Sur et autour du Quốc ngữ – Entretien avec M. TÔ Mi

VietNamVongQuocSu
Việt Nam vong quốc sử – Histoire de la perte du Viêt-Nam rédigée en chữ Hán par le révolutionnaire Phan Boi Chau en 1905

[ndlr] Nous poursuivons notre échange sur la question du « quốc ngữ », notamment sa signification et sa réception, à travers un entretien avec M. Tô Mi, lecteur de Mémoires d’Indochine. Réalisé à partir d’un échange de mails, l’entretien a été conjointement remis en forme et publié avec son aimable autorisation. Le point de vue non conventionnel de M. Tô Mi ne manquera pas de susciter des réactions.

Mémoires d’Indochine [MI] : A la lecture des articles de M. Lê Mộng Nguyên et de Mme Hoàng Thị Phương sur le quốc ngữ, vous avez souligné une confusion couramment faite. Pouvez-vous nous la rappeler ?

Tô Mi* [TM] : Il y a d’une part, la confusion courante est entre le « quốc ngữ » et le « chữ quốc ngữ ». Il y a, d’autre part, une compréhension erronée du sens du mot quốc ngữ. Je m’élèverai aussi contre le fait de traduire « chữ quốc ngữ » par écriture nationale.

Les 2 mots « quốc ngữ » recouvrent 2 concepts :

  • le chữ quốc ngữ dont le nom complet est « Quốc Ngữ La Mã Tự » qui veut dire « lettres latines [transcrivant] le quốc ngữ ». La majorité des gens le traduit à tort par « écriture nationale », ce qui est un misnomer (mal nommé, faux ami). Le chữ quốc ngữ est du domaine de l’écrit.
  • le quốc ngữ, proprement dit, qui est du domaine de l’oral.

Donc deux choses complètement éloignées.

Qu’est- ce que c’est le « quốc ngữ » oral ? à première vue, cela veut dire parler national.

Pour en comprendre vraiment le sens, prenons un peu de distance en étudiant le cas chinois.

Le quốc ngữ chinois (ou guo yu 國語, en mandarin) est bien expliqué dans l’entrée de Wikipedia sur le Mandarin standard.

En linguistique, il y a les parlers vernaculaires ou locaux : les Chinois lisent les caractères ou parlent avec la prononciation locale. Chaque région en Chine a son parler local ; à Pékin on parle le mandarin (ou pékinois).

Ensuite il y a la notion de langue véhiculaire ou commune.

PhatDuongLinhSon
Exemple d’enseigne en chữ quốc ngữ et chữ Hán

Pour unifier la communication entre les régions, favoriser l’éducation de masse, l’unification du peuple, on a choisi comme langue véhiculaire le Pékinois qu’on a surnommé « guo yu » ; « guo » ici veut dire commun, véhiculaire plutôt que national (national en opposition avec local). Autres dénominations du guo yu chinois : Putong hua 普通話 (putong = répandu), mandarin, pékinois.

  • « Quốc ngữ » dans le cas vietnamien indique la prononciation de Hà Nội, on devrait traduire par « parler Hanoï-en », « parler véhiculaire (plutôt que parler national) ».

Le « chữ quốc ngữ » transcrit phonétiquement les mots vietnamiens avec cette prononciation ; pour éviter la confusion qui est à l’origine de notre discussion, on devrait l’appeler transcription latine tout simplement. Rappelons qu’elle a été imposée par le colonialisme à la place des caractères.

La vraie écriture nationale des Vietnamiens était les caractères Hán ou Nho.

  • Parlons d’un autre aspect de la modernisation culturelle des Chinois et des Vietnamiens l’abandon du Hán littéraire ou văn ngôn, wenyan comme langage administratif. Dans l’ancienne culture, l’éducation était limitée aux lettrés et aux mandarins chinois et vietnamiens. Ceux-ci utilisaient, notamment pour l’administration, le « chinois Hán littéraire », un jargon poético-administratif, assez abscons et compliqué, comme le jargon politique de l’ENA ou du Monde, inadapté à la transmission de masse. Pour se moderniser face à l’agression occidentale, les Chinois ont préconisé le remplacement dans l’éducation et l’administration du Hán littéraire par le parler populaire : baihua 白話文 en chinois (bạch thoại).

