui sont-ils ? Ce sont mes prédécesseurs, ceux qui m’ont ouvert la voie, ceux qui sont sortis temporairement des prisons communistes, ceux qui doivent vivre encore entre quatre murs. Ce sont ceux qui, publiquement ou dans l’ombre, déploient leurs efforts, leur intelligence pour accomplir un rêve simple mais grandiose : Le rêve d’un Vietnam libre » [6].

HuynhThucVyHuynh Thuc Vy, l’honneur familial

Le profil de cette jeune femme de 28 ans est étonnant. Sur les pas de son père Huynh Ngoc Tuan, ancien prisonnier politique, elle a pris la plume sur la toile pour manifester son soutien au multipartisme et à la démocratie tout en invitant les jeunes de son âge à s’intéresser aux questions politiques et sociales de son pays. Invitée de deux reportages vidéographiques de Radio Free Asia dans lesquels elle relate ses déboires avec la police et ses désirs de démocratie, elle dut subir très jeune une forme de discrimination sociale due au destin particulier de son père. Ce dernier, à travers ses articles et nouvelles littéraires, s’est souvent insurgé contre les injustices sociales, pour la défense des droits de l’homme et le multipartisme. Cet engagement précoce dans les années 1990 l’a mené tout droit en prison. Il fut arrêté en octobre 1992 pour avoir voulu transmettre à l’étranger un recueil critiquant la politique de l’Etat-Parti. Condamné à 10 ans de prison et 4 années d’assignation à résidence, il fut de nouveau libre en 2006. Cette longue épreuve carcérale ne l’empêcha pas de poursuivre ses activités en rédigeant ses mémoires de prison et d’intégrer le Bloc 8406, un regroupement publique de citoyens pro-démocrates, créé justement le 8 avril 2006 [7]. L’honneur de sa fille Thuc Vy se décline en un engagement familial et citoyen [8]. Pour avoir, semble-t-il, rédigé un article sur les événements du 30 avril 1975, Thuc Vy fut kidnappée le 5 juillet 2012 par la sécurité publique de sa province natale (Quang Nam) alors qu’elle se trouvait à Saigon pour manifester [9]. Elle fut reconduite secrètement dans sa province et relâchée. Depuis 2011, sa famille est régulièrement harcelée par les forces de sécurité locales. La jeune fille a clairement expliqué dans un long entretien à la BBC ses motivations profondes :

« Nous, les jeunes Vietnamiens, nous aspirons à une société libre et démocratique au Viêt-Nam, une société réellement libre et démocratique (« chúng tôi – những người trẻ Việt Nam – mong muốn có một xã hội tự do dân chủ ở Việt Nam, một xã hội tự do dân chủ thật sự ở Việt Nam ») » [10].

TaPhongTan2Ta Phong Tan, l’honneur des petites gens

Mais la bête noire du régime est sans doute l’ancienne policière Ta Phong Tan devenue blogueuse pour défendre une certaine idée de « la justice et de la vérité » comme le rappelle le titre de son blog. Après avoir quitté la police, elle débuta une carrière de journaliste indépendante en 2004, ce qui la mena à ouvrir un blog en 2006 intitulé « Justice et Vérité » (Công lý và Sự thật) en proposant des sujets de reportages sociaux notamment sur les violences policières et la corruption. Ce blog politique, un des premiers du genre, devint très rapidement populaire. Accompagnée de deux autres blogueurs (Nguyen Van Hai et Phan Thanh Hai), elle mis sur pied le « Club des journalistes vietnamiens libres ». Pour cet activisme dérangeant, elle fut arrêtée ainsi que les deux autres membres du Club en septembre 2011. Tous les trois furent condamnés en octobre 2012 pour propagande anti-étatique à de lourdes peines de 4 (Phan Thanh Hai), 10 (Ta Phong Tan) et 12 ans d’enfermement (Nguyen Van Hai).

Destin éminemment tragique pour Ta Phong Tan puisque quelques jours avant la tenue du procès (reporté à trois reprises), Dang Thi Kim Lieng, sa mère se suicidait par le feu le 30 juillet 2012 devant un bâtiment administratif en signe de protestation contre le sort réservé à sa fille. La pauvre mère désespérée devait décéder des suites de cette immolation. Les peines des trois blogueurs ont été confirmées en appel le 28 décembre 2012. Depuis le 15 août 2012, Ta Phong Tan bénéficie d’une entrée sur Wikipedia (english) qui retrace en détail son parcours d’activiste [11].

