Henry Kissinger: L’Accord de Paris [Les années orageuses, 1982, extraits]

[ndlr] Le 27 janvier 1973 était signé l’Accord de Paris. On a retenu de cet accord l’image triomphante de Henry Kissinger et de Le Duc Tho, tous les deux satisfaits d’une avancée dans leurs stratégies d’alors. Pour les Etats-Unis, l’accord permettait ce « retrait dans l’honneur » tant attendu et promis électoralement. Pour Hanoi, l’accord signifiait que tout pouvait désormais être mis en œuvre pour conquérir cette République du Sud jamais acceptée, cet autre Viêt-Nam politiquement si différent.

Dans ses mémoires publiés en 1982 soit dix ans après les offensives de 1972 et sept ans après la chute de Saigon, Kissinger rappelait les certitudes américaines sur le devenir de cette guerre et, dans un aveu assumé, savait que les efforts financiers ne seraient plus mis en œuvre pour tenter de consolider la République sudiste à laquelle Kissinger ne croyait déjà plus. Dans le second extrait qui suit, il s’interroge sur l’extraordinaire volonté des Nord-Vietnamiens dans leur objectif de parvenir à réunifier le pays au prix d’un immense sacrifice humain et d’un total mépris des contingences extérieures. Une des clés, selon lui, de la dynamique victorieuse engagée par le Nord pour regagner le Sud perdu en 1954.

* * *

L’Accord de Paris

 L’Accord de Paris, malgré toutes ses ambiguïtés, reflétait l’équilibre des forces au Vietnam à l’issue des batailles qui avaient marqué le paroxysme de la guerre en 1972. Comme tout règlement de paix, celui-ci dépendait du maintien de cet équilibre. Nous n’avions aucune illusion sur les objectifs à long terme de Hanoi ni sur sa volonté de dominer toute l’Indochine. Lors de la phase finale des négociations, en novembre et décembre 1972, j’en avais averti Nixon avec insistance. Mais j’étais également persuadé que notre peuple ne supporterait pas la prolongation de la guerre assez longtemps pour que cela fît une différence sur le plan militaire. En août 1972, le président du Sud-Vietnam, Nguyen Van Thieu, m’avait fait savoir qu’à son avis, si la guerre se poursuivait, le Nord-Vietnam serait plus faible en décembre 1973 qu’en mars 1972 [date du départ de l’offensive de Pâques] – mince avantage par rapport à notre situation d’alors. Et d’autre part, tous nos experts prédisaient que le Congrès nouvellement élu réduirait les crédits militaires à partir de janvier 1973 en portant la hache, pour commencer, sur les fonds supplémentaires que nous avions réclamés pour pouvoir faire face financièrement à l’offensive de printemps lancée par Hanoi en 1972.

* * *

Les Vietnamiens avaient supporté pendant des siècles la domination chinoise sans perdre leur identité culturelle ; c’est déjà là un exploit presque inouï. Ils avaient traversé la période de l’occupation française sans cesser de penser qu’ils seraient les héritiers de l’empire français en Indochine. Faute des qualités humaines de leurs voisins laotiens et de la grâce des Cambodgiens, ils cherchaient à s’imposer non par la séduction mais par l’obstination. Entièrement concentrés sur eux-mêmes, ils en étaient venus à oublier les lois naturelles et à négliger le calcul des probabilités auquel obéit habituellement la puissance. Et comme il y avait toujours plus de Vietnamiens que d’étrangers prêts à mourir pour leur patrie, leur nationalisme allait se révéler fatal à leurs envahisseurs comme à leurs voisins.

Plus que de la passion, les Nord-Vietnamiens avaient une invincible confiance en eux-mêmes et un mépris pour tout ce qui était étranger. Ce dédain leur avait permis de manipuler les autres peuples – même leurs partisans étrangers – avec un sentiment glacé de supériorité, et de faire de leur capitale, par le seul effet de leur volonté, le centre des préoccupations internationales pendant plus de dix ans. Ce que nous tenions pour une duplicité insolente n’était que l’effet d’une autre définition de la vérité ; tout ce qui servait les desseins de Hanoi avait rang de nécessité historique. Comme un chirurgien armé d’un scalpel, le gouvernement de Hanoi disséquait la psyché de l’Amérique et sondait nos faiblesses, notre sentiment de culpabilité nationale, notre quête de certitudes, notre idéalisme et même le sens des valeurs de ses sympathisants, qu’il dupait tout comme il dupait ses adversaires, imperturbablement. Pour notre malheur ; nous nous trouvions en travers de la route qui menait ces dirigeants à leurs objectifs obsessionnels.

Notre cauchemar indochinois était pourtant terminé. Les voisins de Hanoi n’étaient pas aussi bien lotis. La proximité les condamnait à une terreur permanente. Autant nous étions soulagés de voir la guerre finie, autant ils étaient épouvantés à l’idée de perdre leur liberté si la paix signifiait pour nous le retrait total. Après avoir exulté, Washington se laissa gagner per l’inquiétude de ceux qui dépendaient de nous – et d’autant plus qu’ils étaient plus proches des frontières de cette implacable nation qui conduisait ses agressions en se faisant passer pour une victime.

Extrait de Henry Kissinger, Les années orageuses [tome 1 : 1973-74], Paris, Fayard, 1982, chapitre 2: « Voyage à Hanoi », pp. 22-24.



Citer ce billet
indomemoires (2013, 28 janvier). Henry Kissinger: L’Accord de Paris [Les années orageuses, 1982, extraits]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4w4