« Guidés par de jeunes intellectuels progressistes, les étudiants chinois dénoncent également le poids des traditions, le pouvoir des mandarins et l’oppression des femmes. Ils se montrent favorables à la modernité et aux sciences nouvelles. Ils réclament que la Baihua remplace le « chinois littéraire » comme langue officielle et langue de l’enseignement. Dès 1915, un jeune intellectuel, Chen Duxiu, a lancé la revue Nouvelle Jeunesse qui contenait diverses prises de position en rupture avec la tradition : critique du confucianisme, appel aux valeurs de la jeunesse […] » (source : Extrait de l’entrée Mouvement du 4-Mai).

  • l’équivalent vietnamien du baihua s’appelle le quốc âm (équivalent de la prose en français).

MI : L’entrée vietnamienne « Quốc ngữ » sur Wikipedia précise le sens historique de son adoption par les Vietnamiens. Êtes-vous d’accord avec cela ?

Extrait : Trong khi đó cũng có thành phần theo Nho học nhưng hiểu được giá trị của chữ Quốc ngữ và cổ động việc thâu nhận chữ Quốc ngữ như là một cách nâng cao trình độ kiến thức đại chúng, canh tân xã hội, thức tỉnh tinh thần yêu nước và huy động động lực phản kháng của người Việt trước quyền lực của thực dân Pháp. Trong đó có nhóm Đông Kinh nghĩa thục. Việc theo học chữ Quốc ngữ theo đó thì không chỉ là phương tiện đọc và viết mà còn hàm ý vận động chính trị và vận mệnh dân tộc (source : Wikipedia).

BaiHatKhuyenHoc
Chanson d’incitation à l’apprentissage de la langue vietnamienne (1907). Manuel du Đông Kinh Nghĩa Thục

TM : Je ne suis pas d’accord avec la teneur générale de l’extrait et l’importance attribuée à la transcription latine. Les lettrés et autres résistants vietnamiens luttaient pour l’indépendance. Ils avaient comme les Chinois prôné l’abandon du « văn ngôn » et l’utilisation du parler populaire dans l’administration et surtout dans l’éducation de masse. Ils ont utilisé les outils qu’ils ont trouvés à leur disposition. A ce moment, les caractères et les études littéraires avaient été abolis par les colonialistes et la transcription latine imposée, les résistants ont été obligés de prôner l’utilisation de la transcription latine en vue de l’éducation de masse du peuple vietnamien ; celle-ci permettait une passerelle vers l’apprentissage du français (comme dirait les Anglais, know thy enemy…). Pour prendre une image, l’indépendance à travers l’alphabétisation universelle est la lune, le « chữ quốc ngữ » est le doigt. Je pense que cette confusion entre « quốc ngữ » et « chữ quốc ngữ » est pernicieuse et a créé un patriotisme du « chữ quốc ngữ » (écriture nationale, sic), confusion que beaucoup répètent par ignorance.

MI : La confusion découle néanmoins de ce que les Vietnamiens ont fait de cette écriture un outil de contestation du pouvoir colonial, ce que Pierre Brocheux appelle le « retournement des armes ».

TM : L’affirmation que les Vietnamiens auraient fait de cette écriture (latine) un outil de contestation contre le pouvoir colonial est aventureuse, comme je l’ai exprimé plus haut ; l’écriture latine n’est qu’un instrument d’alphabétisation. Pour éclairer la discussion, prenons l’exemple japonais : pour éviter le funeste sort des Vietnamiens, ils ont institué l’alphabétisation de masse mais à travers les caractères Hán.

MI : Il y a bien eu des tentatives de réforme et de refonte du fameux « chữ quốc ngữ » dans les années 1945-46. Qu’en pensez-vous ?

TM : Les lettrés et résistants vietnamiens en faisant feu de tout bois ont en effet néanmoins affiné et « perfectionné » avec talent la transcription latine, ce que Pierre Brocheux dans un long chapitre de son livre « Viêt-Nam la nation résiliente » a fort bien expliqué, je lui en exprime mon admiration[1].