« Everybody knows that I don’t belong to any organization or political party. I don’t call for the overthrow of the regime and I have violated no laws. I am just a journalist, a free-thinker who writes about things I see and hear. I analyze the problems of society from my own point of view, I say what I think is wrong with our government. I denounce anything I believe is unjust, things that my friends and I have suffered directly, and I speak out for ordinary people who are victims of injustice. That is why the government wants to silence me » [12].

Femmes de courage

Ta Phong Tan, aujourd’hui emprisonnée, vient de recevoir le prix des Femmes courageuses décerné chaque année à quelques femmes qui se sont distinguées par un courage particulier [13]. Cette année, dix femmes d’exception recevront de la Première dame américaine, Michelle Obama, l’invitée d’honneur de la cérémonie, le Prix international femme de courage du Secrétaire d’État américain. Les élues pour ce prix sont :

  • Mme Fartuun Adan, directrice exécutive de Elman Peace and Human Rights Centre (Somalie)
  • Mme Malalai Bahaduri, Premier Sergent, Afghan National Interdiction Unit (Afghanistan)
  • Mme Julieta Castellanos, Recteur, Université nationale autonome du Honduras (Honduras)
  • Mme Samira Ibrahim, coordonnatrice de Know Your Rights (Egypte)
  • Mme Elena Milashina, journaliste, militante des droits de l’Homme (Russie)
  • Mme Nirbhaya “Fearless,” militante de la justice (Inde), décédée.
  • Dr Josephine Obiajulu, présidente de Campagne pour la démocratie (Nigeria)
  • Mme Ta Phong Tan, blogueuse (Vietnam)
  • Mme Tsering Woeser (Wei Se), auteure, poète et blogueuse tibétaine (Chine)
  • Mme Razan Zeitunah, avocate des droits de l’Homme et fondatrice des Comités de coordination locaux (Syrie) [14]

Selon le communiqué officiel, il est rappelé que ce prix « récompense chaque année les femmes dans le monde qui ont fait preuve d’un courage et d’un leadership exceptionnels dans la défense des droits et la responsabilisation des femmes, souvent en s’exposant elles-mêmes à de grands risques. Depuis sa création en 2007, le Prix a été décerné à 67 femmes de 45 pays différents » [15]

BaoLucChongDanOanVietNam
Violence policière contre une paysanne en 2010

* * *

En persécutant ces trois femmes de tête, les autorités de la RSVN lancent un signe à toutes les autres Vietnamiennes qui oseraient défier le pouvoir qu’elles soient paysannes, enseignantes, ouvrières, intellectuelles ou lycéennes. Et il faut le dire, dans les conflits sociaux actuels, les femmes, notamment les paysannes et les ouvrières, sont en première ligne. Ce sont elles qui affrontent la police et les milices lors des expropriations, ce sont encore elles qui montent à la ville pour tenir sitting devant les organismes du pouvoir, ce sont majoritairement elles qui nourrissent ce pays en plantant et récoltant le riz. Quoi de plus naturel que d’autres femmes dénoncent ouvertement les injustices dont ces « indignées » (dân oan) sont la cible, des violences dont elles sont victimes et se fassent le relais des nobles idéaux de justice et d’égalité qu’elles portent.

Prenant fait et cause pour leurs compatriotes méprisés, en aucun cas il ne s’agissait pour ces net-citoyennes de faire de la « propagande contre l’État » comme le stipule l’article 88 du code pénal et qui est d’emblée systématiquement utilisé par les actes d’accusation dans ce genre d’affaire. Il s’agissait pour elles d’exercer le droit le plus élémentaire d’expression, de communication et de partage d’information sur des sujets de société qui touchent directement les Vietnamiens dans leur vie quotidienne, un droit fondamental qui peut coûter dans le Viêt-Nam socialiste jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

