Trajectoires post-coloniales – Entretiens vidéographiques 11-06-2012

[ndlr] Pour faire suite au billet précédent sur la question des études post-coloniales, nous proposons de poursuivre la réflexion avec cet échange scientifique qui aborde le sujet en partant des trajectoires fondatrices du concept pour terminer sur les questions plus politiques du temps présent. L’entretien est mené pour Mediapart et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS) par Antoine Perraud (source : Daily Motion).

* * *

Pour aborder ce phénomène de reconceptualisation que sont les études post-coloniales, sont réunis quatre universitaires de haut vol. Emmanuelle Saada, historienne et sociologue à la lumière du droit, est spécialiste de la colonisation et de l’empire français, professeure à l’université Columbia (New York). Elle a publié un maître livre : Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté (La Découverte, 2007). Souleymane Bachir Diagne, philosophe né au Sénégal, normalien, également professeur à Columbia, auteur de Bergson dans les colonies (CNRS-Éditions, 2011). Mamadou Diouf, lui aussi professeur à Columbia. Jean-François Bayart, ancien directeur du Ceri (Centre d’études et de recherches internationales) de Science-Po, blogueur à Mediapart, auteur d’un livre polémique sur le boomerang post-colonial en France : Les études postcoloniales, un carnaval académique (Karhala, 2010).

Trajectoires post-coloniales 1/3

Cette vidéo revient sur la généalogie des débats (Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon, Albert Memmi, voire Michel de Certeau…), passe en revue les fondements idéologiques des études post-coloniales (la nation, la modernité, la réification du moment colonial), s’arrête sur le cheminement français, puis s’attarde sur la pollution du concept d’identité…


Trajectoires post-coloniales (1/3) par Mediapart

Trajectoires post-coloniales 2/3

Cette vidéo envisage les études post-coloniales à travers le prisme du religieux, dans lequel Senghor voyait une force de convergence (Souleymane Bachir Diagne). La République française, laïque et impérialiste, entretenait des rapports retors et complexes avec la religion, comme le rappelle Jean-François Bayart, qui insiste sur la relation délicate entre Frantz Fanon et Ali Shariati, jeune chantre iranien de l’islam politique…


Trajectoires post-coloniales (2/3) par Mediapart

Trajectoires post-coloniales 3/3

Cette ultime vidéo aborde le souci d’universalisme critique en butte aux dérives indigénistes ou nativistes. Pour comprendre le sous-texte de cet échange, voici ce qu’écrivait Jean-François Bayart dans Les études postcoloniales. Un carnaval académique : « Les postcolonial studies s’emparent désormais de toutes les situations de domination à travers les âges, sans craindre les anachronismes ni les non-sens. Les Palestiniens, naturellement, en butte au “colonialisme”, voire au régime d’apartheid sioniste, mais aussi les Gastarbeiter turcs en Allemagne, sont censés relever d’une situation “post-coloniale”, bien que la “colonialité” d’Israël fasse débat et que la Turquie ne fût jamais colonisée. »


Trajectoires post-coloniales (3/3) par Mediapart



Citer ce billet
indomemoires (2013, 25 janvier). Trajectoires post-coloniales – Entretiens vidéographiques 11-06-2012. Mémoires d'Indochine. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4vz