MI : Le « quốc ngữ » a provoqué une fracture identitaire majeure chez de nombreux Vietnamiens, surtout issus de l’élite éduquée, que l’on ressent chez les passeurs de culture d’un siècle à un autre (XIX-XXe siècle) par exemple chez Nguyễn Văn Tố, Ngô Tất Tố, ou encore Phan Bội Châu. Si l’on suit votre raisonnement, les Vietnamiens devraient donc revenir à l’écriture chinoise pour échapper définitivement à l’écriture promue par le colonisateur ? Pourquoi après la réunification, n’y a t-il pas eu de « réinvention » de ce système d’écriture ? Est-ce à dire que les Vietnamiens doivent se libérer de nouveau, par eux-mêmes ?

TM : Pourquoi les Vietnamiens devraient revenir à l’écriture nationale ou Hán ? Il y a énormément de données ethniques, historiques, culturelles tendant à démontrer que les Vietnamiens sont plutôt des colons chinois (cela serait l’objet d’un autre débat) ; les caractères Hán font donc partie de leur essence culturelle nationale.

Cette latinisation du vietnamien a malheureusement contribué à couper la langue de son héritage culturel et historique. À l’exception d’une poignée d’intellectuels, plus personne ne connaît aujourd’hui l’écriture qui a été utilisée durant de nombreux siècles. Les Vietnamiens ont été coupés de leur histoire, de leur culture et de leur littérature. Plus aucun Vietnamien ne peut lire aujourd’hui dans leur version originale des œuvres littéraires des siècles passés, ni les innombrables inscriptions qui ornent les pagodes, les temples et les sanctuaires dans les villes et villages du pays. Plus personne ne peut lire les poètes que le pays a produits, ni les annales impériales qui racontent l’histoire du Viêt Nam. Personne ne peut vérifier ce qu’affirment les historiens contemporains sur l’histoire du pays. Le passé n’est intelligible que par des spécialistes, dont les intellectuels chinois eux-mêmes. (source : entrée Vietnam sur L’aménagement linguistique dans le monde).

Citons Mme Hoàng Thị Phương : « De même au niveau des familles, celles qui conservent encore des registres généalogiques ne peuvent pas savoir ce que leurs ancêtres y ont confié sur l’histoire de la famille. C’est ainsi que des familles de l’île de Lý Sơn, au large de Quảng Ngãi, ont découvert par hasard et récemment des documents impériaux chargeant leurs ancêtres de missions dans les Iles Hoàng Sa – alias Paracels ».

Ils ont ainsi dû les faire traduire sans pouvoir les lire eux-mêmes. Les Vietnamiens ne non plus peuvent comprendre tout à fait ou plus du tout le sens de leurs noms et prénoms ni ceux de leurs parents ou ancêtres, ni celui de leurs villes ou de leurs provinces, n’est-ce pas plus qu’embarrassant pour être ?

Autre motivation positive, pragmatique de ce retour : l’économique, vu la proximité et les relations économiques avec le Japon et la Chine.

Pourquoi le retour n’a pas été mis en œuvre ? Parce que les dirigeants vietnamiens ont d’autres problèmes plus pressants à régler, parce qu’ils n’en voient pas l’utilité, parce qu’ils ne sont pas conscients de cette rupture culturelle ? aussi parce qu’ils ont un patriotisme erroné à propos du « chữ quốc ngữ » : l’ancien premier ministre vietnamien Võ Văn Kiệt a même financé l’érection d’une statue pour honorer Alexandre de Rhodes !

MI : Merci pour cet échange.

———-

[1] Pierre Brocheux, Histoire du Vietnam contemporain. La nation résiliente, Paris, Fayard, 2011.

*Tô Mi : Je me présente : de formation scientifique, je ne suis ni historien, ni philologue, ni linguiste, ni sinologue mais autodidacte en « choses » ou « trucs » vietnamiens. A l’âge mûr, je me suis pris à étudier les caractères « chinois » par curiosité. Je crois saisir que le vietnamien se composait de mots d’origine Hán au tiers, de mots dérivés du Hán au tiers et de mots autochtones (ou Môn Khmer) au tiers restant, tout cela à la louche. J’adhérerais plutôt à l’hypothèse que les Vietnamiens sont des colons Hán ; j’ai aussi « découvert » entre autres « ragots non vérifiés » qu’il y aurait une confusion entre « quốc ngữ » et « chữ quốc ngữ » et cette incompréhension à propos du « quốc ngữ ».