En réalité, le pouvoir communiste condamne l’activisme sur la toile dans ce qu’il a de plus dangereux à ses yeux : être un espace libre de discussion et d’échange avec des Vietnamiens de l’étranger engagés politiquement contre le régime policier et farouches militants pour l’instauration de la démocratie. C’est ainsi que des échanges sur les blogs entre « ceux de l’intérieur » et « ceux de l’extérieur » sur le destin politique du Viêt-Nam peuvent être assimilés à de la propagande anti-étatique, voire à un acte de subversion visant à « renverser le gouvernement populaire » selon la rhétorique habituelle comme l’a démontré le procès des 14 jeunes catholiques de Vinh. Mais cette rhétorique ne fait aujourd’hui plus sens et internet a définitivement changer la donne. Le transnationalisme a fait explosé les frontières intellectuelles entre ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Ils marchent désormais tous pour la même cause de transformation pacifique du Viêt-Nam en État de droit dans lequel seront garantis les droits des citoyens.

La remise de ces prix par tout un ensemble d’associations vietnamiennes de l’étranger et aujourd’hui par les autorités américaines démontre que d’une part, ce qui se passe au Viêt-Nam en matière de droits de l’homme est suivi de près par la communauté internationale, et d’autre part, vise à rendre publique le destin souvent oublié des femmes vietnamiennes. Forte de son expérience de 4 années d’enfermement pour une simple expression patriotique, à sa sortie de prison, Pham Thanh Nghien rappelait avec détermination dans une interview de Radio Free Asia : « Il n’y a aucune raison de ne pas poursuivre la lutte » [16].

 François Guillemot, 08/03/2013

Notes

[1] Juliette Lancel, « Le 8 mars ? Merci Lénine !« , Olim et nunc. Histoire et serendipité, 07/03/2013.

[2] Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 08 mars 2013. URL : http://genrehistoire.revues.org/255

[3] « 2012 Vietnam Human Right Award Ceremony in Montréal, Canada« , 12/09/2012.

[4] idem.

[5] Voir l’interview sur You Tube à sa sortie de prison : Phạm Thanh Nghiêm ra tù sau 4 năm

[6] Voir : « Lời phát biểu của Phạm Thanh Nghiên trong buổi trao Giải Thưởng Nhân Quyền 2012« , 05/01/2013.

[7] Voir les biographies détaillées de Huynh Thuc Vy et de Huynh Ngoc Tuan sur Human Rights Watch (en vietnamien), 20/12/2012.

[8] Voir l’article de la BBC : « Công an dọn đường để bắt chúng tôi« , 10/11/2011 et celui de RFA : « Gia đình blogger Huỳnh Thục Vy bị hàng chục công an hành hung« , 12/02/2011. Tous deux relatent la pression policière exercée sur cette famille.

[9] Voir son entretien à la BBC repris sur You Tube (Huỳnh Thục Vy kể chuyện bị bắt cóc, 05/07/2012).

[10] Lire l’interview : « Huỳnh Thục Vy nói về biểu tình và tự do« , 06/07/2012.

[11] Entrée Ta Phong Tan sur Wikipedia.

[12] Voir : FIDH/VCHR – Bloggers and Netizens Behind Bars. Restrictions on Internet Freedom in Vietnam, p. 23.

[13] Voir : Thanh Trúc, « Bộ ngoại giao Mỹ vinh danh Blogger Tạ Phong Tần« , RFA, 07/03/2013.

[14] Voir : « Trois femmes africaines recevront vendredi aux Etats-Unis des distinctions d’encouragement », Infos Plus Gabon avec  PANA, 05/03/2013 ; International Women’s Day: fearless, female and a force to be reckoned with, The Independent, 08/03/2013. Voir aussi le site officiel International Women’s Day 2013.

[15] idem.

[16] Phạm Thanh Nghiên: “Không có lý do gì không tiếp tục tranh đấu », RFA, 19/09/2012 (Khánh An, phóng viên RFA)

PhamThanhNghien_bieutinhonha
Pham Thanh Nghien manifestant chez elle : « Les Paracels et les Spratleys appartiennent au Viêt-Nam, enlevons la langue de boeuf chinoise [en forme de U sur la mer orientale], protégeons la patrie.
NB. Article revu et corrigé le 08/03/2013 à 22h00.